Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions Une Saint Valentin mouvementée
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Ven 28 Avr 2017 - 21:01
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonsoir LudyNewton,

Je n'ai pas eu beaucoup de temps depuis trois jours pour commenter, mais je lis au quotidien et j'aime bien la tournure de l'histoire ! Toutes les fleurs bleues vont s'épanouir, c'est certain flower

Je ferai un commentaire plus fouillé demain, mais là... Snore

A plus !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 28 Avr 2017 - 21:01
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Sam 29 Avr 2017 - 01:09
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonsoir LudyNewton!

J'adore les séquences fleur bleue... Wow

C'était très émouvant à lire, Wow mais je ne serais pas surprise que Joan soit sous influence... Neutral Peut-être mon imagination me joue-t-elle des tours... Rolling Eyes Mais je sens qu'il se prépare quelque chose... Elle semble avoir les idées bien arrêtées... horified

Continue LudyNewton! Je suis toujours accrochée... jump

Amitiés
Flamme
flower

_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 29 Avr 2017 - 01:47
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Salut Ludy Newton et Flamme!

J'ai beaucoup apprécié ce passage fleur bleue. Éffectivement, c'est censé être une St-Valentin mouvementée et il reste encore 10 jours avant la date fatidique  Shocked . Il peut encore se passer bien des choses! J'ai aussi hâte de voir ce qui va se passer sur Jupiter! Je suis définitivement accrochée! Master


A+


Frégo  Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Sam 29 Avr 2017 - 16:06
Auteur Message
LudyNewton
Major Mars
Major Mars

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 161
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Hello de nouveau les filles.
Je suis contente que mon histoire vous plaise.
Effectivement Frégo a tout à fait raison j'ai réalisé hier que la St Valentin n'était pas pour toute suite et qu'il fallait donc trouver en quoi elle serait mouvementée car mon titre n'était pas adaptée sinon. J'étais du coup morte de rire en lisant ton message, les grands esprits se rencontrent MDR
En toute honnêteté je pensais écrire une dizaine de lignes au départ et ne pensais pas aller aussi loin.
Mais là ça y est je commence à voir des trucs pour la St Valentin il va juste me falloir trouver comment remplir avant le jour J Rire

Comme je l'ai indiqué sur l'autre post, j'ai utilisé les mots du défi pour cette séquence. Bonne lecture

***********************

Une fois arrivé sur Tycho, Curt partit comme promis prévenir Joan. Il frappa à sa porte. N’ayant pas obtenu de réponse il l’entrouvrit et constata que la jeune femme était profondément endormie. Il préféra ne pas l’interrompre dans son sommeil, elle en avait grand besoin. Il retourna donc auprès de ses compagnons.

- Je vais chercher quelques affaires sur la base puis je repars avec Joan. Nous allons sur Jupiter. L’un d’entre-vous peut-il rester près de sa cabine le temps que je fasse l’aller-retour ? Je ne voudrais pas qu’elle se réveille seule dans le vaisseau.

- Entendu Capitaine, répondit Otho. Je me porte volontaire.

- Il est clair boule de gomme que tu n’auras pas besoin de faire appel à de nombreux SUBTERFUGES pour accomplir cette mission, le railla immédiatement Crag

- Moi au moins je contribue à faire évoluer nos vies et maintenant que Joan est là je pense que notre petite famille va vite s’agrandir.

- Cela suffit vous deux ! Nous partons une dizaine de jours avec Joan. Passé cet ATERNOIEMENT, je ne veux plus entendre vos disputes, MANIPULATIONS diverses et variées et propos sur notre vie privée et encore moins en présence de Joan. Je ne veux pas qu’elle subisse inutilement vos pressions.

Comme à son habitude, le Professeur restait INDIFFERENT au cadrage de l’androïde et du robot. Même s’il avait coutume d’assister à ce type de scène, il était persuadé, cette fois, que le jeune homme avait été suffisamment clair pour être entendu et compris.
Les deux compagnons appréciaient beaucoup Joan et ne souhaitaient que le bonheur de leur Capitaine. Il était donc fort à parier que cette fois ils obéiraient ou du moins feraient leur maximum pour le faire car comme on le sait tous « Chassez le naturel, il revient au galop ».

Otho avait cependant toucher une corde sensible et ceux qui le connaissaient bien pouvaient entrevoir l’air NOSTALGIQUE qui émanait du professeur en pensant à Curt tout bébé ainsi qu’à ses parents qui ne connaîtraient pas leur descendance.

Curt ne prit que quelques minutes à rassembler quelques affaires. Sa cabine contenait déjà tout ce qu’il fallait. Il avait tenu absolument à retourner sur la base car il conservait précieusement dans une petite boite un bijou de toute beauté qu’il avait trouvé, sur Raka, lors d’une de ses missions. Ce bijou, pierre, une pierre montée sur un collier avait la particularité de faire cohabiter un reflet bleuté ainsi qu’un reflet grisé. Il l’avait trouvé peu de temps après sa rencontre avec Joan. Le reflet bleuté lui avait de suite fait penser aux yeux de la jeune fille. Il s’était dit qu’il trouverait bien un jour l’occasion de lui offrir. Cette Saint Valentin lui semblait donc être l’occasion rêvée.

Il retourna très vite sur le Comète, pris congés de ses compagnons en leur ayant préalablement expliqué qu’ils ne partiraient réellement pour Jupiter que dans quelques heures, le temps de récupérer. Il leur précisa que tous deux souhaitaient être seuls et les pria de ne pas les déranger durant au moins les dix prochains jours. Nous étions le 5 février, il voulait clairement être tranquille pour la Saint Valentin.

Comme convenu avec Joan, il avait placé le Comète en vol stationnaire et s’était couché dans sa cabine. Très vite le sommeil l’avait rattrapé.
Il dormait depuis quelques heures quand il fut réveillé en sursaut par des hurlements.
Il n’eut besoin que de quelques secondes pour se remémorer les évènements de ces dernières heures et se remettre les idées en place. Il se précipita dans la cabine de Joan.
Elle était dans son lit, remuait, hurlait comme un animal qui vient d’être capturé et ne comprend pas ce qui lui arrive.

Très vite il tenta de la calmer, il essaya de la retenir dans le lit pour qu’elle arrête de s’agiter mais il comprit très vite que c’était la pire des choses à faire. Elle devint de plus en plus SAUVAGE et se débattait de toutes ses forces. Elle finit par le frapper au visage.
Il décida une autre approche. Il la lâcha, s’écarta du lit, alluma la lumière et se rapprocha de nouveau mais cette fois sans la toucher il parlait tout doucement.
- Joan, tout va bien. C’est Curt. Nous sommes à bord du Comète….

La jeune fille ralentit ses mouvements effrénés et commença à se calmer. Elle ouvrit progressivement les yeux. En apercevant le Capitaine, elle le regarda puis se mit à lui sourire légèrement.

- Joan, comment te sens-tu ?

- Oh Curt j’étais à nouveau dans cet endroit LUGUBRE et je ….

- Chuuuut, chasse cette pensé de ton esprit. C’est fini nous sommes là rien que tous les deux …

- Cuuurt ?

- Oui Joan ?

- Est-ce que tu peux t’allonger à côté de moi ?

- Non je ne vais pas m’allonger à côté de toi, je vais plutôt t’emmener dans ma cabine, nous y serons bien mieux.

Et il la porta jusque dans sa cabine. A peine l’avait-il allongée sur le lit, il s’installa à côté d’elle, elle déposa sa tête sur son torse, et elle s’endormit.

Il se réveilla quelques heures plus tard. Elle était allongée à côté de lui, sa main posée sur son bas ventre. Il admirait ses cheveux lumineux et CHATOYANT et y glissait délicatement sa main. Elle ouvrit les yeux et le regarda avec curiosité.

- Où sommes-nous ?

- Nous sommes dans ma cabine. Je te souhaite la BIENVENUE dans mon univers.

- Je ne comprends pas, je me suis endormie dans ma cabine, comment suis-je arrivée ici ? Que s’est-il passé ?

- Rien je t’assure. Tu as fait un gros cauchemar cette nuit et je t’ai juste pris avec moi pour que tu puisses dormir paisiblement.

- Je n’ai aucun souvenir

- Ne t’inquiète pas, c’est probablement des restes de la drogue que cette brute t’a injectée. N’oublie pas que le Professeur a précisé qu’il te faudrait plusieurs jours pour reprendre une vie normale.

- Oui tu as raison, il m’a rappelé que je ne devais pas aller trop vite. En attendant, je ne sais pas toi mais moi j’ai une petite faim.

- Excellente idée, je te propose d’aller prendre un petit thé avec quelques gâteaux dans le salon.

Ils s’installèrent sur le canapé du petit salon. Curt attrapa une petite télécommande et actionna l’ouverture des stores. Ils avaient ainsi une vue magnifique sur Tycho.

- Regarde Joan à droite, cette belle étoile FILANTE.

- Oh qu’elle est magnifique. Elle me fait penser à une promesse que je tu m’as faite il y a bien longtemps.

- Oui je sais et tu as tout à fait raison. Lorsque nous sommes repartis de la Comète de Halley, je t’avais promis qu’un jour nous trouverions un endroit pour vivre nous deux. Et bien peut être pourrions-nous commencer à y penser sérieusement.

************

LudyNewton

_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Sam 29 Avr 2017 - 16:17
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Hello !

J'ai bien aimé, LudyNewton, la réponse que tu as faite à Frégo : des fois, on croit écrire juste un petit truc de rien de tout et on est embarqué bien plus loin Mort de Rire . (remarque tout à fait innocente de ma part, si Elaine était là, je suis certaine qu'elle serait morte de rire à l'idée de me lire. Limeye qui envisage une petite histoire, ben, tiens... Laughing ).

Tout cela pour dire que je me réjouis que cette histoire ne soit pas terminée, même si les développements actuels satisfont grandement les fleurs bleues qui sommeillent en nous Wow . C'était une bonne idée d'utiliser les mots du défi actuel pour cette suite, qui s'y prêtait d'ailleurs bien. Jusqu'à présent, on avait "pondu" des défis qui se sont transformés en histoires à rallonge, mais pas l'inverse. Parfois, cela peut aider pour l'inspiration Good

Donc, continue ! Moi aussi, je suis accrochée Wink

Bizz

Limeye

_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 30 Avr 2017 - 07:03
Auteur Message
LudyNewton
Major Mars
Major Mars

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 161
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
La suite, pour celles qui commencent à se poser des questions.
Et bien oui Notre Capitaine Flam aussi forcément commence à s'en poser aussi. Il a forcément un train d'avance sur nous Very Happy

**********************

- Curt il faudrait que je prévienne Ezra de notre escapade, je ne voudrais pas qu’il s’inquiète et pense que je me suis volatilisée.

- Oui tu as entièrement raison. Pourras-tu me le passer une fois que tu auras fini. Il faut absolument que je lui parle d’une affaire sur laquelle nous avons travaillé dernièrement.

- Oui pas de souci. Quelle affaire ?

- Je regrette Joan c’est une affaire confidentielle que m’avait confiée le Président et je ne peux malheureusement pas t’en parler.

- Je comprends Capitaine, je vous laisserai tous les deux sur votre dossier secret défense.

La jeune femme s’installa devant le video-transmetteur situé dans la Cabine du Capitaine et appela le Marshal.

- Bonjour, Capitaine, Euh non bonjour Joan. Excuse-moi j’avais vu que l’appel venait du Comète. Tu es repartie de chez toi ?

- Oui Ezra je voulais te prévenir pour ne pas que tu te préoccupes de moi. Nous sommes partis avec Curt pour une dizaine de jours.

- C’est bien qu’il t’emmène sur une de ses explorations. Cela va te changer les idées. Et je suis sûr que le Professeur, Otho et Crag seront également aux petits soins pour toi.

- Pas exactement. En fait nous sommes que tous les deux, s’exclama t’elle ravie.

- Ok je comprends. Je suis très heureux pour vous deux. Il semblerait que le Capitaine ait enfin écouté son cœur.

- Ezra ?

- Oui Joan ?

- Peux-tu me dire où en est l’affaire des disparues ? Avez-vous pu retrouver les agents ? Avons-nous des explications sur les motivations de ce psychopathe ?

- Ah bonjour Capitaine, le Marshal salua Curt qui venait de faire son apparition à l’écran juste derrière Joan.

- Non malheureusement Joan, l’enquête piétine pour l’instant. Je te dirai lorsque j’aurai du nouveau.

- En attendant Capitaine, vous tombez bien, je voulais m’entretenir avec vous d’un sujet confidentiel.

- Décidemment ! A croire que je vous dérange ou que vous vous êtes donné le mot. J’ai compris je vous laisse. Quand j’aurai le droit de revenir, tu n’auras qu’à venir me chercher dans ma cabine, Capitaine.
- Mais non Joan ne le prend pas comme cela. Répondit Curt en lui attrapant la main et en lui laissant un petit baiser. J’arrive dès que possible.

Elle sortit, claqua la porte et se rendit directement dans sa cabine. Finalement la fatigue la gagnait, elle allait profiter de ce moment pour se reposer un peu.

- Nous voilà seuls Marshal. J’ai remarqué que vous ne lui avez pas dit pour les agents.

- Oui je ne sais pas comment lui annoncer qu’elles sont toutes mortes. Comme le professeur avait dit qu’il lui faudrait du temps pour récupérer je ne voulais pas entraver sa guérison en lui donnant d’aussi mauvaises nouvelles qui lui ferait automatiquement penser à ce à quoi elle a échappé de peu. Il serait probablement préférable que ce soit vous qui lui expliquiez quand vous jugerez qu’elle peut l’entendre.

- Oui Marshal vous avez probablement raison. Maintenant entre nous, où en est l’enquête ?

- L’affaire est classée. Billy McCold a été déclaré comme étant un psychopathe qui avait décidé de s’en prendre à des agents exclusivement féminins de la Police des Planètes. Comme il est mort il n’y aura pas de procès et l’affaire a été classée. Vous semblez troublé, Capitaine, s’enquit le Marshal.

- En effet. Je trouve qu’il y a beaucoup trop d’incohérences dans cette histoire pour qu’elles ne soient que des coïncidences.

- Comment cela, expliquez-vous ?

- Je n’ai pour l’instant pas d’explication. Cependant je peux vous exprimer tout ce qui me semble suspect et vous verrez que la liste est longue.
o Vous n’avez pas été prévenu de la mission de Joan
o Anders a mis une semaine avant de vous informer de sa disparition
o Quelle est la probabilité que le psychopathe s’en prenne à Joan dès le premier soir alors qu’il semble avoir choisi les autres agents au hasard ?
o Cinq agents qui perdent la trace d’une personne qu’ils sont censés surveiller avec le plus grand soin !
o Anders qui classe l’affaire sans chercher à comprendre davantage sur les motivations de ce psychopathe
o D’où vient ce Billy McCold car je ne sais pas quel est son âge exact mais il m’a semblé avoir au moins une petite cinquantaine d’années. Je doute que ces agents soient ses premières victimes.

- Vous avez raison. Je n’avais pas vu les choses comme cela. Il y avait quelques points qui me dérangeaient mais je n’avais pas encore réussi à rassembler tous les morceaux. Mis bout à bout, cela ressemble à une machination bien calculé.

- Exactement. Et je me demande même si mon intervention dans la libération de Joan n’était pas également voulue.

- Oui mais quel serait le but de tout cela ?

- C’est là où je me suis arrêté dans la réflexion, je n’ai pour l’instant pas la moindre explication.

- Que pouvons-nous faire pour découvrir ce qui se cache derrière toute cette affaire ?

- Pour l’instant pas grand-chose. Je pense que la personne à l’origine de ce plan machiavélique va finir par se manifester et le mieux est de rester sur nos gardes. Quand à Joan je pense lui dire maintenant pour les autres agents. Je pense au-delà qu’elle n’ait pas apprécié notre discussion confidentielle, elle se doute de quelque chose. Autant commencer à lui dire. Plus j’attendrai et pire ce sera.

- Comme toujours vous avez raison Capitaine. Bon je vais vous laisser. Je vais essayer de rassembler quelques éléments de mon côté comme le nom des cinq agents responsables de sa protection.

- Oui très bonne idée Marshal. Mais faites attention car nous n’avons pour l’heure aucune idée de l’identité de notre ennemi. Je ne serais pas étonné qu’il soit ou qu’il ait des taupes très bien placées au sein même de la Police des Planètes.

- Merci Capitaine, je vais être discret et prudent. Je vous tiens au courant dès que j’en sais un peu plus. En attendant félicitations. Joan m’a dit que vous aviez franchi une étape tous les deux. Je suis heureux pour vous deux. Vous méritez tout le bonheur possible.

- Merci Marshal, vous me faites chaud au cœur. Bon je vous laisse je vais tenter d’empêcher notre première dispute.

- Bon courage, à plus tard.

Le jeune homme éteignit le video-transmetteur et se dirigea vers la cabine de Joan. Il frappa mais elle ne répondit pas. Pensant qu’elle faisait la tête il entra et constata qu’elle s’était allongée et dormait de nouveau. Elle ouvrit les yeux en l’entendant approcher. Il commença à lui parler et voulait clarifier les choses par rapport à la conversation avec le Marshal. Très vite il comprit qu’elle n’avait pas de souvenir de l’appel.
Toutes ces mini pertes de mémoire commençaient à l’inquiéter. Il se dit qu’il appellerait le Professeur un peu plus tard quand elle se reposerait de nouveau.



**********

LudyNewton
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Dim 30 Avr 2017 - 07:41
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonjour Ludy Newton,


Les grands esprits se rencontrent en effet! Mort de Rire  Je me posait les mêmes questions que notre capitaine .Les trous de mémoire de Joan sont effectivement troublants quoique courants après un trauma.  Neutral  J'ai hate de voir comment tout cela va évoluer .  jump jump jump


A+


Frégo  Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 30 Avr 2017 - 16:01
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonjour à toutes!

Je retrouve avec plaisir non seulement l'ambiance du forum, mais je constate aussi que certaines choses ne changent pas:

-ces rencontres des grands esprits, toujours savoureuses... Best Clap

-l'impressionnant sens d'analyse et de synthèse de Frégo Shocked Master

-ce sentiment de déjà vu quant on se retrouve entraîné à écrire plus long qu'on pensait, que Limeye a mentionné... Laughing Mort de Rire Ah Ah Ah! O-tho aussi pourrait nous en dire long sur le sujet... Mr. Green

Bravo pour ton histoire, LudyNewton! Elle suscite bien des questions et commentaires qui en disent long sur notre intrêt...

Je trouve en effet le comportement de Joan très étrange... Ses pertes de mémoire expliquent-elles tout? Y aurait-il autre chose? Question Elle a souvent besoin de dormir, également... Neutral A la place de Curtis, je me méfierais...

Heureusement que Joan ne perd pas la mémoire pour ce qui est important, comme cette promesse de Curtis faite au retour de leur séjour sur la comète de Hslley... Wow Hug

Continue LudyNewton! Je suis très curieuse de voir comment tu vas faire évoluer les choses... jump jump jump

Amitiés
Flamme

flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 30 Avr 2017 - 16:18
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Hello !

Suite au commentaire de Flamme, j'ajouterai aussi :

- Ezra est toujours aussi humain, généreux et attendrissant quant il s'agit du bonheur de Joan !
- Ce n'est pas à Simon qu'on peut raconter des sornettes...

Et enfin, moi aussi, je trouve de plus en plus étrange le comportement de Joan : si sa première perte de mémoire pouvait s'expliquer par le fait qu'elle était encore sous l'influence du produit, la répétition suscite bien des interrogations...

J'attends donc la suite avec impatience, mais j'adore le rapprochement entre les deux tourtereaux de l'espace Wow

A Plus !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Lun 1 Mai 2017 - 09:29
Auteur Message
LudyNewton
Major Mars
Major Mars

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 161
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonjour à toutes (ou tous si jamais Pascal passe un peu de temps en temps sur les fan fictions), la suite Rire

***********************

- Joan ?

- Oui Curt ?

Il s’approcha et s’allongea à côté d’elle dans le lit et la prit dans ses bras.

- Anders a retrouvé les agents.

- C’est merveilleux, comment vont-elles ?

- Non, Joan, répondit-il en baissant les yeux. Je suis désolé mais c’était trop tard. Elles n’ont pas survécu.

- Oh Mon Dieu, Curt, ce n’est pas possible. Les pauvres ! Certaines étaient plus jeunes que moi et d’autres étaient des mères de famille. C’est trop injuste. Pourquoi moi je m’en suis sortie ?

- Joan, tu as eu la chance d’être la dernière à avoir été kidnappée.

- Non Curt, j’ai surtout eu la chance de te connaître et que tu me retrouves à temps. D’ailleurs comment as-tu fait ? Tu ne m’as pas raconté comment tu m’avais libérée et où j’étais exactement.

- C’est juste Joan.

Et il commença à lui raconter toute l’histoire depuis l’appel du Président, en passant par la prévoyance du Professeur à installer une géolocalisation de secours. Il ne parla pas de la première pièce qu’ils avaient découverte avec Crag. Il était inutile que la jeune femme ait davantage de visions d’horreur.
Elle lui demanda ce qu’il en était de l’enquête sur Billy McCold. Il ne put lui répondre que ce qu’il savait c'est-à-dire pas grand-chose. Cependant il lui exprima les soupçons qu’il avait de complot, au plus haut niveau de la Police des Planètes.
Il fut étonné de constaté à quel point sa mémoire semblait sélective. Elle paraissait oublier ce qui se rapportait à sa peur et ses cauchemars mais semblait bien retenir tout ce qui concernait l’affaire.

- Bon à présent je te propose de partir en direction de Jupiter.

- Oui avec plaisir, s’exclama-t-elle.

- Nous y serons à l’abri car personne ne sait où nous allons. Sachant qu’il y a au minimum un espion dans son entourage, le Marshal ne s’amusera pas à dire que nous nous y trouvons. Nous serons donc tranquilles le temps de voir s’il se passe d’autres évènements. Je vais m’installer au poste de pilotage. Que vas-tu faire de ton côté ?

- Je vais mettre un peu d’ORDRE dans la cuisine, puis je vais prendre une douche et me recoucher un peu.

- Oui tu as raison, j’avais presque oublié que tu avais perdu à « Pierre, papiers, CISEAUX » et que tu étais de corvée de vaisselle.

- Comment ça, de quoi parles-tu ? Je vais ranger car il faut bien que quelqu’un le fasse.

Encore une perte de mémoire, il préféra ne pas en faire cas devant la jeune femme.

- Parfait bon repos mon amour et je reviens dès que la voie sera suffisamment dégagée pour mettre le pilotage automatique. Il déposa un baiser timide sur ses lèvres et quitta la cabine.

Il commença les manœuvres et très vite le vaisseau se mit en mouvement. Il profita d’être seul pour contacter la base lunaire.

- Capitaine ? Nous te manquons déjà lui répondit Crag qui venait de prendre l’appel.

- Crag, l’heure n’est pas à la plaisanterie, malheureusement. Peux-tu demander à Otho et au Professeur de nous rejoindre ?

- Pas de souci, Capitaine, ils sont déjà là autour de moi.

- Parfait.

- Que se passe-t-il mon garçon ? Un problème avec Joan ? s’enquit le Professeur

- Plusieurs choses et oui en effet j’ai quelques inquiétudes au sujet de Joan.

- La vie à deux est déjà compliquée, Capitaine, ricana Otho.

- Professeur, Joan ne fait quasiment que dormir depuis que nous l’avons retrouvée. Elle s’éveille seulement pour de courtes durées et elle souffre de micro pertes de mémoire fréquentes.

- Il me semble normal qu’elle n’ait pas encore retrouvée la mémoire de tout ce qu’elle a subi. Il est même fort possible qu’elle ait enfoui au plus profond d’elle-même certains sévices afin de ne pas affronter ces souvenirs.

- Cela me semble effectivement normal. Cependant, ce que je ne m’explique pas ce sont les pertes de mémoire qu’elle a à son réveil sur ce que nous avons fait ou dit durant son éveil précédent. Je trouve cela d’autant plus étrange que cela me semble assez sélectif. J’ai vraiment l’impression qu’elle retient tout de ce que je lui dis sur la situation mais pas le reste. Sa mémoire long terme ne semble pas affectée.

- Oui effectivement tu as raison, ce n’est pas normal. La drogue ne devrait plus faire d’effet en tout cas ne pas avoir d’impact sur les agissements présents et ce type de drogue en principe ne permet pas de différencier les souvenirs. C’est du tout ou rien.

- J’ai de plus un mauvais pressentiment. Comme si toute cette histoire n’était que les prémices et que ce Billy McCold n’était que la première étape d’un piège encore plus machiavélique. Je soupçonne même un haut gradé de la Police des Planètes. Plus j’y repense et moins je crois que Joan ait été kidnappée par hasard.

- Capitaine ? Que pouvons-nous faire pour t’être utile.

- Pour l’instant rien. J’ai promis à Joan que nous passerions les dix prochains jours seuls sur Jupiter. Je ne veux pas revenir sur cette promesse pour plusieurs raisons. Si c’est nous qui sommes visés nous devrions être à l’abris sur Jupiter.

- Ok mon garçon, soit prudent et continue à bien t’occuper de Joan.

- Merci Professeur. A tous, à bientôt. Pour information, le Marshal va mener une enquête en parallèle de son côté, n’hésitez pas à lui apporter votre soutien.

Il mit fin à la communication et plaça le Comète en pilotage automatique et partit rejoindre Joan.

Les trois jours suivants se déroulèrent sur la même lignée. Joan avait beaucoup dormi. Désormais elle passait toutes les nuit auprès du Capitaine. Les cauchemars ainsi que les pertes de mémoires semblaient s’atténuer un peu.

Le 10 février, à peine arrivés à l’aéroport de Jovopolis, ils décidèrent de se dégourdir les jambes en faisant un petit tour à pied. Ils passèrent à côté du palais du gouverneur. La demeure était vraiment magnifique, toute illuminée dans l’OBSCURITE de cette soirée bien avancée. Le manoir témoignait de la beauté de l’architecture jovienne.
Ils retournèrent au Comète avec dans l’idée de bien dormir afin de partir au petit matin en expédition toute la journée.
Le lendemain, muni chacun d’un petit sac à dos avec le strict nécessaire, ils prirent la direction de la jungle. Le seul petit luxe qu’ils s’accordèrent fut deux petites SUCETTES à la fraise. Ils voulaient revoir avec un œil de touristes la métropole en ruine où l’empereur de l’espace les avaient enfermés avec Otho.
La végétation était luxuriante et variée, le mélange de couleurs qu’elle présentait était tout simplement magnifique. Curt s’approcha de Joan et la décala délicatement sur sa droite.

- Que fais-tu ? lui demanda-t-elle, sur un ton qui n’était pas des plus aimables

- J’essaye juste d’éviter que tu te fasses piquer par tous ces CHARDONS, se justifia-t-il.

- Ok, Merci répondit elle

Son comportement était vraiment INCOMPREHENSIBLE. En temps normal elle se serait précipitée dans ses bras pour le remercier, elle aurait été impressionnée par son savoir UNIVERSEL qu’il démontrait maintenant avec des connaissances en botanique.
Décidemment il était de nouveau très troublé par la jeune femme, non seulement il n’était plus l’objet de son IDOLATRIE mais en plus elle devenait LUNATIQUE. Il y a à peine quinze minutes ils marchaient, main dans la main, fou amoureux de se retrouver où ils s’étaient rencontrés la toute première fois.

Au détour d’un sentier ils furent arrêtés par deux hommes armés.

- Bonjour Capitaine Futur, ravi de vous rencontrer enfin en chair et en os. Nous vous attendions.

- Vous nous attendiez, mais comment cela ?

- Mon patron CONVOITE la récompense qui est promise pour ta capture. Plusieurs de vos « Amis » ont décidé de se rassembler pour proposer une très belle compensation à celui qui te mettra hors d’état de nuire.

- J’ai une petite question ? Comment pouviez-vous savoir que vous me trouveriez ici ?

- Désolé, je ne connais pas toutes les techniques de mon patron si c’était le cas je serai LE PATRON ! Bon maintenant suffit, remets-nous tes armes.

Le Capitaine se tourna vers Joan et constata qu’elle était comme un zombie. Il voulait au départ lui faire un petit signe comme d’habitude pour qu’ils puissent lancer une offensive simultanée mais il constata avec désarrois qu’elle ne lui serait d’aucun secours. Elle semblait ailleurs, comme insensible et déconnectée de ce qu’il se passait.
Il commença à remettre les armes et profita d’un moment d’inattention d’un des hommes, pour pousser le second dans les chardons et récupérer l’un de ses pistolets à proton pour mettre hors service celui qui était resté debout. Puis il n’eut qu’à faire de même avec celui qui se relevait en souffrance, du champ d’épineuses.

- Joan il faut que nous regagnons le Comète au plus vite, nous y serons à l’abri.

Voyant qu’elle ne réagissait pas, il l’attrapa par la main et il l’entraîna dans sa course en direction de l’aéroport.
Décidemment la balade romantique dans les ruines de la cité serait pour un prochain jour.
Une fois calfeutré à l’intérieur du vaisseau Curt prépara du thé et proposa à Joan de s’installer dans le salon pour discuter.

- Joan, as-tu quelque chose à me dire ? N’aies pas peur je peux tout entendre ? As-tu prévenu quelqu’un de notre venue sur Jupiter, tous les deux, seuls ?

- Curt, les seules personnes avec qui j’ai parlé de notre escapade en solitaire sont le Professeur et Ezra. Pourquoi penses-tu que je puisse donner des informations à tes ennemis, c’est absurde. Tu doutes de ma loyauté et des sentiments que j’éprouve à ton égard.

- Je suis désolé, Joan. Je te trouve tellement bizarre depuis que je t’ai retrouvée. Tu as tellement changé. J’ai l’impression de ne plus te reconnaître.


******************

Bonne journée

LudyNewton

_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Lun 1 Mai 2017 - 19:46
Auteur Message
LudyNewton
Major Mars
Major Mars

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 161
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Qui veut une petite suite Smile

****************

Un grand malaise s’était immiscé entre eux. Le jeune homme s’en voulait de lui avoir dit ce qu’il pensait. Il changea de sujet pour ne pas laisser ce mal-être les envahir davantage.

- Joan, tu ne m’en voudras pas si nous quittons Jupiter ? Contrairement à ce que je pensais, nous n’y sommes pas en sécurité.

- Non bien sûr, pourquoi t’en voudrais-je ?

- Ton vœu le plus cher était que nous partions, tous les deux, sur Jupiter.

- Mon vœu le plus cher était surtout de me retrouver seule avec toi afin que nous puissions enfin apprendre à nous connaître, autrement qu’en mode mission dangereuse. Jupiter m’est venue naturellement car c’est notre lieu de rencontre.

- Je comprends.

- Tu penses que je t’ai tendu un piège ?

- Non pas du tout. J’ai confiance en toi mais depuis ton enlèvement tu as d’étranges réactions.

- Excuse-moi de ne pas réagir naturellement après avoir été kidnappée et retenue prisonnière une semaine par un psychopathe qui m’a battue et battue et cela aurait été à mort si comme je l’ai compris tu n’étais pas venue me délivrer à temps.

- Non c’est à moi de m’excuser. Je ne voulais pas te blesser, ni mettre en doute ton intégrité. Je t'aime Joan et je suis déçu car je voulais vraiment que ce séjour soit merveilleux pour nous deux. En attendant je te propose de nous rendre sur Elara.

- Elara ?

- Elara est un des nombreux satellites naturels de Jupiter, il a été découvert au début du 20ème siècle. Il porte le nom de l’une des maîtresses de Zeus.

- D’accord, au moins personne ne saura que nous y sommes et la proposition ne viendra pas de moi.

Voyant la jeune femme faire la moue, Il s’approcha d’elle, la prit dans ses bras et frotta doucement son nez sur le sien avant de lui glisser à l’oreille, je t’aime mon amour.
Elle l’étreignit et lui tendit ses lèvres.
Cette fois, ce fut un baiser passionné qui les unit.
Il s’écarta délicatement en laissant ses mains posées sur ses épaules.

- Nous allons décoller. Plus vite nous partirons plus vite je serai rassuré.

- Je viens avec toi.

Ils s’installèrent tous les deux au poste de pilotage et partirent.
Il ne s’était à peine écoulé trois heures qu’ils étaient déjà sur Elara. La soirée étant bien avancée, ils mangèrent et se couchèrent.

Le lendemain, Joan fut réveillée par la lumière qui illuminait toute la cabine. Elle distingua le bureau où Curt s’était installé hier pour trouver la meilleure alternative à Jupiter pour terminer leur séjour. La petite porte qui menait à la salle de douche était légèrement entre-ouverte. La chambre était assez vaste et décorée sommairement. Sur le mur à droite du bureau se trouvait le video-transmetteur. Il ne clignotait pas et elle se dit qu’aucun message n’était arrivé depuis qu’ils avaient joint Ezra quelques jours auparavant.
Il était allongé à côté d’elle, profondément endormi. Elle se leva le plus discrètement possible et quitta la chambre.
Elle entra dans sa cabine et en ressorti quelques minutes plus tard, douchée et habillée.

Elle préparait le petit déjeuner lorsque le Capitaine fit son apparition devant l’entrée de la cuisine.

- Tu es déjà debout ? Tu as bien dormi ? Tu es réveillée depuis longtemps ?

- Pourrais-je avoir un bonjour avant d’être harcelée par autant de questions. J’ai l’impression de subir un interrogatoire.

- Je suis désolé Joan, il s’approcha et l’embrassa sur le front et la remercia pour le petit déjeuner.

Ils s’assirent et commencèrent leur petit déjeuner.
Ils décidèrent ensuite de profiter d’une météo clémente pour se promener et découvrir les alentours.
Ils partirent vers le sud. Après un petit kilomètre de marche, ils arrivèrent sur un petit lac. Ils trempèrent les pieds et devant la douceur de l’eau, ils prirent la décision de revenir le soir-même pour un petit bain de minuit.
Ils poursuivirent le tour du lac. Le cadre verdoyant appelait à la sérénité. Un petit moulin attira leur attention sur l’ouest. Ils s’en approchèrent et constatèrent qu’il était abandonné. Ils retournèrent en direction de l’aéroport, avec l’idée de se balader un peu dans la ville pour trouver un endroit où manger.
Ils commençaient à sortir de table lorsque deux vénusiens entraient dans le restaurant. Le Capitaine croisa leurs regards et comprit de suite qu’ils étaient venus pour eux.
En les voyant sortir leurs armes gros calibres, il eut juste le temps de se précipiter sur la jeune femme et de la plaquer à terre en la recouvrant de son corps. Voyant que les deux vénusiens tiraient un peu n’importe où. Il se rappela que les hommes dans la jungle avaient parlé d’une capture et non d’une mort.
Les clients, serveurs et cuisiniers couraient, dans tous les sens, en direction des différentes issues de secours. Le restaurant était le théâtre d’une scène de guerre.
Le capitaine profita de ce capharnaüm pour attraper Joan par le poignet et l’entraîner à vive allure vers les cuisines.
Curt et Joan pénétrèrent dans une des pièces de stockage des conserves. Le jeune homme usa de sa grande taille pour attraper une barre de fer située en haut d’un des meubles. Il s’en servit pour bloquer l’accès. Puis il déplaça avec l’aide de Joan une des réserves pour la placer devant la porte.



*********

Bonne soirée

LudyNewton

_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Lun 1 Mai 2017 - 20:01
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Hello LudyNewton !

Une nouvelle suite pour ce soir, nous sommes gâtées Smile Good !

Je commence à avoir une petite idée de ce qui peut se passer... mais je ne dirais rien, comme Frégo, pour ménager le suspense ! Langue

En tout cas, les réactions de Joan sont toujours aussi inattendues et versatiles...

Bizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Lun 1 Mai 2017 - 20:22
Auteur Message
LudyNewton
Major Mars
Major Mars

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 161
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonsoir
Je suis tellement prise au jeu que moi aussi j'ai hâte de voir la suite. J'ai des wagons définis maintenant il faut que je les rassemble. Et vos messages m'encourage à poursuivre, encore Merci.

Vous pouvez toujours envoyer un message Privé pour ne pas spoiler les autres. Mais je ne suis pas sure que vous trouviez la petite mise en scène de La St Valentin Smile Psychedelic
Bonne soiree
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Mar 2 Mai 2017 - 01:03
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonsoir les filles!

Tu nous gâtes en effet avec cette nouvelle suite, LudyNewton! Clap

Le caractère de Joan ne s'améliore pas avec le temps, malheureusement... Confused Curtis fait preuve d'une patience et d'une diplomatie admirables... Shocked

On verra bien si l'une d'entre nous parvient à découvrir ce que tu mijotes... Wink Mais c'est toujours agréable d'avoir une surprise! Good

Amitiés
Flamme
flower

_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 2 Mai 2017 - 20:06
Auteur Message
LudyNewton
Major Mars
Major Mars

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 161
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Amies du soir, Bonsoir

Une suite, assez dure je l'avoue mais la suite n'en sera que meilleure, du moins je l'espère.

*********************************

La pièce était assez sombre mais Curt avait remarqué de suite en entrant qu’une petite fenêtre leur permettrait de s’enfuir. Il avait ainsi préféré ralentir l’accès des vénusiens pour leur laisser suffisamment de temps pour s’échapper.

- Joan, vite, nous allons passer par la fenêtre

Il ouvrit sans la moindre difficulté la fenêtre, aida la jeune fille à se hisser vers la sortie puis il la rejoignit à l’extérieur.

Ils se retrouvèrent dans une petite cour intérieure. Se pensant dans un cul de sac ils regardèrent autour d’eux puis ils découvrirent que le petit jardin dans lequel ils se trouvaient était traversé par un petit chemin qui passait entre deux bâtiments.

- Ne perdons pas de temps ici, rejoignons au plus vite le Comète.

- Entendu Capitaine, je te suis

Il lui prit la main en lui souriant et ils se mirent à courir à toute vitesse, en suivant ce chemin.

Le Capitaine ne réfléchit pas, une fois dans le Comète il s’installa directement au poste de pilotage et décolla.
Joan l’avait suivi assez inquiète. Elle se demandait dans quel état d’esprit il était vis-à-vis d’elle.
Elle était partagée car par moment il lui souriait tendrement et l’instant d’après elle le sentait très tendu et interrogatif à son égard.
Il mit le pilotage automatique et lui proposa d’aller se coucher, se fut les seuls mots qu’ils échangèrent de la soirée.
Elle s’endormit à ses côtés, blessée comme elle l’avait rarement été. Elle se dit que ce qu’elle ressentait à cet instant était aussi douloureux que ce qu’elle avait ressenti lorsque Billy McCold la torturait. Car là ce n’était pas une violence physique mais la déchirure de son cœur.

De son côté il avait lutté pour ne pas la prendre dans ses bras. Etait-elle son ennemie, pouvait-il lui faire confiance, que se passait-il ? Avait-elle conscience d’aider leur ennemi ? Comment les avait-elle prévenus ? Peut-être ce matin, après-tout elle s’était levée avant lui. Autant de questions auxquelles il ne savait répondre. Il était d’autant plus perdu que ce n’était pas dans ses habitudes de ne pas savoir quoi penser.

En attendant il fut soulagé lorsqu’il constata qu’elle s’était endormie. Il allait en profiter pour joindre le Marshal et le reste de son équipe.

Il se rendit au poste de pilotage et commença par contacter le Marshal. Celui-ci lui apprit que les 5 agents qui avaient été affectés à la protection de Joan avaient disparu. Mise à part cette information le Marshal n’avait rien trouvé de plus.

Il contacta alors la base lunaire. Le Professeur apparut à l’écran, Crag et Otho le rejoignirent très vite. Il leur demanda où ils en étaient de leurs recherches.
Tout comme le Marshal ils n’avaient pas trouvé grand-chose. Billy McCold avait déjà été condamné par le passé pour des faits de violence sur des animaux mais jusque-là il ne semblait pas s’en être pris à des hommes. En attendant, vu le portrait psychologique que le professeur avait pu élaborer de ses condamnations précédentes, il ne comprenait pas pourquoi du jour en lendemain cet homme s’en était pris exclusivement à des agents féminins. Il pouvait expliquer qu’il s’en prenne à des femmes en pensant avoir plus facilement le dessus mais il ne comprenait pas le rapport avec la Police des Planètes. Cela n’avait pas de sens. A moins qu’un complice l’ait aidé dans le choix de ses proies.

Le Capitaine leur expliqua la situation avec Joan ainsi que les deux attaques qu’ils avaient subies. Il leur demanda d’éviter de parler de l’affaire en sa présence et surtout de ne pas évoquer l’enquête du Marshal pour ne pas le mettre en danger, si elle venait à le répéter.

- Mon garçon ? Qu’est-ce qui te fait douter exactement de Joan ?

- Son comportement est étrange, elle est lunatique et je ne vois pas comment ils ont pu nous repérer, ce n’est pas possible. Elle seule savait que nous nous rendions sur Elara.

- Auraient-il pu placer une puce sur le Comète ?

- J’y ai pensé mais ils nous ont attaqué lorsque nous étions en pleine jungle sur Jupiter et sur Elara nous n’étions pas non plus dans le Comète mais en ville.

- Sais-tu quelle est leur motivation ?

- Apparemment une prime a été mise sur ma capture. Et comme par hasard je suis attaqué lorsque je suis en position de faiblesse, loin de la base et sans vous à mes côtés.

- C’est pour cela que tu penses que Joan est dans le coup ?

Elle était entrée dans le poste de pilotage à ce moment-là et n’avait entendu que les dernières phrases. Des larmes coulèrent de ses yeux, elle suffoquait n’arrivait plus à respirer. Il se retourna et en la voyant il comprit qu’elle avait suffisamment entendu pour penser qu’il ne lui faisait pas confiance. Il prévint le Professeur qu’il devait raccrocher.
Elle n’attendit pas qu’il finisse d’éteindre le video-transmetteur qu’elle sortit en courant de la pièce.

- Joan ? Attends ! Nous devons parler.

- C’est bon tu as déjà tout dit.

Elle s’enferma à clé dans sa cabine et s’assit par terre. Elle n’arrivait plus à respirer. Noyée dans des sanglots qui se transformaient en spasmes, elle commençait à hoqueter.

- Joan ? Allons ouvre-moi ?

- C’est inutile. Je n’aurais jamais dû venir avec toi. C’était une erreur. J’aurais préféré mourir entre les mains de ce psychopathe plutôt que de vivre ce que je ressens maintenant. Notre histoire n’est pas commencée qu’elle est déjà finie. Avoir attendu autant de temps, imaginé autant de choses pour cela je n’ai plus rien du tout. Plus le moindre espoir à présent. Ramène-moi chez moi et oublie-moi. Je ne veux plus faire la moindre mission avec toi.

- Joan, non tu ne peux pas dire tout cela ! Laisse-moi t’expliquer. Le Professeur posait une question et je te signale que je n’y ai pas répondu.

- Il n’y avait pas besoin de réponse. Ta phrase précédente était déjà sans équivoque.

- De toute façon cela fait un moment que tu savais que notre histoire n’irait pas loin. C’est bien pour cela que tu ne l’as jamais encouragée.

- Joan tu n’as pas le droit de dire cela. Et je peux t’en donner une preuve.

- Elle est où cette preuve ?

- Ouvre, nous allons la chercher, ensemble, dans ma cabine. Je te promets qu’après l’avoir vu tu pourras te faire ton propre avis et que je respecterai tes choix.

Elle ouvrit la porte. Elle avait les cheveux en bataille et les yeux tout rouges.
Il n’osa pas la toucher ni lui parler, il se contenta de prendre la direction de sa cabine. Elle le suivit sans un mot.
Il ouvrit le troisième tiroir de son bureau et en sortit une petite boite.

- Je devais te donner ce cadeau demain. Cela fait plusieurs années que je l’ai avec moi et que j’attendais le meilleur moment pour te le donner.

Elle prit timidement le paquet et l’ouvrit. Elle découvrit une pierre de toute beauté. Elle fut émerveillée par les reflets qui s’en dégageaient. Pour mieux admirer la pierre, elle la sortit de son écrin.
Elle toucha alors la pierre et reçu comme une décharge électrique dans le cerveau. La boite lui échappa des mains et elle se prit la tête dans les mains en hurlant tellement la douleur était forte.
Il la regarda impuissant.


*****************

Bonne soirée

LudyNewton
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Aujourd’hui à 20:43
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Back to top
Page 2 sur 8
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure