Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Les secrets de Titan
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Mer 30 Mar 2016 - 21:37
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Hello tout le monde,

Le forum est plutôt calme en ce moment... Sad Du coup, je ne résiste pas à l'envie de vous proposer le début d'une nouvelle histoire. Comme je le disais lors de mon dernier défi, j'ai lu deux ou trois petites choses sur Titan, le satellite de Saturne. Les océans de méthane, les cryovolcans m'ont suffisamment faite rêver pour que j'essaie d'imaginer une histoire autour de ça. Après, j'ai relu "les harpistes de Titan" pour être raccord avec nos personnages... Considérez que j'essaie d'en rédiger une modeste suite.

Par contre, j'ai à peu près ma trame dans la tête mais assez peu de pages rédigées donc mon rythme sera plutôt lent.
Voilà, j'espère que vous vous laisserez embarquer par Titan et l'atmosphère qu'elle m'a inspirée.

Bonne lecture, Mr. Green

Hello

Jovienne Bye
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Mer 30 Mar 2016 - 21:37
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Mer 30 Mar 2016 - 21:45
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Des flots de méthane liquide bougeaient paresseusement dans la nuit quasi perpétuelle qui régnait dans cette région polaire de Titan. Au loin, dans le ciel, l'immense silhouette de Saturne et de ses anneaux attirait la vue de ceux qui s'aventuraient dans cette partie peu hospitalière de la lune. La brume qui s'échappait du liquide glacé se fixait presque instantanément sur les rochers alentours, créant une atmosphère crépusculaire dans cette région inhabitée et de toutes façons inhabitable.

Une installation industrielle complexe était pourtant bâtie au bord de cet océan si particulier. D'immenses conduites transportaient l'abondant hydrocarbure vers de lointaines cités qui l'utilisaient comme source d'énergie. La semi-obscurité continue due à la latitude particulièrement australe maintenait les températures glaciales nécessaires à la stabilité du méthane liquide. Quelques employés de la Méthane Chemical Compagnie veillaient à la sécurité et à la maintenance des installations. Tels les antiques gardiens de phare, ils se coupaient de leur famille et de leurs habitudes pour travailler ensemble pendant un mois, avant d'être relayés par une autre équipe.

Ce jour-là, l'ambiance aurait dû être légère, le moment de passer le relais approchant à grands pas. Mais les visages, concentrés sur les écrans de contrôle, manifestaient plutôt l'incompréhension et l'inquiétude.



***

- Pourquoi faut-il toujours qu'on se retrouve dans les coins les plus froids, les plus inhospitaliers du système solaire ?

Otho râlait en avançant prudemment le long du gigantesque pipe-line qui s'étendait devant eux, coupant le paysage rocheux et glacé jusqu'à aussi loin que portait leur regard. Grag à côté de lui, était chargé d'un petit caisson contenant divers instruments de mesure. Régulièrement, ils s'arrêtaient et plaçaient différents capteurs sur l'immense tuyau, enregistraient les mesures, puis reprenaient leur lent périple. Celui-ci n'était pas des plus aisé, aucune piste tracée n'existait là et même si leur petit véhicule à propulsion sur coussin d'air était pratique, ils devaient le conduire avec précaution.

- Quand aurons-nous le courage de dire au chef que ça suffit les planètes frigorifiques. Nous exigeons une mission sur une planète tropicale, pour changer un peu.

Grag haussa les épaules.

- Ah oui ? Et qui sommes-nous pour revendiquer, hein ?
- Revendiquer, c'est le mot. Nous devons créer un syndicat, le syndicat des humanoïdes de l'espace, pour veiller sur nos droits. Halte à l'exploitation du patronat capitaliste interplanétaire, halte au labyrinthe des ordres et contre-ordres des missions spatiales. Du respect et du repos ! De la reconnaissance !
- Tu es sérieux ? Tu ne tiendrais pas longtemps, à ce régime, ennui assuré. Et tu crois que Roger, Elaine et le professeur Simon nous ont créés pour nous reposer ?

Grag avait pris un air béat proche de l'adoration, comme souvent lorsqu'il évoquait les parents de Curtis, ses créateurs, de véritables icônes qu'il vénérait de toute sa mémoire électronique.
Très en verve, Otho allait répondre lorsqu'un bruit caractéristique fit cesser leur querelle.

- Encore un geyser, un de plus, soupira l'androïde.

Le spectacle était pourtant grandiose. Une gerbe d'eau surgit brusquement d'un cône de glace non loin d'eux. Elle s'éleva dans les airs, puis la température extérieure fit immédiatement geler les gouttes en suspension et c'est une pluie de glace qui s'abattit bruyamment au sol, comme des milliers de perles roulant dans le désordre.

Ils en recueillirent un échantillon qu'ils soumirent aux analyses qu'on leur avait demandées.

- Regarde, le révélateur de vie microbienne a changé de couleur. Il y a des cellules qui se développent dans cette eau souterraine.
- Et bien poursuivons un peu plus loin tant que nous avons encore un rayon de lumière, même si elle est rasante. Je crois que le chef et Simon seront surpris de nos résultats. Appelons-les quand même, ils risquent de vouloir venir vérifier et analyser tout ça de plus près.

Le Comet se posa près du gazoduc peu de temps après, dans la lueur pourpre du soleil couchant. Le professeur Simon en sortit le premier et pris la mesure du lieu. Ils était dans une longue dépression sèche et grise, suivie en son long par le gros gazoduc.

- Est-ce ici que vous avez prélevé les traces de microbes ? C'est un ancien lit de rivière aujourd'hui asséchée. L'érosion est parlante. Et ce geyser en est une preuve supplémentaire.
- L'endroit est intéressant et représentatif de la géologie de Titan, n'est-ce pas, Simon ?

Curtis examinait lui aussi ce qui l'entourait. Joan, à ses côtés, était pensive.

- N'empêche, je sais bien qu'on a besoin d'exploiter les ressources de cette lune, mais cet énorme vers métallique qui semble ne pas avoir de fin coupe quand même la majesté du paysage. C'est presque dommage.

Une énorme explosion ébranla alors le calme du lieu. Loin devant eux, au-dessus des pics rocheux et des conglomérats de glace, s'éleva un artifice de flammes orangées et rouges, surplombée d'une épaisse fumée noire. Joan avait instinctivement agrippé le bras de Curtis :

- Mon dieu, c'est le gazoduc !

Il hocha la tête :

- Oui. Ça va être difficile à maîtriser. Vite, Grag, préviens New Town, il faut que la Méthane Chemical Compagnie mette en route les protocoles de sécurité et actionne immédiatement les vannes intermédiaires. Allons-voir de plus près ce qui s'est passé.

Peu après, le Comet s'approchait de l'immense combustion déclenchée par l'explosion et alimentée en continu par le gaz du pipe-line. Le contraste entre les paysages glacés et immobiles et la fournaise noire, colorée de flammes chaudes, et dégageant d'énormes volutes mouvants était saisissant. Joan, atterrée, murmura :

- Le feu sur la glace... Une vengeance des éléments malmenés ?
- Peut-être... Essayons d'y voir plus clair.

Curtis voulut faire approcher le vaisseau mais Otho, qui n'était pas fâché d'être à nouveau dans le confort du cockpit, avait retrouvé son sens de la répartie :

- Heu, chef, là, pour le plus clair, ce sera difficile. Entre les débris et le gaz qui continue à brûler, on n'y voit goutte !


***


Quelques jours plus tôt, sur la lune, au fond du cratère de Tycho, un homme grand, jeune, à la chevelure flamboyante s'adressait à une curieuse boîte volante :

- Simon... Le président vient d'appeler. Il a besoin de nous. C'est une mission à remplir sur Titan. Tu n'es pas obligé de venir, si tu préfères rester sur Tycho.

Les tubes oculaires bougèrent légèrement.

Le cerveau resta un moment silencieux, se remémorant leur précédente aventure sur cette lune de Saturne, grosse comme une planète, qui l'avait vu réintégrer pour un temps un corps humain, avec son cortège de sensations et de souffrances. C'était une mission qui l'avait profondément marqué. Il savait que les pensées de Curtis suivaient un cours semblable aux siennes et il lui était reconnaissant de lui proposer un échappatoire. Néanmoins, il lui répondit calmement :

- C'était il y a plusieurs années, Curtis. Ça va aller. Et, gageons que tu auras besoin de moi, c'est quoi le problème qui va nous occuper ?
- Des explosions récurrentes sur les sites d'extraction du méthane... Le volume de production de combustible est en baisse, or toute l'activité économique de Titan est basée sur son exploitation. Si une évolution climatique modifie l'atmosphère, les lacs d'hydrocarbures vont se réchauffer et le méthane deviendra trop instable. Le président veut que nous étudions le phénomène avec des climatologues et des astrogéologues.
- Quand partons-nous ?
- Très vite. Ezra et Joan sont de la partie. Ils nous rejoignent sur place, la présence de la Police Interplanétaire est trop ténue là-bas pour assurer la coordination de tous les services.

Le cerveau bougea de nouveau ses yeux-lentilles.

- Et bien, au moins, quand nous y serons, nous n'aurons pas à accélérer le mouvement au prétexte que tu veux absolument la revoir avant qu'elle ne reparte on ne sais où... Nous travaillerons dans la sérénité, et tu n'auras même pas à t'inquiéter pour elle, rien de dangereux cette fois-ci !
- Tu n'as pas besoin d'être ironique, Simon.


***
(A suivre)
C'est tout pour ce soir, et, je sais, c'est essentiellement une reprise du défi. A +.

Bye
Jovienne
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Jeu 31 Mar 2016 - 02:20
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Bonsoir Jovienne!


Bravo pour ce nouveau début d'histoire! Good L'humour caustique du professeur Simon s'ajoute à ceux d'Otho et Grag! Mr. Green . Ton sens de l'énigme scientifique est aussi au rendez-vous! Je vais suivre tout cela avec impatience! jump jump jump


A+


Frego  Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Ven 1 Avr 2016 - 20:49
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Hello Frego, et tout le monde, Hello

Petite suite pour fêter l'arrivée du week-end ! Good

Je ne sais pas encore par quels méandres je passerai d'ici la fin de l'histoire, on verra... Question

A +,

Jovienne

***


Le Comet s'était posé sur l'une des pistes de l'astroport de New Town, poumon économique de Titan qui se développait rapidement depuis quelques décennies. Pour une fois, il n'avait eu que l'embarras du choix pour l'atterrissage, les lieux étant prévus pour d'immenses vaisseaux-containers équipés de gigantesques cuves qui transportaient de l'hydrogène, produite à partir du méthane titanien, vers les planètes qui en étaient dépourvues.

- Encore deux explosions, dans des sites différents, depuis la semaine dernière. Nous avons heureusement des réserves mais à ce rythme, nous manquerons vite de méthane. Nous avons diminué nos exportations, provisoirement, mais si la situation perdure, voire s'aggrave, c'est l'avenir de beaucoup d'entre nous sur Titan qui est compromis.

Le président de la Methane Chemical Compagnie, John Talbot, accueillait le capitaine Future et son équipe dans ses bureaux ultramodernes. A ses côtés, discrets, se tenaient deux hommes en blouse blanche, rapidement présentés : Dick Johnson, climatologue spatial, étudiait les lunes de Saturne depuis plusieurs années et Karl Kansen était géologue-physicien. Ezra et Joan étaient entrés peu après au fond de la salle de réunion. D'un geste, ils avaient salué les personnes présentes, les invitant à poursuivre sans perdre de temps. Curtis menait la réunion :

- Quelles sont vos hypothèses ?
- Et bien, en l'état actuel, rien ne permet de déceler une action malveillante, il semble que le phénomène soit spontané. Résulte-t-il d'un problème technique que nous n'arrivons pas à déceler ou, plus grave, d'une évolution géoclimatique de Titan, nous n'en savons rien. C'est pour cela que nous avons besoin de votre aide. Le fait est que si nous perdons toute possibilité d'exploitation, nous condamnons à la migration des milliers de familles installées ici pour travailler. Nous laisserions Titan aux Titaniens de souche. Il n'est pas sûr d'ailleurs que cela leur déplaise tant que cela, même s'ils savent profiter des avantages de notre présence.

Curtis réfléchissait, prenant note mentalement des enjeux en présence.

- Pouvons-nous disposer des dossiers de vos investigations ? Nous allons les étudier, et, avec votre collaboration, messieurs, les approfondir.

Joan, derrière lui, observait soigneusement les réactions de ses interlocuteurs. Avec Curtis, elle analyserait ensuite ses impressions, leurs réactions. Elle était fine mouche, il le savait depuis longtemps, et il s'appuyait de plus en plus sur cette qualité.

Un léger bip sur son téléphone lui signala un message de ses collègues. Les rapports qu'Ezra avait demandés sur la situation de Titan aux services spécialisés l'attendaient sur l'ordinateur crypté du bureau de la police interplanétaire. La jeune femme quitta discrètement la réunion, tout en lançant un regard d'excuse à Curtis. Elle se rendit dans un immeuble proche, qui abritait l'administration titanienne et commenca une lecture attentive des fichiers textes, puis se munit d'un casque pour prendre connaissance des fichiers audios et vidéos. Pendant un long moment, elle se concentra sur son travail, se fermant à tout ce qui se passait autour d'elle, imperméable à la belle vue sur l'astroport dont disposait la pièce où elle était installée. C'est ainsi que Curtis la trouva lorsqu'il rejoignit à son tour les services des renseignements. Il s'arrêta un instant sur le pas de la porte pour savourer d'avance leurs retrouvailles imminentes. La mission commençait, et c'était bon de se dire qu'ils allaient pouvoir travailler ensemble.

Appliquée, les sourcils légèrement froncés, elle était tournée de trois-quart et ne s'était pas aperçu de sa présence. Elle synthétisait les informations au fur et à mesure, sous forme de schémas et de mots-clés. Ses yeux bleus ne quittaient pas un instant l'écran et le casque sur ses oreilles maintenait ses boucles blondes à l'arrière de son visage. Il s'approcha doucement derrière elle et vit, à une détente légère de son corps, à un reflet de sourire sur l'écran qu'elle avait senti qu'il était là. Il posa alors ses mains sur ses épaules, au contact de la chevelure qu'il aimait tant, et approcha ses lèvres de son oreille :

- Tu travailles trop, Joan, il me semble que tu mérites une petite pause.

Elle ôta son casque, fit tourner son fauteuil et répliqua :

- C'est toi, le bourreau de travail, qui me parle de pause ? Ne sais-tu pas que tu as la réputation d'être exigeant et sans concession avec les agents qui partent en mission avec toi ?

Elle lui sourit avec chaleur, entremêla ses doigts aux siens, puis se leva doucement pour se retrouver face à lui. Il la prit aussitôt dans ses bras :

- Faisons comme si nous ne nous étions pas vus tout à l'heure, au milieu de tous ces gens. Je te retrouve, enfin, et nous allons passer ces prochaines semaines ensemble.

Elle allait lui répondre mais des bruits de pas dans le couloir les firent se séparer brutalement. Lorsque le major Lars Liersing frappa à la porte ouverte du bureau pour s'annoncer, il fut ravi de pouvoir se présenter au capitaine Future qui prenait connaissance des dossiers de l'Interplanétaire en compagnie de la Lieutenant Randall.


***

Loin, très loin de là, aux confins du satellite-planète, dans un lieu inconnu des Terriens, un marais aux couleurs acides bruissait d'ondes sonores. L'incertitude, la colère, l'inquiétude s'exprimaient dans un langage très différent des moyens de communication connus ailleurs dans le système solaire. Elles montaient en vagues houleuses, gonflaient et croissaient, se diffusant telles des nuées, enveloppant chaque brin de végétation, chaque molécule de vapeur et de fluide qui composaient cet environnement hallucinatoire. Les lieux, les êtres qui y vivaient, tous inconnus ou oubliés de tous, exprimaient un sentiment diffus de rejet, de révolte et d'incompréhension. "Les déesses se sont réveillées, elles ont senti la brûlure de l'étranger, le sacrilège, et elles veulent retrouver la sérénité, nous devons les aider ". Des tréfonds de l'immense Titan, de multiples pensées se mélangeaient, se rejoignaient, devenaient murmurantes et agissantes. La vibration avançait, dévalait les pentes, longeant les courbes du relief. Elle atteignit une longue verrue métallique, l'enveloppa comme une écharpe. Quelques instants après, une nouvelle explosion retentissait.


***

(A suivre)

Bye
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Dim 3 Avr 2016 - 16:13
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Coucou les filles!

Jovienne, quelle belle surprise, Unbelievable et surtout quel plaisir Youpi de trouver une nouvelle histoire à mon retour de voyage! Clap

Mais je sens que je vais devoir relire Les harpistes de Titan, ça fait déjà longtemps que je l'ai fait et ma mémoire pourrait me jouer des tours... Ashamed

Continue, j'étais déjà accrochée en lisant le défi qui a mené à cette histoire, alors maintenant, je suis bien collée au trampogril-grilpoline... Best Et la louche n'est pas loin, toujours prête pour les scènes plus romantiques entre Flam et Joan ... Wow Kiss Hug Je pense que tu laisseras des occasions à nos tourtereaux de se rapprocher, sans interruption malvenue... Confused

Merci pour cette histoire! jump jump jump jump De mon côté, j'ai un défi à réaliser... Wink

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 5 Avr 2016 - 21:49
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Coucou tout le monde,
Ravie de constater ton retour, Flamme... Hello

Voici la suite de mon histoire. J'sais pas trop par quelles péripéties passeront nos héros, encore, je n'ai qu'une trame générale. Wait and see, comme on dit, et c'est valable pour moi aussi, j'attends que l'histoire se propose à moi...

A +, Bye

Jovienne


***

- Toutes nos analyses sont négatives. Aucune trace d'un explosif externe, aucun résidu d'aucune sorte.

Simon rendait compte de l'échec de leurs prélèvements à Dick Johnson et Karl Kansen. Le géologue lui répondit prudemment :

- L'hypothèse d'explosions spontanées dues à un réchauffement de la nappe de méthane liquide se confirmerait, alors. Je penche pour cette idée depuis le début.

Le cheveu rare, le regard fuyant, Karl Kansen était difficile à cerner. Il parlait d'une voix peu assurée, légèrement replié sur lui-même. Dick Johnson lui répondit :

- Nous manquons de preuves scientifiques. Une évolution climatique est toujours difficile à déceler, tellement elle se situe à une échelle temporelle qui n'est pas celle de l'homme.

Joan perdit peu à peu pied dans la conversation de spécialistes qui s'ensuivit. Ce n'était pas son domaine. Elle choisit de retourner aux bureaux de la Police interplanétaire pour assister Ezra qui mobilisait des équipes d'agents pour recueillir des informations sur d'éventuels mouvements suspects près des sites dévastés. En marchant dans les rues de New Town, elle constata rapidement que l'ambiance était morose. Les visages des hommes en terrasse des bistrots étaient sombres, il y avait du monde dans les agences de voyage interstellaire. Un ouvrier, reconnaissant son uniforme, l'apostropha :

- Dites, Miss, est-ce que les Neuf mondes vont nous aider à nous installer ailleurs ? Nous sommes venus travailler ici parce qu'ils avaient besoin de nous, j'ai mis toutes mes économies dans le voyage pour venir et maintenant...

Une femme qui passait se mêla à la conversation :

- Nous n'avons pas les moyens de partir, nous sommes bloqués ici. Comment ferons-nous si la Chemical s'en va de Titan ? Nous ne voulons pas vivre comme les Titaniens, ils sont encore au Moyen Age, et en plus, ils veulent à peine de nous ici, chez eux.

Joan tenta de les rassurer mais elle vit que ses arguments n'étaient pas très convaincants. En désespoir de cause, elle finit par lancer :

- Vous ne serez pas abandonnés, le capitaine Future vient d'arriver. Il trouvera une solution, vous le savez bien.

L'attroupement qui menaçait de devenir agressif se dispersa lentement. Soufflant intérieurement, Joan poursuivit son chemin.
"Curt, il va falloir que tu prennes sérieusement les choses en main. Les gens s'inquiètent réellement." Avec l'expérience qu'elle avait acquise, elle savait que des troubles, des débuts de révolte étaient possibles rapidement. Elle croisa quelques Titaniens de souche, reconnaissables à leurs cheveux très noirs et à leur peau cuivrée. Ils vaquaient, affairés, pressés de quitter cette ville qu'ils ne considéraient pas comme la leur. Aucun ne se mêlait aux Terriens et leurs visages n'exprimaient aucune inquiétude. Ils semblaient impassibles et sereins. "Effectivement, nos difficultés ne les touchent visiblement pas. Nous vivons côte à côte, mais certainement pas ensemble."


***

Les réacteurs du Comet se coupèrent les uns après les autres au-dessus d'un paysage fabuleux. Près de l'un des pôles de Titan, il se posa précautionneusement au milieu d'un vaste plateau parcouru par des crevasses profondes. De loin en loin, quelques volcans visiblement en activité coupaient la vue vers l'horizon. Ils étaient d'une couleur blanche, presque translucide. Sur leur flanc ruisselait un liquide tumultueux qui rejoignait le fond des ravins, avant d'avançer vers l'océan tout proche.

Le professeur Simon ne put s'empêcher de prendre le ton docte qu'il affectionnait parfois :

- Ce que vous voyez là est l'une des spécificités de Titan. Ici, il fait suffisamment froid pour que le méthane existe à l'état liquide, même si bien sûr il n'est pas pur. Il est mélangé à de l'eau et des hydrocarbures diverses. Les rayons du soleil ne l'ont pas encore dissous dans l'atmosphère et c'est donc pour nous une opportunité rare. Nous pouvons l'exploiter afin d'en extraire l'hydrogène qui nous est tellement nécessaire.

Curtis enchaîna :

- La couleur si particulière de ces volcans est due à leur température : ils sont composés essentiellement de glace, ils crachent ce mélange extrêmement froid d'hydrocarbures et d'eau et, de ce fait, on les désigne sous le joli mot de cryovolcans. Mais tout aussi poétiques que soient le lieu et le vocabulaire, nous sommes ici pour tenter de comprendre si la nature nous devient hostile et par quel processus. Allons, Otho, équipons-nous.

Quelques instants plus tard, tous deux sortaient du Comet soigneusement équipés d'une combinaison grâce à laquelle ils pouvaient supporter le froid extrême ainsi que les vapeurs de gaz toxiques largement présentes autour d'eux. Dans leur dos, des propulseurs métalliques permettaient un déplacement aisé et ils s'éloignèrent rapidement du vaisseau, attentivement suivis sur les écrans de contrôle par leurs amis restés dans le cockpit. Ils s'enfoncèrent vers le labyrinthe offert par les ravins afin de s'approcher des flots mouvants.

Alors que, après avoir coupé leur propulsion, ils commençaient leurs prélèvements, ils ne remarquèrent pas un changement subtil autour d'eux un frémissement dans l'air, quelques volutes de nuages de gaz tourbillonnants, puis un grondement proche. Dans un craquement sinistre, plusieurs blocs de glace se détachèrent des parois qui les surplombaient. Ils n'eurent pas le temps de se protéger et furent violemment heurtés. Curtis bascula de la plateforme où il se trouvait. Otho, par un réflexe dont il était seul capable, se jeta à plat ventre et tendit son bras vers son capitaine. Leurs mains se joignirent, Otho banda ses muscles pour supporter le poids de son chef dont le corps pendait dans le vide. Autour d'eux pleuvaient des projectiles naturels et certains les heurtaient brutalement. Otho rentra les épaules, serra les dents et fut bien obligé d'attendre la fin du phénomène.

Il put enfin hisser Curtis vers lui. Tous deux s'assirent en soufflant. Le liquide mouvant au-dessous d'eux charriait maintenant de multiples blocs de tailles diverses. Soudain, Otho ėcarquilla les yeux en observant le capitaine. Le casque de sa combinaison était très visiblement fêlé.

- Chef, ton système d'oxygène...
- Je vois Otho. Il y a des fuites.

Mais leurs propulseurs, ainsi que leurs radios avaient également été détériorés. Ils étaient bloqués au fond d'une crevasse emplie de vapeurs mortelles et Curtis n'avait que quelques minutes possibles de survie.

***
(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Mar 5 Avr 2016 - 22:32
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Hello Jovienne!


Cette histoire me rapelle aussi l'aventure de la Caverne de vie , ou l'aventure commencait aussi sur Titan. Ils avaient eu maille a partir avec cette peuplade primitive qui communiquait par ondes sonores provenant d' un instrument et consideraient aussi les etrangers comme des profanateurs. Je crois que ca va prendre plus que de she camouffler sous des rayons X de la part de Flam et cie pour les effrayer.  Shocked  Tu laisse Flam et Otho en position precaire dis donc. horified  J'ai hate de coir la suite! Clap jump Ils vont tous avoir du pain sur la planche avec la grogne de part et d'autre. Tout cela est vraiment captivant! Good




A+


Frego Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mer 6 Avr 2016 - 13:44
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Hello Frego,

Non, je n'ai pas déjà la suite... Je vais laisser un peu notre Curtis en danger d'inhalation de vapeurs mortelles... et de cryogénisation à cause du froid extrême !!! Mr. Green

Tu m'as mis un doute Question , et du coup j'ai été voir THE Future's bible, à savoir les pages de Pascal concernant les lieux. Master "La caverne de vie" commencerait semble-t-il non sur Titan (gros satellite de Saturne) mais sur Titania (satellite d'Uranus).

Ouf pour moi, j'aime bien être à peu près raccord avec l'histoire originelle et ma Joan n'a jamais mis les pieds sur Titan ( puisqu'elle n'apparaît pas dans "les harpistes. ..")

A +, Bye

Jovienne
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Mer 6 Avr 2016 - 13:55
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Oops! Mon erreur! Ashamed

Frego Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Ven 8 Avr 2016 - 16:52
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Bon, j'ai un capitaine à sauver, même si le suspense n'est pas insoutenable... Very Happy

Voilà, voilà. .. A bientôt pour la suite.

Bye

Jovienne


***


Les tremblements et l'avalanche n'avaient pas échappé aux occupants du Comet. Le signal des combinaisons s'était éteint sur les écrans. Joan avait immédiatement pris la mesure de la gravité de la situation.

- Grag, vite, le Cosmolem, il faut vérifier qu'ils vont bien. Va voir s'ils n'ont pas besoin de toi.

Le grand robot fut efficace et un instant après, la petite unité de vol décollait pour une mission de sauvetage. Depuis le poste de pilotage du Comet, tous suivaient sa trajectoire avec inquiétude. Joan avait croisé ses bras sur sa poitrine, en une maigre tentative pour ne pas laisser la panique s'emparer d'elle. Grag glissa souplement le Cosmolem vers le ravin où son chef et son ami avaient disparu. Les appels radio restaient désespérément sans réponse et le désordre des blocs de glace qu'il survolait témoignait de la violence du bouleversement qui venait d'avoir lieu à cet endroit. Il fut soulagé d'avoir enfin un visuel de deux silhouettes en équilibre relativement précaire sur un promontoire gelé. Il repéra rapidement les dégâts matériels mais vit surtout les signes d'urgence que lui faisait Otho.

- Elle est gentille ma tête de caoutchouc, mais je le pose où, moi, le Cosmolem ?

Il approcha le petit appareil, abandonna l'idée d'un atterrissage, et malgré le vent tourbillonnant se plaça tant bien que mal en vol stationnaire quelques mètres au-dessus de ses amis. Un instant plus tard, ils étaient hissés à l'abri de la capsule spatiale. Il était plus que temps, Curtis frissonnait, le froid ayant commencé à s'infiltrer par les fêlures de son casque. Grag put annoncer fièrement dans sa radio de bord :

- Mission accomplie, je les ramène tout de suite.

Dans le Comet, Joan, blanche comme un linge, se jeta dans les bras de Curtis débarrassé de son lourd équipement. Elle prit le temps de vérifier qu'il n'avait rien avant de le laisser aller loin d'elle. Elle lança alors le décollage du vaisseau, l'éloignant du beau plateau qui s'était révélé si piègeux.


***


Le soir venu, alors que tous commencaient à se détendre à bord du Comet, Curtis prit la main de Joan et lui murmura à l'oreille :

- Viens, couvre-toi et échappons-nous un peu.

Il l'entraina rapidement dans les rues de New Town mais ne s'arrêta dans aucun des lieux publics qui se proposaient d'accueillir les couples d'amoureux. Ils s'éloignèrent du centre urbain et atteignirent un parc aménagé sur une colline qui surplombait la ville. L'endroit n'était que peu fréquenté. Une légère brume, visible à la lueur des lampadaires, enveloppait les arbres et les allées, créant une ambiance ouatée et presque chaleureuse, malgré la froideur de la nuit. Ils arrivèrent au point culminant du parc. Là, toute l'agglomération s'étalait devant eux, parée de ses guirlandes de lumières nocturnes. Au loin, l'astroport ronronnait d'une calme, trop calme, activité. Dans le ciel, Saturne et ses anneaux luisaient, gardiens immobiles et rassurants de l'atmosphère titanienne.

- Même une vilaine ville moderne et fonctionnelle peut être belle, la nuit, soupira Joan, touchée par le spectacle qui s'offrait à ses yeux.

Curtis, dans son dos, la tenait enlacée et avait posé sa tête sur son épaule.

- J'avais repéré cet endroit depuis le Centre de recherches climatiques et j'ai pensé qu'il te plairait.

Elle savoura le moment, heureuse, mais redevint vite grave.

- Curt, il s'est encore passé des choses inquiétantes ces dernières heures. Un homme a été arrêté parce qu'il tenait des discours haineux envers les Titaniens sur une place de la ville. Il affirme que ceux-ci sont responsables des explosions, qu'ils veulent chasser les Terriens de leur planète. Et les gens sont tous disposés à le croire.
- Avez-vous des indices qui portent à croire ces rumeurs ? Je suppose que vous avez vos sources auprès des autochtones. Y a-t-il une trace de quelconques préparatifs ?
- Pas plus, ni moins, que d'habitude. En même temps, c'est difficile d'avoir une appréciation fine des choses. Les Titaniens forment une société tellement fermée que nous peinons à savoir ce qui se passe dans leurs milieux activistes. Les connais-tu ? Je crois que vous êtes déjà venus sur Titan, il y a quelques années, non ? Avez-vous pu rentrer dans Moneb, leur capitale ? C'était dans quelles circonstances ?

Curtis mit une main à sa taille et l'entraina doucement.

- C'est une longue histoire. Viens, rentrons, je te raconte.

Tout en marchant tranquillement, il évoqua pour elle ces moments si particuliers, chargés d'aventure, de tension émotionnelle et de danger que son équipe et lui avaient traversés ensemble. Il lui décrivit les fabuleuses Harpistes, créatures diaphanes et dangereuses, il se remémora pour elle les émotions qui l'avaient si profondément remué lorsqu'il avait dû pratiquer une opération risquée en réintégrant le cerveau de Simon dans un corps humain. Elle l'écoutait, attentive, empathique, consciente du fait que ces moments les avaient marqués à tous.

- Même Otho en avait perdu le goût de la plaisanterie, c'est te dire !

Joan s'inquièta :

- J'espère, pour vous, pour Simon, pour Titan toute entière, que les habitants de Moneb n'ont pas trouvé un nouveau moyen de nous chasser d'ici.

Curtis répliqua :

- Ne nous laissons surtout pas influencer par le passé. Aucune trace n'indique quelque chose de tel pour le moment. Nous ne devons pas leur faire un procès d'intention.


***

(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Ven 8 Avr 2016 - 17:18
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Bonjour Jovienne et Frégo!

Jovienne, je suis ben contente de voir que tu n'as pas tardé à poursuivre cette histoire, pleine de rebondissements et de suspense! J'ai beaucoup apprécié le rôle de Joan, qui a vite pris les choses en main en envoyant Grag à la recousse... Good Clap


La scène dans le parc était très agréable à lire, et à imaginer! Wow Et je vois que j'ai bien fait de relire les Harpistes de Titan, juste à temps pour cette suite! C'est une magnifique oeuvre de Hamilton que cette histoire, et tu l'as bien intégrée dans la tienne! Master


Continue, c'est toujours plaisant de te lire, j'aime beaucoup ton style d'écriture, proche du pulp! Et je suis bien curieuse de voir la suite... jump jump jump J'ai l'impression que les Harpistes vont encore jouer un rôle dans ton récit... Doubt

Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 10 Avr 2016 - 20:58
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Coucou tout le monde,

Voici une petite suite... J'essaie de mettre en place quelque chose de différent des deux autres histoires, mais qui fasse malgré tout science-fiction. J'aime bien l'idée de m'insérer dans l'histoire d'Hamilton, qui était assez brève, et d'imaginer des développements supplémentaires.

Mais, Flamme, il faudra attendre encore pour les Harpistes. Elles viendront en leur temps ! Wink

A +,
Bye

Jovienne

***



Le lendemain, le gouverneur-auxiliaire qui avait en charge les affaires de Titan reçut dans son bureau d'apparat l'ambassadeur du peuple titanien. L'entretien s'annonçait des plus délicats, la susceptibilité des autochtones devant être ménagée alors que les relations inter-communautaires n'étaient que rarement au beau fixe.

Il fallut toute l'habileté diplomatique du haut-fonctionnaire pour ne pas envenimer les relations tendues que les Neuf Mondes entretenaient avec l'oligarchie de Moneb, représentée ce jour-là par l'un de ses membres les plus éminents. Néanmoins, lorsqu'il en rendit compte au Capitaine Future, après coup, il avait acquis quelques certitudes.

- Athara, la nouvelle princesse qui règne sur Moneb et sur la majorité des ethnies titaniennes m'assure, par l'intermédiaire de son hérault, que ni elle ni son peuple ne sont responsables des ennuis qui nous accablent actuellement. Elle ne va pas jusqu'à dire qu'elle en est peinée, bien sûr, mais elle en dénie toute responsabilité de façon tranchée.
- Peut-on avoir confiance en sa parole ?
- C'est difficile à dire. Je le crois, pourtant. Elle a la réputation d'être entière et franche, dans ses idées comme dans ses inimitiés. Elle ne nous porte pas dans son coeur, c'est certain, mais elle jure respecter les accords qui nous lient. Et en ce qui concerne un bouleversement géoclimatique, son peuple avoue n'avoir pas les connaissances scientifiques suffisantes pour en juger.
- En même temps, les simulateurs de modèles climatiques qui tournent à plein régime sur nos calculateurs restent également désespérément muets de leur côté. Je vous confesse, gouverneur, qu'à l'heure actuelle, je ne sais quoi penser. Ces phénomènes répétés sont une véritable énigme scientifique. Ceci dit, je ne me déclare pas battu pour autant. Je vais continuer à chercher.


***


Trois jours plus tard, il fallait bien se rendre à l'évidence, rien n'avait avancé.

- La seule minuscule piste réside dans ces signes d'activité chez les groupuscules autonomistes. Mais les informations que nous avons sont tellement ténues, et comment s'y prennent-ils donc pour ne laisser ainsi aucune trace ? Il faudrait pouvoir les infiltrer, et cela, personne n'y a encore réussi.

Assise derrière l'écran qui abritait les maigres données récoltées, Joan serrait les dents de frustration. Elle poursuivit, comme se parlant à elle-même :

- N'y a-t-il donc aucun contact entre nos deux peuples ? Aucun rapprochement sur lequel on pourrait s'appuyer ?

Curtis la regarda, un éclair dans les yeux, puis se tourna vers Simon qui continuait inlassablement à étudier les données de la dernière explosion, en quête d'un détail resté inaperçu.

- Il y a bien quelques-uns d'entre nous qui ont choisi de tenter l'intégration. Ils sont peu nombreux mais nous connaissons au moins l'un d'entre eux. Crois-tu, Simon, que Dan Harker vit toujours à Moneb ?
- Si c'est le cas, il est bien courageux, mais tu as raison, cela vaut le coup de le contacter.

Curtis se releva et regarda au loin, par le hublot du Comet. L'expression de son visage mobile ne laissait aucun doute, il avait une idée :

- Il nous faut plus que cela. Ces infiltrations que nous n'avons jamais réussi à réaliser, c'est le moment où jamais de nous en occuper.

Otho se frotta les mains. Cela sentait la petite préparation maquillage et transformation. Joan doucha son enthousiasme.

- Sauf qu'à Moneb, aucun homme étranger ne peut se voir ouvrir les portes de la vie sociale, nos agents ont déjà essayé, bien sûr. Et aucune femme célibataire n'est acceptée car, comme par hasard, dans leur mode de vie, aucune femme ne peut être autonome, elles sont toutes soumises à un père, un frère, ou bien sûr. ..

Curtis ne la laissa pas finir. Un sourire au coin des lèvres, il enchaîna :

- un époux ?


***
(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Dim 10 Avr 2016 - 21:29
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Coucou Jovienne!


Le Côté feministe de ton personage de Joan va de nouveau en prendre pour son rhume durant cette mission d'infiltration! Mr. Green  Mais il faut ce qu'il faut.  Naughty  Le malaise entre les Terriens et les Titanniens est vraiment palpable et tres bien decrit. Good  Merci pour cette suite! Kiss


A+


Frego Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 10 Avr 2016 - 21:49
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Coucou les filles!

Frégo, tu m'as pris de vitesse! Run J'allais ajouter une remarque très voisine de la tienne concernant Joan... Wink Mr. Green

Jovienne, j'ai pris grand plaisir à imaginer le sourire en coin de Flam quand il a terminé la phrase de Joan ... tout comme l'expression de cette dernière en réponse à cette réplique! Mr. Green

Ça promet, ça promet... jump Naughty Laughing

Je serai patiente, concernant les harpistes... Je constate que tu vas nous entraîner dans une situation intéressante et périlleuse à la fois! Shocked

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mer 13 Avr 2016 - 21:07
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Coucou,

Oh Frego, quelle expression évocatrice : en prendre pour son rhume ! Shocked Jamais entendue, pour le coup. Wink

Ben oui, les filles, Joan n'a pas fini de pester contre ce monde injuste pour les femmes, même si, vous verrez, elle tirera bien sûr son épingle du jeu !

Bonne lecture,

À +, Bye

Jovienne

***

Un couple modestement vêtu à la manière de Titan approchait de l'antique cité de Moneb, capitale de la civilisation originelle de l'immense lune. Lui était grand, et sous le vêtement ample et fourré qui lui couvrait en partie la tête, on pouvait deviner une chevelure d'un roux flamboyant. Elle, silhouette plus petite, se tenait légèrement derrière lui, comme le voulaient les codes en vigueur en ces lieux qui acceptaient encore difficilement la présence des Neuf Mondes. Ils s'apprêtaient à entrer en modestes étrangers dans une ville qui, ils le savaient, ne serait guère accueillante à leur égard. Pour la rejoindre, ils marchaient dans un paysage presque polaire. L'herbe était rare et rase, la neige la recouvrait encore par endroits. Des arbres aux écorces épaisses formaient une forêt encore hivernale dans son aspect. Bientôt des bourgeons et des feuilles se formeraient, profitant de la courte saison agréable pour s'épanouir dans un cycle végétal court, adapté à la rigueur climatique.
Du sac posé sur le dos de la jeune femme, un curieux petit animal montrait sa tête touffue. Il mâchouillait avec bonheur un vieux bout de métal tout en se laissant bercer par le rythme de la marche.

Sous leurs yeux observateurs, à l'horizon apparut une grande muraille formée de gros blocs de pierre noire, assemblés sans aucun mortier. L'enceinte de l'antique Moneb, la Ville Intérieure comme la nommaient ses habitants, semblait imposante et inexpugnable au premier regard. Elle entourait des constructions essentiellement de briques et de pisé, modestes dans leurs proportions mais bien entretenues.

Près de la porte soigneusement gardée, Curtis murmura à Joan :

- Nous sommes désormais sous leur regard constant. En haut du chemin de ronde, il y a au moins deux hommes qui nous suivent avec des jumelles. Tu es maintenant mon épouse obéissante aux yeux de tous.

Au milieu de la protection apportée par un chaud et enveloppant manteau, des yeux bleus pétillèrent et elle ne put s'empêcher de répliquer :

- Cela te plaît, n'est-ce pas ? Profite, mon amour, c'est un vrai rôle de composition que je ne reprendrai jamais dans la vraie vie.

Il sourit, ne répondit rien et se concentra sur les gardiens de la porte qui les apostrophaient fermement.

- Nous sommes des amis de Dan Harker, il nous attend. Serait-il possible de rentrer le rencontrer ?


***


Joan souffla pour reprendre sa respiration sous sa cape chaude. Elle montait des escaliers de pierre, accompagnant quelques jeunes femmes qui se rendaient ensemble vers les jardins en terrasse qui jouxtaient et prolongeaient les murailles de Moneb, le long d'une pente qui s'élevait assez abruptement ensuite vers une forêt serrée. Plus haut, des sommets nus et rocheux dominaient les lieux. L'antique ville, adossée à cette frontière naturelle avait développé un système d'approvisionnement autarcique de ses habitants. Chacun devait, un jour par semaine, participer aux travaux collectifs d'entretien ou de jardinage et en échange, la cité s'occupait de tous ses membres, même malades ou infirmes. L'aide de Dan Harker avait été décisive pour que les Monébiens tolèrent deux étrangers parmi eux et depuis quelques jours, Curtis et Joan étaient en période de probation, découvrant un quotidien nouveau et des gestes peu habituels.

L'oxygène était plus rare dans l'atmosphère de Titan que dans celle de la Terre, donnant à la jeune femme l'impression de courir un cent mètres à deux mille mètres d'altitude. Elle se concentra sur son effort tout en souriant à sa compagne d'ascension qui l'attendait un peu. Celle-ci, Emona, avait à peu près son âge. Contrairement à nombre de ses voisines, elle avait spontanément abordé Joan lorsque, en compagnie de Curtis, celle-ci s'était installée dans une toute petite maison du coeur de la ville. Joan avait vite appris qu'Emona, qui avait la peau et les cheveux plus clairs que la plupart des Titaniens, était en fait l'une des rares métis de la Ville Intérieure. Toutes deux ne tardèrent pas à atteindre la parcelle qu'elles devaient travailler ce jour-là. De petits automates, robots rectangulaires au gris chromé et au ronronnement incessant, montés sur coussins d'air et solidement équipés d'outils-griffes pour travailler la terre s'activaient sur les petites surfaces cultivables, au milieu des personnes qui plantaient et repiquaient sans relâche en ce début de saison. Joan sourit, amusée malgré elle par ce contraste qui s'offrait au regard, entre les robes colorées traditionnelles et les machines importées d'une autre planète. "Pas fous, ils savent accepter ce qui leur simplifie la vie, ces Titaniens". Elle rejoignit la place qui lui était assignée, suivie par des yeux à l'hostilité parfois à peine voilée, et se mit au travail. Un son grave et prolongé, qui résonnait depuis le centre de la ville, les fit toutes se redresser.

- C'est le glas. Il se passe quelque chose de grave, viens.

En quelques minutes, tous convergèrent vers la grande place qui se trouvait devant le palais. Les visages étaient interrogatifs et inquiets. Curtis, dans la foule, aperçut Joan et réussit à la rejoindre. Ensemble, ils virent alors s'écarter la foule devant un cortège silencieux formé par une poignée de guerrières, équipées à la fois de lances antiques et de pistolets à protons qui firent ouvrir grand les yeux de Joan.

- Curt, regarde comme elles sont équipées. Mais qui sont-elles ?
- Dan m'a parlé de la garde rapprochée de la princesse, une unité d'élite vouée à sa protection créée par Athara lors de son accession au trône, il y a trois ans, à la mort de son frère. Je pense que ce sont elles.

Les amazones encadraient un chariot monté sur coussin d'air. Une couverture recouvrait partiellement un corps allongé et immobile. Les larmes aux yeux, les jeunes femmes ramenaient l'une des leurs, sans vie, vers le palais. La rumeur enfla rapidement. Elle avait été mortellement blessée par une déflagration sur l'un des pipe-lines qui passaient près de Moneb. "Que faisaient-elles à cet endroit ? Est-ce réellement un hasard ?". Curtis entraîna doucement Joan vers leur maison tout en gardant une oreille attentive vers les commentaires qui affluaient. "C'est la faute de ces maudits étrangers. Avant, nous n'avions pas tous ces problèmes. Elle ne serait pas morte s'ils n'avaient pas détraqué notre planète avec toutes leurs installations..."

- Viens, c'est le moment de nous faire tout petits. La tentation va être grande pour eux de nous faire subir leur ressentiment. C'est une réaction normale.


***


Au palais, la princesse Athara accueillit solennellement le convoi funéraire improvisé. Elle était jeune, altière, ses longs cheveux noirs tirés en un haut chignon orné d'un diadème. Les honneurs rendus à la défunte, elle tourna les talons, les voiles de sa robe volant à la mesure de sa contrariété, accompagnée de l'un de ses conseillers.

- Échec de la mission, donc. Et en plus, nous avons perdu Katia.

***
(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Aujourd’hui à 23:40
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Les secrets de Titan
Back to top
Page 1 sur 5
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure