Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Dim 22 Déc 2013 - 11:59
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Grag les attend, un peu inquiet. Et quand Joan termine son récit, il apostrophe Otho :

- Stupide bloc de pâte à modeler ! Tu n'as bien veillé sur la chef, une fois encore ! Heureusement qu'elle revient sans une égratignure ! Sinon, tu aurais eu à faire à moi !
- En attendant, ce n'est pas toi qui aurais eu l'idée de te déguiser en gardien et d'envoyer les poursuivants dans la direction opposée...

Simon prend alors la parole et les deux amis cessent comme par enchantement leur dispute.

- Tu dis que ce n'est pas Dexter qui se trouvait dans la chambre, Joan ? Qui, alors ?
- Simon, tu ne vas pas me croire, mais j'ai très bien reconnu Betty Lincoln et Dave Travis.
- Quoi ?, s'exclament en chœur Grag et Otho.
- Parfaitement. Ca tombe bien, j'ai un compte à régler avec cette garce.

Grag et Otho échangent un regard lourd de sens, Curtis devine que le robot est à nouveau inquiet.

- Mais pour commencer, on prévient tout de suite Ezra. Il faut que la police interplanétaire débarque ici ! Et pas seulement avec deux agents en inspection !


Cinquième partie

Ezra marmonne. Cela fait plusieurs nuits qu'il dort peu, entre les observations avec Curtis et l'enquête sur le meurtre de Jokir. Aussi, quand son téléphone le réveille à 1h du matin, est-il passablement énervé. Sa colère retombe cependant aussitôt quand il entend une voix fraîche et joyeuse lui dire :

- Ezra, désolée de te tirer du lit, mais il faut que tu préviennes immédiatement Yakoni d'envoyer des troupes sur Calypso, à la mine de lignite. Dexter, le directeur, a disparu. J'ignore ce que sont devenus les mineurs. A la place, nous avons trouvé Dave Travis et... Betty Lincoln, ajoute-t-elle avec un ton plus grave.
- Quoi ? Travis est dans le coin ?
- Oui.
- Ce serait une occasion unique de mettre enfin la main sur lui. Je commence à comprendre beaucoup de choses...
- Moi aussi, Ezra, et encore, Simon et moi-même n'avons pas lu les données de l'ordinateur de Dexter... qui a été utilisé par Travis, cela, déjà, j'en ai la certitude. On va les étudier en vous attendant.
- Je préviens Yakoni tout de suite, dans moins d'une heure, on envoie des hommes. Indique-moi à quel endroit vous retrouver et nous ferons une intervention tous ensemble.
- Il y a autre chose, Ezra, il faudra être très prudent lors de l'intervention. Ils ont installé un concentrateur d'énergie. Près de l'entrée de la mine, c'est cela qui produisait les flashs que Stanislas a repérés.
- Un concentrateur d'énergie ? Mais ils veulent tout faire sauter ou quoi ?
- Je ne sais pas exactement ce qu'ils veulent faire, j'espère le découvrir rapidement dans les données de Travis. Mais en tout cas... il faudra éviter de tirer sur ce machin si on ne veut pas provoquer un joli feu d'artifice, et rendre la planète inhabitable pour des siècles et des siècles...
- Je donnerai des ordres en conséquence, aucun d'entre nous ne voudra risquer ce genre de choses. Je te laisse, je préviens Yakoni.
- Une dernière chose, Ezra.
- Oui, Joan ?
- C'est moi qui m'occuperais de Betty Lincoln, ok ?

Elle entend un léger soupir au bout du fil.

- Tu y tiens vraiment ?
- Oui. Je dois ça à Sam.
- Même si je dis le contraire, de toute façon...
- Nous nous sommes bien compris, on va vous attendre. On a du travail nous aussi. A demain, Ezra.
- A demain, Joan.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:59
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:00
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Otho:

Coucou Limeye,

Merci de ce petit morceau pour agrementer ma soiree... Wink

Ah Betty Lincoln....L'Anastasia de service... croqueuse d'homme...lethale??? Je pensai qu'elle avait croque Sam, mais en relisant, j'ai peur qu'elle ne l'ait pas laisse vivant....meme sans le croquer???

Et la chef, elle assure en tout cas... ;D

Et surtout ne change pas Crag et Mala, je les adore moi aussi comme ca!

O-tho
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:01
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Alors que sur Saturne, Yakoni donne rapidement des ordres pour une intervention musclée sur Calypso, Joan place le Comète en surveillance du satellite et active les radars vers la mine. Toute activité suspecte leur sera immédiatement signalée.

Elle rejoint alors Curtis et Simon dans le laboratoire, après avoir envoyé Otho prendre un peu de repos. Grag reste dans le poste de pilotage. Oog et Eek la suivent, ils n'aiment pas quand elle s'engage dans des aventures risquées, et depuis son retour à bord, ils ne la lâchent pas d'une semelle.

Elle entre dans la pièce, Curtis se dit qu'elle est vraiment très belle. Et très courageuse. Elle ne semble pas du tout perturbée par leur petite escapade, leur fuite, les tirs qu'ils ont évités, les risques qu'ils ont pris. Elle lui sourit, il lui sourit de même, et elle vient s'asseoir à ses côtés. Simon plane devant l'écran où il étudie les données de la micro-puce.

- Grâce à ce que tu as rapporté, Joan, nous avons élucidé toute l'affaire. Ce pauvre Stanislas est mort pour avoir découvert par le plus grand des hasards cette activité criminelle sur Calypso. Travis s'est emparé de la mine, qu'a-t-il fait de Dexter ? Nous le découvrirons une fois sur place, mais toujours est-il qu'il avait besoin d'un endroit tranquille et surtout, d'une mine de lignite pour mener à bien son projet. Il veut produire suffisamment d'énergie pour menacer Thétys et exiger des sommes faramineuses du gouvernement. Si ce dernier refuse, il tirera et il pourrait détruire la planète.
- Quelle ordure ! Je ne suis pas surprise que Betty Lincoln fricote avec ce salopard.

Curtis intervient à ce moment-là et demande :

- Mais comment Travis a-t-il su que Stanislas avait découvert son petit secret ?

Simon reprend :

- Travis est loin d'être un idiot, il savait que le centre d'études spatiales de Saturne est un des meilleurs des Neuf Mondes et qu'on pouvait facilement détecter des activités suspectes sur les différents satellites. Calypso l'intéressait à cause du lignite, mais pas seulement : la mine se trouve sur la face cachée du satellite, ce qui l'arrangeait pour rester discret. Mais il lui fallait procéder à intervalle régulier à des essais pour mesurer la puissance de son concentrateur d'énergie. Ce sont les flashs que Stanislas, puis vous, Curtis, avez repérés. Il en faisait très peu, mais on peut supposer qu'il en faisait chaque nuit ou presque. Il faut du temps pour mettre au point un concentrateur d'énergie. Sachant qu'il y avait un risque d'être repéré, il avait placé une "taupe" dans le centre, qui surveillait notamment Stanislas. C'était Jokir.
- Jokir ? Un policier ?
- Un ripou, dit simplement Joan. Il est facile d'acheter un homme qui a besoin d'argent, qui joue beaucoup et perd souvent... emprunte à des hommes peu scrupuleux...

Curtis opine simplement, il a compris.

- Et l'assassin de Jokir ?
- Un homme de Travis, sans aucun doute, que nous retrouverons sur Calypso. Jokir avait informé Travis de l'arrivée d'Ezra, et de la tienne, il te surveillait aussi.
- Je comprends mieux ses questions sur mes recherches. Crois-tu qu'il avait deviné que j'avais repéré quelque chose ?
- Nous ne le saurons jamais, mais je ne pense pas. Nous aurions été attendus sur Calypso dans le cas contraire.

Tous trois restent un moment silencieux. Puis Joan se relève et dit simplement :

- Repos pour tout le monde, on a bien travaillé.

Et elle sort du laboratoire sans un regard pour ses deux compagnons, gagne rapidement sa cabine et va s'écrouler sur son lit.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:02
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Flamme :

Le bloc de pâte à modeler m'a fait sourire... C'est vrai qu'il est difficile de changer la personnalité de ces deux lascars, et c'est tant mieux| ;D

Pauvre Joan, son passé semble receler beaucoup de peine et de douleur... Je trouve (encore) qu'elle mérite le bonheur!

L'intrigue est très bien menée, on attend toujours la suite avec impatience! [jump]

Bonne journée à tout le monde!
Flamme

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Nouvelle petite livraison... pour vous aider à démarrer votre journée !

Joan se dévoile un peu plus Wink
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:02
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Les heures de repos accordées à tout l'équipage par Joan font le plus grand bien à tous, d'autant que chacun devine qu'une fois que la police interplanétaire sera là, il y aura à nouveau de l'action. Après une bonne "nuit" de repos, si tant est qu'on puisse parler de nuit en plein espace, Curtis se relève frais et dispos. Il gagne directement la cuisine, tout est calme dans le vaisseau. Après avoir mangé, il rejoint Grag qui veille dans le poste de pilotage.

- Bonjour, Grag.
- Bonjour, Curtis.
- Des nouvelles du colonel ?
- Non, pas encore. Il nous contactera quand il sera sur zone. Je ne pense pas qu'ils seront là avant une dizaine d'heures de toute façon. Le temps qu'ils préparent l'opération et puis... ils sont moins rapides que le Comète. Ils mettront plus de temps que nous à venir jusqu'ici.
- Votre vaisseau est assez extraordinaire, il faut bien le reconnaître.
- Tu ne voyageras jamais dans un vaisseau plus extraordinaire que celui-là.

Ce n'est pas la première fois que le robot lui en fait la remarque, et Curtis devine une grande fierté chez lui à en parler. Il demande alors :

- Qui l'a construit ? Vous tous ?
- En grande partie, oui, avec Otho et Simon. Et Joan bien entendu.
- Joan aussi a participé à la construction du vaisseau ?
- Oui, pourquoi, ça t'étonne ?
- Un peu...
- En fait, la base de ce vaisseau a été conçue par son père et le professeur Simon, quand il était encore un humain. Nous l'avons agrandi, aménagé, amélioré aussi pour qu'il soit à la fois rapide, puissant, confortable. Nous pouvons passer des semaines à bord sans toucher le sol. Il possède une très grande autonomie, que ce soit en énergie et en approvisionnement.
- Il faut dire que comme la moitié de l'équipage n'a pas besoin de nourriture... vous gagnez aussi en autonomie.
- C'est une remarque judicieuse.
- Le père de Joan est un grand savant alors ?
- Etait. Oui, lui et Simon travaillaient ensemble, ce sont eux, avec Mary, la maman de Joan, qui nous ont créés, Otho et moi. A eux trois, ils se complétaient parfaitement. Simon, le physicien et astrophysicien, William le physicien-chimiste et technicien hors pair, Mary la biologiste et informaticienne.
- Les parents de Joan sont décédés alors ?
- Oui. Sa mère a été tuée... de mort violente. Excuse-moi, je n'aime pas raconter cette histoire.
- Oh, je comprends, je ne veux pas te faire de peine, Grag, répond-il.

Il a déjà perçu que le grand robot a le cœur tendre.

- Et William est mort de maladie, quand Joan avait à peine cinq ans. Nous l'avons alors élevée, Otho, Simon - qui était déjà devenu un cerveau vivant - et moi. Et Ezra nous a beaucoup aidés aussi. Elle allait souvent sur Terre passer des vacances avec lui.
- Vous ne viviez pas sur Terre ?
- Non. Nous vivons dans le cratère de Tycho, sur la Lune.

Mais le robot n'ajoute rien d’autre, car ses oreilles ultra-sensibles ont détecté le bruit de pas en provenance des cabines. Il sait que sa chef va faire son entrée d'ici peu. Mais il poursuit la conversation en interrogeant Curtis à son tour.

- Comment t'es venue la passion des étoiles ?
- C'est difficile à expliquer. J'ai la chance de vivre à un endroit où l'on voit parfois des aurores boréales. Ce phénomène m'a toujours fasciné depuis que je suis tout petit. Très tôt, j'ai voulu apprendre à repérer les constellations, je lisais beaucoup de livres sur les étoiles, les planètes, l'histoire de la colonisation du système solaire... j'ai la chance d'avoir des parents qui nous encouragent, mes sœurs, mes frères et moi, à suivre les voies qui nous passionnent. Ma sœur aînée voulait faire du théâtre, mon frère aîné au contraire a suivi les pas de mon père, en médecine. Je suis l'autre scientifique de la famille, pour l'heure, je ne sais pas encore ce que feront mes deux jeunes sœurs, mais mon autre frère est un bon sportif.
- Cela fait une grande famille !
- Oui, et j'ai même déjà un neveu.

A cet instant, Joan entre dans le cockpit, une tasse de café à la main. Elle les salue de son beau sourire lumineux, et Curtis se dit que c'est le premier cadeau de la journée : "un sourire de Joan, cela rend heureux pour les heures à venir", pense-t-il.

- Pas de nouvelles d'Ezra, encore, j'imagine, Grag ?, demande-t-elle.
- Non, je te préviens dès qu'il appelle. On reste en stand-by ?
- Oui, rien de spécial à faire pour l'instant. Tu veux que je recharge tes batteries ?
- C'est peut-être plus prudent, non ? Que je sois en pleine forme pour le combat.
- Alors viens par là.

Le robot va s'asseoir contre la paroi du fond de la salle de pilotage, Joan débranche ses fusibles et les remets en charge.

- Voilà, c'est fait. Dans deux heures, il sera reparti pour des jours d'autonomie.
- Je suis surpris par la façon dont vous veillez les uns sur les autres, Joan, fait remarquer Curtis, pas mécontent de se retrouver seul avec la jeune femme.
- C'est essentiel. Ne prends-tu pas soin de ta propre famille ?
- Bien sûr ! Ainsi, ils sont ta famille ?
- Oui. Et Ezra aussi, bien plus que mon oncle et ma tante, enfin, du côté de mon père. Je les vois rarement. Ils sont... spéciaux. Grag, Simon et Otho se sont occupés de moi quand je me suis retrouvée orpheline. Avec Ezra, mais que je voyais beaucoup moins. Je vivais au quotidien avec eux. Ils m'ont tout appris.
- Même à courir vite ?
- Oui, à courir vite, à tirer, à être précise. Sans compter tout le savoir de Simon, en sciences, en histoire des Neuf Mondes, en langues... Ils m'ont appris à piloter, à réparer le vaisseau. J'ai des connaissances en médecine, en biologie, également. Apprendre m'a toujours passionnée. Observer les choses, le monde, comprendre comment tout cela fonctionne, s'articule... Une des rares choses que je n'ai pas réussi à apprendre, c'est à faire la cuisine !, ajoute-t-elle en riant.

Curtis rit aussi, leurs regards se croisent alors et il voit s'allumer une étoile dans ses beaux yeux bleus. Il voudrait que cette étoile ne s'éteigne jamais. Il se dit que le plus grand des défis serait de parvenir à la faire briller, et que ce soit lui, qui y parvienne. Elle soutient son regard quelques instants, puis se relève et lui propose d'aller voir où en est Simon.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:03
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Flamme :


Ambitieux, le Curtis... [naughty]

Alors, il va y avoir des cours de cuisine au programme? ;D


Là, faut fraiment que je parte... Bonne journée, a +!

Flamme

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Coucou Flamme,

Très ambitieux, le Curtis... à votre avis, il va réussir ou pas Wink ?

Je retiens les cours de cuisine, ça peut donner une belle scène romantique à souhait [eyeheart] !

Petit passage un peu "spécial pour toi", puisque tu m'avais suggéré le "trop dangereux pour toi !" Wink

Bizz

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:04
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Cette journée d’attente se passe pour eux tous entre le laboratoire, quelques menues vérifications à bord - notamment en ce qui concerne les armes -, et du repos. Joan oblige chacun, y compris Simon, à se reposer.

- Nous attaquerons certainement dès que l’escadrille de la police sera là, leur dit-elle.

En effet, quelques heures plus tard, ils font la jonction avec les policiers et Ezra. Trois petits croiseurs rapides de la police des planètes et leurs équipages sont là, prêts à intervenir.

- Bonjour à tous !, les salue Ezra via le vidéo-transmetteur.
- Bonjour, mon colonel, répond Joan. Tout s’est bien passé pour vous pour venir jusqu’ici ?
- Aucun souci, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt les détails de votre enquête et de vos conclusions. Comment envisages-tu l’attaque ?
- Nous allons arriver sur zone, nous tirerons depuis le Comète, et uniquement depuis le Comète, pour éviter le concentrateur d’énergie. Nous savons exactement où il se trouve. Le but est de dégager le terrain pour l’intervention des troupes au sol.
- Tu ne crains pas qu’ils utilisent le concentrateur d’énergie ?
- Non, car nous en aurons pris le contrôle avant. Grag et moi descendrons à terre, Otho, Curtis et Simon resterons à bord. Pour rassurer Otho, j’emmènerai Oog et Eek avec nous, ce sont de bons combattants.

Ezra retient avec peine un petit sourire.

- Je vois. Il faut donc que je te laisse aller au "casse-pipe" ?
- As-tu meilleure idée ?
- A vrai dire, non.
- Parfait, alors allons-y. Tu descendras avec les troupes au sol, Ezra ? On garde la liaison ouverte pour se coordonner.
- J’irai au sol, oui. Nous ne serons pas trop de quatre, si je compte vos bestioles, pour t’empêcher de prendre des risques inconsidérés.
- Je ne prends jamais de risques inconsidérés, Ezra, tu le sais très bien.
- Je te taquine, Joan.

Elle sourit. Puis se tourne vers son équipe.

- Grag, Eek, Oog ! On y va !
- Je ne viens pas avec vous ?, demande Curtis.
- Pas cette fois, c’est trop dangereux. Ils sont en alerte. Si encore tu savais te servir d’un pistolet… Là, ce n’est plus une opération de repérage. Ca devient sérieux.
- Mais…
- C’est ordre, Curtis Newton. Vous restez à bord avec le professeur et Otho.

Puis se tournant vers Otho, elle lui donne les dernières indications concernant son plan.

Quelques minutes plus tard, tous voient s’éloigner le Cosmolem. Curtis suit avec inquiétude le sillage que laisse le petit vaisseau dans la nuit. Simon intervient :

- On va suivre leur progression sur cet écran, venez, Curtis.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:05
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Otho :

Coucou Limeye,

"Très ambitieux, le Curtis... à votre avis, il va réussir ou pas"...S'il est aussi determine que son homologue, il ne va pas la lacher... ;D..combien de temps ca va lui prendre, ca c'est une autre histoire, surtout que la belle semble un peu reservee...

Pour les cours de cuisine...hmmm... pourquoi pas le fameux gateau au chocolat.... à vous faire fondre de plaisir...[naughty]

"trop dangereux pour toi" merci de l'inclure Flamme et Limeye! :P Surtout quand on connait l'effet que ca fait a chaque fois sur Joan...Mais Curtis ne semble pas s'en offusquer ( et il semble qu'il reste dans le cyberlabe...pour le moment...).

"un sourire de Joan, cela rend heureux pour les heures à venir",...la il est vraiment perdu le Curtis!

Au plaisir de lire la suite! [goodjob]

O-tho

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Coucou O-tho, coucou à toutes !

Zitat von: O-tho am 11. April 2013, 19:41:17 Uhr

S'il est aussi determine que son homologue, il ne va pas la lacher... ;D..combien de temps ca va lui prendre, ca c'est une autre histoire, surtout que la belle semble un peu reservee...


En effet, Joan reste sur sa réserve... pour l'instant Wink. On avait bien dit "rôles inversés", n'est-ce pas Wink

Zitat von: O-tho am 11. April 2013, 19:41:17 Uhr

Surtout quand on connait l'effet que ca fait a chaque fois sur Joan...Mais Curtis ne semble pas s'en offusquer ( et il semble qu'il reste dans le cyberlabe...pour le moment...



Il ne va pas supporter d'y rester bien longtemps, comme vous allez le découvrir ensuite...

Zitat von: O-tho am 11. April 2013, 19:41:17 Uhr

"un sourire de Joan, cela rend heureux pour les heures à venir",...la il est vraiment perdu le Curtis!


Totalement "in love" [eyeheart] ;D

la suite donc, vous avez rembobiné le générique ? Allez, c'est parti... Capitaine Joan, etc... Wink

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:07
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
A terre, l’opération se déroule rapidement et telle que Joan l’avait envisagée. Elle et Grag, plus Eek et Oog, se sont posés à nouveau assez loin de leur objectif et avancent prudemment. Elle enverra un signal à Otho dès qu’ils seront près du concentrateur. En approchant de la mine, ils se rendent compte que leurs ennemis sont en alerte. Mais qu’ils ne sont pas très nombreux.

Joan et Grag font le tour du site pour approcher du concentrateur en arrivant par la mine. Très vite, ils en prennent le contrôle, Joan appelle alors Otho :

- C’est bon, Otho, à toi de jouer ! Dégage-nous tout ça ! Grag et moi sommes enfermés dans le concentrateur, mais ne tarde pas ! Ils sont déjà en train de frapper à la porte…
- Bien, chef ! Attention, j’arme les canons à protons, ça va fuser !

Quelques tirs très précis dégagent totalement le terrain et aussitôt, deux des équipages débarquent, le troisième restant en protection dans le ciel, aux côtés du Comète. En quelques minutes, les hommes de Travis sont maîtrisés, les installations sont toutes sous contrôle. Travis et sa maîtresse, Betty Lincoln, sont cependant introuvables.

- Bon sang !, dit Ezra. Il ne faut pas qu’ils nous échappent ! Tu n’avais rien remarqué de suspect durant votre veille, Joan ?
- Non, aucun vaisseau n’a décollé de Calypso. Ils sont encore ici. Ils doivent avoir une cachette… Grag ! On va faire un tour dans la mine, trois hommes avec moi !

Et avant qu’Ezra ait pu faire la moindre remarque, elle est déjà partie. Il prévient alors Otho et Simon qui décident de poser le vaisseau. Une fois à terre, Curtis et Otho descendent et rejoignent Ezra. Alors que ce dernier supervise encore l’embarquement des prisonniers, ils entendent soudain des tirs provenir de la mine.

- Bon sang !, crie Otho, j’y vais !
- Je te suis !, dit Curtis qui s’élance derrière l’androïde, sans qu’Ezra ait pu le retenir.

Ils pénètrent tous deux dans la mine, suivent un long couloir et s’arrêtent près d’un coude. Ils assistent alors en direct à l’arrestation de Dave Travis et de Betty Lincoln. Une scène que Curtis n’est pas prêt d’oublier.

Devant leurs yeux s’ouvrent une vaste salle où sont entreposés des wagonnets et du matériel. Dave et Betty sont réfugiés dans l’un des wagonnets. Pendant que Grag leur tire dessus, Joan, suivie des deux petits animaux, rampe et se glisse jusque derrière eux, en se dissimulant avec soin derrière des caisses et une sorte de pelleteuse. Curtis admire sa manière de progresser, silencieuse, rapide. En quelques instants, elle se retrouve bien placée, elle bondit dans le wagonnet, jouant sur l’effet de surprise, elle assomme Dave Travis et désarme Betty Lincoln si vite qu’il ne peut retenir un léger cri d’admiration. Otho le regarde et dit :

- C’est moi qui lui ai appris à être rapide comme ça, mais j’avoue qu’il arrive qu’elle me surprenne aussi parfois. Allons-les aider, on ne risque plus rien, mais on peut toujours en tirer un peu de gloire, ajoute-t-il en lui faisant un clin d’œil.

Grag se trouve déjà aux côtés de sa chef quand Otho et Curtis les rejoignent. Grag s’occupe de ligoter Travis, encore inconscient. Joan, quant à elle, menotte soigneusement Betty dont les yeux lancent des éclairs.

- Je me vengerai !, crache la jeune femme.

Joan la remet debout, la tourne vers elle et lui assène une formidable paire de claques. Le visage fermé, elle dit simplement, d’une voix froide et coupante :

- Ca, c’est de la part de Sam. Maintenant, avance ! Tu finiras tes jours sur Cerberus.

Otho récupère la prisonnière et la pousse sans ménagement devant elle, Grag jette sur ses épaules Travis, comme s’il s’agissait d’un simple sac. Tous regagnent l’air libre. En chemin, Joan s’adresse à Curtis :

- Je croyais t’avoir dit de rester à bord ?
- Simon a décidé que nous pouvions nous poser, j’ai suivi Otho quand on a entendu les tirs dans la mine.
- Tu aurais pu prendre une balle perdue.

Il hausse les épaules. Elle l’attrape par le bras, le force à la regarder droit dans les yeux. Ce n’est plus une étoile qu’il voit briller dans ses yeux, mais un éclair de colère.

- J’en connais qui ont pris des balles perdues, je n’ai pas envie que ça t’arrive.

Et elle le laisse en plan, suit rapidement ses compagnons au dehors. Silencieux, mais intrigué cependant, Curtis les rejoint.

Les prisonniers sont conduits à bord d’un des vaisseaux, Ezra regarde avec admiration et satisfaction les deux chefs du complot se faire embarquer.

- Bravo, Joan, bravo à tous. Je vais laisser une équipe ici, pour vérifier les installations. On a retrouvé trace des mineurs et de Dexter : ils avaient été enfermés dans les sous-sols du bâtiment. Il y a quelques blessés parmi eux, que je fais évacuer en urgence sur Ops. Nous allons ramener tout le monde sur Saturne, pour la suite de l’enquête, les dépositions. Vous rentrez sur Tycho ?
- Tu n’as plus besoin de nous ici ?
- Non. Peux-tu ramener le professeur Newton sur Terre ?
- Sans souci. J’en profiterai pour aller saluer Carthew, ça fait un moment qu’il ne s’est pas rappelé à mon bon souvenir…
- Ne tente pas le diable, Joan. Il est capable de t’envoyer au-delà de Kuiper pour une expédition !
- Ca ne serait pas pour me déplaire, répond-elle avec son joli sourire.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:09
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Flamme :

Coucou!

Ambitieux, le Curtis... et moi, je veux qu'il réussisse! [bussi]

Tellement merci, Limeye, pour le "trop dangereux", mais il a totalement été éclipsé par le "si au moins tu savais te servir d'un pistolet..." Seigneur que j'ai ri... [rolllaugh]

Le passage où elle exprime la peur qu'elle a eue de voir Curtis attraper une balle perdue, c'était tellement romantique, même si elle est rude dans ses manières! J'imagine Curtis retenir son souffle et sentir son coeur chavirer... [bigeek]

Et finalement, j'appuie la requête d'O-tho! Ouiiiiiiiiiiiiiiiiii, on veut un gâteau au chocolaaaaaaaat!
[jump] [jump] [jump] [jump] [jump]

Avec la scène romantique!!!!!!!!!! [loveu]

Flamme

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Coucou les filles !

Tant mieux, Flamme, si je t'ai fait rire avec le coup du pistolet. C'est sûr que rien que d'imaginer la scène... [rolllaugh]

La fin approche... Smile

bizz

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:09
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Toute l’équipe remonte rapidement à bord, Joan explique en quelques mots à Simon comment s’est déroulée leur intervention.

- Beau travail, Joan. Et tout cela sans le moindre mort.
- Il y a quelques blessés, notamment l’un des hommes qui gardaient le concentrateur et que Grag a dû assommer un peu… durement.
- Il aura juste mal à la tête pendant quelques jours, dit le robot d’un ton piteux.

Toute l’équipe éclate alors de rire. Joan se tourne vers Curtis :

- Prêt pour un voyage en vol oscillatoire ? Dans moins de deux jours, nous serons en vue de la Terre.
- Qu’est-ce que c’est que le vol oscillatoire ?, demande-t-il intéressé.
- Le système qui nous permet d’être le vaisseau le plus rapide de l’univers, dit Otho avec force. Mais avant cela, pense à prendre quelques comprimés, ajoute-t-il avec un clin d’œil. En général, on est malade les premières fois.

Curtis lance un drôle de regard à l’androïde, et il ne voit pas le petit sourire que Joan a bien du mal à réprimer.

Le voyage retour se passe sans soucis, et Curtis remercie en silence l’androïde. Sans son rappel, il aurait certainement été malade. Mais quand la décélaration se produit et que soudain, la Terre se dessine devant leurs yeux, il ne peut retenir un pincement au cœur. L’heure des adieux approche et il se demande s’il reverra jamais toute l’étonnante équipe.

Alors qu’ils sont encore à deux heures de vol de New York, il s’isole un peu, range ses affaires, puis gagne la cuisine du vaisseau. "Un café, ça ne me fera pas de mal", pense-t-il. Il se souvient aussi des conseils d’Otho : "Quand on sera repassé en vitesse normale, va manger quelque chose, ça t’aidera pour le retour sur la terre ferme." Il se sert, s’assoit et par le hublot, regarde le ciel, songeur.

Joan entre à ce moment-là, se verse un grand verre de jus de pamplemousse et s’assoit à ses côtés.

- Joan, je n’oublierai jamais cette aventure et ce voyage, dit-il, sincère.
- Je comprends. Ca a dû te paraître mouvementé. Quand on n’a pas l’habitude…
- C’est ton lot quotidien, n’est-ce pas ?
- Pas tout à fait quotidien, mais fréquent, oui. J’y suis habituée, c’est ma vie. Et elle me plaît, ajoute-t-elle avec un sourire.
- Joan… est-ce qu’on se reverra ?

Elle le regarde, sérieuse.

- Peut-être… à une conférence sur le Soleil !

A cet instant, une étoile s’est rallumée dans ses yeux, un rien moqueuse, un rien provocatrice, un rien… tendre aussi. Il sourit et dit simplement :

- J’aime beaucoup quand une étoile s’allume dans tes yeux.

Elle se relève, le regarde et dit :

- Je suis une étoile, Curtis Newton. Une étoile… filante.

Et elle sort pour reprendre sa place dans le cockpit et préparer l’atterrissage.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:10
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Flamme :

Trop romantique, la fin, avec l'allusion au titre... Soupir...

C'est bizarre, je me sens un peu frustrée, sur ma faim, comme je l'étais pour Joan dans le DA... J'en veux toujours plus! Mais je suis trop vite en affaires, ils viennent juste de se connaître, quand même... ;D

Je vais devoir faire comme Jelle: cultiver ma patience!

Chapeau, Limeye, tes récits me font vivre tellement d'émotions...

Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Ce n'était pas encore la toute fin, la voici :
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:10
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Epilogue

Un beau soir de la fin mai, dans un grand jardin, à Espanola.

- Curtis, ça va ?

Le grand jeune homme se retourne, sa mère glisse sa main sous son bras.

- Oui, maman, ça va. Je suis content de vous revoir tous.
- Besoin de t’isoler un peu ?
- Envie de regarder les étoiles.
- Ce ne sont pas les étoiles que tu regardes, mon fils, c’est la Lune.

Il sourit doucement. Sa mère reprend :

- Toi, tu as rencontré quelqu’un au cours de ce voyage.
- La femme la plus extraordinaire que j’ai jamais vue, maman. Mais… C’est une étoile filante. Et je ne sais pas comment attraper une étoile filante. Je sais juste que je ne l’oublierai jamais.

Sa mère se tait, resserre simplement ses mains autour de son bras.

- Avec trois grammes de folie et beaucoup de patience, peut-être…
- Peut-être…

**


- Pas fâché de rentrer chez soi !, dit Otho en ouvrant le sas entre le hangar du Comète et la base de Tycho.
- Moi aussi, boule de gomme ! La chef a descendu toute sa réserve de jus de pamplemousse au cours du voyage, j’ai craint qu’elle ne se retrouve en manque. Tu avais oublié de charger la caisse que j’avais préparée.
- Je n’ai rien oublié…

L’androïde se tait, et regarde un peu étonnée la jeune femme qui s’éloigne sans un mot dans le couloir. Elle est étrangement silencieuse depuis qu’ils sont revenus de New York. Pourtant, Carthew ne leur a confié aucune nouvelle mission. Ils vont pouvoir se reposer un peu et elle, poursuivre ses recherches sur la botanique de Venus avec Simon.

- Elle est bizarre, Joan… Bon, je finis de débarquer et de ranger nos affaires.

Un peu plus tard, Grag entre dans le grand salon de Tycho. Joan est assise, en tailleur, sur la table, devant la large fenêtre. Elle regarde la Terre. Le grand robot s’approche.

- Grag ?
- Oui, Joan ?, demande-t-il doucement.
- A ton avis, il fait quel temps à Espanola aujourd’hui ?

Il la regarde un long moment, pose doucement sa main sur son épaule et répond simplement :

- C’est la nuit, à Espanola , Joan.

FIN

_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 12:12
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Otho :


Coucou Limeye,

Quuoooiiii? C"est deja fini??? :o
C'est que je m'amusais bien moi!...Et comme Flamme, je trouve que ca a un gout de trop peu.... ;D

Oserait-on demander une suite? Ou cela reste "short and sweet" comme on dit chez nous...

En tout cas, merci pour ce petit plaisir!

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Coucou O-tho, coucou Flamme,

je savais bien que vous auriez trouvé ça difficile à avaler comme fin. J'ai fait une version à la TOEI ;D !

donc non, ce n'est pas "short and sweet", moi aussi, j'ai envie de les faire se tomber dans les bras, qu'est-ce que vous croyez ;D ?

et je vous rassure... il y a beaucoup trop de choses que je n'ai pas pu dire dans cette histoire, de questions encore sans réponses et une suite est en préparation. Livraison à partir du week-end. Non pour vous mettre l'eau à la bouche, mais je pense aussi à Elaine qui va avoir beaucoup de lecture à rattraper (mais un seul défi). D'ailleurs, faut aussi que je m'attèle au défi Wink

et puis, j'ai bien envie aussi de développer l'ambiance familiale autour de Curtis, et de montrer un peu plus le côté scientifique de Joan. Donc vous voyez, j'ai encore de la matière... [work]

à plus tard au fil de la journée !

Limeye Smile

--------------------------------------------------------------------------------------------------------

Flamme :

Coucou les filles!

Je savais bien, Limeye, que tu nous mijotais quelque chose! Tu as posté pendant que je répondais à Frego, aussi tu me sauves une partie de texte à écrire...

Tu as trop piqué notre curiosité pour pouvoir t'arrêter là! On a encore plein de choses à découvrir: d'autres aspects de son passé, qui était Sam et le rôle qu'il a joué dans sa vie, celui joué par "Lincoln la salope", etc, etc. Et surtout, on n'a pas eu de leçon de tir et la recette du "gâteau au chocolat à en fondre de plaisir"... [naughty] [rolllaugh]

J'éprouve un effet secondaire avec ce forum: je suis en train de développer une accoutumance! Mais je ne veux pas d'antidote... ;D

Bonne journée!
Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Aucun antidote en vue ;D

Oui, en effet, il y a entre autres aussi tout ce que tu cites et qui n'apparaît pas dans ce premier volet. Mais la suite se prépare, vous l'aurez à partir de demain !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Otho :

Coucou Limeye,

Ahhh....ca fait plaisir de voir que tu ne vas pas nous laisser sur notre faim! [jump]

Tout a fait d'accord avec Flamme! Il y encore trop d'interrogations et pas assez de reponses... Sam, le passe de Joan...et du materiel a ecrire il y en a, on te fait confiance! ;D
Et j'avoue que de me priver d'entendre Joan se faire appeler Chef...

Au plaisir de lire la suite!

O-tho
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Aujourd’hui à 20:45
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Back to top
Page 3 sur 3
Aller à la page: <  1, 2, 3
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure