Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions Une Saint Valentin mouvementée
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Dim 23 Avr 2017 - 17:15
Auteur Message
LudyNewton
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 69
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonjour,

Comme promis j'ai essayé d'écrire un petit bout. Surtout n'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Même si c'est nul je préfère le savoir.

************

Le 3 février à 21 heures, dans un des cratères de Tycho, transformé en véritable laboratoire et maison d’habitation, un jeune homme roux assis devant le vidéo-transmetteur de sa chambre tape violemment son poing sur son bureau. Il se lève de son fauteuil et sort de la pièce en claquant la porte. Otho, un androïde synthétique, spécialiste du camouflage l’interpelle dans le couloir.
 Et bien Capitaine ? Que t’arrive-t-il ? Je ne t’ai que rarement vu aussi énervé ?
 Cela fait au moins dix jours que je tente de joindre Joan, je lui laisse des messages mais elle ne me répond pas ni ne me rappelle.
 Ce n’est pas dans ses habitudes de t’ignorer. Elle est probablement partie en mission.
 Oui probablement mais j’ai une question importante à lui poser et je vais finir par perdre patience et surtout le courage de le faire si je ne peux lui parler rapidement.
Il n’a pas le temps de finir sa phrase que le vidéo-transmetteur signale qu’un appel est en cours.
 Eh bien voilà surement l’appel que tu attends ?
Le jeune homme se précipite dans sa chambre et accepte l’appel. Le visage d’un homme d’une cinquantaine d’années avec une grosse moustache se dessine progressivement à l’écran. Il tombe des nues, le visage est bien loin du visage angélique qu’il s’attendait à voir apparaître. Il ne manquait plus que lui se dit-il au plus profond de lui-même.
 Capitaine Future, je suis désolé de vous déranger à cette heure-ci. Pouvez-vous venir au quartier Général, je souhaiterais m’entretenir avec vous ?
 Bonsoir Président. Entendu, nous partons de suite.
Il éteint le vidéo-transmetteur et retourne dans le couloir où il surprend Otho tentant d’écouter à travers le mur.
 Ça va, je ne te gêne pas ? Plutôt que de jouer les espions médiocres, dépêche-toi de rassembler Crag et le professeur. Nous partons de suite.
Pendant ce temps sur Terre, Le président Carthew s’entretient avec Anders.
 Anders, vous avez prévenu le Marshal Gurney ? demande le Président
 Oui, il était chez des amis. Il ne devrait pas tarder à arriver, répond Anders.
Une heure plus tard, North Bonnel, la secrétaire du Président frappe à la porte du bureau de celui-ci et y entre suivie d’un grand jeune homme roux aux yeux gris, un androïde caoutchouteux, un robot tout en fer et un cerveau dans une boite volante. Il parcourt la grande pièce du regard et en voyant Anders puis le marshal il cherche une jeune femme qu’il ne trouve pas. Son visage se ferme de plus en plus pour laisser place à une expression des plus interrogatives.
 Content que vous ayez pu venir aussi vite Capitaine, commence le Président Carthew.
 Que se passe-t-il Président, je suis étonné de ne pas trouver Mademoiselle Randall parmi les personnes conviées à cette entrevue ? Ne fait-elle pas équipe avec vous Marshal ?
 Si en effet Capitaine Future, intervient rapidement Anders, ne laissant pas le temps au Marshal Gurney de répondre.
 Anders, faites un topo complet de la situation au Capitaine, je vous prie, intervient le Président
 Très bien. Pour commencer nous avons eu à déplorer plusieurs disparitions d’agents féminins durant les premières semaines de janvier. Dix au total qui ne sont jamais rentrées chez elles le soir pour certaines. Et pour d’autres qui ne sont pas arrivées aux bureaux de la Police des Planètes alors que leurs conjoints respectifs les avaient vues partir travailler le matin. J’ai donc décidé de faire intervenir Mademoiselle Randall qui est la meilleure de nos agents féminins. Je l’ai rapidement briefée et je l’ai faite suivre par cinq agents, prêts à intervenir au moindre signe suspect. Sa mission consistait à jouer les proies afin que nous comprenions ce qu’il était advenu des autres agents.
 Marshal Gurney ? Vous avez laissé faire cela sans même me prévenir ? s’écrie d’un seul coup le Capitaine Future hors de lui.
 Je n’ai malheureusement pas été mis dans la confidence. Si cela avait été le cas j’aurais exigé de participer à sa protection.
 Où et quand avez-vous perdu sa trace ? hurle Le Capitaine
 Je suis désolé Capitaine Future, nous ne voulions pas vous déranger pour des affaires internes. Nous pensions être en mesure de gérer seuls la situation. Mademoiselle Randall a disparu il y a une semaine alors qu’elle se trouvait dans le Centre Commercial principal de New-York. Nous n’avons pas jugé nécessaire de la suivre lorsqu’elle est entrée dans une boutique de lingerie. Au bout d’une heure, ne la voyant toujours pas ressortir de la cabine d’essayage, nos hommes sont entrés dans la boutique et n’ont pu que constater sa disparition.

Le Capitaine Future commence à faire les cent pas autour de la table de réunion en se frottant le menton avec son pouce. Il tente de se calmer et de réfléchir au moyen de retrouver Joan.
 Si encore elle avait actionné le signal de détresse j’aurais pu la localiser, pense à voix haute le Capitaine.
 Quel signal de détresse ? interroge Le Marshal
 Je lui ai offert une montre avec un bouton d’urgence afin qu’elle puisse me prévenir en cas de danger. Nous avons ajouté une puce de géolocalisation avec Le Professeur. Cependant pour des raisons déontologiques, je ne peux lancer sa géolocalisation uniquement une fois qu’elle a activé au moins une fois sa montre.
 Capitaine, intervient Le Professeur Simon. J’ai ajouté une géolocalisation d’urgence sans te le dire. Il nous suffit de retourner dans le Comète et si elle porte toujours sa montre nous allons très vite savoir où elle se trouve.
 Quelle merveilleuse idée Professeur. Ne perdons pas une minute de plus. Crag, Otho, Professeur allons y. Au revoir Président.
 Capitaine Future, puis-je me joindre à vous, demande le Marshal Gurney?
 Evidemment Marshal nous ne serons jamais de trop.
Les deux hommes ainsi que les trois étranges compagnons quittent le bureau et se précipitent en direction des ascenseurs. Ils montent dans le premier arrivé et à peine dedans Curt Newton appuie sur le bouton tout en haut où est inscrit « Accès terrasse ».

**************

LudyNewton
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Dim 23 Avr 2017 - 17:15
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Lun 24 Avr 2017 - 02:24
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonjour LudyNewton!

J'ai lu ce début de fan fic avec un grand intérêt... Pour être nul, ça ne l'est pas du tout, au contraire! Good Je suis déjà accrochée... et je suis impatiente de découvrir la suite! jump jump jump

Il est facile de voir que notre cher Flam est loin d'être indifférent à Joan , et ça me plaît évidemment beaucoup... Wow flower

Comment expliquer toutes ces disparitions? Jusque dans une boutique de lingerie... Shocked J'espère que Joan porte sa montre... Je serais portée à croire qu'elle tient à ce cadeau de Curtis comme à la prunelle de ses yeux et qu'elle ne s'en sépare jamais... Dans le cas contraire, il faudra se demander pourquoi elle ne la porte plus... Neutral

Continue LudyNewton, tu es bien partie... J'aime beaucoup! Best Clap

Amitiés
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Lun 24 Avr 2017 - 19:40
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonsoir LudyNewton !

J'ai lu ce début d'histoire avec intérêt ! Il y a déjà du mystère, l'intrigue est plantée. On retrouve avec bonheur nos personnages favoris et notre Capitaine lancée à la recherche de Joan ! Quelle idée d'aller se perdre dans un magasin de lingerie Mr. Green

Ca cache quelque chose... Neutral

Juste un petit conseil pour rendre la lecture plus facile, si tu peux faire des sauts de ligne, pour aérer le texte, ce serait mieux. Déjà qu'on doit lire avec une loupe Mort de Rire et sauter par-dessus les étoiles qui clignotent jump

Comme Flamme, je suis curieuse de lire la suite !

Bizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Lun 24 Avr 2017 - 19:59
Auteur Message
LudyNewton
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 69
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Merci beaucoup Flamme pour ces encouragements. Voici une petite suite. Attention âme sensible s'abstenir, il y a une petite scène assez dure et après promis plus de choses aussi dure.

***********

Alors que l’ascenseur commence son ascension vers le dernier étage, les visages sont fermés et chacun est perdu dans ses réflexions. Le Marshal Gurney brise le silence.

- Capitaine ? J’ai un contact qui gère la sécurité du Centre Commercial ? Je peux lui demander les plans ainsi que les enregistrements des caméras de jeudi dernier.

- Vous pouvez Marshal mais honnêtement je ne pense pas que cette piste nous amène bien loin. Anders a précisé que certains agents avaient disparu le matin. Je doute que ces dames fassent un tour au Centre Commercial avant d’aller travailler. Je pense plutôt, excusez-moi d’avance pour vos collègues, que Joan les a semés malgré elle. La boutique de lingerie est juste le dernier endroit où ils se souvenaient de l’avoir vu entrer.

L’ascenseur s’ouvre alors et ils se précipitent tous vers le Comète.

Quelques minutes plus tard, ils sont tous installés autour du professeur, devant la console principal du Comète. Le Professeur commence à rentrer dans différents menus et saisir grâce à ses globes oculaires des codes cryptés à une vitesse telle qu’aucun ne seraient en mesure de reproduire les mêmes actions.

- Nous connaîtrons l’adresse dans quelques secondes. J’ai activé la géolocalisation précise sur ta montre, mon garçon. Précise le Professeur alors qu’ils ont tous les yeux rivés sur l’écran.
Au même instant la carte de New-York apparaît avec un point rouge clignotant localisé au 89 South St au quai 17.

- Parfait Professeur, Merci. Ne perdons pas de temps maintenant. Je vais prendre le Cosmolem avec Crag. Professeur le mieux serait que vous restiez dans le Comète. Otho et Marshal Gurney pouvez-vous nous rejoindre sur place avec des renforts ?

Le Marshal n’a pas le temps d’acquiescer que le Capitaine Futur et Crag ont déjà quitté la salle de pilotage pour se rendre dans le Cosmolem.

Le jeune homme se précipite dans le Cosmolem, Crag a tout juste le temps de monter à bord et de boucler sa ceinture que le petit vaisseau décolle. En temps normal le grand robot aurait fait remarquer au jeune homme la brutalité de sa conduite mais la criticité de la situation ne s’y prêtant pas, il s’abstient de tout commentaire.

Arrivés à destination, ils descendent du Cosmolem et découvrent un décor digne d’un film d’épouvante. La nuit rend, des plus lugubres, les entrepôts abandonnés.
Après avoir contrôlé sa montre, le Capitaine entraîne le robot vers un bâtiment sur la droite. L’entrée débouche sur un grand espace assez vide mais très vite ils remarquent des portes au fond. Aucun doute, la montre de Curt indique que Joan se trouve dans cette direction.

Crag ouvre une première porte, très vite ils se rendent compte que l’endroit exhale une odeur fétide voir répugnante.
Ils pénètrent dans la pièce et découvrent une scène de barbarie. Ce n’est plus un film d’épouvante ni même d’horreur, ils ont basculé dans un scénario gore. Au centre de la pièce une table est recouverte d’une dizaine de bocaux chacun rempli d’un liquide transparent dans lequel flotte une tête de femme. Sur la gauche de la pièce se situe une sorte de table médicale toute imprégnée de sang.
Leur regard est attiré sur la droite où ils distinguent avec du mal des corps complètement démembrés entassés les uns sur les autres à même le sol.
Curt regarde sa montre et constate que le signal est plus faible. Crag perçoit alors une faible lueur d’espoir dans le regard du jeune homme et commence à le suivre rapidement hors de la pièce.

Le Capitaine décide alors d’ouvrir la seconde porte. A peine entrouverte, celle-ci laisse échapper plus de lumière que la pièce précédente.
Il remarque très vite un lit au fond de la pièce avec un homme en train de s’acharner sur un corps inerte. L’homme leur tournant le dos, ils s’approchent doucement et constatent avec effroi que Joan est allongée sur le lit, quasiment toute dévêtue, le corps tout meurtri.
Alors que le Capitaine se jette sur l’inconnu, il croise alors le regard de Joan et frissonne en constatant qu’il est tout vitreux, dépourvu de la moindre étoile.
Les yeux du Capitaine passe du gris au rouge en quelques secondes, il devient tel un animal. Il s’ensuit une lutte acharnée contre cet homme qui lui a pris l’amour de sa vie.

L’homme n’a aucune chance de s’en sortir. Au bout de quelques minutes Crag intervient pour stopper son Capitaine devenu comme fou. Il le retient en lui indiquant que l’homme est mort et qu’il ne sert à rien qu’il continue à s’acharner sur lui.

Le Capitaine se précipite alors sur Joan, il la prend délicatement dans ses bras.
- Joan, Mon Amour, pardon d’être arrivé trop tard. Jamais je ne me le pardonnerai.
- Cuuuurt, prononce la jeune femme dans un souffle

Si elle n’avait pas légèrement bougé les cils en même temps qu’elle avait timidement prononcé son prénom, il aurait pensé qu’il avait rêvé. Mais non il ne rêvait pas elle était bien encore vivante, très faible même plus que faible mais vivante.

- Crag, trouve-moi dans ce bric à brac une couverture ou n’importe quoi qui me permette de la couvrir.

- Entendu Capitaine. Et le robot s’exécute et revient très vite non seulement avec une couverture mais avec également Otho et le Marshal.

Curt couvre la jeune femme, il la soulève délicatement et la transporte dans ses bras jusque vers la sortie. Il entend sans vraiment l’écouter le Marshal Gurney lui expliquer qu’Anders est dehors avec des hommes postés prêts à intervenir.

- Marshal, pour l’heure je vais emmener de toute urgence Joan au Comète afin que le professeur puisse l’examiner. Crag pourra vous faire un topo complet de la situation. Nous avons malheureusement je pense retrouver les jeunes femmes portées disparues.
Crag, Otho, je prends le Cosmolem. Vous me retrouverez au Comète avec le Marshal une fois que la situation ici sera sous contrôle.

***************

La suite dès que possible

Bonne soirée

LudyNewton
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Mar 25 Avr 2017 - 19:35
Auteur Message
LudyNewton
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 69
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonsoir, Voici une petite suite.
N'hésitez pas à faire des commentaires pour que je sache si je continue Smile
Merci d'avance.

******************
Curt installa tendrement Joan sur le siège passager du cosmolem. Elle le regarda une dernière fois avant de fermer les yeux. Un peu comme si elle avait lutté de toutes ses forces mais maintenant qu’il était là, elle pouvait enfin baisser la garde, se reposer. Il la protègerait, prendrait soin d’elle…. Comme il le faisait toujours.
Depuis quatre ans qu’ils avaient pris l’habitude de se croiser au détour de diverses missions, même s’il n’avait jamais exprimé ouvertement ses sentiments, il y avait des signes, des gestes, des regards qui ne trompaient personne. Elle savait au fond d’elle-même qu’il devait ressentir pour elle la même chose qu’elle ressentait pour lui.

Curt profita des quelques minutes du rapatriement vers l’aéroport du quartier général pour avertir le Professeur de leur arrivée imminente. Il lui décrivit succinctement l’état de Joan afin qu’il puisse préparer le nécessaire pour la prendre en charge le plus tôt possible.

Arrivé dans le Comète il détacha Joan et la transporta rapidement mais précautionneusement vers l’infirmerie.

A peine déposée sur le lit, le Professeur commença à s’activer autour d’elle. Il contrôla les gaz du sang, lui brancha différentes électrodes sur le torse. Puis il demanda au Capitaine de lui poser une perfusion afin de pouvoir la réhydrater avec une solution à base de glucose, une fois l’examen terminé.

- Mon garçon, commence le Professeur très solennellement, après l’avoir complètement examinée. Son corps est rempli d’ecchymoses mais heureusement aucun organe vital n’a été touché. Elle reste cependant très faible à cause d’une forte déshydratation. Après une semaine passée sans dormir ni manger et probablement en ayant très peu bu, son état aurait pu être bien pire que cela, sans compter les sévices qu’elle a subit.

- Merci Professeur je suis soulagé, s’empressa de répondre Curt. Pensez-vous qu’elle va garder toutes ces cicatrices ?

- Non mon garçon. Tu l’as trouvée suffisamment tôt pour que je puisse lui appliquer le gel bleuté que tu vois là. Les cicatrices devraient s’estomper rapidement pour complètement disparaître d’ici quelques semaines. Mais, dis-moi-toi, comment vas-tu ? je t’ai vu arriver avec les yeux gorgés de sang tout à l’heure, tu veux que je t’examine également ?


- Non Professeur ce n’est pas la peine. J’ai juste pété un câble devant cette ordure. Je n’ai pu me retenir en voyant et en devinant ce qu’il avait pu faire subir à Joan.

- Comme je te disais physiquement il n’y a pas d’inquiétude à avoir. Elle va s’en remettre progressivement et en plus il ne l’a pas touché intimement.
En revanche, ce qui m’inquiète plus c’est comment elle va réagir psychologiquement à un traumatisme de cette importance. Cela pourrait être très dur pour elle de remonter la pente. D’autant plus que c’est un brillant agent, elle risque de ne pas accepter de n’avoir pu se défendre face à ce psychopathe. Elle va avoir besoin de toi. J’insiste mon garçon, pour accepter cette situation elle aura besoin de voir que toi aussi tu peux être faible par moment. Essaye d’agir avec elle en tant que Curt et non pas toujours en tant que Capitaine Futur.


- J’avais prévu de me confier à elle avant toute cette histoire. Je souhaitais l’inviter et profiter de la Saint Valentin pour lui exprimer enfin mes sentiments. A croire que le destin ne fait que s’acharner sur nous. Après tout ce qu’elle vient de subir, elle n’aura que faire d’apprendre maintenant l’amour que je lui porte.

- Non loin de là. Elle aura besoin de toi comme jamais jusqu’à présent. Ce n’est surtout pas le moment d’être distant, bien au contraire. Ta présence ne pourra que faciliter sa guérison psychologique.

- Merci Professeur. Nous verrons bien comment cela se passe. Attendons déjà qu’elle reprenne connaissance et voyons dans quel état d’esprit elle se trouve.

Curt s’installa sur une chaise près du lit, il prit la main de Joan dans la sienne et commença à la veiller.
La veiller c’est beaucoup dire. Il est 11 heures du matin et n’ayant pas dormi, au bout de quelques dizaines de minutes, il s’endormit et se retrouva la tête posée sur l’épaule de Joan.

Vers 14 heures, otho, Crag et le Marshal Gurney arrivèrent enfin.
Crag leur avait tout expliqué de leurs découvertes ainsi qu’à Anders. Ce dernier avait alors décidé de ne pas tenir rigueur au Capitaine pour sa réaction vis-à-vis du forcené. Il n’aurait de toute façon pas été en mesure de garantir sa sécurité vu l’état dans lequel il avait mis les autres agents.
Les trois amis avaient donc quitté Anders, le laissant organiser les analyses scientifiques des scènes de crime ainsi que le rapatriement des restes humains.

Même s’ils pénétrèrent silencieusement dans l’infirmerie, Joan ouvrit lentement les paupières.
Le Marshal Gurney s’approcha d’elle avec un grand sourire.

- Je suis bien content de voir que tu as repris des couleurs.

- Merci Ezla. Mais où suis-je et que s’est-il passé au juste ? Elle remarqua à ce moment Curt allongé sur elle et regarda encore plus intriguée le Marshal, Otho, Crag et enfin le professeur.

- Tu es dans l’infirmerie du Comète. Tu travaillais avec Anders sur les disparitions des jeunes femmes de la Police des Planètes. Les agents chargés de ta protection t’ont perdue de vue et tu as été kidnappée, répond le Marshal.

- Comment te sens-tu, Joan ? demande Curt qui vient de se réveiller en entendant la voix du Marshal.

- Je me sens bien. Je ne sais pas très bien ce qui m’est arrivé. J’ai des flashs d’un homme qui me retenait prisonnière et me frappait avec tout ce qu’il trouvait. Cependant je ne sais pas comment je suis arrivée dans son repaire et je n’ai pas de souvenir de ma libération, dit-elle.

- Joan, intervient le Professeur, lorsque je t’ai examinée, j’ai fait une prise de sang et il est possible que tu ne puisses te souvenir de tout car il t’a administré une drogue assez puissante.

- Est-ce que l’on sait comment s’appelle cette brute ? Ezra avez-vous pu avec Anders sauvé les autres agents ?

- Joan, l’interrompit Curt. Il va falloir que tu te reposes, ne pose pas trop de questions à la fois.

- Je vais te répondre et après le Capitaine a raison, il faudra que tu te reposes. Il s’appelle Billy McCold. Nous avons laissé Anders sur les lieux pour qu’il puisse rechercher les autres agents. Je te tiendrai au courant quand il fera son rapport.

- Professeur ?

- Oui Joan ?

- Puis-je rentrer chez moi ?

- Joan, intervient Curt, rien ne presse tu peux rester ici autant que tu le souhaites. Ta cabine est disponible et tu y as suffisamment de vêtements pour rester quelques jours ici.

- Je vais bien bien et je veux rentrer chez moi maintenant.

- Joan, je n’ai pas d’objection. Si tu penses être mieux dans ton cocon, ton chez toi je n’ai pas d’objection médicale.

- Dans ce cas nous allons de raccompagner avec le Marshal dit Curt, déçu que la jeune femme ne reste pas plus longtemps à l’abri du Comète.



**********

Bonne soirée et encore merci à Limeye pour ses conseils.
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Mer 26 Avr 2017 - 01:31
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonsoir LudyNewton!

Ta question ne mérite qu'une réponse: BIEN SÛR QUE TU CONTINUES! jump jump jump

Je n'ai pas eu le temps de commenter hier, après avoir lu... J'étais contente de savoir qu'il n'y aurait plus de moments durs comme ceux que tu as décrits... Crazy

J'apprécie les gros caractères, ça facilite beaucoup la lecture.., Good

Je me demande ce que tu as imaginé pour la suite... Joan ne semble plus la même... Et je comprends que Flam ait été décu qu'elle ne désire pas demeurer plus longtemps à bord du Comet ... Je trouve son attitude bien étrange... Neutral Que lui arrive-t-il?

Quels secrets Billy McCold a-t-il emportés en mourant? Question

Les questions sont un bon signe d'intérêt... Wink Je ne suis pas proche de décrocher... Clap Master

Amitiés
Flamme

flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mer 26 Avr 2017 - 08:43
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonjour LudyNewton,

Comme Flamme, je suis à jour de lecture, mais pas de commentaires. La partie gore du deuxième chapitre l'était effectivement bien... et cela faisait froid dans le dos ! Joan n'est pas passée loin ... Crazy

Heureusement, ils l'ont retrouvée, mais comme le souligne Flamme, elle réagit un peu étrangement.

J'ai beaucoup aimé la discussion entre Simon et Curtis ! J'aime vraiment ce type d'échanges Good

Je l'ai dit maintes et maintes fois, mais je n'ai jamais adhéré à cette image froide que certains fans pouvaient avoir du professeur. Pour moi, il reste humain, même sous une forme réduite ! C'est toujours ainsi que je l'ai décrit et cela me plaît de le voir également de cette façon sous ta plume.

Nous voilà prêtes pour la suite ! Je vais d'ailleurs envoyer un message à Frégo et O-tho pour leur signaler le regain d'activité de cette section Good

Bizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mer 26 Avr 2017 - 09:16
Auteur Message
LudyNewton
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 69
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonjour
Merci les filles pour tous vos encouragements.
Encore merci à Limeye pour ses trucs et astuces sur l'utilisation du site comme la police plus grosse.
Je continuerai l'histoire ce soir si je peux sinon demain
À très vite

LudyNewton
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Mer 26 Avr 2017 - 15:29
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonjour Ludy Newton!


Bienvenu sur ce site. Et merci pour ce début de fiction. J'ai hâte de voir la suite et de voir la raison pour laquelle Joan bat froid notre Capitaine, comme le dirait Mala.  Mala


A+


Frégo  Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mer 26 Avr 2017 - 21:18
Auteur Message
LudyNewton
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 69
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonsoir même si c'était compliqué je vous laisse une petite suite.
J'espère ne pas avoir fait trop d'erreur d'orthographe car j'ai eu une grosse journée.

Enchantée Frégo Smile

*******************************

Le Capitaine Futur et le Marshal Gurney raccompagnèrent Joan jusque dans son appartement.
Elle semblait pressée de prendre congés et de se retrouver seule chez elle.
Le Marshal lui proposa de rester avec elle mais elle refusa catégoriquement en disant que tout allait bien et qu’elle n’aspirait qu’à une chose se faire une petite tisane, se prendre un bon bain bouillant et se coucher.

Ils étaient donc sur le palier et commençaient à repartir lorsque Curt revient sur ses pas et s’adressa à la jeune femme.

- Joan ? J’ai bien compris que tu te sentais bien et que tu voulais être seule. Je voulais juste te dire que je restais sur New-York cette nuit. J’ai des choses à faire demain matin. Je serai donc dans le Comète. Promets-moi de m’appeler si tu as le moindre besoin, même pour un cauchemar et peu importe l’heure. Tu n’auras qu’à utiliser le bouton sur ta montre. Il ne me faudra qu’une dizaine de minutes pour arriver avec ma air-moto.

- Ok je te le promets

En même temps qu’il lui parlait son regard fut attiré par un petit sac rose posé sur la table de la salle à manger. Il était écrit dessus « Les plaisirs Cachés de Linda ». Il aperçut également un bouquet de roses rouges qui semblait avoir été jeté par terre. Il n’osa pas poser de question sur la provenance des fleurs. Ces fleurs avaient peut-être un lien avec la froideur de Joan. Après tout, cela faisait plusieurs semaines qu’il ne l’avait vue avant sa disparition. Peut-être avait-elle décidé d’arrêter de l’attendre. Il avait été trop long à lui exprimer ses sentiments et il commençait à le regretter amèrement.
Il la prit tendrement dans ses bras comme il avait l’habitude de le faire au cours de leurs missions. En principe elle était très réceptive à cette attention, mais là tout comme depuis son réveil elle ne répondit pas à sa marque de tendresse et se dégagea rapidement de son étreinte pour le saluer plus solennellement.
- Bonne après-midi Capitaine. A bientôt.

- Bon repos Joan et n’oublie pas de m’appeler si besoin. Je serai toujours là pour toi.

Il rejoignit le Marshal devant l’ascenseur.

- Je ne l’ai jamais vue réagir aussi froidement à votre égard Capitaine.

- Non en effet…. Je me demande ce que cela peut bien cacher.
Il se perdit quelques instants dans ses songes, revoyant le bouquet de roses et un frisson le parcouru en imaginant un jeune homme entrain de lui offrir. Puis il repensa au sac.

- Marshal ?

- Oui Capitaine ?

- Savez-vous comment s’appelle la boutique de lingerie où les agents ont perdu Joan ?

- Je ne sais plus le nom mais nous pouvons le trouver rapidement sur internet.


Curt sortit son iPhone et rechercha directement « Les plaisirs cachés de Linda » et trouva ce qu’il pensait c’était bien une boutique de lingerie implantée dans le centre Commercial.

- Marshal, je pense que Joan n’a pas été kidnappée au centre commercial. Il y avait chez elle un sac de cette boutique. Je pense donc qu’elle est rentrée chez elle et l’enlèvement s’est passé plus tard. Elle est probablement ressortie, pensant que les agents la suivaient toujours.

Elle n'avait pas attendu qu'ils montent dans l’ascenseur pour fermer la porte. Elle se prépara une tisane puis fit couler un bain. Elle glissa quelques gouttes d’huile essentielle de Lavande espérant ainsi pouvoir profiter pleinement de ce moment de détente.
Elle se plongea dans le bain et y resta une petite demi-heure en buvant sa tisane.
Elle sortit du bain, enfila sa petite nuisette et commença à se brosser les dents. Son regard croisa alors son visage dans le miroir, placé au-dessus de son lavabo.
Elle avait aperçu certaines cicatrices sur ses bras et le professeur lui avait dit qu’elles allaient partir mais elle n’avait pas idées des cicatrices qu’elle avait sur le visage également et le reste du corps.

Un frisson la parcouru et elle décida de retourner dans l’entrée vérifier que la porte était bien verrouillée.
Arrivée dans l’entrée, voyant que son vidéo-transmetteur clignotait, elle décida d’écouter les messages avant d’aller se coucher.

- Joan, c’est encore Curt. Je commence à être inquiet de ne pas réussir à te joindre. J’ai besoin de savoir si tu es disponible dans 15 jours. Rappelle-moi. A très bientôt

Plusieurs messages de Curt Newton défilaient. En même temps qu’elle écoutait les messages, elle aperçut les roses. Elle se figea et frissonna. Elle venait d’avoir un flash. Elle était là chez elle en train d’écouter un message de Curt Newton qui avait sa voix bien grave et suave qu’il utilise parfois quand ils sont seuls. Puis elle avait entendu sonner à la porte. Elle s’était approché, avait regardé à travers la lunette et n’avait pu distinguer qu’un bouquet de roses. Persuadée que Curt était derrière le bouquet, elle avait ouvert la porte.

***********
Bonne soirée

LudyNewton

_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Jeu 27 Avr 2017 - 21:12
Auteur Message
LudyNewton
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 69
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonsoir,
Une petite suite Smile

Séance mouchoirs

************

Le matin du 27 janvier, Joan s’était levée comme d’habitude à l’aube et après avoir pris une rapide douche elle s’était installée dans la salle à manger pour prendre son petit déjeuner.
En allumant la télé, elle entendit un journaliste donner la date du jour ce qui la plongea quelques instants dans le passé. Elle se remémora ce 27 janvier d’il y a 4 ans lorsqu’elle était partie en mission sur Jupiter pour lutter contre l’atavisme. Cette mission même si elle avait fait partie des plus délicates, restait celle qui avait le plus comptée pour elle jusque-là. Elle lui avait permis de rencontrer le Capitaine Futur. Ce héros à qui tous les agents de la police des planètes rêvaient de ressembler ou au mieux de croiser au moins une fois durant leur carrière.

Elle partit travailler, une journée lambda sans mission sur le terrain.

En fin d’après-midi, Anders l’avait fait venir dans son bureau et lui avait parlé des disparitions d’agents féminins. Il lui expliqua son plan à savoir l’exposer comme proie. Elle devait sortir, faire un tour avant de rentrer chez elle et pourquoi pas ressortir le soir. Le temps qu’il faudrait pour voir si elle était accostée ou s’il se passait quelque chose. Anders l’informa que cinq agents avaient déjà été désignés pour assurer sa protection. Ils la suivraient partout à distance et surveilleraient ses arrières.

Elle quitta donc le bureau et décida d’aller faire un tour au centre commercial. En passant devant la boutique de lingerie, elle eut une petite pensé pour Curt. Elle se dit que s’il savait qu’elle jouait les proies il serait le premier à dire que c’était bien trop dangereux pour elle.

Après s’être acheté un petit ensemble gris avec des petits papillons, elle décida de rentrer, espérant que, comme chaque année, il l’appellerait pour ne rien dire, juste lui montrer qu’il y avait pensé aussi.
En rentrant elle avait trouvé et écouté avec joie son message. Cependant quelque chose avait changé. Le son de sa voie, les intonations qu’il empruntait lui laissait penser que peut être cette fois, elle ne serait pas la seule à voir le petit ensemble qu’elle venait d’acheter. Elle était toujours sur son petit nuage quand la sonnerie s’était faite entendre. Cela ne pouvait être que lui !

L’ouverture de la porte, s’accompagna d’une désillusion complète. Elle n’eut pas le temps de réagir que l’homme au bouquet la frappa violemment à la tête, la poussa pour rentrer chez elle. Il referma la porte, jeta les fleurs par terre et injecta un produit à Joan encore somnolente du coup qu’elle venait de recevoir. Le produit fit très vite effet et elle ne réussit pas à se relever. Elle perdit connaissance.

Elle se réveilla dans une pièce assez sordide très humide et peu éclairée. Elle était allongée sur un lit et ce même homme très menaçant rentrait dans la pièce comme s’il souhaitait voir si elle était enfin réveillée.


Plus rien ! Le flash s’était arrêté subitement. Elle chassa cette drôle de sensation et décida qu’il était temps d’aller se coucher. Elle avait promis au Professeur de bien se reposer.
Elle s’assoupit au bout de quelques minutes mais très vite des pensées de plus en plus noires se manifestaient. Cette fois l’homme était sur elle et lui arrachait ses vêtements. Elle ouvrit les yeux, elle frissonnait de tout son corps. Sans vraiment réfléchir, dans un état second, elle appuya sur le bouton de sa montre.

Douze minutes plus tard, la sonnerie retentit. Elle ouvrit puis recula rapidement et pointa son arme de service sur la porte d’entrée. Curt entra, puis en voyant que Joan avait sorti son arme, il la regarda avec douceur et mis ses mains en l’air.

- Veux-tu que je te présente ma montre pour être sûre que c’est bien moi ? lui demanda t’il

- Je ne baisserai mon arme qu’une fois que je l’aurai vue.

Il lui présenta la montre et en voyant les petites étoiles tournées autour du cadran Joan lâcha son arme et se jeta dans ses bras. Très vite de grosses larmes se mirent à couler.

- Allons Joan, tout va bien, je suis là. Que se passe-t-il ? Tu veux que nous parlions ?

Elle commença à lui raconter l’arrivée de l’inconnu chez elle. Puis les différents flashs qu’elle avait à chaque fois qu’elle tentait de fermer les yeux pour dormir.

- Je me sens humiliée, sale et indigne… je ne peux pas….

- Que dis-tu là ? C’est toi la victime et là tu es en train de t’accuser….

- J’ai peur de fermer les yeux et de voir tout ce qu’il m’a fait subir. C’est peut-être bête mais je me réservais pour celui que j’aime et……

- Joan. Et d’une ce n’est pas bête c’est même très beau…

En l’entendant prononcer ces mots elle frissonna et sanglota de plus belle.

- Entre deux sanglots elle réussit à dire que c’était maintenant trop tard

Il s’approcha et tenta de la reprendre dans ses bras mais elle s’éloigna et redit que c’était trop tard.

- Joan, il n’est pas trop tard. Le professeur m’a assuré qu’il ne t’avait pas touchée intimement. Et dans tous les cas tu n’es pas fautive de ce qu’il t’est arrivé.

- Je n’arrive pas à fermer les yeux. J’ai peur qu’il ne revienne.

- Sur ce point tu peux être rassurée.

- Ce n’est pas parce que tu l’as arrêté qu’il ne pourra pas s’échapper et revenir. Regarde Ui Quorn.

- Joan il ne reviendra pas car il est mort.

- Mort ?

- Oui je ne suis pas fier mais je l’ai tué de mes propres mains en voyant ce qu’il t’avait fait. J’ai perdu mon sang froid.

- Merci Curt. Et sur ces mots elle se blottit dans ses bras.


***********


Bonne soirée, bonne lecture

LudyNewton
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Ven 28 Avr 2017 - 00:51
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonsoir Ludy Newton,


C'était un passage très dur pour Joan Sad  et très émouvant  Wow  ! J'ai beaucoup apprécié! Continue!


A+


Frégo  Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Ven 28 Avr 2017 - 01:08
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Unbelievable Shocked Unbelievable

Bonjour LudyNewton et Frégo!

LudyNewton, je suis vraiment impressionnée par cette histoire... Elle me rappelle une fan fic que j'ai lue il y a longtemps et que j'avais beaucoup aimée! Il semble vraiment y avoir des atomes crochus entre toi et l'auteure... Wink

Je me demande ce que ce sale individu a pu faire à Joan... Question Ces flashs qui surviennent quand elle veut s'endormir ne me disent rien qui vaille... Neutral

J'ai été évidemment touchée par ce réflexe qu'elle a eu d'appuyer sur le bouton de sa montre... et par la promptitude de Curtis à répondre à son appel, en personne par-dessus le marché! Wow Hug

Je me joins à Frégo (et à d'autres anonymes, j'en suis certaine) pour t'encourager à continuer! Best Master

Amitiés
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 28 Avr 2017 - 04:44
Auteur Message
LudyNewton
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 69
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Bonjour et merci Flamme et Frego
J'ai lù toutes les fans fictions du site et du forum et j'ai beaucoup accrochée alors il est fort possible que des décors puissent y faire penser. Je pense notamment aux superbes histoires de Limeye qui sont tout simplement magnifiques. Mais j'ai eu beaucoup de plaisirs à toutes les lire et puis certaines écrites à quatre mains Smile
Après j'avoue avoir pas mal d'idée de début d'histoire aboutissant à il avoue enfin ses sentiments car c'est pas faute d'avoir attendu des années et des années pour le voir. Finalement ce n'est pas dans le DA ni dans le pseudo film tout nul qu'ils ont sorti apres que je l'ai vu mais grâce au site de Pascal et à vos fictions.

Ludynewton
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Ven 28 Avr 2017 - 20:07
Auteur Message
LudyNewton
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 69
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
La suite, très fleur bleue
Promis durant le WE je regarde pour le défis. Je ne sais pas encore si je les ajouterai dans la prochaine suite ou si je ferai un court texte à part.

******************

Curt fut rassurer d’avoir eu l’explication des roses sans même la demander. Il avait été intrigué mais ne savait pas comment aborder le sujet avec Joan. Il n’y avait pas un autre concurrent. Seulement son pire ennemi, finalement, n’était autre que lui-même. Il pensait lui faire courir des risques insensés en étant avec elle tellement il était persuadé que ses ennemis s’en prendraient à elle pour l’atteindre. Toutes ses frustrations, toutes ses retenues, combien de fois il avait failli lui déclarer ses sentiments et s’était arrêté juste à temps. Et tout ça pourquoi, pour rien car il n’avait pas pu empêcher qu’il lui arrive du mal. Il se remémora les propos du Professeur et se dit qu’il était temps qu’ils avancent tous les deux.
Il resserra son étreinte et lui glissa au fond de l’oreille.

- Joan, si tu pouvais exprimer un vœu là tout de suite quel serait-il ? lui chuchota-t-il.

- Si je pouvais demander n’importe quoi, cela serait sans hésitation de quitter cet appartement le plus vite possible. Je pensais m’y sentir bien et à l’abri, qu’il serait une bulle protectrice. En définitive, c’est tout l’inverse. Mon vœu le plus cher même si je sais que cela n’est pas possible serait que l’on puisse partir sur le champ, rien que nous deux. Elle avait prononcé ces derniers mots tout doucement comme si elle avait peur de les dire tout haut.

- Pourquoi penses-tu que cela ne serait pas possible ?

- Pour commencer tu es resté sur la Terre cette nuit car tu as des obligations tout à l’heure. Tu vas comme toujours être appelé pour une mission je ne sais où et pour je ne sais combien de temps… répondit-elle d’un ton las.

- Si je suis resté sur la Terre c’était uniquement pour être près de toi et pouvoir arriver le plus vite possible quand tu le souhaiterais. Mon occupation du lendemain n’était qu’une excuse pour rester sur place. En ce qui concerne les missions, j’ai prévenu le Président que je me mettais en indisponibilité totale pour une dizaine de jours. Rien n’est plus important à mes yeux que toi. Je souhaite tout comme toi que nous passions du temps tous les deux. Nous avons toujours fait passer le reste avant nous et je pense à présent que nous avons beaucoup à nous dire et de temps à rattraper.

Il avait dit tout cela en la conservant dans ses bras, sans la regarder de peur de ne pas être en mesure d’aller jusqu’au bout. C’était la première fois qu’il était aussi franc sur ses attentions vis-à-vis d’elle.

Elle s’écarta légèrement de lui et le regarda passionnément. Ses yeux brillaient de mille étoiles.

- Oh Curt si tu savais depuis combien de temps je rêve d’entendre ces mots.

Il souleva délicatement la tête de la jeune femme et déposa un léger baiser sur ses lèvres.
Puis il s’écarta et annonça gaiement :

- Parfait alors prépare un sac avec quelques affaires et nous partons sur le champ.

- Nous allons où ?

- Pour l’instant nous partons sur le Comète, nous déposons Crag, Otho et le Professeur sur Tycho et j’ai comme dans l’idée qu’un petit tour sur Jupiter pourrait nous faire le plus grand bien.

Joan prépara un petit sac où elle n’oublia pas glisser son petit ensemble et quelques produits de beauté. Pas grand-chose au final car elle avait déjà quelques affaires dans sa cabine sur le Comète.
Ils montèrent tous les deux sur la Air-Moto. Bien agrippée à lui elle profita du trajet à grande vitesse. Le vent sur son visage lui donnait une impression de liberté.

Quelques minutes plus tard ils montaient à bord du Comète.

- Crag, Otho, on décolle.

- Euh ! oui, Capitaine, tout de suite.

- Content de te voir Joan, dit Otho avec un petit sourire malicieux

- Ravi de te revoir si vite Joan, ajoute Crag

- Merci Crag et Otho.

- Bon ça suffit vous deux on part tout de suite direction la base et je ne veux pas entendre un bruit.

Joan avait pris la direction de sa cabine pour y ranger les quelques affaires qu’elle avait décidé d’emmener. Elle croisa le Professeur dans le couloir. Il s’empressa de lui demander comment elle allait.

- Je vais très bien Professeur lui répondit elle sans la moindre hésitation

- Effectivement tu as bien meilleure mine qu’en début d’après-midi quand tu nous as quitté. Je peux te poser une question indiscrète ?

- Je pense savoir ce que vous voulez me demander. Nous avons décidé avec Curt de passer un peu de temps tous les deux. Nous vous déposons tous sur Tycho puis nous repartons vers Jupiter.

- Je suis heureux pour vous deux, Joan. Cependant je pense que tu devrais y aller un peu plus lentement. Tu as subi un gros choc psychologique et il faut que tu te reposes. Quand je te dis d’aller plus lentement je ne parle pas de votre relation. Je te parle de te ménager physiquement.

- J’allais justement dans ma cabine, je vais m’y reposer un peu.

- C’est parfait dans ce cas. Bon repos.


Ils se séparèrent et Joan entra dans sa cabine. Elle finissait de ranger ses affaires lorsqu’on frappa à la porte.
- Joan, c’est moi, Curt

- Tu peux entrer, j’ai laissé ouvert.

- Parfait il y a du progrès, tu te sens en sécurité ici ?

- Oui d’ailleurs je me disais qu’une petite nuit en vol stationnaire au-dessus de la lune pourrait être la première étape de notre escapade.

- Tu ne me sens pas capable de t’emmener jusqu’à Jupiter ?

- Si biensûr, mais je souhaite que tu te reposes aussi. Je te rappelle que tu n’as pas dormi

- Oui tu as raison il va falloir que j’apprenne à être raisonnable.

- Je m’allonge un peu, pourras-tu me réveiller une fois sur Tycho ?

- Ok ma Belle au Bois Dormant. A tout à l’heure.

Il partit rejoindre Crag et Otho au poste de pilotage.


********Bonne Soirée

LudyNewton

_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Aujourd’hui à 17:58
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: Une Saint Valentin mouvementée
Back to top
Page 1 sur 7
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure