Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [Fan fiction] Capitaine Keiichi, le Champion de l'espace. Part 1.
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Avez vou lu cette première partie jusqu'au bout?
Oui.
33%
33% [ 2 ]
Non.
50%
50% [ 3 ]
Peut-être.
0%
0% [ 0 ]
Obiwan Kenobi.
16%
16% [ 1 ]
Total des votes : 6
Lun 17 Avr 2017 - 08:24
Auteur Message
ceroxon
Space Soldier
Space Soldier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2017
Messages: 9
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Capitaine Keiichi, le Champion de l'espace. Part 1.
Situé dans un des quartiers de New York, voici la « Galaxy Media Company ». C’est dans l’un de ses studios que débutera toute l’affaire, lorsque le speaker, d’un ton dramatique lancera un appel qui, à travers les réseaux sociaux, sera bientôt connu par l’ensemble de l’espèce humaine.

« Capitaine Keiichi, Capitaine Keiichi. Ce message vous concerne. On vous demande immédiatement. »

Le speaker fit une pause de quelques instants, pour laisser à l’auditoire el temps de se remettre de cette annonce « choc ».

Le Capitaine Keiichi était d’ailleurs chez lui à l’écoute, en train de réfléchir aux divers évènements survenus récemment. (Note pour plus tard : quand cette histoire sera en passe d’être publiée, ne pas oublier de détailler ici les évènements en question).

« Un appel urgent, censément ultrasecret, sur les ondes nationales? Original. » Dit-il avec un mélange de curiosité et d’ironie.

« En effet. D’habitude la présidente Sayoko nous demande sur son canal privé » confirma Urd.

Au bureau de la présidence, Sayoko oscillait entre l’étonnement et une colère qui s’apprêtait à éclater. Elle n’aimait pas ce qu’elle voyait sur son écran.

« C’est vous qui avez fait diffuser cet appel, Présidente? » demanda Sora.

« Non. » répondit la présidente sans faire de commentaire.

Un instant plus tard, quand le speaker fut sûr d’avoir capté l’attention de l’ensemble de son auditoire, il reprit son message.

« Bien entendu, cet appel ne s’adresse pas au véritable Capitaine Keiichi. Nous recherchons seulement quelqu’un qui lui ressemble. Nous désirons tourner, dans une superproduction, un film intitulé « le Champion de l’Espace » retraçant un certain nombre des exploits de notre héros. C’est pourquoi nous invitons ses sosies à se présenter dans nos studios, pour tenir son rôle à l’écran ».

Si Urd était sceptique un instant plus tôt, en un éclair elle sombra dans l’euphorie.

« Un film sur nous? J’attendais ça depuis longtemps. Je vais y’aller et exiger de jouer mon propre rôle. Je vais devenir une vedette de cinéma. Tout le monde pourra m’admirer dans toute ma gloire, dans un film à gros budget et…. »

Keiichi, qui comprit que sa sœur était subitement en proie à la folie des grandeurs, l’arrêta aussitôt.

« Pas question. » dit-il fermement.

« Quoi? » s’étonna Urd.

« Tu fais ce que tu veux bien sûr. En temps normal je te souhaiterais bonne chance et de bien t’amuser, mais là, je vais te demander d’attendre. J’aimerais d’abord tirer cette histoire au clair. Je sens venir une embrouille. » Dit Keiichi, méfiant.

« Nous tournerons ce film sur diverses planètes où les évènements se sont réellement déroulés. Entre autre sur York, Bama et Siki. Bien sûr, l’acteur qui jouera le rôle du Capitaine devra être capable de….. » Reprit le commentateur.

Une minute plus tard, l’appel du speaker était terminé.

« Cette affaire ne m’enchante guère » ajouta le Capitaine, confirmant son sentiment de tantôt.

« Tu as tort. Ce film va nous rendre encore plus célèbre. Tu parles d’une publicité. »

« Une fois n’est pas coutume, je suis d’accord avec chewing-gum en boule. Après tout ce que nous avons fait, nous méritons bien cette reconnaissance » déclara Skuld tandis qu’elle procédait à quelques simulations sur son ordinateur. »

« Cette nouvelle me met de trop bonne humeur pour que je me mette en colère après toi, cafetière » rétorqua Urd en souriant.

Avant que la dispute, habituelle, n’éclate, Keiichi reçut un appel de Sayoko sur le canal privé. Un véritable appel donc, cette fois.

« Cette fois il n’y a pas à s’y tromper. Cet appel là, c’est le bon. ».

Comme à son habitude, le capitaine Keiichi accourut aussitôt que possible auprès de Sayoko. Il préférait toujours entendre ce qu’elle avait à lui dire de vive voix plutôt que sur le canal privé, c’était plus prudent car ainsi, aucun appel ne pouvait être intercepté.

« Présidente Sayoko. Le Capitaine Keiichi vient d’arriver. »

« Ah. Faite le monter je vous prie. »

« Bonjour madame la Présidente, que se passe t’il? » demanda le Capitaine.

Sayoko marqua une pause.

« Venant d’un homme qui m’a sauvé la vie quand je l’ai rencontré la première fois, je vous ai déjà dit que je vous dispensais de m’appeler ainsi. Vous pouvez le faire bien sûr, mais je serais flatté que vous m’appeliez simplement Sayoko. Cela fait formel et plus amical. »

« Je sais. Vous me l’avez déjà dit, mais le respect que vous me témoignez est réciproque. Vos compétences, ainsi que votre intégrité politique et personnelle m’ont toujours vivement impressionné. »

« J’en suis également flatté. Cela étant dit, passons à la raison de mon appel. Je voulais vous entretenir, à propos de ce film vous concernant. » Déclara la Présidente.

« Je sentais que cette histoire allait prendre une tournure déplaisante. » dit le Capitaine avec une certaine amertume.

« Je me trompe peut-être, mais divers éléments me poussent à soupçonner un complot monter à l’encontre de la planète Siki, Capitaine. »

« Siki? C’est là-bas que doit se tourner une partie de ce film, il me semble? »

« En effet. Comme la planète Siki est l’un des endroits où vous avez mené à bien votre mission lors de l’affaire « Zaro ». Il peut donc sembler parfaitement naturel qu’une partie du film soit tourné sur le lieu même de vos exploits. Pourtant il y’a un « hic ». Sora, le rapport je vous prie. » Dit Sayoko en se tournant vers sa secrétaire.

Sora prit un document sur son bureau et le remis à la Présidente.

« Avez vous trouvé un indice quelconque, susceptible d’être à la source d’un complot? » demanda Keiichi.

Ce fût Sora qui répondit.

« A vrai dire, on a découvert récemment que la planète possédait d’importants gisement de matière première à usage industriels. Notamment de l’or et des diamants. »

« Je crois que je commence à comprendre. C’est une ruée vers l’or, et cela attire toutes sortes d’individus sans scrupules » commenta Keiichi.

« En effet, mais il y’a un fait particulièrement curieux. La plupart des compagnies qui veulent acquérir des droits de propriétés sur cette planète sont toutes sous la coupe de mon cousin : Toshiyuki Aoshima » expliqua Sayoko.

Cette explication surprit effectivement Keiichi. Toshiyuki était un milliardaire connu et son lien de parenté avec la présidente était connu. Cela avait d’ailleurs crée quelques conflits entre eux dans le passé. Nombre de journaliste avait cherchés, vainement, des preuves de corruption entre la présidence et le monde des affaires. L’intégrité de Sayoko et son refus d’être mêlé aux activités de son cousin, l’avaient cependant protégée de toutes retombées politiques aussi bien que judicaire.

« Vous voulez me dire que vous soupçonnez votre cousin de malversations? » demanda le Capitaine.

Sayoko marqua une pause avant de répondre.

« Je serais franche. Mon cousin est un « pourri » comme on dit. Il trempe dans toutes sortes d’affaires louches mais sa fortune, ses avocats, ses amis politiques et surtout son intelligence, lui ont permis, jusqu’à présent, d’échapper à la justice. Je précise que je n’y suis pour rien. Lui et moi avons un deal : je ne me mêle pas de ses affaires ou de ses procès, il ne se mêle pas de politique et ne soutien pas mes ennemis. » Répondit Sayoko.

« Je vous crois sans problème. Qu’est-ce qui est différent cette fois-ci? »

« Voyez vous, les résidents de la planète Siki, les Lorelei, ont déclinées jusqu’à présent toute offre d’achats concernant ces mines. Elles refusent que leur planète soient « envahies » par des étrangers auxquels elles ne font pas confiance. Elles refusent également l’introduction de machine par crainte de la pollution d’une part et pour une autre raison qu’elles refusent d’expliquer d’autre part. Soit dit en passant, compte tenu des richesses en question, je leur donne raison, hélas. » Ajouta la jeune femme aux cheveux sombres.

« J’avais entendu dire qu’il y’avait quelques tensions, mais je ne savais pas que de telles sommes d’argent étaient en jeu. Cela m’inquiète » admit Keiichi avant de demander « Cependant, quel est le rapport avec le film en question? »

« Hé bien le studio qui tourne le film fait partie des innombrables compagnies que contrôle Toshiyuki, et, étrange « coïncidence», on dit qu’il accompagnera l’équipe du tournage parce que son actrice préférée fait partie de la distribution ».

« Prétexte grossier. A mon avis, le film n’est qu’une couverture pour s’emparer de l’or et des diamants » convint Keiichi.

« Je le crains en effet. Je préfèrerais me tromper mais je connais mon cousin. Il POURRAIT aller chercher de l’or et des diamants ailleurs. Il a assez de ressources pour ça. Cependant lorsqu’il y’a quelque chose qu’il ne peut pas avoir, il se met en tête de s’en emparer. Légalement ou non. C’est un caprice d’enfant gâté. C’est à la fois une de ses grandes forces, mais aussi une faiblesse ».

La présidente se tût quelques instants.

« Nous avons conclut, avec les Lorelei, un traité de non-ingérence dans leurs affaires, et, pour le moment, mon cousin n’a rien fait d’illégal. Cependant quand il le fera, car je suis convaincu qu’il le fera, il sera sans doute trop tard pour que nous fassions quelque chose. Je ne veux pas en arriver là. Vous non plus j’imagine. C’est pourquoi je fais appel à vous. »

« Je comprends. Je serais discret. Au revoir président. » Dit Keiichi qui s’apprêtait à s’en aller.

« Encore deux choses Capitaine. » ajoutèrent Sayoko.

« Quoi donc? »

« Premièrement, mon cousin est un pourri, mais pas un monstre. Il n’a jamais été responsable de la mort de qui que ce soit. Donc si cette histoire tourne mal, j’aimerais qu’il ne se fasse pas tuer. Je vous demande, disons, une certaine indulgence, tant que vous pouvez encore vous le permettre. C’est mon cousin et je connais aussi ses qualités humaines, car il en a. Je détesterais aller à sa cérémonie funèbre. »

« Vous craignez que cela puisse se produire? » demanda le Capitaine.

« Je me fais peut-être du souci pour rien, mais bien que mon cousin ne soit pas un monstre, il lui arrive de travailler avec des monstres. Vous n’aurez sans doute pas à sauver la galaxie cette fois, mais le danger sera sûrement présent. Méfiez vous. » Conclut la présidente.

« Je comprends. Je ferais au mieux. Je vous tiendrais informé. Je vous dit à nouveau au revoir ».

Keiichi quitta le bureau, laissant la femme la plus puissante du monde en proie à ses pensées.

« Toshiyuki, je t’en supplie. Ne passe pas les bornes cette fois. »

Peu après, la sélection pour le rôle du Capitaine commençait. Une liste impressionnante de gens, qui ressemblait plus ou moins au Capitaine, s’était présentée…. Avec le véritable Capitaine Keiichi parmi eux.

Keiichi espérait que, compte tenu de sa ressemblance avec « lui-même », cela suffirait à le faire engager. Au cas où cette approche n’aurait pas fonctionné il avait cependant d’autres plans d’action en tête.

Le réalisateur du film, Jeff Lewis, supervisait lui-même le casting.

Lewis était un homme d’une cinquantaine d’années. C’était un individu de corpulence moyenne, aux cheveux châtains. Son signe distinctif était sa moustache bien fournie. Il avait tout du professionnel perfectionniste qui était en train de réaliser le film le plus important de sa vie….. comme à chaque fois qu’il tournait un nouveau film.

« Non, la taille ne convient pas. Au suivant. NON, la forme de la tête diffère de celle du Capitaine Keiichi. »

Les autres sélectionneurs commençaient à se lasser de l’intransigeance de Lewis. Ils avaient vu défiler plusieurs fois des gens qui, ils l’auraient juré, étaient le Capitaine Keiichi lui-même, mais Lewis les avait tous rejetés à cause d’un détail ou d’un autre.

« Pour l’amour de mes nerfs, arrêtons ce carnaval. Est-ce que parmi tous les postulants l n’y en a pas un qui ressemble au Capitaine Keiichi? »

Tout le monde commençait à se résigner quand Lewis, en désespoir de cause, balaya la foule du regard et aperçut Keiichi.

« Tonnerre!!! Si ce n’est pas le capitaine Keiichi en personne, c’est son frère jumeau caché!!! »

« Moi monsieur? » demanda timidement Keiichi, qui avait décidé de jouer, à sa façon, la comédie du brave garçon modeste…. Qu’il était vraiment, en fait.

« Attendez un peu que je le regarde de plus près. Hmm…. Il n’a pas vraiment la même forme de nez, Jeff. Même chose pour les yeux, le menton et le front. Il ne ressemble pas du tout au Capitaine Keiichi, sauf pour la couleur de cheveux » Fit remarquer Jim Willard, l’assistant de Lewis.

Willard était un homme plus jeune d’une dizaine d’années que Lewis. Il était roux avec le teint plus mâte, de type Mexicain. C’était un bon professionnel, quoique moins passionné par l’aspect artistique que Lewis et un peu plus préoccupé par les aspect publicitaires et commerciaux du film. Notamment en ce qui concerne les produits dérivés.

« Balivernes Jim. Je suis convaincu jusqu’au bout des ongles. Je crois même qu’on aura pas besoin de maquillage. Il est parfait. Comment t’appelles tu mon garçon? »

« Akitoshi Sakima, Monsieur ».

« Même la voix est ressemblante. Très bien Akitoshi. Moi je m’appelle Jeff Lewis. Qu’est-ce que tu fais dans la vie? » Demanda le réalisateur.

« Je suis employé dans un centre commercial. » répondit « Akitoshi ».

« Un brave garçon, mais allons nous prendre quelqu’un qui n’a, manifestement, jamais quitté la Terre pour jouer le rôle du Capitaine Keiichi? » demanda Jim Willard, dubitatif.

« Et n’ai-je pas choisi un voiturier un peu simplet pour jouer le rôle principal dans « le pirate des étoiles? » ça a très bien marché. » rétorqua Jeff.

« Je sais que je n’ai pas une grande expérience de la comédie mais je me disais que peut-être…. » Dit Keiichi avant d’être interrompu.

« Nous pouvons enseigner à quelqu’un l’art de la comédie, du moins suffisamment pour ce film. Par contre, nous ne pouvons pas lui apprendre à ressembler au Capitaine Keiichi. Avec de la bonne volonté de ta part, tout ira bien. Le rôle est à toi. » Conclut le réalisateur en entraînant Keiichi en direction du studio, à l’arrière du bâtiment.

Sur son chemin, ils croisèrent quatre personnes. Keiichi reconnu immédiatement trois d’entre elles.

La première était Toshiyuki Aoshima. Un homme jeune, à peu près le même âge que lard, grand, aux cheveux bruns, portant des lunettes (non pour régler un problème de vue mais pour afficher constamment les informations dont il avait besoin sur les verres de lunettes qui contenaient un micro-ordinateur). C’était l’archétype même du jeune homme ambitieux et plein d’avenir qui se lance dans le monde des affaires. Il ne ressemblait pas vraiment aux mégalomaniaques, que le Capitaine Keiichi avait l’habitude de combattre. Le Capitaine ne baissait pas sa garde pour autant.

« Bonjour Jeff » dit poliment le milliardaire.

« Bonjour monsieur Aoshima, c’est un plaisir de vous voir. » rétorqua Jeff avec sincérité.

Jeff ne s’était jamais préoccupé de ce que les gens pouvaient dire sur Aoshima. Il était réalisateur, pas avocat, ni juge, ni procureur, ni juré, ni même ne travaillait dans le monde de la finance. Toshiyuki le payait bien et lui accordait tout ce qu’il voulait pour réaliser ses films. Jeff n’abusait pas de cette générosité et satisfaisait pleinement aux attentes de son patron.

« Tout le plaisir est pour moi Jeff. Laisse moi te présenter les amis qui nous accompagneront lors du tournage. »

Derrière Toshiyuki, deux hommes d’origines extraterrestres observaient le réalisateur.

« Voici Kin Skipo, délégué représentant de la planète Sigoon » déclara Aoshima.

Skipo était un extra terrestre dont la morphologie évoquait par certains égards celle d’une vipère. Il n’avait pas d’écailles ni de dents pointues, mais il était plus rose que les humains, il avait des longues oreilles, un crâne rond surdimensionné avec des petites croûtes rouges, était à mi-chemin entre l’humain et le serpent. Parmi les quatre personnages présents, c’était le seul que Keiichi ne connaissait pas.

« Et voici Ted box, notre nouveau garde du corps »

Box aurait pu passer pour un humain si sa peau verte et scintillante tirant sur le bleu n’avait pas indiqué ses origines non humaines. Son autre signe distinctif était ses longs cheveux noirs qui tombaient jusqu’à la base de son cou.

C’est à ce moment que Keiichi fronça les sourcils, en lui-même. Il connaissait Ted Box de réputation. Une réputation inquiétante.

« Puis-je savoir qui vous êtes monsieur? » demanda Box avec une politesse qui ne masquait pas son agressivité.

« C’est notre nouvelle vedette. Akitoshi uh… Comment déjà? »

« Akitoshi Sakima, monsieur » répondit Keiichi.

« Ah oui. Akitoshi Sakima. Un employé de centre commercial, il me semble. C’est lui qui jouera le rôle du Capitaine Keiichi. La ressemblance est troublante vous ne trouvez pas? » Demanda Lewis.

Avant que Box ait pu répondre, la troisième personne connut du Capitaine intervint.

« Vous ne croyez tout de même pas que je vais jouer avec un minable employé qui va gâcher toutes mes scènes? »

Lura Lind était le nom de cette jeune femme aux cheveux blonds, accrochée au bras d’Aoshima qui avait toujours aimé s’entourer de belles femmes. C’était une vedette de cinéma très en vogue depuis quelques années. Elle était hautaine, belle, bien maquillée, capricieuse, éblouissante. Il faut dire que sa beauté était réelle, même sans maquillage. Elle était aussi une excellente actrice. Suffisamment douée pour que son arrogance soit justifiée, d’autant qu’elle venait d’un milieu modeste et avait réussit grâce à son travail acharné. Quant à ses caprices, d’une part « elle en valait la peine », et d’autres part, elle savait se montrer raisonnable la plupart du temps. C’est pourquoi la plupart des réalisateurs fermaient les yeux sur ses extravagances.... mais pas cette fois. Jeff Lewis avait décidé que « Akitoshi » serait parfait pour jouer le rôle du Capitaine Keiichi et il n’avait pas l’intention de céder.

« Un peu d’indulgence Lura. Il ressemble au Capitaine et c’est tout ce qui compte. Vous verrez qu’après un entraînement accéléré il vous donnera pleine satisfaction, si vous n’êtes pas trop intransigeante ».

Avant que Lura puisse protester à nouveau, Lewis coupa court à la discussion en abordant un autre sujet.

« Au fait monsieur Aoshima, vous m’avez dit que ces personnes venaient avec nous. Ce ne sera pas une croisière, nous partons pour certains des endroits les plus dangereux de la Galaxie. La mer de feu de Deneph, la cité sous-marine de Bama et enfin sur Siki, la planète des prodiges. La présence de Lura est évidemment indispensable, je peux comprendre celle de monsieur Box, mais la tienne et celle de monsieur Skipo m’inquiètent ».

« Dis dons Jeff, tu n’aurais pas l’intention d’intervenir dans mes affaires j’espère? » rétorqua sèchement Aoshima.

« Bien sûr que non patron. » répondit Jeff, quelque peu mal à l’aise.

« Alors l’affaire est entendue. A plus tard Jeff » dis le milliardaire en s’éloignant.

Box jeta un dernier regard sur Keiichi. Ce dernier préféra faire mine de ne pas l’avoir remarqué.

Un peu plus tard, Keiichi était dans sa loge, on lui avait confié son costume de scène. Bien entendu, il préféra enfiler sa combinaison spatiale habituelle. Tout simplement parce que les deux se ressemblaient parfaitement, sauf que sa combinaison contenait tous les outils et gadgets qu’il utilisait au cours de ses missions.

Le seul véritable problème était les pistolets à Protons. Il ne pouvait pas se permettre de jouer son rôle avec des armes chargées où il aurait été rapidement démasqué, sans parler du danger que cela représentait pour les autres acteurs. D’un autre côté, compte tenu de sa mission, ne pas avoir ses armes sur lui pourrait s’avérer très dangereux.

Comme solution, il choisit de garder ses armes mais de remplacer les piles énergétiques par celles des répliques. Il pouvait très bien dissimuler les vraies piles dans sa combinaison et les ressortir en cas de besoin.

Sitôt qu’il eût finit, Jim Willard vint le chercher pour le présenter aux responsables.

Pendant ce temps, Lewis était en train de continuer la préparation de son film et exposait l’avancement du projet à son équipe ainsi qu’à son patron.

« Bon, la distribution des rôles est presque terminée. Il ne reste plus qu’à réunir le plus tôt possible l’équipe des caméraman, des éclairagistes ainsi qu’une script-girl. N’oublions pas non plus des…. »

A ce moment, Keiichi, « déguisé » en Capitaine Keiichi entra dans la pièce.

Il y’eût un moment de surprise.

« Alors monsieur Aoshima, que pensez vous de ma découverte? » demanda Jeff.

« Pas mal, pas mal. » convint Toshiyuki.

« Hm…. Pas trop mal oui. J’admet qu’il y’a une vague ressemblance avec le Capitaine Keiichi » déclara Lura Lind.

Intérieurement, Keiichi était en proie à deux sentiments contradictoire. D’un côté, il était content de ne pas avoir été démasqué, d’un autre côté, il commençait à en avoir assez qu’on lui dise qu’il ressemblait vaguement, voir pas du tout à lui-même. Ca finissait par devenir vraiment vexant. »

« Sakima, mon garçon, il faut maintenant que vous appreniez votre rôle. Commencez par dégainer votre arme. » Demanda Lewis.

Keiichi s’exécuta mais ralentit son mouvement. Il voulait dégainer son arme comme un parfait amateur et non comme un professionnel aguerri, pour ne pas se trahir, surtout devant Ted Box.

C’était paradoxal. Au lieu de faire semblant d’être le Capitaine Keiichi, il devait faire semblant de ne pas l’être.

Il dégaina son arme et, pour faire semblant d’impressionner, se mit à faire tournoyer son pistolet autour de son index.

« Alors qu’est-ce que vous en dites? » dit il avant de laisser le pistolet lui échapper des mains, prouvant ainsi sa « maladresse ».

« Je ne suis pas encore très au point. » dit il timidement.

Ce petit tour ridicule avait provoqué un amusement général. Il était évident que ce jeune homme aurait beaucoup de travail à faire avant de pouvoir se montrer vraiment convaincant.

« Il te reste encore des progrès à faire. » déclara Aoshima qui riait de bon cœur.

« Quel Capitaine Keiichi! » marmonna Jim Willard avant d’ajouter « Il est aussi convaincant qu’une souris jouant au lion. »

En dehors de Willard, seuls Ted Box et Lura Lind ne riaient pas non plus.

« Vraiment, comment pouvez vous m’imposer un partenaire aussi maladroit? » se lamenta Lura Lind avant de quitter la pièce en compagnie de Toshiyuki et de ses acolytes.

A ce moment là, Urd entra dans la pièce.

« Bonjour, je suis celle qu’il vous faut pour le rôle de Urd. » déclara t’elle à Jeff Lewis.

Urd savait très bien à qui elle parlait et que c’était cet homme qu’il fallait convaincre. Elle avait étudié les dossiers des principaux membres de la troupe avant de venir.

Lewis hésita un instant. Cette femme ressemblait effectivement à Urd comme une sœur.

« Désolée mademoiselle. La ressemblance est frappante, je l’avoue, mais le rôle de Urd a déjà été attribué » déclara Lewis avec une pointe de regret dans la voix.

« Je me nomme Rizza Piano. Experte en maquillage, acrobatie et comédie. Une petite démonstration et…. » Rétorqua Urd.

« Non, non, n’insistez pas, c’est tout à fait inutile. » soupira Lewis.

« Je vous jure que vous allez changer d’avis. »

Urd considérait cette situation comme un défi personnel. Ne pas pouvoir jouer son propre rôle alors qu’elle était naturellement une experte dans l’art de jouer la comédie dans le cadre de ses missions? Alors que, justement, elle était, en mission en ce moment même? Elle n’accepterait jamais cette insulte.

De plus, elle était complètement subjuguée à l’idée de devenir une star de cinéma, même sous un faux nom. Cette idée la séduisait complètement, comme pour toutes les jeunes filles de son âge. Pas question de laisser filer cette opportunité.

Elle effectua dans la minute qui suivit plusieurs simulations de théâtre classique devant Lewis, ponctuées de quelques acrobaties impressionnantes, situées aux limites de ce qui était humainement possible.

Le réalisateur perdit complètement pied devant ce spectacle. Quand Urd sentit qu’il était sur le point de flancher, elle porta le coup de grâce : elle s’approcha de Lewis avec le regard et la gestuelle de l’actrice prête à jouer « la scène du baiser ».

Keiichi n’était pas inquiet quand au dénouement de la situation : « personne ne peut résister à Urd quand elle est comme ça » pensait-il.

Si Lewis parvenait encore à afficher une très légère résistance, Jim Willard, lui, était complètement conquis.

« Il n’y a pas à hésiter Jeff. Tant pis pour Cynthia. C’est à cette femme qu’il faut confier le rôle. »

« Bon. D’accord. Cependant Jim, c’est toi qui te charges d’annoncer à Cynthia la rupture de son contrat. » dit Jeff avant d’ajouter « Dites moi madame, comment avez-vous appris ce rôle aussi vite? L’annonce du film date de quelques jours à peine. Or on dirait que vous vous êtes préparé toute votre vie ».

« Depuis que j’ai entendu parler du Capitaine Keiichi et de ses exploits, je me suis douté que, tôt ou tard, un film serait fait en son honneur. J’étais complètement subjuguée par Urd, c’est une fille tellement belle, tellement intelligente, tellement charismatique, tellement…. Bref, j’ai pris la décision de me préparer pour jouer son rôle quand le moment viendrait. J’ai donc appris tout ce qu’il y’avait à apprendre. J’ai même calquée mes habitudes alimentaires sur les siennes. Un pari risqué, mais le jeu en valait la chandelle » répondit la métamorphe.

« Je comprends mieux maintenant » convint le réalisateur.

Au cours de la soirée, Keiichi entra dans la salle des accessoires, où il croisa Urd qui l’avait précédé.

« Capitaine, j’ai l’impression que tu es venu chercher ici la même chose que moi. » commenta Urd avec un sourire.

« Tu as entendu dire qu’il y’avait ici des robots à l’image de Skuld et de Megumi n’est-ce pas? »

Effectivement. Les deux robots étaient installés dans un coin, complètement désactivés.

« Regarde, ces robots marchent grâce à un moteur. Megumi et Skuld les imiterons sans peine » dit Keiichi en pointant du doigt une petite manette située dans le dos de « Skuld ».

Un peu plus tard, Urd et Keiichi avait profiter de leur dernière soirée avant de quitter la Terre pour allez voir Chihiro, qui se trouvait actuellement au quartier général de la patrouille interplanétaire. Ils avaient emmené les deux robots avec eux. Difficilement d’ailleurs. Déplacer le robot à l’image de Skuld n’avait pas été simple. Heureusement il était aussi léger que possible pour des raisons de sécurité lors du tournage.

« Qu’attendez vous de moi au juste, Capitaine? » demanda la colonel.

« Que vous camoufliez le « Space Goddess » pour le conduire sur la planète Siki ».

« Désolée, mais il va falloir demander à quelqu’un d’autres. Moi je fais partie de la police, or vous connaissez les accord de…. »

« Les accords de non-ingérence avec les Lorelei. Oui, je sais. Pourquoi…. Ne prendriez vous pas un congé temporaire? » Suggéra le Capitaine.

« Vu comme ça, je suppose que ça peut s’arranger oui. Je vais demander à Belldandy de m’accompagner. »

« Euh…. Non. Je vous demande, expressément, de laisser Bell en dehors de tout ça. »

« Tiens? Pour quelle raison? » S’étonna Chihiro.

« C’est trop dangereux. Toshiyuki Aoshima est impliqué dans cette affaire mais aussi Ted Box. » Expliqua Keiichi.

« Ted Box? Vous en êtes certain? »

« Qui est Ted Box? » demanda Megumi.

« C’est un tueur de la planète Romac, connu pour son extrême cruauté. Il a déjà passé plusieurs années en prison, et si il avait été jugé ailleurs que sur Romac il y serait encore, jusqu’à la fin de sa vie » expliqua le colonel.

« Ca c’est gentil Capitaine, de ne pas vouloir exposer la douce et fragile Belldandy, aux griffes de ce tueur » commenta Urd avec amusement.

Même Skuld ne put s’empêcher de rire doucement à ce commentaire.

« Le fait que ce Aoshima ait engagé un criminel du calibre de Box prouve qu’il y a bien quelque chose de pas net dans toute cette expédition. » déclara Keiichi avant d’ajouter « Megumi et toi Skuld, vous resterez dans la salle des accessoires pour prendre la place de vos sosies. D’accord? »

« D’accord, mais si Skuld peut patienter indéfiniment ou faire des simulations informatiques interne pour s’occuper, moi je vais beaucoup m’ennuyer » répondit Megumi.

« Tu veux que j’imite ce pantin grotesque? » dit Skuld en désignant l’automate du doigt.

« Oui. Je sais que c’est vexant. Si ça peut te consoler j’en suis passé par là moi aussi. Ôte le moteur du robot et fixe el dans ton dos et si quelqu’un pousse la manette, exécute les mêmes mouvements que lui, s’il te plaît. » Répondit Keiichi avec un regard de sympathie, comprenant très bien le déplaisir de sa soeur.

« Tu y’arriveras très bien. Cet automate est plus vrai encore que l’original. D’ailleurs, je me demande si on ne pourrait pas l’utiliser dans le futur pour d’autres missions. » Déclara Urd sur un ton moqueur.

Tandis que l’éternelle dispute recommençait, Keiichi soupirait intérieurement. Cette histoire devenait effectivement grotesque.

Malheureusement, la liste des ennuis n’avait pas encore finit de s’allonger. Lorsqu’ils furent de retour au studio, ils eurent une surprise.

« Urd…. Dis moi que tu ne vois pas ce que je vois. » Murmura Keiichi en pointant du doigt une femme en train d’avoir une conversation, manifestement déplaisante, avec le réalisateur.

« J’ai bien peur que si. Belldandy et Sen sont dans le studio. » Répondit Urd avec sympathie.

Bien sûr, Keiichi aurait adoré courir ver Belldandy et la prendre dans ses bras, mais il ne pouvait pas. Il ne savait pas ce qui le gênait le plus : que Belldandy soit là, ou, au contraire de devoir contenir sa joie de la voir?

« Vous n’avez pas honte de vous servir de l’image de marque de Keiichi san pour en tirer un film ridicule? » déclara Belldandy avec passion. (Note pour les beta reader. A ce moment de l’histoire, la relation entre Belldandy et Keiichi a évoluée et elle l’appelle dorénavant « Keiichi san » plutôt que « capitaine Keiichi »)

« De plus, je parie qu’il n’est même pas fidèle à la réalité. » renchérit Sen.

« Vous faites erreur. Mon film est un hommage au Capitaine Keiichi et à sa famille. Ce sera comme à l’origine, c’est pourquoi nous allons prendre des risques considérables et coûteux, pour le réaliser sur les lieux même de ses exploits » insista Lewis.

Belldandy devait admettre que le réalisateur avait l’air sincère mais elle n’avait pas l’intention de s’en tenir là. « Je suis sûre que cous ne cherchez qu’à gagner de l’argent. En plus vous voulez en faire un séducteur. Je n’ai pas eu accès au script mais je parie que vous avez déjà prévu la scène du baiser comme dans tous les films de ce style. En temps qu’amie personnelle du Capitaine Keiichi, je m’insurge formellement contre ça. Le Capitaine et sa famille ne peuvent protester puisqu’ils sont en mission secrète mais moi je suis là, et j’utiliserais tous les moyens légaux pour faire bloquer ce film répugnant, jusqu’à ce qu’il soit confirmé que le script est bien conforme à la réalité dans ses moindres détails »

Jeff Lewis voyait bien que la jeune femme ne plaisantait pas et en temps qu’agent gouvernemental elle avait effectivement des moyens légaux à sa disposition pour donner corps à ses menaces.

« Vous ne pourrez pas stopper le film à longue échéance car tout ce que nous dirons sera la vérité. De plus nous partons demain sur les lieux du tournage ».

« Demain? Mais vous êtes totalement irresponsable!! Cette fois il n’y a plus à hésiter. J’attente une action en justice. »

« Oh non. Ce n’est vraiment pas le moment de compliquer encore les choses » se lamenta discrètement Keiichi.

« Réjouis toi Capitaine. C’est pour tes beaux yeux qu’elle se donne tout ce mal » fit remarquer Urd.

« Comment pouvez vous parler de Keiichi san sans l’avoir jamais rencontré? Sa bonté de cœur, sa grandeur d’âme, son courage, les connaissez vous? »

« Bon. C’est d’accord. Je comprends votre point de vue. Aujourd’hui j’ai beaucoup de choses à préparer, mais je vous promets des réponses satisfaisantes à vos objections dès demain avant notre départ. »

Belldandy se calma. A défaut d’apprécier cette histoire, elle était maintenant complètement convaincue par l’intégrité du réalisateur.

« Très bien monsieur. Tâchez de ne pas oublier votre promesse » dit l’agent gouvernemental avant de se retourner pour partir.

C’est à ce moment là que Belldandy aperçut Keiichi. Au comble de la joie elle se précipita vers lui.

« KEIICHI SAN? VOUS ICI? COMMENT…. » Commença t’elle avant d’être interrompue par le réalisateur.

« Ce n’est pas le Capitaine Keiichi, mais un jeune employé commercial appelé Akitoshi Sakima. Très ressemblant n’est-ce pas? Ca me rassure parce que vous êtes la première personne à être d’accord avec moi. »

L’enthousiasme de Belldandy retomba aussitôt. Elle observait « Akitoshi » un court instant.

« Pendant un instant, j’ai cru… » Balbutia t-elle avant d’être interrompu par Sen qui voulait lui éviter d’être embarrassée.

« Vous ne ressemblez pas à un héros de l’espace, mais alors pas du tout d’après moi ».

« Pour être franc, je n’ai même jamais quitté la Terre. J’espère que je ne vais pas avoir le mal de l’espace durant le voyage » répondit timidement Keiichi.

« Je comprends pourquoi vous avez l’air si empoté. » rétorqua Sen avec un léger rire.

« Reste poli Sen. Je comprends que tu veuillez défendre Keiichi san, mais ce jeune homme ne t’a pas manqué de respect. Je vous prie d’accepter nos excuses monsieur. » Déclara Belldandy.

« Ce n’est rien. Je comprends la réaction ce garçon. En toute franchise, j’avoue que je ne me sens pas très à l’aise dans ce rôle. » Répondit « Akitoshi ».

« Est-ce qu’il y’a une étoile du malheur au dessus de ma tête en ce moment? Pourvu que Jeff sache la convaincre, sinon elle va partir avec nous. » Soupira le Capitaine Keiichi.

Le matin suivant, le vaisseau spatial de la troupe, le « Perseus » se tenait prêt au décollage. La foule remplissait le spatioport pour assister au départ de l’expédition du « Champion de l’Espace ». La publicité autour du film avait captivé tout le Système Solaire. Des groupes jouèrent de la musique et des milliers de mains saluèrent lorsque les derniers acteurs et techniciens traversèrent la passerelle. Le Capitaine Keiichi et Jim Willard observaient sur le pont de promenade.

« Lura est en train de faire son habituelle apparition de dernière minute », dit cyniquement le jeune assistant réalisateur.

En parcourant la passerelle, la séduisante blonde, ondulait face à la foule enthousiaste. Elle se félicitait de cette petite mise en scène qui flattait toujours son ego. Cependant, cette fois-ci, sa joie fût de courte durée quand une femme encore plus magnifique, à la peau brune et aux cheveux blancs, suivit juste derrière elle. Urd avait eut la même idée et elle adressa un baiser en direction de la foule. On pouvait voir des cœurs apparaître dans le regard de tous les individus masculins…. Et de quelques autres.

Ce fût alors Toshiyuki qui embarqua, un sourire resplendissant sur son visage rosé. Il était accompagné de Ted Box et d’un grand Sigoonien à la peau rose.

« Ce Sigoonien est Kin Skipo, l’un des comparses d’Aoshima au Conseil de sécurité. Il est là en tant qu’invité. » Fit remarquer Willard.

Les yeux de Keiichi Morisato se plissèrent. La présence du politicien Sigoonien renforçait à nouveau ses soupçons. La conspiration d’Aoshima contre Siki devenait de plus en plus probable et était manifestement à grande échelle. Mais quelle en était la nature?

« Tu as l’air pensif mon garçon. Quelque chose te tracasse? » Demanda Willard.

« C’est mon premier vol dans l’espace. Je ne me sens pas très rassuré, monsieur. » Mentit Keiichi.

« Tout se passera bien si tu t’assois dans un de ces sièges là bas. Ils amortissent efficacement le choc du départ. »

« On est pas encore parti et j’ai l’impression d’avoir déjà le mal de l’espace. » ajouta le Capitaine.

« Le mal de l’espace? Avant même le départ? Décidément tu ferais un bien étrange Capitaine Keiichi dans la réalité. Bon, quelqu’un est il volontaire pour s’occuper de lui? » Dit Willard en souriant.

« Moi je veux bien. J’avoue que je ne me sens pas très à l’aise moi non plus. Si il est d’accord je partagerais sa cabine, puisqu’elle est mixte et plus spacieuse que la mienne. » Déclara Urd qui avait entendue la conversation.

« Pour ma part c’est d’accord. Arrangez vous entre vous mais restez professionnel. »

« C’est gentil de votre part mademoiselle. Je vous promets que tout se passera bien. »

« Inutile de me remercier. Allez, venez vous allonger. Vous vous sentirez mieux au moment du départ et je serais là pour vous rassurer. » Répondit Urd en accompagnant son frère à leur cabine.

« Bravo Urd. Tu as magnifiquement profité de l’occasion » dit Keiichi un peu plus tard.

Sur le chemin de la cabine, ils surprirent Lewis et Aoshima en pleine conversation. »

« Donc, si j’ai bien compris, cette jeune fille, Belldandy, va venir avec nous durant tout le tournage? » demanda l’homme d’affaires.

« Oui. Je suis désolé monsieur Aoshima mais c’était le seul moyen pour éviter d’être mis en retard pour plusieurs semaines et…. »

« Rassure toi. Tu as très bien fait. Comme tu le sais je n’ai rien contre les jolies femmes et celle-ci est peut-être la plus magnifique que j’aie jamais vu. Sans vouloir manquer de respect à Lura. » Répondit Aoshima avec une plaisir sincère.

« Tant mieux alors. » soupira Lewis qui craignait d’avoir fâché son patron.

« Oh non. » soupira Keiichi qui craignait pour la vie de Belldandy.

« J’ai bien peur que nous devions faire avec. » soupira Urd avec résignation.

Sen était parmi la foule venue assister au départ du vaisseau et souhaitait bon voyage à sa tutrice.

« Au revoir. Fais bien attention à toi » dit il en agitant les bras en direction du vaisseau, qui décollait à cet instant même, conscient qu’il était impossible que Bell puisse le voir ou l’entendre.

Le réalisateur n’avait pas perdu de temps. Sitôt le vaisseau dans l’espace, le tournage avait commencé. Le vaisseau n’allait pas très vite car il fallait terminer certaines séquences du film avant d’atteindre Deneph, ce qui prendrait environ deux jours.

Keiichi et Urd devait jouer une des scènes en question. Il s’agissait du sauvetage de Urd, retenue prisonnière, par le Capitaine Keiichi.

MODE CINEMA ON

La scène était sombre, on y voyait à peine, juste assez pour le spectateur.

« Urd! Réponds moi? Tu es là? » Demanda Keiichi en dégainant son pistolet à Protons.

Urd, attachée dans un soin sombre (avec des liens dont elle aurait pu se libérer aussi facilement qu’elle enlève un t-shirt) répondit :

« Capitaine! Capitaine Keiichi je suis là!! » Répondit Urd.

« Urd!! » s’écria Keiichi en se précipitant en direction du bruit.

A ce moment là, une des portes de la pièce s’ouvrit quand une escouade entière d’ennemis entra.

« Vous êtes pris à votre propre piège Capitaine Keiichi » déclara le « chef ennemi ».

« Je ne vous crains pas, suppôt du mal. Moi le Capitaine Keiichi je vous apprendrais à respecter les mot sacrés de « justice » et de « liberté » » déclara « Akitoshi ».

C’est à ce moment là que Keiichi joua son « vrai » rôle d’acteur en faisant tomber accidentellement son pistolet.

MODE CINEMA OFF

« COUPEZ!! COUPEZ!! » S’écria Jeff Lewis avant de se tourner vers Keiichi.

« Non mais c’est pas vrai. Tu ne peux même pas tenir ton arme correctement et te mettre dans la peau de ton personnage? »

« Je suis désolé monsieur, mais depuis que nous sommes partis j’ai le mal de l’espace. » répondit le garçon.

« Je te conseille de te remettre d’aplomb, et vite. Toutes les scènes d’intérieur seront tournées dans le vaisseau spatial. Tâche de t’en souvenir ».

« Non mais quel minable » soupira Lura Lind.

Belldandy, elle, avait autre chose à dire.

« Ecoutez moi. Le texte du Capitaine Keiichi est beaucoup trop niais. Il ne parle jamais comme ça. Veuillez corriger cela. » Déclara t’elle.

« Ce n’est pas le texte qu’il faut changer. C’est l’acteur. » Rétorqua Lura.

« Un peu de silence mesdemoiselles » s’écria Willard.

« Vous, parlez moi sur un autre ton. » déclara Belle en colère.

Pendant ce temps, une main coupait le câble retenant une des lampes suspendues au plafond. La lampe faillit s’écraser sur Belldandy aperçut à temps l’ombre grandissante sur le sol et se jeta en avant, échappant de près à une mort potentielle.

La chaise en dessous sur laquelle elle était assise l’instant d’avant fut pulvérisée.

Tout le monde eût le souffle coupé et la « maladresse » de Keiichi, fût complètement oubliée par ce qui venait de se produire.

Aux yeux de Keiichi et Urd, il était clair que ce n’était pas un accident. Cela renforçait els soupçon que quelque chose de grave se tramait.

Ce fut Jeff Lewis le premier à se porter au secours de Belldandy.

« Vous n’êtes pas blessée j’espère? » demanda t’il, inquiet.

« N…. Non. Je…. je n’ai rien. » Balbutia Bell, qui tentait de se remettre de son émotion.

« Qu’on aille vérifier les câbles de l’éclairage, et tout de suite. Je ne veux plus de surprise de ce genre. Ni même plus de surprise du tout. » Hurla le réalisateur à l’encontre des éclairagistes.

Un instant plus tard, Box apparaissait près du câble tranché.

« Il n’y a personne ici et rien ne prouve qu’il s’agisse d’autre chose qu’un accident. Apparemment le câble a lâché. » Expliqua t’il sur un ton neutre.

« Il semblerait donc qu’il s’agisse d’un accident malheureux, mais que cela ne se reproduise pas. » déclara Toshiyuki avant de s’en aller.

Keiichi n’était pas convaincu. Surtout parce que Ted Box était le premier sur les lieux.

« Belldandy est en danger » soupira t’il inquiet.

« Commençons par la protéger, sinon nous n’aurons jamais l’esprit tranquille pour espionner Aoshima. » suggéra Urd.

« Allons trouver Megumi et Skuld dans la salle des accessoires. Nous en discuterons avec eux. »

Un peu plus tard, dans la salle des accessoires.

« Dans deux jours, nous nous poserons sur Deneph, le premier lieu du tournage. Là-bas, nous ferons en sorte qu’elle reparte sur Terre. » Déclara le Capitaine Keiichi.

« Quelle est ton idée? » demanda Skuld.

« Urd lui enverra un faux message, lui demandant de revenir sur Terre en urgence. » répondit il.

« Ah ah. Mais dis moi, tu ne crains pas, de souffrir de son absence? » Titilla Urd.

« Si tu veux me faire rire, c’est raté » répondit Keiichi qui prenait la sécurité de Bell très au sérieux.

« A ce moment là, deux techniciens entrèrent dans la salle des accessoires. Keiichi et Urd se cachèrent en toute hâte. Ce n’était pas difficile compte tenu de la taille de la pièce. De toute façon les deux techniciens jetèrent juste un coup d’œil rapide.

« Un tour de ronde dans le vaisseau? Je me demande bien pourquoi faire. » Demanda l’un d’eux.

« Tu sais bien que le patron veut que nous soyons toujours sur nos gardes » répondit le second.

Quand ils furent repartis, Megumi fit un commentaire.

« Voilà qui ne va pas nous faciliter les choses pour découvrir les plans d’Aoshima. »

« Toshiyuki Aoshima va être forcé de quitter le vaisseau puisqu’il a dit vouloir assister aux prises de vue tournées sur Deneph. Professeur, vous en profiterez pour fouiller sa chambre. »

« Tu veux que je trouve la preuve d’un éventuel complot? » demanda le cerveau.

« Oui. Il a sûrement emporté des documents compromettants. »

Deux jours plus tard, le vaisseau arriva près de Deneph.

Deneph. Une des premières planètes habitées découvertes par les humains. Elle possède trois lunes et une « mer de feu » composée de lave en fusion, de plusieurs milliers de kilomètres. C’est là que le Capitaine Keiichi et sa famille ont combattu l’Empereur de l’espace.

« Cet endroit est appelé la mer de feu. Il s’agit en fait d’un gigantesque cratère crée par une éruption. » Expliqua Willard à Keiichi.

« Il va vraiment falloir que j’y aille? » demanda le « Akitoshi ».

« Ah. Cela me semble inévitable mon garçon. »

Depuis son dernier passage, les Denephiens avaient beaucoup évolué, technologiquement parlant. Ils avaient rapidement réintroduit les machines dans leur civilisation et fait de grands progrès, même si un certain nombre d’entre eux vivaient encore de l’ancienne façon.

Dans la navette qui le conduisait aux abords de la mer de feu, Keiichi faisait semblant de s’étonner de la flore étrange qu’il croisait en chemin, jusqu’à ce qu’ils arrivent en bord du cratère.

Ce fut Lura Lind qui exprima son sentiment la première.

« Oh, je crois que je vais me trouver mal. »

« Cette chaleur est intenable. Pas question de rester ici » confirma Aoshima.

« J’ai fait installer votre tente à air conditionnée monsieur. Lura pourra aller s’y reposer en attendant que nous soyons prêt à tourner la scène. »

A ce moment là, Jim Willard arriva, accompagné d’un Denephean.

« Jeff, ce guide local vient de m’informer que la mer de feu va subir des perturbations. »

« Quelles perturbations? » s’inquiéta Lewis.

« La mer de feu entre en éruption lorsque les petites lunes sont alignées » déclara le Denephean en pointant dans le ciel les trois lunes de Deneph.

« C’est que nous avons un programme très serré. Nous n’allons pas pouvoir revenir. » Répondit le réalisateur.

« C’est très dangereux de rester ici. » rétorqua simplement le guide à peau verte.

« Tant pis, moi j’ai un film à tourner. » décida Jeff.

Urd s’était approché de Keiichi et lui murmura à l’oreille.

« J’ai envoyé le faux message à Bell selon notre code habituel. Cela évitera toute possibilité d’indiscrétion ».

« Parfait. Cependant je suis inquiet. La mer de feu s’agite de plus en plus, souhaitons qu’il n’arrive rien de grave. » Répondit le Capitaine.

Effectivement, non seulement le magma commençait à onduler, mais de légères vibrations devenaient perceptibles.

Pendant ce temps, Megumi errait dans les conduits de ventilation du vaisseau.

« C’est un vrai labyrinthe, cependant d’après les plans je ne devrais plus être très loin de la chambre d’Aoshima. » pensa le cerveau.

Megumi Morisato pouvait embler inhumainement froide aux yeux des gens non avertis. Certains disaient que, ayant perdu son corps, et vivant dans une boite métallique, elle avait perdu tous sentiment. Il n’en était rien. Son affection et sa loyauté envers sa famille ne s’était jamais émoussée. Cependant, il est vrai que en dehors de ses recherches scientifiques qui la passionnaient, elle ne s’émouvait de rien d’autres. Présentement, les risques qu’elle prenait avec sa vie la laissaient complètement indifférente, bien qu’elle en était parfaitement consciente.

Pendant ce temps, Willard procédait à quelques tests sur le « robot » Skuld, sans savoir que c’était la véritable Skuld.

« C’est parfait Jeff. Ce brave robot marche au doigt et à l‘oeil ».

« Espérons. Ce gros tas de ferraille sans charme m’inquiète un peu » déclara Lura Lind.

Skuld eut du mal à rester impassible à cette insulte.

« Cette scène est l’une des plus importantes de notre film. « Le Champion de l’Espace », comme vous le savez, recrée le combat du Capitaine Keiichi contre « le professeur Zaro ». La partie la plus importante se fera sur Siki, mais les scènes ici et dans les cités sous-marines de Bama sont essentielles. » Déclara Lewis aux acteurs.

« Je vous ai déjà dit que Keiichi san et sa famille ne sont pas allés sur Deneph, ni sur Bama, dans l’affaire « Zaro ». C’était celles de l’Empereur de l’Espace et des mines de Gravium. » Protesta Belldandy.

« Je sais, je sais, mais est-ce que je ne peux pas insérer un peu de leurs aventures précédentes dans mon script pour renforcer les effets? » argumenta le réalisateur.

« Désolée monsieur, je m’y oppose. »

« Un télégramme pour vous mademoiselle » dit Willard en tendant un papier à Bell.

L’agent interplanétaire lut le papier en question et soupira.

« On m’ordonne de rentrer sur Terre en urgence. Je dois vous laisser pour le moment, mais je reviendrais soyez en sûr. » Dit-elle à Lewis.

« Mais nous n’avons qu’une seule navette. On ne peut pas vous laisser la prendre pour regagner le vaisseau. »

« Ne craignez rien, j’y retourne à pieds. » dit Bell.

Tandis qu’elle s’en allait, Keiichi remarqua que Kin Skipo partait à sa suite.

« Urd. Skipo la suit. Va t’assurer que tout va bien. »

La présence de Keiichi était essentielle pour la prochaine scène et ne pouvait pas aller à la suite de Bell, Urd en revanche avait terminé la partie du travail la concernant. »

Décidant de profiter de l’absence de Bell pour tourner la scène, Lewis lança la séquence.

« Très bien. Alors tout le monde est prêt? Attention. Moteur. »

MODE CINEMA ON

Lura Lind, censé incarné Belldandy, était poursuivit par une horde d’hommes préhistoriques.

« AAAAHHHH » cria « Belldandy ».

Sur ce, le Capitaine Keiichi apparut derrière avec Skuld.

« Sauvons Belldandy avant que ces monstres l’attrapent. Suis moi Skuld » s’écria le Capitaine, conformément à son texte.

S’ensuivit un « combat » contre les horribles hommes singes. Skuld pouvait alors faire l’étalage de sa force (ce qui la vexait d’ailleurs. Elle considérait sa force comme utile mais elle aurait, largement, préféré qu’on admire son intelligence), tandis que Keiichi pouvait faire preuve d’adresse au pistolet à Protons.

« Pas si minable que ça après tout ce garçon. » pensa Lura Lind en l’observant de plus prêt.

MODE CINEMA OFF

C’est alors que Skuld se précipita sur Lura, chargeant furieusement et la soulevant du sol avant de la secouer comme un prunier.

« AAAAHHHH » cria Lura, sans jouer la comédie.

« COUPEZ!!! ARRETER LE MOTEUR DU ROBOT!!!! »

Ce fût Keiichi qui se précipita « au secours » de Lura et « éteignit » Skuld en poussant la petite manette fixée dans son dos.

Skuld lâcha Lura qui tomba à Terre.

« Ca va? Vous n’êtes pas blessée? » Demanda « Akitoshi ».

Lura se remettait tant bien que mal de son émotion.

« Ca…. Ca va. Merci beaucoup. Qu’est-ce que c’est que ce monstre? J’ai bien cru qu’il allait me jeter dans la mer de feu » répondit Lura en tremblant, tout en voyant « Akitoshi » d’une façon plus plaisante ».

« Lura, je suis vraiment désolé. Je vais diminuer sa puissance pour que cela ne se reproduise pas. » S’excusa Willard.

« Skuld, qu’est-ce qui t’a pris? Comme si on n’avait pas assez de problèmes comme ça. » Gronda Keiichi.

« Petite vengeance. Je n’ai pas encore digéré l’insulte de tout à l’heure. Elle m’a appelé « gros tas de ferraille sans charme » » répondit la sœur de Keiichi.

Pendant ce temps, Urd avec presque rattrapé Belldandy, quand elle fût arrêté par Skipo, sortant brutalement des fougères avec un pistolet à Protons en main.

« Pourquoi me suis-tu? » demanda le Sigoonien d’un air menaçant.

Devant le mutisme et l’air inquiet de Urd, l’extraterrestre au cerveau surdimensionné comprit.

« Tu es une espionne!!! » dit il en tirant sur Urd.

Tenter d’éviter un rayon laser ou un faisceau à Proton une fois qu’il se dirige sur vous est impossible, quelque soit vos réflexes, votre rapidité ou votre agilité, à moins que vous ne puissiez vous déplacer à une vitesse proche de celle de la lumière comme le rayon.

Entre temps, le guide Denephien renouvelait son avertissement à Jeff Lewis.

« Les lunes sont presque alignées. Il ne faut pas rester ici. »

« Plus que deux scènes à tourner et nous partirons. » répondit le réalisateur.

Dans le vaisseau, Megumi ne parvenait pas à trouver la chambre d’Aoshima. Elle avait démonté plusieurs panneaux dans les conduits de ventilations mais en vain jusqu’à présent. Finalement, en regardant derrière le panneau suivant, elle sourit intérieurement. La chambre était extrêmement luxueuse. Bien plus que celle qu’elle avait vu préalablement. C’était de toute évidence la chambre du milliardaire.

Megumi démonta le panneau, utilisant les faisceaux magnétiques ultra précis qu’elle émettait du bout des deux tentacules robotiques de son corps et entra dans la pièce.

Elle se rendit directement au bureau et compulsa tous les dossiers que contenait le tiroir situé sur la droite.

« Une carte de la planète Siki, avec l’emplacement des mines indiqué. Cela ne nous dit pas grand chose. Cependant je n’en attendais pas beaucoup plus. Quel idiot laisserait les détails écrits de son complot traîner dans son bureau? Pourtant il pouvait y avoir une chance. » Pensa Megumi quand ses pensées furent interrompues par des bruits de pas dans le couloir, elle se cacha à temps dans le tiroir, sa petite taille lui permettant de s’y dissimuler.

« Déposer la caisse au centre de la pièce, et doucement. C’est fragile. » Ordonna une voix d’un ton péremptoire.

Megumi reconnut la voix de Ted Box.

Les deux hommes qui accompagnaient Box n’étaient pas très adroits et justement, malgré l’avertissement ils firent tomber la lourde caisse qu’ils tenaient entre eux. Des lunettes colorées en sortirent.

« Vous ne pouviez pas faire attention? » éructa Box.

« Qu’est-ce que le patron veut faire avec ces trucs? » demanda l’un des deux hommes.

« Je n’en sais rien Rosson. Il m’a juste dit de les acheter aux Denephiens et de les amener ici. Peut-être a-t-il subitement envie d’en faire cadeau à tout le monde à la fin du tournage. » Répondit le Romacien sur un ton toujours désagréable.

Sur la scène du tournage, alors que la mer de feu se faisait toujours plus menaçante, Keiichi continuait de jouer son rôle, de faire semblant d’être lui-même.

Les secousses devenaient de plus en plus forte, et conscient du danger qui menaçait, pour y’avoir déjà assisté par le passé, il fit semblant de perdre l’équilibre.

« COUPEZ! Bon sang Sakima, tu ne peux même pas te tenir debout? Je sais bien que la terre tremble, mais tout de même.

« Regardez les flammes. Elles s’agitent de plus en plus. Laissez moi partir, je veux m’en aller » répondit Keiichi sur un ton faussement paniqué.

« Tu vas me faire le plaisir de rester ici mauviette. » éructa Lewis.

« Le sol n’arrête pas de trembler. Restez ici, si ça vous chante, moi, je tiens à ma peau » déclara « Akitoshi » en s’enfuyant.

Keiichi ne fuyait pas vraiment pour se mettre lui-même à l’abri, mais pour exhorter les autres à le faire.

« SAKIMA!! REVIENS ICI!! » Hurla Jeff dont la patience était à bout.

Il n’y pas que la colère de Lewis qui explosa à ce moment là. La mer de feu entra en éruption et une gigantesque colonne de lave s’éleva du magma ardent.

Heureusement pour les acteurs, la colonne ne retomba pas sur eux, mais il commença à en jaillir toute sorte de braise qui s’abattait sur les environs.

Revenant à une plus juste notion des priorités, le réalisateur oublia son film.

« METTEZ VOUS TOUS À L’ABRI!!! FINALEMENT ON SE CONTENTERA DES SCENES DEJA TOURNEES!!! » Hurla t’il avant de courir en direction du vaisseau.

Sage décision… et prise juste à temps, car à ce moment là, la colonne de feu retomba là où les acteurs se trouvaient un instant plus tôt.

Que va-t-il advenir du Capitaine Keiichi et de toute l’équipe du tournage? Et Megumi? Et Skuld? Quel sort va leur être réservé? La famille du Capitaine Keiichi, réussira t’elle à vaincre les périls qui les guettent?

Back to top
Lun 17 Avr 2017 - 08:24
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Jeu 20 Avr 2017 - 03:55
Auteur Message
LudyNewton
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 69
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Capitaine Keiichi, le Champion de l'espace. Part 1.
Un peu déçue je croyais que c'était une super nouvelle fan fiction qui commençait
En tout cas ayant revu l'épisode il n'y a pas longtemps j'ai l'impression que c'est mot à mot les mêmes dialogues (beaucoup de patience pour tout écrire).
On peut faire un vote pour de nouvelles fan fiction et des défis avec des mots?
Je profite de ce premier post pour vous remercier pour tous ces partages. J'ai pris tellement de plaisir à lire vos fan fictions que maintenant que je les ai toutes lues en quelques semaines je suis devenue accro et je suis en manque 😜
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Jeu 20 Avr 2017 - 17:33
Auteur Message
ceroxon
Space Soldier
Space Soldier

Hors ligne

Inscrit le: 09 Avr 2017
Messages: 9
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Capitaine Keiichi, le Champion de l'espace. Part 1.
LudyNewton a écrit:
Un peu déçue je croyais que c'était une super nouvelle fan fiction qui commençait
En tout cas ayant revu l'épisode il n'y a pas longtemps j'ai l'impression que c'est mot à mot les mêmes dialogues (beaucoup de patience pour tout écrire).
On peut faire un vote pour de nouvelles fan fiction et des défis avec des mots?
Je profite de ce premier post pour vous remercier pour tous ces partages. J'ai pris tellement de plaisir à lire vos fan fictions que maintenant que je les ai toutes lues en quelques semaines je suis devenue accro et je suis en manque 😜


Merci pour la franchise. C'dst assez vrai dans le sens de la reprise. c'est le changement d'attitude entre les personnages qui compte le plus. Par exemple, Aoshima est très différent de sa contrepartie, John Valdine. Mais bien sûr je comprends qu'un sentiment de "déjà vu" puisse déplaire.

Back to top
Jeu 20 Avr 2017 - 17:52
Auteur Message
LudyNewton
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 29 Jan 2017
Messages: 69
Localisation: France
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Capitaine Keiichi, le Champion de l'espace. Part 1.
Bonjour
Ce n'est pas le déjà vu personnellement qui me perturbe car je n'ose pas dire le nombre de fois où j'ai vu chaque épisode depuis l'enfance Rolling Eyes
C'est plutot de ne pas retrouver les personnages avec leur nom soit du DA ou du pulp. L'idée de changer les comportements est intéressante et peut effectivement donner une autre vision approche.
Apres je n'avais pas vu le premier post où tu expliquais et au final le ressenti que j'ai exprimé correspond à la réaction qu'avait anticipé Pascal dans son post.
Si vous voulez relancer les défis ... je veux bien tenter de participer en m'excusant de ne pas avoir la plume de Limaye, Frego, La Jovienne,....
_________________
LudyNewton

-------------------------------

Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui regardent sans rien faire. (Albert Einstein)

Back to top
Ven 21 Avr 2017 - 21:02
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Capitaine Keiichi, le Champion de l'espace. Part 1.
@ ceroxon : pour l'heure, je note peu de différence hormis les noms des personnages et le fait d'imaginer que l'équipe soit féminine, ce qui apporte une idée assez sympathique. J'attends de voir comment cela va évoluer, car cette première partie de l'histoire ne se prêtait peut-être encore tant que cela aux différences, car il s'agit aussi plus de planter le décor, d'amorcer l'intrigue. Ne te décourage pas !

@ LudyNewton : merci pour ton petit message qui fait très plaisir ! Je suis enchantée si tu as pu passer de bons moments à lire les fans-fictions. Il fut un temps où nous nous amusions beaucoup, même si nous étions pas nombreuses Wink ! Il reste quelques histoires inachevées (j'ai honte Embarrassed ) et deux cadavres exquis à terminer... Ma foi, on s'y remettra peut-être, surtout si nous sommes bien encouragées jump

bizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 22 Avr 2017 - 13:51
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [Fan fiction] Capitaine Keiichi, le Champion de l'espace. Part 1.
Bonjour Ceroxon!

Je n'ai pas eu le temps de revenir sur le forum avant le weekend pour te donner mes impressions de lecture...

Mes commentaires rejoignent ceux de LudyNewton, de Limeye et l'impression de Pascal... J'ai moi aussi reconnu les expressions employées dans le DA original, et j'ai été impressionnée par l'exactitude, ça m'a rappelé de bons souvenirs, n'ayant pas vu les épisodes depuis longtemps, mais les ayant tous regardés un nombre respectable de fois... Wink

Je pense que le fait d'impliquer des personnages féminins et des liens de famille peut apporter une nouvelle dimension aux histoires, mais sans doute Limeye a-t-elle raison: celle-ci n'en est qu'à ses débuts, je m'attendais à voir davantage de différence, plus tôt, comme LudyNewton d'ailleurs... Je pense qu'il sera intéressant de voir comment cela évolue, car j'attendais toujours de voir quelle serait l'influence de ces nouveaux personnages dans l'histoire...

Quant aux liens de famille, je considérais déjà que Curtis, Mala, Crag et le professeur Simon en formaient une, bien qu'il n'y ait aucun lien de sang entre eux... Et cette impression a été renforcée par la lecture des fan fic de Limeye... Good

Tout auteur mérite d'être encouragé... Je me demande comment tu feras évoluer tes personnages, dans la suite... Et si j'ai bien suivi, je pense que parmi la série de questions en finale de ton premier post, il aurait fallu lire le nom de Urd plutôt que celui de Skuld... Wink

Bonne chance pour la suite!

Flamme
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Aujourd’hui à 17:56
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [Fan fiction] Capitaine Keiichi, le Champion de l'espace. Part 1.
Back to top
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure