Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Sam 8 Fév 2014 - 07:48
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou les filles !

disons que vous avez un peu raison toutes les deux ! Ezra commence à trouver longue sa convalescence, malgré ses avantages ! Et rester quasiment sans rien faire alors que les autres s'activent autour de lui, ça devient difficile... Eplucher des légumes à longueur de journée pour aider Salomé, ce n'est pas forcément emballant Mr. Green

voici la suite !

belle journée flower

Limeye


8 février. Glenogan

C'est seule que ce matin-là Joan se rend chez Soizic Lantec. Salomé a invité les parents de Davies, leur fils, leur belle-fille et les deux garçons à manger le soir même et elle est en plein préparatifs. Grag et Otho donnent toujours un sacré coup de main au jardin, et désormais, ils entament la récolte des abricots et des premières pommes. Curtis s'est proposé pour aider Victor à tailler les haies, et il oblige Ken à leur donner un coup de main. D'abord un peu récalcitrant, le jeune garçon s'y met finalement et trouve plutôt amusant de débiter les petites branches.

- Les feuilles d'un côté, Ken, lui explique Victor. Toutes les branches, les petits bouts de bois, d'un autre côté.
- Qu'est-ce que vous allez en faire ?, demande-t-il un peu étonné de ce tri.
- Les feuilles, elles vont couvrir la terre, dans le potager. Elles nourriront les vers de terre et empêcheront les mauvaises herbes de pousser. Et puis, en mettant des feuilles sur la terre, on économise aussi de l'eau pour l'arrosage, ça permet de garder la terre fraîche. Et le bois... on va le faire sécher, et il servira pour le poêle, cet hiver.
- Ah ?

Ken s'étonne un peu de cette façon de faire, mais ne dit rien. Les parents de Jelle vivent d'une façon si différente de ce qu'il connait et il se demande si, une fois installés, Joan et Curtis se mettront à faire comme eux. Il imagine difficilement cela.

Pendant ce temps, Joan essaye le patron complet de sa robe. Soizic réalise quelques ajustements et lui dit qu'elle commencera à la découper lundi. Puis elles regardent ensemble le tissu que Soizic a reçu et qui plaît beaucoup à Joan.

- C'est même mieux que ce que j'imaginais, Soizic ! Du moins, pour la douceur du tissu... ça va être agréable à porter !
- Il fera chaud à cette période encore, Joan, il faut que tu sois à l'aise.
- Et la couleur, c'est exactement ce que j'imaginais. Ca donne un côté velouté, j'aime beaucoup !... Mais, Soizic, je voulais vous demander quelque chose d'un peu spécial.
- Je t'écoute ?, dit la couturière avec attention.

Elle s'attend souvent à des demandes un peu particulières des futures mariées. Mais c'est différent cependant des demandes habituelles.

- C'est pour maman. Normalement, elle sera avec nous, mais elle n'a aucune robe de cérémonie. Cela fait bien longtemps qu'elle n'a pas assisté à la moindre fête, et la dernière fois qu'elle s'est retrouvée pour une cérémonie particulière, c'était pour l'hommage à papa...
- Hum, je comprends, Joan. Tu voudrais qu'elle puisse porter elle aussi quelque chose de joli ?
- Oui, mais nous n'aurons pas le temps de lui faire faire une robe, et je ne pense pas qu'elle pourrait supporter des essayages. Ce serait laborieux. Est-ce que vous pouvez me conseiller une boutique où ça ne prendrait pas trop de temps et où ils font des choses jolies ?
- A Ixiopolis ?
- C'est le plus proche.
- Oui. Il y a une boutique dans la rue des Appalaches, tu vois ? Pas très loin de la crèche, en remontant la rue, sur la gauche. Sinon, il y a aussi une autre boutique, mais où ils font des choses un peu plus originales, néanmoins, qui peuvent être de bon goût et qui sont d'une très bonne coupe. C'est dans la rue commerçante, là où tu as essayé les robes, mais plus vers la place des Burren.
- Oui, je vois à peu près. J'irai avec Salomé.
- Elle m'a dit que finalement, tu voulais lui offrir une robe neuve ? J'aurais pu refaire la sienne, mais si elle trouve à son goût à Ixiopolis, ce sera aussi bien. La tienne va me donner beaucoup de travail !, dit-elle en riant.
- Tant que ça ? Je pensais avoir fait simple...
- Elle n'est pas très compliqué, mais c'est toujours du travail, une robe de mariée.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 8 Fév 2014 - 07:48
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Sam 8 Fév 2014 - 12:58
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye!

Je vois que Ken n'avait aucune notion de ce qu'est le compostage des feuilles, ni de leur utilité en jardinage, pour les plates-bandes... Maintenant, il sait! Et je pense bien que Joan et Curtis adopteront la sagesse des Ixiens quand ils vivront sur Ixio, le contraire serait illogique!

J'ai tellement hâte de "voir" la robe de Joan, soupir... jump jump jump jump jump On en sait un peu, Secret mais pas tout... Chut

Et Joan qui n'oublie personne dans ses préparatifs, surtout pas July... Elle pense vraiment à tout le monde, je l'aime beaucoup ainsi... Kiss

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 9 Fév 2014 - 00:18
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye,

Alors Joan dans ses chiffons, la famille au fourneau pour le mariage...et Curtis, il va faire quoi lui hmm...? Il est comme concerne apres tout... On voit ses priorites....Mr. Green Le laboratoire d'accord mais mariage d'abord! Very Happy

O-tho

Back to top
Dim 9 Fév 2014 - 08:12
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou les filles !

oui, j'ai donné une petite leçon de "jardinier paresseux" à Ken Wink

O-tho, pas de souci, Curtis se préoccupe AUSSI de son mariage, la preuve... aujourd'hui !

bon dimanche à vous !

bizz vizz

Limeye


9 février. Ael Vraz

En ce début d'après-midi, après le repas, Curtis s'isole un moment dans le salon pour appeler son oncle et sa tante. Il ne l'a pas fait depuis de longs mois, ce qui est assez habituel, mais souhaite les tenir informés de nombreux changements survenus dans sa vie, et aussi, les inviter au mariage. Il imagine déjà l'émotion de sa tante.

C'est son oncle qui prend la communication.

- Bonjour, Oncle Henry, dit Curtis.
- Oh, tiens qui voilà ! Alors, Curt, comment vas-tu ? Toujours à courir dans les étoiles ?
- J'y ai passé pas mal de temps ces derniers mois, en effet, j'étais vers Proxima du Centaure.
- Han, han. Une mission ou une exploration ?
- Une mission sérieuse. Je poursuivais Ul Quorn.
- Oh, en effet ! Et tu l'as trouvé ?
- Oui, mais malheureusement, je n'ai pas pu le ramener vivant. Il a été tué par l'un de ses complices. J'aurais aimé qu'il passe devant un tribunal, ne serait-ce que pour les familles de ses victimes, mais...
- Mais c'est ainsi. Comment vont Simon, Grag et Otho ?
- Ils vont bien. Et vous ?
- Ma foi, ça va. Ta tante est très occupée en ce moment. Elle travaille sur un projet de longue haleine. Ce n'est encore qu'à l'état de plans, mais tu sais comment c'est... les plans, faut les faire, les refaire... entre la commande, l'idée de départ et ce que ça donne au final, il y a tout un monde.
- Est-ce que tu peux la sortir de ses croquis quelques instants ? J'aurais des choses à vous dire à tous les deux.
- Bien sûr, je vais la chercher.

Curtis imagine son oncle quittant leur salon, montant l'escalier et entrant dans le saint des saints : l'atelier de sa tante, situé à l'étage, avec une grande verrière pour faire entrer la lumière, les plans étalés sur la table, le grand écran d'ordinateur allumé, avec les simulations en trois D. Mais comme elle le dit elle-même, rien ne vaut le papier... du moins pour elle. Il s'est toujours étonné de cette manière "ancienne" qu'elle avait de coucher ses projets d'architecte sur le papier, alors que l'informatique offre tant de possibilités. Lui-même et Simon ont conçu tous leurs plans avec les ordinateurs et les écrans, que ce soit pour le Comète ou pour les différents appareils qui l'équipent, ou ceux du laboratoire. Il n'envisage pas de travailler autrement d'ailleurs pour son futur projet sur Ixio.

Le visage de sa tante, si semblable à celui d'Elaine, s'affiche à son tour sur l'écran. Elle sourit, heureuse de revoir son neveu. Henry lui a déjà donné quelques nouvelles en descendant, et elle commence d'emblée :

- Alors, c'est terminé, Curtis ? Tu as mis fin à la filiation Korvo ?
- Sauf si Ul Quorn a un fils ou une fille cachés, oui.
- Bon débarras, dit Carie. Désolée, mais je n'ai aucune pitié.
- Je sais, tante... Enfin, je ne vous ai pas appelés pour vous raconter cette aventure, mais pour bien autre chose. Et tout d'abord, prendre de vos nouvelles.
- Nous allons bien, ne t'inquiète pas. Et toi ?

Il sourit légèrement, c'est la manière brève, directe, de sa tante d'aller à l'essentiel. Avec elle, pas de faux détours, d'explications alambiquées, d'élucubrations en tout genre.

- Je vais très bien, tante. Otho, Grag et Simon aussi.

Il marque un temps de silence. Il a réfléchi à la manière d'annoncer toutes ces nouvelles à son oncle et sa tante, mais veut aussi les laisser en prendre toute la mesure.

- Nous serions heureux de vous revoir bientôt, continue-t-il, et d'ailleurs, nous aimerions vous convier à un petit voyage.
- Tu veux nous faire quitter notre repaire ? Je travaille sur un gros projet en ce moment, Curt. Ce ne sera pas possible avant plusieurs mois, répond Carie, un peu ennuyée.
- Oui, je veux vous faire quitter votre repaire, et je pense que ton projet pourra supporter quelques jours d'absence. D'ailleurs, ça devrait t'aider à le faire mûrir.
- Trouve une bonne raison pour que je m'arrête en pleine réflexion ! Même ton oncle a bien du mal à me faire quitter l'atelier en ce moment.
- J'imagine. Mais en effet, je pense que j'ai trouvé une bonne raison. Je vais me marier.

Les visages ahuris de son oncle et de sa tante font sourire Curtis. Il s'attendait à de telles expressions.

- Qu'est-ce que tu as dit ?
- J'ai dit que j'allais me marier. C'est la bonne raison pour vous avoir avec nous, non ?
- Et qui est l'heureuse élue ? Enfin, heureuse... quelle femme pourra supporter que son mari passe son temps à pourchasser des criminels ou s'enferme dans un laboratoire sur la Lune ?
- Une perle, tante, dit Curtis avec un grand sourire. La seule capable de me suivre, mais pour laquelle j'ai aussi fait le choix d'abandonner certaines... activités. Disons cela ainsi.
- Tu renonces à être Capitaine Futur ?
- Oui.

Et au visage grave et devenu soudain sérieux de leur neveu, ils comprennent tous deux que son choix est définitif.

- Vous vous souvenez d'Ezra Gurney ?
- Bien sûr ! Comment va-t-il ?
- Il est en convalescence pour l'heure, après une difficile mission sur Venus. Joan, ma future femme, est sa filleule. Elle travaillait avec lui.
- Oh, oh, je vois, dit Henry. Je comprends comment tu l'as rencontrée !
- Je vous raconterai les détails une autre fois. Sachez seulement que cela fait un moment que nous nous connaissons et nous avons décidé de franchir un nouveau pas. Mais les changements ne vont pas être que "maritaux". Joan est originaire d'Ixio, et nous avons décidé de nous y installer. Je suis en train de prospecter pour trouver un site où je pourrais construire un laboratoire.
- Ah, ça, tu ne vas pas arrêter la recherche !
- Je ne me vois pas le faire, et Joan est d'accord sur ce point aussi. Elle sait que c'est important. Mais ces recherches seront un peu différentes de ce que j'ai fait jusqu'à présent. Le nom d'Ixio vous parle ou pas ?
- Vaguement, dit Carie, alors qu'Henry secoue la tête à la négative.
- C'est la seule planète habitable du système stellaire de Calenda.
- Ah, ça y'est, ça me dit un peu... il y a eu une petite colonie humaine, là-bas, non ?
- En effet. Après le grand cataclysme. Les Ixiens ont adopté un mode de vie qui me convient tout à fait, en protégeant une grande partie de leur planète encore inexplorée. J'ai décidé de mettre mes compétences à leur service. De les aider dans leurs explorations et leurs connaissances de leur planète. C'est un lieu de vie comme je n'en ai jamais rencontré ailleurs, et je suis certain qu'Ixio vous plairait.
- Bien, soupire Carie. Et le mariage est prévu pour quelle date ? Que nous nous organisions...
- Le 8 mars.
- Ca nous laisse un petit mois... A ton avis, il nous faudra combien de temps pour rallier Ixio ? Depuis Saturne, bien entendu.
- Avec le Comète, trois jours environ. Il y a des liaisons directes entre la Terre et Ixio, chaque semaine, mais je ne suis pas certain qu'il y en ait avec les autres planètes...
- Ca veut dire qu'il va nous falloir d'abord rejoindre New York, puis repartir, dit Henry.
- Je vais effectuer un voyage jusqu'à la Terre à la fin du mois. Pour ramener la mère de Joan, qui est hospitalisée là-bas et que nous allons faire suivre ici désormais, mais aussi sa meilleure amie et la famille de cette dernière, qui sera la témoin de Joan. Vous pourriez nous rejoindre sur Terre à cette occasion et faire le voyage jusque sur Ixio avec nous. Pour le retour, par contre...
- Pour le retour, on va y réfléchir. Laisse-moi deux jours pour voir mes commanditaires et planifier tout cela. Où peut-on te joindre ?
- A bord du Comète, vous pouvez toujours laisser un message. Il y reste toujours un des membres de l'équipe, en ce moment, c'est Simon. Sinon, au code que je vous communique, il s'agit de celui des parents adoptifs de Joan.
- Elle a des parents adoptifs ?
- Oui, dit Curtis qui leur explique rapidement qu'elle est la situation familiale de la jeune femme. Alors, je compte sur votre appel d'ici deux à trois jours, pour faire le point.
- Deux, cela sera suffisant, Curt, dit Carie, puis elle ajoute avec un sourire : à bientôt, Curt, je suis ravie de ces nouvelles.
- A bientôt, Curtis, ajoute Henry.

Puis ils coupent la communication, mais Carie et Henry se regardent un long moment, avant qu'elle ne finisse par dire :

- Et bien... si Elaine et Roger étaient là... Quelle surprise ! Si on pouvait s'attendre à cela... notre neveu qui se marie...
- Curtis ne fait jamais les choses à moitié. Le voilà décidé, rien ne pourra l'arrêter.

Carie réfléchit un instant, puis dit :

- Si, je crois qu'il n'y a que cette jeune femme, Joan, qui a été capable de l'arrêter. Il me tarde de faire sa connaissance !
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Jeu 15 Mai 2014 - 09:04; édité 2 fois
Back to top
Dim 9 Fév 2014 - 14:11
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Bonjour Limeye!

J'ai adoré cette conversation entre Curtis, Henry et Carie! Et je pensais bien que rien ne les empêcherait d'y être... Wink

J'aime beaucoup la dernière réplique d'Henry sur Curtis, et celle de Carie sur Joan! Good

Bises
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Lun 10 Fév 2014 - 10:03
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
coucou les filles,

je passe en exprès pour vous livrer la journée d'aujourd'hui ! bonne journée à vous !

bizz vizz

Limeye

10 février. Glenogan

Joan passe tout son après-midi en essayages chez Soizic. Salomé la rejoint là-bas, après avoir confié de nouvelles missions à Grag et Otho : faire de la confiture d'abricots. Pendant que Grag surveille la cuisson avec minutie, Otho lave les pots, les prépare, réalise aussi de jolies étiquettes.

- Ca fera rigoler Narna quand sa mère lui ouvrira un pot de confiture, tu ne crois pas, monsieur le confiturier en chef ?
- Si, pour une fois que tu as de l'imagination et de bonnes idées...
- Dis-moi, mon vieux, elle en fait des mystères avec sa robe, Joan, tu ne trouves pas ?
- Je crois qu'elle veut nous faire la surprise. Il n'y a que Salomé qui a une idée de ce qu'elle veut porter.
- Mouais, et ce sera difficile de la soudoyer... elle est au moins aussi incorruptible que sa fille !
- Quand Jelle sera là, on aura une alliée de poids. On pourra toujours voir qui de la mère ou de la fille est la plus résistante.
- Dis-donc, tas de ferraille, serait-ce que tu commencerais à avoir des idées dans ta caboche rouillée ?
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Dim 23 Fév 2014 - 05:07; édité 1 fois
Back to top
Lun 10 Fév 2014 - 12:25
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye!

Ce qu'ils sont drôles, et d'une curiosité totalement insatiable, le confiturier et son étiqueteur... Mr. Green Laughing Mort de Rire

Tant d'humour concentré en quelques phrases... Master Good Best Clap

Je crois cependant que même avec Jelle, ils se heurteront à deux murs! Mad Mad

Bizz Vizz
Flamme
Wow flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 11 Fév 2014 - 09:34
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou les filles !

peu de temps pour commenter votre production... je livre !

bizz vizz

Limeye

11 février. Ael Vraz

C'est Salomé qui prend l'appel en provenance de Saturne, en fin de matinée. Joan est repartie chez Soizic, et Curtis au jardin, avec Otho et Victor. Les deux femmes se saluent avec curiosité et plaisir.

- Madame Morgon, bonjour, je ne vous dérange pas ?
- Pas du tout, bonjour Madame Delmer. Vous voulez parler à Curtis ?
- Oui, s'il vous plait.
- Il n'est pas loin, il est dans le potager avec mon mari et Otho, je vais vous le chercher.

"Mon neveu dans un potager... on aura tout vu... dans une serre, encore, comme sur Tycho, mais dans un potager...", songe Carie, amusée.

Elle sourit encore lorsque le visage de son neveu s'encadre dans l'écran.

- Bonjour, tante, tu vas bien ?
- Aucun changement en deux jours. Et toi ?
- De même. A part que j'ai dû bronzer un peu plus...
- Tu bronzes ? Mais où es-tu exactement ? Et en quelle saison ?
- Nous sommes exactement près du village de Glenogan, à deux heures de route de la capitale d'Ixiopolis. Et c'est le plein été.
- Hum, je vois.
- Et je te précise que nous sommes en plus au bord de la mer... donc les baignades sont au programme deux fois par jour environ. Tu as de la chance de réussir à nous joindre ce midi, car d'habitude, nous sommes à la plage, mais Joan est partie chez la couturière, quant à moi...
- Tu avais les mains dans la terre.
- Pas tout à fait. On récolte les derniers petits pois, et nous étions en train de remettre des attaches aux pieds de tomates.
- Les parents adoptifs de Joan ont un grand jardin ?
- Même deux. Disons que leur jardin est en effet très vaste, mais il les nourrit aussi... ils consomment tout au long de l'année toute sa production. L'autre jardin est entretenu, mais ne donne que des fruits. C'est celui de la mère, décédée, de son père adoptif, Victor.
- Hum, je vois...

Carie tente d'imaginer les choses, avec un peu de difficultés. Cet environnement lui semble tellement à l'opposé de Tycho !

- Bien, je t'appelais pour te dire que j'ai pu convenir de m'absenter début mars. Par contre, nous ne resterons pas longtemps après la noce, désolée... Est-ce que Grag et Otho pourront nous ramener rapidement sur Saturne ?
- Aucun souci.
- Alors, c'est parfait. Nous pourrons te rejoindre sur Terre. A quelle date précisément y seras-tu ?
- Je pensais partir d'ici durant la dernière semaine de février. Le 26. Je serai sur Terre le 28, on repart dès le lendemain, pour être de retour le 3 ou 4 mars au plus tard.
- D'accord. Je vais m'arranger pour avoir un des vols quotidiens et arriver le 27 sur Terre. Ca nous laissera un peu de marge en cas d'aléas.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Jeu 15 Mai 2014 - 09:10; édité 1 fois
Back to top
Mar 11 Fév 2014 - 12:20
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye!

C'est tellement drôle de lire les réactions étonnées et amusées de Carie face à ce que Curtis lui dit... quant à son environnement et ses activités! Good Mr. Green

Qu'est-ce que ça va être quand elle va le voir de ses propres yeux... Laughing

Bizz Vizz et bonne journée!
Flamme
Youpi
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mer 12 Fév 2014 - 09:13
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou à toutes !

je pense en effet, Flamme, que faire se rencontrer tout ce petit monde à l'occasion d'une noce, ça promet ! Imaginer Jelle face à Kim, Carie découvrant Joan... je pense qu'il y a de quoi écrire quelques pages savoureuses Very Happy !

cela dit, je n'y suis pas encore loin de là. Mais j'espère que la journée d'aujourd'hui vous fera rire ! Moi, ça m'a détendue de l'écrire...

bizz et belle journée flower

Limeye


12 février. Ixiopolis


Depuis qu'ils sont revenus de Fain Idich, Joan a l'impression de ne plus être en vacances du tout. Si elle passe tous les jours ou presque chez Soizic et doit se plier aux exigences des essayages, ce jour-là, elle est cependant bien contente d'échapper un peu à la minutieuse couturière pour accompagner Salomé à Ixiopolis. Curtis vient avec elle, dans le but de repasser au Comète, de revoir Simon et de reprendre quelques contacts pour le projet de laboratoire. Mais sa future belle-mère ne l'entend pas de cette oreille, et même Simon s'allie à elle pour qu'il vienne faire les boutiques avec elles.

- As-tu au moins prévu un costume dans tes affaires ?, lui demande Simon alors qu'ils arrivent tous les trois au vaisseau et viennent de le saluer et de lui faire part de leur programme pour la journée.
- Bien entendu, Simon, tu sais que j'en ai toujours un à bord, des fois que...
- Ne me dis pas que tu vas porter ce costume noir ?
- Et pourquoi non ? Il fera très bien l'affaire.

Simon ne dit rien, se permet de les abandonner un instant, alors que tous les trois se regardent un peu étonnés, entre - fait extrêmement rare - dans la cabine de son Capitaine, et en ressort avec le costume dont il est question.

- Alors, mesdames, votre avis ?
- Et bien, dit Salomé, je pense, Curtis, que tu auras trop chaud avec ce costume. Même dès le matin. Et te marier en bras de chemise...

Joan fait la moue. Puis éclate de rire devant l'air dépité de Curtis.

- Ok, pas la peine d'en dire plus et de vous liguer tous les trois contre moi. Je vous accompagne, mais je vous préviens : on commence par le mien, et je vous abandonne dès que j'ai trouvé. Je ne tiens pas à vous entendre parler chiffons toute la journée, j'ai des choses sérieuses à faire ensuite.
- Pour quelqu'un qui cherchait absolument à découvrir les esquisses de ma robe, tu me sembles bien intéressé par les "chiffons" en question..., dit Joan.

Puis elle poursuit, un rien provocante :

- Ca tombe très bien, de toute façon, je voulais aussi passer au magasin de lingerie, mais je pense que ce genre de "chiffons" te laissera encore plus indifférent...

Salomé éclate de rire alors que Simon se permet la remarque suivante :

- Mon garçon, tu as de la chance. Grag et Otho ne sont pas avec nous...

**


Faire les magasins se révèle cependant moins pire que ce que Curtis craignait. Il n'a jamais eu l'occasion pour l'instant d'accompagner Joan pour ce genre de choses, et se retrouve plutôt agréablement surpris. D'abord, Salomé les a menés vers un magasin de vêtements pour hommes tout à fait dans son style et ses goûts, et il en profite même pour se racheter quelques vêtements du quotidien. Et Joan se révèle de bons conseils sans pour autant chipoter. "Encore un bon point pour elle", songe-t-il, "si Grag et Otho m'entendaient, ils me diraient que je ne lui trouve aucun défaut..."

Pas besoin d'aller ailleurs pour lui, c'est très bien ainsi. Comme il n'est pas encore midi, il accepte de bonne grâce de les suivre dans la boutique où Salomé espère trouver sa propre robe, et regarder un peu ce qui pourrait convenir à July.

- On va juste faire du repérage pour ta mère, dit-elle en s'adressant à Joan. On lui fera essayer. Mais si nous faisons déjà mettre de côté quelques modèles, on gagnera du temps et cela nous simplifiera les choses.
- Soizic m'avait aussi conseillé une autre boutique, près de la place des Burren.
- Oui, je vois de laquelle elle veut parler. Ce sera peut-être encore mieux pour elle, en effet. Nous irons cet après-midi faire un tour. En attendant, j'essaye ces trois-là pour moi. Je suis certaine de trouver celle qui me conviendra !

Pendant qu'elle entre dans une cabine d'essayage pour passer la première des robes qu'elle a choisies, Curtis se permet de faire une remarque à Joan :

- Vous m'impressionnez toutes les deux.
- Pourquoi ?
- Je n'aurais pas pensé qu'on aurait déjà trouvé plus de la moitié de ce que vous êtes venues chercher alors que ça ne fait qu'une heure et demie qu'on a quitté le Comète.
- Qu'est-ce que tu crois ? Nous sommes des femmes efficaces ! Mais je reconnais que tu as de la chance : Jelle n'est pas avec nous. Car là, tu aurais souffert. Non que ça aurait pris du temps, mais tu aurais subi ses commentaires... S'il est une chose qu'il faut éviter de faire avec Jelle, ce sont des magasins de vêtements. Elle a un coup d’œil si aiguisé, qu'elle en est terrible ! Et elle y va franco pour te dire que ça ne te va pas du tout, ou au contraire, que jamais au grand jamais tu n'as été plus sexy que dans cette petite robe...
- Ah oui ? Ca lui est arrivé de te dire des choses comme ça ? J'espère au moins que la fameuse petite robe en question, tu étais venue l'acheter pour moi...

Elle le regarde d'un air entendu.

- Une seule remarque, Monsieur Newton, c'est que vous ne m'avez pas beaucoup donné l'occasion de la porter pour vous... et que vous ne vous êtes pas beaucoup donné l'occasion de me voir avec !
- Oh, mais ça peut se rattraper..., lui répond-il avec son regard qui s'assombrit.

Salomé ressort à cet instant et se demande bien pourquoi Joan a l'air si sérieuse et Curtis si amusé.

**


C’est vers le milieu de l’après-midi que Salomé et Joan regagnent le Comète. Simon et Curtis y ont passé les dernières heures pour affiner le projet de laboratoire, étudier les normes en vigueur - très strictes, mais fort compréhensibles au vue des exigences des Ixiens concernant la protection de leur planète. Ils conviennent de se rendre tous les deux à Baltimore, une petite ville située non loin d’Ixiopolis, vers l’Est, où des terrains assez vastes sont disponibles pour des implantations.

En les voyant arriver, Curtis se permet une petite réflexion :

- On aurait dû dire à Grag de vous accompagner pour porter les paquets… vous vous êtes lâchées !
- J’en ai profité, dit Salomé. Pour acheter aussi quelques vêtements pour les petites. Et Joan a trouvé tout ce qu’elle voulait !
- Ah oui ?, demande-t-il un peu curieux.
- Mais c’est top secret ! Il fallait nous accompagner…

Il pousse un léger soupir. Elle a beau y faire, non, non, il réussira bien à dompter sa curiosité. Après tout, il lui reste moins d’un mois à tenir… Pour ne pas continuer sur cette pente hasardeuse, il leur dit :

- Nous avons rendez-vous demain Simon et moi avec les autorités locales de Baltimore. Il y aurait des terrains qui pourraient convenir pour le laboratoire. Veux-tu venir avec nous ?
- Je vais raccompagner maman à Ael Vraz ce soir. Je peux revenir demain matin, de bonne heure, par le bus. Je pourrais être ici vers 9h30.
- Ce sera bien. On a rendez-vous en début d’après-midi, mais j’aimerais évaluer les lieux avant. Il faut environ une heure et demie pour s’y rendre, ça nous laissera le temps de voir les alentours.
- Veux-tu que je demande à Grag et Otho de venir avec moi ?
- Je ne voudrais pas les priver d’occupations de la plus haute importance…, sourit-il. Non, là aussi, c’est un premier contact. Nous aurons le temps d’y retourner si nos impressions sont bonnes.

Joan repart vers la cabine où ils ont laissé leurs achats du matin, puis elles repartent vers l’extérieur de l’aéroport, les bras vraiment chargés.

- Simon ?
- Oui, mon garçon ?
- Ca m’intrigue quand même tous ces paquets…
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Dim 23 Fév 2014 - 05:23; édité 3 fois
Back to top
Mer 12 Fév 2014 - 09:31
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye!

J'aime voir Joan, Salomé et Simon se liguer pour remplacer Crag et Otho pour les petits commentaires en douce! Naughty Devil Good Master

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mer 12 Fév 2014 - 12:27
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye!

Je comprends bien que ça t'a détendue et amusée d'écrire cette journée!

J'adore le côté naturel de Curtis, l'homme ordinaire avant le héros! Son côté masculin ressort bien aujourd'hui, d'ailleurs... complètement à côté de la "track" pour son costume qu'il traîne dans le Cyberlabe Mr. Green , son aversion pour le magasinage prolongé Mort de Rire , son soulagement d'y échapper devant l'efficacité de Joan et Salomé Laughing , son intérêt pour certains chiffons Naughty et surtout, surtout...
sa curiosité, pour les esquisses Kiss Wow , la petite robe Naughty Devil et les paquets Chut jump

J'ai adoré du début à la fin! Et Master pour Simon, son humanité à lui aussi ressort beaucoup aujourd'hui! Good

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Jeu 13 Fév 2014 - 07:50
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou à toutes !

merci pour tes commentaires, Flamme ! J'ai pu reprendre un peu d'avance hier, ouf !

journée plus sérieuse aujourd'hui...

bizz et belle journée à vous flower

Limeye


13 février. Baltimore

Curtis s’était chargé la veille de louer un petit véhicule pour la journée et les voilà partis vers Baltimore, à peine Joan les a-t-elle rejoints à Ixiopolis. Calenda brille de tous ses feux, la journée promet d’être chaude.

- C’est possible qu’il y ait des orages en fin de journée, dit-elle alors qu’ils ont déjà quitté la capitale et traversent la grande plaine qui s’étale au nord et à l’est d’Ixiopolis. Il n’y a pas de vent et plus le bus avançait vers Ixiopolis tout à l’heure, et plus je sentais la chaleur monter.
- Nous n’avons pas encore eu d’orages, tu m’avais pourtant prévenu que c’était souvent le cas dans l’intérieur des terres.
- Oui, je pense que cela va commencer.
- Simon, à notre retour, on prendra quelques précautions pour les capteurs du Comète.
- Oui, bien entendu, répond le cerveau volant qui observe avec attention les paysages autour d’eux. Baltimore est située dans cette plaine, n’est-ce pas Joan ?
- Oui, professeur. C’est une jolie petite ville, un peu dans l’esprit d’Ixiopolis en ce qui concerne l’architecture. C’est aussi une des plus anciennes communes d’Ixio, avec la capitale. Les premières maisons datent d’avant la construction du port de Doban. C’est aussi une ville assez riche, car il y a dans les alentours plusieurs mines qui sont exploitées. Avec parcimonie, vous vous en doutez.
- Des mines de gravium, n’est-ce pas Joan ?
- Entre autres, oui, mais aussi d’autres minerais, comme le tungstène, le magnésium et de potassium. Plus quelques autres, en quantité plus réduite. Certains ne sont prélevés qu’en fonction des besoins, et quasiment sur commandes. Mais les filons et les gisements sont bien identifiés.

Si en venant de Glenogan, le paysage est vite varié, avec des collines, des landes, vers Baltimore, la plaine s’étire le long du grand fleuve. Enfin, ils arrivent en vue de la petite cité. Curtis lui trouve d’emblée du charme et y reconnaît bien la "patte" des premiers habitants d’Ixio dans le style des maisons, proche en effet de celui d’Ixiopolis.

- Veux-tu que nous nous arrêtions dans la ville ou veux-tu qu’on aille plutôt faire un tour au-delà ?, lui demande Joan.
- On a encore le temps de voir les alentours, répond-il en lui indiquant deux lieux qu’il voudrait voir. On reviendra déjeuner en ville, puis nous irons voir les autorités locales.

Joan traverse aisément la petite cité, puis emprunte une belle route qui très vite, les emmène vers des collines, en direction d’une des principales mines. Mais bien avant d’y parvenir, ils s’arrêtent sur un grand plateau.

- Qu’en penses-tu, Simon ?
- Il y a de la place, largement, pour le hangar du Comète et pour le laboratoire tel que tu le souhaites. Nous sommes approximativement ici à mi-chemin entre les mines et la ville de Baltimore. La route est belle jusqu’à Ixiopolis, même si nous en sommes un peu plus éloignés que de Fain idich.
- C’est vrai que le lieu se prête tout à fait pour notre projet. Mais allons voir l’autre site, plus vers le nord.

Ils redescendent vers la ville, mais avant d’y entrer, Joan oblique sur sa droite et reprend une autre route, plus petite, plus sinueuse aussi. L’endroit repéré sur les cartes par Simon et Curtis est plutôt conforme lui aussi à leur projet, bien qu’offrant moins de surface disponible, mais est aussi très proche d’une vaste forêt. Et cela ennuie un peu Curtis.

- L’autre endroit me convient mieux, Simon, dit-il après avoir observé les alentours et parcouru un peu le terrain. Nous verrons avec les autorités.

Ils regagnent Baltimore, trouvent un petit restaurant près de la place centrale, déjeunent rapidement, puis se rendent à la Maison Commune. Ils y sont reçus par trois personnes, l’une du conseil communal, un technicien, et une secrétaire. Si Curtis et Simon présentent le projet en détails, Joan, quant à elle, reste attentive à différentes remarques que les autorités peuvent leur faire. Elle perçoit de l’intérêt aussi pour le projet de Curtis. Au final, le jeune homme semble aussi satisfait de ce premier entretien que de celui qu’il a eu avec les autorités de Fain Idich. Et elle se demande comment il va trancher… d’autant qu’il veut se rendre également à Doban, ne serait-ce que pour rencontrer les chercheurs de l’Institut et discuter plus précisément avec eux qu’il ne l’a fait la première fois avec le professeur Brown.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 14 Fév 2014 - 07:12
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
14 février. Glenogan

En sortant en fin de matinée de l’atelier de Soizic Lantec, Joan est bien contente : Soizic avance bien, une grande partie de sa robe est déjà assemblée. La semaine prochaine, elle a prévu de peaufiner les coutures, et d’ajouter seulement ensuite le petit volant que Joan veut porter sur le flanc. Ensuite, elles feront des essais pour les fleurs. Mais Joan lui annonce aussi avoir trouvé une paire de chaussures à lui convenir, des sandales dont la couleur se marie bien avec celle de la robe.

- Et Salomé a trouvé une robe aussi, nous en avons repérées quatre qui pourraient convenir à maman, et Curtis a son costume aussi !
- Et bien vous n’avez pas perdu votre temps !
- Curtis déteste perdre son temps…
- Tiens, tourne-toi, Joan, voilà, que j’ajuste sur l’épaule… Hum, dis-moi, je ne veux pas faire ma curieuse, mais, cela fait longtemps que tu le connais ?
- Plusieurs années, oui.
- Je suis contente que ta mère puisse être là pour la cérémonie, Joan. J’imagine que toi aussi.
- Oui, c’est important pour moi.
- Elle va pouvoir être internée à Pasteur ?
- Oui, Curtis repartira la chercher à la fin du mois, il ramènera Jelle, Davies et les filles, en même temps, ainsi que son oncle et sa tante qui vivent sur un des satellites de Saturne.
- Il n’a pas ses parents ?
- Ils sont décédés.
- Oh, excuse-moi…
- Non, y’a pas de mal, Soizic.
- Voilà, regarde-toi dans la glace, maintenant, et dis-moi ce que tu en penses, juste la partie sur l’épaule, là…
- C’est joli… Ca fait un très joli drapé !
- Tu as choisi une belle couleur aussi pour faire ce genre de choses. Avec les plis, je trouve que le gris donne toujours des nuances douces pour le regard, et c’est une couleur assez facile à porter finalement, quelque soit notre teint ! Bien, maintenant, la longueur de la jupe, devant. Je n’ai pas fait trop court, on va ajuster. Tu la veux plus courte, j’imagine ?
- Pas trop non plus… je pensais au niveau du genou.
- Hum, Joan, si tu veux mon avis, il faut soit faire au-dessus, soit en dessous. C’est plus joli. Tu n’auras pas de traîne, juste le volant qui passera du côté à l’arrière.
- Vous feriez quoi, vous Soizic ?
- Moi ? Je la ferais au-dessus du genou. D’une part parce que tu as de jolis genoux, ce serait idiot de les cacher, ensuite, la coupe sera plus harmonieuse avec ce que l’on va faire sur l’arrière.
- Alors, c’est d’accord pour au-dessus !
- Pour l’heure, je ne coupe pas, je te fais juste un ourlet grossier, de manière à pouvoir réajuster si nécessaire quand on s’occupera du volant.

Soizic s’agenouille à nouveau, prend ses aiguilles, ajuste, replie le tissu, glisse les aiguilles. Puis fait remarquer :

- En tout cas, tout le monde ne parle que de votre mariage dans le village, Joan ! Cela fait un moment que l’on n’en a pas célébré… Cela est réjouissant ! Et puis l’équipe de Curtis intrigue vraiment !
- Grag et Otho sont étonnants, en effet… En tout cas, je suis bien contente qu’ils soient là, car ils donnent un sacré coup de main à papa et maman. Et je sais que grâce à eux, tout sera prêt pour le jour J ! Nous en avons encore pour longtemps ce matin, Soizic ?
- Non, j’ai presque terminé. Cet après-midi, je poserai donc le pli de l’épaule, lundi, on s’occupera du volant et de l’arrière de la jupe. Cela fera une bonne matinée de travail, par contre !
- C’est juste que je veux passer à la maison commune pour le vin d’honneur. J’irai lundi après-midi.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 14 Fév 2014 - 08:10
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Coucou Limeye!

Tout se met peu à peu en place pour le jour J. Plus il avance et plus les gens sont curieux. Enfin du nouveau chez les gens de Glénogan!C'est comme si on y était! Good Master Wow Kiss

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Aujourd’hui à 09:53
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [chronique et fan fiction] : Just in Your Dreams
Back to top
Page 9 sur 16
Aller à la page: <  1, 2, 38, 9, 1014, 15, 16  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure