Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [mi jeu - mi fan fiction] Réécriture d'une scène ou écriture d'une scène manquante du DA
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Mer 25 Déc 2013 - 19:11
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [mi jeu - mi fan fiction] Réécriture d'une scène ou écriture d'une scène manquante du DA
Bonsoir à tous,

ce genre de petit défi d'écriture, à mi-chemin entre le jeu et la fan-fiction, avait été suggéré par O-tho lorsque j'avais évoqué la scène de la rencontre entre Joan et Curtis dans ma fan-fiction Just in Your Dreams (encore en ligne pour quelques jours sur futurefans.de pour les éventuels intéressés).

en guise de cadeau de Noël, je vous en livre le début d'une autre. Il s'agit de la scène du châtiment de l'âme abjecte dans les Semeurs de givre (soi-dit en passant, un de mes épisodes préférés).

comme je l'avais déjà fait, je vais signaler le numéro de l'épisode dans lequel s'inscrit cette scène. Et j'ajoute simplement : avis aux amateurs ! Ce n'est pas un défi aussi lourd à relever qu'une fan fiction, et c'est un petit jeu aussi intéressant que les défis à dix mots !

je vous livre là la première partie de cette réécriture, une suite suivra.

bonne lecture et Joyeux Noël !

Limeye



EPISODE 12.3

Ils entendent les cris de la foule monter depuis la grande place devant le palais de l’Assemblée des Sages. Les Tarustiens crient le nom de leur héros, Kafoul, celui qui, par le passé, les avait sauvés de maintes dangers.

Mais ces cris n’émeuvent pas les Sages. Vostol poursuit son discours. Igir, le Sage parmi les Sages, écoute tout cela avec attention. La situation de son peuple, de sa planète, est des plus préoccupantes. Les Semeurs de givre sont à leurs portes, leurs défenses sont réduites. Ils tiennent encore, mais pour combien de temps ?

Il se demande aussi quelles sont les vraies raisons pour lesquelles l’étranger est intervenu. S’il est parvenu à gagner le dernier combat contre les Semeurs de givre, il a aussi usurpé l’identité de leur héros légendaire. Et cela, il ne peut le laisser passer, même en ces temps difficiles.

Curtis tente encore de se faire entendre, de plaider leur cause, mais rien n’y fait. Vostol poursuit, arguant qu’il est trop tard pour combattre et qu’il faut se résoudre à la reddition. Et la sentence tombe :

- Vous êtes condamnés à subir le châtiment de l’âme abjecte, pour avoir osé vous faire passer pour notre héros et pour ses amis. Menez-les à la salle !

Et malgré leurs protestations, Curtis et ses amis sont entraînés, les mains entravées, vers les sous-sols du palais.

**


Pas à pas, marche après marche, Joan, comme ses compagnons, descend un escalier qui semble ne pas avoir de fin. Elle se demande ce qu’est cette peine à laquelle ils sont condamnés, ce qui va leur arriver. Seront-ils enfermés dans un cachot oublié ? Vont-ils subir la torture ? Seront-ils séparés ? Que feront-ils à Curtis ? Elle craint plus que tout que les soldats s’en prennent à lui, car il est celui qui a osé redonner l’espoir à tout un peuple.

"Pourquoi ne nous ont-ils pas écoutés ? Pourquoi n’ont-ils pas cru Curtis ? Nous aurions pu continuer le combat avec le Comète ! Renforcer les défenses… avant de pouvoir lancer une contre-attaque."
A quelques mètres devant elle, Curtis descend d’un pas sûr. Encore une fois, elle admire sa volonté, sa confiance inébranlable. "Il ne chutera pas, quoiqu’il arrive…", songe-t-elle. Et cette pensée lui redonne confiance.

Une voix s’élève parmi le petit groupe, c’est Gweldek. Il explique où ils sont menés.

- Nous sommes en train de descendre vers l’antichambre de l’enfer, Capitaine. C’est un lieu dont vous n’avez aucune idée.
- Soyez sûrs et certains, Gweldek, que je saurai m’en échapper, répond le Capitaine. Pour moi, le danger est quotidien, il me suit comme une ombre. Je ne le crains pas.
- Vous ne m’avez pas compris, reprend le jeune homme. Cet endroit, vous pouvez en effet vous en échapper. On vous y obligera même, sans vous demander votre avis.
- C’est là que nous subirons le terrible châtiment de l’âme abjecte, qui sépare l’âme du corps, poursuit sa sœur, Kiara.
- C’est donc cela qui nous attend ?, demande encore Curtis. Vous en êtes sûrs ?
- Oui, continue Kiara. Nous allons être réduits à de purs esprits désincarnés et nous flotterons à jamais dans l’espace !
- Comment une telle chose peut-elle être possible ?, demande Joan à son tour.

Mais les gardes ne leur laissent pas le loisir de poursuivre leur discussion et leurs explications et la petite troupe reprend la descente vers l’enfer, sans savoir exactement ce qui les y attend.

Enfin, ils parviennent en bas du grand escalier, après ce qui leur a semblé avoir descendu des centaines et des centaines de marches. Grag et Curtis échangent un bref regard et le grand robot, entravé lui aussi, se précipite vers deux des gardes qu’il met KO en quelques secondes. Sans attendre, Curtis, Otho et Joan, s’occupent des autres. Le Capitaine lance l’ordre suivant :

- Vite, remontons !

Et en franchissant les premières marches, il se saisit du professeur Simon, enfermé dans un filet. Mais en bas, à les attendre, un garde est sorti de la pièce et active un système de défense. Aussitôt, un puissant courant électrique rayonne sous les marches, les empêchant de continuer. Vaincus, ils sont conduits dans la salle de traitement.

La pièce n’est pas très grande, sombre. Une sorte de lit médicalisé est installé en son centre. Au-dessus se trouve un appareillage complexe et étrange, qui laisse Joan et Otho sans voix. Curtis, lui, a compris déjà ce qu’il en est, même s’il ne mesure pas encore exactement comment l’appareil fonCtionne.

- Voici les corps de ceux qui ont subi le sort que l’on nous réserve, gémit Kiara.
- Oh !, s’écrie Otho. Alors nous serons comme eux ?
- Oui, répond un des gardes, c’est tout à fait exact ! Et maintenant que vous avez vu ce qui vous attend, poursuit-il en les menaçant de son arme, allons-y !

Le regard du garde fixe tour à tour chacun des prisonniers, et après quelques secondes de silence et de réflexion, il désigne Joan :

- Vous ! Vous subirez le châtiment la première !
- Non !

Deux cris ont fusé en même temps. Celui de Joan, effarée, et celui de Curtis, qui refuse encore cette peine et qui la refusera jusqu’au dernier moment, surtout pour elle.

- Je suis le chef de cette équipe, dit-il avec calme aux gardes. C’est à moi, et à moi seul, que vous devez vous en prendre. Laissez-libres mes amis !
- Les ordres sont que vous devez tous subir le châtiment !, répond le garde avec autorité, sans se laisser impressionner par l’air déterminé du Capitaine. Assez parlé ! La fille d’abord !, ordonne-t-il à ses compagnons.

Et les deux gardes se saisissent de Joan, sans que quiconque ait pu bouger et la mène vers la machine infernale. Elle se débat. Grag vocifère, Otho rugit, tous deux tentent d’intervenir, alors qu’un quatrième retient Curtis, fou de rage. Mais les armes pointées vers eux les ramènent bien vite vers la raison.

Les deux gardes ne sont pas de trop pour attacher Joan sur ce qui peut ressembler à un lit. Le contact est froid, métallique. En quelques secondes, elle ne peut plus bouger ni les bras, ni les jambes. Mais elle ressent une peur glacée. Ce qui va leur arriver, elle le devine déjà, sera pire que la mort.

- Laissez-la, vous dis-je !, tente encore une fois, vainement, le Capitaine, comprenant qu’il va être séparé à jamais de celle qu’il aime.
- Taisez-vous ! Ou je la fais simplement exécuter !

Le ton du garde devient de plus en plus menaçant. Serrant les dents, repoussant son gardien, Curtis s’avance, pourtant très calme, vers la jeune femme. Elle a fermé les yeux et tourné la tête, comme si elle ne voulait plus voir ni l’endroit où elle se trouve, ni les gardiens, ni ses amis, ni même… lui.

- Joan !, souffle-t-il.

Elle bouge légèrement la tête, à la négative.

- Joan ! Ne perds pas espoir ! Je trouverai le moyen de nous sortir d’ici ! Cette machine ne peut pas être plus difficile à contrecarrer que celle des Allus ! Je trouverai le moyen de nous faire redevenir humain.

A sa voix, à ce ton si persuasif, elle ouvre finalement les yeux et plonge son regard dans les yeux gris où elle lit encouragement et amour.

- Curt…, murmure-t-elle.

Il frissonne.

- Joan, crois-moi !
- Curt… si… si tu échoues… ne t’en veux pas. J’ai choisi. J’aurais pu rester sur Mars, avec le professeur Thrin. Tu voulais m’empêcher de venir…
- Et j’avais raison, mais il n’est plus temps de parler de cela. Garde confiance, promets-moi de garder confiance !

Elle hoche légèrement la tête. Jamais elle n’a failli, jamais elle n’a perdu confiance en lui, même dans les situations les plus désespérées. Il se penche vers elle, lui murmure à l’oreille :

- Garde très fort à l’esprit quelque chose qui compte pour toi. Ne pense qu’à cela quand ils mettront la machine en route.
- Promis.

Puis il s’écarte un peu. Il voudrait pouvoir effleurer l’une de ses mèches blondes, la toucher une dernière fois. Mais comme il est entravé et que cela lui est impossible, alors il dépose simplement un léger baiser sur ses lèvres puis s’écarte. Une larme roule sur la joue de Joan, mais il voit dans ses yeux qu’elle a compris et qu’elle garde confiance. Quelque peu réconforté – si tant est qu’il puisse trouver ici-même un signe de réconfort – il s’écarte et laisse les gardes actionner le mécanisme.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mer 25 Déc 2013 - 19:11
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Jeu 26 Déc 2013 - 12:40
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [mi jeu - mi fan fiction] Réécriture d'une scène ou écriture d'une scène manquante du DA
Coucou Limeye!

Merci pour la réécriture de cette scène! Wow Kiss Music Good Master Il manquait vraiment quelque chose à la version de Toeï!

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Jeu 26 Déc 2013 - 16:39
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [mi jeu - mi fan fiction] Réécriture d'une scène ou écriture d'une scène manquante du DA
Coucou les filles!

Oui, il manquait vraiment quelque chose... surtout ce qui s'est passé lorsque Joan (surtout) et les autres ont pu réintégrer leur âme avec leur corps! Je ne suis pas surprise du tout que tu aies ressenti le besoin d'améliorer ce passage à ta façon, et de nous le faire partager! Master Good

Je suis certaine à l'avance d'aimer ta version... Wow flower jump jump jump

Bizz Vizz
Flamme
Clap
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Dernière édition par flamme le Jeu 26 Déc 2013 - 17:41; édité 1 fois
Back to top
Jeu 26 Déc 2013 - 17:11
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [mi jeu - mi fan fiction] Réécriture d'une scène ou écriture d'une scène manquante du DA
Hello les filles !

je restais sur ma faim quant au dialogue Curtis / Joan à cet instant (même s'il y a eu pire Wink ), et surtout... il manque encore ! leurs réactions face à leur réintégration corporelle... Je réfléchis à cela !

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 27 Déc 2013 - 07:57
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [mi jeu - mi fan fiction] Réécriture d'une scène ou écriture d'une scène manquante du DA
Coucou Limeye,

Merci de ce nouveau petit cadeau! Je suis bien d'accord, il y a des trous dans cet episode..qui sont laisses a l'imagination, et on compte sur la tienne pour les combler! Et aussi refaire certains dialogues Mr. Green

O-tho jump jump jump

Back to top
Sam 28 Déc 2013 - 16:18
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [mi jeu - mi fan fiction] Réécriture d'une scène ou écriture d'une scène manquante du DA
Coucou O-tho !

je vais faire au mieux pour combler tes attentes ! Mais c'est encore à l'état d'ébauche dans mon imagination. Je laisse cela mijoter dans le petit tiroir où c'est écrit "Semeurs de givre, scène à réécrire" Wink Car pour l'heure, j'ai deux tiroirs d'ouverts : Et si... et Les visages de mon ennemie. Sans compter un qui est toujours entrebâillé : Just in Your Dreams !

bizz vizz et trampogrille bien Mr. Green

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Aujourd’hui à 23:41
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [mi jeu - mi fan fiction] Réécriture d'une scène ou écriture d'une scène manquante du DA
Back to top
Page 1 sur 1
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure