Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Ven 11 Déc 2015 - 23:29
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Bonjour à tou (te)s,

Comme je suis un peu frustrée de ne pas avoir la suite de mes histoires (c'est pas une critique, hein, plutôt une supplique...), je me suis dit qu'il fallait prendre le taureau par les cornes, retrousser mes manches et, depuis le temps que je tourne autour des mots sans vraiment les prendre à bras le corps, plonger enfin dans un essai d'écriture.

Alors voilà, j'ai une vingtaine de pages, c'est pas fini mais je sais à peu près où je vais. Je vous le livre par petits bouts ces jours prochains. J'ai pris le texte de mon défi et j'en ai fait un début, juste précédé de quelques lignes d'accroche.

J'espère que vous apprécierez et que ce ne sera pas trop mauvais.

Bon week-end,
Jovienne

***


Un sourire machiavélique aux lèvres, l'homme s'éloigna et se fondit dans la foule qui animait la rue en ce milieu de journée. Derrière lui, au loin, un éclair illumina le ciel blafard. Sur Haumea, la planète naine située aux confins de Neptune, le petit Centre de Recherches Spatiales venait d'exploser.

-Allez donc poursuivre vos recherches maintenant, professeur Jones...


***


Un grand vaisseau fendait l'univers à une vitesse vertigineuse. Sa silhouette, aperçue depuis cette petite planète  lointaine, semblait dépoussiérer les profondeurs étoilées. Elle était synonyme d'espoir et de renaissance pour beaucoup d'endroits habités des Neuf Mondes. Un grand robot impassible était aux commandes. Il pilotait sans fatigue depuis de nombreuses heures. Une fois les  manoeuvres d'approche effectuées, il interpella le compagnon qui l'assistait, assis devant les écrans de contrôle de l'ordinateur de bord :

- au fond,  c'est comme toujours... Je travaille, et tu regardes.
- la différence entre les humains et leurs robots, vieux tas de conserve.

Il s'étira et sourit, heureux de sa répartie. Tous deux formaient un couple curieux, dont le comble tenait probablement dans leur improbable apparence physique. Un géant de métal, dont on ne pouvait que deviner la taille immense parce qu'il était pour l'heure assis au fauteuil de commande, haussait les épaules face à un androïde à la peau blanche et aux yeux verts et vifs, coiffé d'une casquette de marin et habillé comme un docker des anciens temps.

- Préviens plutôt le chef que nous sommes arrivés, je ne suis pas sûr qu'il s'en soit aperçu, absorbé qu'il est depuis quelques jours par ses recherches derrière, dans le laboratoire.

La porte du cockpit s'ouvrit à ce moment là.

- Grag, même si tu es un maître de l'atterrissage, j'ai quand même senti le Comet se poser.

L'homme qui venait d'entrer, suivi par une curieuse machine volante, attirait le regard par sa stature et son assurance. Seul un examen attentif pouvait permettre de déceler, au fond de ses yeux gris, des ombres changeantes, une sensibilité, supplantée au premier abord par cette impression dominante de force et de rationalité.

- Oh, Capitaine, tu nous avais quand même oubliés. J'ai supporté les stupides remarques de la boule de gomme tout le trajet.
- Rien que du très ordinaire, donc. Bien, sortons d'ici et allons rencontrer le professeur Jones qui nous a appelés l'autre jour. Son message était suffisamment énigmatique pour piquer ma curiosité, j'avoue qu'après l'analyse des données qu'il nous a transmises, mon intérêt est croissant.

Il commença à se diriger vers la porte du vaisseau, tandis que résonnait dans ses oreilles la chamaillerie aussitôt recommencée entre Otho et Grag.

- La bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe.
- C'est toi la colombe ? un pigeon plutôt, oui !

En sortant, Curtis fut surpris d'être accueilli par un homme vêtu de noir qui attendait, silencieux et grave.

- Capitaine Future ?  Elton Ewis, des services de sécurité de cette planète. Le professeur Jones nous avait prévenus de votre arrivée mais ces derniers jours ont pris une tournure dramatique. Nous allons avoir besoin de vos lumières. Si vous voulez bien me suivre, je vous raconterai. Nous avons également demandé l'aide de la police interplanétaire qui nous a envoyé deux de ses agents qui, par chance, patrouillaient dans notre secteur.

Se tournant vers le bâtiment de l'astroport tout proche, Curtis Newton aperçut une silhouette en uniforme rouge qui était loin de lui être inconnue. Il sourit doucement et passa le sas d'entrée.

- Et bien, Capitaine, je n'avais pas l'espoir de te trouver ici. N'étais-tu pas en train d'effectuer des fouilles dans un autre système  ? Ou me mentirais-tu sur tes projets pour me protéger encore et toujours ?

Mutine, le lieutenant Joan Randall, de la police interplanétaire, lui faisait face, sans cacher le moins du monde sa joie de le revoir.

- Bonjour Joan. Toujours dans le coin dès qu'il se passe quelque chose, on dirait. Par contre, j'aimerais que quelqu'un me mette au courant de la situation, parce que, à priori, j'étais juste venu discuter de ses recherches avec mon ami l'astrophysicien Geronimo Jones. 

Le visage de Joan redevint sérieux.  L'air grave, elle repris la parole :

- Le connaissais-tu bien, Curtis ? Son Centre de recherches a explosé il y a trois jours, et son corps a été retrouvé dans les décombres. Je suis désolée... Le gouverneur de la ville nous a appelés car cela semble d'origine criminelle et ici, ils n'ont personne pour mener l'investigation.

Future resta à priori de marbre. Il réfléchissait à sa dernière communication avec le professeur, au pli qu'il avait remarqué sur son front, repoussant loin dans son esprit la peine causée par la triste nouvelle.
Le colonel Ezra Gurney qui était resté à l'écart pris alors la parole :

- Nous sommes arrivés il y a quelques heures seulement. Nous nous apprêtions à nous rendre sur place. Venez-vous ?

(à suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Ven 11 Déc 2015 - 23:29
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Ven 11 Déc 2015 - 23:33
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Et une petite suite...

***
La petite colonie qui travaillait sur le plutoïde Haumea était composée essentiellement de scientifiques et de commerçants profitant d'une situation idéale sur la sortie du système solaire. Seule une toute petite partie de la planète naine était disponible pour une occupation humaine, la glace recouvrant l'essentiel de ce corps céleste, situé très loin, trop loin du soleil.

A la sortie de l'agglomération qui regroupait des bâtiments disparates, entrepôts, silos et inévitables tavernes d'où sortaient des sons assourdis, mélange de conversations bruyantes et de musiques rythmées, un simple portail automatique protégeait des bâtiments qui n'en avaient plus besoin. Un amas de débris noircis par l'incendie qui avait suivi l'explosion s'offrait aux regards du groupe. Elton Ewis brisa les scellés qui avaient été placés et ils entrèrent, le visage grave, sur les lieux de ce qui avait été le Centre de Recherches Spatiales d'Haumea.

- Savez-vous sur quoi portaient les recherches du professeur Jones, capitaine ? demanda Ezra.
- Il travaillait ici depuis quelques mois parce qu'il se spécialisait dans la prévision des mouvements des corps célestes de la ceinture de Kuiper. Il voulait progresser dans la surveillance des collisions possibles. Il m'avait sollicité car il souhaitait soumettre certaines de ses données à notre calculateur, plus puissant que le sien. Il voulait aussi avoir accès aux informations que nous avions recueillies lors de nos dernières explorations dans le secteur, il y a quelques temps.

L'examen des lieux s'annonçait fastidieux. Le dôme éventré du télescope semblait les narguer, les poutrelles métalliques tordues formant comme un hideux sourire.

- Est-il l'unique victime ?

L'homme d'Haumea répondit rapidement à Curtis Newton :

- C'était le milieu de la journée. Il n'aurait dû y avoir personne, le télescope fonctionnant bien sûr à la nuit tombée . Mais, on ne sait pourquoi, il était resté travailler ce jour-là. Nous n'avons retrouvé que son corps. La veille, il m'avait dit vous avoir contacté pour un avis scientifique. Nous avons immédiatement prévenu le Gouverneur, qui assiste actuellement à un rassemblement des forces politiques de Kuiper sur Pluton. C'est lui qui a sollicité le Colonel et le Lieutenant.

Ils se mirent rapidement au travail, notant, observant, photographiant, prélevant des résidus. Force leur fut de constater qu'aucune donnée, qu'elle soit papier ou numérique, n'était intacte.

- Il faut voir chez lui, peut être conservait-il des doubles de ses travaux...
- Nous nous sommes permis, Capitaine, de convoquer au bureau de l'astroport les personnes avec qui il était régulièrement en contact.
- Joan et moi allons nous charger de recueillir leur témoignage, concentrez-vous donc sur la partie scientifique, Capitaine.

Curtis les regarda s'éloigner, laissant son regard glisser sur Joan qui suivait son supérieur, lui tournant le dos après une imperceptible hésitation.

- Plus tard, nous aurons l'occasion de nous retrouver, se dit-il, non sans un léger regret.

(à suivre)

***

Jovienne
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Sam 12 Déc 2015 - 22:03
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Bonsoir Jovienne !

Je n'avais pas pu passer depuis quelques temps, et c'est seulement à la faveur du week-end que je peux le faire. Quelle belle surprise, donc, que de découvrir ton histoire !

Tu as bien fait de reprendre ton défi, il y a quelques histoires qui ont commencé grâce à un défi... certaines ne sont d'ailleurs pas terminées, c'est vrai... mais il n'est pas toujours aisé d'avoir l'esprit assez tranquille pour y réfléchir et s'y replonger. Sans compter que, parfois, l'inspiration nous emmène vers d'autres cieux que ceux de CF, pour ma part du moi.

Mais revenons à ton histoire ! Les ingrédients que tu avais distillé dans le défi sont à nouveau présent : l'aspect scientifique (mais où est Simon, au fait ?), les chamailleries entre nos deux lascars préférés, un zeste de romantisme déjà sous-jacent... Ton Curtis est proche de celui d'Hamilton, pour l'instant du moins. Nous verrons comment tu le développes et quelle(s) nuance(s) tu apportes à sa personnalité, de même pour les autres personnages.

Je suis impatiente de lire la suite ! Et nul doute que les filles ne tarderont pas à te lire elles aussi ! Frégo passe régulièrement et Flamme ne devrait pas tarder Neutral

Bon week-end !

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 12 Déc 2015 - 22:54
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Coucou Limeye,

Simon est bien dans le coin, que ferait-on sans lui ?
Voilà un bout de suite... Merci pour ton analyse, je vais essayer de rester dans cette ligne, quitte, pour cela, à retourner voir du côté d'Hamilton de temps en temps.

Bon week end à tous,
Jovienne

***

Il se fit guider vers l'appartement qu'avait occupé Geronimo Jones. Mais il s'aperçut rapidement que ses investigations ne le mènerait nulle part.

- C'est inutile, Curtis, il n'y a rien.

Le professeur Simon fit bouger ses yeux-lentilles vers son capitaine et protégé.

- Rentrons au Comet, et laissons l'enquête aux spécialistes. Il faut voir si le professeur Jones était en contact avec des collègues, peut être certains d'entre eux, en apprenant sa mort, pourront nous faire avancer.
- Je te laisse établir les contacts, Simon, j'ai besoin de marcher un peu. Je vais voir où en sont Ezra et Joan.

Ignorant le sourire entendu d'Otho, Curtis Newton, frustré, s'engagea dans la rue principale d'Haumea-city. Dans le ciel, les traînées blanches laissées par les vaisseaux qui décollaient se succédaient à intervalles réguliers. Navires-cargos qui faisaient route vers les systèmes voisins, petites navettes transportant des colons qui partaient tenter leur chance ou prendre un nouveau départ, le fait était qu'Haumea, plus encore que Pluton ou Éris, se situait idéalement pour un dernier ravitaillement. Sur le côté de l'astroport, toutes sortes de marchandises attendaient de passer dans d'autres mains. Mais surtout, un peu à l'écart, derrière des portes protégées par des codes biométriques, se trouvaient des réserves de plutonium enrichi, matière indispensable à la fusion des moteurs nucléaires, dangereuse à transporter en quantité. L'escale sur Haumea permettait donc un réapprovisionnement à moindre risque avant un long trajet hors du système solaire.

Autour du Capitaine Future, l'activité ne faiblissait pas. En marchant, il laissa libre-court à ses pensées.

- Professeur Jones, je ne vous ai pas beaucoup fréquenté mais il me semble que vous étiez d'un naturel discret, voire réservé. Comment vous sentiez-vous au milieu de toute cette ruche ? Ce n'est pas du tout dans ce genre d'ambiance que je vous imaginais à l'aise. Peu importe maintenant, mieux vaut probablement se concentrer sur vos recherches. Pourquoi étiez-vous si inquiet ? Vous sentiez-vous menacé ? Ou une autre chose occupait-elle votre esprit ?

Il entra dans les bureaux de l'astroport. La vision d'une chevelure blonde chassa ses pensées moroses.

- Et bien Joan, du nouveau de vôtre côté ? Je dois admettre que pour notre part, nous avons fait chou blanc.

C'était facile de lui parler ainsi, pour raison professionnelle. Ils avaient tellement l'habitude de travailler ensemble. Il la contempla avec chaleur, attendant sa réponse tout en savourant l'éclat de ses yeux.
Elle soupira, rejeta rapidement ses cheveux en arrière et lui répondit :

- Je préfère piloter mon petit astronef pendant des heures au milieu des courants spatiaux plutôt que d'aligner toute cette paperasserie mais il faut bien avancer cette enquête... Nous avons recueilli de multiples témoignages, je te prépare une copie des entretiens si tu le souhaites. Il faut recouper, réfléchir, rien n'est évident à première vue. Quelques employés du Centre de Recherches, quelques scientifiques du laboratoire voisin, deux ou trois relations parmi les commerçants... Tout cela semble très banal et ordinaire, Curtis. Pourtant, il est mort, de façon violente, c'est fini pour lui. Par contre, on ne lui connaissait pas de relation plus intime. Tu te rends compte que personne ne le pleurera profondément ? C'est triste, cette solitude.

Joan ressentait la situation au plus profond d'elle-même. Elle faisait écho à tellement de vécu dans la police interplanétaire, à ce qu'elle vivait personnellement aussi. Curtis la regarda intensément et s'approcha doucement d'elle. Il allait répondre mais Elton Ewis entra à ce moment-là.

- Toujours quelqu'un au mauvais moment, soupira en pensées Joan, tandis que Curtis se redressait pour faire face au nouveau-venu.

***

Hello
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Sam 12 Déc 2015 - 23:25
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Coucou les filles!

Unbelievable Youpi

Limeye a raison, je n'ai pas tardé... Wink Mr. Green jump

Quelle agréable surprise de découvrir cette histoire, Jovienne! Je te félicite pour cette initiative! Clap Master

Quelques jours avant Noël, en plus... quel beau cadeau tu nous fais! Best

Je ne pense pas que tu aies à craindre que ce soit mauvais, c'est très bien commencé! Good Tu as un bon style d'écriture et la structure est solide! Et tu sais déjà comment entretenir le suspense en arrêtant chaque envoi à un moment stratégique... Confused Angry J'ai aussi bien repéré le zeste de romantisme, Wow indéracinable fleur bleue que je suis... Ashamed Et je suis accrochée! Very Happy Je suis curieuse de voir comment tu développeras la personnalité des personnages, en même temps qu'avancera l'intrigue... Doubt Je me pose déjà plein de questions... Mad

Le trampogril-grilpoline est donc en marche pour m'aider à patienter en attendant la suite! jump jump jump jump

Encore merci et bravo pour ton récit!

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 13 Déc 2015 - 03:59
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Salut Jovienne!

Ton histoire s'annonce très palpitante! Good De la science, du romantisme, du mystère et un vilain qui se cache bien jusqu'à maintenant! C'est super! J'attend la suite avec impatience! jump jump jump jump Clap

A+

Frégo Smoke
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 13 Déc 2015 - 21:44
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Merci pour vos encouragements. Je vous poste une suite. Pour le moment j'ai de l'avance mais je n'irai pas toujours à ce rythme...

A +

Jovienne

***

Dans un bureau discret de l'administration interplanétaire, quelques personnes, le visage fermé, se tournèrent vers le Capitaine qui les saluait rapidement.
Il y avait là un astrogéologue, Cary Carter qui, avec une petite équipe, carottait les glaces d'Haumea et analysait ses prélèvements, Ana Acanda, une botaniste spécialiste des milieux hostiles, quelques scientifiques généralistes, fonctionnaires des Neuf Mondes, alimentant les bases de données gouvernementales.

- Messieurs, Madame, j'irai droit au but. L'un d'entre vous est-il capable d'évoquer précisément les recherches de Geronimo Jones ? Et savez-vous s'il conservait ses données ailleurs qu'à l'observatoire ? Un espace numérique, peut être ?

Les têtes se secouèrent négativement, sérieuses et attristée. Ana prit la parole :

- Nous n'échangions que des banalités. Pardon mais il faut nous comprendre : nos spécialités sont assez éloignées, nous sommes là pour avancer le travail, pas pour vivre. Ici, on ne vit pas, on travaille ou on fait des affaires. On reste quelques mois, puis on rejoint sa famille, sa communauté professionnelle ailleurs, sur Terre, Mars ou Jupiter. En plus, nous avions des rythmes décalés : il partait à l'observatoire lorsque nous terminions nos journées.
- Tout scientifique, de nos jours, sauvegarde ses données dans un cloud plus ou moins officiel, plus ou moins protégé...

Curtis se tourna vers le jeune homme qui venait de parler.

- L'idée, c'est d'éviter de fastidieuses recherches informatiques si l'un d'entre vous peut avoir une piste.
- Pensez-vous réellement que sa mort soit liée à ses travaux ? Il recueillait des données astronomiques somme toute assez banales, non ?
- Je voudrais m'en assurer, justement.

Il soupira et se détourna du groupe.

- Peut être passerai-je vous voir, demain. Si besoin est, vous pourrez me contacter à l'astroport. Mon vaisseau est aisément reconnaissable.

Il partit sur ces entrefaites. Le crépuscule naissant ne lui permit pas de voir l'ombre discrète qui le suivait de loin.

***


- Curt, je me demandais, voudrais-tu venir passer la soirée dans un petit troquet à deux pas d'ici ? Ezra et moi devons y retrouver Jol Jump, une connaissance de longue date qui commerce depuis longtemps dans le secteur. Cela te changerait les idées.

Elle n'ajouta pas que cela leur permettrait également de passer un peu de temps ensemble. C'était inutile, ils y pensaient tous les deux.
Il fourragea dans sa chevelure rousse en bataille, sourit, hésita. Joan enchaîna :

- Allez, ces dernières heures ne nous ont menés nulle part et je pense que cela fait quelques semaines que tu n'as pour compagnie que deux humanoïdes à l'humour parfois douteux et un cerveau certes brillant mais parfois trop proche du pur esprit pour nous, pauvres mortels. Tu as besoin de te détendre, tout super-héros que tu es !

Il la suivit sans plus résister. Il n'en avait de toutes façons pas envie.

Il poussa l'entrée d'un bâtiment à l'aspect relativement chaleureux, effleurant discrètement le coude de la jeune femme pour la guider au milieu du groupe bigarré qui encombrait la partie avant de la salle. Ils se dirigèrent vers une alcôve, au fond, d'où leur faisait signe Ezra. Celui-ci était assis à côté d'un homme entre deux âges, au visage buriné par l'espace, avenant mais barré d'une cicatrice sur la joue gauche.

La soirée fut agréable, la conversation légère et anodine.

- Savez-vous qu'Haumea-city devient un endroit prisé ? Difficile de s'y établir quand on n'y possède pas déjà un entrepôt ou une réserve. J'avais dans l'idée d'ouvrir une petite succursale ici, mais le secteur du plutonium enrichi semble verrouillé.
- Vraiment ? Les besoins sont pourtant importants. Et le gouvernement des Neufs Mondes veille soigneusement à éviter toute situation de monopole commercial dans le domaine des combustibles, non ?

Curtis passait une bonne soirée. Jol était d'une conversation pertinente, Ezra, fidèle à lui-même, jouait le faux bourru et Joan, et bien, Joan participait, à la fois souriante, taquine et belle à la lueur des chandeliers qui avaient été allumés à leur table. Il était pleinement conscient de sa présence à côté de lui, si proche que leurs épaules se frôlaient parfois. Il savourait l'instant, perdu dans ses pensées.

A la sortie, ils se dirigèrent tranquillement vers l'hôtel dans lequel étaient logés Ezra et Joan. Jol les avait salués avant de les quitter, Ezra avait prétexté un dossier à récupérer à l'astroport, ils marchaient seuls le long d'une rue éclairée par des lampadaires métalliques.

- Elle a raison, il faut que je revienne plus souvent à la vraie vie... est-ce possible avec tous ces appels, ces recherches qui me passionnent, ces risques quasi-quotidiens, que j'apprécie aussi, il faut bien l'avouer, ce n'est pas que par sens du devoir ?

Joan le regardait, comme suivant le fil de ses pensées. Elles rejoignaient en partie les siennes, elle le sentait.

- Tu as peut être développé des compétences télépathiques, Curt, mais moi, j'ai mon intelligence sensible. Elle est particulièrement exacerbée en ce qui te concerne. Profite du moment, mon amour, de la paix de ce soir, comme une parenthèse, carpe diem.

Devant la porte de sa chambre, elle lui jeta un regard interrogateur. Il lui prit doucement le menton, releva lentement son visage et plongea ses yeux gris dans les siens. Après une brève hésitation, il l'embrassa légèrement. Heureuse, elle s'abandonna dans les bras qui se resserraient autour d'elle tandis qu'ils devenaient tous les deux plus fervents. Mais trop vite, il s'écarta d'elle, la regarda, laissant glisser avec regret un doigt sur sa joue.

- pardon, Joan, ce n'est pas le moment. Merci pour la belle soirée, tu as raison, je devrais en profiter plus souvent.

Il se fit violence pour s'éloigner vers la sortie. Frustrée, elle le regarda partir. Elle pensa :

- Un jour, tu trouveras comment me laisser une place durable dans ta vie si compliquée. J'y crois, j'espère juste que j'aurai le courage et la patience de t'attendre.


***

(à suivre)

C'est la première scène romantique que j'écris de ma vie, je réclame votre indulgence.
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Dim 13 Déc 2015 - 22:49
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Bonsoir Jovienne !

Il faut un début à tout, et franchement, pour une première, c'est réussi !

Jusque-là, je me demandais à quel stade en était leur relation, si c'était aussi platonique que chez TOEI (oh, désespoir Rolling Eyes ), ou si tu étais plus fidèle à Hamilton. Tu as fait ton choix, et je ne pense pas qu'aucune d'entre nous s'en plaindra !

Car même si elle mérite amplement le titre de la plus fleur bleue de l'espace, Flamme n'est pas la seule à fondre en lisant une scène romantique Wow .

En attendant, l'enquête piétine, le mystère demeure, l'ombre est toujours présente (Kahlon ? Un autre affreux ?).

Et nous, on demeure sur le trampo-grill avec tout l'attirail nécessaire jump !

bizz vizz !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Lun 14 Déc 2015 - 02:56
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Coucou!

Bravo, Jovienne! Clap

J'ai découvert avec plaisir ce nouveau tiboutte que tu as envoyé aujourd'hui (déjà hier pour l'Europe...) Good

J'aime beaucoup pouvoir lire les pensées de Flam et de Joan , j'apprends et je prends note... Very Happy

Tu recrées à merveille l'ambiance façon Hamilton, et je te félicite pour cette première scène romantique! Master Wow

Flam est loin d'être indifférent à Joan , et c'est tellement bien rendu! On sent vraiment l'influence hamiltonienne... Best

Ce n'était pas le bon moment, cette fois, mais j'espère bien qu'il finira par arriver... Wow Hug Je sais que je ne suis pas la seule, toutes les filles qui écrivent ici sont des fleurs bleues! flower Game flower

Encore bravo et merci... Je me demande aussi qui est le méchant derrière tout ça, et pourquoi il a agi ainsi... Mad Neutral Doubt

Tu vois, on est plusieurs sur le trampogril-grilpoline... jump jump jump jump

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 15 Déc 2015 - 22:22
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Coucou les lecteurs,
Je ne prévois pas de dévoiler mon (ou mes) méchants(s) tout de suite.... z'avez qu'à attendre, non mais !


Voilà un bout de plus : suite de l'enquête. J'avance bien, par ailleurs, dans mon intrigue, j'aurai des choses à vous proposer ces prochains jours...

D'ici là, bonne lecture,

Jovienne Hello


***


Le lendemain matin, il n'était pas de très bonne humeur mais c'est d'un pas décidé qu'il entra dans le laboratoire du Comet. Le professeur Simon avait passé la nuit à contacter les astrophysiciens les plus célèbres du Système, sans résultat.

- Il nous reste la piste informatique. Allons-y.

Curtis s'installa devant l'écran de son ordinateur. Il repris les dernières communications effectuées avec Geronimo Jones, cherchant les identifications propres à l'ordinateur que celui-ci avait utilisé.

- Je n'ai plus qu'à espérer que vous étiez sur la même machine pour communiquer avec moi et pour travailler vos données, cher ami.

Penché sur son écran, réfléchissant à voix haute, élaborant des pistes avec le professeur Simon, le Capitaine Future donnait à ce moment toute la mesure de son intelligence et de son habileté avec les codes informatiques. Petit à petit, il retraçait l'activité passée du professeur Jones sur le Réseau Intersidéral de Communication et d'Echanges (RICE).

- Heureusement, il était meilleur astrophysicien qu'informaticien. Ses traces sont assez nettement lisibles. Que penses-tu de cela, Simon ?

Le professeur glissa ses lentilles oculaires vers l'écran. Il identifiait aussi aisément que Curtis les chiffres qui défilaient devant eux.

- Il semble que tu aies trouvé son espace de stockage et de sauvegarde virtuel. Voyons tout ça...

Ils se penchèrent vers les fichiers qui s'affichaient. Curtis, concentré, tentait de donner du sens aux informations qu'il découvrait. Les minutes, puis les heures passèrent. Ils lancèrent des programmes d'analyse, de simulation, de décryptage. Ils réfléchirent ensemble, tentant d'ordonner, d'assembler, d'organiser.

- Je me demande, Simon... Crois-tu que si on arrive à savoir quel était son objet d'études, nos réflexions avanceraient plus vite, non ?
- Indéniablement. Nous aurons alors le bon angle.
- A propos d'angle, peut être est-il possible de déterminer vers quel point de la ceinture de Kuiper le télescope pointait ? Ou au moins, un secteur ? Cela nous aiderait à comprendre ces fichiers.

Il se releva brusquement, et appela ses compagnons en se dirigeant vers la cabine de pilotage :

- Grag, Otho, on décolle et on va se poster au-dessus du site de l'observatoire.

Les moteurs furent rapidement lancés, les manoeuvres routinières et les gestes mille fois répétés mobilisèrent les Futuremen.

Quelques minutes après, le Comet était en vol stationnaire au-dessus des débris du Centre de Recherches Spatiales.

- Grag, peux-tu, avec ta vision aux rayons X, essayer de déterminer la position exacte qu'avait l'arbre de transmission du télescope au moment de l'explosion ?

Le grand robot hocha la tête et fit ce que son chef lui demandait. Les calculs qu'il parvint à effectuer, couplés à une analyse de la carte du ciel telle qu'elle se présentait le soir du drame leur permirent de définir un secteur de la ceinture de Kuiper relativement vaste mais déjà plus restreint que ce qu'ils avaient pensé jusqu'à présent. A ce moment-là, une voix bien connue retentit dans la radio de bord :

- Capitaine ? Ici le lieutenant Randall. Nous avons noté vos mouvements depuis l'astroport. Avez-vous du nouveau ? Pourriez-vous nous rejoindre ensuite ? Le gouverneur d'Haumea souhaiterait s'entretenir avec vous.
- Et bien, vous vous êtes disputés, avec Joan ? Elle te donne du Capitaine, maintenant la "lieutenant Randall" ?

Otho souriait, goguenard. Il avait bien noté que son chef était rentré un peu tard au vaisseau, la veille au soir. Curtis lui répondit rapidement, légèrement agacé :

- Elle se montre professionnelle et neutre, elle doit être en compagnie de responsables politiques.

Il enclencha le micro :

- Nous avons terminé notre investigation ici. Laissez-nous un moment pour effectuer quelques calculs de plus depuis la haute atmosphère et nous vous rejoignons rapidement. Tout va bien de votre côté, Lieutenant ?

Il n'avait pu empêcher sa voix de se teinter d'une chaleur particulière. Elle lui répondit immédiatement :

- Nous avons des éléments qui nous posent question. Des interrogatoires sont en cours mais rien que nous nous contrôlions parfaitement. A tout à l'heure.

Il coupa la communication, pensif. Alors qu'il allait donner l'ordre à Grag de rejoindre Haumea, un signal retentit sur le canal d'urgence.

- appel de détresse... Vaisseau XQ-40 en partance pour... communications affectées. .. problème... maîtrisons plus notre trajectoire... appel de détresse...


***
(à suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Mer 16 Déc 2015 - 14:56
Auteur Message
Pascal
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2007
Messages: 829
Localisation: Cratère de Tycho (Lune)
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Bonjour Jovienne,

Et bienvenue (en retard) sur le forum lunaire et lunatique.

Et bien c'est pas mal du tout ton récit, rédigé dans l'esprit "pulp" que j'aime bien, avec de belles ambiances, joliment décrites, un rythme plus lent et une écriture plus moderne aussi (dans les pulps, les pensées intimes et les relations humaines sont absentes/réduites au strict minimum, place à l'aventure). Juste pour faire mon tatillon: Otho n'a pas de casquette de marin, ça c'est Mala.

Bravo en tout cas pour tes débuts dans la fan-fic qui sont prometteurs ! Good
On attend la suite !!

Pascal

_________________


Visiter le site web du posteur
Back to top
Mer 16 Déc 2015 - 21:22
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Argh... Erreur fatale, j'ai mis une casquette à Otho... et j'avais récidivé plus loin, dans un bout que je n'ai pas encore publié. Mad
Merci, Pascal, j'adore les relectures tatillonnes, c'est chouette de mettre le doigt sur les détails qui ne vont pas... pour essayer de ne pas recommencer. Pourtant, j'avais relu les descriptions des personnages sur ton super site ( Clap c'est grâce à toi que j'ai découvert ces textes des années 40, merci) ... pour ne pas trop me planter !

Alors, voilà la suite, toujours dans l'idée d'essayer de rester fidèle à l'esprit d'origine, tout en "modernisant" ce côté relations humaines qui, lorsqu'il est absent, nous frustre tellement. Wink

Bye

Jovienne

***

Ils captèrent aussitôt une réponse.

- Nous pensons vous avoir localisé, mais nous sommes loin, pas de patrouilles à proximité. Tenez bon ! Appel aux vaisseaux qui pourraient être dans le secteur. Merci de vous signaler. Ordre de vous dérouter.

La police avait perçu le S.O.S. et répondait.

Curtis avait immédiatement réagit :

- Otho, d'où vient ce signal ? Peut être pouvons-nous faire quelque chose.

Future repris rapidement sa place sur son fauteuil de pilotage et dirigea le Comet vers l'espace. L'androïde manipula le programme de réception :

- C'est à quelques heures d'ici pour un vaisseau normal. Avec le vol oscillatoire, nous pouvons y être très vite.

Le Comet passa dans l'hyper-espace tandis que ses occupants se concentraient sur les données parcellaires reçues au travers de l'appel à l'aide. Les communications étant impossibles pendant ce type de vol, ils n'avaient aucune information supplémentaire, ni aucun moyen d'en obtenir. Curtis pilotait et surveillait ses écrans, sans prêter attention aux longs filets de lumière qui semblaient glisser le long des parois du vaisseau. Assez rapidement, le Comet abandonna le vol oscillatoire. Il était dans une zone aux confins de la ceinture de Kuiper, presque à la sortie du système solaire. Le radar repéra un signal non loin de là. En s'approchant, ils purent apercevoir un point qui grossissait à vue d'oeil.

- Regarde, Capitaine, nous l'avons trouvé. Mince, le cyclotron, à l'arrière, est en piteux état. On dirait qu'il a explosé, il y a des débris autour... et vois l'antenne, elle est quasiment détachée, pas étonnant qu'ils aient du mal à communiquer.

Otho exprimait tout haut le diagnostic que chacun faisait en même temps que lui. Ils avancèrent prudemment, s'arrimèrent et tentèrent un contact par ondes courtes.

***


Quelques heures après, le vaisseau XQ-40 et ses occupants étaient posés sur Éris, la planète la plus proche et le Comet prenait le chemin du retour vers Haumea. Ils furent accueillis sur l'astroport par Ezra et Joan.

- Vous avez probablement mérité de vous reposer, mais peut être pourrions-nous effectuer un rapide debrieffing ? Le gouverneur, qui est rentré d'une réunion avec ses collègues du secteur, souhaite vous convier à dîner, tout à l'heure. De fait, il voulait réellement s'entretenir avec vous. Joan vous accompagnera, nous avons cru comprendre que les dîners étaient assez habillés, par ici. Plus on est loin de la Terre, plus les convenances prennent de l'importance, dirait-on.

Curtis souffla, se demanda brièvement ce que le féminisme de son amie allait lui inspirer comme remarque, puis opina de la tête.

- Allons-y. Figurez-vous que j'ai moi aussi des informations à vous soumettre.

***
(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Jeu 17 Déc 2015 - 13:14
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Coucou Jovienne!

Merci pour cette suite! Clap On decouvre petit a petit les enjeux economiques d'Haumea. Ils jouent un role dans le mobile du meurtre du Dr. Jones. Et ce vaisseau en detresse dans la ceinture de Kuiper? Pas un hasard. J'aime bien aussi la profondeur des reflections de Curtis et de Joan Good et le romantisme! Wow

A+

Frego Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Jeu 17 Déc 2015 - 22:07
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Voici la suite du jour... Ou comment montrer sa tête de mule quand on a des convictions légèrement féministes et comment un super-héros sait déminer le terrain d'une simple remarque.

Smile

Hello

Jovienne


***
Joan, le visage plus fermé que d'ordinaire, leur ouvrit une salle de réunion.

- Ici, nous serons tranquilles. Ezra, veux-tu que je vous prépare un café ? Autre chose peut être ? Ou faut-il plutôt que je prenne rendez-vous chez le coiffeur, pour être plus professionnelle pour ce soir ?

Ezra soupira, leva les yeux au ciel.

- Joan, depuis toutes ces années où nous travaillons ensemble, je ne t'ai jamais demandé de jouer le rôle de l'assistante dévouée. On ne commencera pas aujourd'hui.

Curtis sourit, fit un léger clin d'oeil et enchaîna :

- allez, c'est moi qui m'occupe du café, j'en ai bien besoin, de toutes façons.

Joan se reprit aussitôt.

- Pardon, tu es fatigué et moi j'étale ma crise existentielle. Faisons vite, que tu puisses te reposer un peu avant ce soir. Comment vont les voyageurs du XQ-40 ? Sais-tu qu'il avait décollé d'ici quelques heures seulement avant de se trouver en situation de détresse ?

Curtis approuva.

- Oui, il est rempli de familles d'émigrants qui font route vers une petite planète récemment colonisée et qui est propice au développement agricole. Un cyclotron à l'arrière a explosé, ils ne pouvaient plus diriger le vaisseau et sa trajectoire l'entrainait vers un grand vide, sans possibilité de redresser. Nous avons réussi à les arrimer au Comet et nous les avons remorqués sur Éris.

Ezra écoutait, compatissant. Mais soucieux d'avancer dans le partage d'informations, il enchaîna :

- Nous avons découvert quelques éléments surprenants au travers de nos différents entretiens. D'abord, la vie sur Haumea semble actuellement traversée par plus de turbulences qu'elle n'en a l'air. Nous allons ouvrir un dossier de surveillance en renseignements concernant des rumeurs d'argent qui s'échange plus que de raison ces derniers mois. S'il n'y a pas un trafic quelconque là dessous, je veux bien me mettre en pré-retraite ! Et de là à penser que le professeur Jones était au courant de quelque chose et que sa disparition est liée à tout ça...
- une piste mafieuse plutôt que scientifique ? Je ne sais pas, Ezra. Simon et moi avons commencé à analyser les archives de Geronimo -vous ai-je dit que nous avons trouvé ses espaces privés sur le Réseau ? - et je pense qu'il y a quelque chose à découvrir, même si je ne sais pas encore quoi.

Joan intervint :

- Ne peut-on envisager que les deux pistes soient liées ? Quelle est la probabilité pour qu'il y ait motif à deux interventions de la police des Neuf mondes dans une petite société comme celle-ci ?

Curtis approuva de la tête.

- Je ne vous ai pas non plus raconté certains détails autour de l'avarie du XQ-40. Même sans analyse poussée, il est facile de voir qu'ils ont eu un problème de combustible... et je vous laisse deviner quel est l' endroit où ils s'étaient approvisionnés...
- Haumea-city, donc. Finalement, il va falloir approfondir cette histoire de trafic de façon urgente, la vie des voyageurs spatiaux peut être en jeu. Haumea est décidément emplies d'ombres qu'il nous va falloir éclairer.

Un pli soucieux était apparu sur le front du Colonel Ezra Gurney. Il ne plaisantait pas avec la vie humaine, c'était le centre de son engagement au sein de la Police interplanétaire.

- Le plutonium enrichi est probablement concerné. Il faut voir qui bâtit des fortunes autour de son commerce. ..

Curtis ne put étouffer un bâillement. Ses interlocuteurs, conscients qu'il avait besoin de se reposer, abrégèrent la réunion et convinrent d'un nouveau rendez-vous pour le lendemain.


***
(A suivre, la prochaine fois, c'est la soirée chez le gouverneur d'Haumea...)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Jeu 17 Déc 2015 - 22:20
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Et finalement, comme je ne posterai probablement pas demain, je vous mets tout de suite la soirée promise. Ensuite, les choses s'accélèront pour de bon.

Hello

Jovienne

***

Quelques heures après, un peu plus frais et dispos, il se présentait à la porte de Joan, pour se rendre au dîner du Gouverneur, interrogateur quant à l'humeur dans laquelle il allait la trouver. Elle lui ouvrit et choisit d'emblée une conversation d'ordre professionnel.

- J'ai rencontré le gouverneur hier, à son arrivée. C'est un homme qui semble sensé. Il prend le temps d'écouter, il analyse les personnes, comme leurs propos. Tu pourras te fier à lui, je crois.

Elle savait que dans ce domaine de l'intelligence communicationnelle, il lui faisait confiance, reconnaissant son flair et son habileté à estimer les gens. Il la remercia d'un sourire et pris le temps de l'admirer. Habillée sans ostentation d'une robe discrète qui mettait parfaitement en valeur sa silhouette d'agent entraînée, elle portait pour unique bijou un bracelet qu'il lui avait déjà vu, fine chaîne en or autour de son poignet. "Un jour, il faudra que je lui offre une pierre jovienne."

Il lui prit le bras et la guida vers la sortie du bâtiment.

- Allons-y et profitons de cette soirée pour emmagasiner de nouvelles informations. Sais-tu combien nous serons ?

Elle avait choisi le terrain du travail, d'accord, il s'engouffrait dans la brèche, rassurante et sans doute à avoir.

- Petit comité. Le gouverneur et son épouse. La botaniste Ana Acanda, que tu as rencontrée, je crois, et qui est une amie du couple. Elton Ewis, également puisque ce dîner sera en partie une réunion de travail. Quelques couples de notables, installés depuis longtemps ici et qui servent de "bonne société" à Haumea-city.


***


- Bonjour, capitaine Future, je suis enchanté de vous rencontrer, même si les circonstances qui vous font venir sur notre petit planétoïde ne sont pas des plus réjouissantes.

La poignée de main était ferme, la voix décidée. Le gouverneur d'Haumea était jeune, il accueillait simplement mais avec énergie ses invités du soir.

- Un premier poste avant de plus hautes fonctions, probablement, pensa Curtis en le saluant à son tour.

Après un repas digne des plus belles soirées bourgeoises de New York, mais qui comptait plus d'invités que prévu, le gouverneur proposa à Curtis et à son Chef de la Sécurité de l'accompagner un moment dans son bureau. "On se croirait dans un roman victorien, bientôt ces dames vont passer au salon, parler chiffons et jouer du piano." Joan fulminait mais, prenant sur elle, elle sourit à Ana, la botaniste qui s'approchait d'elle.

- Et bien, lieutenant, vous et moi, nous sommes momentanément sans nos cavaliers, on dirait. Savez-vous que les invitations comme celle de ce soir sont relativement rares ici. Il faudrait presque qu'il se passe des choses graves plus souvent.

Le sourire de Joan se figea. Ana se repris :

- Excusez-moi, je manie volontiers l'ironie en oubliant que mes interlocuteurs ne vont pas forcément apprécier. Je passe trop de temps avec les plantes, pas assez avec mes semblables. Que pensez-vous de cet échantillon d'Haumea-city que vous fréquentez ce soir ?

Joan lui répondit, tout en observant la petite assemblée qui devisait par petits groupes devant elle.

- Difficile de vous répondre, j'imagine que comme partout, on développe des affinités avec certains, en fonction des personnalités, non ?

Joan souhaitait rester prudente, et surtout dans une posture d'observatrice. Ana sourit, et reprit la parole :

- Vous n'êtes pas lieutenant pour rien, n'est-ce pas ? Regardez, l'épouse du gouverneur passe de convives en convives, classique mais très efficace. Elle seconde admirablement son mari. Ils ne sont pas ici depuis très longtemps et ne resteront pas des années. Le couple auquel elle s'adresse en ce moment, par contre, vit ici depuis dix ans. Ils ont vu avant tout le monde les potentialités de la position d'Haumea. Lui est ingénieur de formation mais s'est reconverti dans le commerce du plutonium.

Joan leva un sourcil et son attention monta d'un cran.

- Je suppose qu'ils ne sont pas les seuls à faire fortune dans ce secteur.
- Et bien, à vrai dire, je ne sais pas bien. Ah, et regardez, là, vous avez le spécialiste de la vente d'outillage d'extraction. Et là, le vieux séducteur qui a à chaque fois une jeune femme différente à son bras, il négocie des chargements de minéraux divers. En fait, nous avons devant nous les pionniers d'Haumea, qui aujourd'hui vivent aisément en vendant à des futurs pionniers qui s'envolent pour d'autres planètes, encore plus lointaines. C'est beau, la conquête spatiale, non ? Un éternel recommencement.
- Encore de l'ironie ? Curtis est persuadé que nous ne sommes qu'au début de nos connaissances sur les autres mondes. Qu'il y a tant à découvrir, à apprendre d'eux, de leur passé, de notre avenir commun.
- mmm... A propos d'avenir commun, vous prévoyez quoi avec votre beau capitaine ? C'est chasse gardée ou je peux tenter ma chance ?

A ces mots, Joan faillit s'étrangler mais elle se reprit rapidement.

- heu... que faites-vous d'Elton ? C'est un bel homme, vous avez l'air de bien vous entendre, non ?

"Toi, tu bottes en touche, ma fille. Tu ne veux pas me répondre, le sujet doit être sensible." Ana eut une mimique qui montrait qu'elle n'était pas dupe mais elle répondit quand même :

- Elton est de très bonne compagnie, mais je ne suis pas sûre que nos trajectoires professionnelles soient compatibles, ni que nous en ayons réellement envie, d'ailleurs.

Joan approuva silencieusement. Elle savait ce qu'elle voulait, elle, mais tout était aussi histoire de trajectoire professionnelle comme avait dit Ana, ou même de vocation ou de destinée. "Curtis Newton, tu es décidément très contrariant, et cette soirée est partie pour traîner en longueur, en plus".


L'objet de ses pensées était en grande discussion avec le gouverneur dans un bureau décoré avec goût et fonctionnel.

- Ce que vous me dites là est vraiment important, gouverneur, cela me conforte dans mes hypothèses.

Curtis venait d'apprendre que quelques jours avant sa mort, profitant des festivités annuelles d'Haumea, Geronimo Jones s'était approché pour solliciter une entrevue privée avec le gouverneur.

- Il m'a demandé la plus grande discrétion quant à cet entretien, raison pour laquelle, Ewis, je ne vous avais rien dit. Il n'a pas voulu m'en dire plus mais il était inquiet. Il en allait de l'avenir d'Haumea selon lui. Je lui avais promis de le recevoir à mon retour de Pluton, et maintenant, il a emporté son secret.
- Il est peu de secrets qui résistent à une investigation approfondie. J'ai récupéré ses données scientifiques, nous finirons par trouver ce qui le préoccupait. Il nous faut également établir le lien, s'il existe, avec les événements récents. Est-ce que je vous surprends si j'évoque la possibilité d'un commerce sous-terrain de combustible de mauvaise qualité ?

Le gouverneur hocha la tête.

- Ce n'était qu'une rumeur, pas plus fondée que des dizaines d'autres sur une planète-carrefour comme la nôtre. Nous allons mettre des moyens à disposition du colonel Gurney. Ewis, voyez ce que nous pouvons faire. Il faut résoudre ces mystères. Les voyageurs qui transitent ici doivent pouvoir compter sur la sécurité que les Neuf mondes proposent en leur sein. Tenez-moi au courant et comptez sur mon soutien.

Il se leva, signifiant par là que l'entretien était terminé.

- Rejoignons les convives. Mon épouse m'en voudrait de la délaisser trop longtemps. Vous n'êtes pas marié, capitaine, c'est parfois un avantage.

Le ton de sa voix contredisait ses paroles. Curtis sourit poliment, ne répondit rien et rejoignit avec lui la salle de réception.

***


Pendant ce temps, dans un tout autre lieu de la ville, un conciliabule serré occupait deux silhouettes à moitié dans l'ombre des murs d'un quartier proche de l'astroport.

- Future ne va pas lâcher l'affaire. Que pouvons-nous faire ? C'est bien notre veine que ce vaisseau ait eu une avarie si près de nous...
- Pas de panique, il n'y a aucune raison qu'il remonte jusqu'à nous, et si c'est le cas, nous nous chargerons de lui. Nous n'allons pas baisser les bras si près du but. Nos usines tourneront bientôt à plein régime. Par contre, il faut effectivement que nos techniciens règlent ce souci dans l'enrichissement du plutonium. La bonne nouvelle, c'est que plus aucun télescope n'est en mesure de surveiller nos mouvements.
- Vous êtes bien optimiste...
- Non, j'essaie de penser à tout et j'agis en fonction... Nous ferons en sorte que tout aille bien.

Ils se séparèrent et celui qui semblait être le chef s'éloigna d'un pas furtif dans la brume nocturne, longeant les dépôts gris, anonyme et discret.


***


- Je vais dire quelque chose d'horrible, Curt, mais peux-tu être sûr que le professeur Jones n'était pas impliqué dans ce trafic que nous sommes visiblement en train de mettre au jour ?
- Je n'en sais rien, Joan, je n'en sais vraiment rien, sauf que ça ne colle pas avec le scientifique qui communicait avec moi. Il était doux et passionné par la recherche. Et d'ailleurs, pourquoi m'aurait-il contacté dans ce cas là ?
- Ce n'est pas faux. Ah, j'ai plein de ragots à te raconter, que j'ai glanés auprès d'Ana ce soir. C'est le seul rôle que j'ai pu jouer, dit-elle, légèrement amère.

Curtis lui sourit doucement.

- Je faisais justement remarquer au gouverneur que nombre d'enquêtes ou de mystères ont été résolus grâce à un travail fouillé de renseignements... Peut être la solution nous viendra-t-elle de ce que tu auras entendu.

Joan haussa les épaules. Ce qu'il pouvait être agaçant parfois, avec cette gentillesse à la limite de la condescendance ! Mais qu'il était beau aussi, ses yeux gris brillant d'intelligence se chargeant d'ombres changeantes tandis qu'il lui parlait. Comme d'habitude, elle choisit de lui pardonner.

- Tu sais quoi, fais-moi danser, je pourrai te rapporter tout ce que j'ai appris et si tu daignes en faire autant pour moi, je t'en serai éternellement reconnaissante !
- Avec joie, belle dame. T'ai-je dit que tu étais ravissante, ce soir ?

Il la guida souplement vers le coin de la salle de réception où quelques couples se mouvaient plus ou moins élégamment au rythme d'une musique terrienne.


***
(A suivre)
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Aujourd’hui à 01:27
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Les ombres d'Haumea
Back to top
Page 1 sur 4
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure