Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Lun 24 Fév 2014 - 09:01
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Flamme, coucou à toutes !

ravie de t'avoir offert ce beau voyage ! Je voulais aussi leur consacrer des petits moments un peu juste tous les deux, avant le grand rush des derniers jours, d'autant que Curtis et les Futurmen repartent vers la Terre.

Et la semaine redémarre... le compte à rebours est enclenché ! J'en suis à vendredi prochain... mais j'ai déjà pas mal d'idées pour les derniers jours avant la noce !

belle journée flower !

bizz vizz

Limeye


24 février. Glenogan

Au cours de la nuit, ils ont longuement fait l'amour, le corps gorgé de soleil, de mer et de sel, un peu ivres de ces deux journées passées sur l'océan. La journée qui les attend est pourtant chargée. Demain, c'est l'anniversaire de Ken, et la moitié du hameau est invitée pour l'occasion, c'est à dire, toute la bande d'enfants et d'adolescents avec lesquels Ken sympathise depuis son arrivée.

Après le petit déjeuner, Joan repart sur son vélo voir Soizic. Curtis rappelle son oncle et sa tante, qui sont prêts à quitter Saturne pour rejoindre la Terre. Ils y seront dans trois jours. Grag les quitte en début d'après-midi pour retourner à Ixiopolis. Il va chercher Simon pour que celui-ci soit avec eux pour l'anniversaire de Ken le lendemain. Toute l'équipe repartira le surlendemain pour Ixiopolis pour rallier la Terre.

En rentrant pour déjeuner, Joan est satisfaite. Encore un essayage, dans la semaine, sans doute seulement jeudi, et sa robe sera terminée. Soizic a fait un excellent travail et Joan sent l'impatience la gagner. Sans que cela en arrive au même point que Jelle, mais elle commence à comprendre ce que son amie avait pu ressentir une fois que sa robe avait été terminée. Elle aussi a hâte de montrer la sienne à Curtis. Et que Jelle soit là.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Ven 16 Mai 2014 - 04:39; édité 1 fois
Back to top
Lun 24 Fév 2014 - 09:01
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Lun 24 Fév 2014 - 12:37
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye!

Joan va-t-elle faire comme Jelle et garder le secret sur sa robe? Joan n'avait vu la robe de Jelle (et sa couleur) que le jour du mariage...

La fête d'anniversaire de Ken va donner un petit aperçu à Flam de la quantité de monde qui sera présente au mariage... Laughing

Bonne journée!
Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 25 Fév 2014 - 09:14
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Flamme !

pour l'heure, Joan fait de son mieux pour garder le secret de sa robe, mais... la semaine prochaine, elle aura fort à faire pour le garder Wink !

belle journée flower

bizz vizz

Limeye



25 février. Ael Vraz

Salomé s'est mis en tête de faire des crêpes pour le goûter d'anniversaire de Ken. Dès le matin, elle prépare des saladiers de pâte avec Joan, puis toutes les deux se relaient au-dessus du fourneau pour les cuire. La chaleur monte, bien vite, Joan se change, abandonnant sa robe pour un t-shirt et un short. Elle se demande si elle ne va pas finir en maillot de bain, si elle ne risquait pas de se brûler, elle se laisserait bien tenter par cette idée. Un peu avant midi, les piles de crêpes s'alignent dans la cuisine, véritables trophées pour les gourmands. Otho les surveille avec envie. Mais Joan décrète :

- On mangera plus tard ! Je vais me baigner ! J'ai besoin d'un bain !

Et sans demander son reste, elle file dans leur chambre, enfile son maillot en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire - et l'écrire -, redescend et traverse le jardin à vive allure vers le petit portillon. Curtis la regarde, un peu abasourdi.

- Fait chaud, hein, chef ?, dit Otho en s'épongeant le front. Moi, toutes ces crêpes, ça m'a donné faim... mais à Joan, ça a donné envie de se baigner ! Va comprendre…
- Hum, moi je comprends surtout pourquoi elle avait l'air si pressé. Je vais l'accompagner.
- T'as raison, chef, faut profiter, demain, on sera à bord du Comète...

**


Jelle appelle au cours de cette journée pour souhaiter un bon anniversaire à Ken. Narna est toute excitée à l'idée de prendre la navette dans deux jours pour rallier New York, puis d'embarquer à bord du Comète, ce qu'elle n'a encore jamais fait . Elle occupe un bon moment le siège devant le transmetteur, car elle veut dire bonjour à tout le monde et souhaiter plusieurs fois son anniversaire à Ken. Enfin, sa mère parvient à parler avec Joan et Curtis.

- Nous avons prévu d'arriver jeudi matin à New York, on prend la première navette, on y sera avant midi, dit Jelle. Est-ce qu'on peut dormir chez toi, Joan, ou chez Ezra ? On a le lit pliant pour Aziliz...
- Sans aucun souci. Tu pourras déplier le fauteuil dans le salon pour Narna. Tu trouveras des draps dans ma chambre. Prends aussi du linge de toilette, ne t'embarrasse pas à en amener. Il y a le nécessaire à bord du Comète et ici aussi...
- OK, ça nous arrange, on sera un peu moins chargés. Est-ce qu'il faut passer à la clinique pour ta mère ?
- Avant son départ ? Je ne sais pas..., hésite Joan en regardant Curtis.
- Jelle, c'est une bonne idée. De notre côté, nous partons demain et nous arriverons vendredi, j'espère assez tôt, de manière à repartir dès que nous aurons fait les démarches auprès de Montgomery. Mon oncle et ma tante devraient également arriver jeudi.
- Ils vont donc voyager avec nous ?
- Oui, dit Curtis en souriant et en imaginant déjà la rencontre entre sa tante et la soeur de Joan.
- C'est chouette ! Donc ok, j'irai à la clinique jeudi après-midi, Davies gardera les filles. Je vais appeler Montgomery tout à l'heure pour convenir d'un rendez-vous avec lui.
- Il nous attend de toute façon vendredi, Jelle, précise Curtis. Je n'ai pas pu lui fixer d'heure de rendez-vous, mais il a compris et sera disponible. Ils préparent aussi July à son départ. Normalement, ses affaires seront rangées, tu n'auras pas à t'en soucier, mais c'est bien que tu la vois la veille, ça va la réhabituer à ta présence.
- Bon, c'est parfait. Tu nous préviendras de votre arrivée ?
- Oui, et on avisera à ce moment-là de la manière dont on s'organise. Cela pourra être bien que tu reviennes avec moi pour chercher July, je pense que je demanderai à Otho d'être présent aussi, car il sera chargé de veiller sur elle durant le vol, du moins en partie.
- Tu sais que Davies pourra vous aider à bord ? Après tout, il a quelques connaissances de pilotage...
- Ce sera avec plaisir, mais j'avais pensé te proposer de le faire, Jelle.
- Moi ? T'es devenu fou ?
- Pas du tout... j'ai juste appris que quand tu tenais les commandes, tu n'étais pas malade, que ce soit au volant d'une voiture ou à la rame... alors, j'ai pensé que ce pourrait être le cas à bord d'un vaisseau.
- Tu tiens à revenir vivant sur Ixio, j'imagine ?
- Oui.
- Alors, oublie cette idée stupide. Mais c'est gentil de chercher une solution pour m'aider à vaincre le mal de l'espace, sauf que le mieux, je t'assure, c'est de me laisser dormir...

Jelle a dit cela d'un ton très sérieux.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mar 25 Fév 2014 - 11:51
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye!

Mala a retenu sa leçon! Mr. Green Son commentaire est beaucoup plus en douce. Il faut dire que Curtis a la tête ailleurs à ce moment là! Naughty Mort de Rire Pour ce qui est de Jelle, le comet n'est pas un voilier. Mais on va voir ce que Joan croyait impossible il y a un an: Jelle à bord du Comet! Unbelievable Youpi

Bizz!

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mar 25 Fév 2014 - 12:39
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou les filles!

Ce cher Mala ... S'il avait cuit lui-même les crêpes, il comprendrait très bien que ça ait donné à Joan l'envie de se baigner plutôt que d'en manger! Je parle d'expérience... Mr. Green

L'idée de Curtis était bonne, pour éviter le mal de l'espace à Jelle... Idea Mais je ne sais pas si elle tiendra à dormir tant que ça lorsqu'elle aura fait la connaissance de Carie et Henry... on ne peut pas papoter en dormant! Secret

Bizz Vizz
Flamme
Game
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mer 26 Fév 2014 - 09:29
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou les filles !

Eh oui, Frégo, tout arrive... Jelle à bord du Comète Unbelievable

Otho a en effet retenu la leçon... il veut pouvoir manger des crêpes Mort de Rire

je vous souhaite une belle journée ! bizz

Limeye


26 février. Départ pour la Terre

Joan et Curtis se sont levés avant l'aube, et déjeunent sans bruit dans la cuisine. La veille, après la fête pour Ken, Grag, Otho et Simon sont retournés à Ixiopolis pour préparer le vaisseau. Joan va y conduire Curtis ce matin, et elle en profitera pour repasser à l'hôpital Pasteur en tout début de matinée pour revoir la docteur Mignot et organiser l'arrivée de sa mère à Ixiopolis. Elle doit aussi rencontrer la jeune stagiaire qui sera chargée d'accompagner et aider July tout au long de la journée de mariage.

Ils prennent la route alors qu'il fait encore sombre, mais le jour ne tarde pas à se lever sur la campagne qu'ils traversent. Au-dessus d'Ixiopolis, le ciel est gris, chargé de nuages et d'orages.

- Ils sont plus tardifs dans la saison, cette année, dit Joan, mais souvent, ils n'en sont que plus violents. Il vous faudra être prudents au décollage.
- Le Comète en a vu d'autres, tu sais..., dit Curtis avec un petit sourire. Mais j'espère surtout qu'il n'y en aura pas à notre retour, pour ta soeur.
- J'ai hâte qu'elle soit là, tu sais !
- Je te comprends. Tu ne vas pas t'ennuyer cette semaine... on vous abandonne à gérer l'intendance...
- Vous vous rattraperez dans quelques jours, crois-moi. Mais c'est certain que nous n'allons pas chômer. Déjà en rentrant tout à l'heure, je repasse à la Maison Commune pour régler les derniers détails du vin d'honneur, et chez le traiteur, à Glenuain. Tu n'oublies pas cependant que tu as quelque chose à faire... que ce soit à New York ou à Ixiopolis...
- C'est à dire ?, demande-t-il en fronçant les sourcils.
- Les alliances... c'est à ta charge.
- Hum, oui, répond-il avec un petit air mystérieux.
- Je n'en saurais donc rien, ajoute Joan en lui jetant un regard.
- Pas plus que je ne peux en apprendre sur ta robe. Nous sommes donc quittes.
- Je suis confiante : je suis certaine que tu feras un très beau choix.
- Comme je le suis : je suis certain que tu seras ravissante. Au fait, tu n'as pas besoin que je te ramène quoi que ce soit de New York ?
- Non, j'y ai réfléchi, mais je ne vois pas.

Ils arrivent peu après à l'aéroport. Le vaisseau est fin prêt, Grag est déjà aux commandes. Joan monte à bord pour les saluer, pendant que Curtis se prépare pour le vol et enfile sa combinaison spatiale.

- Bien, dit-il en rentrant dans le cockpit. On va y aller. A dans quelques jours, ma douce, ajoute-t-il en prenant Joan dans ses bras. Je te tiens au courant pour le déroulement du vol et à notre arrivée à New York. N'en fais pas trop durant notre absence, repose-toi aussi, je ne veux pas te retrouver sur les rotules...
- Promis, lui sourit-elle.

Puis elle se dresse sur la pointe des pieds et l'embrasse longuement, avant de se diriger vers la porte du vaisseau, de descendre le petit escalier et de s'en éloigner bien vite. Les cyclotrons tournent déjà. Arrivée en bout de piste, Joan se retourne et assiste au décollage en agitant la main. Au-dessus d'eux, le ciel est toujours sombre, mais l'orage ne gronde pas encore. Une fois que le vaisseau a disparu en crevant le plafond bas et gris, elle rejoint rapidement la voiture et gagne l'hôpital Pasteur.

Joan y est accueillie par la Docteur Mignot et le Docteur Parker.

- Bonjour Miss Randall, comment allez-vous ?
- Bien, merci, et vous ?
- Très bien, prenez place, lui propose Parker en lui désignant un fauteuil de l'autre côté du bureau. Nous avons été en contact encore hier avec le Docteur Montgomery. Ils sont en train de préparer votre maman au voyage le mieux possible. Il attend la visite de Monsieur Newton, c'est bien cela ?
- Oui, et ma soeur adoptive passera aussi la veille du départ, pour la voir. Elle sera du voyage, ainsi que son mari qui connait bien ma mère. L'oncle et la tante de Curtis seront avec eux également, il y aura du monde pour veiller sur elle.
- Bien, je vois que vous avez préparé les choses de votre côté aussi. Pourrez-vous nous tenir au courant de leur arrivée ? Nous vous proposons, si cela vous convient bien entendu, que l'un d'entre nous se rende à l'aéroport pour l'accueillir, avec notre stagiaire que nous vous présenterons tout à l'heure - elle observe des soins pour le moment. Vous pourrez nous accompagner avec votre maman jusqu'ici, l'aider à s'installer, à faire connaissance avec son nouvel environnement.
- Pensez-vous qu'il sera nécessaire que nous restions à Ixiopolis la première nuit pour la revoir dès le lendemain ?
- Nous jugerons en la voyant. A moins qu'un des personnes qui aura veillé sur elle durant le voyage puisse rester. Elle aura peut-être besoin d'une présence familière, au moins pour les premières heures. Mais vous avez aussi beaucoup à faire, j'imagine, puisque votre mariage est prévu pour quelques jours plus tard...
- Oui, c'était un peu le sens de ma question. Mais nous nous organiserons. Je veux réussir l'arrivée de maman chez vous aussi. C'est très important pour moi de favoriser son hospitalisation ici dans de bonnes conditions, à New York, quand elle y avait été transférée, ça n'avait pas été simple... Mon parrain s'en était chargé seul, ce n'était pas évident, surtout qu'elle était vraiment très mal et souvent agitée à l'époque. Depuis, elle a retrouvé une certaine... sérénité, si ce mot peut convenir.

Les deux médecins hochent la tête, compréhensifs.

- Nous sommes là pour vous aider aussi, Miss Randall. Ce n'est jamais facile d'avoir un parent dans la situation de votre maman, et surtout de faire face seul, de devoir prendre des décisions seul, comme vous avez été amenée à le faire bien souvent, même si, heureusement, vous êtes aussi bien entourée et soutenue. Surtout n'ayez aucune crainte, ni appréhension. C'est une belle décision aussi que vous avez prise de faire en sorte que votre maman assiste à votre mariage, dans son état, ce n'est pas forcément facile.
- Voulez-vous que nous vous montrions la chambre que nous avons prévue pour elle avant de rencontrer Mathilde ?
- Volontiers.

Tous les deux la guident dans les couloirs et, comme lors de leur première visite, Joan est frappée par le calme qui règne, mais aussi une atmosphère chaleureuse. Le personnel est souriant, disponible, attentif. Elle retrouve un peu l'atmosphère qui régnait à "White Butterfly", mais dans une unité plus petite, presque plus "familiale". Elle n'a aucun doute sur la qualité de la prise en charge de July, ici, et espère aussi que cette atmosphère lui sera profitable.

La Docteur Mignot s'arrête devant une porte, qui porte le numéro 16, et fait entrer Joan. La chambre donne au sud ouest, comme la plupart, les bureaux et pièces de soins, d'examens ou la salle de repos du personnel étant orientées de l'autre côté, là où il y a moins de lumière. Située au rez-de-chaussée, elle donne directement sur le parc, accessible grâce à une porte-fenêtre.

- La porte-fenêtre est bien entendu verrouillée, précise le Docteur Parker, mais vous en aurez une clé et lors de vos visites, vous pourrez sortir directement par ici, sans avoir à faire tout le tour par le couloir.
- C'est une très belle chambre, dit Joan en laissant son regard en faire tout le tour. Elle fait penser à celle qu'elle occupe à New York, mais en plus spacieuse.
- Vous pourrez bien entendu la personnaliser, avec des photos, des tableaux, des décorations, ou même des petits meubles, si vous le souhaitez. Nous y mettons l'essentiel, mais par exemple, pour le mobilier du petit salon, si vous voulez mettre d'autres fauteuils, d'autres couleurs, c'est tout à fait possible.
- Merci, dit Joan. Lorsque je reviendrai à son arrivée, j'apporterai des dessins. J'en avais mis dans sa chambre, à New York, et mes amis vont les ramener bien entendu. Nous les remettrons aussitôt.
- C'est une bonne chose, cela lui fera des points de repère, l'aidera à se familiariser avec ce nouvel environnement. Est-ce que la disposition et la chambre vous plaisent ?
- Oui, tout à fait !, dit Joan. Il faudrait vraiment être difficile... Il y a un cabinet de toilette, je suppose ?
- Oui, ici, dit Parker en ouvrant une porte qui donne sur une véritable petite salle de douche, aux murs de couleurs douces, et aménagée pour des soins. Il y a aussi une armoire, dans le mur ici, pour ranger ses vêtements.
- Nous pourrions ajouter une petite commode ?, demande Joan.
- Bien entendu, il y a la place.
- Celle qui était dans sa chambre, je veux dire, dans la chambre de mes parents, quand j'étais enfant, a été gardée par ma famille adoptive, ainsi que sa table de nuit, une glace...
- Ce serait une excellente idée que de les ramener, dit la Docteur Mignot pendant que son collègue acquiesce. Avez-vous d'autres questions, Miss ?
- Non, pas pour l'instant, répond Joan.

La Docteur Mignot regarde sa montre, puis sort son portable de sa poche et passe un appel. Quelques minutes plus tard, la jeune stagiaire, Mathilde, entre dans la pièce. Elle fait tout de suite bonne impression à Joan par la douceur de son regard, la gentillesse qui s'affiche sur son visage.

- Bonjour, Miss Randall, je suis Mathilde Desbois.
- Bonjour, Miss, ravie de faire votre connaissance.
- Moi aussi, les Docteur Mignot et Parker m'ont parlé déjà beaucoup de votre maman, de ce qu'il faudra faire pour l'accompagner, et je suis très touchée de leur confiance et de la vôtre ! C'est une expérience importante pour moi.
- Je vous remercie moi aussi d'avoir accepté de nous aider. C'est une journée de fête pour nous, mais de travail pour vous !
- J'espère être à la hauteur et vous aider au mieux.
- Vous ne serez pas seule non plus, vous verrez qu'il y aura toujours quelqu'un de disponible si vous avez besoin. Il ne faudra pas hésiter à demander, surtout !
- Je le ferai.
- Mathilde, nous avons convenu avec Miss Randall d'être présents pour l'arrivée de Madame Randall à l'aéroport dans quelques jours... quelle date précise, Miss ?
- Normalement, lundi prochain, si le vol se passe bien. J'aurai des précisions plus tard quant à leur heure d'arrivée précise, je vous tiendrai aussitôt au courant.
- L'un d'entre nous sera donc présent avec toi, pour prendre en charge Madame Randall dès son arrivée et la conduire ici, l'aider à s'installer, assurer les premiers soins et surtout du repos après le voyage, enfin, faire le nécessaire. Miss Randall restera si possible durant les premières heures, ou du moins, quelqu'un de l'entourage proche durant vingt-quatre heures. Nous préciserons ensuite les modalités de la journée à Glenogan.
- D'accord, dit Mathilde qui a écouté avec attention.
- Avez-vous des questions, Miss ? Mathilde ?
- Non, répondent-elles avec un sourire.
- Bien, Miss Randall, vos journées sont bien occupées, j'imagine, dit la Docteur Mignot, nous ne vous retenons pas plus longtemps. Tenez-nous au courant, je pense que nous serons également en contact à nouveau avec le Docteur Montgomery le jour du départ de votre maman de la clinique.
- Je dirai à mon compagnon de vous appeler aussi à ce moment-là. Je vous remercie beaucoup de votre disponibilité et de votre attention, je suis vraiment très touchée de tout ce que vous faîtes.
- Nous sommes au service de nos malades et de leur famille, Miss, en tant qu'Ixienne, cela ne devrait pas vous surprendre...

Joan sourit. Oui, c'est vrai, elle va devoir aussi se remettre à vivre avec cet esprit de solidarité qui est la marque de la vie sociale sur Ixio.

- N'hésitez pas à nous rappeler, si besoin, Miss, dit le Docteur Parker en la saluant, et alors qu'ils cheminent tous les quatre vers la sortie pour raccompagner Joan.
- Aucun souci, Docteur, je vous rappelle aussi dès que j'ai des nouvelles concernant le voyage. A bientôt, je vous souhaite une bonne journée.
- A vous aussi, Miss.

Et Joan serre la main de tous avant de s'éloigner, traversant une petite partie du parc pour gagner la sortie. Lorsqu'elle arrive à la voiture, les premières grosses gouttes de pluie commencent à tomber. Elle va rentrer sous l'orage, car même à Glenogan, le ciel est couvert et il pleut.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mer 26 Fév 2014 - 12:51
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye!

Ça en fait des choses à penser... et à écrire! Master Good Best Clap

Le cadre de vie à Ixio tient vraiment du monde idéal... et ça se transpose aussi dans les soins aux personnes âgées! Je crois qu'une fois passée la période d'adaptation, July se sentira bien dans cet environnement chaleureux, accueillant et paisible!

L'orage me fait espérer qu'il fera beau le 8 à Glenogan! Wow jump

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Jeu 27 Fév 2014 - 02:24
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye

La solidarité collective qui règne sur Ixio mériterait en effet d'être greffée! Wow Idea Master C'est vraiment le décompte dans les préparations pour la noce! Je suis de retour sur le grillpoline!

jump jump jump jump jump

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Jeu 27 Fév 2014 - 02:53
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye,


Hmm le mariage se rapproche vite! Effectivement, Joan est bigrement occupee, et surement terriblement soulagee aussi de voir que sa mere sera bien prise en charge et tout pres d'elle. Son bonheur, c'est aussi d'avoir sa famille a cote d'elle, famille au sens large bien sur Wink ...

O-tho

Back to top
Jeu 27 Fév 2014 - 07:24
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou les filles !

merci pour vos avis... Encore une fois, Ixio un monde idéal... où les vraies valeurs humaines prennent le dessus sur les autres considérations ! Le cas de July, sa prise en charge, est en effet exemplaire de ce qui s'y fait.

mais vous avez raison ! Le décompte est en route pour le jour J ! Pour ma part, dans la rédaction, je suis rendue à la veille... j'ai donc une semaine d'avance, mais je peux vous assurer que j'y passe du temps, car ce sont des journées qui ne sont pas remplies que pour nos héros Mr. Green ! Ce que vous allez pouvoir constater au fil des jours... déjà hier, je vous avais livré un long passage, mais cela continue.

alors bonne lecture et belle journée pour vous !

bizz vizz flower

Limeye


27 février. New York. Fin de matinée

- Pff... pas fâchée d'arriver, soupire une Jelle un peu pâle en posant le pied sur le tarmac de l'aéroport de New York. Et dire que ce n'est rien à côté du voyage qui nous attend à partir de demain...
- Tu aurais pu te l'éviter, dit Davies, malicieux.
- Comment cela ?
- En refusant d'être témoin...
- Mon chéri, continue à émettre des idées aussi stupides et je pense que je vais demander le divorce. Enfin, ce qui me donne le courage de tenir, outre le fait qu'ils se marient enfin, c'est de me dire qu'on va arriver en plein été à Glenogan, et ça, quand même, ça vaut le coup de faire le voyage.
- Si ça se trouve, tu ne seras pas trop malade à bord du Comète, tu sais.

Jelle soupire :

- On verra dans trois jours... bon, Narna, viens par là, remets bien ton bonnet et ton écharpe. Il fait encore plus froid ici qu'à Vancouver.
- Je te proposerais bien qu'on aille directement chez Joan, poursuit Davies. Tu t'y reposes un peu, je ressors aussitôt pour acheter de quoi manger chez le traiteur, car les placards de Joan ne doivent pas contenir grand-chose. Et tu prends le temps de t'installer avant d'aller voir July.
- La journée va nous paraître courte avec le décalage horaire. Je ne sais pas si on arrivera à coucher Narna de bonne heure.
- On avisera pour ce soir, de toute façon, ce n'est pas la peine d'essayer de la recaler, puisqu'on repart demain.
- Tu as raison. Bon, tu peux m'expliquer pourquoi il n'y a jamais de taxi quand je sors d'une navette ? Qu'il faut toujours attendre ?
- Ne t'énerve pas ma chérie, en voilà un.

Davies fait embarquer toute sa petite famille, ils arrivent rapidement chez Joan. L'appartement est froid. Le jeune homme remet le chauffage en route, Jelle se fait un thé, puis il ressort pour quelques courses. Narna a voulu l'accompagner et Jelle n'a pas dit non. Elle a assez à faire avec son état encore nauséeux et Aziliz qui s'agite. Après un repas simple, mais bon et surtout chaud, Jelle va s'allonger un peu, pendant que Davies s'occupe de ses filles. Au bout d'une petite demi-heure, Jelle se relève, elle a retrouvé la forme et toute sa combativité. Après avoir sorti de quoi faire les lits, ce dont Davies va s'occuper, elle repart pour la clinique "White Butterfly".

Le docteur Montgomery la reçoit avec plaisir et l'emmène très vite voir July Randall. Jelle ne l'a pas vue depuis l'été et est frappée par son visage fermé, triste. Elle a beau savoir qu'en hiver, la mère de Joan affiche toujours ce visage vieilli et fatigué, cela lui fait quand même un choc.

"Pourvu que le voyage se passe bien", songe-t-elle, "que Joan la retrouve en pas trop mauvais état, sinon, elle culpabilisera de l'avoir fait venir..."

Le médecin reste un moment avec Jelle, tous deux s'adressent à July pour lui expliquer ce qui l'attend. Puis il laisse Jelle quelques moments seule dans la chambre.

- Tante, dit Jelle avec détermination. Demain, Curtis sera là et tu partiras avec nous. Nous allons faire un voyage de quelques jours pour retourner sur Ixio. Joan t'attend là-bas, mais aussi papa et maman, Victor et Salomé. Ezra est avec eux aussi. C'est très important que tu viennes avec nous, que tu fasses ce voyage, parce que Joan et Curtis vont se marier et il faut que tu sois avec eux.

July ne réagit pas, mais Jelle continue :

- Oui, tante, Joan, ta fille, ta petite Joan, elle va se marier. Avec Curtis. Tu te souviens de lui, n'est-ce pas ? Je vais repartir ce soir, je dois retrouver mes filles et Davies, tu les verras demain aussi, nous allons voyager tous ensemble. Je reviens avec Curtis, demain, répète-t-elle avant de quitter la chambre.

En rentrant chez Joan, Davies lui annonce que Curtis les a appelés. L'arrivée du Comète est prévue en toute fin de matinée le lendemain.

- Bon, quelle heure est-il... ça va, pas trop tard. J'appelle Joan aussi, avant qu'on mange. Ca a été les filles ?
- Oui, on est sorti dans le parc, Narna a bien joué, et là, elle prend son bain. Je la surveille. Termine ce que tu as à faire, et puis, on essayera de les faire dormir... mais je te préviens, ta grande est un peu excitée.
- Le "un peu" est certainement en trop..., soupire Jelle en s'installant devant le transmetteur de Joan.

C'est le visage de son père qui s'affiche sur l'écran quelques instants plus tard. A Glenogan, c'est le soir et la nuit est tombée. Mais personne n'est encore couché, tout le monde attendait des nouvelles des Terriens ou des voyageurs.

- J'appelle Joan, lui dit Victor bien vite après avoir rapidement pris de leurs nouvelles.
- Merci, papa.

Le visage un peu soucieux de Joan s'affiche ensuite.

- Ca va Jelle ? Ca a été le voyage pour toi ?
- Oui, oui, soeurette, ça va, je l'ai déjà oublié, lui sourit Jelle qui voit avec soulagement l'inquiétude disparaître du visage de sa sœur.
- Je me suis fait du souci pour toi toute la journée ! Je pensais que vous nous auriez appelés plus vite et j'ai craint un problème.
- C'est juste que je n'ai pas voulu faire attendre Montgomery, donc on était à peine arrivés et moi remise du voyage que je suis partie à la clinique. Je viens tout juste de rentrer.
- Ah, d'accord !
- Ta mère, ça va... Je suis restée un bon moment avec Montgomery aussi.
- Il la laisse partir ? Il n'y a pas eu de problèmes de dernière minute ?
- Non, non, je te rassure. Il m'a dit qu'ils lui ont parlé du voyage chaque jour, ils ont fait ses bagages aussi, petit à petit pour ne pas la perturber. Franchement, Joan, ils ont fait au mieux.
- Bon, ça va alors. Ici, tout est prêt aussi pour l'accueillir. J'ai été à l'hôpital Pasteur hier.
- Donc tu vois, sois rassurée. Tout va bien se passer, et à bord du Comète aussi.
- J'espère... Curtis nous a appelés ce midi, le vol se déroule bien pour eux.
- Oui, il a appelé ici tout à l'heure, avant que je ne rentre. Ils ont prévu d'arriver demain midi heure new yorkaise. Il t'appellera certainement à son arrivée.
- Oui, demande-lui de le faire, s'il te plait.
- Quelque chose t'inquiète, Joan ?
- Pff... Non, si... Jelle, sincèrement, j'ai hâte que vous soyez tous là.
- Hé, frangine ! Flanche pas maintenant, hein ? T'inquiète pas, tout ira bien, lui répète Jelle avec aplomb. Et pour les préparatifs, on donnera le dernier coup de collier tous ensemble. Ce sera parfait, tu verras !
- J'espère... j'ai vu le traiteur hier après-midi aussi, pour le vin d'honneur. J'espère ne rien avoir oublié sur la liste...
- Tu l'avais relue avec maman ?
- Oui, et avec Ezra aussi.
- Bon, alors, je suis certaine que vous n'avez rien oublié.
- Et cet après-midi, j'ai rencontré les quelques jeunes qui se sont portés volontaires pour faire le service. Ils sont enchantés ! Ils se connaissent bien, et m'ont fait bonne impression.
- Et bien, tu vois... de ce côté-là, tout est prêt. Et ta robe ?
- Terminée aussi. J'ai fait le dernier essayage avant le grand jour ce matin. Et demain, j'ai rendez-vous chez la coiffeuse. Et...
- Et n'oublie pas d'aller à la plage, surtout, ça te détendra. Et je peux te certifier que la détente, ce n'est jamais du temps perdu !
- Merci, ma Jelle. Mais pour la baignade, depuis deux jours, c'est impossible. On a de l'orage.
- Aie, oui, je vois...

Et Jelle comprend en effet d'autant mieux pourquoi Joan est tendue : sans baignade le soir pour décompresser, elle accumule un peu de tension, bien compréhensible à une dizaine de jours du grand jour.

- Bon, ma belle, je rappelle à Curtis de t'appeler demain en arrivant, mais à mon avis, il n'aura pas besoin de mon rappel. Et nous vous contactons aussi juste avant le départ de New York, dès qu'on aura amené ta mère au vaisseau. Tu pourras lui parler, ou au moins la voir. Ca te rassurera.
- C'est aussi pour tout cela que j'ai hâte que tu sois là, soupire Joan, tu as toujours les mots qu'il faut ! Maman a beau m'aider, des fois... j’ai l’impression de ne plus savoir où j’en suis, ce qu’il reste à faire… surtout depuis que Curt est reparti. J'ai l'impression d'avoir une montagne devant moi !
- Oui, et puis toute l'équipe est avec lui, donc ça vous fait un vide d'un coup. J'espère que Ken est sage et vous file un coup de main !
- Maman l'a embauché pour préparer la décoration de la table. Mais il est excité comme une puce et le temps orageux n'arrange rien. Heureusement, ils ont annoncé que ça n'allait pas durer. Demain déjà, ça devrait s'améliorer.
- Bon, alors c'est parfait. Je ne te retiens pas plus longtemps car il est tard pour vous, et nous, nous n'avons pas encore mangé... Dis seulement à Ezra que l'on fera un saut chez lui demain matin. Je pense que Davies ira tout seul, je resterai chez toi avec les filles.
- Ok ! C'est gentil de penser à lui aussi. Il va apprécier !
- A demain, Joan, embrasse tout le monde de notre part ! On sera bientôt tous réunis, dit Jelle avec ce grand sourire chaleureux qu'elle sait très bien afficher quand c'est plus que nécessaire.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Jeu 27 Fév 2014 - 12:31
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye!

Ce texte est vraiment un hommage à Jelle, et à presque toutes les facettes de son caractère! Mr. Green
Son côté impatient Confused m'a bien fait sourire, et son dévouement, sa détermination et sa compassion sont admirables!

Mais le soleil a intérêt à réapparaître vite à Glenogan, que Joan puisse évacuer un peu de pression horified dans la mer!

Bizz et bonne journée!
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 28 Fév 2014 - 07:24
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Flamme,

oui, j'ai mis l'accent sur Jelle pour cette journée, elle me permet aussi de montrer un peu de l'extérieur comment les choses se préparent, se précisent...

Aujourd'hui, je livre en deux fois, car c'est à nouveau à une loooongue lecture que je vous convie (mais je pense que le record sera pour le 8 Very Happy )

belle journée à toutes flower !

Limeye


28 février. New York. Le matin


En se levant, Jelle et Davies ont la surprise de voir qu'un petit message leur est parvenu dans la nuit. Ezra leur a simplement écrit de profiter de leur passage chez lui pour reprendre du champagne. Avec les anniversaires de Victor et de Ken, ils ont sérieusement tapé dans ses provisions, et il craint qu'il n'y ait pas assez pour le mariage. Il les remercie aussi chaleureusement de prendre le temps de passer chez lui.

Davies se prépare rapidement pour faire ce petit crochet chez le colonel, pendant que Jelle profite pour se reposer un peu et jouer avec Narna alors qu'Aziliz dort encore.

- Pourquoi Marraine n'est pas chez elle ?, demande la petite fille à brûle-pourpoint.
- Narna, je t'ai expliqué que Marraine est sur Ixio, chez Grand-Père et Grand-Mère, avec papi Ezra et Ken, et que Curtis venait nous chercher pour les rejoindre pour les vacances et pour le mariage.
- Oui, mais elle aurait pu venir aussi et être là.
- Mais elle a des tas de choses terriblement importantes à faire sur Ixio. A commencer par ramasser des framboises pour te faire un gâteau, improvise Jelle qui sent que les explications vont durer si elle ne trouve pas subitement une bonne raison qui conviendra à sa fille.
- Ah... et on verra Grag aussi ?
- Tout à l'heure. C'est lui qui pilote le Comète. Ils doivent arriver ce midi.

La petite fille se replonge dans un coloriage, puis alors que sa petite sœur se réveille et que sa mère lui prépare le premier biberon, elle redemande :

- C'est quand qu'ils arrivent ?

**


C'est un ciel de neige qui accueille les Futurmen à New York. Des flocons légers tombent doucement. Dans l'aérogare, au premier étage, un couple les attend. Carie et Henry sont arrivés la veille et ont convenu avec Curtis qu'ils se retrouveraient tous à l'aéroport.

- Et bien les voilà, dit Carie, en regardant par la grande baie vitrée.
- C'est toujours aussi impressionnant de voir le Comète se poser, dit Henry. Ca fait un bail que nous ne sommes pas montés à bord, et je me demande ce qu'ils y ont encore apporté comme changements.
- Certainement beaucoup d'améliorations qui vont nous surprendre, dit Carie. Simon a toujours tellement d'idées...
- ... et Curtis, aussi !

Ils regardent avec joie traverser le petit groupe des Futurmen, et devinent qu'Otho et Grag sont encore en train de se disputer à propos de l'atterrissage. Quelques minutes plus tard, ils se retrouvent tous à l'étage et Curtis serre avec bonheur son oncle et sa tante dans ses bras.

- Tu as une mine superbe, Curtis ! Il n'y a pas à dire, mais l'air d'Ixio te donne meilleure mine que celui de Tycho !

Le jeune homme rit de la remarque de sa tante.

- Vous avez l'air en pleine forme vous aussi. Votre voyage s'est bien passé ?
- Aucun souci, et notre hôtel était parfait. Et vous, le voyage ?
- Pas de problèmes, malgré les dires d'Otho et Grag.

Les deux amis s'avancent à leur tour pour saluer Henry et Carie, et Simon plane jusqu'à eux.

- Heureux de vous revoir, dit le professeur.
- Nous aussi, Simon, plus que nous ne pouvons le dire, répond Henry.
- Tu nous as dit qu'il y aurait plusieurs choses à régler ici avant de repartir, Curtis ? Qu'en est-il exactement ?, demande Carie.
- Nous allons en parler autour d'une table, répond le jeune homme en ajustant le col de son manteau, car nous avons rendez-vous pas très loin d'ici avec Jelle et Davies. Ils nous attendent dans un petit restaurant tranquille. Enfin, disons, un endroit où on peut emmener une petite fille impatiente d'embarquer à bord du Comète et de retrouver ces deux-là, dit-il en montrant du pouce Grag et Otho.
- A les voir, c'est à se demander si les impatients, ce ne sont pas eux..., sourit Henry en voyant le grand robot et l'androïde les devancer à grands pas pour rejoindre le premier taxi.
- Pour le concours d'impatience, je vous laisserai juger aussi la mère de la petite fille... quoique pour l'heure, ce ne doit pas être l'impatience qui la domine, mais l'angoisse à l'idée de monter à bord du vaisseau et d'être malade durant tout le voyage. Jelle a le mal des transports, mais comme j'ai rarement vu, précise Curtis.

Il tient la portière pour laisser monter son oncle et sa tante, et s'installe à côté d'eux, alors que Grag a pris place sur le deuxième siège arrière avec Otho et Simon. Curtis indique le nom du restaurant au chauffeur qui s'empresse de les y conduire.

Carie a à peine le temps de voir le visage souriant d'un grand jeune homme aux cheveux châtains et aux yeux noisette qu'une petite fille déboule à travers la salle du restaurent en hurlant :

- Graaaaaaaaaaaaaaaaag ! Othoooooooooooooooooo !

Ce à quoi les deux amis répondent en rivalisant de puissance :

- Narna !!!

Et la petite fille leur saute dans les bras.

- Et bien quel accueil !, s'exclame Henry, impressionné.

Davies s'avance pour les saluer, puis le petit groupe gagne l'arrière de la salle où Jelle est installée avec Aziliz qui est en train de finir une petite assiette de purée. La petite fille tape des mains en voyant tout ce monde et Curtis se dit qu'elle a encore bien changé en deux mois. Jelle se lève et les salue tous, ravie de faire la connaissance d'Henry et de Carie. Puis ils prennent place à table. Curtis explique :

- Voilà ma petite filleule, dit-il en s'installant à côté de la fillette. Elle s'appelle Aziliz.
- C'est un très joli prénom, dit Carie. Quelle en est son origine ?
- C'est un prénom très ancien, celtique, précise Jelle, très fière. Aziliz était traditionnellement la patronne des musiciens. J'ignore si nous en ferons une grande mélomane, mais enfin... elle a le caractère aussi doux qu'une mélodie !

Le serveur s'approche, ils passent rapidement commande, puis Curtis en vient au fait :

- Tu as vu July hier, Jelle ?
- Oui, elle n'a pas très bonne mine. Enfin, je veux dire, elle a sa tête d'hiver, quoi...
- Montgomery a dit quelque chose de spécial ?
- Pas vraiment. Tout est prêt de leur côté, il a transmis tout le dossier à la docteur... Mignot, c'est ça ?

Curtis acquiesce.

- Bien, nous verrons cela tout à l'heure. Vous êtes prêts à partir ?

Malgré son air un peu inquiet, Jelle hoche la tête.

- Nous avons laissé nos sacs chez Joan, par contre.
- Grag ira les récupérer avec le Cosmolem. L'un d'entre vous pourra l'accompagner ? Puis il nous rejoindra à la clinique, nous aurons besoin de lui pour ramener les affaires de July. Il n'y a pas que son sac de vêtements, mais aussi les petites affaires personnelles avec lesquelles Joan avait décoré la chambre. Elle a insisté pour que nous ne les oubliions pas, elles seront importantes et nous les remettrons aussitôt dans la chambre de July pour qu'elle retrouve des repères.
- J'irai chez Joan, dit Davies. Il vaut mieux que Jelle retourne à la clinique avec toi. Est-ce qu'Otho pourra garder les filles ? Ou au moins Narna ? Je pourrais emmener Aziliz...
- Ca va être terriblement compliqué..., commence Otho en regardant la petite fille avec malice. Tu voudras venir avec moi dans le Comète ?
- Oh oui ! Maintenant ?
- Non, après le repas.
- Oh...
- Pouvons-nous vous aider de quelque manière, Curt ?, demande Carie. Je peux veiller sur la petite, ça vous évitera d'avoir à l'emmener, surtout si elle fait sa sieste...
- Merci, dit Davies avec un sourire.
- Bien, dit Curtis, vous irez avec Otho et les petites, vous pourrez vous installer à bord du Comète, tranquillement. Simon, tu viendras avec Jelle et moi, c'est bien que tu sois là pour voir Montgomery.
- Curtis, Joan voulait que tu l'appelles aussi, intervient jelle.
- C'est fait. J'ai pu la joindre peu avant notre arrivée sur Terre. J'ai convenu de la rappeler quand nous serions tous à bord, avant de repartir. Aucun souci.
- Ca allait ?
- Oui, mais elle s'inquiète un peu pour toi et pour sa mère. Je pense que tout se passera bien. Nous sommes assez nombreux pour que tu puisses dormir durant tout le voyage si tu ne peux faire autre chose, et pour veiller sur July, mais aussi nous occuper de tes filles. Le voyage se passera bien, ajoute-t-il d'un ton rassurant.

Mais Jelle fronce les sourcils, il a employé le ton qu'il avait pour dire autrefois à Joan "tout ira bien". Sauf qu'il vivait toujours des aventures incroyables et affrontait des dangers plus terribles les uns que les autres, et que Joan se faisait alors beaucoup de souci...
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Lun 1 Sep 2014 - 02:12; édité 1 fois
Back to top
Ven 28 Fév 2014 - 11:19
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Et voici la deuxième partie de cette journée...

bizz vizz !!


New York. 28 février. Début d'après-midi

Ils n'ont pas fait traîner le repas, et pendant que tous rejoignent le Comète, Curtis, Jelle et Simon se rendent à la clinique. Le dernier entretien avec le docteur Montgomery se passe bien et celui-ci demande à Curtis de lui transmettre des nouvelles à leur arrivée, et précise qu'il reste bien entendu à la disposition de l'équipe qui va prendre en charge July sur Ixio, pour les aider en cas de besoin. Curtis est touché par l'attention du médecin et le remercie encore chaleureusement de tout le travail que lui et son équipe ont effectué au cours des années passées pour July, rappelant que cela a été un vrai soutien aussi pour Joan et ses proches. Simon précise qu'il veillera tout particulièrement sur elle au cours du voyage et qu'une équipe l'attend là-bas dès leur arrivée. Enfin Curtis transmet encore les remerciements sincères de Joan. Puis Montgomery les accompagne jusqu'au petit salon où July a été installée.

Une infirmière se trouve avec elle, et les salue à leur arrivée.

- Tout va bien, Monsieur Newton, dit-elle. Elle a déjeuné tout à fait normalement. En général, en début d'après-midi, elle se repose un peu. Par contre, nous ignorons totalement si elle peut supporter un voyage spatial, si elle n'est pas malade...

Jelle grimace, mais Simon intervient :

- J'ai ce qu'il faut à bord du vaisseau pour l'aider. N'ayez crainte.
- Nous avons laissé ses affaires dans sa chambre, tout est prêt. Il y a deux sacs pour ses vêtements, et un carton avec les affaires que Miss Randall avait apportées. Elle nous a appelés hier et nous avons bien compris qu'il était important que vous les emportiez dès aujourd'hui. C'est en effet mieux pour Madame Randall de retrouver certaines choses de son environnement habituel.
- C'est aussi le souci de l'équipe qui l'attend sur Ixio, dit Curtis. Je vous remercie beaucoup de tout ce que vous avez fait, et de ces préparatifs. J'imagine que ce n'était pas forcément simple...
- Nous avons parlé à Madame Randall chaque jour, mais impossible bien entendu de savoir si elle a compris quelque chose des changements qui s'annoncent pour elle.

Jelle opine. Elle ne dit pas grand-chose, laisse Curtis et Simon gérer le départ de July. Mais elle se maudit d'être si malade en voyage, car elle aurait aimé pouvoir veiller aussi sur sa tante.

- Bien, je vais appeler Grag, pour voir où il en est.

A cet instant, la montre de Curtis vibre : c'est le robot qui les appelle.

- Ah, Grag, j'allais justement te joindre. Où en es-tu ?
- Les affaires de Jelle et Davies sont à bord du Comète, Davies aussi. Les filles vont bien. Otho joue avec Narna, dit-il avec une légère pointe d'envie. Je suis reparti et je devrais arriver d'ici moins de dix minutes. Henry est allé récupérer leurs bagages à l'hôtel, il devrait être de retour avant nous.
- Parfait. Ici, il y a un emplacement pour les héli-ambulances où tu peux te poser le temps qu'on embarque.
- On emmène July dans le Cosmolem ?
- Oui, c'est le plus facile. Pas la peine de lui imposer la circulation en ville.
- Ca ira pour Jelle aussi ?

Curtis jette un œil vers la jeune femme, qui soupire. Elle espère que oui, ça ira, même pour un vol de courte durée. Elle ne veut pas faire perdre de temps à toute l'équipe, en prenant le métro.

**


Le court vol entre la clinique et l'aéroport se passe finalement sans difficulté, July se laissant mener aisément. Grag pose le petit vaisseau à côté du Comète, et tous en descendent. Le robot le garera dans son habitacle un peu plus tard, avant le décollage. Otho, Henry et Carie les attendent en bas de l'escalier, prêts à aider si nécessaire. Jelle descend la première, puis Curtis, qui fait se lever July, et la guide pour descendre du petit vaisseau. Elle se laisse faire sans vraiment réagir. Simon plane vers eux :

- Otho, va aider Grag, s'il te plait, à descendre les affaires de July. Rangez-les dans l'une des soutes, hormis le sac le plus petit, il contient ses affaires pour le voyage. On va la mener à l'infirmerie, ce sera le mieux pour le décollage. Ensuite, si elle supporte bien le vol, elle pourra passer un moment dans le petit salon, mais pour la faire dormir, je préfèrerai qu'elle soit à l'infirmerie. En cas de problème, ce sera plus facile d'intervenir.

Une fois July installée et tout le monde à bord, Curtis s'installe devant le transmetteur et appelle Joan. C'est Ken qui lui répond, mais la jeune femme arrive bien vite. Ils attendaient tous leur appel avec impatience.

- Tout va bien, ma douce, dit Curtis avec un sourire pour la rassurer. Nous sommes tous à bord et bientôt prêts à partir. Simon a pris en charge ta mère, Carie et Henry vont rester à ses côtés pour le décollage, à l'infirmerie. Si tout se passe bien et qu'elle supporte bien le vol, on l'installera au salon.

Il voit le soulagement se dessiner sur le visage de Joan.

- Autrefois, elle n'était pas malade en bateau, ni même pour les voyages spatiaux, lui dit Joan.
- Mais rien ne peut nous certifier que ce soit toujours le cas. Ne te fais aucun souci, Simon peut lui donner un léger calmant si besoin. Mais pour l'heure, ça va.
- Ton oncle et ta tante vont bien ?
- Oui, ils sont donc là, avec nous. Et Jelle et Davies aussi. Narna est folle de joie de monter dans le vaisseau. Otho l'a gardée tout à l'heure et lui a fait la visite. Elle est impatiente de partir. Sa mère, par contre...
- Pauvre Jelle... j'espère qu'elle ne sera pas trop malade...
- Tu peux compter sur Grag pour piloter au plus doux.
- Je sais, répond-elle avec un sourire.
- Bon et de votre côté ? Ca va ?
- Oui, Ezra n'est pas encore revenu d'Ixiopolis. Il avait rendez-vous avec ses collègues de la police interplanétaire.
- Ah ?
- Oui... il ne m'en a pas trop dit, mais je le soupçonne de vouloir se faire embaucher ici... Sinon, nous avançons dans les préparatifs. Nous avons préparé aussi les chambres, chez Mamik, pour héberger ton oncle et ta tante, et Jelle et Davies et les filles. Il y aura aussi le moyen d'y loger Kim. Tu n'as pas eu de ses nouvelles ?
- Aucune pour l'heure, mais il a promis d'être là. Il le sera.
- Nous avons aussi réfléchi au menu avec maman. Et j'ai revu également la première officier, pour la cérémonie, pour quelques détails. Et...
- Et tu te reposes ?
- Je vais nager tous les soirs, j'arrive à me détendre, je te rassure !
- Bien, j'espère. Bon, tu peux considérer que dans moins d'une demi-heure, nous aurons décollé. Je te rappellerai demain, j'essayerai vers l'heure de midi pour vous, pour vous dire comment ça se passe.
- Oui, je veux bien.
- Je t'aime, ma douce. Embrasse tout le monde de notre part. A dans quelques heures.

Elle lui sourit et mime un baiser en déposant ses doigts sur ses lèvres, puis en les tendant vers lui. Puis l'écran s'éteint.

Curtis fait tourner son siège et gagne l'intérieur du vaisseau. Grag et Otho ont vidé le Cosmolem, et l'ont rentré dans son habitacle. Ils ont vérifié aussi les niveaux. Le vaisseau est paré pour le vol. A l'infirmerie, tout va bien. July est installée dans un des fauteuils, Simon lui a pris sa tension, qui est bonne. Henry et Carie se sont installés dans une des cabines, Jelle et Davies ayant pris la plus grande dans le quartier des invités pour pouvoir coucher les filles avec eux.

- Jelle, si tu ne te sens pas bien et si tu préfères être seule aussi, tu pourras dormir dans l'ancienne cabine de Joan, lui dit Curtis.
- Merci, Curt, c'est peut-être ce que je ferai en effet, pour que Davies puisse s'occuper des filles plus facilement.
- N'oublie pas que nous sommes assez nombreux pour l'aider, et viens, je vais te montrer quelque chose.

Il la conduit à l'ancienne cabine de Joan, et lui indique un petit bouton.

- En cas de besoin, c'est à portée de main si tu es allongée. Tu appuies dessus et une alerte se déclenche dans le cockpit. On viendra aussitôt.

Jelle paraît soulagée de ce dispositif et prépare le nécessaire pour elle pour le vol. Médicaments contre les nausées - dont elle doute systématiquement de l'efficacité -, bassine, serviette de toilette et vêtements de rechange. Elle garde aussi à portée de main de l'eau. Elle réalise ces petits préparatifs très rapidement, et signale à Curtis qu'elle est prête à partir. Puis va s'allonger dans la cabine de Joan pour la durée du décollage. Mais en s'y installant, elle soupire et se dit qu'elle n'en sortira que dans deux jours, quand ils arriveront sur Ixio.

**


Après quelques heures de vol, et un décollage pénible pour elle, Jelle a finalement réussi à s'endormir. July a, de son côté, bien supporté le début du voyage, et Simon la trouve très calme. Carie aide Otho pour lui donner le repas du soir et l'installer pour la nuit à l'infirmerie. Elle s'endort aisément et Simon reste en veille. Pendant ce temps, Davies a nourri ses filles et les a couchées. Fatiguée par une longue journée, Narna s'endort assez facilement. Aziliz, quant à elle, n'a pas bronché et repose dans son petit lit. Le jeune homme ressort de la cabine et gagne le salon où se retrouvent aussi Curtis, Carie et Henry, alors qu'Otho a repris sa place dans le cockpit pour assurer la suite du vol à la place du Capitaine.

Ils dînent tous les quatre ensemble, et Carie profite de ce moment de tranquillité et de convivialité pour en apprendre un peu plus sur July. Davies raconte ce qui est survenu lors de la mort de William, puis Curtis poursuit en expliquant ce qui s'est passé au cours des derniers mois, comment lui-même a pris connaissance de la situation, comment il a cherché à aider Joan à faire face.

- Cela doit vraiment être terrible pour Joan de voir sa mère ainsi.
- Cela l'a été, en effet, confirme Curtis, mais elle appréhende mieux les choses depuis quelques mois. Je suis très heureux que nous ayons trouvé la possibilité de la faire suivre sur Ixio, car sinon, cela aurait été vraiment très compliqué. Et je pense que Joan aurait beaucoup culpabilisé de la séparation, alors que nous étions parvenus ces derniers mois à faire en sorte qu'elle revoit sa mère de manière plus "facile", si je peux employer ce mot.
- Je comprends, dit Carie.
- Quand tu verras Victor et Salomé, tu comprendras aussi beaucoup d'autres choses, tante, dit Curtis. Ils sont pour Joan comme ses parents, de même qu'elle et Jelle se considèrent plus comme des sœurs que comme des amies. Les liens entre elles, et entre Joan et ses parents sont très forts.

D'un signe de tête, Davies acquiesce.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Ven 16 Mai 2014 - 05:03; édité 1 fois
Back to top
Ven 28 Fév 2014 - 14:12
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye!

Wow, ça promet pour le 8... jump jump jump jump jump jump jump jump

Tu as pensé à tout le monde, c'est un tour de force ces temps-ci! Master

Même à Ezra, qui veille à ne pas manquer de denrées essentielles à la noce... Mr. Green et qui prépare sûrement le terrain pour travailler sur Ixio, il est bien avisé de le faire! Good

J'ai beaucoup aimé l'explication de l'origine du prénom d'Aziliz, j'aurais aimé découvrir celle de Narna aussi... je n'avais jamais vu ces deux prénoms avant de commencer à te lire!

Jelle m'a fait sourire avec ses préparatifs de voyage dans la cabine de Joan... mais si elle appréhendait moins ce qui lui arrive, peut-être cela serait-il moins pire! Enfin, c'est plus facile à dire qu'à faire! Reste que les nausées d'anticipation ajoutent au mal de l'espace, j'en suis certaine! Crying Curtis m'a bien fait rire en disant qu'il a rarement vu quelqu'un avoir le mal des transports à ce point... Laughing

Malgré sa "tête d'hiver", (sacrée Jelle... Mort de Rire ) July traverse tous ces changements avec beaucoup de facilité, tant mieux... C'est merveilleux que ce soit le cas! Et qu'elle n'ait pas le mal de l'espace, elle... Avec Jelle, pas besoin de quelqu'un d'autre avec cette affliction! Ashamed

Carie et Henry vont découvrir le petit monde de Joan sur Ixio... J'ai beaucoup aimé leur réflexion que l'air d'ixio réussit bien à Curtis! Mais il n'y a pas que cela, l'amour y est pour quelque chose aussi Wow Kiss Naughty Devil

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 1 Mar 2014 - 09:55
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Flamme, coucou à toutes,

ce qui rend aussi ces journées longues à écrire, c'est qu'en effet, j'essaye de penser à tout le monde... Aujourd'hui, ce sera Ezra's Day !

le prénom d'Aziliz est en effet d'origine bretonne, son équivalent français est Cécile. Quant à Narna, son prénom est né de mon imagination...

le "dispositif" de Jelle, je dirai que c'est limite du "vécu", un poil exagéré Mr. Green

quant à Carie et Henry, ils ne sont pas en effet au bout de leurs surprises...

bizz vizz et belle journée à vous toutes flower

Limeye


1er mars. Ael Vraz

- Alors, parrain, qu’est-ce que ça a donné ton rendez-vous d’hier ?, demande Joan alors qu’Ezra se sert une tasse de café.
- Et bien, je dirais plutôt encourageant.

Ils sont attablés seulement tous les deux, Victor et Salomé étant partis au port pour discuter avec un pêcheur concernant les besoins en poissons pour le repas de noce. Ken n’est pas encore levé.

- Je ne suis guère tenté par la proposition d’Anders et du Président, Joan, poursuit Ezra. Faire le rond-de-cuir toute la journée… même si certains aspects de la fonction peuvent être intéressants, je ne veux pas non plus me retrouver pieds et poings liés. Je n’aurais aucune marge de manœuvre. Autant prendre ma retraite d’emblée !
- Je te comprends… je n’aimerais pas rester enfermée dans un bureau, ni jouer un rôle purement diplomatique. Mais alors, que comptes-tu faire ?
- Quitte à faire le conseiller, autant le faire ici, répond Ezra avec un sourire. En fait, j’ai rencontré Brandt pour lui proposer tout simplement mes services, un peu comme Curtis l’a fait auprès du ministère de la recherche. Il n’y a pas de poste vacant auprès du bureau de la police interplanétaire d’Ixio, mais cela ne veut pas dire que mes compétences n’intéressent pas Brandt. Et si jamais il ne veut pas de moi… je ferai jouer mes droits pour arrêter.
- Tu y parviendrais ?

Ezra soupire :

- Physiquement, je n’ai pas le choix, Joan. Je ne veux pas que tu t’inquiètes inutilement, ajoute-t-il aussitôt, mais je sais très bien que cette blessure va laisser des traces et que je ne pourrais plus repartir comme avant. Néanmoins, avec une bonne convalescence, je peux retrouver un confort de vie tout à fait appréciable et c’est vrai que je pourrai continuer à travailler, mais pas sur le terrain. Mais entre le terrain et un bureau au douzième étage du gouvernement… il y a un monde. Et ce monde, ça peut tout simplement être chef de service ou adjoint.
- Anders veut te garder auprès de lui, je pense que c’est pour cela qu’il a pensé à cette solution.
- Bien entendu. Et il aimerait aussi que je puisse l’aider à remodeler les services de sécurité, mais ça, ça ne m’intéresse pas.
- Alors tu envisages de venir ici.
- Oui. Pourquoi resterais-je à New York ? A un poste où je m’ennuierais ? Je n’ai pas l’intention de devenir dépressif. Et je veux profiter de mes belles années. Sans compter que m’éloigner de vous… alors que nous avons travaillé ensemble tout ce temps. Voilà où j’en suis de mes réflexions.
- Ezra, je ne peux que me réjouir de te garder auprès de nous. Je m’inquiète de ton retour, seul à New York. Sans plus personne. Enfin, tu vois ce que je veux dire. Tu sais comme moi comment nous avons formé notre "famille" et tu en fais partie…
- Je sais, Joan, et cela compte pour moi aussi, ajoute-t-il avec un sourire en se servant une généreuse cuillère de confiture de framboises…
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Aujourd’hui à 09:49
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Back to top
Page 12 sur 16
Aller à la page: <  1, 2, 311, 12, 13, 14, 15, 16  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure