Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Les enfants du futur
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Lun 19 Jan 2015 - 01:35
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les enfants du futur
Coucou les filles!

Ainsi, c'était le visage d'Eynia qui hantait les rêves d'Evan! Wow

Et les voilà qui ont fait connaissance, grâce à Joan... Wow Wow

Ils vont sûrement se découvrir plusieurs plusieurs points en commun... jump jump jump

Quelle belle inspiration que d'écrire cette histoire captivante! Master Clap Mais je n'oublie pas l'enjeu vital de la lutte contre les vers, tout de même... Ashamed

Les rêves d'Evan étaient bel et bien prémonitoires... Wink

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Lun 19 Jan 2015 - 01:35
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Jeu 22 Jan 2015 - 21:51
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les enfants du futur
Hello !

Oui, Flamme, Frégo, rêves prémonitoires... il faut bien alimenter les fleurs bleues flower qui poussent sur ce forum Mort de Rire .

Voici une suite...

bizz vizz

Limeye

************

Evan s'attendait à trouver un laboratoire un peu comme les autres, une serre un peu comme les autres. Il ne s'attendait pas à être autant surpris. Certes, le bâtiment était conforme à l'architecture du reste de la cité, mais son contenu... tout ici, lui était étranger, et en même temps, un peu familier. Eynia veillait avec soin à ce que les plantes de l'ancienne Galaad qu'elle faisait pousser ici ne disséminent pas dans l'atmosphère leurs semences et graines. Elle ne voulait pas causer de dommages à la flore endémique, qu'elle voulait pouvoir étudier. Pour l'heure, elle n'en avait guère eu le temps : les premières semaines de leur installation avaient été très occupées, elle avait à peine pu dessiner les plans de son laboratoire. Elle devait aussi participer à beaucoup de réunions, de conseils, avec Saraya et les autres, pour prendre des décisions importantes concernant leur implantation, leur organisation, leur système politique. Tout était à inventer, à construire, pour les enfants de Galaad, et Evan en mesura très vite l'étendue. Cela le laissa bien souvent admiratif de voir tout le travail qui attendait ce jeune peuple à la mémoire si ancienne et de voir ce dont ils étaient capables.

Mais pour l'heure, son regard ne parvenait pas à s'arrêter de parcourir les différentes étagères du laboratoire d'Eynia. Elle commença à lui expliquer les choses :

- Comme chacun des enfants qui se trouvaient à bord du vaisseau de sauvetage, j'ai été endormie avec les connaissances de mes parents. Ils étaient d'éminents botanistes et possédaient une très belle collection des plantes de notre planète. Ils m'ont légué leurs mémoires, leurs savoirs, mais aussi de nombreuses graines de leur collection. Joan m'a aidée à en dresser l'inventaire, qui avait été fait un peu à la hâte avant notre départ. Il est terminé. Tout ce que tu vois ici est tout ce qui reste de vivant de ma planète, avec nous, ses enfants. Aucun animal n'a été emmené : la priorité était de sauver les enfants. Aucun adulte n'a survécu, du moins, à notre connaissance. Ma planète d'origine est morte, il y a de cela bien longtemps. Nous sommes tous des survivants. Mais nous avons la vie au cœur et la volonté de vivre. Pas seulement de survivre.

Evan hocha la tête en signe d’assentiment. Il commençait à comprendre mieux l’état d’esprit de cette jeune colonie, de cette jeune population. Eynia poursuivit :

- J’aimerais entamer un inventaire de la flore de notre nouvelle Galaad, mais pour l’heure, il y a d’autres priorités. Je ne peux m’absenter loin de notre cité, il y a beaucoup de choses à mettre en place, de décisions à prendre. Je fais partie du Conseil, je dois aussi participer à beaucoup de réunions.
- Vous êtes tous bien jeunes pour avoir un tel défi à relever !
- Nous avons heureusement l’aide de délégations des Neuf Mondes, mais les décisions d’importance nous incombent : elles engagent notre avenir à tous, le peuplement de notre nouvelle planète. Nous éprouvons une grande fierté à le faire, mais cela représente aussi une certaine pression. C’est un grand enjeu et nous voulons le réussir.
- Joan a-t-elle eu le temps de te parler d’Ixio ?
- Oui, un peu… Ixio est un exemple intéressant pour nous, mais si Saraya prête attention à cette expérience, ce n’est pas forcément le cas des autres membres du Conseil. Nous avons de longues discussions à ce sujet. Enfin, heureusement, pour l’heure, les discussions portent plus sur notre future organisation politique, mais aussi des choix pour la cité, notre sécurité, nos infrastructures.
- Certes, mais de ce que j’en ai discuté avec Joan, et Jelle également, les décisions concernant la protection de la planète ont été prises très vite par les premiers habitants d’Ixio : c’était une priorité pour eux que de protéger leur planète, leur nouveau lieu de vie. Vous n’avez pas connu le grand cataclysme qui s’est déroulé sur Terre, mais vous avez affronté quelque chose de similaire. Ne l’oubliez pas.

Eynia secoua doucement la tête :

- Nous n’en avons pas beaucoup la mémoire. Nos parents ont connu la fin de la première Galaad. Pas nous. Nous n’avons en mémoire que les prémices de cette fin. Là est notre grande différence avec les Ixiens, je crois.

Evan réfléchit un instant :

- Pourtant, je pense que c’est essentiel de vous en soucier dès maintenant. Il faudra en reparler avec Joan, Jelle et pourquoi pas des instances d’Ixio, quand nous en aurons terminé avec les vers.
- Oui, dit Eynia. Il faut d’abord venir à bout de ce fléau.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 23 Jan 2015 - 03:18
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les enfants du futur
Coucou Limeye!

Merci pour cette suite! Et pour avoir pensé aux fleurs bleues... flower Wink

Une des meilleures choses qui pourrait arriver à la nouvelle Galaad serait que ses habitants vivent avec une philosophie ixienne! Good Clap

Et que la menace des vers disparaisse bientôt! horified

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 23 Jan 2015 - 16:14
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les enfants du futur
Coucou !

je vais tenter de montrer en effet l'évolution de Galaad. "Les enfants du futur" est principalement consacré à cette planète.

quant aux fleurs bleues, je ne les oublie jamais complètement, même quand la situation paraît désespérée !

voici donc un nouveau petit chapitre. Je n'écris pas très long, mais régulièrement... Wink

bizz vizz

Limeye

*************


Ils travaillèrent sans relâche. La serre était devenue leur domaine. Eynia ne s'en absentait que pour le repos et les réunions les plus importantes auxquelles elle devait assister : mais face à la menace, le Conseil avait décidé aussi de la laisser travailler. Elle s'absentait donc rarement. Evan passait lui aussi ses journées à surveiller la croissance des plantes, à récolter précieusement graines et fleurs, puisque chaque partie de la plante était nécessaire pour produire le suc qui pouvait anéantir les vers. Tous les deux jours environ, ils étaient en contact avec le professeur Simon : la petite serre du Comète donnait aussi à plein régime, afin de distribuer la production possible aux planètes les plus proches du trajet du vaisseau. Mais l'essentiel de la production reposait sur les épaules d'Eynia et Evan.

Une équipe d'ingénieurs et de chercheurs allait les rejoindre, mais en attendant de pouvoir passer à une production en série, eux seuls pouvaient assurer la culture d'Eufholia Esperanza. Ils remplaçaient soigneusement chaque plant qui donnait signe de fatigue, car la surface disponible était réduite. Mais bien vite, les autorités des Neuf Mondes décidèrent aussi qu'il fallait agrandir la serre, en créer une nouvelle. Les ingénieurs et techniciens qui se trouvaient à cette période sur Galaad se virent alors confier ces travaux et en quelques jours, Eynia et Evan bénéficièrent d'une surface bien plus importante : ils avaient désormais à leur disposition l'équivalent d'un champ de belle taille, bien protégé et isolé du monde extérieur. La production allait connaître un véritable essor et l'aide de l'équipe supplémentaire allait se révéler plus que bienvenue.

Ces chercheurs furent tous impressionnés par le savoir d'Eynia et surtout la différence entre son jeune âge et sa maturité, ses connaissances. Evan avait déjà pris la mesure de cette différence et elle ne manquait pas de l'étonner aussi, par moments, même si c'était pour des raisons un peu différentes : il lui arrivait d'avoir de plus en plus de mal à considérer Eynia comme une toute jeune fille, alors que par bien des aspects de son comportement, elle était une adulte, bien plus mûre que certains d'ailleurs.

Alors qu'ils travaillaient ainsi depuis déjà plusieurs semaines, ils eurent la surprise, mais aussi la joie, de voir un jour le Comète se poser sur l'astroport de Galaad. Toute l'équipe venait porter main forte aux jeunes chercheurs. Mais à bord du vaisseau se trouvaient aussi Joan et une toute petite fille aux cheveux roux et aux yeux bleus : Eufholia.

Eynia était ravie de revoir Joan et toute l'équipe, Ken la fit rire à peine débarqué, de même qu'Otho et Grag, bien décidés à ne pas ménager leurs efforts eux aussi, c'est à dire à les aider tout en déployant des trésors d'humour et de piques à tout va.

Pour Evan, ce fut l'occasion de faire enfin la connaissance de Curtis et de Simon, tout en ayant le plaisir de revoir Joan et Ken. Ezra n'était pas avec eux : Narna aurait rendu la vie impossible à ses parents si son "papi" n'était pas resté avec elle alors que tout le monde repartait, et notamment Eek et Oog. Ezra s'était dévoué pour rester sur Terre : avec Jelle et quelques autres, il veillait aussi à la culture d'Eufholia Esperanza pour les planètes du système solaire, la culture sur Galaad étant pour l'instant réservée aux planètes touchées ou susceptibles de l'être.

Avec le concours de ces équipes supplémentaires, la production du produit létal prit une autre dimension et bien vite la menace s'éteignit. L'origine de cette prolifération n'avait pu être établie, malgré les recherches des Futurmen et les témoignages des habitants des planètes touchées. Simon penchait pour un phénomène naturel, extra-terrestre, mais non une attaque d'un monde inconnu.

Bientôt la présence des chercheurs et ingénieurs ne fut plus nécessaire et chacun s'apprêta à rentrer chez lui. Les Futurmen, après avoir aidé Eynia et Evan, se consacrèrent durant quelques temps à aider les jeunes habitants de Galaad. Curtis apportait toujours beaucoup de soin et d'intérêt à ce qui était décidé, construit, envisagé pour cette jeune population. Evan pensa alors que le moment était bienvenu aussi pour parler avec Joan, Curtis, Saraya et Eynia d'Ixio.

La discussion eut lieu dans une des salles du Conseil de Galaad. Les cinq enfants qui figuraient l'embryon de gouvernement étaient présents. Rozon avait en charge les nouvelles infrastructures, Menkor se chargeait de l'éducation. Sonya, la plus jeune, dont les parents avaient été de grands médecins, se consacrait au secteur de la santé, Jarna avait à charge les bases d'une constitution, les discussions et projets avec les instances des Neuf Mondes étaient plus particulièrement attribués à Saraya, mais la toute jeune femme portait aussi sur ses épaules l'ensemble du devenir de Galaad. Les décisions étaient toutes prises en accord avec un Conseil élargi, sorte de Parlement élu par les plus âgés. Il avait été décidé que les enfants de 15 ans et plus auraient pour l'heure droit de vote. Ces élections, les premières de la toute jeune colonie, s'étaient déroulées alors qu'Evan et Eynia commençaient tout juste leur collaboration. Ce premier parlement avait accordé sa confiance au Conseil de Saraya. Cette base politique maintenant posée, c'était aussi un souci important de moins et une meilleure organisation pour la cité.

Curtis, Simon, Joan, Evan assistèrent à la réunion avec le Conseil. Eufholia avait été confiée à ses oncles, ravis tous les trois de s'en occuper entièrement.

Eynia fut la première à prendre la parole. Elle voulait aborder la question de la protection de la planète, et l'exemple d'Ixio lui paraissait intéressant. Joan répondit à de nombreuses questions que se posaient les enfants du Conseil quant au deuxième continent, aux choix qui avaient été faits, au périmètre de protection. Ils en conclurent que, pour l'heure, ils n'avaient pas les moyens humains et matériels de constituer l'équivalent de l'Institut du Deuxième Continent d'Ixio. Mais Curtis et Simon insistèrent pour qu'un périmètre de protection soit cependant créé.

- Les données que nous possédons sur votre planète vous reviennent de droit, dit-il. Mais vous devez vous souvenir que votre première Galaad a péri. Non de votre fait ou plutôt de celui de vos ancêtres, mais de phénomènes naturels. Sur Terre, en revanche, les hommes ont été les responsables du grand cataclysme. La survie n'a été possible qu'en de rares endroits de la planète et sans les autres colonies, soit au sein des Neuf Mondes, soit à sa périphérie, l'espèce solaire humaine aurait disparu. Ixio peut être un exemple pour vous, même si vous ne pouvez réaliser exactement la même chose. Pour l'heure, vous ne représentez qu'une petite colonie, sous protection des Neuf Mondes et des Mondes Amis, notamment pour les questions de défense et de sécurité. Mais qu'en sera-t-il dans quelques générations ? Vous allez avoir besoin d'exploiter les ressources de votre planète : il est utile de connaître l'impact de cette exploitation, de votre implantation. Créer un embryon de ce qui pourrait être l'équivalent de l'Institut du Deuxième Continent me paraît être déjà essentiel.

La parole de Capitaine Futur était précieuse pour les enfants. Ils savaient qu'ils pouvaient compter sur un allié, et même plus : un ami. Et un bon conseiller. Saraya émit le souhait d'envoyer une délégation sur Ixio, pour rencontrer les autorités ixiennes et les responsables de l'Institut du Deuxième Continent, avec charge pour la délégation de revenir avec des données qui permettraient ensuite de voir ce qui serait possible de faire sur Galaad. Eynia se porta naturellement candidate pour participer à cette délégation. Curtis et Joan ayant l'intention de retourner sur Ixio dès la fin de leur séjour sur Galaad, le jeune Capitaine proposa d'escorter la délégation. Trois délégués parmi les membres du Parlement furent également désignés pour participer à cette délégation, les autres membres du Conseil ne pouvant pas s'absenter pour une aussi longue période, mais compte tenu des enjeux, il leur parut en effet qu'Eynia était la mieux à même de représenter les hautes autorités de Galaad. Elle avait, de plus, l'entière confiance de Saraya.

A l'issue de la réunion, Evan parla un moment seul avec Joan et Curtis. Lui aussi était curieux de découvrir Ixio, et leur demanda la possibilité de s'y rendre également.

Le premier voyage de la petite Eufholia sur ce qui allait devenir sa planète se fit donc avec cette délégation et la présence d'Evan.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Sam 25 Avr 2015 - 18:10; édité 1 fois
Back to top
Sam 24 Jan 2015 - 12:58
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les enfants du futur
Coucou Limeye!

Je suis certaine qu'Evan tient à découvrir enfin Ixio, cette planète qui fait rêver... Mais je pense qu'il veut aussi retarder le moment de se séparer d'Eynia... Wow Hug Kiss Good Best Clap

jump jump jump

Biz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 25 Jan 2015 - 21:05
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les enfants du futur
Hello !

j'ai eu une journée chargée, mais j'ai pu compléter ce soir ce que je voulais vous livrer... voici donc un peu de lecture pour cette toute fin de week-end !

bizz vizz

Limeye

***********

Le voyage à bord du Comète fut un moment important pour Evan : il avait eu le secret espoir de pouvoir, un jour, voir ce fabuleux vaisseau. Mais monter à son bord dépassait et, de loin, ses rêves les plus fous. Au cours du voyage qui dura quelques jours terrestres, il put parler notamment avec le professeur Simon. Il lui dit avoir lu et relu avec beaucoup d'intérêt l'inventaire qu'il avait fait avec Curtis de la flore vénusienne, que cela avait été longtemps son livre de chevet, qu'il s'en était également largement inspiré pour sa propre méthode de travail. Il y avait apporté quelques notes et compléments qu'il montra à Simon. Celui-ci fut vivement intéressé.

Eynia assistait à cette discussion et observa les données compilées par les uns et l'autre avec intérêt. Elle trouvait là matière à réflexion pour entamer elle-même un inventaire de la flore de la nouvelle Galaad. Si les autorités des Mondes Amis possédaient des données sur sa planète (géologie, climat, phénomènes naturels), en revanche, il y en avait très peu concernant les plantes, de même pour la faune. Galaad présentait ainsi un intérêt certain pour une jeune fille passionnée.

Simon demanda à Evan de quelle manière il avait procédé, et surtout comment il avait appris à faire un inventaire. Le professeur avait remarqué que le jeune homme avait compilé ses données d'une certaine manière, et il s'interrogeait à ce sujet. Evan lui répondit avoir mis petit à petit au point sa propre façon de dresser un inventaire, de faire un herbier, et qu'en plus des informations propres aux plantes, il notait aussi tout un tas de renseignements (altitude, température, environnement proche et plus éloigné, présence d'animaux, de cours d'eau, qualité de l'ensoleillement...). Simon trouva là que c'était un travail complet et riche.

Lors du voyage, Eynia parla aussi beaucoup avec Joan. Elles étaient heureuses de passer un moment ensemble, de se retrouver. Eynia lui livra ses impressions sur ces derniers mois d'installation et de travaux sur Galaad, et se dit heureuse d'avoir pu aider toute la communauté humaine à lutter contre un fléau dévastateur et terriblement menaçant.

- La coopération de tous était le seul moyen d'en venir à bout, dit Joan. Nous avons eu de la chance, beaucoup de chance... Evan, en travaillant sur les plantes rares, m'a aussi aiguillée... Ensuite, le hasard a fait le reste...
- Je suis touchée que tu aies choisi de donner à votre fille le nom de cette plante, Joan. C'est comme un souvenir de ma maman, une trace du passé.
- Je l'ai fait aussi en ce sens, dit Joan. Mais Eufholia nous a sauvés, tous. J'ai pensé aussi qu'avec le père qu'elle a...
- Tu veux dire par-là que tu penses qu'un jour, ta fille marchera dans les pas de son père ?
- Je ne le lui souhaite pas, mais... pourra-t-elle échapper à son destin ?

Eynia sourit :

- C'est une vaste question, et pour l'heure, elle n'est encore qu'un tout petit bébé qui va faire connaissance avec sa planète. Je suis si heureuse, moi aussi, de venir sur Ixio ! Et d'enfin connaître les tiens... Je crois que ce voyage va être riche d'enseignements.
- Oui, je le crois, répondit Joan. Mais tu sais, pour en revenir au choix du prénom d'Eufholia, je l'ai aussi choisi tout simplement parce que je le trouvais joli.
- Alors, c'était le meilleur choix, dit Eynia en la prenant par l'épaule.

**


Ce fut aussi au cours de ce voyage qu'Eynia eut le temps de raconter à Evan leur sauvetage et comment elle l'avait vécu. Il se sentit très ému d'apprendre qu'elle avait été la première réveillée et trouva bien des similitudes troublantes entre ce récit et ses propres rêves. Mais il n'osa pas encore en parler à l'adolescente. Il ne savait pas s'il fallait y trouver un sens, y accorder réellement de l'importance. Et ils avaient aussi d'autres préoccupations à l'esprit.

L'arrivée à Ixiopolis eut lieu en plein été ixien. Eufholia avait juste trois mois. Victor et Salomé furent ravis de les accueillir et de faire connaissance avec leur petite-fille. Mais ils ne demeurèrent pas longtemps à Glenogan, et bien vite, toute l'équipe se rendit à Doban, pour y rencontrer les responsables de l'Institut du Deuxième Continent. Les discussions furent des plus enrichissantes pour Eynia, mais aussi indirectement pour Evan : dans l'esprit du jeune homme commençait à naître un projet, un peu fou, mais dont les contours devenaient de plus en plus précis au fil des échanges. Cela ne faisait que le conforter dans son désir d'aider la première génération de la nouvelle Galaad à faire les bons choix concernant l'avenir de sa planète.

Il avait de fréquentes discussions aussi à ce sujet avec Eynia, lui disant sincèrement ce qu'il pensait, ce qui pouvait s'envisager. Parfois, Joan, Curtis ou Simon assistaient à ces discussions. Joan souriait souvent devant son enthousiasme, devinant que ce projet allait occuper leur jeune ami pendant une part non négligeable de sa vie. N'ayant pas particulièrement d'attaches, ni de liens professionnels avec une université plutôt qu'une autre, ayant vécu sur plusieurs planètes sans en considérer une seule comme la sienne, Evan se voyait bien rester sur Galaad pendant un certain temps. Il pensait aussi pouvoir apporter ses propres compétences, même si le domaine de la botanique semblait un peu secondaire face aux défis qui attendaient les jeunes habitants de la planète.

Une autre raison expliquait aussi son envie de rester sur Galaad, mais il aurait été bien incapable de la formuler précisément à ce moment de sa vie.

L'heure des adieux approchait : les Futurmen se préparaient à retourner sur Terre, avec Victor et Salomé, pour les fêtes de Noël. La délégation de Galaad demeurait encore sur Ixio, pour quelques semaines, suite à l'invitation des autorités d'effectuer quelques visites sur le deuxième continent, dont une courte expédition. Ils en retirèrent d'importants enseignements, et Eynia allait rapporter des éléments importants au Conseil.

Ce fut par un vaisseau diplomatique ixien qu'ils regagnèrent Galaad. Là, ils remirent leurs observations et Eynia plaida pour la création d'une réserve naturelle, protégée de toute présence humaine. Sur Galaad, la situation était cependant différente d'Ixio : la planète ne possédait qu'un seul continent, très vaste, et une myriade d'îles, d'archipels. Il n'était pas possible d'y réaliser exactement la même chose que sur Ixio, mais Eynia proposa d'emblée que les îles soient toutes placées dans la réserve. Elle souhaitait aussi protéger une part importante du continent, mais il restait à en déterminer les bases, sur quels choix s'appuyer pour le faire. Il allait falloir mener plusieurs expéditions de recherches et d'observations pour différencier les milieux, répertorier les grandes zones du continent. C'était un très vaste travail et la petite colonie n'était pas en mesure de le réaliser.

Un après-midi, Evan qui se trouvait dans le laboratoire, à répertorier les premières plantes de l'environnement immédiat de la cité, plantes collectées au cours de la semaine précédente, vit revenir une Eynia bien dépitée. Le front soucieux, les sourcils froncés, l'adolescente semblait fatiguée et décontenancée.

- Que se passe-t-il, Eynia ?
- Ils ne veulent pas m'entendre. Ils disent que nous avons bien d'autres choses à faire que de nous occuper de la réserve naturelle. Ils sont d'accord pour les îles, plus parce que de toute façon, nous n'avons pas les moyens de nous y implanter, que par réél intérêt. Mais pour le continent... au mieux, ils disent que nous nous en occuperons plus tard.
- C'est maintenant qu'il faut le faire !, dit Evan. C'est ce que nous avons retenu aussi de notre séjour sur Ixio ! Je croyais que Saraya...
- Saraya est convaincue du bien fondé de cette réserve, de cette nécessité. Elle n'a pas eu besoin d'aller sur Ixio pour cela : elle nous fait confiance. Mais ce sont les autres... et le Parlement aussi. Evan, nous avons tant à faire ! Même avec l'aide des délégations des Neuf Mondes et des Mondes Amis, le soutien bienveillant du Président Carthew, nous devons faire face à tant de défis !
- Je le sais. Mais cette réserve est un défi parmi d'autres, aussi important. Bien entendu, nous ne pouvons pas demander au Président Carthew d'intervenir et de décréter telle ou telle zone protégée, cela est de votre ressort. Mais en quoi cela pose-t-il problème de le faire maintenant ? Une réserve naturelle, dans un premier temps, n'aura pas besoin de la protection dont bénéficie le deuxième continent d'Ixio : vous n'avez de toute façon pas les moyens de vous y rendre et de vous y intéresser. Alors...
- Alors autant la créer et la laisser à l'abandon.
- Non, autant la créer pour qu'elle existe. Déjà, dans les faits. Et que chacun le sache, même s'il s'en désintéresse. C'est cela qui compte, Eynia.

La jeune fille secoua la tête :

- Ils ne veulent pas le faire parce qu'ils disent que nous pourrions avoir besoin de tel ou tel endroit, de telle ou telle zone, d'en exploiter les richesses, minérales ou végétales, voire de nous y installer, dans le futur. Que nous ne pouvons pas nous fermer à cette éventualité.
- Alors, ils n'ont rien compris de ce que nous avons rapporté d'Ixio, soupira Evan.
- Je le crains.

Et Eynia baissa la tête. Elle continua à parler, cependant :

- Parfois... parfois, je voudrais vivre sur Ixio, travailler pour l'institut du Deuxième Continent...
- Mais ce serait abandonner les tiens, et tu ne le ferais pas. Tu ne pourrais pas le faire.
- Non. Mais toutes ces responsabilités me pèsent. Je ne me sens pas les épaules assez solides pour les porter. Quand j'étais enfant, j'aimais observer le monde qui m'entourait, je n'étais pas une fonceuse, une fille pleine d'entrain, d'énergie. Je pouvais rester des heures allongée dans l'herbe à regarder des fourmis se promener et travailler. Je voudrais le faire encore. Quand je vois tout ce que tu as déjà fait, sur Vénus, sur Mars... toutes ces plantes rares que tu possèdes dans ta collection...
- Elle est restée sur Terre, ma collection. Mais je ne vois pas en quoi tu ne pourrais pas, toi aussi, faire de même.
- Je dois rester ici, pour participer aux réunions du Conseil. C'est important. Je ne peux m'y soustraire. Je ne peux pas m'engager dans une expédition pour collecter des plantes. Ce serait considéré par les autres comme être dilettante.

Evan hocha la tête, la regarda, le visage baissé. Elle s'était assise sur un des tabourets du laboratoire. Il la sentait perdue, déçue aussi un peu par la réaction de distance de ses compagnons. Il voulait l'aider. Il voulait les aider. Il trouvait leur sauvetage si miraculeux, leurs projets de vie si palpitants qu'il ne se voyait pas, là, maintenant, les abandonner.

Légèrement penché vers elle, il posa ses mains sur ses bras et lui dit :

- Eynia, je sais que tu ne peux pas t'absenter longtemps de la cité. Mais, moi, je pourrais avec l'aide d'une ou deux personnes, compléter les données que nous possédons déjà sur votre planète. Je pourrais ainsi proposer une délimitation d'une zone naturelle. Dès que tu en auras l'opportunité, tu m'accompagneras. Mais le travail, un peu fastidieux, de relevés, je peux m'en charger.

Elle le regarda avec étonnement.

- Pourquoi ferais-tu cela ? Pourquoi resterais-tu ici ?
- Pourquoi irais-je ailleurs ? Pourquoi ne pourrais-je pas prendre le temps de m'en occuper ? C'est passionnant !

Elle demeura étonnée, mais ne vit pas quoi lui répondre en retour...
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 13 Fév 2015 - 03:37
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les enfants du futur
Coucou Limeye,

Super! Merci pour cette histoire parallele! Good

Comme quoi les plantes ca mene a tout, entre sauver l'univers, cultiver son jardin secret et... trouver l'ame soeur... Very Happy Smile

O-tho

Back to top
Dim 15 Fév 2015 - 17:40
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les enfants du futur
Coucou O-tho !

ravie de te lire ici aussi Wink . Eh oui, la passion des plantes mène à tout, mais l'histoire d'Eynia et Evan est quand même différente de celle de Thomas et Babette. Moins tourmentée, je dirais... mais cela n'empêche certains développements quand même Wink !

je vous ajoute un tiboutte !

bizz vizz

Limeye

****************

Durant l'année qui suivit, Evan ne fut pas beaucoup présent dans la cité de Galaad. Avec un ingénieur et un pilote, il survola en grande partie le continent. Il avait bien préparé cette mission en compilant toutes les données existantes, en repérant déjà des lieux susceptibles de figurer dans la réserve naturelle et d'autres qui pouvaient demeurer exploitables. Mais les études qu'ils allaient mener les conforteraient ou non dans ces dispositions. Le Conseil de Galaad et le Parlement, malgré quelques doutes, avaient donné leur accord pour cette mission. L'influence de Saraya était prépondérante pour la réussite du projet. Evan comprenait les réticences ou hésitations de certains, mais, fort de l'expérience ixienne, il voulait aussi, comme Eynia, faire adopter ce projet le plus tôt possible.

Eynia demeura à la cité, partageant son temps entre les réunions du Conseil, les échanges avec les missions terrestres ou joviennes qui venaient leur prêter main forte et ses propres recherches. Elle avait pu, à plusieurs reprises, s'absenter quelques jours et mener des expéditions à proximité de la ville, pour collecter les plantes de leur environnement immédiat et commencer à les étudier, à en déterminer les propriétés. Elle ne manquait pas de faire parvenir ses résultats à Simon. C'était aussi, pour elle, souvent l'occasion de rester en contact avec Joan.

Malgré son absence, Evan lui donnait aussi régulièrement des nouvelles, pour qu'elle sache où ils en étaient de leurs observations. Mais il lui tardait de revenir et à elle, de le voir revenir. Elle n'avait pas beaucoup d'amis, de vrais amis. Et Evan lui manquait. Il était le seul avec lequel elle pouvait vraiment parler de ce qui l'intéressait, de ses projets, de son avenir aussi. Elle le faisait également avec Joan, lorsqu'elles pouvaient rester longtemps en communication, mais avec Evan, les choses étaient un peu différentes : ils partageaient la même passion. Et le même projet leur tenait à coeur.

Le retour du jeune homme fut un moment important pour eux deux, comme pour la communauté.

Quand il revint, ils s'observèrent un moment, comme lors de leur première rencontre. Eynia, surtout, avait changé. La frêle adolescente avait un peu grandi et était devenue une jolie jeune fille. Elle n'était plus cette toute jeune femme-enfant qu'il avait quittée, mais une vraie jeune femme. Elle avait maintenant seize ans.
Ce fut elle qui eut la primeur du rapport concernant les délimitations possibles de la réserve naturelle. Le travail qu'Evan et ses deux compagnons avaient effectué était considérable. En en terminant la première lecture, Eynia plaisanta :

- Avec un tel travail, tu pourrais postuler pour faire partie de l'équipe de Curtis et Simon !
- Oh, non ! Ils auraient fait mieux et plus vite... nous n'avions pas les équipements du Comète...
- Tu fais ton modeste ! Mais bon, j'espère que cela portera ses fruits... ce serait tellement désolant que tout ce travail ne serve à rien...
- Je suis certain que cela va mener à la création de la réserve. Je pourrais expliquer chaque choix, chaque délimitation, argumenter... prends le temps de le relire, de me poser des questions, nous l'amenderons ensemble et nous le présenterons lorsque le Conseil et le Parlement pourront nous entendre.

Ils avaient parlé de tout cela tout un après-midi, installés sur la petite terrasse de l'appartement de la jeune fille. Evan logeait non loin. C'était la fin de la journée et ils estimaient avoir bien travaillé et discuté déjà. Mais Evan voulait aussi savoir ce qu'Eynia avait fait ces derniers temps.

- Il est un peu tard pour aller au laboratoire, mais j'ai rapporté beaucoup de plantes de ma dernière expédition. Je suis loin d'avoir fini toutes les mises en culture. Sans compter leur étude précise, leur composition... j'ai encore beaucoup de travail à faire.
- Je t'aiderai.
- Mais la réserve d'abord, conclut-elle.
- D'accord.

Il avait souri et s'était laissé aller contre le dossier de son fauteuil. Il se sentait heureux d'être revenu.

- Je suis contente que tu sois là, dit Eynia un peu timidement.

Elle se sentait étrangement différente depuis le matin, depuis que le petit vaisseau s'était posé à l'astroport et qu'elle l'avait accueilli à son retour. Mais elle aurait eu bien du mal à expliquer cela.

Ils dînèrent ensemble, il lui raconta diverses anecdotes qui leur étaient arrivé au cours de l'expédition, elle lui transmit aussi des nouvelles de leurs amis, de Joan, d'Eufholia et des Futurmen. Puis Evan rentra chez lui, à la nuit tombée.

Il n'avait pas sommeil, ne se coucha pas tout de suite, resta longtemps assis sur sa propre terrasse, à observer les étoiles. Les images de son rêve récurrent se superposaient désormais à la réalité.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 28 Fév 2015 - 10:27
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les enfants du futur
Hello !

je vous apporte une petite suite sur cette histoire !

bonne lecture !

bizz vizz

Limeye

**************

Les jours suivants, ils les passèrent au laboratoire d'Eynia, terminant le travail qu'elle avait entamé après sa dernière collecte de plantes. L'inventaire des plantes de l'ancienne Galaad était achevé, il fallait désormais s'attaquer à toute la flore de la nouvelle. Ils savaient qu'ils n'auraient pas assez de leur vie pour mener ce projet à bien, même avec l'aide d'autres chercheurs, même avec le concours des Futurmen. Néanmoins, c'était pour eux essentiel de l'entamer.

Au cours de ces journées, Evan remarqua qu'Eynia était plus silencieuse qu'avant, presque plus réservée. Il l'observait souvent, un peu à la dérobée. Elle, elle remarquait ses regards plus marqués, et à chaque fois qu'elle le surprenait à l'observer, elle sentait son coeur manquer un battement. Elle s'interrogeait beaucoup sur ses propres réactions, les changements qu'elle ressentait en elle en sa présence. Qu'est-ce qui avait donc changé en une année ?

Le conseil de Galaad écouta les conclusions d'Evan avec intérêt, une dizaine de jours après son retour. Une fois qu'il eut donné son aval, ce fut au tour de l'assemblée d'étudier le projet de création d'une zone naturelle protégée. Le périmètre initial, préconisé par Evan et Eynia, suscita cependant quelques réticences : beaucoup le trouvaient trop étendu. Il leur fallut batailler de longues heures pour éviter notamment que deux zones importantes en soient exclues, une de montagnes et une de marais, avec des tourbières très anciennes : Evan estimait à juste titre que cet endroit pouvait contenir une flore et une faune très riches. Quant à la zone montagneuse, sa protection assurait aussi celle de plusieurs bassins versants de fleuves importants de la planète. Toutes les îles furent inclues dans le périmètre protégé. Une fois ce point acquis, Eynia eut le sentiment d'avoir remporté une petite victoire, mais les discussions concernant le marais n'avaient alors pas encore commencé.

S'ils avaient tous les deux présenté le projet dans son ensemble à toute l'assemblée, ils durent revenir de nombreuses fois devant les délégués qui suivaient précisément le dossier, argumenter et plaider. Un soir, Evan rentra chez lui un peu en colère. Il avait passé sa journée à défendre le projet concernant la zone marécageuse et avait le sentiment qu'il allait échouer. Pour une fois, il ne passa pas saluer Eynia, qui n'avait pu se joindre à lui car elle était retenue au Conseil.

Ce fut elle qui passa chez lui et elle comprit rien qu'en le voyant, à sa tête des mauvais jours, qu'il n'avait pas obtenu ce qu'il voulait.

- Je ne sais pas comment leur faire comprendre qu'il faut protéger toute la zone, soupira Evan en lui proposant un jus de fruits alors qu'ils s'installaient sur la terrasse. Ils acceptent qu'une petite partie soit protégée, mais pas tout. Or, pour moi, il est évident que c'est tout un ensemble qu'il faut placer dans le périmètre, pas juste une petite partie.
- Je t'apporte une bonne nouvelle, dit Eynia avec un petit sourire. Une nouvelle qui nous permettra peut-être d'obtenir enfin l'aval de l'assemblée pour notre projet.
- Et laquelle ?, demanda-t-il un peu calmé, mais interrogatif.
- La venue prochaine de Capitaine Futur et de son équipe. Ainsi que Joan, et bien sûr Eufholia. Elle m'a appelée ce midi, avant que je n'aille au Conseil, pour me faire part de leur prochain voyage. Je lui ai parlé de nos projets et elle s'est montré vivement intéressée. Nul doute que leur soutien nous apportera beaucoup.
- Nul doute qu'il sera essentiel, tu veux dire !, s'exclama Evan dont le visage s'éclaira enfin d'un grand sourire, pour la première fois depuis plusieurs journées.

Eynia lui sourit doucement en retour. Cela lui faisait vraiment plaisir de revoir de la joie et de l'espérance dans les yeux d'Evan. Il accordait vraiment beaucoup d'importance à la création de la réserve, c'était presque plus lui qui portait le projet qu'elle, par moments. Elle mesurait combien il lui tenait à coeur, même si elle s'étonnait encore de son implication, à un tel degré, dans un projet pour une planète qui n'était pas la sienne.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 1 Mar 2015 - 17:55
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Les enfants du futur
Coucou Limeye!

Il y a des sentiments dans l'air entre Eynia et Évan! Wow On voit aussi qu'ils ont à coeur leur nouvelle planète d'adoption. Ce n'est pas facile de concilier les priorités de tout le monde! Question J'aime cette histoire qui se déroule dans le contexte du bon côté de la force! flower

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Aujourd’hui à 01:45
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Les enfants du futur
Back to top
Page 2 sur 2
Aller à la page: <  1, 2
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure