Le Forum des fans de «Captain Future» Index du Forum
Le Forum des fans de «Captain Future»
Le forum francophone des fans de Captain Future & Capitaine Flam.
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Le Forum des fans de «Captain Future» Index du Forum
Le Forum des fans de «Captain Future» Index du Forum Captain Future Fans Forum
Le Forum des fans de «Captain Future» Index du Forum FAN CLUB
Le Forum des fans de «Captain Future» Index du Forum Fan Fictions [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Ven 15 Juin 2018 - 12:23
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 130
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Hello à tous,

Il me restait dans mes fichiers, une dernière petite fanfiction pas tout à fait terminée. Le post de Pascal annonçant l'arrêt des mises à jour m'a donné la motivation nécessaire pour m'y replonger. Il ne me manque que quelques passages à reprendre ou à rédiger, je peux donc commencer à vous la proposer...

Esprit vieille SF à la Jules Verne... ambiance nostalgie, comme un au revoir à un univers dans lequel il a été bien sympathique de se replonger... avant de partir vers de nouveaux horizons. Ainsi va la vie...

Pour ceux qui suivent, le début va vous rappeler quelque chose, je l'avais posté dans le fil des défis.

J'espère que vous aimerez...

:hello:

Jovienne

_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Ven 15 Juin 2018 - 12:23
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Ven 15 Juin 2018 - 12:26
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 130
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
- Tu ne m'ôteras pas de l'idée que s'il est parfois aussi lunatique, ces derniers mois, c'est bien à cause de cette décision incompréhensible qu'ils ont prise il y a presque deux ans.

Otho appuya ses propos d'un hochement de tête définitif, tout en refermant le couvercle d'un des boîtiers d'entretien du cyclotron numéro 3. A ses côtés, Grag, ouvrit la bouche pour lui répondre. Comme souvent, ils occupaient leurs longues heures d'entretien du Comet en commentant les faits et gestes de leur chef.

L'apparition de ce dernier dans le hall d'envol de la base de Tycho stoppa net la réponse qui commençait à naître sur les lèvres métalliques du grand robot. Il regarda approcher son chef avec cet air d’idolâtrie que, malgré un visage bien moins mobile que son compagnon androïde, il savait si bien prendre parfois.

- Tu vas être content, capitaine, nous avons terminé. Le Comet est propre comme un sou neuf !

Curtis lui répondit d'une voix pressée :

- Parfait, nous décollons, direction New York. Le Président nous attend.

- Oh, oh, y a des chardons dans le menu de Carthew, on dirait, et il va nous falloir enlever les piquants qui le gênent.

L'air gourmand qui animait Otho montrait sans doute possible qu'il n'était pas contre un peu d'action. Finies pour un temps les tâches plus ou moins rébarbatives d'entretien de la base.

Quelques instants plus tard, un grand vaisseau, le plus beau probablement de la galaxie, s'élevait vers l’obscurité de l'espace.


***


- Merci d'être venu, capitaine, je n'avais pas eu besoin de vous appeler depuis plusieurs mois, depuis que vous nous avez aidé face aux pirates qui convoitaient les réserves minières des petites lunes de Pluton.

- Je vous suis reconnaissant de m'économiser, Président, j'ai ainsi mené quelques explorations intéressantes au delà d'Éris, mais vous savez aussi que je suis à votre disposition. Dites-moi donc ce qui motive votre appel.

- Avez-vous déjà eu l'occasion de vous rendre sur Encelade ?

Curtis Newton leva un sourcil intéressé et admit qu'il n'avait jamais mis les pieds sur la lune de Saturne. Il écouta attentivement le président des Neuf Mondes lui exposer une situation forcément préoccupante puisqu'il éprouvait le besoin de faire appel aux Futuremen.

Quelques minutes après, la mine sombre, il sortait du bureau présidentiel. Otho, devant le Comet, le voyant arriver visage fermé, très fermé, l'interpella :

- Quels sont les ordres, chef ?

- Départ immédiat pour Encelade. Je vous explique en route.

Les manœuvres délicates qui les occupèrent alors avaient un côté universel. Sur tous les astroports de la galaxie, l'affluence des vaisseaux obligeait les équipages à la concentration lors des calculs de trajectoires de décollage et d'atterrissage.

- Alors, que te voulait donc Carthew ? Vu la tête que tu fais, il en va au moins de l'avenir de la Voie Lactée ! Un dictateur qui part en sucette et qui louche sur tout le système solaire ? Des pirates qui coupent irrémédiablement notre approvisionnement en un minerai quelconque ? Un orage magnétique sans précédent ? Un compte à rebours pour la fin du monde ?

Curtis dut couper court à la logorrhée verbale de son androïde qui menaçait de les noyer sous les hypothèses.

- L'une des principales cités sous-marines d'Encelade ne répond plus. Et il est impossible de s'y rendre, ni par le puits principal d'accès, détruit par une tempête d'une violence rare, ni par la voie des eaux, à cause de courants marins infranchissables à cette période de l'année.

Simon émit un petit bruit interrogatif, Grag détourna un instant le regard de ses commandes et Otho résuma l'avis général :

- Et c'est tout ? Ils ne peuvent pas de débrouiller sans nous ? Tu ne nous as pas tout dit, là, vu la tête que tu fais depuis tout à l'heure.

La voix de Curtis Newton se fit brusquement aussi coupante qu'un ciseau.

- C'est le major Joan Randall qui est à la tête des services de sécurité civile de cette cité.

Quelques secondes de silence suivirent ses paroles. Cela faisait deux ans qu'il n'avait pas prononcé ce nom-là. Deux ans que la jeune femme était sujet tabou en sa présence, deux ans que les jeunes gens avaient décidé, d'un commun accord avaient-ils dit, de mettre un terme à leur relation. Les compagnons du capitaine Future se donnèrent le temps de prendre la mesure de l'incroyable nouvelle, la digérant et méditant sur les improbabilités du hasard.

Et Otho eut, comme souvent, le mot de fin de la conversation de ce jour-là. :

- Et bien, enfin, nous allons faire comme au bon vieux temps. A défaut de sauver tous ceux de Megara, nous repartons au secours des jeunes filles en détresse.

Curtis Newton l'entendit à peine. L'esprit visiblement ailleurs, le regard portant loin vers le noir de l'espace, il était déjà concentré. Était-ce sur les objectifs à venir ? Sur des souvenirs surgis du passé ? Lui seul le savait et nul ne se serait hasardé à lui poser la question.

***


(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Ven 15 Juin 2018 - 12:37
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 130
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade

La lumineuse Encelade apparut assez vite aux yeux des occupants du Comet, étincelante de blancheur. Recouverte entièrement de glace, sur une épaisseur irrégulière mais de plusieurs kilomètres, et froide, très froide, elle avait longtemps caché aux hommes les flots liquides qui parcouraient ses entrailles. Mais depuis plusieurs décennies, ils avaient trouvé le moyen de s'adapter à son milieu particulier. Le voyageur qui, depuis son véhicule spatial, approchait de cette lune de Saturne ne voyait au premier abord qu'une croûte blanche assez uniforme, presque lugubre, juste marquée par de longs plis à certains endroits de sa surface. Toutefois, s'il cherchait malgré tout à poser son appareil, ses instruments de bord lui signalaient assez vite quelques points précis vers lesquels se diriger pour stopper son errance. Là, il pouvait trouver, ancrées sur la banquise, des installations techniques lui permettant d'atterrir et d'être accueilli par l'administration officielle interplanétaire.

Le Comet prit une large place sur le petit astroport de Kruopolis-One. Un corridor translucide se forma en direction de son accès principal, comme un bras sorti d'une voûte transparente , cocon semi-circulaire qui protégeait les bâtiments. Le professeur Simon expliqua :

- Il y a certes une atmosphère, mais les températures sont tellement extrêmes que le dôme permet une circulation des hommes sans équipement respiratoire particulier.

- Chouette, j'adore la démesure de cette haie d'honneur silencieuse et transparente.

Ce regain de bonne humeur chez Otho était évidemment dû au fait que que les jours prochains s'annonçaient pleins d'action, dans des lieux inhabituels. Rien que du bonheur pour un androïde rodé au mouvement permanent. Son chef, à ses côtés, a priori fidèle à sa réputation d'assurance et d'imperturbabilité, donna le signal de la sortie du vaisseau. A côté des hangars de stockage et d'entretien, à côté de la tour de contrôle, se trouvait une structure haute, en alliage composite, cascade de métal fortement sécurisée, qui semblait être le centre des constructions.

- Amusant comme le nœud d'accès à la cité ressemble aux anciens puits de mines de l'époque terrienne préspatiale. Seuls les matériaux ont changé.

En marchant, le capitaine Future regardait autour de lui, curieux comme toujours. Les particularités de cette lune de Saturne lui fournissaient d'ailleurs matière à exercer réflexion et déduction. Durant les quelques heures de trajet, il s'était bien sûr documenté, avait longuement dialogué avec le professeur Simon. Le pas assuré, il avançait désormais vers un petit groupe de personnes qui l'attendaient dans un hall de verre, à la base du nœud d'accès.

***

- Nous sommes très inquiets, capitaine. Kruopolis-II est inaccessible depuis plusieurs jours. C'est la plus exposée de nos cités sous-marines, proche d'une zone de plissement. Et il y a quelques jours, une faille brutale, dont nous n'avons pas réussi à prévoir l'apparition, a détruit son puits d'accès. Ennuyant, mais pas forcément dangereux. Nos cités ont évidemment des ports sous-marins qui peuvent permettre, au besoin, d'évacuer leur population. Et c'est là que ça se gâte. Est-ce en lien avec la faille, nous ne savons pas, mais des courants sous-marins, bouillonnants comme d'intenses jacuzzis, d'une puissance jamais observée jusqu'à présent empêchent toute approche par les eaux. Et, dernière chose, corrélée ou non, si seulement nous savions, les liaisons avec Kruopolis-II sont impossibles. Sont-ils sains et saufs, ou, plus dramatique, ont-ils été victimes de ces éléments ? Nous n'en savons absolument rien.

Les derniers jours avaient visiblement été épuisants pour le major Johnson qui les accueillait par un point complet avec une physionomie marquée par la fatigue et l'anxiété.

Alors que Simon et Grag rejoignaient le Comet, le reste du groupe se dirigea vers d'immense cages de verre et commença alors une longue descente, étonnante, presque vertigineuse vers le cœur du gros satellite saturnien. Les parois de verre de la cabine permettaient à ses occupants de profiter à plein d'un trajet inattendu au travers des kilomètres de glace formés par la banquise. Curtis, silencieux, tournait légèrement le dos à ses compagnons. Otho pouvait néanmoins voir son visage sérieux, fermé aux émotions, dans le reflet transparent.

- Tu ne me berneras pas, Capitaine. Je te connais trop bien, je t'ai appris l'apparence de l'impassibilité, il y a longtemps. Tu es inquiet, et c'est plutôt bon signe pour ta santé mentale, d'ailleurs...

Les pensées de l'androïde furent momentanément interrompues par un changement extérieur. La croûte de glace avait laissé place à une masse liquide curieusement traversée de courants luminescents tirant essentiellement sur le violet. Ceux-ci coloraient de reflets modulés l'ascenseur qui continuait sa descente vers un point lumineux grossissant de seconde en seconde, Kruopolis-One, leur destination. Comme ils atteignaient la cité sous-marine, une énorme vibration les jeta au sol alors que plusieurs signaux d'alarme se déclenchaient et que des sas de sécurité condamnaient la porte de la cabine qu'ils venaient de quitter. Le tube de verre, au-dessus de leur tête, se brisa brutalement et des morceaux se fracassèrent en un bruit hideux contre les parois de la cité qui vibra de toutes parts mais encaissa vaillamment le choc.

Kruopolis-One et ses milliers d'habitants étaient désormais coupés de la surface d'Encelade.


***

Quelque part à la surface d’Encelade, un triste sourire apparut sur le visage d’un homme aux yeux hallucinés par une trop longue veille devant des écrans de contrôle. Il se retourna et s’adressa à la silhouette gracieusement assise derrière lui :

- Nos projets prennent forme, mon amour, ce n’est plus qu’une question de jours. Tu ne seras plus longtemps seule et tu vas avoir les honneurs que tu mérites. Pour l’éternité.

Il n’eut comme réponse qu’un simple hochement de tête.

***


(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Ven 15 Juin 2018 - 12:41
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 130
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
...Et dernier post du jour, avec un peu plus de nouveautés cette fois-ci.


***

Deux jours auparavant.

Dans l’immensité obscure des fonds liquides d’Encelade, une sphère de métal et de verre composite, concentré de technologie humaine, dérivait à la merci des courants, libérée de toute attache vers la surface depuis qu’une série d’explosions avait détruit les immenses structures-ascenseurs. Un examen plus attentif montrait d’ailleurs que l’architecture complexe n’était pas intacte : ça et là des câbles flottants, arrachés en partie à leur fonction d’origine frôlaient des débris ne tenant plus que très vaguement à la structure générale. Des arcs lumineux de diverses couleurs lacéraient la nuit marine dans laquelle elle s’enfonçait. Éclairs fugaces, ils s’offraient à la vision au-delà de l’immense et épaisse baie vitrée du secteur 1 de la cité sous-marine, cœur des préoccupations de l’administration des Neuf mondes.

Les sourcils froncés, une jeune officier de la police interplanétaire observait le spectacle sans vraiment le voir. Depuis que tout contact extérieur avait été coupé, et que, de fait, elle était devenue, dans la chaîne de commandement, la responsable de la communauté qui vivait dans ce monde clos, elle n’avait pas beaucoup pris le temps de dormir. Le poids écrasant des décisions à prendre, peut-être vitales, pesait sur ses épaules et elle aurait donné cher pour avoir la possibilité d’être conseillée par des scientifiques compétents qui auraient pu lui donner des explications sur les causes et conséquences de ces explosions qui les avaient coupés du monde extérieur.

- Mmm, n’importe quel avis, vraiment ? Tu sais très bien, ma pauvre fille, que certains sont plus pertinents que d’autres. N’es-tu pas en train de te trouver une excuse pour repenser à eux ?

Perdue dans des idées contradictoires, elle voyait à peine l’homme qui attendait patiemment une réponse de sa part. Elle soupira, recentra rapidement ses pensées qui risquaient de s’égarer vers une pente qu’elle se refusait à prendre, puis résolument, fit face à son adjoint :

- Des fuites dans le secteur 8, donc. J’imagine que la pressurisation est compromise. Commencez les démarches d’évacuation et enclenchez au fur et à mesure les portes d’isolation. Combien de personnes sont-elles concernées ? Quels équipements, et combien de surfaces allons-nous perdre ?

- Une zone de résidence surtout, rien d’essentiel pour nos ressources énergétiques. Pour le moment, c’est gérable. Le problème, c’est que le phénomène est susceptible de se reproduire ailleurs.

- Une chose après l’autre. Occupons-nous des familles concernées, relogez-les au mieux, isolez et condamnez la zone. Voyez si des techniciens compétents peuvent envisager une intervention pour ne pas perdre définitivement ce bloc. J’ai rendez-vous avec ce que j’ai pu regrouper comme personnes-ressources pour évoquer nos soucis de localisation et de communication. C’est le plus urgent pour pouvoir obtenir un secours quel qu’il soit. Nous ne pourrons pas nous en sortir seuls, la situation est critique, c’est la seule certitude à l’heure actuelle.

Sur ces mots, le major Joan Randall quitta le bureau de commandement pour se diriger vers l’une des salles de réunion attenantes. Poussant énergiquement la porte, elle embrassa d’un regard les personnes qui, comme un seul homme, s’étaient levées pour l’accueillir. Elle vit, tournés vers elle, les yeux fatigués mais plein d’espoir, un groupe disparate d’individus à majorité d’origine terrienne mais composant malgré tout un panel représentatif de l’ensemble des enfants de Deneb dans leur diversité. Le moment s’annonçait crucial, elle souffla intérieurement et, posément, les salua avant de prendre place autour de la table.

***

Quelques heures plus tard, seule dans sa cabine, le front posé au hublot qui, indifférent à ses tourments, lui proposait toujours le feu d’artifice des arcs électriques marins, elle s’autorisa enfin un peu de lâcher-prise.

- Beaucoup de bonnes volontés mais pas assez de compétences. Comment faire ? Sommes-nous condamnés à attendre de l’aide ? Personne même pour imaginer un début de solution. Nous dérivons dans une masse de courants violents qui empêche toute utilisation de nos embarcations de secours, et de toutes façons elles sont bien trop sous-dimensionnées par rapport à nos besoin. Notre technicien des communications en milieu marin a été emporté par la première explosion, son stagiaire n’est pas assez bien formé. Nos appareils de navigation sont tellement perturbés par l’intense activité électro-magnétique que nous ne sommes pas capables de savoir où nous sommes. Nous allons manquer d’énergie bientôt. La surface d’Encelade est-elle loin, est-elle proche ? Peut-être nous enfonçons nous irrémédiablement vers le noyau rocheux sans en avoir aucune conscience ? Par quel bout prendre les choses ?

Elle laissa doucement glisser son corps le long de la paroi froide de la cabine. Oh Curt, que ferais-tu à ma place ? Toi, tu aurais les solutions pour nous sortir de là. Grag, Otho, Professeur vous me manquez, Curt... j’aurais aimé t’avoir à mes côtés, encore une fois. C’est trop lourd, la responsabilité de tous ces gens.

Les souvenirs l’envahirent en un flux brutal. Un petit astre à l’activité volcanique trop violente, des compagnons de route pas forcément bienveillants, un compte à rebours à l’échelle planétaire, une décision folle, complètement folle mais qui était la seule possible, des journées harassantes, et la lueur d’espoir au bout, envers et contre tout... Le vaisseau qui décollait. Une autre fois, une comète. Des êtres électriques éternels mais condamnés. Une lutte contre un projet insensé de pillage de notre univers. La haute silhouette d’un homme qu’elle avait voulu laisser libre de son destin, la douceur de son regard, de ses mains posées sur elle. Elle se figea. Combien de fois, l’équipage du capitaine Future n’avait-il pas trouvé les solutions ? Jamais il n’avait abandonné. Redressant la tête, elle inspira profondément et prit un air décidé. Il ne serait pas dit qu’elle allait lâcher sans se battre. Il existait forcément des pistes non explorées et des idées, des capacités qui n’avaient pas été exploitées au mieux.

L’interphone de sa cabine sonna à ce moment-là.

- Excusez-moi, major, je sais que je n’utilise pas les canaux habituels mais j’aimerais, si vous le vouliez bien, m’entretenir un instant avec vous.

Joan regarda la jeune femme qui s’adressait à elle, plantée gauchement devant la porte qu’elle venait d’ouvrir. Petite brune aux cheveux courts, dressés sur sa tête à la manière des piques d’un hérisson, vêtue de superpositions improbables, elle tenait son corps dans une curieuse posture, à la fois hésitante et décidée. Cela faisait longtemps que la fréquentation régulière des indics de l’Interplanétaire avait habitué Joan à ne pas faire attention à l’aspect physique de ses interlocuteurs.

- A quel propos ?

- J’aimerais vous aider. Je vis sur Kruopolis-II avec ma petite sœur. Je veux... je veux qu’elle s’en sorte, qu’elle grandisse, qu’elle parte loin. Elle a toute une vie à vivre.

Joan répondit doucement.

- Je saisis, bien sûr, mais nous voulons tous nous en sortir. Vouloir, c’est une chose. Pouvoir... Laissons travailler nos équipes au mieux, et…

- C’est de la langue de bois et vous le savez très bien. Vos équipes pataugent. Je peux vous aider... en fait, nous sommes plusieurs à pouvoir vous aider.

Une moue perplexe apparut sur le visage de la jeune major.

- Vous comprendrez que je sois dubitative. Qui êtes-vous ? Comment se fait-il que vos compétences n’aient pas été recensées ces jours derniers  par mes services ?

La mince brunette eut un petit ricanement.

- Croyez-vous que vos agents soient passés dans tous les secteurs de Kruopolis-II ? Pensez-vous réellement que les bureaucrates que vous avez rencontrés ces dernières heures puissent imaginer des solutions innovantes ? Car il s’agit bien de cela, non ? Imaginer comment on va pouvoir se sortir de cette foutue situation.

La structure de la cité marine fut agitée d’une légère secousse, les déséquilibrant légèrement. Joan eut un regard inquiet vers le tableau de l’indicateur de gravité.

- Vos chercheurs de choc vous ont-ils dit qu’avec les variations dans la distribution de l’énergie, nous risquions des perturbations de plus en plus fréquentes de la gravité artificielle ?

La remarque décida Joan.

- Je vous suis. Emmenez-moi, et prouvez-moi que je peux vous faire confiance.

La jeune femme hésita.

- Eh bien, j’avais pensé que peut-être, quelques uns d’entre nous pourrions venir à l’administration centrale et…

Joan secoua la tête.

- Hors de question. Montrez-moi donc ces secteurs de Kruopolis qui me sont invisibles d’après vous. Allons-y. A moins…

Joan la regarda mi-sérieuse, mi-provocatrice :

- …à moins que vous ne m’ayez pas dit toute la vérité sur vous et vos amis ?

La jeune femme se décida.

- Suivez-moi, Major. Vous avez du cran mais vous n’avez pas idée de ce que vous allez découvrir. Au fait, je m’appelle Theia.

***


(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Ven 15 Juin 2018 - 18:24
Auteur Message
flamme
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 808
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Bonjour Jovienne!

Ça alors, quelle bonne surprise, Unbelievable et quelle joie de te lire à nouveau! Good Best Clap Youpi Master

Tu auras deviné sans doute que je suis accrochée, et bien accrochée! C'est toute une situation dans laquelle tu plonges ton lectorat, c'est le cas de le dire, avec chacun de nos tourtereaux s'étant volontairement dit adieu, maintenant coincé dans une cité sous-marine...

Même si la situation semble sans issue, je sais qu'il y en a une... Mais qui est cet homme qui a manifestement planifié, orchestré la destruction des tubes de verre permettant l'accès aux cités, et qui est cette femme (si je me fie à l'orthographe) à qui il a parlé? Question Mad

Je suis très curieuse de découvrir la suite! jump jump jump Et de voir comment le destin va réunir deux êtres qui n'auraient jamais dû être séparés, selon mon avis de flower indéracinable... Wow Hug

Continue Jovienne, je suis très heureuse de te lire à nouveau, c'est un plaisir trop longtemps attendu... Master Clap

Amitiés
Flamme
flower

_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 17 Juin 2018 - 03:23
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 560
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Salut Jovienne!

Je suis heureuse de découvrir cette histoire que tu avais commencée dans les défis! Good Best J’ai de la voir se dérouler et de voir l’évolution de nos héros et des antagonistes! Good

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 17 Juin 2018 - 11:56
Auteur Message
Ysaure
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2018
Messages: 59
Localisation: Pays de la Loire
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Bonjour Jovienne,

Bon retour...

Les bases du suspens comme tu as le secret sont posées Master ... Deux années se sont passées mais Flam et Joan semblent loin d'avoir tourné la page... Bad

Cette fois le "Méchant" semble plus torturé que réellement méchant. Qu'est ce qui a bien pu le faire basculer ainsi... Question

Ysaure

Back to top
Lun 18 Juin 2018 - 18:54
Auteur Message
LudyNewton
Major Mars
Major Mars

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 232
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Bonsoir les Filles,

Très contente de découvrir une nouvelle histoire, tout comme les autres j'ai hâte de découvrir la suite.
Merci Jovienne pour cette histoire.
Le suspens est là comme à chaque fois.

A+
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Lun 18 Juin 2018 - 20:49
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 072
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Bonsoir Jovienne, bonsoir à toutes,

Merci de m'avoir prévenue de cette publication ! Je me suis souvenue de ton défi, à lire le début, et c'est une excellente idée d'avoir poursuivi et d'en avoir fait toute une histoire. Cela commence parfois ainsi... Wink

La situation dans laquelle tu plonges nos héros est déjà pleine de tension. Ca promet pour la suite. J'ai beaucoup aimé le passage où tu décris les impressions de Joan à se retrouver ainsi, quand elle dit qu'ils ne savent pas s'ils sont en train de remonter vers la surface ou descendre plus encore dans les profondeurs, ces légères secousses, ces vibrations... J'imaginais très bien l'atmosphère, le confinement et ce mouvement de leur station.

J'apprécie aussi la toute fin du dernier passage que tu nous as livré. Quand ceux qui détiennent peut-être la solution sont ceux auxquels on n'avait pas pensé...

Comme les autres, j'ai hâte de lire la suite !

Bizz et à bientôt !

Limeye

_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mar 19 Juin 2018 - 10:14
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 130
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Je continue, il faut battre le fer tant qu'il est chaud, et j'aimerais terminer assez vite cette histoire.

Merci pour vos commentaires et vos encouragements. J'espère vous donner envie non seulement de revenir vers l'univers d'Hamilton, mais aussi celui de Jules Verne, de ses machines et de ses cités extraordinaires.

Je pense à vos yeux et aux miens... j'adopte les gros caractères, ça évite de scroller...

Bonne journée à tou(te)s

Jovienne

***


- Les points d’ancrage ont lâché les uns après les autres, cela a été une véritable réaction en chaînes, incontrôlable de par sa rapidité. Et donc, nous dérivons quelque part dans l’océan.

Les mines étaient sombres, dans le poste de commandement de Kruopolis-One. L’immense cité sous-marine avait été créée de toute pièce par les hommes pour coloniser les fonds marins d’Encelade, imaginée comme une gigantesque sphère flottante, uniquement reliée à la surface par quelques puits d’accès et sans aucun ancrage avec le fonds volcanique de la lune saturnienne qui se situait bien loin en dessous. Cette ingénieuse construction avait abrité un peuplement depuis plusieurs décennies sans incident notable. Mais là, l’heure était grave. Le major Johnson ordonna la mise en relation radio immédiate avec les bureaux de surface. Le technicien installé au poste de communication se retourna, navré :

- Major, l’activité magnétique qui nous entoure est tellement intense qu’elle empêche toute communication par onde. Et les câbles qui nous reliaient à la surface sont tous rompus. Il semblerait que nous encourrions le sort que nos amis de Kruopolis-II ont subi il y a quelques jours.

Il ne fallut que peu de temps pour que le Capitaine Future ne prenne les choses en main. Diagnostic énergétique et matériel, organisation d’une cellule de crise, répartition des compétences, l’action était nécessaire.

- Otho, vois comment résoudre ce souci de communication. Il faut que nous puissions retrouver un contact avec l’extérieur, que ce soit les bureaux du puits d’accès ou, mieux, le Comet. Nul doute que pour sa part, Simon s’affaire à nous joindre.

Le major Johnson était efficace, des messages invitant la population de la cité à rester calme tout en se dirigeant vers les points de sécurité prévus étaient diffusés dans tous les hauts-parleurs. Peu à peu, tous furent au poste qui leur avait été assigné en cas d’urgence et en quelques heures, les zones non-indispensables furent condamnées pour économiser au maximum les ressources énergétiques. La cité plongea alors dans une ambiance feutrée, faite d’attente et de sourde inquiétude. La luminosité avait été réduite au minimum, créant une atmosphère crépusculaire, allongeant les ombres des techniciens qui s’affairaient dans les coursives.

De son côté, Otho avait bien travaillé. Plutôt que de lutter contre les éléments, il avait choisi de s’en servir et par un processus complexe dont lui seul et le professeur Simon avaient le secret, il était sur le point de rétablir une connexion d’urgence avec le Comet. Bientôt, la silhouette familière du cerveau se distingua au milieu des zébrures d’un écran de contrôle. Quelques réglages plus tard, la communication était établie et, alors que Grag leur adressait des saluts souriants, le professeur Simon pouvait commencer à synthétiser les données du problème avec son Capitaine :

- Et bien, nous pouvons donc au moins supposer qu’il est arrivé la même chose à Kruopolis-II, cela laisse un bon espoir quant à leur survie.

- Oui, Simon, mais nous avons plusieurs jours de retard sur eux dans le processus. J’espère qu’ils ne sont pas dans une situation trop difficile.

- Nous connaissons bien Joan, nous savons qu’elle aura géré au mieux. Voyons maintenant comment nous allons vous sortir de là. Le plus gênant, c’est que pour le moment, je ne sais pas encore vous localiser.

La discussion était technique, c’était, ils le savaient tous les deux, le meilleur service à rendre au major Randall et aux hommes dont elle avait la charge.
***


(à suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Mar 19 Juin 2018 - 10:24
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 130
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Et dans la foulée, la suite sur Kruopolis-II.

***


Pendant ce temps, la situation avait considérablement évolué sur Kruopolis-II.

Joan, guidée par Theia, avait d’abord découvert un véritable monde souterrain, si tant est qu’on pouvait parler ainsi d’une cité sous-marine. Après avoir suivi un dédale de corridors et passé de multiples portes qui semblaient condamnées, stupéfaite, elle avait fait la connaissance de tout un groupe de personnes qui, pour la plupart, n’avaient aucune existence légale dans Kruopolis-II, une société marginale, de prime abord hostile à sa personne.

- Si j’étais arrivée ici sans cette jeune femme, jamais je n’aurais pu repartir indemne, songeait-elle en avançant au milieu des regards fuyants de familles ou d’individus installés de façon très précaire dans des cabines ou des couloirs qui n’avaient visiblement pas été prévus pour leur accueil au départ.

Des amas hétéroclites de câbles divers témoignaient de branchements hasardeux et très probablement illicites. Des lueurs hésitantes permettaient une avancée incertaine vers ce qui ressemblait de plus en plus à une véritable cour des miracles. Plusieurs enfants couraient malgré tout et se faufilaient en jouant entre les jambes des adultes.

La pièce devant laquelle s’arrêta Theia détonnait toutefois dans cet environnement. Là, quelques personnes assises à même le sol étaient concentrées devant de multiples écrans, des hommes pour la plupart, jeunes, souvent mal rasés, aux yeux rougis par la fatigue, et qui se figèrent devant l’uniforme de l’Interplanétaire. Un tableau transparent reprenant les plans de la cité en 3D flottait au milieu de la pièce. De multiples points rouges y clignotaient vigoureusement, attestant sans doute possible des dégâts subis par la structure. Theia eut un geste apaisant en direction de ses camarades et s’adressa à Joan :

- Ils essaient de modéliser une captation de l’énergie magnétique sous-marine. Mais il nous manque certains éléments, dont vous disposez dans l’administration… notamment la puissance de votre calculateur central.

Joan était estomaquée mais elle n’en perdit pas pour autant son sens de la répartie.

- Et vous n’avez pas réussi à en pirater l’accès ? Du coup, vous vous êtes dit que la seule solution restante était la demande officielle ?

Theia sourit doucement.

- Les jeunes gens devant vous sont probablement aussi doués, voire plus, que vos informaticiens diplômés. Mais effectivement, ils n’ont pas réussi à avoir l’accès dont ils ont besoin… à cause des dégradations des installations électriques. Nous aurions pu craquer des codes de sécurité, nous ne pouvons pas réparer tout un secteur de câbles sectionnés.

A cet instant, une petite boule d’énergie blonde et rieuse se faufila impérieusement entre elles. Theia perdit instantanément son sourire ironique et avec une grande douceur, elle souleva dans ses bras la jeune enfant qui enserrait le bas de son corps.

- Major Randall, je vous présente ma petite sœur. Elpida, ma chérie, dis bonjour à la dame la plus importante de cette cité.

Joan fondit devant l’innocence et la confiance qui se dégageaient du regard enfantin. La protection des plus fragiles avait toujours été au coeur de son engagement dans l’Interplanétaire. Elle sourit et le courant passa immédiatement entre elle et la petite clandestine.

En quelques jours, Joan rencontra les dizaines de personnes vivant aux marges de Kruopolis-II. La méfiance naturelle vis-à-vis de l’autorité céda progressivement le pas à une acceptation prudente.

La jeune major, pragmatique, avait immédiatement compris qu’il fallait exploiter les compétences de ces exclus fous d’informatique et avait organisé des rencontres avec les ingénieurs de l’administration centrale. Les réticences, les différences étaient réelles, mais l’urgence avait rapidement réuni ces deux mondes si éloignés l’un de l’autre… Et quelques jours après celui qui avait vu Theia frapper à sa porte, Joan, pouvait animer une séance de bilan commune :

- ...et donc nous sommes maintenant en capacité d’utiliser ce générateur… la polarité pourrait être un souci… l’étude de probabilité établit également…

Elle avait, comme souvent, lâché par rapport au discours scientifique et attendait patiemment les conclusions qui allaient suivre. Sous ses yeux, le contraste entre les silhouettes policées de ses ingénieurs et les attitudes plus improbables des amis de Theia était frappant. Les uns, habitués des réunions de synthèse, se tenaient droit sur leurs chaises et discouraient de façon précise et concise alors que les autres peinaient à ne pas interrompre sans cesse l’avancée de la réunion. Un jeune homme au débardeur délavé tapotait nerveusement sur un clavier, affichant des données que commentait d’une voix posée un statisticien d’état. Elle sourit intérieurement :

- on dirait bien que la mayonnaise est en train de prendre. Peut-être finalement, arriveront-ils à une solution commune ?

Un concept finit par émerger, la sortant de sa rêverie.

- Un remorqueur. Maintenant que nous sommes capables de situer le haut du bas, un engin qui pourrait extraire la cité de ces courants anarchiques et la tirer vers la banquise…

Désabusé, un ingénieur haussa les épaules sous le regard interrogateur de Joan.

- Major, nous n’avons pas de machine capable d’assurer. Et probablement pas le temps ni les moyens d’en construire une. C’est irréalisable, juste de la rêverie.

Levant un sourcil, Joan se retint de lui rétorquer qu’elle avait connu défi plus irréaliste encore, mais qu’il avait finalement bien été relevé. Un remorqueur semblait peu de choses comparé à un vaisseau spatial entier. « Sauf que tu n’es pas avec nous cette fois-ci, Curt, tu ne seras probablement plus jamais avec moi, d’ailleurs ». Ses pensées furent interrompues par la voix d’un ami de Theia, un jeune homme qui se faisait remarquer autant par la vivacité de son esprit que par ses remarques souvent acerbes à l’encontre de l’administration inter-planétaire.

- C’est ce que vous croyez. Mais vous n’avez pas idée des ressources à votre disposition.

Un silence profond suivit immédiatement ses paroles. Satisfait de son effet, il attendit quelques secondes, savourant l’attention dont il était l’objet.

- Poursuivez, Mathis, je vous prie. Vous en avez dit trop… ou pas assez.

La voix de Joan était plus sèche qu’elle ne l’aurait voulu. Elle se reprit et s’adoucit.

- Si vous avez une idée, c’est le moment de l’exposer, nous vous écoutons.

- Il y a, dans la zone SS 01, quelques vieilles machines stockées dans des entrepôts. Elles datent probablement de l’époque de la construction de la cité. Je pense que l’une ou l’autre pourrait nous donner une bonne base.

Stephen Harling, l’ingénieur en chef, consulta rapidement l’écran de son ordinateur.

- Aucune trace de quoi que ce soit dans l’inventaire central.

Le jeune homme eut un sourire narquois.

- Sauf votre respect, je pense que rien ne vaut la connaissance acquise sur le terrain. Je vous assure, et la plupart de mes compagnons le confirmeront, que ces dépôts sont une véritable caverne d’Ali Baba. Nous allons régulièrement y piocher selon nos besoins.

- Autrement dit, vous pillez le bien public sans autorisation.

L’ingénieur était piqué au vif. Après un rapide coup d’oeil jeté à une Theia qui hochait la tête pour confirmer les propos de Mathis, Joan coupa court à l’échange aigre-doux et se leva d’un air décidé.

- Allons voir ça. Tout de suite.


(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Mar 19 Juin 2018 - 19:09
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 072
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Bonsoir Jovienne,

Merci pour ces deux suites qui fonctionnent très bien en parallèle : on voit comment chaque petite communauté fait face à la situation, avec les moyens qu'ils ont à leur disposition. Certes, Joan peut regretter que les Futurmen ne soient pas avec elle, mais elle a sous la main des gens débrouillards qui ont compris aussi qu'ils allaient devoir tous coopérer s'ils voulaient s'en sortir.

Cela rappelle beaucoup l'aventure sur le météore et la nécessaire solidarité entre les prisonniers et les Futurmen. J'ai d'ailleurs beaucoup aimé l'attitude de Joan, elle a su bien tirer parti de sa propre expérience et s'il y a bien quelqu'un qui peut faire fonctionner ce microcosme, c'est bien elle ! Elle ne doit pas en douter...

Merci pour cette lecture !

Bizz vizz

Limeye

_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Jeu 21 Juin 2018 - 14:54
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 130
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Cuvée du jour... Simon , Flam sont aux manoeuvres. Efficaces...

Pour la suite, j'ai de petites choses à retravailler...

Jovienne

***

Pendant que sur Kruopolis-II, plusieurs personnes se dirigeaient vers les tréfonds de la cité, à la recherche d’une solution désespérée, l’efficacité scientifique de l’équipe du Capitaine Future jouait à plein pour venir à bout des éléments et des circonstances défavorables.

Dans les profondeurs de l’océan d’Encelade, une petite caméra truffée de capteurs et larguée à la merci des courants dérivait, incontrôlable. Elle était rapidement entraînée vers le fond de l’océan du gros satellite saturnien, vers cette zone de turbulence où s’échangeaient des quantités considérables d’énergie, où l’activité volcanique sous-marine conditionnait l’existence et la violence des courants océaniques.

Les informations recueillies étaient simultanément transmises au centre de commandement qui l’avait lâchée, quelque part sur Kruopolis-One, et au-delà de la surface glacée, à un grand vaisseau équipé de tous les appareils d’analyse nécessaires. A l’intérieur de celui-ci, le professeur Simon s’affairait silencieusement entre disques de données et logiciels de calculs.

***

- Bien, l’ordinateur a pu établir un modèle d’altitude basé sur la température de l’eau. C’est complexe mais en schématisant beaucoup, Simon est capable de déterminer notre profondeur. En croisant ces données avec celles du transfert de communication, nous sommes à même de déterminer en temps réel notre position approximative. Nous dérivons lentement mais sûrement vers les fonds volcaniques. Nul doute qu’il en est de même pour Kruopolis-II, à un stade plus critique puisqu’ils ont décroché quelques jours avant nous.

Otho regarda son chef :

- Tu crois qu’il reste un espoir ?

- Tant que nous n’avons pas la certitude qu’ils ont été broyés par le magma, il reste forcément une chance. C’est la seule hypothèse sur laquelle nous allons travailler.

Curtis Newton se replongea aussitôt dans son programme de calcul, n’offrant à son androïde qu’un profil crispé par la concentration.
Poussé par une intuition, Otho ne se détourna pas pour autant, observant patiemment son chef. Au bout de quelques secondes, Curtis leva la tête et reprit la parole en soupirant :

- Il faut y croire, Otho. C’est très difficile d’estimer combien de temps il reste avant le contact fatal. Mais nous devons trouver une solution… dans un premier temps pour nous, ce qui semble possible… et ensuite pour eux… Nous devons les sauver.

- Nous devons la sauver, murmura Otho.

Curtis ferma les yeux un instant. Une multitude d’émotions jouèrent sur ses traits.

- Oui, nous devons la sauver, elle est dans une situation impossible…

- …et ce n’est même pas de sa faute, pour une fois, compléta l’androïde, arrachant un sourire las à son chef.

- Non, effectivement, juste au mauvais endroit au mauvais moment.

Le silence s’installa. Leurs pensées avaient un objet commun et pour une fois, Curtis Newton ne le cachait pas. Otho finit par regarder son chef bien en face.

- Patron, je sais… je veux dire que je suis sûr et certain que Kruopolis-II n’est pas encore détruite et s’il y en a un qui peut les récupérer, c’est bien toi. Tu vas trouver, c’est obligé.

- Pas trop vite, Otho. Essaie de voir comment utiliser les dernières informations pour les réussir à les localiser. Je m’occupe des solutions techniques pour remonter.

Otho s’était éloigné, se dirigeant vers son poste de spécialité, la console de communication, heureux d’avoir percé en partie la carapace d’impassibilité dont s’entourait toujours le Capitaine Future. Ce dernier peinait, pour une fois, à remettre ses idées en place. Les souvenirs affluaient : une silhouette blonde et élancée, des inflexions de voix à lui seul destinées, des mots murmurés à son oreille dans la douceur des nuits joviennes, mais aussi un regard déterminé, un visage douloureux et fort, décidé à faire face à l’avenir, tel qu’il l’avait contemplé pour la dernière fois deux ans auparavant.
Sentant le regard appuyé de son androïde sur sa nuque raidie, il se reprit. Il avait une cité subaquatique à sauver de la dérive. « Non, deux cités… Joan, nous allons trouver un moyen pour Kruopolis-II, il n’est pas trop tard… il ne peut pas être trop tard. »

***


(à suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Ven 22 Juin 2018 - 14:53
Auteur Message
Ysaure
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2018
Messages: 59
Localisation: Pays de la Loire
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Bonjour Jovienne,

Merci pour cette histoire et cette suite...

Apparemment il s'agit de la suite d'un défi.... Mais je n'ai pas trouvé où... Peux tu me dire où...?

Les sentiments sont toujours présents entre Flam Et Joan ...
Indécrottable romantique que je suis... flower j'espère que cette aventure leur démontrera qu'être séparés pour éviter à l'autre d'être en danger est un non sens... Pleure
Mala a lui même pointé l'absurdité de la chose Mad

Merci...

Bye

Ysaure

Back to top
Dim 24 Juin 2018 - 21:34
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 072
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Bonsoir Jovienne,

J'aime beaucoup cette nouvelle suite, avec les pensées de Curtis et Otho qui le perce à jour. Pas facile pour lui de rester de marbre face aux membres de son équipe qui le connaissent mieux que personne (Joan mise à part).

Et si Otho le devine, il n'en garde pas moins son côté optimiste, même si les circonstances sont difficiles.

J'ai bien aimé aussi le début, avec ces explications scientifiques. Tu sais bien marier le côté aventureux et technico-scientifique du monde d'Hamilton Good

Et avec tout cela, tu nous maintiens dans le suspense ! Bravo ! Clap

A plus pour la suite !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Aujourd’hui à 10:55
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [Fan fiction] Dans les profondeurs d'Encelade
Back to top
Page 1 sur 2
Aller à la page: 1, 2  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure