Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Dim 22 Déc 2013 - 11:23
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Hello !

A la demande quasi générale Wink , je reproduis ici une histoire écrite sur Futurefans.de il y a quelques mois. Pour l'heure, je n'ai publié que deux volets de cette histoire, mais une troisième est en préparation. Et elle est difficilement compréhensible sans les deux premiers... Suite à une suggestion de Flamme, je reproduis aussi les commentaires qui avaient émaillés cette publication. Aux nouveaux lecteurs, n'hésitez pas à livrer vos impressions Secret

bonne lecture et bon dimanche flower

Limeye


Bonjour à toutes Wink

Ca me trottait dans la tête depuis quelques temps, j'ai parlé de ce projet avec Elaine hier soir et voilà le début d'une nouvelle histoire... surprenante. Oubliez tout - ou presque - de ce que vous connaissez de Capitaine Flam. Gardez juste en tête les personnages, mais juste les personnages, car je vais les plonger dans une réalité bien différente de celle à laquelle nous sommes habituées.

J'attends bien entendu vos commentaires et avis toujours éclairés !

bonne lecture Smile

Limeye Smile



Première partie

Notre histoire commence dans la petite ville tranquille d'Espanola, dans l'Ontario. C'est le printemps, l'hiver a desserré son étau et la nature s'en donne à coeur joie. Dans une grande maison de la banlieue aisée de la ville, un jeune homme de 24 ans, grand, roux, les cheveux toujours en bataille, est assis sur la terrasse, plongé en pleine lecture. Deux espèces de furies déboulent du jardin, l'une pour lui enlever son livre, l'autre, pour le tirer par le bras.

- Curtis ! Viens jouer avec nous !
- Ah, fichez-moi la paix, les filles !
- Arrête de lire, tu vas t'abîmer les yeux !
- Allez jouer plus loin...
- Non ! Tu avais promis à maman de t'occuper de nous !

C'est vrai, il avait promis. De veiller sur ses deux jeunes soeurs, Alicia, 12 ans, et Mathilde, 8 ans. Il se lève, propose de jouer au foot, les fillettes font la moue, réclament une partie de cache-cache dans le grand jardin.

- Ok, vous allez vous cacher, je compte jusqu'à 100.

Elles filent, il reprend son livre, s'accorde d'en lire deux pages, à la quatrième, il se relève et commence à les chercher. Il regarde d'abord derrière la cabane du jardin, fait le tour des noisetiers, hésite à aller vers les grands arbres, pourtant, elles sont certainement là. Il revient vers la maison, glisse la tête à travers la grande baie du salon, écoute, n'entend rien. Son petit neveu, Eddy, dort toujours. Il regarde sa montre : "C'est bon, maman et Stéphany ne devrait pas tarder. Il est fort, Patrick, il a réussi à se tirer... me suis fait avoir comme un bleu."

Il va pour repartir vers le jardin, lorsque son portable sonne. Il regarde le numéro s'afficher, soupire et répond de la voix la plus neutre possible, retenant à grand peine un léger agacement.

- Oui ?
- Curtis ! Mon chéri ! Ca va ?
- Hum, oui, oui, ça va.
- Tu fais quoi ?
- Je m'occupe de mes soeurs et de mon neveu. Ma mère et ma soeur sont parties en vadrouille.
- Et ton frangin s'est défilé.
- Forcément.
- On se voit ce soir ?
- Désolé, Solange, mais j'ai du travail à préparer, je n'ai rien pu faire de l'après-midi, et...
- Oh, tu es d'un triste ! Tu n'as pas envie de me voir ?
- Ce n'est pas ça, mais...
- Bon, va te faire voir, tant pis pour toi. Si tu changes d'avis, je serai au Charleston. Avec Nina et Alex. Brian et Franck doivent nous y rejoindre.
- Je verrai...
- Tchao.
- Salut.

Il raccroche. Non, il n'a pas envie de sortir ce soir, et surtout, depuis quelques temps, il n'a pas tellement envie de voir Solange. Il se sent de moins en moins amoureux, et pour tout dire, plus amoureux du tout. Surtout depuis qu'il a décroché ce poste à l'université d' Ottawa. Ce qu'il y fait le passionne tellement. Il arrive enfin à concrétiser ce rêve lointain de recherches, d'enseignement et bientôt, il l'espère, voyager à nouveau dans le système solaire. Il a passé deux ans à sillonner les Neuf Mondes, à se former à la dure, enchaînant des petits boulots pour pouvoir suivre les cours des meilleurs professeurs, des stages sur toutes les planètes, révisant ses cours la nuit, dormant peu. Et buvant beaucoup de café. Mais voilà, ça en valait la peine et, il y a six mois, il a soutenu sa thèse et obtenu enfin le titre de docteur en astrophysique. D'ici l'automne, il envisage de s'installer à Ottawa. Et n'a pas du tout envie que Solange l'y accompagne. Mais c'est son problème. Il ne sait pas rompre, et laisse toujours pourrir les choses. Sa soeur aînée, Stephany, a beau lui dire qu'une fille a besoin que les choses soient claires... même quand il est clair, pourquoi faut-il qu'elles continuent à lui courir après ?

- Curtis, t'es vraiment trop nul comme grand frère ! Tu nous as complètement oubliées !
- Je ne vous ai pas oubliées, j'ai juste vérifié qu'Eddy dormait toujours. Et j'ai eu un appel. Voilà, j'arrive.
- Trop tard, on n'a plus envie de jouer à cache-cache. On veut le goûter.
- Ben, ça, vous êtes assez grandes pour le trouver toutes seules.

Mathilde lui lance un regard noir, Alicia lui tire la langue et elles rentrent dans la cuisine.

Il soupire, va pour reprendre son livre. Nouvel appel. Numéro inconnu.

- Monsieur Curtis Newton ?
- C'est moi-même.
- Major Stephen Blake. De la police interplanétaire à New York.
- Oui ?

Il se demande soudain pourquoi la police interplanétaire l'appelle, lui...

- Avez-vous la possibilité de venir à New York demain ?
- C'est important ?
- Oui, répond avec un sourire son interlocuteur. Sinon, je ne vous appellerai pas.
- Excusez-moi, je suis un peu surpris...
- Je vous comprends, c'est moi qui m'excuse. Je ne peux vous expliquer par téléphone, mais mes supérieurs hiérarchiques et moi-même aimerions vous rencontrer. C'est professionnel, je vous rassure, vous n'avez commis aucune infraction.
- Merci, je commençais à m'inquiéter...
- Pouvez-vous venir ?
- Oui, je peux organiser cela... Fin d'après-midi ?
- Présentez-vous à 17h au quartier général de la police interplanétaire. Demandez-moi, Major Stephen Blake. Voici mes coordonnées, en cas de soucis, prévenez-moi.
- Je le ferai, merci Major.
- A demain, donc.
- A demain.

Il raccroche, n'entend pas son neveu qui se réveille, ni les filles dans la cuisine qui se disputent pour manger le dernier cookie. Un appel de la police interplanétaire, pour une raison professionnelle... Il ne voit vraiment pas...

**


Le soir-même, toute la famille est attablée. Outre ses deux jeunes soeurs, il ya l'aînée, Stéphany, déjà divorcée avec le petit Eddy à charge, mais sa soeur a toujours été très indépendante. Elle voulait un bébé, sans s'encombrer d'un homme. Elle s'était mariée pour faire plaisir à leurs parents, résultat, divorce alors qu'elle était enceinte. Le père n'a même pas assisté à la naissance et répond aux abonnés absents... si tant est qu'elle essaye de le joindre. Elle habite un petit appartement en ville, mais fait souvent appel à leurs parents pour garder le bébé, Eddy, âgé de six mois. De ses deux frères, un seul est présent, le plus jeune, Patrick, 17 ans. Grand amateur de sport, il fait partie de l'équipe de bobsleigh locale, une des meilleures du championnat. Son rêve : les jeux intergalactiques dans trois ans, sur Pluton. Il paraît que la neige y est meilleure. Curtis ne sait pas si la qualité de la neige de Pluton est meilleure que celle du Canada, tout ce qu'il sait, c'est qu'il fait terriblement froid sur Pluton et qu'il a failli y perdre un orteil, il y un an.

Son frère, Matthew, 25 ans, est chirurgien à Ottawa. Très bonne situation, il a suivi les traces de leur père, marié, pas encore papa, mais ça ne devrait pas tarder, du moins, toute la famille l'espère.
Il observe toute la tablée, les filles qui se disputent toujours un peu, Patrick en grande discussion avec leur père, Stéphany qui donne à manger à Eddy, leur mère qui veille à tout, comme toujours. Il aimerait leur annoncer son déplacement du lendemain, il a réussi à trouver un billet pour un vol Ottawa / New York à dix heures le lendemain. Il va falloir qu'il négocie avec Patrick la troisième voiture de la famille pour y aller, à moins que sa soeur... ou sa mère... Impossible cependant de parler, comme toujours, et il se concentre sur son repas, jusqu'à ce que sa mère lui demande :

- Tu ne sors pas ce soir ? On a croisé Solange.
- Non, je ne sors pas. Je dois me lever tôt, demain.
- Pourquoi, c'est dimanche ?
- Je dois aller à New York.
- A New York ?

Soudain, toutes les conversations s'arrêtent. Un peu gêné par ce silence, il reprend.

- Oui, j'ai eu un appel cet après-midi, pendant votre absence à tous, souligne-t-il avec insistance. Je suis convoqué au quartier général de la police interplanétaire.
- Convoqué ? Tu as fait une bêtise ?, demande sa soeur, inquiète.

Malgré leurs différences de caractère, Stéphany a toujours eu un petit faible pour lui.

- Pas du tout. C'est professionnel.

Il regarde sa mère, toujours très maîtresse d'elle-même, mais devine son soulagement.

- Peut-être est-ce lié à tes recherches ?
- Peut-être, je verrai bien demain. J'aurai besoin de la voiture, ajoute-t-il en direction de Patrick, pour y aller.
- Ah non ! J'ai promis une sortie à Laëtitia et...
- On va s'arranger, intervient leur mère. Je t'emmènerai.
- Merci maman.
- Tu pars à quelle heure ?
- 10 heures. Faut que j'y sois une bonne heure avant, pour l'embarquement.
- Tu prévois de rester dormir là-bas ?
- Oui, peut-être plusieurs jours, je verrai bien...
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:23
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:25
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Tachi :

Hallo Limeye,

entschuldige, dass ich in Deutsch schreibe, aber um diese Uhrzeit (kurz vor dem Schlafengehen.... Wink)....
Ich bin ganz begeistert über den Anfang Deiner Geschichte, das stellt alles bisher Dagewesene auf den Kopf! Curtis mit Geschwistern, einer Familie, einer Freundin (bald Ex-Freundin, wie ich vermute)....und dann dieser Anruf der Interplanetaren Polizei: ich sage nur WOW!!!! [master]

Gute Nacht, ich bin gespannt, wie es weitergeht!
Liebe Grüße Tachi

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Otho :

Bonjour LImeye,

Ouah comme dirait Tachi! Je suis bien d'accord! Pour un changement d'enfance c 'est est un!

Curtis qui grandit au milieu d'une smala (sacree difference d'age d'ailleurs, tous des memes parents? ;D), sur Terre, son pere et sa mere encore vivants, qui fait meme la nounou de service, et avec une girlfriend, qui semble etre presque du passe (ce qui veut dire que notre heros est mur pour un petit coup de foudre ...avec une jolie blonde aux yeux bleus??? [naughty])...encore heureux que tu nous avais prevenus!

Et pas de Crag, Simon ou Mala a l'horizon pour le moment... A moins que tu ne les incorpores plus tard?...
On imagine bien qu'il va rencontrer Ezra et Joan a la police interplanetaire, reste a savourer dans quelles conditions...si tant est que tu as respecte leur metier d'origine!

Mais ce que tu as tout de meme laisse a ton personnage de Curtis, c est sa passion pour la science et son esprit aventureux Wink

Au plaisir de lire la suite!

O-tho

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Flamme :

Super, une nouvelle histoire! [goodjob] Mais où vas-tu chercher tout ça? [master] Vraiment audacieux, cette idee de tout reconstruire le monde de Curtis a partir de zero! Je suis tr'es curieuse de voir le role que Joan va jouer dans tout ca: j imagine deja certaines scenes, j ai hate de voir si ce que tu vas ecrire y correspondra... Je suis deja accrochee, j attends la suite avec impatience! [jump]
Bonne nuit!
Flamme
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:26
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Bonjour à toutes !

merci de vos petits messages. Je vous avais prévenues que ce serait très... différent. Ne vous inquiétez pas, Joan, Ezra, Simon, Grag et Otho, sans compter les bestioles, vont faire leur apparition plus tard. Il n'y a que Ken, pour l'instant, je ne sais pas trop s'il va intervenir.

Pour répondre à O-tho, oui tous les enfants de la fratrie Newton ont le même père et la même mère. Je sais que ça fait un sacré écart d'âge, chez mon père, c'était ça : 18 ans entre l'aînée et le petit dernier... c'est possible.

Dans le passage que je vous livre maintenant, il va en effet rencontrer un autre de nos personnages habituels.

Bonne lecture !

Limeye Smile


Le lendemain, au quartier général de la police interplanétaire, il est 16h45, Curtis Newton se présente à l'accueil, demande le Major Stephen Blake.

Il est arrivé en début d'après-midi à New York, s'est baladé un peu dans la ville. Il y est déjà venu deux fois, la première, il était adolescent, avec leur père et Matthew. Et une autre fois, lors de sa deuxième année d'études à l'université d'Ottawa. A cette occasion, il y était resté deux mois, pour un stage.
L'hôtesse prévient le service du Major, puis l'invite à rejoindre l'un des ascenseurs et à se rendre au 7ème étage.

- Présentez-vous à l'accueil de l'étage, sur votre gauche en sortant de l'ascenseur.
- Merci, Madame.

Quelques instants plus tard, il se retrouve devant une nouvelle hôtesse qui l'invite à patienter dans un des fauteuils, à côté. Moins d'une minute plus tard, un homme d'environ 35 ans, les cheveux blonds et courts, grand et athlétique, au sourire avenant, se présente devant lui.

- Monsieur Curtis Newton ?
- Oui.
- Major Stephen Blake, enchanté de faire votre connaissance. Venez, suivez-moi.

Il le mène alors dans un long couloir, où règne une intense activité, la plupart des portes des bureaux sont ouvertes, des gens sortent, rentrent, on entend des conversations diverses, des coups de téléphone. Le Major le fait entrer dans son bureau, très simple, referme la porte.

- Asseyez-vous, je vous en prie. Voulez-vous un café ? Un coca ? C'est tout ce que j'ai à vous proposer...
- Un café, je veux bien.

Il le sert, s'en prend aussi, puis s'assoit derrière son bureau et lui dit d'emblée :

- Je vous remercie d'avoir pu venir si vite. Toute heure perdue peut avoir des conséquences dramatiques. Dans mon métier, on est habitué à réagir vite.
- Je comprends, répond simplement Curtis.
- Si je vous ai appelé, c'est parce que nous avons besoin de vous, de certains renseignements que vous pourriez nous fournir.

Curtis le regarde, attendant la suite.

- L'an passé, vous avez séjourné sur Saturne, n'est-ce pas ?
- Oui, pendant près de six mois. J'ai travaillé avec le professeur Stanislas Garchenko, au centre...
- ... au centre d'études spatiales de Ops.
- Exactement.
- A cette occasion, avez-vous observé des phénomènes particuliers ?
- Nous avons réalisé de nombreuses observations du Soleil, entre autres, mais aussi beaucoup travaillé sur les anneaux. Le champ de recherche est vaste sur Saturne.

Le Major Blake hoche la tête, reste un moment silencieux. Malgré son sourire, son air aimable, Curtis devine que l'homme l'observe aussi, le juge, le jauge. Il ne comprend toujours pas ce qu'on attend de lui.

- Seriez-vous prêt à retourner sur Saturne ?
- Retourner sur Saturne ?
- Oui. Pour poursuivre les recherches du professeur Garchenko.
- Pourquoi ?
- Il a été assassiné. Vous êtes l'un des derniers à avoir travaillé avec lui, et sur une longue période. Vous avez aussi parcouru les Neuf Mondes ces dernières années, et vous êtes l'un de nos futurs meilleurs astrophysiciens. Nous allons avoir besoin de vous pour découvrir ce que Garchenko cherchait et peut-être... avait trouvé. Et qui aurait provoqué sa mort.
- Vous pensez qu'il a été tué à cause de ses recherches ?
- Nous le soupçonnons fortement.

Curtis s'est renfoncé dans son siège. La nouvelle le bouleverse. Il revoit encore le petit homme, maigre, au visage fin, au regard très doux. Un des meilleurs astrophysiciens des Neuf Mondes, avec lequel il a plus appris en quelques mois que durant toutes ses études. Un scientifique doublé d'un érudit, philosophe à ses heures, avec un zeste d'humour. Un esprit brillant. Et très humain. Curtis secoue la tête doucement :

- J'ai beaucoup de mal à imaginer que l'on ait pu porter atteinte au professeur Garchenko..., j'ai rarement rencontré quelqu'un d'aussi pacifique, d'aussi... gentil.
- Il l'était, en effet.
- Vous pensez que je pourrais vous aider ?
- Oui. Mais ne partirez pas seul, je vous rassure. Vous serez accompagnés par deux de nos agents, le colonel Ezra Gurney et son adjoint, le lieutenant Tim Gordon. Ce sont des enquêteurs aguerris, le colonel Gurney a beaucoup voyagé dans notre système solaire, il connaît les Neuf Mondes mieux que sa poche. Il possède de solides connaissances scientifiques, il pourra vous épauler aussi sur ce plan-là. Et... il sera aussi chargé de votre protection. Je ne vous cache pas que le défi est dangereux. Si vous trouvez la même chose que Garchenko...
- Je comprends.
- Vous êtes jeune, vous venez tout juste d'entamer votre vie professionnelle. Vous avez sans doute des projets, une petite amie... une famille. Vous pouvez refuser.
- Vous m'accordez un temps de réflexion ?
- Jusqu'à 20 heures ce soir, pas plus. Si vous refusez, nous devrons nous organiser autrement.
- Alors, pas la peine d'attendre jusqu'à 20 heures, j'accepte. Je ne suis pas une tête brûlée, Major, mais j'avais énormément de respect et d'estime pour Stanislas Garchenko. Et si je peux aider... je suis prêt à le faire.
- Bien, je vais vous conduire auprès du colonel Gurney, vous ferez ainsi connaissance. Et vous verrez avec lui pour les modalités du voyage. Il va sans dire... que nous vous demandons la plus grande discrétion à ce sujet. Nous préviendrons votre famille de votre absence, sous un motif professionnel. Vous serez bien entendu dédommagé pécuniairement, car vous allez devoir vous absenter assez longtemps, peut-être plusieurs mois.
- Tout est prévu, alors ?
- Oui.
- Bien, je vous suis, je suis prêt à faire connaissance avec le colonel.

**


Tim Gordon fait les cent pas dans le bureau du colonel. Il parait toujours très énervé, au point que ses collègues l'ont surnommé "Speedy Tim". Mais Ezra sait que sous cet air toujours un peu léger, voire gamin, se cache un enquêteur hors pair, un homme sérieux, intelligent, avec un flair de chasseur.

- Vous pensez qu'il va accepter ?
- Nous verrons, Tim. S'il refuse, nous devrons nous dépatouiller tous les deux de cette sombre affaire. Mais nous risquons d'y passer beaucoup de temps sans lui. Les recherches de Garchenko étaient complexes, sans l'aide de ce jeune homme, cela sera difficile de faire le tri...

Trois légers coups frappés à la porte interrompent le colonel. Tim s'empresse d'aller ouvrir.

- Bonjour lieutenant Gordon.
- Major, à vos ordres, répond Tim en s'effaçant pour laisser entrer les deux hommes qui attendent devant la porte.

Il dévisage en un clin d'oeil celui qui accompagne le major, et devine sans peine qu'il s'agit du jeune chercheur qui a travaillé avec Garchenko, Curtis Newton. D'emblée, l'homme lui est sympathique. Le visage franc, ouvert, le front sérieux, les yeux gris intelligents, et cette allure, mélange de souplesse et d'assurance. "S'il est déjà là... c'est qu'il part avec nous". Avant même que le major Blake n'ait terminé les présentations, Tim sait déjà que son chef en est arrivé aux mêmes conclusions que lui.

Et après quelques minutes de discussion, il n'est pas surpris de l'entendre donner rendez-vous à Curtis Newton à l'aéroport militaire de New York pour 22h le soir-même.

- Auriez-vous des documents à récupérer chez vous ou à Ottawa ? Liés à vos recherches en commun avec Garchenko ?, demande Ezra.
- J'ai l'essentiel de mes recherches ici, Colonel, dit-il, en désignant la petite mallette contenant un ordinateur portable qu'il avait posée près du fauteuil dans lequel il s'était assis, à l'invitation du colonel. Et notamment tout ce que j'ai fait ces deux dernières années.
- Alors, c'est parfait. Major ?, dit Ezra en s'adressant à Blake. Voyez-vous d'autres choses à signaler ?
- Non. Je vous souhaite bonne chance à tous les trois. Tenez-nous régulièrement au courant, Ezra.
- A bientôt, Stephen. Merci de votre aide.

Ce fut le seul moment où Curtis entendit les deux hommes s'appeler par leurs prénoms, et non par leurs grades.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:27
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Otho :

Bonsoir/jour Limeye,

Super ! [goodjob]
Eh bien! Ca commence fort pour Curtis! :o
D'une petite scene domestique on passe a une offre de mission apres assassinat! Et evidemment, ca ne se refuse pas ;D...

Et on remarquera que le partenaire d'Ezra n'est pas qui l'on connait....pour le moment...Tu ne nous l'a pas faite hotesse ou secretaire style Miss Moneypenny a la Bond , hein dis?? :o

Au plaisir de lire la suite,

O-tho

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Bonjour O-tho !

Un peu de patience, Joan ne va pas tarder à faire son apparition. Mais avant, il faut que je plante le décor et l'intrigue. Wink

Voici une petite suite pour patienter Wink. La fin de la première partie.

Bizz

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:28
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Un peu avant 21h30, Curtis gagne l’aéroport militaire de New York. Comme le lui a demandé le Major Blake, il n’a pas recontacté ses parents. Il se doute que sa mère va se faire un sang d’encre, sans parler de Stéphany. Il sourit en pensant à sa sœur, si elle savait qu’il a passé le reste de l’après-midi à faire les magasins pour emporter un peu plus que les quelques vêtements et affaires qu’il avait prévus pour un court séjour à New York… elle aurait été ravie de l’accompagner ! Il n’a bien entendu pas du tout appelé Solange. S’il part pour de longues semaines, il sait qu’elle ne l’attendra pas. Il y a quelques copains en embuscade, prêts à prendre sa place, et finalement, cela l’arrange. "Je sais, Stéphany, je ne suis pas très courageux pour cela… qu’est-ce que tu veux que je lui dise ? Désolé, Solange, mais c’est fini entre nous ? Un truc aussi plat, banal et direct ? Pas envie d’avoir une scène… Le silence, c’est éloquent aussi, non ?" Il soupire. Il sait très bien ce que sa sœur lui aurait répondu : "Non, ce n’est pas éloquent du tout. Le silence, il n’y a rien de pire. On imagine tout et n’importe quoi. On ne sait pas si on doit y croire encore ou pas. Tu verras, un jour, si une fille te fait le coup !"

Il a rejoint l’aérogare et attend tranquillement dans la salle d’embarquement. Le colonel et le lieutenant lui ont demandé d’y être pour la demie. Ils se sont aussi inquiétés de savoir s’il supportait bien les voyages spatiaux, ce à quoi il a répondu "pas trop mal". Il a prévu les comprimés nécessaires, il sait que les premières heures lui sont toujours un peu difficiles. Et pour aller sur Saturne, il leur faudra bien quatre jours de voyage. Même avec un appareil rapide de la police des planètes.

Il n’a pas vraiment eu le temps depuis l’après-midi de réfléchir à tout ce qui vient de lui arriver, ni même de penser à Garchenko. Sa mort, violente, le plonge dans une profonde tristesse. Il a beaucoup de mal à imaginer qu’on puisse s’en prendre à un homme de science, et d’autant plus à un homme comme Stanislas Garchenko. Qu’a-t-il donc découvert ? Il n’a pas le temps de penser à leurs semaines de recherches communes que déjà, le lieutenant Gordon s’avance vers lui. Il se relève, salue l’homme. Plus petit que lui, Tim lui rappelle un peu son jeune frère, Patrick. Les cheveux noirs, coupés courts, les yeux bleus, rieurs. Et cette impression d’être une vraie pile électrique, toujours en mouvement, toujours à l’affût.

- Vous êtes prêt à partir, professeur Newton ?
- Oui, lieutenant.
- Alors, suivez-moi. Le colonel Gurney nous attend.

Quelques minutes plus tard, ils prennent place tous les trois, avec deux pilotes, dans un appareil rapide de la police des planètes.

- Nous serons dans quatre jours sur Saturne, estime le colonel Gurney. Nous avons de la chance de ne pas aller sur Pluton ! Ou sur Jupiter, nous aurions eu le Soleil à contourner. Le confort est spartiate, vous m’en trouvez désolé, mais j’espère que le voyage ne sera pas désagréable pour vous.
- J’ai prévu ce qu’il faut pour les premières heures, qui sont toujours un peu difficiles pour moi, avoue le jeune homme sans hésitation. Mais de toute façon, vue l’heure…
- Vous êtes partis tôt d’Ottawa, ce matin ?
- A 10 heures, mais je me suis levé assez tôt, j’habite à Espanola, il faut plus de deux heures de route entre les deux villes. Mais ces dernières années, j’ai appris à me contenter de peu de sommeil. Quand on est étudiant…

Le colonel sourit. Ce jeune homme lui plaît. Il devine qu’il ne manque pas de courage, et son visage reflète l’intelligence. "J’espère qu’il pourra nous aider. Je soupçonne un coup fourré derrière cet assassinat. Pauvre Garchenko… si je peux, je tairai les circonstances exactes de sa mort à ce jeune homme, pas la peine de l’attrister encore plus…".

Tim accompagne Curtis jusqu’à sa cabine, simple en effet, mais cela ne lui pose pas de problèmes. Il se souvient d’un voyage entre Jupiter et Ganymède, dans des conditions beaucoup plus spartiates… et difficiles pour lui. Après avoir déposé ses affaires, il rejoint rapidement le poste de pilotage. Il aime assister au décollage et aux premiers moments de vol, lorsque l’appareil quitte l’atmosphère et s’enfonce dans la nuit étoilée.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:29
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Flamme :

Bonjour Limeye,

C'est a mon tour de faire de l'insomnie! Vraiment, il faut s'attendre à tout avec ton récit, quand on voit que Curtis est obligé d'emporter sa réserve de médicament contre le mal de l'espace....J'ai souri! Je ne serais même pas surprise que Joan fasse partie des méchants, avec tous ces rebondissements! Mais j'imagine quand même les voir amoureux, je ne peux pas m'en empêcher... Et ce serait une petite revanche de voir Curtis refroidi dans ses ardeurs par les hésitations de sa belle... qui j'imagine a conservé le même caractère, avec encore plus d'indépendance peut-être? :P

Ma curiosité pour la suite est sans bornes, tu as vraiment le don de capter et maintenir l'intérêt... [jump]

Bonne journée, tu dois déjà être au boulot... [happywave]

A +,
Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Frégo :

Coucou Limeye, Flamme,

Ce serait vraiment quelque chose si Joan etait le Capitaine Flam dans ce recit! ;D Cool. J'attend la suite avec impatience.

Bizz.

Frego

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Flamme :

O-tho, je commence à penser exactement la même chose! [bigeek] Dieu que la journée de travail va être longue aujourd'hui!

A +

Flamme

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Liimeye :

Coucou à toutes !

Je m'amuse beaucoup de toutes vos suppositions Very Happy ! Vous avez au moins autant d'imagination que moi, c'est excellent !

Comme je suis bonne fille, je vous livre une petite suite. J'ai toute la trame du récit en tête, il me faut juste ne pas me laisser emporter et avoir le temps de rédiger.

Bonne lecture et à plus tard ! Et bon courage pour votre journée de travail.

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:31
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Deuxième partie

Le voyage vers Saturne s’est déroulé sans encombre, Curtis a eu l’occasion de parler beaucoup avec le colonel et le lieutenant, notamment de ses recherches et de sa collaboration avec Garchenko. Il s’est remis aussi à consulter les données sur lesquelles ils avaient travaillé tous les deux, même s’il a l’essentiel en tête. Pour l’heure, il ne voit pas ce que Garchenko a pu trouver de particulier. Ce n’est qu’une fois dans le laboratoire de ce dernier, qu’il pourra comparer l’avancée de ses recherches. Il sait exactement de quelle manière travaillait Stanislas, comment il conservait ses observations, ce qu'il étudiait. Il espère aider les deux enquêteurs au mieux. Il est prêt à donner de son temps pour cela. Il le doit à celui qui était devenu presqu’un ami, malgré leur différence d’âge, en tout cas, plus qu’un simple collègue.

Il a assisté avec bonheur à leur arrivée sur Saturne. L’immense planète est fascinante. De toutes celles qu’il a parcourues au cours de ses deux années de stages, c’est celle qui l’a le plus marqué. Avec Europe, le satellite de Jupiter. Mais pour d’autres raisons. S’il n’y avait pas la mort de Garchenko et une enquête qu’il devine complexe et difficile, de ce que le colonel et le lieutenant ont bien voulu lui en dire, il serait enchanté d’y revenir. Revoir les cieux si particuliers de Saturne est un régal dont il se réjouit à l’avance.

Cela fait maintenant une semaine qu’ils sont arrivés à Ops, ils se sont rendus très rapidement au centre d’études spatiales, l’un des plus importants des Neuf Mondes. Saturne est en effet très bien située, au centre des planètes du système solaire, pour pouvoir observer à la fois ses confins et son cœur. Sans compter la planète elle-même, ses anneaux et ses satellites. "Un chercheur peut consacrer sa vie rien qu’à cela, c’est ce qu’à fait Garchenko", pense-t-il en entrant ce matin-là dans le laboratoire de Stanislas. Il est encore très tôt, mais il aime commencer de bonne heure, quand le centre est encore calme. Ils y sont logés, dans une aile réservée à cela. Peu de chercheurs ou membres des équipes y habitent pourtant, la plupart ayant une famille à Ops. Ce n’est jamais avant dix heures que le centre s’anime vraiment, et encore, le bureau et le laboratoire de Garchenko sont situés un peu à l’écart de l’activité principale, sous un dôme, qui offre une vision complète, la nuit, du ciel de Saturne. Pour l’heure, Curtis n’a pas encore travaillé la nuit, il compulse seulement les données recueillies dernièrement par Stanislas et les compare avec celles qu’il a lui-même conservées.

Le colonel Gurney vient lui rendre une petite visite en fin de matinée. Il est accompagné de Pirus Jokir, un lieutenant de la police en poste à Ops. C’est lui qui a découvert le corps de Stanislas. Curtis a très vite compris que le colonel assurait de manière discrète, mais efficace, sa propre protection. Même si dans la journée, il peut avoir le sentiment d’être seul dans le bureau ou le laboratoire, ce n’est en fait pas le cas, et un agent de la police n’est jamais bien loin de lui. Cela ne le dérange pas, il l’oublie même dès qu’il se plonge dans sa lecture.

- Bonjour, professeur Newton. Alors, vous avancez ?, lui demande aimablement Pirus.
- Bonjour lieutenant, bonjour colonel. Je n’ai rien trouvé de particulier pour l’instant, lieutenant. Le comparatif de mes données avec celles de Garchenko ne donne rien. Mais je n’en suis pas encore à la moitié… Stanislas travaillait beaucoup, notait beaucoup de choses… ça va me prendre encore une bonne semaine, je pense pour en faire le tour. Si tant est que je trouve quelque chose de particulier.
- Il faut l’espérer, sinon, nous devrons chercher une autre piste, intervient Ezra. Pirus, je dois joindre Gordon qui enquête de son côté à Ops. Je vous laisse un instant. Avez-vous besoin de quelque chose en particulier, professeur ?
- Non, pas du tout.
- Bien, je reviens vous chercher pour déjeuner, j’ai remarqué qu’il vous arrivait d’oublier l’heure des repas…

Curtis sourit. Le colonel Gurney lui est vraiment sympathique. S’il pouvait, il en parlerait à sa mère pour la rassurer. "Mais oui, maman, on prend soin de moi, ne t’inquiète pas…"

Le colonel ressort alors de la pièce, le lieutenant s’installe à une petite table, avec son propre ordinateur et compulse des données de son côté, sans déranger Curtis. Au bout de quelques minutes, cependant, il entame la conversation.

- Vous travaillez sur quoi exactement aujourd’hui ?
- Les données d’observation du Soleil. Nous avions beaucoup travaillé là-dessus, tous les deux.
- Le professeur Garchenko travaillait dans toutes les directions, c’était un passionné des étoiles !
- Oui, il observait beaucoup le ciel, notait une quantité impressionnante d’informations. Ce n’est pas évident de faire le tri dans tous ses relevés. Je comprends mieux pourquoi vous aviez besoin de moi. J’espère vous aider et trouver quelque chose.
- Nous l’espérons tous, professeur Newton.

Puis les deux hommes se replongent chacun dans leur travail, jusqu’au retour d’Ezra.

**


C'est seulement deux jours plus tard, dans l'après-midi, que Curtis met la main sur des données un peu particulières. Stanislas a protégé un fichier, qu'il n'arrive pas à ouvrir, mais auquel est joint un document parlant des observations qu'il a effectuées une certaine nuit, dans une certaine zone du ciel. Au bout de quelques heures, Curtis parvient à déterminer que Garchenko a en fait observé Calypso, un des plus petits satellites de la grande planète. Mais pas ce qu'il y a trouvé. Et cela, il l'a certainement enregistré dans le fichier ultra-protégé.

Il gagne le dôme d'observatoire du laboratoire, prépare les divers instruments. Cette nuit, il cherchera lui aussi Calypso. Puis il regagne le laboratoire où le colonel Gurney vient d'entrer.

- Ah, vous étiez là ! Je me demandais où vous étiez passé.
- Je préparais les instruments d'observation pour cette nuit. Je voudrais vérifier quelque chose.
- Vous avez trouvé quelque chose ?
- Peut-être.
- Venez, nous en parlerons tout à l'heure. Je venais vous chercher pour le dîner.

Après le repas, Ezra propose au jeune chercheur d'aller faire une petite promenade digestive, sur le campus.

- Vous passez toutes vos journées enfermé, j'avoue que j'en ai un peu honte. Nous vous faisons travailler dur, de notre côté, nous n'avançons guère... Nous sommes un peu suspendus à ce que vous allez trouver, mais ce n'est pas une raison pour ne pas prendre un peu l'air. Si vous revenez sur Terre blanc comme un linge, votre mère ne sera pas très contente !

Curtis rit à cette idée.

- Si tel est le cas, elle m'obligera à tondre la pelouse et couper la haie, sous prétexte que comme cela, je reprendrai des couleurs... ou alors, il me faudra me plier aux exigences de mes petites sœurs et jouer avec elles.
- Vous avez une grande famille ?
- Nous sommes six enfants, je suis le troisième. Et j'ai déjà un neveu, de six mois.

Le colonel émet un sifflement admiratif.

- Vous présenterez tout mon respect et mon admiration à votre maman, car six enfants...
- Elle a toujours rêvé d'avoir une grande famille. Elle n'a qu'une sœur, avec laquelle elle ne s'entend pas trop. Ou plutôt, avec laquelle elle partage peu de choses. Mon père a un frère et une sœur. Ca fait du monde quand on se retrouve tous, avec les cousins... les enfants des cousins...
- Oh, je vois ! Mais quand même, élever six enfants n'a pas dû être simple tous les jours.
- Financièrement, ça n'a pas vraiment été un souci, mon père est cardiologue, on vient le consulter de tout le Canada, et ma mère est violoniste. Artiste doublée d'un sens redoutable des affaires, elle sait très bien négocier ses contrats. Mais pour le reste... les trois premiers, nous sommes proches en âge, il n'y a qu'un peu plus d'un an entre mon frère et moi, et trois avec ma sœur. L'écart est plus important avec les trois suivants.

Ils sont parvenus près d'un petit étang, Ezra propose d'en faire le tour. Curtis accepte volontiers.

- Vous me disiez tout à l'heure que vous aviez peut-être trouvé quelque chose ?
- Oui. J'ai mis la main sur un fichier très bien protégé par Stanislas. Impossible de l'ouvrir, le codage en est très perfectionné, et franchement... je ne suis pas doué pour cela. Mais il a laissé quelques annotations l'accompagnant, et avec un peu de logique et de calculs d'angles, j'ai pu déterminer sur quoi portaient ses observations, du moins, je le pense. Il s'agit de Calypso.
- Intéressant. Et vous voulez observer Calypso à votre tour, cette nuit ?
- Oui. Voulez-vous rester avec moi ?
- Ce serait plus prudent. Curtis, si vous commencez à mettre la main sur quelque chose de suspect, nous allons devoir redoubler de prudence.
- C'est aussi pour cela que vous avez suggéré cette petite promenade ?
- Tout à fait. Je ne suis sûr que d'un homme, c'est Tim Gordon. Même mes collègues de la police locale peuvent être suspects. Soyez, soyons, très prudents. Mais j'ai une solution pour votre fichier ultra-protégé. Est-il possible d'en faire une copie ?
- Je crains que non. Vous connaissez quelqu'un qui pourrait l'ouvrir ?
- Oui, et je pensais lui en faire parvenir une copie. Mais si ce n'est pas possible... nous verrons demain, en fonction de vos observations de la nuit.
- Vous me conseillez de noter des choses, mais de ne pas parler, n'est-ce pas ?
- Nous avons procédé Tim et moi à une fouille minutieuse du laboratoire, mais on ne sait jamais. Il est toujours possible de dissimuler des mini-micros, y compris après notre inspection.
- Je comprends.
- Jeune homme, je veux savoir qui a tué Stanislas et pourquoi. Stanislas était un ami. Qui m'a aidé dans de nombreuses enquêtes, par ses observations, ses remarques, ses connaissances du ciel. Dans mon métier, des hommes comme lui sont très précieux. Demain, vous pouvez être l'un d'entre eux et vous m'êtes sympathique. Je ne voudrais pas qu'il vous arrive la même chose qu'à lui.
- Merci, Colonel, je serai prudent.
- Ce que vous relèverez ce soir, vous le mettrez sur une micro-puce, que vous me confierez ensuite. Il y a un coffre-fort, dans ma chambre.

Curtis acquiesce simplement. Les deux hommes regagnent le laboratoire, la nuit tombe, ils vont pouvoir commencer leurs observations.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:32
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Otho :

Super Limeye,

[goodjob] Tu nous tiens en haleine avec cette histoire dis-donc, tres bien mene!

Et il me vient une idee...le specialiste qui peut craquer les codes...Ca serait trop drole si Joan lui en bouchait un coin scientifiquement! :P

Bon je delire, mais dans ton histoire, tout est possible et si Curtis ne sait plus craquer les codes, alors qui!!

Au plaisir de lire la suite! [jump]

O-tho (a sa pause dejeuner...)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Bon appétit, O-tho !

perso, mon dîner est avalé, mon fiston couché et j'avance dans mon récit.

je ne dirais rien concernant vos petites interrogations, sinon, ce serait dévoiler des surprises avant l'heure. Mais j'espère vous étonner, car en effet, tout est possible du coup, même l'incroyable... ou l'invraisemblable ! ;D

et ce qui est assez rigolo avec mon postulat de départ, c'est que cela m'ouvre un sacré champ du possible... Wink

et je vous rassure cependant : même si Curtis est un peu malade en vaisseau, s'il ne sait pas décoder, il est quand même astrophysicien et côté personnalité, il est courageux et intelligent, vous le verrez bientôt. Je n'ai pas non plus complètement pris le contre-pied du personnage. Et avec un père et un frère médecins, il a quand même quelques connaissances en la matière, même si ce n'est pas son domaine de prédilection.

bon courage pour ton après-midi, après encore quelques paragraphes, je vais aller me coucher... et peut-être vous livrerai-je encore un petit morceau d'ici là.

bizz !

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:33
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Les heures vont s'égrener lentement, vers 1h du matin, le colonel aura même un petit moment d'assoupissement, mais Curtis, lui, reste bien éveillé. Et c'est vers 3h du matin qu'il remarque quelque chose d'étrange à la surface de Calypso. Un bref éclat de lumière bleutée. Suivi de trois autres, plus longs de quelques secondes, à intervalles réguliers. Puis, plus rien. Il fait un signe discret au colonel qui s'approche, et regarde sur un écran les deux derniers flashs que Curtis est parvenu à enregistrer.
Les deux hommes échangent un regard. Curtis transfère les données sur la mini-puce, la remet à Ezra. Puis tous deux décident qu'il est grand temps d'aller prendre un peu de repos.

**


Le lendemain matin, Curtis ne change rien à sa manière de travailler. Il se lève à peine plus tard, gagne le laboratoire de Stanislas et reprend la comparaison des données comme il le fait depuis son arrivée. Le lieutenant Jokir passe le voir vers 10h, s'installe un moment avec lui, prend des nouvelles.

- Nous étions sur la piste d'un truand d'Ops, un homme qui connaît des tireurs d'élite et fréquente de nombreux meurtriers. Il aurait pu nous amener sur la piste de l'assassin de Garchenko, mais il a disparu. Impossible de remettre la main sur lui. Pour nous, ce n'est pas un hasard. Il y a rarement des hasards dans notre métier.
- Dans le mien aussi, lieutenant.
- Le colonel Gurney est à Ops pour la journée, je ne suis pas forcément aussi attentif que lui à l'heure des repas, alors surtout, sortez-moi aussi de mes fichiers si vous avez faim !

Les deux hommes se sourient. Puis chacun reprend son travail.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:33
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Flamme :

Bonsoir les filles! Celles qui dorment comme celles qui sont réveillées!

Je savais que j'allais trouver la journée longue, parce qu'au travail il m'est impossible d'aller sur le forum avec les ordinateursd comme avec les portables qui nous sont prêtés: plusieurs sites internet sont bloqués, incluant les sites étrangers... >Sad Et comme mon téléphone intelligent m'est aussi prêté par mon employeur, c'est la même chose...

J'ai donc repris avec intérêt la suite ce soir, après toutes les corvées habituelles de la soirée... [verytired]

Je trouve la personnalité de Curtis et Ezra à travers leur personnage aussi attachante que ce que l'on connaît déjà! J'ai bien hâte de voir si Mala va être aussi taquin, Crag aussi protecteur, Simon aussi imperturbable, et Joan...célibataire ou engagée avec un autre homme! :o Curtis avait bien une petite amie, lui, avant de partir...

Tu nous plonges et nous maintiens dans l'expectative, c'est super!

A +
Flamme

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Coucou à vous toutes !

je devine votre impatience, à votre place, je sauterai partout et trépignerai ! Mais désolée, je dois encore vous faire patienter avant que Joan n'arrive dans ce récit. Dites-vous que chaque nouvelle livraison vous rapproche de son arrivée dans cette histoire Wink

mais il est nécessaire que certaines choses soient en place avant. Voici une suite pour votre soirée.

bizz

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:34
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Ezra a en effet gagné les locaux de la police interplanétaire d'Ops. Le site est vaste, il ressemble un peu à une caserne militaire. La plupart des agents sont logés sur place, avec leurs familles. Les bureaux sont situés dans un long bâtiment, de deux étages. Le chef de la police sur Saturne, le général Yakoni, est un homme sérieux, un peu rigide, un fidèle du Président Carthew. Ezra a sollicité un entretien avec lui et l'obtient sans difficulté.

- Vous vouliez me voir, Colonel Gurney ?
- Oui, mon Général, mon enquête avance un peu et j'aurais besoin de joindre le Président. Pouvez-vous m'accorder une communication spéciale avec lui ?
- Sans difficulté. Vous allez avoir besoin de renforts ?
- Je pense que oui.

Yakoni compose une série de codes sur son communicateur, et au bout d'une longue minute, obtient la secrétaire du Président.

- Ici le général Yakoni, bonjour, miss. Est-il possible de parler au Président à cette heure ?
- Il est en réunion avec le général Anders, mon Général, lui répond-elle.
- Avec Anders ?
- Oui.
- Pouvez-vous lui indiquer que je me trouve avec le colonel Gurney et que celui-ci souhaiterait lui parler. Cela intéressera certainement mon homologue Anders.

Ezra opine légèrement de la tête, Anders est son propre supérieur hiérarchique.
Quelques instants plus tard, ils entendent la voix du Président et son visage apparaît sur le vidéo-transmetteur de Yakoni.

- Général Yakoni, bonjour. Le colonel Gurney est avec vous, si j'ai bien compris ?
- Oui, Monsieur le Président. Il souhaitait vous parler au sujet de son enquête sur l'assassinat du professeur Garchenko.
- Monsieur le Président, mon Général, bonjour. Le jeune chercheur qui est avec moi et qui m'aide à dépouiller les recherches de Garchenko a mis la main sur un fichier ultra-protégé. Il est impossible de le copier. J'aurais pourtant aimé le faire parvenir à l'un de nos amis qui aurait pu le décoder.
- Hum, je vois.
- Mais ce n'est pas tout. Ce jeune homme, Curtis Newton, pense qu'il s'agit d'observations que Garchenko aurait faites sur Calypso, et la nuit dernière, nous avons tous les deux observé ce satellite. Nous y avons détecté d'étranges et courts faisceaux de lumière. Il est parvenu à enregistrer les deux derniers. Ces données se trouvent en sécurité. Mais cela va dépasser mes compétences. Je vais avoir besoin d'aide, Monsieur le Président.
- Sur Calypso, dites-vous ?
- Oui, Monsieur le Président.
- Il y a... peu de choses sur Calypso.
- Une petite colonie humaine, qui vit à la frontière entre la steppe et la forêt. Des semi-nomades, qui vivent de peu, chasse, pêche, cueillette. Un centre de recherche et d'exploitation de cuivre. Rien d'autre. Pas même un poste avancé de la police des planètes, puisque Calypso est dépendante de l'administration de Téthys.
- Vous soupçonnez qu'il s'y passe quelque chose ?
- Je le crains.
- Avez-vous avancé l'enquête sur le terrain, par ailleurs, colonel ?, demande à cet instant Anders.
- Le truand dont nous étions sur la piste a disparu. Nous piétinons. Je reste suspendu à l'espoir que nous trouvions une piste dans les recherches de Garchenko.

Le Président et le général Anders échangent un regard.

- Vous voudriez que je les appelle, colonel ?
- Je pense que c'est tout à fait une affaire pour eux. Le professeur Wright nous serait d'une grande utilité, ne serait-ce que pour décrypter le fichier caché. Ce n'est peut-être pas le seul d'ailleurs que nous allons trouver dans les données de Garchenko.
- Je vais les contacter. Attendez-vous à leur arrivée prochaine.
- Merci, Monsieur le Président. Au revoir.
- Au revoir, colonel Gurney, général Yakoni.

Ce dernier coupe la communication et regarde le colonel.

- Une équipe spéciale ?
- Oui. Une équipe très... spéciale, lui répond Ezra. Mais des plus compétentes. Avec eux, je peux vous garantir que nous n'allons pas piétiner bien longtemps.

Un bref sourire s'affiche sur le visage sévère de Yakoni. Ezra prend rapidement congé et regagne le centre de recherche. Il espère qu'il n'est rien arrivé à Curtis Newton durant son absence et que personne n'a deviné qu'ils étaient sur une piste.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:35
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Flamme :

Coucou Limeye! Insomnie?

C'est bien de ne pas te laisser influencer par notre impatience, et je suis bien contente que nos suppositions t'amusent! Mais mets-toi à notre place! [jump]

Tu as raison de bien asseoir ton intrigue, et je ne déteste pas trépigner d'impatience... [jump]

Je sens que ça va débouler bientôt, puisque l'équipe (du-de la capitaine X ???) arrive prochainement... [goodjob]

A +
Flamme

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Coucou Flamme,

tu as raison, ça va bientôt débouler... vous allez bientôt retrouver nos affreux. Je vous livre un dernier petit morceau avant de rejoindre mon lit, ça y'est, le sommeil revient. Wink

bonne fin de soirée !

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:35
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Troisième partie

La nuit suivante, Ezra et Curtis se retrouvent à nouveau sous le dôme d'observation, mais seulement en milieu de nuit. Ils enregistrent cette fois l'ensemble du phénomène remarqué la veille sur Calypso. Puis ils regagnent discrètement leurs chambres, Ezra emportant soigneusement avec lui la mini-puce. Dans la journée, Curtis reprend son travail habituel, mais reste sur ses gardes. La visite régulière de Jokir commence à l'intriguer. "Les conseils de prudence répétés d'Ezra me rendraient-il un rien paranoïaque ?" Il commence sérieusement à se le demander.

Il se demande aussi à qui Ezra a bien pu faire appel pour les aider à décoder le fichier de Garchenko. Un as du décodage lui a simplement répondu le colonel, avec un léger sourire, quand ils en ont parlé la veille. Il a compris que ce n’était pas la peine d’insister. Curtis se dit alors qu’il s’agit peut-être d’un spécialiste des services secrets ou des communications. Il chasse cette question de son esprit et se replonge dans les données de Garchenko. Il recherche notamment tout ce que l’astrophysicien a observé au cours des années sur le petit satellite, mais malgré d’intenses recherches, il est étonné de ne presque rien trouver. "Ce n’est pas normal", pense-t-il. "Stanislas a passé quasiment toute sa vie ici, il a observé tous les satellites de Saturne, en témoignent toutes les données qu’il y a sur chacun d’entre eux, et comme par hasard, le seul sur lequel je ne retrouve rien, c’est Calypso. Il n’y a pas de hasard dans mon métier, disait Jokir l’autre jour. Dans le mien, non plus, vraiment pas."

En tout début d’après-midi, c’est Ezra qui revient aux nouvelles. Il renvoie Jokir, lui donnant l’ordre de rejoindre Gordon sur le terrain. Au bout d’une heure, il sort, gagne une des terrasses du centre de recherche et appelle son adjoint.

- Gordon, ici Gurney.
- Mon colonel ?
- Jokir vous a rejoint ?
- Pas encore.
- Cela fait une heure que je l’ai renvoyé. Soyez prudent, Tim. Je n’ai aucune confiance en ce type. Et n’oubliez pas. Débrouillez-vous pour éviter l’aéroport dans les prochaines heures, du moins avec lui. Mais rejoignez-nous comme convenu vers 17h-17h30.
- Aucun souci, mon colonel, nous y serons.

Ezra raccroche, lève les yeux vers le ciel, regarde sa montre. "Ils ne vont pas tarder, maintenant." Et il rejoint Curtis au laboratoire. Une demi-heure plus tard, son téléphone bipe, il décroche et un mince sourire s’affiche sur ses lèvres.

- La "personne" dont je vous ai parlée, Curtis, est arrivée. Je vais la chercher. Ne soyez pas étonné de son "apparence".

Avant que le jeune homme ait pu dire la moindre chose, le colonel a déjà disparu.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:36
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Otho :


Coucou Limeye,

Tu as bien du t'amuser de t'arreter la...et nous on trepigne! Wink
L'intrigue est tres bien amenee, chapeau!

Mais est-ce que Frego avait raison?? :o Joan est une des Futuremen ou meme leur chef? Ou Simon, Mala et Crag font bande a part...Ou je fais completement fausse route :P...Nous aussi on s'amuse, et t'as bien raison d'ignorer nos delires!

Patience est une vertu.... ;D

Alors j'attends la suite.... [jump]

O-tho

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye :

Coucou Otho, coucou à toutes,

comme je vois que tu es "on line", Otho, je t'offre la suite... je n'ai pas beaucoup de temps en ce début de matinée, mais j'avance la rédaction...

suspens, suspens !!! C'est vrai que j'ai usé d'un artifice d'auteur pour faire durer, mais il fallait bien que je coupe le passage à un moment donné !

bizz et bonne nuit Wink

Limeye Smile
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Déc 2013 - 11:38
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Curtis Newton sait qu’il n’oubliera jamais de sa vie cette étrange journée. Ni l’étrange vision qui se présente devant lui, quelques instants après. Le colonel Gurney revient accompagné de deux personnes, plus un étrange petit animal qui se métamorphose à volonté et, comme il l'apprendra bien vite, porte le nom de Oog. Mais ce qui le frappe le plus, ce sont les deux personnes qui accompagnent le colonel. La première est une jeune femme blonde, aux magnifiques yeux bleus, des yeux comme il n'en a jamais vus, et, il le sait déjà, comme il n'en reverra jamais. Il lui donne approximativement le même âge que lui, mais se fait aussitôt la remarque qu'il est finalement bien difficile de lui donner un âge précis. Son visage est jeune, il devine, malgré sa combinaison spatiale, qu'elle a des formes parfaites, mais tout en elle dénote une telle intelligence, de telles capacités, un tel savoir, qu'elle lui fait l'impression d'avoir déjà vécu plusieurs vies. Si cette jeune personne est surprenante, il en va de même de l'être qui l'accompagne. Il s'agit d'un cerveau humain, parlant d'une voix métallique qui résonne légèrement, enfermé dans une sorte de boîte volante. Il possède des capteurs, au bout de deux tiges flexibles, qui lui servent à la fois d'yeux et de mains. Il peut en effet envoyer de minis rayons tracteurs à partir de ces capteurs, pour attraper des objets.

- Joan, professeur Simon, je suis heureux de vous présenter le professeur Curtis Newton qui nous aide depuis près de deux semaines dans cette délicate enquête, pour ne pas dire... quête.
- Enchantée de vous connaître, dit la jeune femme en lui tendant la main et en souriant. Joan Randall, et voici le professeur Simon Wright qui m'accompagne.

Il se dit qu’elle a aussi un ravissant sourire.

- Le professeur Simon Wright ?
- Oui, jeune homme, dit le professeur de sa voix étrange.
- Celui qui a découvert le cycle des Ephémios ?
- En effet, c'était il y a bien longtemps.
- Peut-être, mais c'est une découverte majeure dans l'histoire de l'astrophysique moderne...
- J'étais encore un homme à cette époque, mais nous parlerons de cela à un autre moment. Notre ami Ezra nous a fait venir car vous rencontrez quelques difficultés dans l'examen des documents de ce pauvre Stanislas, n'est-ce pas ?
- Oui.

Curtis aimerait bien parler de Calypso, mais il ignore ce qu'il peut dire à ces deux personnes.

- Quel est le fichier en question ?, demande Joan d'un air sérieux.
- Le voici, répond-il en désignant l'un des ordinateurs de Garchenko. Impossible pour moi de l'ouvrir. Il est extrêmement bien protégé.
- Vous permettez ?, demande-t-elle en s'installant sans attendre la réponse devant l'écran.

Elle observe les données, fouille rapidement dans les mémoires de l'ordinateur. Curtis est impressionné par sa rapidité, son aisance à manier les données informatiques. "Une as du craquage et des renseignements, ce n'est pas possible autrement. Elle doit faire ça depuis qu'elle est gamine." En quelques minutes, le fichier est déverrouillé. Le professeur Simon est resté tout près de la jeune femme durant toute sa manipulation, et prend connaissance en même temps qu'elle des différentes données.

- Qu'en penses-tu, Simon ?
- Certainement la même chose que toi. Cela correspond à l'autre partie du document que nous avons reçu.
- Je le pense aussi. Nous aurons ainsi les clés. Je vais prévenir Otho de nous le ramener.
- Joan, intervient à ce moment-là Ezra. Ce serait plus prudent de faire l'inverse.
- Consulter le document à bord du Comète ?
- Oui. Je n'ai pas eu le temps de tout t'expliquer, mais... je ne suis pas tranquille.
- Ok, Ezra, nous ferons comme tu le préconises. Je préfère de toute façon travailler à bord.

Elle regarde Ezra et comprend rien qu'à son visage qu'il y a autre chose, mais qu'il préfère lui en parler plus tard. Elle ne pose aucune autre question au colonel, mais se retourne vers Curtis.

- Vous travaillez depuis deux semaines ici, c'est bien cela ?
- Oui, j'ai été appelé par le colonel pour faire le tri dans les recherches de Stanislas. J'ai commencé à comparer ces données avec les miennes, pour mesurer quelles avancées il avait réalisées, quelles nouvelles découvertes il avait faites, entre ma venue ici l'an passé et ses derniers jours. Nous avions beaucoup travaillé sur le Soleil, c'est par là que j'ai commencé, mais je n'ai rien remarqué d'intéressant. Puis petit à petit, j'ai repris toutes les autres données... je n'ai pas encore terminé, ajoute-t-il avec un léger sourire.
- Nous vous aiderons. Avec Simon et Grag, nous irons vite. Ezra, penses-tu que nous puissions tout emporter ?
- Oui, sans aucune difficulté. Mais Joan, j'aimerais que tu demandes à Grag de nous rejoindre.
- Ok, je l'appelle.

Elle appuie alors sur un minuscule bouton de sa montre, une montre blanche, dont le cadran affiche une étoile en son centre et d'autres plus petites étoiles autour. Ce bijou de la miniaturisation est également un minuscule émetteur-récepteur. Au bout de quelques secondes, la voix du robot se fait entendre.

- Chef, tout va bien pour toi ?
- Oui, Grag. Peux-tu laisser Otho à bord et nous rejoindre au laboratoire de Garchenko ? Nous allons avoir besoin de toi.
- C'est le chewing-gum qui va être vert de rage. Je viens avec Eek ?
- Oui, tu peux. Oog commence à s'ennuyer. Prends mon portable avec toi, le gros.
- Ok, chef. J'arrive.
- Il sera là dans un quart d'heure, reprend-elle en direction d'Ezra.

Puis elle se retourne vers l'écran où s'affichent des données, écran que Simon n'a pas quitté des yeux.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Aujourd’hui à 15:02
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Etoile Filante (1ère partie)
Back to top
Page 1 sur 3
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure