Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Dim 22 Déc 2013 - 11:38
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Flamme :

J'A-D-O-R-E! [goodjob] [master] Chapeau à Frego et O-tho, bravo pour vos suppositions! Si Joan a la même attitude envers Curtis dans cette histoire que celle qu'il avait envers elle dans le DA, ce sera une pette revanche! Il mériterait bien de sécher un peu... [devil]


[hello] Je dois partir au travail, bonne journée à toutes!

Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Et voilà, vous avez bien patienté, vous êtes donc récompensées... bravo à celles qui avaient des intuitions... Sachez que je m'amuse beaucoup à écrire cette histoire "à l'envers". J'espère vous amuser tout autant à la lire !

Pour vous "reposer" de votre journée de travail, car je pense que vous ne me lirez que dans quelques heures, voici la suite.

bizz

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:38
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:39
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Un quart d'heure plus tard, Grag fait son entrée. L'immense robot impressionne pourtant moins Curtis que ses deux autres compagnons. Rapidement, il s'installe devant les différents ordinateurs et lance des copies de toutes les données. Un peu silencieux, en retrait, Curtis observe tout ce petit monde. Il n'ose pas vraiment regarder la jeune femme, Joan. Il espère simplement pouvoir poursuivre son travail et ne pas être renvoyé aussitôt sur Terre. Pour rien au monde, il ne voudrait désormais s'arrêter là. Il veut aussi en profiter pour mieux la connaître et devine déjà les prémices du trouble délicieux qu'elle suscite en lui. Mais comment rester indifférent devant une telle créature ?

Une heure environ après l'arrivée de Grag, on frappe à la porte du laboratoire. Ce sont Tim Gordon et Pirus Jokir qui font leur entrée. Avant même de leur répondre, Ezra a fait un signe discret à Joan et à Grag, signe qui n'a pas échappé à Curtis. Le robot se place entre la porte et sa jeune chef, et Simon s'est également retourné vers la porte.

- Entrez !, lance le colonel.

Le lieutenant Jokir entre le premier, suivi de Gordon. Curtis a juste le temps de remarquer que Tim tient sa main droite prête à se saisir de son arme de service. Jokir ouvre grands les yeux et la bouche en voyant les personnes présentes.

- Vous ! Ici !

Et il va pour se retourner, mais Tim l'en empêche.

- Du calme, Lieutenant, vous restez avec nous, et vous me laissez vous désarmer bien gentiment.

A cet instant, Jokir semble reprendre le contrôle de lui-même, tente de se défaire de la prise de Tim. Mais Grag est plus rapide et le robot se saisit vivement de ses deux mains.

- Ah ! Lâchez-moi ! Lâchez-moi !
- Restez calme et Grag ne vous fera rien, dit Joan d'une voix ferme.

Son visage s'est complètement refermé, elle est très sérieuse, et Curtis lui donne soudain au moins cinq ans de plus.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:40
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Otho :

Coucou Limeye,

Excellent!! [master] [goodjob] [jump] [rolllaugh]..je manque d'adjectilf... ;D

Super ces roles renverses, Joan appelee chef, ca vaut son pesant d'or!

Et toc., le coup de foudre c'est du cote de Curtis maintenant....Est-elle feministe. autant que Curtis etait mysogyne?.... ;D En tout cas, j'attends avec impatience leur interaction pour decouvrir leurs personnalites!
Et la Solange, si deja elle n'etait pas passee aux oubliettes, la....Neanmoins, vu que mooosieur ne la joue pas honnete avec les dames ca risque de lui retomber dessus...

Je suis aussi vraiment curieuse de connaitre le passe de Joan, ce que tu lui as invente, si c'est le parallele feminin de Curtis...ou non...

En tout cas, l'intrigue est toujours aussi haletante!

Au plaisir de te lire!

O-tho

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Coucou à toutes,

je vous offre un dernier morceau avant de me coucher...

j'avoue que je m'amuse vraiment bien à écrire cette histoire, et surtout à jouer gentiment avec les sentiments de Curtis (j'ai failli écrire du Capitaine Very Happy)

n'est-ce pas que c'est sympa d'imaginer Joan se faire appeler "chef" par toute l'équipe Wink ?

d'une manière bien différente de Just in Your Dream, vous allez petit à petit cependant découvrir le passé de Joan comme Curtis va le faire. J'ai gardé des éléments du roman initial (du passé de Curtis appliqué à Joan) et d'autres non. Enfin, vous verrez cela ! J'espère en tout cas que vous trouverez cette histoire "à l'envers" toujours aussi intéressante à lire.

Bizz et bon début de soirée à vous !

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:41
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
- Jokir, il va falloir parler.
- Je ne comprends rien à votre attitude, colonel !
- Et bien, je pense que vous allez bien vite comprendre. Tim, on l'emmène. Grag, as-tu terminé ?
- Pratiquement. Encore cinq minutes, et j'aurai tout récupéré.

Quelques minutes plus tard, tout le monde quitte le laboratoire. Tim tient Jokir menotté. Celui-ci est un peu pâle, mais a cessé de protester. Curtis a emmené ses propres affaires, il se demande un peu ce qui se passe et pourquoi le lieutenant a été arrêté. Il s'interroge aussi sur le fait que ce dernier ait reconnu la petite équipe qui se trouvait avec eux, le robot, la jeune femme et le cerveau volant. Ils se dirigent vers le parking pour récupérer leurs véhicules et gagner le quartier général de la police interplanétaire, quand soudain, un claquement sec se fait entendre. Jokir est touché à la tempe et s'effondre, mort sur le coup.

- Couchez-vous !, hurle Ezra.

Tous se jettent au sol, mais bien vite, Joan relève la tête, Grag aussi.

- Là-bas, Grag, sur le toit !

La jeune femme se redresse aussitôt, se met à courir, et ordonne au robot de faire le tour du bâtiment par la gauche, elle prend par la droite. Tim Gordon la suit, abandonnant le cadavre de Jokir au sol. Ezra jure :

- Sacré bon sang ! J'aurais dû me méfier... c'était une taupe, j'en avais presque la preuve... comment remonter la piste, maintenant ?
- Comment... avez-vous eu des soupçons ?, lui demande Curtis en se relevant prudemment.
- Je vous expliquerai en détails plus tard. Vous n'avez rien ?
- Non, non.
- Si Grag et Joan ne parviennent pas à attraper le tireur..., émet Simon.
- Même s'ils sont rapides, à mon avis..., c'est foutu !, enrage Ezra.

En effet, quelques minutes plus tard, ils voient revenir leurs trois compagnons, bredouilles.

- Il avait un complice, le véhicule a démarré alors qu'on n'avait pas fait tout le tour du bâtiment. Ezra, qu'est-ce qu'on fait maintenant ?, demande la jeune femme.
- J'appelle le QG. Tim, préviens les gardiens du centre, il faut boucler tout le bâtiment, interroger tout le monde... ça ne donnera rien, mais il faut le faire. Ca va nous prendre quelques heures.

Il soupire et ajoute :

- Joan, je suis désolé, mais vous allez tous devoir faire une déposition. On commencera par vous, vous pourrez ainsi regagner le vaisseau et Curtis vous expliquera tout ce qu'il a trouvé. Vous pourrez continuer la comparaison des données, et faire peut-être des observations complémentaires.
- Très bien. On attend ici, alors ?
- Oui. On va organiser les premiers interrogatoires ici.
- Simon, il faut prévenir Otho qu'on va être retardé. Grag doit rester aussi ?
- C'est plus prudent.

Très vite, les gardiens, puis des policiers arrivent au centre, dont toutes les issues ont été bouclées. Un cordon de sécurité est disposé autour du cadavre de Jokir, sur le toit où le tireur s'était installé. Les enquêteurs de la balistique commencent leurs relevés, avant que le corps ne soit évacué. Joan, Grag, Simon et Curtis ont été conduits dans des bureaux de l'administration du centre, transformés rapidement pour l'occasion en bureaux de police. Le colonel ayant demandé à Curtis de ne rien révéler de ses dernières découvertes, le jeune homme se contente de dire simplement la vérité. Quand il ressort, Ezra l'emmène vers la cafétéria, quasiment déserte.

- Simon et Joan ne vont pas tarder à vous rejoindre, on en a presque terminé avec eux. Vous les accompagnerez au Comète. C'est plus prudent que vous restiez avec eux. Je ne sais pas ce que Jokir avait pu révéler de vos recherches à son patron, ni s'il soupçonnait vos récentes découvertes, malgré nos précautions. Je préfère vous savoir à bord du vaisseau. Grag va vous accompagner pour récupérer vos affaires.

L'immense robot le suit en effet jusqu'à sa chambre, rapidement, Curtis récupère ses affaires, ne sachant pas s'il reviendra ici ou pas, il embarque tout. Quand ils redescendent à la cafétéria, Joan les y attend déjà.

- Grag, va rejoindre Simon, Ezra a besoin de toi pour une bricole. Je garde Oog et Eek.
- Bien, Joan. On s'en va ensuite ?
- Oui.

Et le robot s'éloigne. Joan a reposé son menton sur son poing fermé, dans une attitude que Curtis lui verra souvent quand elle sera en pleine réflexion. Il lui jette un regard, de côté, et lui demande :

- Vous voulez un café ?
- Non, merci, plutôt un jus de pamplemousse, dit-elle avec un ravissant sourire.

Il revient avec le jus de fruit et un coca, s'installe à côté d'elle et demande :

- Ca vous arrive souvent, des après-midis mouvementés comme celle-là ? Personnellement, c'est la première fois que je me fais presque tirer dessus...
- Oh, ce n'est pas grand-chose, vous savez. Nous en avons vu d'autres. Mais c'est fâcheux. Jokir aurait pu parler et nous donner de précieuses informations. J'espère que nous trouverons une vraie piste dans les données de Stanislas.
- C'est possible, dit-il soudain sérieux.
- Nous verrons cela tout à l'heure, répond-elle.

Il acquiesce simplement, conscient qu'il faut être encore plus prudent qu'auparavant. Il a des milliers de questions à poser à la jeune femme, mais ne sait pas par laquelle commencer, ni si l'endroit est bien choisi pour le faire.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:42
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Flamme :

Coucou!

Limeye, c'est tout simplement GÉNIAL, d'inverser les rôles de Curtis et Joan! [master] Mes coups de coeur: entendre Grag appeler Joan "Chef", les "prémices du trouble délicieux qu'elle suscite en lui, comment rester indifférent?", la description de Joan lorsque Curtis la voit pour la première fois (yeux, formes, sourire...) [eyeheart] [loveya]

J'ai hâte de voir évoluer la relation de Curtis avec Joan et l'équipe et de voir si Otho se révèlera aussi taquin envers Curtis, si l'androïde devine les sentiments du jeune homme... [naughty]

Tu as sûrement prévu un passage où elle va lui dire que "c'est trop dangereux!", n'est-ce pas? ;D Very Happy

j'attends la suite avec impatience! [jump]

Bonne nuit!
Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Recoucou !

merci, merci Smile !

j'avoue que moi aussi, j'aime beaucoup quand Grag ou Otho appellent Joan "chef". J'ai tellement la scène en tête... vous les imaginez bien, hein, vous aussi ?

vous allez voir aussi petit à petit comment ils se comportent avec Joan. L'ambiance dans l'équipe est différente de ce que l'on connaît, même si vous allez retrouver leurs caractéristiques habituelles à tous.

Sincèrement, Flamme, j'avais oublié le "trop dangereux pour toi", mais merci de me le rappeler, car oui, j'ai en effet un passage où je peux le placer ! Et à la rédaction duquel je vais m'atteler maintenant. Wink

Voici une suite, j'ai bien avancé hier soir. La première rencontre entre Curtis et Otho, justement, mais aussi... la découverte du Comète !

Bizz et bonne soirée à vous !

Limeye Smile "hum, m'amuse beaucoup" ;D
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:43
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Une demi-heure plus tard, toute l'équipe arrive à l'aéroport interplanétaire de Ops. Le majestueux vaisseau est posé sur la dernière piste. Grag les y conduits tous directement, avant d'aller stationner le véhicule aux emplacements réservés. Curtis ouvre de grands yeux en voyant le vaisseau.

- Waouh !, s'exclame-t-il.

Il a bien du mal à ne pas montrer son étonnement et son admiration.

- Je n'ai jamais vu un vaisseau comme le vôtre, ajoute-t-il.
- Il n'y en a qu'un comme cela dans tout l'univers, répond Grag fièrement. Et j'en suis le pilote.

Joan sourit.

- Et n'oublie pas d'ajouter surtout que tu es le meilleur pilote de toute la galaxie.
- Après toi, chef.
- Non, avant. Moi, j'ai besoin de dormir, c'est notre seule différence. Venez, ajoute-t-elle en direction du jeune homme, je vais vous faire les honneurs de ma seconde maison. Il m'arrive parfois de me demander d'ailleurs si ce n'est pas ma résidence principale.

A ces mots, Simon manifeste une petite réaction par un léger bruit, que Curtis mettra longtemps avant d'identifier comme étant le rire du cerveau volant. Les deux petits animaux, la tortue qui se métamorphose et le chien lunaire, filent devant eux et grimpent l'escalier en haut duquel les attend le dernier membre de l'équipe que Curtis ne connaît pas encore, Otho, l'androïde.

- Vous voilà enfin, chef ! Je commençais à m'inquiéter. J'avais peur qu'il ne te soit arrivé quelque chose, Grag peut être si peu attentif parfois.
- Otho, tout va bien, ou presque. Nous avons juste un mort de plus sur les bras, Grag t'expliquera tout en détails tout à l'heure. Nous, nous avons à faire. Mais tout d'abord, je te présente le professeur Curtis Newton. Il a travaillé l'an dernier avec ce pauvre Stanislas, et Ezra a fait appel à lui pour faire le tri dans ses recherches, espérant ainsi trouver une piste pour remonter jusqu'à ses assassins. C'est, je le crains comme Ezra, la seule chance qui nous reste. Il va s'installer ici, avec nous, il est sous notre protection désormais. Nous allons travailler ensemble pour terminer le tri des données. Et nous avons aussi ramené quelque chose d'intéressant. Mais pour l'heure, tu vas montrer sa cabine à notre invité et vous nous rejoindrez au bureau. Je vais commencer avec Simon.
- Bien, chef !

Otho sourit à Curtis et l'invite à le suivre dans le long couloir qui mène aux cabines. En quelques minutes, il comprend que le vaisseau n'est pas seulement fantastique vu de l'extérieur, mais qu'à l'intérieur, il l'est encore plus. "Et encore, se dit-il, je n'ai rien vu du poste de pilotage et du laboratoire. Mais ça ne devrait pas tarder."

Il se contente de déposer son sac dans la petite cabine, simple, mais confortable, et ressort rapidement, emportant uniquement son ordinateur portable. Otho le ramène alors vers une grande pièce, le bureau. Deux grandes tables supportent des ordinateurs d'une grande puissance, un calculateur et divers appareils, scanner, lecteurs de données, serveurs, vidéo-transmetteur. Joan et Simon se sont installés devant l'un des ordinateurs et terminent le transfert des données, que Grag a recopiées sur l'un des portables de la jeune femme.

Elle lui sourit et l'invite à les rejoindre.

- Voilà le fichier que vous avez trouvé. Et voici son "frère jumeau", si je peux l'appeler ainsi. Le fichier que Stanislas nous a envoyé il y a un mois. Les deux se "répondent" en quelque sorte. L'un possède les clés de l'autre et inversement. Il est impossible de les décrypter l'un sans l'autre.
- Vous ne l'avez pas décrypté tout à l'heure ?, demande Curtis, un peu étonné.
- Non, j'ai seulement déverrouillé les codes qui le protégeaient pour pouvoir le copier. A toi l'honneur, Simon, dit-elle en se levant de sa chaise pour faire quelques pas dans le bureau.

Simon se penche sur les données qui défilent à l'écran, intrigué, Curtis les lit également.

- Voilà donc ce que Stanislas avait repéré sur Calypso. Il nous manque des éléments, mais il se passe quelque chose sur Calypso, Joan, dit Simon.
- Je l'ai remarqué aussi, dit Curtis, mais les données de Stanislas apportent plus de précisions à mes observations. D'autant que je n'ai pu les faire que lors des deux dernières nuits.
- Qu'avez-vous trouvé ?, demande Joan, vivement.
- J'ai observé, avec Ezra, des espèces de flashs lumineux. Voici le résultat de mes observations, avec des enregistrements du phénomène. La première nuit, je n'ai pu enregistrer que les deux derniers flashs, mais la nuit dernière, c'est tout l'ensemble que j'ai récupéré.
- Cela va nous aider considérablement, dit Simon. Mais il faut poursuivre votre comparatif des données. La nuit prochaine, nous observerons à nouveau Calypso, mais peut-être depuis l'espace, qu'en dis-tu, Joan ?
- C'est en effet à cela que je pensais, répond-elle, mais je veux avoir des nouvelles d'Ezra avant. Curtis, si vous voulez bien, nous allons laisser Simon travailler sur cela, et nous allons poursuivre le recensement des autres données que vous avez récupérées, ce comparatif sur lequel vous travaillez depuis votre arrivée ici. Même si nous n'y trouvons rien de plus, il faut le terminer. On ne sait jamais.

Curtis accepte, notant simplement que pour la première fois, la jeune femme l'a appelé juste par son prénom.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:44
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Flamme :

Bonsoir Limeye!

J'aime bien la fin de cette partie, elle ne lui a pas demandé la permission de l'appeler par son prénom, hé, hé, hé...

Je sui bien contente de t'avoir rappelé l'idée du "trop dangereux pour toi", ça me semblait comique d'imaginer la tête de Curtis lorsqu'elle lui dit... :o [bigeek]

A +, peut-être en cas d'insomnie? [snore]

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Coucou Flamme,

voilà, j'ai casé le "trop dangereux pour toi" et j'ai d'ailleurs terminé tout le récit. Pour te remercier de ta suggestion et avant de rejoindre mon lit pour finir ma nuit, voici un autre (long) morceau.

bizz et bonne soirée outre-Atlantique Wink

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:45
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Tous trois se mettent alors au travail, sans voir passer les heures. Il faut l’intervention de Grag pour leur faire lever le nez de leurs écrans respectifs.

- Joan !
- Oui, Grag ?
- Tu en oublies l’heure, mais moi, je veille. Il est grand temps de faire une pause !

Elle s’étire, bâille, se tourne vers l’immense robot en souriant. Curtis s’est aussi interrompu et les regarde, intrigué. Joan s’adresse à lui :

- Ca vous arrive souvent à vous aussi d’oublier l’heure des repas ?
- Quand je suis plongé dans le travail, oui.
- Il est 22h, il est grand temps d’arrêter. Heureusement, je peux toujours compter sur Grag pour cela. De plus, c’est un cuisinier hors-pair. J’ai beaucoup de chance.
- Joan, dépêchez-vous si tu ne veux pas que la boule de gomme s’empiffre tout le dessert.
- On arrive !

Ils suivent le grand robot, en direction de la zone de repos du vaisseau, où, outre les cabines, se trouvent aussi la petite cuisine et un assez grand salon.

- Grag, tiens-toi prêt. Otho, tu vas essayer de contacter Ezra pendant qu’on mange. J’aimerai bien décoller d’ici une heure, une heure et demie, pas plus. Le temps de se mettre sur une bonne orbite pour faire les observations. Vers quelle heure avez-vous remarqué le phénomène ?, demande-t-elle en se tournant vers Curtis.
- Les deux fois vers 3h du matin.
- Bien, ça nous laisse le temps de manger tranquillement, et de nous organiser avec Ezra. Je ne sais pas s’il voudra venir avec nous.
- Ca fait longtemps que vous le connaissez ?, demande Curtis en s’installant, heureux de pouvoir lancer la conversation sur un terrain qui n’est pas uniquement professionnel.
- Depuis toujours. Il était un grand ami de ma mère, un ami d’enfance. Il a toujours veillé sur moi, de loin, mais toujours présent, répond Joan en s’asseyant au bout de la table, à côté de lui. Mais je dirais que nous nous voyons beaucoup plus souvent depuis quelques années et que nous avons aussi souvent l’occasion de travailler ensemble.
- C’est quoi exactement votre travail ?

Elle le regarde, sérieuse.

- Un métier qui n’existe pas vraiment. De la recherche, beaucoup, mais pas seulement. Cela nous arrive de prêter main forte à la police interplanétaire.
- Pour décoder des fichiers cryptés ?

Elle sourit.

- Entre autres.

Puis elle ajoute :

- Vous avez travaillé avec Stanislas l’année dernière, alors ?
- Oui, durant près de cinq mois. J’ai appris énormément de choses avec lui, plus, je crois que durant toutes mes études. C’était en plus quelqu’un de si gentil… si… humain.

Elle hoche la tête, un bref éclat de tristesse a voilé son regard.

- Oui, dit-elle simplement, c’était un homme extraordinaire. Nous aurions pu nous rencontrer l’an passé, nous avons failli venir le voir, et puis nous avons été pris par autre chose.

A cet instant, Curt regrette que cette rencontre n’ait pas eu lieu un peu plus tôt. Ca lui aurait évité de s’embarquer dans une relation foireuse avec Solange. "Enfin, c’est comme ça.", pense-t-il simplement. Joan reprend :

- Il nous laisse un véritable trésor d’années de recherches et d’observations. Mais je jure que je mettrai la main sur le salopard qui l’a tué. Je lui dois bien cela.

Curtis la regarde alors et dit :

- Moi aussi, j’aimerai bien qu’il paye pour ce crime dégueulasse. Je suis prêt à vous aider pour y parvenir.
- Merci.

A cet instant, Otho refait son apparition dans la cuisine.

- Joan ! Ezra est en ligne, tu prends l’appel dans le cockpit ou je te le passe ici ?
- Passe-le ici, on n’a pas attaqué le dessert, encore.
- Gardez-moi une part pour mon petit déjeuner.
- Ca m’étonnerait !, lui répond-elle en riant.
- C’est un taquin, votre ami ?, demande Curtis.
- Otho ? C’est la personne la plus drôle que je connaisse. Mais d’ici peu, je pense que vous aurez droit à toute l’étendue de leurs talents, car Grag n’est pas en reste non plus.
- Je suis étonné d’avoir "vu" le professeur Wright ? J’ignorais qu’il était toujours "vivant", sous cette forme si… enfin…
- Particulière. Oui. Mais c’est une longue histoire et je n’ai pas le temps de vous la raconter maintenant. Plus tard, peut-être.
- Chef ! Je te passe Ezra.
- Merci, Otho. Allo, Ezra ?
- Joan, ça va de votre côté ?
- Oui, je pensais nous faire décoller avant minuit, pour observer Calypso depuis le ciel. Tu viens avec nous ?
- Désolé, je ne peux pas. Je suis retenu par l’enquête ici.
- Vous avez trouvé quelque chose ?
- Quelques témoignages, des gens qui ont aperçu le tireur et son complice, mais rien de bien précis. L’homme était soigneusement masqué, le complice dans un véhicule bien dissimulé… on a pu déterminer avec quel type d’arme Jokir a été abattu, à part cela…
- Je ne m’attendais pas à beaucoup plus.
- Je t’avoue que moi non plus, mais bon, on espère toujours… Curtis Newton est avec vous ?
- Oui.
- Bon, parfait. Tiens-moi au courant de vos observations. Vous revenez sur Ops ensuite ?
- Normalement oui, sauf si on trouve quelque chose d’intéressant.
- Toi, je te vois venir… tu vas vouloir aller faire un tour sur Calypso.
- Ne le ferais-tu pas à ma place ?

Elle entend le soupir du colonel dans le combiné.

- Sois prudente, Joan.
- Ne t’inquiète pas, Ezra, tout ira bien. Pense à dormir, surtout ! Bonne nuit.
- Bonne nuit, mais vous n’êtes pas couchés si vous partez… en observation, ajoute-t-il avec insistance avant de raccrocher.
- Protecteur, le colonel, n’est-ce pas ?
- C’est son défaut avec moi. Mais je tiens compte de ses avis, ils sont toujours pertinents. Vous avez encore une petite place pour le dessert de Grag ? Ca ne ressemble à rien, mais c’est délicieux.
- Volontiers, le reste du repas était très bon.

Joan lui présente alors un grand plat rond, dans lequel se trouve en effet quelque chose d’assez indéfinissable.

- C’est un mélange de tarte Tatin et de crumble. Avec une boule de glace vanille ou de la chantilly, c’est délicieux, mais pour la chantilly, comme Otho a mangé avant nous, je crois qu’il vous faudra vous contenter de la vanille.
- Ca me convient sans problème.

Il goûte, apprécie, et reprend avec un sourire que Joan trouve charmant :

- Il faudra me donner la recette, ma mère sera ravie ! En plus, j’imagine qu’on peut faire cela en grande quantité…
- Oui, bien entendu. Et c’est assez rapide à faire. Pourquoi ?
- Quand vous avez au minimum 7 personnes à nourrir matin, midi et soir…, répond-il en la fixant.
- Famille nombreuse ?

Il acquiesce :

- Six enfants, un petit-fils, qui est encore au biberon, mais déjà plutôt vorace. Sans compter une belle-fille et les copains des enfants qui s’invitent régulièrement sans prévenir, ajoute-t-il avec un clin d’œil.

Elle ne répond pas, et plonge sa cuillère dans le dessert, mange en silence avant de reprendre.

- Vous habitez où sur Terre ?
- Espanola, Canada. A deux heures de route d’Ottawa. Mais je travaille à Ottawa, à l’université des sciences depuis quelques mois. Pour l’heure, et parce que tout se bouscule un peu, j’habite encore plus ou moins chez mes parents, mais je compte m’installer à Ottawa pour la prochaine rentrée. Comme mon frère aîné et sa femme. Ca va faire bizarre à ma mère, car nous commençons tous à quitter le "nid familial", mais… ces deux dernières années, elle ne m’a pas vu beaucoup, j’ai passé tout mon temps à parcourir les Neuf Mondes et à aller de laboratoire en laboratoire, à la rencontre du maximum de collègues, dans le but de préparer ma thèse sur le Soleil.
- Hum, je comprends mieux pourquoi vous avez passé un long moment avec Stanislas, alors. C’était l’un des meilleurs spécialistes du Soleil. Avec Anna Cossini.
- Oui, je l’ai rencontrée aussi, j’ai passé trois mois sur Mercure, ajoute-t-il simplement.
- Formé par les meilleurs, lui dit-elle avec son joli sourire.

Il hoche la tête.

- Bon, on va se préparer pour décoller. Vous voulez vous reposer un peu avant qu’on entreprenne les observations ?
- Pas besoin, ces dernières nuits, j’ai veillé sans souci. Et ces derniers mois, j’ai appris à dormir peu.
- Alors venez dans le cockpit.

Avant de sortir, elle appuie sur un petit bouton : un mini robot se charge de débarrasser la table et de rendre la cuisine propre.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:46
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Otho :

Coucou Limeye,

Alors la je m'amuse vraiment! :P

Comme c'est principalement ecrit du point de vue de Curtis, on ne sait pas tres bien ce qu'elle pense la chef Joan...
J'aime bien comme elle elude les questions personnelles et reste tres professionnelle, mais le Curtis elle le cuisine sur sa vie privee...

J'ai hate de voir Curtis se faire chatouiller par Crag et Otho ;D...

Au plaisr de lire la suite,

O-tho

PS " un mini robot se charge de débarrasser la table et de rendre la cuisine propre"...ahh si seulement... ;D

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Hello !

pour O-tho : le coup du mini-robot, j'ai pas pu m'en empêcher, comme toi, je rêve de ce genre d'inventions... et surtout du mini-robot qui passerait la serpillière et ferait les poussières Very Happy

je fais un peu exprès, vous vous en doutez, de ne pas trop dévoiler ce que pense Joan du Curtis en question. Un peu comme le Capitaine Flam lui-même ne laissait pas voir ses sentiments. Mais j'espère cependant l'avoir rendue plus "humaine", plus drôle aussi que notre héros du DA... disons qu'elle soit un Capitaine d'équipage au féminin.

Début de la quatrième partie !

bizz

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:50
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Quatrième partie

Le cockpit impressionne autant Curtis que le reste du vaisseau, il se dit que c'est vraiment la journée des surprises. Il se demande s'il finira par être blasé ou pas, mais aussi ce que ce voyage lui réserve. Joan s'installe avec autorité aux commandes, lance rapidement la manoeuvre. Il a pris place dans un des fauteuils à l'arrière, et observe tout autour de lui. Grag est assis à côté de Joan, Otho sur le côté répond aux premières questions de la jeune femme. Très vite, les ronronnements des moteurs se font entendre, puis Curtis sent qu'ils donnent toute leur puissance pour arracher le majestueux vaisseau à l'attraction saturnienne. En quelques minutes, ils ont décollé et sont déjà haut dans le ciel. Il voit soudain les anneaux se dessiner par la grande baie du cockpit. Le spectacle est magnifique et comme à chaque fois, il en oublie tout ce qui se passe autour de lui.

- On va se placer en orbite à 120 degrés, Grag, on prévoit d’être assez loin des anneaux pour ne pas être gênés dans nos observations. Fais route vers le point 45-89.
- Bien, chef.
- Otho ?
- Oui, chef ?
- Combien de temps pour y être ?
- Approximativement une heure.
- Parfait, ça nous laisse le temps de préparer les instruments de mesure. Quand nous serons sortis de l’atmosphère, tu viendras nous aider, Grag restera au pilotage.

La courbe des anneaux disparaît progressivement de leur vue, et Curtis reporte son attention sur la jeune femme. Il la voit de profil, remarque qu’elle est très concentrée, mais pas tendue. Attentive à tout, elle pilote avec dextérité et souplesse. Il ne ressent aucun des picotements désagréables auxquels les vols spatiaux l’ont habitué jusqu’à présent. Il en est soulagé, car il n’a pas eu le temps d’avaler le moindre comprimé. Le visage de Joan se dessine sur la nuit étoilée, ses cheveux blonds tranchent avec l’obscurité, il voit son petit menton volontaire, la ligne fine de son nez, ses longs cils, et sa jolie bouche qui, pour l’heure, ne sourit pas. Il sait qu’il est sous le charme. Il ne cherche même pas à esquiver, à tricher avec les battements de son cœur. "Mon vieux, t’es foutu. Coup de foudre.", pense-t-il.

Une fois sortis de l’atmosphère, Joan se relève, se retourne vers lui et avec Otho, ils gagnent le grand laboratoire du vaisseau. Simon y est déjà et il a commencé à préparer les différents instruments de mesure. En liaison avec Grag, ils affinent les préparatifs et lorsqu’ils arrivent à leur point d’observation, tout est prêt. C’est l’occasion pour Curtis de voir toute la petite équipe à l’œuvre, de voir comment chacun se complète, sait exactement ce qu’il a à faire. Les compétences de chacun sont utilisées au mieux, mais il devine aussi déjà une grande solidarité entre eux. Chacun, aussi, à sa manière, avec son caractère propre, veillant sur les autres. Cela lui fait forcément penser à une petite famille, car certaines choses lui rappellent la sienne. Même si le contexte et le lieu de vie et de travail sont bien différents.

Vers 2h du matin, tout est prêt et Simon commence l’enregistrement des données. Lorsqu’une heure plus tard, les premiers flashs apparaissent, les capteurs sont déjà en route et les différents appareils enregistrent toutes sortes d’informations, de manière bien plus précise que ce qu’il a pu faire. Passionné par ce qui se passe, il ne voit pas le temps passer. Car dès que le phénomène étrange est terminé, Simon et lui-même commencent à dépouiller les données, alors qu’Otho et Joan rejoignent pour un court moment Grag au pilotage. La jeune femme hésite beaucoup à revenir sur Saturne. Elle sent l’urgence d’aller sur Calypso, mais veut connaître les résultats des données avant. Il faut une fois de plus l’intervention de Grag pour lui rappeler qu’un peu de sommeil ne serait désormais pas de trop.

- Tu as raison, Grag, merci de veiller à mon bien-être. Otho, tu prends du repos aussi. Si nous décidions de partir pour Calypso, nous en aurions pour une bonne journée de vol, surtout si on fait un détour pour éviter les anneaux. Toi aussi, tu as besoin de repos. Grag, pour l’heure, on reste en vol stationnaire. Je vais rappeler à notre "protégé" qu’il faut qu’il aille se coucher lui aussi, il m’a l’air aussi oublieux de l’heure que moi !

Grag sourit.

- A tes ordres, Joan, je veillerai sur votre sommeil à tous !

Joan passe la tête par la porte du laboratoire, avant de gagner sa propre cabine :

- Vous avez trouvé quelque chose d’intéressant ?
- Pas pour l’instant, répond Simon. J’en ai encore pour quelques heures à dépouiller tout ce que nous avons récupéré. Mais je pense que le mieux sera d’aller voir sur place.
- C’est bien mon avis, aussi. Alors, repos pour tout le monde. Simon… tu continues si tu en as envie, moi, Grag m’a envoyée au lit, et je pense que vous devriez faire de même, dit-elle en s’adressant à Curtis.
- Excellente idée… à dans quelques heures, alors, professeur.
- Bonne fin de nuit.

**


Curtis en avait oublié l’heure, à travailler ainsi avec le professeur Simon, mais malgré la fatigue d’une longue journée, riche en événements et en rebondissements, il a du mal à trouver le sommeil. Toute la journée lui repasse dans la tête, et c’est finalement avec l’image des beaux yeux bleus de Joan qu’il finit par s’endormir.

Joan a gagné sa cabine, la plus grande du vaisseau. Sachant que la journée du lendemain ne lui en offrira peut-être pas la possibilité, elle prend cependant le temps d’une bonne douche. Elle s’enroule ensuite dans sa serviette et s’approche du plus grand des deux hublots de sa chambre. Elle aime regarder le ciel, quelques minutes avant de se coucher, pour s’imprégner de son calme. "Tout semble si serein, et pourtant, des drames, des guerres, des complots se trament dans ces mondes… mais aussi des jours tranquilles, des peuples en paix, des gens qui s’aiment, des enfants qui grandissent." Elle reste pensive, un peu plus longtemps que d’habitude, car un visage, inconnu jusqu’à il y a encore quelques heures, se dessine devant ses yeux. Elle a eu l’occasion de rencontrer bien des gens au cours de ses voyages avec ses compagnons, elle en a vus de toutes races, de toutes couleurs, de toutes croyances, elle parle de nombreuses langues. Mais elle se dit que c’est la première fois qu’elle rencontre un homme avec un si beau regard. Même Sam n'avait pas un tel regard.

"Et ils sont plutôt beaux garçons, les jeunes astrophysiciens, désormais.", pense-t-elle, un peu amusée.

Puis son visage redevient grave. "Allons, tu es une grande fille, tu sais qu’il y a des choses que tu ne peux pas et ne veux pas te permettre. Va donc te coucher au lieu de gober les étoiles. Demain sera une rude journée."

Mais en s’endormant, deux yeux gris, dans lesquels un voile sombre apparaît par moments, restent gravés dans son esprit.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:51
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Flamme :

Soupir! Mon coeur d'artichaut farci à la guimauve fondue fait des siennes! [eyeheart] [heart] Mes moments préférés: lorsque Curtis observe Joan piloter et se dit qu'il est foutu, qu'il s'endort en pensant à ses yeux bleus, qu'elle sendort en pensant à ses yeux gris... Tellement bien écrit!

Ses moments de réflexion à elle, devant le hublot de sa cabine, aussi... tellement de déjà vu... inversé! J'espère qu'elle finira bien par pouvoir et vouloir se permettre un rapprochement avec lui, je ne peux m'en empêcher. Pourvu qu'elle ne mette pas 5 ans à le faire, quand même... Qui est Sam? Suspense, quand tu nous tiens... [jump]

Limeye, je suis soufflée par ce que tu écris, et surtout, par la vitesse à laquelle tu le fais: as-tu dit que tu as déjà terminé le récit? Alors que tu sembles l'avoir imaginé depuis peu... Tu es une véritable machine littéraire! [master]

Je vais tenter de retrouver le sommeil, à +!

Flamme

P.S. les filles, quand vous dites bizz à la fin d'un message, est-ce quelque chose comme un bisou?

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Bonsoir Flamme,

oui, le récit est terminé... quand j'ai une histoire en tête, faut que je l'écrive, il y a comme une urgence ! Mais je poste petit à petit, car en fonction du récit, des différents développements, je retravaille certains passages. J'espère que la fin sera à la hauteur de tes espérances en matière de "guimauveries" [eyeheart]

par contre, quand je bloque sur un passage, là, c'est particulièrement agaçant [wallbash], pour cette histoire, tout s'est bien passé dans la rédaction Smile

oui, il y a du suspens... Wink et en effet, je n'ai pas pu m'empêcher de faire ce petit passage de réflexion pour Joan comme pour Curtis : court pour lui, car tout est "installé" en lui, plus long pour elle, rappelant en effet certaines attitudes de notre capitaine préféré...

bonne nuit ! Je livrerai une suite dans quelques heures pour votre réveil, un peu comme pour Elaine qui aime bien prendre son café devant nos histoires Wink

bizz (ou bisous, ou bises, oui Wink )

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:52
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Quand il se réveille le lendemain matin, Curtis se demande un moment où il se trouve, puis la mémoire lui revient. Le grand vaisseau, l’observation de la nuit, la jeune femme et son étrange équipage… surtout la belle jeune femme. Il regarde sa montre, se dit qu’il est temps de se lever, et file sous la douche. Il rejoint d’abord le laboratoire, dans lequel, sans surprise, il trouve le professeur Simon.

- Bonjour, professeur.
- Bonjour, jeune homme. Déjà debout ? Vous avez déjeuné au moins ?
- Non, pas encore.
- Alors, filez à la cuisine. On ne travaille bien que l’estomac plein ! J’ai l’impression de parler à Joan !
- A vos ordres.

Il referme la porte et file vers le cockpit. Il se demande si la capitaine du vaisseau est déjà debout ou pas. Avant d’y parvenir, il croise Otho qui le salue gentiment.

- Vous avez mangé ?
- Pas encore.
- Moi non plus, venez.

Et il se retrouve vite attablé avec l’androïde, devant un bon café et des tartines.

- Ca ne vous embête pas que je termine le dessert d’hier soir ? J’adore quand la boîte à outils rouillée confectionne son espèce de tarte ratée aux pommes. Mais chut, ne lui dites pas que c’est mon dessert préféré, sinon, il n’en fera plus !

Curtis sourit. Il perçoit déjà tout un jeu entre les deux étranges comparses.

- Aucun souci, je sais garder un secret.

A cet instant, Joan entre dans la petite cuisine, les salue, se sert un café et s’installe, gobe une tartine et annonce qu’elle repart aussitôt au poste de pilotage.

- Je veux joindre Ezra. Simon pense qu’il faut qu’on aille sur Calypso. Les éclats de lumière que nous avons captés proviennent de la face cachée du satellite. Il faut qu’on en fasse le tour pour voir ce que c’est. Mais je soupçonne quelque chose de dangereux. D’après Simon, il pourrait s’agir d’éclats de métarite. Et hélas… c’est aussi ce que soupçonnait Stanislas. Et c’est peut-être pour cette supposition qu’il est mort.

Elle les abandonne et Otho sourit :

- Chouette ! On va avoir de l’action !
- Vous trouvez qu’on n’en a pas eu ces dernières heures ?
- Vous, ça se voit que vous êtes un doux rêveur qui passez votre temps à observer les étoiles. Ce qui s’est passé hier n’est rien du tout ! C’est juste la routine…
- Et bien, si c’était juste la routine, je me demande ce que les prochaines heures nous réservent…
- Une bonne journée de navigation. Vous n’avez pas le mal de l’espace, au moins ?
- Parfois légèrement.
- Bon, alors prenez ça tout de suite, à mon avis, Joan va vouloir qu’on utilise la vitesse supersonique. Quand elle est comme ça… rien ne l’arrête.
- Même pas vous ?
- Nous ? Non, on suit !

**


Il leur faut en effet une journée de navigation pour rallier Calypso, l’un des plus petits satellites de Saturne. Par prudence, Joan décide de laisser le Comète en vol stationnaire dans la haute atmosphère.

- D’après nos relevés, les flashs sont émis à proximité de la mine de lignite. Otho, tu viens avec moi, on va se poser avec le Cosmolem et on ira voir d’un peu plus près ce qui se trame.
- Je peux venir avec vous ?, demande Curtis, très intéressé.
- Pourquoi pas. Mais enfilez une combinaison spatiale, nous serons dans la zone sombre et froide de Calypso. Température au sol, - 4 degrés. Quand il n’y a pas de vent. C’est presqu’à l’opposé de la zone où vit la petite colonie de nomades.

Quelques instants plus tard, ils gagnent tous les trois l’arrière du vaisseau, là où est stationnée leur petite navette. Avant d’y embarquer, Joan tend un pistolet à protons à Curtis.

- Vous savez tirer ?
- Pas du tout.

Elle soupire. Puis, d’un air moqueur, elle demande :

- A part rêver devant les étoiles, qu’est-ce que vous savez faire ?
- Un délicieux gâteau au chocolat à vous faire fondre de plaisir d’après mes petites sœurs, doser avec précision un biberon pour un enfant de six mois, lui changer ses couches et lui donner son bain, d’après ma sœur aînée, et accessoirement d’autres compétences, mais ça, faudra que vous demandiez à mes ex.

Otho glousse. Joan rit aussi.

- Allez, embarquez. Vous courez vite, au moins ? En général, il y a toujours un moment où on a besoin de courir vite.
- 14,7 au cent mètres. Et encore, parce que je patine toujours un peu au départ. Mais j’ai un bon finish.
- Pas mal. On y va.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:53
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Otho :

Coucou Limeye,

D'apres ce que je lis, Sam serait un ex de Joan, astrophysicien..et...Moche? ;D

"deux yeux gris, dans lesquels un voile sombre apparaît par moments, restent gravés dans son esprit.."hmm... ca fait reference a quoi ce voile sombre? D'apres ce que tu racontes, Curtis n'a pas l'air d'avoir eu des drames dans son enfance, mais tu n'as peut etre pas tout devoile... ;D

" et accessoirement d’autres compétences, mais ça, faudra que vous demandiez à mes ex." :o
Mais c'est un vrai flirt ce Curtis l!!! :P (et MES ex...hmm ca fait combien?? ;D)
Faut dire aussi qu'elle l'a cherche avec sa question...Il la fait rire, c'est deja ca de gagne!

Effectivement, ce n'est pas tout a fait le parallele de ce qu'on connait: Joan est un agent de police/enqueteur et lui est scientifique dans cette histoire (m'est avis qu'il ferait mieux d'apprendre a tirer quand meme.... ;D)

Au plaisir de lire la suite!

O-tho

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Coucou Otho,

je savais que ce passage plairait ! Bon, ça ne veut pas dire que Curtis a enfilé des filles comme on enfile des perles non plus... à 24 ans, on peut avoir eu quelques petites amies, sans qu'on n'y trouve rien à redire, non Wink ?

qui était Sam, vous l'apprendrez plus tard, je ne dévoile pas tout pour l'instant. Et il n'était pas moche.

Curtis va très vite comprendre que s'il veut pouvoir suivre Joan dans ses aventures, il va en effet falloir qu'il apprenne à tirer... parce que le gâteau au chocolat, face aux méchants, heu... faudra repasser pour en tester l'utilité Very Happy.

je ne l'ai peut-être pas encore vraiment montré, car cette enquête ne s'y prête guère, mais Joan est aussi dans cette histoire une excellente scientifique.

je livre la suite d'ici peu !

Limeye Smile

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

la suite promise. Vous avez le droit de mettre le générique à partir de maintenant, vous changez juste un peu les paroles... Wink

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:55
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Joan pose avec précision le Cosmolem à environ deux kilomètres de la mine. Ils n'ont pas survolé la zone, elle veut arriver avec le plus de discrétion possible. Avant de partir, elle a informé Ezra de leur incursion sur le satellite. Ce dernier lui a, une fois de plus, renouvelé des conseils de prudence. Si l'activité inhabituelle décelée sur Calypso est en lien avec l'assassinat de Garchenko comme ils le supposent tous les deux, ceux qu'ils vont trouver en face d'eux n'hésiteront pas à faire usage de leurs armes.

La mine est silencieuse. Deux hommes en gardent l'entrée. Ils sont armés. Un peu plus loin se trouvent un bâtiment, des bureaux, une salle de repos, la cantine des mineurs. L'entrée de la mine tourne le dos à ce bâtiment. A côté de la mine, une étrange installation que Joan prend en photo.

- Otho, reste en veille par ici. Je vais m'approcher avec Curtis du bâtiment. Tout a l'air calme, ça doit dormir à l'intérieur. On trouvera peut-être quelque chose d'intéressant. D'après les informations d'Ezra, on compte une quarantaine de mineurs à y travailler, plus une petite équipe technique. Si jamais nous étions remarqués, il faudra demander à voir le directeur, Anton Dexter. Ok ?
- Ok, Joan. Faites attention. Je reste à l'affût.

Avec précaution, Joan et Curtis s'approchent. Il admire la façon dont elle se déplace, semblant se couler dans les ombres, comme un félin. Il se dit qu'il faudra qu'il lui demande comment elle a appris à marcher ainsi. Ils font le tour du bâtiment, et avec une rapidité qui le surprend, elle parvient à trouver en moins d'une minute le code qui verrouille une porte.

- On cherche le bureau de Dexter, ok ? Je voudrais fouiller un peu dans ses papiers...
- A l'étage ?
- Certainement. Au rez-de-chaussée, je pense qu'il s'agit essentiellement des pièces destinées aux mineurs. On en fera le tour après.

Ils s'engagent alors dans l'escalier menant à l'unique étage. Un couloir part du palier, desservant des pièces de service et un petit salon, tout au bout du couloir se trouve l'appartement privé du directeur. Ils trouvent aisément son bureau, dont la porte est déverrouillée aussi aisément que la précédente.

- Restez à la porte, murmure Joan. Vous me faites signe dès que vous voyez ou entendez quelque chose de suspect. En cas d'alerte, je préviendrai Otho et le Comète. Nous ne risquons pas grand-chose, dit-elle avec un petit sourire.

Curtis s'installe devant la porte, surveillant notamment l'escalier. Tout l'étage semble désert. Joan quant à elle n'a pas perdu une seconde et ouvre les tiroirs, mais aussi l'ordinateur de Dexter dont elle "craque" les données, les transfère sur la micro-puce qu'elle a emportée avec elle. En un quart d'heure, elle a terminé. Elle entreprend alors de faire le tour des quelques dossiers posés sur le bureau, mais ne trouve rien de probant. Elle éteint soigneusement l'ordinateur et ressort de la pièce. Curtis l'attend.

- Vous avez déjà terminé ?, souffle-t-il.
- Oui, ne restons pas là. Faisons rapidement le tour des autres pièces.

Les autres bureaux ne présentent guère d'intérêt, et ils s'avancent alors vers la partie d'habitation. Joan lui dit :

- Normalement, Dexter vit sur place. On va vérifier. Il est célibataire, et à moins de le trouver au lit avec sa maîtresse, il ne doit pas y avoir d'autre personne que lui à cet étage.

Curtis opine simplement. En silence, guidé uniquement par le court faisceau de la lampe de Joan, ils entrent dans un petit salon. Joan lui fait signe de ne pas bouger, de l'attendre. Il la voit s'avancer vers le fond de la pièce et entrebâiller une porte. On entend alors deux respirations. Elle glisse la tête, règle sa lampe pour en diminuer la puissance et éclaire furtivement le visage des deux dormeurs. Elle se retient d'étouffer un juron, referme la porte et revient vers Curtis. Malgré la faible lumière, il la devine tendue et un peu pâle.

- Qu'y a-t-il ?, demande-t-il dans un souffle.
- Il faut retourner le plus vite possible au vaisseau. Ce n'est pas Anton Dexter qui se trouve là ! Mais une satanée crapule ! Avec une salope... Il faut avertir Ezra et même Yakoni de toute urgence !

Ils regagnent rapidement et en silence le rez-de chaussée. Mais alors qu'ils vont pour quitter le bâtiment par la porte par laquelle ils sont entrés, un homme sort soudain d'une des pièces en bas.

- Hé! Vous ! Là-bas ! Où allez-vous ?

Joan attrape alors vivement Curtis par le bras, se met à courir, le pousse devant elle, referme la porte sans prendre le temps de la verrouiller.

- On court ! C'est maintenant où jamais de ne pas patiner au départ du cent mètres !

Mais ils sont encore loin de l'endroit où Otho les attend que déjà des tirs sifflent à leurs oreilles. Des cris fusent.

- Ils vont vers la mine ! Vite !

Joan se retourne alors, dégaine ses deux pistolets, tire trois fois en direction des éclats des tirs de leurs poursuivants. Ils entendent deux cris de douleur, mais ne s'arrêtent pas et continuent leur course. Alors qu'ils ne sont plus qu'à quelques mètres de leur abri provisoire, les gardes de la mine arrivent par le côté. Curtis les aperçoit, il saisit alors Joan et la projette vers leur abri en la faisant plonger avec lui. Les coups leur passent juste au-dessus de la tête.

Ils se relèvent un peu, tous deux se mettent à ramper et rejoignent enfin Otho.

- Et bien, pour une sortie discrète, marmonne l'androïde, vous avez fait fort.
- Un crétin qui allait pisser nous a vus, halète Joan. Ca va, Curtis ?
- Ca va. Tu t'en sors bien au cent mètres aussi.

Machinalement, il l'a tutoyée. Elle sourit dans le noir.

- Faudra que tu me racontes où tu as appris à plonger comme ça.
- Dix ans de rugby. Les placages au sol, ça me connait.
- Pas le temps de s'attarder pour la troisième mi-temps, il faut absolument qu'on dégage de là. Il faut récupérer le Cosmolem, reprend Joan.
- Ils vont se lancer à notre poursuite, on ne pourra pas les retenir longtemps..., dit Curtis en jetant un œil vers la mine.
- J'ai une idée, chef, dit Otho. Laisse-moi faire.

En un clin d’œil, l'androïde se transforme en gardien, se glisse vers la mine et appelle les hommes qui les recherchent.

- Hé ! Vous ! Venez par ici ! J'ai vu des ombres partir par là-bas !
- Ca va pas la tête ? Ils sont de ce côté !, lui répond-on d'une voix autoritaire.
- Oui, ils étaient devant vous, mais ils ont fait le tour des rochers là-bas et sont repartis vers la droite. Je les ai vus !

La petite troupe s'engage alors dans cette direction, Otho reste en arrière et rejoint rapidement ses deux compagnons. Joan n'attend pas et donne l'ordre de repartir tant qu'ils ont le champ libre. Ils se glissent encore un temps derrière des rochers, puis une fois qu'elle juge qu'ils sont assez loin de la mine, ils filent tout droit pour rejoindre le petit vaisseau, décollent et regagnent l'abri du Comète.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:58
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Tachi :

Zitat von: limeye am 10. April 2013, 13:11:00 Uhr

- A part rêver devant les étoiles, qu’est-ce que vous savez faire ?
- Un délicieux gâteau au chocolat à vous faire fondre de plaisir d’après mes petites sœurs, doser avec précision un biberon pour un enfant de six mois, lui changer ses couches et lui donner son bain, d’après ma sœur aînée, et accessoirement d’autres compétences, mais ça, faudra que vous demandiez à mes ex.



Tu as vraiment bonnes idées !
J'adore tous les deux, Joan et Curtis, mais surtout le personnage "Curtis" - c'est un homme à mon goût.... ;D ;D [devil]
Bonne nuit (productive)
Tachi

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Otho :

Coucou Limeye,

Ouuuh... c'est qu'elle a de l'humour la Capitaine...et le Curtis aussi ;D

"Ce n'est pas Anton Dexter qui se trouve là ! Mais une satanée crapule ! Avec une salope..."..hmmmm Un Kahlon au feminin??? [naughty] ...Ce serait tentant de faire le paralelle jusque la non? ;D

Au plaisir de lire la suite!

O-tho

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Flamme :

Le parallèle (inversé) avec Kahlon, je n'y ai pas pensé... Peut-être parce que ce personnage, dans le DA, m'a toujours inspiré une certaine méfiance et de la crainte.., contrairement à tous ses sautres ennemis... Et l'histoire de Limeye "Les deux continents" n'a pas arrangé mon point de vue envers lui... [smhair]

Soit dit en passant, elle n'a pas la langue dans sa poche, la capitaine, et elle ne mâche pas ses mots! [motz] Ça m'a fait sourire de voir comment le naturel revient au galop, lorsque Curtis la saisit et la projette vers leur abri... C'est tellement comique, aussi, de l'entendre dévoiler tous ses talents domestiques et sportifs! Ces passages valent leur pesant d'or! [rolllaugh]

Alors, qu'est-ce qui s'en vient? Une désobéissance de Curtis aux ordres de Joan? Avec les reproches qui vont avec? [nono] Une blessure (légère, quand même) qu'elle fait soigner par Curtis? Il doit être capable de soigner certains bobos , avec de jeunes soeurs à la maison! Ses premiers embarras (ainsi que ceux de Joan) face aux plaisanteries de nos deux affreux? [naughty] Et pourquoi pas, une occasion de sauver la vie de Joan? Parce que je les imagine toujours chacun comme étant l'ange gardien de l'autre... [angel]

Depuis quelques jours, j'ai débuté une nouvelle thérapie que je recommande à tous: Un petit moment de détente sur le forum, 2 fois par jour matin et soir. Peut être répété à volonté et renouvelé indéfiniment!

Bonne nuit, Flamme [goodnight]

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Flamme :

J'ai oublié, parmi mes sugestions: une leçon de tir? Ça pourrait être tordant... [rolllaugh]

Bye!

Flamme

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Coucou à toutes !

Zitat von: Tachioniumfinder am 10. April 2013, 21:40:41 Uhr

J'adore tous le deux, Joan et Curtis, mais surtout le personnage "Curtis" - c'est un homme à mon goût.... ;D ;D [devil]



Danke sehr, Tachi ! Et j'aurais pu ajouter qu'il savait faire la vaisselle, mais le mini-robot s'en est chargé ;D


Zitat von: O-tho am 10. April 2013, 22:46:01 Uhr

"Ce n'est pas Anton Dexter qui se trouve là ! Mais une satanée crapule ! Avec une salope..."..hmmmm Un Kahlon au feminin??? [naughty] ...Ce serait tentant de faire le paralelle jusque la non? ;D



le parallèle avec Kahlon pourrait être tentant, mais je n'ai pas souhaité le faire. Kahlon est vraiment un personnage à part, comme le dit Flamme également.

Zitat von: flamme am 11. April 2013, 02:33:49 Uhr

Soit dit en passant, elle n'a pas la langue dans sa poche, la capitaine, et elle ne mâche pas ses mots! [motz] Ça m'a fait sourire de voir comment le naturel revient au galop, lorsque Curtis la saisit et la projette vers leur abri... C'est tellement comique, aussi, de l'entendre dévoiler tous ses talents domestiques et sportifs! Ces passages valent leur pesant d'or! [rolllaugh]


Très vite, j'ai trouvé drôle - je vous l'ai dit - d'écrire cette histoire "à l'envers", et contrairement au Curtis du DA, j'ai vraiment voulu rendre Joan drôle. Autant le Curtis du DA apparaît assez froid, sérieux, le scientifique concentré etc... , autant là, j'ai voulu faire ressortir une toute autre ambiance au sein de l'équipe. La "féminine touch" en quelque sorte qui modifie les choses... Wink

et en effet, je me suis beaucoup amusée à écrire ces passages-là, je suis contente qu'ils vous aient plus !

ce qui vient après ? Vous allez voir... mais je retiens l'idée de la leçon de tir (j'y ai pensé, mais pas sous cette forme).

Zitat von: flamme am 11. April 2013, 02:33:49 Uhr

Depuis quelques jours, j'ai débuté une nouvelle thérapie que je recommande à tous: Un petit moment de détente sur le forum, 2 fois par jour matin et soir. Peut être répété à volonté et renouvelé indéfiniment!


Je signe des deux mains, car je suis des "deux" côtés, entre lecture et écriture et c'est toujours avec plaisir et joie que je découvre les nouvelles pages de Frégo et d'Elaine (même si elle n'est pas là cette semaine) et vos remarques à toutes !

voici une suite pour votre réveil (ou avant votre coucher, selon...) Ambiance à bord et nos deux affreux dans toute leur splendeur... pour cela, je ne les ai pas trop changés, ils sont si mignons comme ça [devil]

bizz

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Aujourd’hui à 01:06
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Back to top
Page 2 sur 3
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure