Le Forum des fans de «Captain Future» Index du Forum
Le Forum des fans de «Captain Future»
Le forum francophone des fans de Captain Future & Capitaine Flam.
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Le Forum des fans de «Captain Future» Index du Forum
Le Forum des fans de «Captain Future» Index du Forum Captain Future Fans Forum
Le Forum des fans de «Captain Future» Index du Forum FAN CLUB
Le Forum des fans de «Captain Future» Index du Forum Fan Fictions [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Mar 10 Juil 2018 - 07:07
Auteur Message
Ysaure
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2018
Messages: 110
Localisation: Pays de la Loire
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Hello  Ludy,


Yes...


Ce doit être l'air de la mer qui nous inspire... Doubt


Lecture du matin... Après avoir mis les enfants dans le train de la colo à l'aube...


Yes, yes... Naughty  Sorry  Mr. Green


Même si Saturna en est au début de sa grossesse... Elle ne craint pas les tirs perdus... Bizarre  Unbelievable


Mais quel est donc ce projet pour lequel les connaissances scientifiques de  Flam  sont indispensables...?
Je pense toujours que Khalon est mort trop facilement... Saturna qui ne montre aucun chagrin... Y'a un loup..  Question


Met avis que tout était prévu Psychedelic  hormi la résistance de  Captain Future  et la fidélité de son équipe.. Amstrong
Des personnes sans foi ni loi ne peuvent comprendre l'intégrité et la fidélité..  Alien 6


J'attends donc avec impatience de savoir ce que  Simon  va découvrir...


Bonne journée à toutes et à tous...


Bye


Ysaure 

Back to top
Mar 10 Juil 2018 - 07:07
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Mar 10 Juil 2018 - 17:55
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 588
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Salut Ludy!

Je repense encore aux injections administrées par Khalon et les travaux de Curtis sur ces plantes et la tentative d’empoisonnement. Je pense aussi à Joan qui a de nouveau cette peur maladive d’etre séparée de Flam . Je repense aussi au passage de son cauchemar ou Khalone la menaçait qui m’avais donné l’impression qu’elle s’etait momentanement retrouvée dans une autre dimension ou Khalone vivait toujours Shocked Je pense que Joan opère vraiment sur des intuitions à défaut de connaissances ou de souvenirs de ce qui se passe.

Je rejoins aussi Ysaure sur le fait que la loyauté de l’équipe des futuremen est toujours l’element sur lequel les ennemis se cassent toujours les dents. Devil

Merci pour cette belle suite! Good

Frego Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Sam 14 Juil 2018 - 18:04
Auteur Message
LudyNewton
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 272
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Bonjour les Filles,

Bon courage Ysaure cela doit être dure pour toi les enfants au loin à la colo. Le mien c'était très dur au départ les séparations après on s'habitue un peu mais c'est toujours dur quand c'est plus long. Il n'a pas encore déménagé alors je ne l'ai pas encore vu depuis plusieurs semaines mais il vient me rejoindre très bientôt.

Frégo tu relies beaucoup les morceaux et il y a effectivement un pont à faire avec la drogue de Kahlon.
En ce qui concerne Kahlon pour moi il était mort mais plus vous en parlez et plus vous me faites douter. Tout comme Saturna que je voulais absolument rendre plus sympathique et finalement c'est vous qui aviez raison. Alors pour Kahlon ce sera peut être la même chose. Pour l'instant je ne saurais répondre.

En attendant voici une suite.

A très bientôt

-----------------------------------------------------

Elle ouvrit les yeux, se redressa dans le lit et observa autour d’elle, tentant de se repérer et de se remémorer les derniers évènements. Elle regarda sa montre et fut intriguée de voir qu’il n’était que dix-neuf heures. Elle avait pourtant l’impression d’avoir passé une nuit complète alors que visiblement cela ne faisait que quelques heures qu’elle dormait. Elle repensa au sauvetage de Curtis, et commençait à se demander si elle ne l’avait pas rêvé. C’est alors qu’elle distingua une forme allongée à côté d’elle. Il ne faisait aucun doute que c’était lui. Elle se leva, le recouvrit délicatement, puis elle enfila un peignoir et sortie de la chambre.

Elle avait chaud et pénétra dans son ancienne cabine afin de prendre une bonne douche sans crainte de réveiller Curtis. La douceur de l’eau sur son cou lui fit un bien fou. Après quelques minutes de détente sous un filet d’eau bien chaude, elle sortit de la salle de bain et enfila une combinaison puis elle se dirigea vers le poste de pilotage où elle retrouva le Professeur, le Colonel, Crag et Mala en pleine discussion.

— Me revoici, dit-elle, en rentrant dans le poste de pilotage comme si de rien était.
— Comment te sens-tu? lui demanda le Colonel.
— Encore fatiguée, j’ai l’impression que c’est petite sieste bien que réparatrice n’était pas suffisante pour récupérer toutes mes forces.
— Cette petite sieste! s’exclama Mala.
— Oui pourquoi cette réflexion, Mala? demanda Johann, interloquée par la réaction de l’androïde.
— Tout simplement parce que ta petite sieste comme tu le dis si bien a duré plus de vingt-huit heures, répondit le Colonel.
— Vingt-huit heures! s’exclama Johann. Je comprends mieux pourquoi j’ai eu l’impression d’avoir dormi toute la nuit à mon réveil. Mais Curtis, il faut lui changer sa perf.
— Ne t’inquiète pas, le Professeur et Mala s’en sont occupé cette nuit pendant que vous dormiez.
— Je ne vous ai pas entendus, répondit la jeune femme.
— Je te le confirme, par contre qu’est-ce que tu pouvais être collée au Capitaine, ajouta-t-il en rigolant.
— Mala, allons voyons, intervint le Professeur en voyant que la jeune femme commençait à rougir.
— Je suis désolée, je ne m’en suis pas rendue compte, heureusement que je ne l’ai pas réveillé, reprit Johann, visiblement très gênée par les propos de Mala.
— Ne t’inquiète pas Johann. tu ne peux pas le réveiller. Il est comme plongé dans un mini coma. Il ne devrait pas ouvrir les yeux avant demain soir voir après-demain.
— Je suis rassurée, reprit la jeune femme.

Johann regarda autour d’elle, la majorité des écrans du poste de pilotage étaient allumés, elle les observa un instant pour tenter de repérer leur position mais quelque chose semblait la travailler.

— Johann? Pourquoi sembles-tu si songeuse d’un coup demanda Crag.
— Je me demandais où nous étions, reprit-elle.
— Nous n’avons pas bougé, nous sommes en vol stationnaire, répondit Mala.
— Mais devrions-nous pas ramener Curtis sur Tycho? questionna Johann.
— Je doute que ce soit ce qu’il veuille à son réveil. Une fois qu’il saura ce qui lui est arrivé, il voudra approfondir la situation pour découvrir et déjouer le plan de Saturna, intervint le Professeur.
— C’est sûr qu’il ne va pas vouloir en rester là, compléta Crag.
— J’espère qu’elle n’arrivera pas à lui remettre la main dessus, ajouta Johann.
— Ne t’inquiète pas pour cela nous ne ferons pas deux fois la même erreur. Il suffira de ne jamais en laisser un seul avec elle et surtout de ne pas tester le moindre masque ou autre qu’elle pourrait nous montrer mais je la sais bien trop intelligente pour imaginer qu’elle pourrait nous berner une seconde fois, répondit le Professeur.
— C’est clair. Mais j’ai peur de ce qu’elle pourrait nous inventer encore, ajouta Johann.
— Ne t’inquiète pas. Nous sommes tous ensembles et elle ne pourra rien contre nous tous réunis, tenta de la rassurer Mala
— Merci Mala, tu as raison, je ne vois pas pourquoi je deviens si pessimiste d’un seul coup, ajouta la jeune femme.
— C’est probablement la fatigue, tenta le Colonel.
— Oui et le contre coup d’avoir vu Curtis dans cet état, termina le Professeur.
— C’est vrai que je n’ai pas l’habitude de le voir sous contrôle et impuissant comme cela. Je suis tellement plus habituée à ce que ce soit lui qui me porte secours, compléta Johann.
— C’est sûr que ce n’est heureusement pas le cas habituellement. Mais ne t’en fais pas il va être remis sur pied bien plus vite que tu ne le penses, ne put s’empêcher de rajouter le Professeur.
— Merci Professeur, je n’en doute pas. Il a de la réserve et en plus nous avons la chance de t’avoir à nos côtés pour veiller sur nous, répondit Johann.
— C’est tout à fait normal Johann, nous formons une famille, rajouta Crag.
— Merci Crag, Je vais retourner dans la cabine, la fatigue commence à nouveau à se faire sentir, termina Johann.

La jeune femme commençait à se diriger vers la porte, lorsque le Colonel se leva et l’interpella avant qu’elle ne quitte le poste de pilotage.

— Veux-tu que nous allions manger un petit bout avant que tu ne retournes te coucher, demanda le Colonel.
— Avec plaisir Ezla, répondit-elle sans la moindre hésitation.

Ils se retrouvèrent tous les deux dans la cuisine. Johann s’installa sur la chaise pendant que le Colonel réchauffait une petite soupe aux poissons. Il observa la jeune femme et très vite ses sourcils froncèrent en remarquant de plus près ses cernes. Les heures qu’elle avait passées à dormir la journée dernière n’avaient effectivement pas été suffisantes pour la requinquer. Il savait ce qu’elle ressentait pour Curtis et se doutait bien que même si le Professeur s’était voulu très rassurant, tant que le jeune homme n’aurait pas ouvert les yeux, elle serait inquiète pour lui. Elle devait probablement se demander dans quel état d’esprit elle le retrouverait. Il s’approcha enfin d’elle avec la soupe qu’il lui tendit avec un sourire des plus chaleureux.

— Merci Ezla, j’ai beaucoup de chance de t’avoir, toi aussi tu prends bien soin de moi, lança Johann.
— Oh mais je ne doute pas que tu ferais la même chose pour moi, ma petite Johann et nous aussi nous sommes comme une petite famille, ne se priva pas d’ajouter Ezla.
— Oui tu as raison, ajouta Johann en versant quelques larmes.
— Et bien et bien, ne te mets pas dans cet état-là, répondit le Colonel en s’approchant de la jeune femme et en la prenant dans ses bras.
— Oh Ezla, je n’en peux plus, je m’excuse de craquer de la sorte, ce n’est pas dans mes habitudes. Je ne sais comment je vais le retrouver, à quel point a-t-elle pu lui lessiver le cerveau, la mémoire, je …. Je…., s’exclama Johann, totalement désemparée.
— Allons, allons, dit le Colonel en resserrant son étreinte. Si tu t’inquiètes pour l’état de son cerveau, s’il y avait un problème, le Professeur l’aurait déjà vu. Et en ce qui concerne les sentiments qu’il te porte, là aussi fais lui confiance. De ce que m’a raconté Mala, vu comment il a réagi face à Saturna il n’y a aucune inquiétude à avoir là-dessus non plus.
— Merci Ezla, c’est juste moi qui réagis mal et qui suis à fleur de peau, tenta-t-elle de se justifier.
— Une chose est sûre cette mission est particulièrement éprouvante tant sur le plan physique que le plan émotionnel. Ta réaction ne me semble donc pas si excessive que cela. D’ailleurs, dès que nous rentrerons je demanderai au Général Anders qu’il nous accorde de vraies vacances. Et j’espère que vous pourrez en profiter tous les deux pour vous retrouver enfin seuls.
— Oh merci Ezla, tu es vraiment un ange, répondit Johann en lui faisant un bisou sur la joue.
— Bon maintenant tu vas m’avaler cette soupe pour retourner te coucher car à ce rythme-là il va se réveiller avant même que tu ne te sois un peu plus reposée. Et vu la tête que tu fais en ce moment tu risques sérieusement de lui faire peur, ajouta le Colonel en feignant un ton autoritaire.
— Tu as entièrement raison Ezla, il nous faut manger avant que cela soit froid, ajouta-t-elle.

Ils terminèrent leur repas puis le Colonel raccompagna Johann jusqu’à la cabine. Il l’enlaça pour lui dire au revoir et la rassurer une dernière fois. Elle entra dans la cabine, enfila sa nuisette et se recoucha aux côté de Curtis.

-----------------------------------------

_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Sam 14 Juil 2018 - 19:02
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 588
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Salut Ludy!

Merci pour cette belle suite! Good Joan semble encore assez mal en point malgré le sang de Saturna suppose avoir contre le produit de Khalone! Shocked Si dans ton esprit Khalone est mort, alors il est mort. C’est bien aussi que Saturna soit la vilaine centrale! Master C’est bien de découvrir peu à peu ses plans. Good Il faudra probablement du renfort pour la recapturer et investir ce laboratoire! Question


A+

Frego Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Dernière édition par Frégo 80 le Sam 14 Juil 2018 - 23:25; édité 2 fois
Back to top
Sam 14 Juil 2018 - 19:19
Auteur Message
Ysaure
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2018
Messages: 110
Localisation: Pays de la Loire
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Hello Ludy,

Frego a répondu plus vite que moi... Le temps de lancer l'ordi... Beer

Je rejoins Frego, suis ton idée et pas nos élucubrations... Elles font partie du plaisir de l'attente Wall Secret

D'ailleurs je continue... Devil

Joan semble effectivement encore très mal en point... Hypersensible comme une femme peut l'être quand elle subit un bouleversement hormonal... Vous me suivez les filles... flower Siffle

Pour mes enfants non ce n'est pas dur car ce n'est que 15 jours... Et pi enfants uniques avec ma moitié, c'est le seul moment ou nous pouvons nous retrouver tout les 2 et souffler Sourire Snore

En revanche de longues semaines, ouaih Bad Mad c'est long. Je compatis. Contente que vous vous retrouviez bientôt... jump

Bonne soirée et bon week...

Bye Ysaure

Back to top
Mer 18 Juil 2018 - 07:38
Auteur Message
LudyNewton
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 272
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Bonjour les filles,

Merci pour vos messages qui sont très enrichissants. J'aime beaucoup lorsque vous donnez votre avis ou des idées pour la suite parfois je suis sur la même voie parfois pas du tout et des fois cela permet d'ouvrir d'autres portes dans tous les cas ces échanges sont très riches et intéressants.

C'est vrai Ysaure qu'un peu d'oxygène par moment c'est bien cela permet de se retrouver à deux et même de faire quelques menus travaux qu'il est parfois difficile de faire avec les enfants.

En attendant, sans plus attendre, voici la suite avec un peu de Flam un peu de Joan saupoudré d'un soupçon de Wow Wow flower flower flower car je ne sais pas vous mais moi cela me manquait un peu.

Je vous souhaite une excellente journée.

------------------------

Elle ouvrit les yeux, se redressa dans le lit et observa autour d’elle, tentant de se repérer et de se remémorer les derniers évènements. Elle regarda sa montre et fut intriguée de voir qu’il n’était que dix-neuf heures. Elle avait pourtant l’impression d’avoir passé une nuit complète alors que visiblement cela ne faisait que quelques heures qu’elle dormait. Elle repensa au sauvetage de Curtis, et commençait à se demander si elle ne l’avait pas rêvé. C’est alors qu’elle distingua une forme allongée à côté d’elle. Il ne faisait aucun doute que c’était lui. Elle se leva, le recouvrit délicatement, puis elle enfila un peignoir et sortie de la chambre. Elle avait chaud et pénétra dans son ancienne cabine afin de prendre une bonne douche sans crainte de réveiller Curtis. La douceur de l’eau sur son cou lui fit un bien fou. Après quelques minutes de détente sous un filet d’eau bien chaude, elle sortit de la salle de bain et enfila une combinaison puis elle se dirigea vers le poste de pilotage où elle retrouva le Professeur, le Colonel, Crag et Mala en pleine discussion.

— Me revoici, dit-elle, en rentrant dans le poste de pilotage comme si de rien était.
— Comment te sens-tu? lui demanda le Colonel.
— Encore fatiguée, j’ai l’impression que c’est petite sieste bien que réparatrice n’était pas suffisante pour récupérer toutes mes forces.
— Cette petite sieste! s’exclama Mala.
— Oui pourquoi cette réflexion, Mala? demanda Johann, interloquée par la réaction de l’androïde.
— Tout simplement parce que ta petite sieste comme tu le dis si bien a duré plus de vingt-huit heures, répondit le Colonel.
— Vingt-huit heures! s’exclama Johann. Je comprends mieux pourquoi j’ai eu l’impression d’avoir dormi toute la nuit à mon réveil. Mais Curtis, il faut lui changer sa perf.
— Ne t’inquiète pas, le Professeur et Mala s’en sont occupé cette nuit pendant que vous dormiez.
— Je ne vous ai pas entendus, répondit la jeune femme.
— Je te le confirme, par contre qu’est-ce que tu pouvais être collée au Capitaine, ajouta-t-il en rigolant.
— Mala, allons voyons, intervint le Professeur en voyant que la jeune femme commençait à rougir.
— Je suis désolée, je ne m’en suis pas rendue compte, heureusement que je ne l’ai pas réveillé, reprit Johann, visiblement très gênée par les propos de Mala.
— Ne t’inquiète pas Johann. tu ne peux pas le réveiller. Il est comme plongé dans un mini coma. Il ne devrait pas ouvrir les yeux avant demain soir voir après-demain.
— Je suis rassurée, reprit la jeune femme.

Johann regarda autour d’elle, la majorité des écrans du poste de pilotage étaient allumés, elle les observa un instant pour tenter de repérer leur position mais quelque chose semblait la travailler.

— Johann? Pourquoi sembles-tu si songeuse d’un coup demanda Crag.
— Je me demandais où nous étions, reprit-elle.
— Nous n’avons pas bougé, nous sommes en vol stationnaire, répondit Mala.
— Mais devrions-nous pas ramener Curtis sur Tycho? questionna Johann.
— Je doute que ce soit ce qu’il veuille à son réveil. Une fois qu’il saura ce qui lui est arrivé, il voudra approfondir la situation pour découvrir et déjouer le plan de Saturna, intervint le Professeur.
— C’est sûr qu’il ne va pas vouloir en rester là, compléta Crag.
— J’espère qu’elle n’arrivera pas à lui remettre la main dessus, ajouta Johann.
— Ne t’inquiète pas pour cela nous ne ferons pas deux fois la même erreur. Il suffira de ne jamais en laisser un seul avec elle et surtout de ne pas tester le moindre masque ou autre qu’elle pourrait nous montrer mais je la sais bien trop intelligente pour imaginer qu’elle pourrait nous berner une seconde fois, répondit le Professeur.
— C’est clair. Mais j’ai peur de ce qu’elle pourrait nous inventer encore, ajouta Johann.
— Ne t’inquiète pas. Nous sommes tous ensembles et elle ne pourra rien contre nous tous réunis, tenta de la rassurer Mala
— Merci Mala, tu as raison, je ne vois pas pourquoi je deviens si pessimiste d’un seul coup, ajouta la jeune femme.
— C’est probablement la fatigue, tenta le Colonel.
— Oui et le contre coup d’avoir vu Curtis dans cet état, termina le Professeur.
— C’est vrai que je n’ai pas l’habitude de le voir sous contrôle et impuissant comme cela. Je suis tellement plus habituée à ce que ce soit lui qui me porte secours, compléta Johann.
— C’est sûr que ce n’est heureusement pas le cas habituellement. Mais ne t’en fais pas il va être remis sur pied bien plus vite que tu ne le penses, ne put s’empêcher de rajouter le Professeur.
— Merci Professeur, je n’en doute pas. Il a de la réserve et en plus nous avons la chance de t’avoir à nos côtés pour veiller sur nous, répondit Johann.
— C’est tout à fait normal Johann, nous formons une famille, rajouta Crag.
— Merci Crag, Je vais retourner dans la cabine, la fatigue commence à nouveau à se faire sentir, termina Johann.

La jeune femme commençait à se diriger vers la porte, lorsque le Colonel se leva et l’interpella avant qu’elle ne quitte le poste de pilotage.

— Veux-tu que nous allions manger un petit bout avant que tu ne retournes te coucher, demanda le Colonel.
— Avec plaisir Ezla, répondit-elle sans la moindre hésitation.

Ils se retrouvèrent tous les deux dans la cuisine. Johann s’installa sur la chaise pendant que le Colonel réchauffait une petite soupe aux poissons. Il observa la jeune femme et très vite ses sourcils froncèrent en remarquant de plus près ses cernes. Les heures qu’elle avait passées à dormir la journée dernière n’avaient effectivement pas été suffisantes pour la requinquer. Il savait ce qu’elle ressentait pour Curtis et se doutait bien que même si le Professeur s’était voulu très rassurant, tant que le jeune homme n’aurait pas ouvert les yeux, elle serait inquiète pour lui. Elle devait probablement se demander dans quel état d’esprit elle le retrouverait. Il s’approcha enfin d’elle avec la soupe qu’il lui tendit avec un sourire des plus chaleureux.

— Merci Ezla, j’ai beaucoup de chance de t’avoir, toi aussi tu prends bien soin de moi, lança Johann.
— Oh mais je ne doute pas que tu ferais la même chose pour moi, ma petite Johann et nous aussi nous sommes comme une petite famille, ne se priva pas d’ajouter Ezla.
— Oui tu as raison, ajouta Johann en versant quelques larmes.
— Et bien et bien, ne te mets pas dans cet état-là, répondit le Colonel en s’approchant de la jeune femme et en la prenant dans ses bras.
— Oh Ezla, je n’en peux plus, je m’excuse de craquer de la sorte, ce n’est pas dans mes habitudes. Je ne sais comment je vais le retrouver, à quel point a-t-elle pu lui lessiver le cerveau, la mémoire, je …. Je…., s’exclama Johann, totalement désemparée.
— Allons, allons, dit le Colonel en resserrant son étreinte. Si tu t’inquiètes pour l’état de son cerveau, s’il y avait un problème, le Professeur l’aurait déjà vu. Et en ce qui concerne les sentiments qu’il te porte, là aussi fais lui confiance. De ce que m’a raconté Mala, vu comment il a réagi face à Saturna il n’y a aucune inquiétude à avoir là-dessus non plus.
— Merci Ezla, c’est juste moi qui réagis mal et qui suis à fleur de peau, tenta-t-elle de se justifier.
— Une chose est sûre cette mission est particulièrement éprouvante tant sur le plan physique que le plan émotionnel. Ta réaction ne me semble donc pas si excessive que cela. D’ailleurs, dès que nous rentrerons je demanderai au Général Anders qu’il nous accorde de vraies vacances. Et j’espère que vous pourrez en profiter tous les deux pour vous retrouver enfin seuls.
— Oh merci Ezla, tu es vraiment un ange, répondit Johann en lui faisant un bisou sur la joue.
— Bon maintenant tu vas m’avaler cette soupe pour retourner te coucher car à ce rythme-là il va se réveiller avant même que tu ne te sois un peu plus reposée. Et vu la tête que tu fais en ce moment tu risques sérieusement de lui faire peur, ajouta le Colonel en feignant un ton autoritaire.
— Tu as entièrement raison Ezla, il nous faut manger avant que cela soit froid, ajouta-t-elle.
Ils terminèrent leur repas puis le Colonel raccompagna Johann jusqu’à la cabine. Il l’enlaça pour lui dire au revoir et la rassurer une dernière fois. Elle entra dans la cabine, enfila sa nuisette et se recoucha aux côté de Curtis

Le lendemain matin, Johann émergea difficilement. Elle se retourna sur son côté droit et ouvrit timidement les yeux. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’elle remarqua les deux yeux gris qui l’observaient. Elle sursauta légèrement tellement l’effet de surprise fut intense puis elle se mit à le regarder également, ne sachant pas encore si elle devait se réjouir ou non de ce réveil prématuré.

— Et bien Johann, qu’est-ce qui te tracasse? Finit-il par lui demander
— Comment te sens-tu? ajouta-t-elle.
— C’est plutôt à moi de te demander cela, compléta-t-il
— Comment cela? Je ne comprends pas, répondit-elle
— Pour ne rien te cacher, il semblerait que tu aies eu un sommeil très agité. Lorsque je me suis éveillé, tu n’arrêtais pas de bouger et tu m’appelais en gémissant, expliqua-t-il.
— Oh je suis désolée, c’est donc moi qui t’ai réveillé? S’excusa-t-elle.
— Comme tu le sais j’ai le sommeil léger alors ce n’est pas étonnant que je me réveille, mais cela n’est pas grave, visiblement c’était l’heure dit-il en regardant sa montre.
— Et….Et…
— Et quoi? demanda-t-il
— Tu n’es pas étonné de me trouver là, dans ton lit? Murmura-t-elle
— Disons plutôt que de ne pas t’y trouver m’aurait inquiété. Maintenant, j’ose espérer que nous passerons toutes nos nuits ensemble tant que cela est possible bien entendu, expliqua-t-il.
— Oh, tu ne peux pas t’imaginer à quel point je suis soulagée, dit-elle, les larmes aux yeux.
— Johann, que se passe-t-il? Pourquoi te mets-tu dans un état pareil? Ai-je mal agi avec toi? Ai-je fait quelque chose qui aurait-pu te laisser penser que mes sentiments n’étaient pas sincères? Je t’en prie explique-moi? Enchaîna-t-il sans lui laisser la possibilité de l’interrompre.
— Non pas du tout, Ne te souviens-tu vraiment de rien du tout?
— Non rien du tout. Tu peux me dire ce qu’il s’est passé? demanda-t-il
— Quels sont tes derniers souvenirs? ajouta-t-elle.

Curtis se prit la tête dans les mains et fronça les sourcils. Johann se rapprocha et lui prit délicatement la main.

— Cela ne va pas? demanda-t-elle.
— C’est la première fois que je ressens une chose pareille. J’ai l’impression de devoir lutter pour accéder à mes souvenirs, du moins certains souvenirs, répondit-il.
— Nous devrions aller voir le Professeur. Maintenant que tu es réveillé, il voudra t’examiner à nouveau, ajouta Johann.
— M’examiner à nouveau, tu dis? Cela signifie qu’il m’a ausculté dernièrement et que je n’en ai aucun souvenir non plus, dit-il, perturbé.
— C’est exact. C’est pour cela que je préfère que nous le retrouvions à l’infirmerie et ainsi il pourra t’expliquer ce qu’il en est. Peux-tu marcher?
— Cela devrait aller, répondit-il en se redressant et en basculant ses jambes hors du lit, prêt à poser les pieds par terre.

Il se leva et fit le tour du lit pour la retrouver. Il attrapa ses deux mains et lui demanda de lui dire ce qu’il avait fait. Il lui expliqua qu’avant même d’avoir les explications du Professeur, il voulait entendre de sa bouche ce qu’il lui avait fait. Johann commença à lui parler de Saturna. Visiblement Curtis se rappelait de tout à l’exception de l’épisode laboratoire et recherches qui était comme verrouillé dans son cerveau. Devant son insistance, elle dut lui expliquer ce qu’il s’était passé et comment elle avait vécu son abandon. Rien qu’au tremblement de sa voix, il percevait ce qu’elle avait pu ressentir et cela le déchirait de voir ce qu’il lui avait fait endurer. Il la prit dans ses bras et l’implora de l’excuser.

— Voyons, je n’ai pas à t’excuser, tu n’étais pas toi-même. Cela m’a fait très mal de te voir sous son emprise et je m’en suis surtout beaucoup voulu d’être aussi impuissante. Et… je n’arrive pas à me pardonner de t’avoir demandé de lui faire confiance, ajouta-t-elle.
— Alors là, c’est totalement ridicule. Je lui ai fait confiance car je partageais ton opinion. Tu as réussi à me convaincre qu’elle avait changé car tout indiquait que tu avais raison. Promets-moi de ne pas rester avec une idée pareille en-tête? La supplia-t-il.
— Entendu, je te le promets et toi je veux vraiment que tu ne t’en veuilles pas non plus. Je te rappelle que tu n’étais pas toi-même, insista-t-elle.
— Là cela sera plus délicat, négocia-t-il.
— Non hors de question que tu considères que tu as tous les torts et que tu dois toujours être parfait. Je te rappelle que toi aussi tu es humain et que comme tout le monde tu peux par moment présenter des faiblesses.
— Nous verrons ce qu’en dit le Professeur et j’aviserai en fonction, ajouta-t-il.
— Pourquoi es-tu si dur avec toi-même? le questionna-t-elle.
— Je me dois de donner l’exemple, reprit-il.
— Mais là nous ne sommes que tous les deux et moi je ne demande qu’une chose c’est que tu sois le plus naturel possible. Tu n’as pas à être parfait devant moi, juste être toi avec tes qualités et tes défauts.
— Tu as probablement raison mais j’attends tout de même l’échange avec le Professeur. Je veux connaître ma part de responsabilité. Et peut-être me dira-t-il ce que j’ai bien pu faire pour te mettre dans cet état.
— Dans ce cas tu devrais être vite rassuré. Car tu n’as jamais été indélicat vis-à-vis de moi. Chaque minute de lucidité que tu as eue tu l’as utilisée pour tenter de me faire comprendre de ne pas m’inquiéter. C’est d’ailleurs pour cela que je suis allée à l’encontre du plan du Professeur, osa-t-elle ajouter.
— A l’encontre du plan du professeur, dis-tu? Et bien même moi je n’ai pas franchi ce cap jusque-là. L’enjeu devait être conséquent, ajouta-t-il sans caché son amusement.
— En effet, l’enjeu c’était toi, affirma-t-elle. Mais n’en parlons plus si cela te convient. Je suis consciente que j’ai pris de gros risques et que j’aurais dû les écouter.
— Les écouter? De plus en plus intéressant.
— Oui Mala aussi était en phase avec le plan du Professeur. Et je l’ai coiffé au poteau, expliqua-t-elle.
— J’ai hâte d’avoir leur compte-rendu, je sens que je vais bien rire, ajouta-t-il.
— En attendant je regrette, mais je n’arrive pas à comprendre Saturna, reprit plus sérieusement la jeune femme.
— Comment cela? demanda-t-il.
— J’essaye de m’imaginer à sa place. Si je t’avais perdu et que j’avais la chance dans mon malheur de porter ton enfant, ajouta-t-elle, visiblement très émue et bien je ...je…..
Curtís s’approcha de la jeune femme et posa ses mains sur ses épaules. Il plongea ses yeux dans les siens tout en effleurant son dos du bout d’un doigt. La jeune fille frissonna instantanément puis au bout de quelques secondes il releva son petit menton et lui sourit. Il l’embrassa fougueusement. Au bout d’une minute, il reprit tout en la conservant enlasée.
— Tu n’es pas Saturna et tu ne le seras jamais au même titre que je ne suis pas Kahlon et que je suis forte heureusement vivant et en possession de tous mes moyens. D’ailleurs je vais de ce pas te le prouver pour te permettre de chasser toutes ces idées noires qui te perturbent.

Faisant écho à ses derniers mots, il porta la jeune femme jusqu’au lit et commença à jouer avec la bretelle de sa nuisette. Oubliant tout ce qui la tracassait quelques instants auparavant, elle s’abandonna totalement dans ses bras répondit à ses caresses. Très vite n’écoutant que leurs cœurs et se laissant porter par leurs corps ils s’évadèrent dans leur petit paradis. Leur union avait été si intense qu’il leur fallut quelques minutes pour reprendre leur souffle. Ils restèrent un moment enlacés, aucun des deux n’osaient briser le silence qui étrangement les unissait. Curtís lui caressa délicatement les cheveux puis voyant qu’elle semblait encore perturbée, il fronça les sourcils.

----------------------------------

_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Mer 18 Juil 2018 - 09:16
Auteur Message
Ysaure
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2018
Messages: 110
Localisation: Pays de la Loire
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Hello Les filles

Ludy, effectivement pour les menus travaux... nous tentons vaillamment de finir la cuisine Mad
En théorie, l'enduit et la peinture devrait être finis pour le retour des enfants... Psychedelic
En théorie... débutée en avril, elle devait finir en mai... Pleure

Très agréable petite suite.... Heureusement que le traitement que Sature a fait subir au Flam ne lui a pas ôté toutes ses capacités Devil

Cette manie de perfection de Captain Future BRRRRRRRR Mad Angry grrr tomate

@+ Ysaure

Back to top
Mer 18 Juil 2018 - 16:49
Auteur Message
Ysaure
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2018
Messages: 110
Localisation: Pays de la Loire
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
NB1 : Pourquoi  Joan  est-elle si émue et perturbée... Rolling Eyes Question Mr. Green
NB2 : Pour le coup,  Flam est vraiment perturbé lui pour ne pas assommer  Joan  du traditionnel "Trop dangereux pour toi..." Smoke Cool
Quelques siestes supplémentaires pour lui remettre les idées en place... Naughty Fouet
J'ai d'imaginer la tête de Flam  lors des comptes rendus de  Simon , Mala  et  Ezla ... horified

Back to top
Mer 18 Juil 2018 - 21:06
Auteur Message
LudyNewton
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 272
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Hello les Filles,

J'ai réussi à pondre une petite suite qui devrait je l'espère vous laisser perplexe.
Je vais un peu jouer, j'ai une petite idée sur Kahlon alors je vous en délivre un petit bout suspens suspens....

@Ysaure, Johann est perturbée car elle avait peur que Curtis perde la mémoire sur les derniers moment de sa voe et que donc au passage il oublie qu'il a enfin fait sa déclaration. Pour le reste ce sera développé dans une autre suite.

Bonne lecture

------------------------------------

— À quoi penses-tu? Tu es de nouveau bien songeuse, intervint-il.
— Je suis désolée je recommence à penser à Saturna, reprit Johann.
— Ton intuition féminine s’est souvent révélée perspicace. Dis-moi en un peu plus, si tu le veux bien, lui demanda-t-il.
— Lorsque nous avons discuté toutes les deux seule à seule, elle m’a semblé si honnête et tellement sincère. Je t’assure qu’à aucun moment je n’ai imaginé qu’elle puisse inventer tout de toute pièce, expliqua Johann.
— Il est vrai que lorsque je lui ai parlé et qu’elle a commencé à aborder sa grossesse et la vie qu’elle voulait offrir à son enfant je l’ai trouvée très naturelle également.
— Tu vois ce n’est pas logique. Pourquoi risquerait-elle de perdre tout cela. Tu t’es tout de même engagé vis-à-vis d’elle à la laisser élever son enfant en dehors d’une prison et elle sait que tu ne reviens jamais sur ta parole, poursuit-elle.
— Il est vrai que tous ces éléments sont assez troublants, je te le concède, ajouta-t-il.
— Et Kahlon, lança-t-elle un peu à l’improviste.
— Comment cela Kahlon, où veux-tu en venir? demanda-t-il surpris de sa remarque.
— Je vais surement dire quelque chose que tu vas trouver ridicule mais j’ai bien observé Saturna et je n’ai pas trouvé qu’elle se comportait comme une jeune veuve, future mère, tenta-t-elle de s’expliquer.
— Et…? Peut-être n’éprouvait-elle tout simplement pas les sentiments que tu avais imaginés. En tout cas je suis persuadé que ses sentiments à lui à son égard n’étaient pas du tout ceux que je ressens pour toi.
— Tu ne m’enlèveras pas l’idée qu’elle a totalement changé de comportement entre le moment où nous l’avons vue en prison et lorsqu’elle était dans le laboratoire, poursuivit-elle.
— Alors là je ne pourrai malheureusement pas te dire, je n’ai aucun souvenir de ce passage, s’excusa-t-il.
— Penses-tu que le Professeur pourra te rendre tes souvenirs? reprit-telle
— Je ne peux l’assurer mais il peut toujours tenter, répondit-il sans trop s’avancer. Nous allons le voir d’ailleurs si tu le veux bien mais après une petite douche. Et j’aimerais bien que nous profitions de ce petit moment pour que tu continues à me dire le fond de ta pensée car j’ai comme l’impression que tu ne m’as pas tout dit.
— C’est exact, répondit-elle mais je te soufflerai le reste en te savonnant le dos, répondit-elle sur un léger ton espiègle.

Ils se dirigèrent vers la salle d’eau, en quelques secondes, leurs vêtements avaient rejoint le sol et ils étaient sous un agréable filet d’eau tiède. Ils se savonnaient mutuellement, tout en se forçant à rester sérieux afin de ne pas déraper. Au bout de quelques minutes il la prévint qu’il était prêt à l’écouter.

— Je pense que …. commença-t-elle, s’arrêtant n’osant pas continuer.
— Oui? Que penses-tu? Je t’écoute, l’encouragea-t-il
— Je pense que Kahlon n’est pas mort, se risqua-t-elle enfin.
— Je veux bien te suivre dans tes raisonnements mais là je t’avoue que j’ai beaucoup de mal. Je te rappelle que j’étais là lorsque Matt lui a tiré dessus.se justifia-t-il.
— As-tu examiné son corps de près? murmura-t-elle

Ils sortirent de la douche et après une rapide séance de séchage ils s’habillèrent. Johann regarda Curtis. Il ne disait plus un mot, son visage était fermé et son regard très sombre. Elle n’osa pas prononcer le moindre mot. Son attitude lui laissait penser qu’au lieu de trouver ses propos ridicules, ceux-ci le rendaient perplexes.
Ils sortirent de la cabine et se dirigèrent vers le poste de pilotage. Il s’arrêta en plein milieu du couloir et se retourna vers elle.

— Excuse-moi, mon amour. Tu m’as perturbé. Je ne sais même pas quoi te répondre. Je me suis remémoré toute la scène. Tout s’est passé si vite. Matt lui a tiré dessus ainsi que sur Saturna. Kahlon s’est effondré par terre. Saturna s’est hissée jusqu’à lui et a hurlé une fois au-dessus de lui. Je n’ai pas pu l’atteindre il y avait Matt à récupérer, ses sbires qui nous tiraient dessus, ils étaient nombreux au point que si Crag et Mala n’étaient pas arrivés à ce moment-là je ne sais pas si…. commença-t-il.
— N’en dis-pas plus s’il te plaît, je ne préfère pas entendre la suite, s’empressa-t-elle d’ajouter.
— En attendant du coup tu as raison, je n’ai pas constaté de moi-même sa mort et je ne suis pas sûr que nous puissions nous baser uniquement sur ce que les agents ont fait ensuite. Il aurait pu échanger sa place avec celle d’un de ses sbires morts. Cependant il a vraiment pris une sacrée balle. Le moins que l’on puisse dire c’est que ton Matt vise bien.
— Pour commencer ce n’est pas mon Matt et ensuite je me trompe surement, tout ce que je te dis es subjectif et je n’ai aucune preuve pouvant appuyer ce sentiment, expliqua-t-elle.
— Cela ne serait malheureusement pas la première fois qu’il arriverait à s’en sortir. Cela ne s’arrêtera-t-il donc jamais, continua-t-il en soufflant.
— Je suis désolée, je sais dans quel état tu es rien qu’en évoquant Kahlon. Je n’aurais jamais dû te raconter tout cela, s’excusa-t-elle.
— Bien au contraire, si jamais il est en vie je préfère autant le savoir et m’y préparer. D’ailleurs je vais demander au Professeur de me confirmer que je suis bien en état de retourner dans ce labo. Peut-être que certains souvenirs reviendront et surtout j’espère attraper Saturna et crois-moi qu’elle va parler cette fois, répondit-il.

Ils reprirent le chemin vers le poste de pilotage. Cette fois c’est Curtis qui avançait à vive allure, Johann accéléra le pas pour le rattraper. Il avait hâte de pouvoir agir. Même si l’idée de Johann lui avaient au départ semblée farfelue, les explications qu’elle avait donné ensuite ne l’étaient pas du tout. Saturna cachait de toute façon quelque chose et il se promettait de le découvrir rapidement.

-----------------------------

_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Jeu 19 Juil 2018 - 07:50
Auteur Message
Ysaure
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2018
Messages: 110
Localisation: Pays de la Loire
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Hello Ludy,

Clap pour cette suite... avant le boulot grrr

Je me demande si Flam est tout à fait rétabli... Unbelievable Il tient compte de l'avis de Joan Angel
Quoi que... Il n'a pas forcément le choix... Elle pourrait vouloir n'en faire qu'à sa tête... Naughty
Après avoir désobéi à Simon plus rien ne pourra l'arrêter

Et encore, Captain Future ne sait pas encore tout ce qu'il lui doit... Master Sans Joan son réveil aurait été bien plus désagréable Hug Devil : enchainé sur la couchette de l'infirmerie avec un bon mal de crâne horified Drink

Impatiente de savoir ce qui s'est passé quand Flam aura retrouvé la mémoire...

Bonne journée à toutes

Bye

Back to top
Jeu 19 Juil 2018 - 08:07
Auteur Message
Ysaure
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2018
Messages: 110
Localisation: Pays de la Loire
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
NB : Flam étonnamment détendu Cool semblait trouver très drôle que Joan est défiée Simon et Mala

M'est avis qu'il rira moins quand il comprendra les risques qu'elle a pris Psychedelic
Mais c'était pour le sauver... flower Winner

Back to top
Jeu 19 Juil 2018 - 12:06
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 588
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Salut Ludy!

Le retour de Khalone, expliquerait effectivement
le volte-face de Saturna! Shocked Elle a toujours eu ce lien toxique avec lui. Il faut quand même lui laisser ses talents de manipulatrice et calculatrice qui en a confondu plus d’un. Angry Merci tout de même pour la pause Wow Naughty flower ! Ça promet tout ça! Youpi

A+

Frego Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mer 25 Juil 2018 - 20:34
Auteur Message
LudyNewton
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 272
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Bonsoir les Filles,

Avec cette chaleur je vous livre une petite suite un peu froide. Flam Joan .

excellente soirée et à très bientôt

----------------------

Il pénétra dans le poste de pilotage. Ils se retournèrent tous à l’ouverture de la porte mais se fut Crag qui réagit le premier.

— Oh Capitaine, te voici enfin débout, s’exclama le grand robot de fer.
— Je suis tellement content de te voir sur pieds, compléta l’androïde.
— Comment te sens-tu mon ami, intervint le Colonel.
— Je ne saurais quoi vous répondre, pour l’instant. Professeur, pouvons-nous aller à l’infirmerie? demanda le Capitaine
— Bien entendu, j’attendais que tu émerges pour te faire un check-up complet, expliqua le Professeur.
Curtis se retourna vers Johann qui était entrée discrètement derrière lui. Elle le regarda, attentive à ses faits et gestes.
— Parfait, dans ce cas ne perdons pas une minute de plus et allons y maintenant, dit-il à l’adresse du Professeur.
— Entendu, je te suis mon garçon, répondit le Professeur.
— Johann? demanda le Capitaine
— Oui Curtis, pardon oui Capitaine, répondit Johann.
— Tu nous accompagnes? demanda-t-il sur un ton plus doux.
— Euh … je… si tu veux, balbutia-t-elle.

Ils se dirigèrent tous les trois vers l’infirmerie. Une fois entré, Curtis se dirigea directement vers le lit médicalisé où il s’assit après avoir retiré sa combinaison. Johann s’approcha un peu, intimidée, c’était la première fois qu’elle le voyait en caleçon autrement que dans l’intimité. Il sentit son malaise et fit comme si de rien n’était pour ne pas la mettre davantage en difficulté. Le Professeur prit les constantes et nota qu’elles indiquaient toutes que le Capitaine était en pleine forme.

— Physiquement, tout va bien mais je suppose que tu le savais déjà, demanda le Professeur.
— En effet, disons que je m’en doutais. Ce qui m’inquiète le plus c’est ma mémoire, répondit le Capitaine.
— Ta mémoire? Comment cela? questionna le Professeur, tout en regardant également Johann.
— Pour résumer je me souviens de tout ou du moins je pense me souvenir de tout à l’exception de ce qu’il s’est passé avec Saturna dans ce fameux laboratoire.
— Intéressant, des trous de mémoire très sélectifs alors, ajouta le Professeur.
— Oui cela m’en a tout l’air. Que puis-je faire pour recouvrir la mémoire? demanda le Capitaine.
— J’ai remarqué certaines des plantes que Saturna avait utilisées, je vais faire des recherches pour comprendre comment éradiquer leurs effets, expliqua le Professeur.
— Penses-tu qu’en étant sur place et en revoyant les lieux, la mémoire pourrait revenir plus facilement? questionna Curtis.
— Cela pourrait en effet faciliter les choses. Tu comptes t’y rendre, je présume, répondit le Professeur.
— Tout à fait. J’avale mon café et j’y fonce de suite avec Mala et le Colonel, répondit le jeune homme, tout enthousiasmé.

Il se retourna vers Johann et se rendit compte qu’elle lui lançait un regard très sombre, ses yeux brillaient trop pour que cela soit normal. Ils restèrent quelques secondes perdus, plongés dans le regard l’un de l’autre, puis Johann se précipita vers la sortie. Il n’avait pas eu le temps de réagir qu’elle était déjà sortie en claquant la porte. Le Capitaine, tout étonné regarda le Professeur en lui faisant comprendre qu’il se demandait si la scène qui venait de se passer était réellement arrivée. Il décida finalement de partir à la recherche de Johann. Il se rendit dans sa chambre mais ne la trouvant pas, il décida alors de tenter la cabine de la jeune femme. Après tout si elle était partie sans même lui adresser la parole, il y avait des chances qu’elle lui en veuille. Il avait beau tenter de se remémorer la scène, il ne voyait pas pourquoi elle avait quitté l’infirmerie de la sorte.
Une fois devant la cabine, il frappa et n’obtenant aucune réponse, il ouvrit délicatement la porte. Il découvrit alors Johann debout devant son lit, en train de rassembler dans un sac de voyage ses vêtements et effets personnels.

— Johann ! Mais que fais-tu ? demanda-t-il en s’approchant de la jeune femme.
— On ne t’a jamais appris à ne pas entrer si tu n’y a pas été invité? questionna-t-elle en guise de réponse.
— Techniquement tu es dans le cyberlabe et je peux du coup…. Commença-t-il avant qu’elle ne l’interrompe.
— Oh ne t’inquiète pas, accorde moi encore quelques secondes et je m’en vais, ajouta-t-elle sur un ton qui le glaça.

— Johann, je suis prêt à entendre et à prendre la responsabilité de tout ce que tu veux sur mon comportement dans le laboratoire, ma mémoire ne me permettant pas de te contredire mais là j’avoue que je suis perdu. Pourquoi as-tu réagi de cette façon? Qu’ai-je dit qui ait pu te mettre dans un état pareil? demanda-t-il perdu.
— Tu oses… tu oses me demander ce que tu as dit? s’exclama-t-elle.
— Oui excuse-moi, éclaires-moi, s’il te plaît, répondit-il.
— Je vais te répondre par une question. Pourquoi tiens-tu toutes tes promesses auprès de tout le monde sauf vis-à-vis de moi? demanda-t-elle en lui lançant des éclairs dans les yeux.
— De quelle promesse parles-tu?
— Ah! Là est bien le problème de quelle promesse sagit-il. Tu m’en as fait tellement que tu n’as pas honorées que je ne sais par laquelle commencer, s’exclama-t-elle.
— Suis-je autant détestable ? demanda-t-il?
— Tu m’as promis que nous vivrons ensemble très prochainement après les luxoides, tu m’as promis que nous ne nous séparerions plus après cette mission. Dois-je te rappeler comment cela s’est passé la dernière fois que tu as décidé que je n’avais pas le niveau de vous accompagner en mission? S’empressa-t-elle de répondre.
— Ah c’est donc cela. Tu m’en veux juste parce que je ne t’ai pas citée dans les personnes qui m’accompagneraient pour aller au laboratoire, demanda-t-il.
— Il n’y a pas que… Comment peux-tu…. Comment peux-tu vouloir retourner aussi rapidement là-bas alors que j’ai failli t’y perdre déjà, ajouta-t-elle sur un ton larmoyant.
Il s’approcha d’elle, lui retira les vêtements qu’elle avait dans les mains et il la força à rejoindre ses bras.
— Non, laisse-moi, je n’en peux plus, cela ne se finira jamais. Tu ne sais pas vivre sans te mettre en danger, tu n’imagines même pas ce que j’ai pu ressentir en te voyant aux mains de Saturna. Tu n’imagines pas les cauchemars que j’ai pu faire également, répondit-elle, incapable de retenir ses larmes.
— Je suis vraiment désolée, Johann, mon souhait n’était pas de t’évincer mais de te mettre à l’abri et surtout de te permettre de te reposer, ajouta-t-il en conservant la jeune femme au creux de ses bras.
— Et si je te dis que je veux venir avec vous, s’empressa-t-elle de compléter.
— Si cela est vital pour toi et bien ok tu peux venir avec nous.


---------------------------

_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Mer 25 Juil 2018 - 23:22
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 588
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Salut Ludy!

Brrrr! Crazy En effet Joan a vraiment eu une saute d’humeur sur ce passage. Flam n’est pas beaucoup mieux et semble vraiment considérer la situation avec légèreté! Shocked Les deux sont vraiment perturbés et aucun des deux n’est vraiment capable de se ménager! Sad Tu ne leur donne vraiment aucun répit! Mr. Green

Bonne chance pour la suite!

A+

Frego Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Jeu 26 Juil 2018 - 20:29
Auteur Message
Ysaure
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2018
Messages: 110
Localisation: Pays de la Loire
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Bonsoir les filles, 


Quelle tête à claques ce  Flam ... Après une extraction in extremis par son équipe le voilà qui fonce tête baissée sans plan et sans un minimum de précaution.
.. Psychedelic
De quoi sortir la boîte à gifles... Autant  Joan  peut avoir la tête un peu près du bonnet parfois  Evil  mais là je lui donne raison...


Au delà des effets de la drogue,  Flam  a-t-il été hypnotisé, auquel cas il serait manipulable... des dispositifs ont-ils été implantés dans son cerveau ...


Avant de se jeter dans l'arène la bouche en coeur et la fleur au fusils, un minimum de réflexion et de préparation que diable Mad


La légèreté de Simon  m'étonne... Aurait il était lui aussi victime des vapeurs délétères de cette  Cool


De plus, on se doute que pendant ce temps,  Saturna n'est pas restée les bras croisés sans tien faire ... Un comité d'accueil doit les attendre... Kill


Ôter à Captain Future   toute prudence pour qu'il se précipite lui-même au devant d'un destin funeste... Voilà une vengeance digne de Khalon  grrr
Que  Flam  autorise  Joan  à participer à l'intervention comme s'il s'agissait d'une partie de campagne Unbelievable ... On voit bien que ça ne tourne pas  Doubt  côté  Flam .
Ou bien c'est une manoeuvre pour mettre la main sur  Joan ... Car on ne sait toujours pas de quelle expérience elle a été victime Crazy


Un plan en 2 parties en quelques sortes  horified


Il est tant que les gars se réveillent  Mala Grag Simon Ezla ... Et que  Joan  prenne les choses en main pour une fois  Devil


flower


Ysaure 

Back to top
Aujourd’hui à 10:52
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Protection mais à quel prix?
Back to top
Page 11 sur 21
Aller à la page: <  1, 2, 310, 11, 1219, 20, 21  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure