Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Les lunes de cristal
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Dim 10 Jan 2016 - 23:27
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Allez, je commence ce soir une nouvelle histoire. Elle avancera probablement moins vite que la première, je n'ai pas beaucoup de temps en ce mois de janvier, mais cela me détend de m'y mettre un peu, régulièrement...

Pas la prétention d'être originale. Plutôt une envie d'écrire un épisode de plus, juste pour rester bien au chaud d'une ambiance rassurante, dans laquelle je me sens bien.

J'espère que vous apprécierez, ce soir, c'est le prologue.


Jovienne


***

Le plus rapide des vaisseaux circulant dans la Voie Lactée fendait l'espace en direction de Jupiter. Curtis Newton, son capitaine, plus connu sous le nom de capitaine Future, avait décidé de rencontrer des collègues scientifiques qui travaillaient sur les pouvoirs de certaines ondes sonores. Le trajet, classique et sans danger, était placé sous la conduite de ses deux comparses humanoïdes. Tout en pilotant souplement le grand vaisseau, un géant de métal se chamaillait avec son compagnon, silhouette un peu étrange, souple et pâle, et comme souvent, leur dispute concernait leur chef.

- Tu racontes n'importe quoi pour te rendre intéressant, comme d'habitude.
- Je te dis que ce n'est pas un hasard si nous allons sur Jupiter. Il a trouvé une excuse pour y revenir, et tu sais très bien pourquoi.
- Oui, il a rendez-vous au laboratoire d'étude des ondes.
- Et bien sûr, tout ça n'a rien à voir avec le fait qu'une jeune lieutenant blonde de notre connaissance, qu'il a rencontrée il y a quelques années de cela sur Jupiter justement, est en mission là bas. Et que cela fait déjà quelques semaines qu'ils n'ont pu se croiser. Non, bien sûr, cela n'a rien à voir.
- Même si tu as raison, boule de caoutchouc, ce ne sont pas nos affaires.

Otho, tout en conversant, paramétrait l'un des appareils de décryptage de communications interstellaires. Il adorait capter des conversations improbables venues d'un endroit indéfini de la galaxie et partant vers un lieu tout aussi inconnu. Souvent, il tombait sur des échanges techniques ou commerciaux, "là, y en a un qui est en train de se faire avoir", et parfois sur de jolis dialogues d'amoureux. Dans ces cas-là, il changeait de fréquence pour ne pas faire l'indiscret.

- ah, j'ai quelque chose... On dirait qu'il est question d'Andromède. Attends, j'ajuste les paramètres de décryptage.
Ce qu'ils entendirent alors, leur fit dresser l'oreille et Grag quitta un instant sa navigation du regard pour croiser celui d'Otho qui enclencha l'enregistrement.

"... S'il faut se débarrasser des géneurs, faites-le. Du côté d'Andromède, les perspectives du secteur d'Ecolia sont exceptionnelles. L'homme-résonance sera bientôt sur Jupiter, il faudra s'assurer qu'il ne se mettra pas en travers de notre chemin.
- par quel moyen ?
- par tous les moyens, y compris sa mise à l'écart éventuelle et l'élimination de ceux qui le protègent..."


A l'écoute du fichier son, Curtis Newton, qui venait d'être prévenu par ses compagnons, réagit aussitôt :

- Otho, mets-moi en relation avec le président Carthew, Joan et Ezra ne sont visiblement pas en simple mission de routine.


***

Sur Jupiter, une intense activité animait les rues de Jovopolis, la capitale de l'immense planète. Entre les immeubles hauts et puissamment éclairés dans la nuit urbaine, des véhicules rapides se faufilaient vers des destinations pressées. L'animation était continue et la vie permanente. Au dernier étage d'une tour à la forme pyramidale, une suite d'appartements avait été réservée pour la délégation du gouvernement d'un petit système solaire loin dans la galaxie d'Andromède.

- Colonel Gurney, je suis heureux de faire votre connaissance. Merci aux Neuf Mondes d'avoir pris en considération notre demande de protection spéciale. Je suis le maître-gouverneur Ubura, ministre du gouvernement d'Ecolia, c'est moi qui ai sollicité le président Carthew.
- Enchanté, maître-gouverneur Ubura. Je me réjouis de découvrir votre civilisation, qui m'est totalement inconnue.

Derrière Ezra Gurney, discrète, se tenait une jeune lieutenant de la police interplanétaire. Joan Randall examinait silencieusement l'entourage du maître-gouverneur. Les Andromédiens, comme on les surnommait facilement, étaient grands et minces. Ils avaient un teint de peau particulier, d'un léger vert luminescent. Ils étaient quatre, dans le grand salon d'apparat, habillés de longues tuniques sombres qui arboraient sur la poitrine un signe étrange. Mis à part Ubura qui faisait un visible effort pour se montrer affable, les autres maîtres-gouverneurs se tenaient droits, austères, le visage fermé. "Cachez votre joie, surtout, ce n'est pas comme si vous aviez demandé notre aide, après tout...", pensa-t-elle, légèrement agacée par cet échange qui n'en était pas vraiment un.

Le colonel Gurney ne se laissa pas démonter et poursuivit :

- peut être pourrions-nous rencontrer votre chef, celui que vous nous demandez de protéger et qui a été victime de cette tentative d'enlèvement , votre homme-résonance ?
- ce n'est pas vraiment un chef, plutôt un guide spirituel pour notre peuple, sa parole est sage et écoutée. Il est certaines décisions importantes que nous ne prenons sans son accord.

Ezra Gurney hocha la tête, montrant qu'il notait l'information et attendit.

- je suis désolé, il se repose du voyage. Pouvons-nous évoquer les détails pratiques de sa protection ensemble, vous ferez sa connaissance demain ?

***

(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Dim 10 Jan 2016 - 23:27
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Lun 11 Jan 2016 - 03:22
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Coucou Jovienne!


Voilà quelque chose de nouveau à se mettre sous la dent! Good Master Clap jump J'aime l'aura de mystère qui entoure tes récits et comment petit à petit tu nous dévoile l'intrigue et les motivations des personnages!
Je vais avidement suivre cette nouvelle histoire!


Bizz!


Frégo  Smoke
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mar 12 Jan 2016 - 22:11
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Allez, une petite suite pour ce soir.

Frégo, le mystère, j'essaie de le cultiver Wink Mr. Green ... mais aujourd'hui, on expose la situation.

A +,

Jovienne


***


"Bien, je vais donc devoir suivre pendant quelques jours un vieil homme gâteux qui a du mal avec les voyages interstellaires, mais que quelqu'un veut malgré tout enlever, jusqu'à sa cérémonie pompeuse pour introniser je ne sais quoi, et son entrevue avec un diplomate de sa planète en poste ici sur Jupiter. Fascinant... J'en connais un qui au moins ne trouvera pas ça trop dangereux pour une fois " Joan faisait la moue derrière Ezra. Celui-ci la présenta aux Ecoliens et elle exposa brièvement le dispositif prévu. Ils l'écoutèrent attentivement mais l'un d'eux secoua la tête :

- Tout cela est totalement inutile. Le vénérable Ir'Katori ne crains rien ici.
- Visiblement, d'autres personnes en ont jugé autrement. Ceci dit, notre aide sera légère puisque vous tenez à assurer vous-même la sécurité des soirées et des nuits. Puis-je compter sur votre collaboration ?

La voix de Joan était ferme. Elle commençait à en avoir par dessus la jambe de ces Andromédiens. Elle était sur Jupiter pour la première fois depuis des années, elle n'avait pas envie de se prendre la tête avec des dignitaires obtus qui venaient d'une galaxie lointaine et qu'elle ne recroiserait jamais après ces quelques jours. Tout cela n'aurait même pas dû être de son ressort mais le président Carthew avait voulu montrer aux Andromédiens l'intérêt qu'il leur portait.

Un peu plus tard, elle sortit de l'immeuble aux côtés d'Ezra, marchant d'un pas décidé. Les bottes de son uniforme de service claquaient sèchement contre le trottoir tandis qu'elle commentait l'accueil qu'ils avaient reçu avec son supérieur hiérarchique. Ils se dirigèrent vers le quartier qui abritait la police interplanétaire, bureaux et appartements de fonction. Le trajet à pied lui permit de calmer la colère impulsive qui était montée en elle. Arrivée à son bureau, elle rouvrit le dossier numérique sur ce peuple d'Ecolia qu'elle connaissait si mal.

- La planète Ecolia, dans la galaxie d'Andromède, est la seule planète de son système qui soit habitable. Ses occupants, des descendants de Deneb, il y a quelques millénaires, étaient arrivés à un degré de technologie très avancé. Mais ils n'avaient pas tenu compte de l'épuisement des ressources d'Ecolia et une catastrophe environnementale majeure survint : atmosphère, eau, sols furent rendus impropres à toute vie humaine. Ses habitants eurent alors la sagesse de changer radicalement leur mode de vie. La planète possède quatre lunes viables. Ils l'abandonnèrent pour s'installer sur l'une d'entre elles, en faisant attention de ne pas la surexploiter. Et au bout d'un temps qui correspond à environ deux cents ans terrestres, ils déménagent sur une autre lune, pour ne pas épuiser ses ressources. Le choix s'effectue de façon assez originale...

La lecture silencieuse de Joan fut interrompue par une exclamation d'Ezra :

- Et bien, je ne sais pas pourquoi Carthew s'intéresse autant à ce peuple mais j'ai là un message qui m'informe qu'il a proposé aux Futuremens de nous aider à accéder à leur demande de protection. Qu'est-ce que cela cache ?

Joan leva vivement la tête. La perspective de revoir Curtis alors que cela faisait quelques semaines qu'ils ne s'étaient pas croisés, et de surplus sur Jupiter, planète de leur rencontre, lui fit rosir les joues et briller les yeux. Ezra la regardait, heureux de la voir ainsi, mais dubitatif également.

- Je me demande toujours si c'est une bonne chose que tu l'aies rencontré. Tu passes les meilleures années de ta vie à rêver d'une chimère.
- Ne t'inquiète pas pour moi comme ça, je suis une grande fille, je fais mes propres choix. Ma vie actuelle me convient très bien.

"Enfin, je crois qu'elle me convient presque très bien. Si je pouvais juste le voir un peu plus, l'avoir un tout petit peu plus pour moi..." Une ombre légère était passée sur son visage et elle n'avait pas échappé à son vieil ami qui soupira mais changea de conversation pour ne pas la gêner davantage.

Lorsqu'ils se séparèrent, elle repris sa lecture installée dans un confortable fauteuil, devant une baie vitrée qui avait vue sur l'astroport, un mug de thé à la main. Elle ralluma sa tablette et poursuivit :

- Le choix s'effectue de façon assez originale. C'est un homme-résonance, sorte de guide spirituel, qui choisit la nouvelle lune qui accueillera le peuple des Ecoliens. Cet homme a la particularité de posséder dans son cerveau une concrétion étroitement connectée à l'organe qui l'abrite. Cette concrétion, parfois appelée cerveau minéral, est faite d'une matière qui entre en résonance avec le minerai des lunes d'Ecolia et lui permet de savoir laquelle est prête à les accueillir lorsque le temps est venu de changer.

Elle éteint sa tablette, songeuse. Elle allait passer ses prochains jours auprès d'un homme aux caractéristiques physiques très particulières.

***

(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Jeu 14 Jan 2016 - 20:22
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
La suite. Je ne vais pas poster très rapidement car je n'ai pas fini l'histoire et il m'arrive de revenir encore en arrière pour corriger certains passages.

J'espère que vous apprécierez,

Hello

Jovienne



***


Le lendemain matin, fraîche et dispose, elle se présenta devant les appartements de la délégation écolienne. Maître Ubura l'accueillit dans le salon d'apparat.

- Bonjour, lieutenant Randall. Je vous présente le vénérable Ir'Katori, notre homme-résonance.

Joan, bouche bée, vit s'avancer vers elle non pas l'homme âgé et sage qu'elle avait imaginé mais un très jeune adolescent, "quinze ans maximum", se dit-elle, vêtu simplement d'un pantalon noir et d'une tunique pourpre sur laquelle était brodé le symbole d'une lune. Il l'observait d'un air sérieux, probablement trop sérieux pour son âge. Des yeux mordorés ressortaient dans un visage au front haut et calme, un fin sourire animait l'ensemble alors qu'il tendait simplement la main.

- Je suis enchanté de vous rencontrer, lieutenant Randall. J'espère que nous nous entendrons bien car j'ai cru comprendre que nous passerions beaucoup de temps ensemble ces prochains jours.

Elle prit la main tendue sans chercher à cacher sa surprise.

- Moi de même, vénérable Ir'Katori.

Elle avait buté sur le mot vénérable et il s'en était aperçu. Il s'amusa :

- J'aimerais beaucoup que nous laissions de côté les formalités, laissez tomber mon titre. Puis-je vous appeler Joan ?

Décidément stupéfaite, Joan opina. Elle n'était toutefois pas encore au bout de ses surprises car l'adolescent déclara alors vouloir passer la journée à visiter Jovopolis, arguant que c'était une occasion unique d'enrichir ses connaissances au contact d'une civilisation tellement différente de la sienne. Les maîtres-gouverneurs n'étaient pas d'accord, évoquant le danger d'un milieu non-sécurisé.

- Si vous permettez, maîtres-gouverneurs, cette envie inopinée ne présente que peu de risques, bien moins que si Ir'Katori suit à la lettre ce qui est prévu à son agenda officiel. Personne pour prévoir quelque embuscade que ce soit. Je peux le guider sans le quitter d'une semelle et si nous nous habillons tous les deux en civil, nous nous fondrons dans la foule bigarrée de Jovopolis.

Joan vit la reconnaissance et, oui, peut être un peu de soulagement dans le regard que lui lança l'enfant-résonance.

De fait, ils passèrent une très agréable journée tous les deux, devisant à bâtons rompus tout en visitant les endroits touristiques de l'immense cité jovienne. Ils choisirent de terminer dans le calme d'un lieu emblématique de la ville.

La Bibliothèque Conservatoire de la Mémoire des Galaxies était installée en périphérie de Jovopolis. C'était en fait tout un quartier de bâtiments dédiés au stockage de toutes les connaissances des civilisations connues des différents systèmes galactiques, une sorte de mise en commun pour créer un accès au savoir universel. La plupart des peuples qui avaient des relations diplomatiques avaient choisi de déposer leurs anciens supports de transmission des connaissances avec l'assurance qu'ils seraient ainsi conservés avec soin, mais également numérisés pour une meilleure accessibilité. Dans les différents modules de cette immense bibliothèque se trouvaient ainsi entreposés de vieux rouleaux de papyrus, des codex en parchemin, des tablettes de cire, des livres imprimés et tant d'autres antiques supports d'écriture. Ceux-ci cotoyaient des enregistrements plus récents, compact-disc, disques durs divers ou encore hologrammes de toutes les formes. Ces objets occupaient des milliers de kilomètres de rayonnages divers et une armée de fonctionnaires, bibliothécaires et conservateurs spécialisés se tenaient à leur chevet, pour assurer leur pérennité, assistés par de multiples petits robots programmés pour transporter et ranger les documents demandés par les visiteurs.

- Nous voici dans le quartier Alexandrie, dédié uniquement à la Bibliothèque Conservatoire. Passé ce portail, toutes les rues, tous les bâtiments font partie du projet de conservation de la mémoire universelle. Plusieurs civilisations ont développé des systèmes d'écriture et même si de nos jours tout est numérisé, c'est à la fois un lieu de mémoire et de travail absolument fascinant.

Joan aimait particulièrement présenter cet endroit qu'elle affectionnait entre tous. Ir'Katori lui sourit et se laissa guider vers le petit département consacré à la galaxie d'Andromède.

- J'aimerais avoir un peu de temps pour consulter quelques-uns de nos ouvrages les plus anciens. C'est possible ?
- Bien sûr, installe-toi dans la salle de lecture, je fais le tour des locaux.

Sur le trajet qui les ramenait vers les appartements de la délégation, Ir'Katori avait l'air grave.

- Joan, je voudrais que notre passage à la bibliothèque ne soit pas mentionné aux maitres-gouverneurs. S'il te plaît, je te le demande comme une faveur.
- Qu'y a-t-il ? Un problème ? Qu'as-tu trouvé à la bibliothèque ?

Elle jeta un coup d'oeil vers l'adolescent qui secouait la tête.

- Non, rien qui ne concerne ma sécurité, je t'assure. Tu veux bien ?

Elle hésita un peu. "Après tout, il n'a pas l'occasion d'avoir un jardin secret, sa vie est constamment sous l'oeil des maîtres-gouverneurs. Cela n'a aucune incidence sur la suite de son séjour ici."
Elle se contenta de hocher la tête, sans rien promettre, le ramena à la délégation écolienne et le salua avant de le quitter. Elle avait passé une journée finalement très agréable.


***
(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Jeu 14 Jan 2016 - 20:29
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Bon, celui-là, je suis sûre de ne pas avoir à le modifier... Wink Wink

A +,

Jovienne


***


Sur le chemin du retour, indécise, elle s'arrêta un instant. "Allez, juste un petit détour, je peux me permettre un pèlerinage sur l'événement fondateur", ironisa-t-elle en elle-même, tout en se dirigeant vers l'avenue qui longeait la résidence du gouverneur, entre l'astroport et le coeur de Jovopolis. C'était une rue animée, bordée de bars, qui n'avait finalement que peu changé ces dernières années. Submergée par l'émotion, elle stoppa son véhicule et fit quelques pas, inattentive à la vie citadine qui se développait devant elle, essayant de refouler le sentiment puissant qui montait en elle. "Bien, et maintenant, tu y es, qu'est-ce que ça t'apporte de plus ? Tu es bonne pour quelques soirées où tes souvenirs seront encore plus réalistes..." L'autodérision étant finalement assez efficace, elle respirait un grand coup et s'apprêtait à revenir sur ses pas lorsqu'elle sentit deux bras dans son dos l'entourer avec douceur et une voix chaude, qu'elle aurait reconnue entre mille, murmurer à son oreille :

- Je crois que le ciel est aussi bleu aujourd'hui qu'il ne l'était ce jour-là.

Elle sourit, profondément heureuse soudain. Elle posa ses mains sur celles qui l'enserraient et sans se retourner, "pas tout de suite", pensa-t-elle, elle répliqua :

- Les circonstances sont néanmoins beaucoup plus calmes, aucune rétrogradation à maîtriser. Depuis quand es-tu sur Jupiter, Curt ?
- J'arrive à l'instant. J'ai juste choisi, à la grande surprise de mes deux affreux, de marcher un peu pour rejoindre l'immeuble de la police interplanétaire. On dirait que tu as eu la même idée. Avançons, tu me raconteras comment se passe ta mission.

Elle pivota pendant qu'il parlait. Il était en tenue civile. "Ça tombe bien, moi aussi, on est incognito". Coquine, elle se souleva sur la pointe des pieds, et effleura la commissure de ses lèvres tout en passant ses bras autour de son cou.

- Peut être, mais d'abord, embrasse-moi.

Il ne se fit pas prier et leur étreinte se resserra rapidement. "Ici, sur le lieu même de notre rencontre". Leurs pensées, comme leurs corps, se rejoignaient et ils n'avaient plus conscience de l'activité débordante autour d'eux.
Ils finirent par s'écarter légèrement, le souffle court.

- Ce sont de belles retrouvailles, Curt.

Il lui murmura à l'oreille :

- Je t'en promets des plus intenses encore dès que nous aurons un peu plus d'intimité.

Ses yeux brillèrent tandis qu'elle lui répondait :

- Ne te vante pas, mon beau capitaine, après, il faudra assurer.

La promesse qu'elle vit dans ses yeux la fit frissonner d'anticipation. Il glissa doucement sa main vers la sienne, pour entremêler leurs doigts dans un geste qui leur était familier à tous les deux, et ainsi rapprochés, ils se dirigèrent vers le véhicule que Joan avait garé un peu plus loin.


***

- Cette civilisation m'a l'air très sage, commença Curtis devant Ezra, Joan et les Futuremens. Faire cas de leur environnement au point de se remettre en question tous les deux cents ans, de laisser se reposer un écosystème, de se sentir accueilli provisoirement et non en propriétaire par une lune, c'est extrêmement courageux.
- Ir'Katori n'a que seize ans et il est étonnant. J'ai passé une journée fascinante en sa compagnie.

Joan leur raconta comment le jeune garçon, si mûr pour son âge, l'avait mise à l'aise immédiatement.

- Cela fait deux ans qu'il est le nouvel homme-résonance de sa planète. Son double cerveau lui confère des dons particuliers. Savez-vous que grâce à lui, ou à cause de lui d'ailleurs, il n'oublie jamais rien ? Ce qu'on lui dit, ce qu'il lit, ce qu'il voit... Et cette capacité à ressentir les ondes des lunes de son peuple...

Le professeur Simon écoutait attentivement les explications de la jeune femme.

- Mais quel peut être ce minerai présent à la fois dans les sous-sols de quatre lunes, et dans la tête de quelques rares personnes ? La chose est déjà en soi, étonnante, mais si en plus, il y a une forme de communication possible... Je me demande si le fonctionnement ne serait pas basé sur une forme de polarisation, comme pour les aimants, en infiniment plus poussé, bien entendu.

Otho ne put s'empêcher de remarquer :

- En attendant, Joan, il t'a marquée, le gamin. Heureusement pour toi, Capitaine, qu'il n'a que seize ans.

Ezra ne voulut pas laisser la conversation dériver vers des pentes hasardeuses.

- Capitaine, pourquoi Carthew vous a-t-il appelé ?
- Vous savez que Ir'Katori a été victime d'une tentative d'enlèvement lors d'une escale de son voyage, c'est pour cela que vous êtes là tous les deux. Mais Carthew est actuellement en train d'essayer de nouer des liens diplomatiques avec les systèmes d'Andromède. Il tient à choyer la délégation écolienne.
- Et depuis quand te soucies-tu de diplomatie politicienne ?
- En fait, il y a autre chose. Raconte-leur, Otho.


Ils restèrent tard à revoir leur stratégie de protection.


***
(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Ven 15 Jan 2016 - 03:05
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Coucou Jovienne!

Youpi Best Clap Master

Quelle agréable découverte que cette nouvelle histoire! L'idée maîtresse est surprenante et intéressante à tous points de vue! Je n'ai pas pris beaucoup de temps à constater que j'étais accrochée! jump jump jump

L'intrigue est vraiment originale! Ce jeune homme a des dons tout à fait extraordinaires... Good Et je me pose déjà plein de questions sur cette conversation interceptée par Otho, dont j'ai retrouvé l'humour sarcastique avec plaisir!

J'apprécie beaucoup la façon dont tu dévoiles peu à peu les informations, tout en faisant planer sans cesse le mystère, et ta manière de faire évoluer tes personnages, le comportement d' Ezla envers Joan , et surtout la relation entre Joan et Flam ...

Tu as fait honneur à ton pseudonyme en reprenant cette scène où tout avait commencé pour Joan et Curtis... Good

Les retrouvailles entre Flam et Joan sur le lieu de leur première rencontre démontre bien qu'ils sont sur la même longueur d'onde... C'était si romantiiiiiiique! J'ai fonduuuuuuuuu... Master Clap Hug Wow Kiss Il faudra que tu t'arranges pour que Curtis soit fidèle à son habitude de toujours tenir ses promesses... Wow Naughty

Je suis bien curieuse de découvrir la suite... On dirait qu'il y a des gens qui ont intérêt à ce que les Écoliens n'aillent pas s'établir sur les lunes... Neutral Doubt Question

Bravo Jovienne et merci pour cette nouvelle histoire!
Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 16 Jan 2016 - 14:14
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Bonjour Jovienne !

Je n'étais pas passée depuis quelques jours sur le forum, mais Flamme m'a alertée pour me signaler ta nouvelle histoire ! J'ai donc tout lu et voici enfin mon premier commentaire ! Il n'y a pas à dire, tu sais manier le suspense ! Nous retrouvons là aussi le côté "scientifique" de l'aventure, avec ces étranges Andromédiens et leurs capacités (du moins pour un certain nombre) à "communiquer" avec leur planète. Quels sont ces gens qui en veulent au jeune Ir'Katori. Est-il si innocent que cela ? Quel est son vrai secret ?

J'imagine déjà bien le professeur Simon tester sur lui-même ce genre de "capacité".

Quant aux deux affreux, ils sont toujours fidèles à eux-mêmes... Et Otho ne manque pas une occasion de "charrier" son Capitaine, Joan ou Grag, voire les trois à la fois Mort de Rire

J'ai beaucoup aimé moi aussi la scène des retrouvailles à Jovopolis... Curtis était bien sûr de lui d'y trouver Joan... ah, la communion des âmes Wow !

Bref, me voilà bien installée pour découvrir la suite !

Bon week-end !

Bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 17 Jan 2016 - 17:51
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Coucou les filles ( et les lecteurs anonymes...)

Bah, si vous croyez que je vais répondre à vos questions... Ce sera petit à petit, au fil de l'histoire Devil

Limeye, je retiens l'idée de Simon tentant l'aventure du double cerveau... peut être trouveras-tu un clin d'oeil quelque part à ce propos Wink

L'honnêteté m'oblige quand même à vous dire que j'ai emprunté cette idée d'enfant à double cerveau et de peuple écologique à un petit roman de littérature jeunesse paru il y a une vingtaine d'année. I'm not the owner ! ( Embarrassed ) La trame était intéressante et pouvait s'adapter facilement (je croyais) à une aventure de notre beau capitaine. Mais plus j'avance, et plus je m'en détache. ..

Voici donc la suite du jour,

Hello Bye

Jovienne


***
***
Les salons de réception de la Résidence du Gouverneur bruissaient de mille mouvements le lendemain lorsqu'arriva la délégation écolienne pour l'annonce officielle du choix de la prochaine lune. Il y avait là des invités triés sur le volet venus des autres systèmes d'Andromède, quelques dignitaires des Neuf Mondes, dont le Gouverneur de Jupiter en personne. L'occasion était belle de rapprocher diplomatiquement les deux galaxies."Enfin, si tout se passe bien, sinon, c'est la catastrophe", se dit Joan qui se tenait discrètement non loin d'Ir'Katori.

Celui-ci, magnifique en habit de cérémonie, tout de blanc vêtu, un diadème en forme de lune sur son haut front, dégageait une prestance lointaine et était l'objet de tous les regards. A ses côtés, les quatre maîtres-gouverneurs, altiers et froids, semblaient vouloir assurer une barrière infranchissable entre lui et le reste de l'assemblée.

- Celui qui est en vert, c'est Ubura, le plus affable. En rouge, Otora est plus ou moins chargé des affaires économiques, en bleu, Okari suit le domaine écologique et en jaune, Etuna est le ministre de la justice.

Joan présentait discrètement le monde d'Ecolia à Curtis qui se tenait à côté d'elle. Il avait choisi d'assumer sa présence officielle aussi tous ceux qui étaient là savaient que le Capitaine Future était parmi eux. "Peut être que la dissuasion sera efficace. En attendant, on ne sait ni d'où vient la menace, ni pourquoi. Qui peut en vouloir à un enfant, guide spirituel d'un tout petit peuple des confins des mondes spatiaux connus ?". Ezra, tout en réfléchissant, ne perdait pas une miette de l'entrée solennelle des Ecoliens.

- Capitaine Future, que nous vaut l'honneur de votre présence parmi nous ?

Un terrien s'approchait d'eux, souriant.

- Je suis Sergueï Argan, je travaille auprès du gouverneur dans le domaine des relations aux autres systèmes. Souvenez-vous, nous nous sommes déjà croisés sur Saturne il y a quelques mois.

Curtis salua rapidement le diplomate.

- Oui, bien sûr. J'avoue être très intéressé par ce peuple écolien, j'aime explorer les différentes civilisations interstellaires, mon côté vieil archéologue, vous savez.
- Vieil archéologue, hein ? Et jeune scientifique aventurier ?

Tout en parlant, Curtis restait vigilant. Il ne perdait pas de vue Ir'Katori, qui s'avançait, comme indifférent à l'intérêt qu'il suscitait autour de lui. Il vérifia subrepticement que son équipe était bien en place. Otho, intégré dans le service de la luxueuse demeure, s'était déguisé en conséquence et de ses mains gantées de blanc, vérifiait les cartons d'invitation et guidait les invités vers la salle où ils étaient attendus.

- Curt, il y a un problème. Cet enfant n'est pas Ir'Katori !

Il se tourna vers elle, stupéfait mais n'eut pas le temps de répliquer. Le maitre-gouverneur Ubura avait pris la parole. Après une brève allocution pour remercier les Neuf mondes et souhaiter une plus proche collaboration entre les galaxies, il se tourna vers l'homme-résonance à ses côtés. Le silence se fit encore plus épais dans la salle alors qu'il ouvrait la bouche pour s'exprimer :

- Je ne dévoilerai pas aujourd'hui le nom de la lune qui va nous accueillir pour notre prochaine migration.

Des murmures s'élèvent autour de lui. Il haussa le ton :

- Je sais en mon fort intérieur quelle est la lune qui nous accepte, mais j'ai besoin d'une confirmation. Je souhaite me retirer quelques jours en solitaire pour réfléchir. D'ici là, je ne recevrai personne, je m'isole pour assurer ma décision. Je vous en ferai part très prochainement.

Ubura enchaîna aussitôt :

- L'homme-résonance a parlé. Nous vous tiendrons au courant pour la suite.

Tandis qu'ils s'éloignaient, au milieu des commentaires étonnés, Curtis prit Joan par le coude, et habilement, lui fit prendre le sillage des Écoliens tout en la questionnant :

- Es-tu sûre de toi ? Débrouillons-nous pour nous imposer auprès des maitres-gouverneurs.


***


Peu après, le colonel Gurney, le lieutenant Randall et le Capitaine Future, sommairement introduit, faisaient face aux quatre maîtres-gouverneurs.

- Pourquoi n'avez-vous pas présenté votre véritable homme-résonance tout à l'heure ? Et pourquoi ne nous avez-vous pas informé que vous disposiez d'une doublure ? Et que se passe-t-il à la fin, pourquoi n'a t-il pas annoncé son choix ?

Joan ne décolérait pas. Ezra tentait de calmer son emportement et Curtis, en retrait, observait la scène. Il vit les quatre hommes se lancer des coups d'oeil. Ezra, calmement, ajouta :

- Vous nous devez quelques explications.

Maitre Otora se décida à lui répondre :

- Notre homme-résonance est jeune. Cette migration à gérer, à son âge, ce n'est pas facile. Il veut conforter son choix, nous le comprenons et le soutenons. Quant à vos autres questions, c'est absurde, il s'agissait bien d'Ir'Katori. Son uniforme d'apparat le change peut être un peu à vos yeux.

Ezra regarda Joan. Elle avait l'air têtu qu'il lui connaissait si bien.

- Ce n'était pas lui. J'ai passé une journée seule avec lui, vous ne m'abuserez pas.

Ubura sembla prendre une décision et sans regarder les autres, il soupira :

- Ir'Katori a disparu la nuit dernière.

Il poursuivit d'une voix plus sourde :

- Nous pensons qu'il s'agit simplement d'une fugue d'adolescent, nous le faisons rechercher par les gens de notre suite. L'un de nos serviteurs est son cousin, ils se sont toujours ressemblés. Il a joué son rôle tout à l'heure.


***

(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Dim 17 Jan 2016 - 22:14
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Je repasse en vitesse Run

Allez, petit cadeau de fin de week-end...

Bye ,

Jovienne


***

"Bon sang, Joan, où donc es-tu passée ? Donne-nous de tes nouvelles..." Curtis était soucieux. Un pli inhabituel barrait son front. Eek et Ogg, sentant son inquiétude, restaient la queue basse dans les jambes de leurs maîtres.

La jeune femme était introuvable depuis quelques heures, elle ne répondait pas sur son téléphone et personne ne l'avait vue depuis que les caméras de surveillance de l'entrée de la Police interplanétaire l'avaient filmée en train de sortir d'un pas pressé. Depuis trois jours que Ir'Katori avait disparu, elle ne s'était pas ménagée et avait exploré pistes après pistes. Aujourd'hui, elle aurait dû repasser par son bureau en fin d'après-midi pour un rapport oral mais, contrairement à ses habitudes de ponctualité, cela n'avait pas été le cas.

- Laissons-lui un peu de temps, il n'y a encore aucun argument rationnel qui doive nous inquiéter. Nous devons faire un point avec Ezra, Sergueï Argan et les maîtres-gouverneurs dans une demi-heure. Préparons-nous.

Le professeur Simon, comme toujours, rappelait son entourage à la raison.

- Nous n'avons pas grand chose de nouveau à apporter. Ir'Katori a disparu depuis trois jours et nous échouons à accrocher la moindre piste. Otho continue à fouiller l'espace sonore de Jupiter, quelques agents se renseignent discrètement dans les réseaux souterrains traditionnels, mais il faut bien avouer que la volonté de discrétion des Andromédiens ne nous facilite pas les choses. Et aucune demande de rançon.

Curtis, frustré, tentait de se reprendre. Il eut soudain une idée :

- Puisque l'enquête n'avance pas, peut être pourrions-nous essayer d'en savoir plus sur cette planète d'Ecolia et sur ses fameuses lunes, non ?
- Nous avons épuisé en vain toutes les encyclopédies disponibles sur le sujet dans les bases de données universelles, répondit patiemment Simon.
- Les informations numériques, oui, mais pas les autres, plus anciennes. Souvenez-vous, Joan nous a dit qu'elle avait guidé Ir'Katori dans la Bibliothèque Conservatoire et qu'il avait pris le temps de consulter quelques ouvrages parlant de sa galaxie. Ce n'est peut être pas un hasard.


***


La nuit était épaisse mais, chose inhabituelle, une lumière discrète éclairait malgré tout un petit bâtiment du quartier Alexandrie. Le Capitaine Future, accompagné d'un bibliothécaire exceptionnellement prié de rejoindre son service, consultait le catalogue des ouvrages consacrés à la galaxie d'Andromède.

- Ne m'intéressent que les ouvrages dont le contenu n'a pas été numérisé et intégré aux bases de données universelles, expliqua-t-il au jeune homme à ses côtés.

Celui-ci tapa quelques instructions à l'écran et une liste restreinte de documents s'afficha alors.

- Là, regardez, "les lunes d'Ecolia". Peut-on le lire ?

Le bibliothécaire nota la cote et programma un petit robot. Ce dernier s'éloigna sur de petites roulettes.

- Merci de vous être dérangé ce soir. J'apprécie sincèrement votre aide.
- Lorsque Sergueï Argan appelle et demande une exception, on la fournit. Ce haut fonctionnaire a le bras long vous savez. Ceci dit, capitaine, c'est un honneur. Je reste toute la nuit si vous le souhaitez !
- Ce ne sera pas nécessaire. Pouvons-nous savoir si ces livres ont été consultés, et par qui ?

Le jeune homme se pencha à nouveau sur son logiciel de gestion, puis tourna l'écran vers Curtis Newton :

- Qui ? Je ne peux pas savoir. Mais quand ? Plusieurs de ces ouvrages ont été demandés à nos robots il y a quelques jours. Et je peux vous dire qu'ils n'attirent pas grand monde, et pour ainsi dire personne, d'ordinaire !

Le robot revint à ce moment-là, un message tournant en boucle sur son petit écran : ouvrage absent de son emplacement - erreur anormale. Fronçant les sourcils, le bibliothécaire rechercha l'historique des actions liées à l'ouvrage.

- Pff, je suis désolé, Capitaine, le livre a bien été rangé après consultation. S'il n'est plus à sa place, c'est que l'un de nos vieux robots a eu un bug. Le livre est reposé quelque part, on ne sais où, dans ces kilomètres d'étagères. Autrement dit, il est comme perdu.

Curtis soupira de dépit. Encore une idée qui ne menait nulle part.


***


Il marchait rapidement dans la nuit pour rejoindre son véhicule, quand il sentit qu'il n'était pas seul. Un instinct solidement ancré en lui, une rapidité dans la riposte née de l'habitude le firent se projeter sur le côté alors qu'un tir le frôlait au bras. Il fit volte face et se jeta sur l'ombre qui venait de tenter de le tuer. Un bref corps à corps les opposa à la lueur du chiche éclairage urbain et ils roulèrent au sol. Alors que Curtis allait maîtriser son agresseur, celui-ci réussit, d'un coup de reins, à se dégager.

Curtis se redressa, l'homme s'éloignait en courant dans la nuit. Il renonça à le poursuivre au moment où un éclat, au sol, attirait son regard, un bout de roche irrégulier, aux teintes chaudes. Il était quasiment sûr qu'il n'était pas là avant l'altercation. Il crut revoir, alors que son poing s'était écrasé sur le visage de son adversaire, et que celui-ci encaissait le coup en reculant, une lueur basculer d'une poche. "Donc, mon mystérieux agresseur m'a laissé ce qui pourrait être une carte de visite. Et d'ailleurs, comment se fait-il qu'il m'ait attendu ici, ce soir ?"


***

(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Dim 17 Jan 2016 - 22:47
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Coucou Jovienne!

Merci pour les deux suites enlevantes! Clap jump jump jump jump Un peu de spéculation: Ces 4 maîtres gouverneurs, ils ne sont pas nets! La disparition de Joan, pas un hasard! horified Mr. Green


Bizz!


Frégo  Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Lun 18 Jan 2016 - 21:40
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Coucou,

Voici la livraison quotidienne.

Frego, la disparition de Joan ne peut pas, par définition, être un hasard ! Wink Il doit toujours arriver quelque chose à la belle du super-héros !

Bye

Jovienne


***

Il entra d'un pas pressé dans le laboratoire du Comet.

- des nouvelles de Joan ?

Eek et Ogg secouèrent silencieusement la tête. Otho lui répondit :

-Tu penses bien qu'on t'aurait prévenu immédiatement. Mais, que t'est-il arrivé ? On dirait que tu t'es battu. Tu as osé, sans moi ? Depuis quand oublie-t-on les copains pour rigoler un peu ?

Il cachait mal son inquiétude sous la plaisanterie apparente. Le corps et les vêtements de Curtis gardaient la marque visible de l'affrontement dans la ruelle.

- Ce n'est rien, je vais me changer. Simon, il faut que je te montre quelque chose...
- Il faut aussi que tu désinfectes ton bras. Et depuis quand n'as-tu pas pris un peu de repos ?

Curtis leur fit part brièvement de ce qu'il avait fait de ses dernières heures. Simon se pencha vers le morceau de minerai.

- A priori, rien de connu pour moi. Je vais l'analyser, il faut que tu ailles dormir. Nous ferons le point demain.



***


Quelque part sur Jupiter, dans un bâtiment gris humide, posé sur une lande brumeuse et battue par les vents, une jeune femme chuchotait à côté d'un adolescent de type andromédien. Ils étaient assis par terre, les mains attachées dans le dos.

- Et tu dis que depuis le début de ton voyage, tu sais qu'il y a un problème ? Pourquoi ne t'es-tu pas confié à quelqu'un ?
- Nous vivons en ce moment sur la lune pourpre. J'ai visité, comme le veut la tradition, les trois autres lunes. A mon arrivée sur la lune rousse, j'ai ressenti quelque chose de très violent dans ma tête, une immense souffrance, comme une blessure béante. Et en même temps, la certitude que c'est elle qui va accueillir mon peuple pour la prochaine migration mais... je ne sais pas comment te dire, c'est comme si une mère amputée des bras voulait malgré tout bercer son enfant.

Joan hocha la tête.

- Pourquoi n'as-tu rien dit ?
- Je ne sais pas. Cela me paraît ridicule depuis que je suis ici mais une voix intérieure me soufflait, la nuit notamment, qu'il fallait que je garde tout ça pour moi, tant que je n'étais pas sûr. Et la même voix m'incitait à proposer la lune d'argent à mon peuple. J'ai vraiment douté, tu sais...
- et maintenant ?
- je ne comprends pas comment j'ai pu m'égarer ainsi. C'est une certitude, la lune rousse nous accueillera pour la migration prévue bientôt.


***


Leurs geôliers les entraînèrent sans ménagement vers un vaisseau posé sur une piste de fortune, exposée aux vents et à la pluie. Sur l'arrière, un curieux édifice construit de matériaux sombres semblait abriter des installations techniques. Mais le groupe fut refoulé vers un hangar qui servait de tour de contrôle :

- il y a trop d'orages magnétiques dans la haute atmosphère pour le moment, impossible de décoller.

Joan et Ir'Katori furent attachés aux armoires contenant les instruments électroniques nécessaires au guidage des engins spatiaux depuis le sol. Leurs ennemis leur tournaient le dos, préoccupés par les cartes de prévision météo.

- Il faut qu'on parte de Jupiter le plus vite possible.

Derrière elle, Joan repéra le boîtier de communication d'urgence. Elle murmura discrètement à Ir'Katori :

- Déplace-toi lentement avec moi vers ce boîtier rouge et débrouille-toi pour cacher mes mains.

L'air de rien, elle réussit à enclencher la mise en route du petit appareil. "Bien, maintenant le canal d'urgence du Comet. Si Curtis n'est pas à bord, il aura le signal sur sa montre.." Elle tapa une série de chiffres sur le clavier de transmission, tout en surveillant l'activité de leurs ennemis. L'action était malaisée, ses mains étaient attachées ensemble mais de loin, elle avait l'air parfaitement immobile. Elle finit en arrachant discrètement un petit module électronique sur le côté de l'appareil. Elle mit le petit objet dans la main de Ir'Katori en lui chuchotant :

- Essaie de garder ça toujours sur toi, ce peut être une aide pour te localiser si jamais nous ne sommes plus ensemble.


***


Le cockpit silencieux du Comet retentit soudain d'un bref signal sonore répété.

- Un S.O.S. sur le canal d'urgence. C'est Joan. Vite, Otho, localise-la. Grag, on décolle.

- Les marécages des brumes, près de Jungletown.


***


Joan et Ir'Katori furent finalement séparés tandis qu'une activité agitée régnait autour d'eux. Alors que l'enfant était entraîné vers le vieux vaisseau qui était prêt à décoller, la jeune femme fut menée, elle, vers le second bâtiment qui l'avait tant intriguée. Là, elle fut jetée au sol et on lui banda les yeux.

- Fais ta prière ma jolie. Le compte à rebours est lancé, le temps que nous décollions, que nous nous éloignions d'ici et "boum", il n'y aura plus ni de laboratoire, ni de lieutenant.

La voix s'éteignit avec un rire gras et bientôt, elle entendit l'engin spatial qui s'élevait du sol. Dès qu'elle se sentit seule, elle tenta de défaire ses liens mais ils étaient trop serrés. Par des mouvements du visage, elle réussit toutefois à faire glisser le bandeau de ses yeux. Sa situation n'était pas plus brillante, mais au moins, elle y voyait. Elle haussa les sourcils devant un compte à rebours qui s'affichait en chiffres rouges.


***

(A suivre) Mr. Green Hello
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Mer 20 Jan 2016 - 21:18
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Bonsoir Jovienne !

Je croyais avoir commenté les passages précédents... Bon, pas grave, j'en ai trois du coup ! Le dernier, le suspens est insoutenable ! Bien entendu, on va entendre le générique et Curtis (et toute l'équipe) va arriver à temps pour sauver Joan ! Qui c'est qui va dire que c'est encore trop dangereux pour elle et qu'elle va toujours se mettre dans des situations impossibles, hum Rolling Eyes ?

Je pense que le morceau de métal inconnu de Simon a à voir avec Ir-Katori ou alors, il provient d'une des lunes d'Ecolia. Chais pas, un genre de prémonition...

Le type qui a agressé Curtis, c'est bizarre aussi.

Ca fait beaucoup de pistes qui s'entrecroisent. Tu as l'art de manier le suspense et de nous laisser sur le trampogrill jump !

Bravo en tout cas et nous sommes à poste pour découvrir la suite quand tu auras le temps de l'écrire !

Bizz vizz !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mer 20 Jan 2016 - 22:00
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Allez, générique effectivement. Voilà un passage qui était sympa à écrire.

Limeye, tu verras bien... un peu plus tard. Avant, il faut que je sorte Joan de la situation dans laquelle elle s'est encore fourrée... Wink Very Happy et puisqu'il paraît qu'en science-fiction, on n'a pas trop à se soucier de vraisemblance, j' en ai profité ici !

A + tout le monde, Bye

Jovienne


***



Le salut vint, comme toujours, du ciel et au dernier moment. Les moteurs du Comet rugirent au-dessus du bâtiment noir et peu après, sa porte s'ouvrait avec fracas devant l'imposante force de Grag. Curtis se précipita à l'intérieur, prit la mesure de la situation en un clin d'oeil et détacha rapidement Joan. Il la releva, la serra un instant dans ses bras mais il avait vu lui aussi le cadran qui égrainait son décompte macabre. Il suivit les fils du regard et se posta devant une installation électronique complexe. Comment arrêter le timing sans tout faire exploser ? Les puces, les câbles, les bouteilles emplies d'un liquide verdâtre, "visiblement très instable", pensa-t-il, cela ne lui disait rien qui vaille.

- Curt, il ne reste que très peu de temps... Tu crois que...

Il ne la laissa pas finir.

- Ecartez-vous tous. Je n'ai pas le temps de la désamorcer. Grag, c'est le moment de tester le créateur de champ de force que nous avons intégré aux paumes de tes mains.

Le grand robot le regarda sans comprendre immédiatement .

- Tu veux que...
- Si tu entoures la bombe d'un champ de force hermétique, le souffle de l'explosion restera confiné et il n'y aura pas de dégâts.

Personne ne posa la question de savoir si la puissance serait suffisante pour contenir la bombe. Ils ne pouvaient que l'espérer. Ils s'éloignèrent du laboratoire en courant et s'abritèrent derrière un rocher pendant que Grag faisait sortir de ses mains un léger halo bleuté qu'il dirigea vers l'installation complexe de l'engin explosif.

- Pleine puissance, Grag, hurla Curtis qui était resté en vue de son ami.

Le robot hocha la tête et tandis que les dernières secondes s'écoulaient, le halo se renforça et vint entourer d'une bulle sans faille la bombe instable. Un bruit sourd, une vibration dans l'air furent suivis d'un silence seulement troublé par le vent et la pluie qui tombait sans discontinuer. Grag sortit du laboratoire, entier et arborant un grand sourire.

- Ça a marché, Capitaine, chouette invention !

Ils purent s'avancer dans le hangar sombre. A la pièce d'entrée qu'ils avaient eu l'occasion de découvrir succédait un grand hall équipé d'installations diverses. Sur des paillasses, des microscopes, un générateur de laser, tout un matériel de chimie s'entassaient. Plus loin, quelques tapis roulants passaient sous une machine cubique aux commandes complexes.

- Un laboratoire de recherche ? Non, plus que ça, il y a là une petite unité de production... mais production de quoi ?

L'ensemble était pour le moment une énigme pour eux. De grandes armoires métalliques ouvraient leurs portes béantes sur des étagères vides.

- Donc, ils ont déménagé. En catastrophe. Et ils auraient aimé détruire cet endroit. Et te tuer par la même occasion.

Le constat de Curtis était sombre. En parlant, il réalisait qu'il avait failli, une fois de plus, perdre définitivement sa Joan. Il l'approcha doucement de lui en l'attrapant par la taille. Elle se serra brièvement contre lui en entourant ses épaules.

- Tu es arrivé à temps... Tu arrives toujours à temps. Je vais bien, ne t'inquiète pas. Mais il faut qu'on parte au secours d'Ir'Katori.


***


Le long de coursives grises et noires, quelque part dans la Voie Lactée, des pas pressés résonnaient tandis que des silhouettes rapides avançaient vers une zone de transit. Les panneaux de contrôle brillaient des lumières de leurs voyants lumineux, verts ou rouges. Les couloirs succèdaient aux couloirs et Ir'Katori suivait sans résister deux gardes qui le guidaient dans le labyrinthe métallique. Par les hublots, le noir infini de l'espace était parsemé de points lumineux de différentes couleurs. De multiples mouvements témoignaient de l'intense activité de décollage et d'atterrissage qui animait l'endroit. Aucune des quelques personnes qu'ils croisèrent, silhouettes anonymes, n'eurent de raison de se douter que le jeune homme ne suivait pas ses guides de son plein gré.


***
(A suivre... peut être tout à l'heure si je n'ai pas trop à corriger)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Mer 20 Jan 2016 - 22:05
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Ben oui, il est arrivé à temps, le Capitaine de son coeur Wow !

J'adore l'idée du champ de force intégré aux mains de Grag ! C'est génial Good !

Ce qu'il y a de bien avec la SF, c'est qu'on peut tout inventer et ça paraît toujours plausible Mr. Green !

Si tu postes une suite ce soir, je la lirai demain...

Bonne soirée !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mer 20 Jan 2016 - 22:23
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Et donc ce petit bout en plus. Après, j'ai encore besoin de réfléchir et peut être de modifier une ou deux choses.
Question Question

Bye
Jovienne

***

- Ils savaient que le Comet arrivait. C'est pour cela qu'ils ont évacué en catastrophe et activé la bombe pour nous donner le moins d'éléments possibles.

C'était réunion de crise dans la cabine de pilotage. Curtis et Ezra faisaient le point, se demandant à qui ils pouvaient faire confiance pour la suite des opérations. Grag et Otho, silencieux, étaient installés aux commandes, prêts à décoller au premier ordre. Le professeur Simon était toujours aux prises avec l'analyse du minerai inconnu. Il avait fait un tour soigneux des installations du marécage et n'excluait pas de trouver le lien qui reliait tous les éléments en leur possession.
Joan gardait un oeil sur les écrans du système de réception pour guetter un signe de Ir'Katori. "Il a avec lui un émetteur dont l'identification est celle de l'appareil du hangar. S'il l'active, nous le repèrerons forcément," pensait-elle, soucieuse malgré tout.
Curtis se tourna alors vers elle :

- Il va falloir que tu nous racontes comment tu as réussi à te fourrer dans ce guêpier... une fois de plus, si je peux me permettre.
- Mais je te fais confiance pour toujours accourir à mon secours, mon capitaine...

Le ton était ironique mais Joan reprit son sérieux et les souvenirs des jours précédents lui revinrent en mémoire. Elle leur expliqua comment, deux jours auparavant, elle s'était assoupie quelques minutes, écrasée par la fatigue et l'inquiétude, dans son bureau, devant son écran d'ordinateur. Là, elle avait rêvé d'un petit ensemble d'entrepôts, bâtis dans la brume et l'humidité d'une zone marécageuse. Dans ce songe, elle avait entendu la voix de Ir'Katori.

- J'ai immédiatement pensé à cet endroit, près de Jungletown, que j'avais découvert lors de notre enquête contre l'empereur de l'espace. Mais cela me semblait tellement irrationnel que je ne me voyais pas vous expliquer que je voulais vérifier une intuition acquise dans un rêve. Pas besoin de passer pour une folle... J'ai voulu confirmer rapidement, seule.
- Et tu avais raison. As-tu une explication ?

Le professeur Simon, qu'ils n'avaient pas entendu entrer et qui avait suivi les explications de Joan se permit d'intervenir :

- Je pense que son double cerveau permet certaines facultés assez inhabituelles à Ir'Katori. L'influence télépathique peut en faire partie. Il est peut être plus doué que toi dans ce domaine, d'ailleurs.

Curtis sourit, Joan approuva et ajouta :

- J'en ai discuté avec lui, ensuite. Il n'a pas conscience de m'avoir appelée à l'aide mais il a beaucoup pensé à moi durant ses heures de captivité. Le précédent homme-résonance est mort avant d'avoir achevé sa formation, il n'est pas sûr de connaître tout le champ de ses possibles.

***
(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Aujourd’hui à 23:41
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Les lunes de cristal
Back to top
Page 1 sur 4
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure