Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Et si...
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Mer 1 Jan 2014 - 19:29
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Flamme, nos messages se sont croisés !

alors, concernant cette phrase, c'était en fait pour annoncer l'étape sur Vénus, et c'est sur Vénus qu'Elaine aura le doute que Curtis en reparte, je pense que tu vas comprendre déjà un peu pourquoi, grâce à ce que je viens de livrer. Je vais peut-être réécrire cette phrase, car en effet, elle n'est pas très claire...

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mer 1 Jan 2014 - 19:29
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Mer 1 Jan 2014 - 20:02
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Nos messages se sont croisés, juste comme je venais de quitter!

Merci pour tes explications, et je comprends mieux, en effet, maintenant que j'ai lu ton dernier passage... Et si tu n'avais pas écrit que le doute d'Elaine serait de courte durée, je me poserais bien des questions... Question Je m'en pose tout de même, mais elles sont différentes! Et j'imagine bien que tu vas nous faire partager les préoccupations et aspirations d'Elaine pour son fils, son cheminement intérieur à elle, pour le dire en d'autres mots! Tout comme les réflexions que Curtis pourrait avoir concernant ses découvertes de toute nature!

Hanna me rappelle un peu Loona La Luz, dans Le mystère du Soleil Noir... t'es-tu inspirée d'elle? Ou bien toute ressemblance avec des personnages déjà existants dans d'autres fan-fictions serait-elle purement fortuite? Mr. Green

Finalement (pour l'instant) Ashamed peux-tu me rafraîchir la mémoire quant à l'âge de Curtis? Il a environ dix-huit ans, d'après mes dernières estimations, mais je peux me tromper, il semble en avoir un peu plus...

Bvizz ou Vbizz
Flamme
jump
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mer 1 Jan 2014 - 20:10
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
C'est vrai que j'ai pensé un peu à Loona pour Hanna, mais j'aimerais cependant la rendre différente ! Elle se rapprochera d'elle cependant, je peux difficilement faire autrement... Wink

Curtis n'est pas loin de ses 18 ans en effet lorsqu'ils arrivent sur Vénus. Si tu as le sentiment qu'il est un peu plus âgé, alors c'est que ma façon de le décrire est la bonne, puisque justement, je cherche à montrer qu'il paraît déjà comme adulte. Et qu'il n'est pas loin de devenir Capitaine Futur, mais on n'en est pas (encore) là... Wink

Par ailleurs, j'ai corrigé la phrase qui portait à confusion, dans la partie précédente, à leur départ de Saturne. Là, je réfléchis à comment amener la suite, pas sûr que je livre à nouveau ce soir... Question

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Jeu 2 Jan 2014 - 09:48
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Hello !

la nuit porte parfois conseil, pour ma part, souvent elle m'inspire...

voici la suite ! Je pense pouvoir écrire pas mal aussi dans la journée.

bizz vizz !

Limeye



L'idée plaît évidemment à Simon, quant à Grag et Otho, ils sont enchantés. Toujours partant pour l'aventure et la découverte, Elaine sait qu'à leur manière, eux aussi, ils ont inspiré à Curtis sa curiosité et son ouverture aux mondes. L'expédition est vite mise sur pied et quelques heures après avoir quitté Vénuspolis, ils survolent la Mer de l'Ouest pour rallier Illara, la cité la plus proche des Mers Bouillonnantes. C'est ainsi qu'Hanna sera la première "étrangère" à la petite équipe à monter à bord du Comète et à y voyager.

Ils passent une journée à Illara pour rencontrer deux collègues d'Hanna, puis repartent en direction des Mers Bouillonnantes. Ils posent le Comète sur un grand plateau calcaire qui domine une vaste plaine menant au site. De là-haut, ils peuvent déjà apercevoir les hauts geysers. Ils installent un campement plus bas, dans la plaine, avant de s'approcher vraiment du rivage. Sur les conseils des collègues d'Hanna, la jeune femme a envisagé plusieurs points d'observation. Cette plaine d'abord, puis des chaos rocheux tout à la pointe sud des Mers, et enfin, un autre site, au nord d'Illara.

Grag effectue plusieurs survols à basse altitude des geysers avec le Cosmolem, pendant que le reste de la petite équipe explore les rives. Trois jours après le début de leur expédition, après le repas du soir et alors que le Soleil se couche sur l'horizon, Curtis repart vers la mer. Allongé sur les herbes rases, il admire le magnifique spectacle du coucher du soleil jouant dans les jeux d'eaux. D'où il se trouve, il n'y a aucun danger, mais il a déjà pu remarquer des zones beaucoup moins stables du rivage au cours des journées précédentes. Un léger bruit de pas dans les herbes lui fait lever les yeux, c'est Hanna. Elle lui sourit, s'allonge comme lui à ses côtés.

- C'est beau, dit-elle, n'est-ce pas ?
- Très, répond-il en reportant le regard vers les geysers géants. Même sur Terre, les geysers ne sont pas aussi hauts. J'ai vu des choses magnifiques sur Saturne, mais Vénus m'impressionne tout autant. Je ne suis pas certain d'aimer Pluton après cela !

Hanna rit.

- C'est vrai qu'avec la Terre, Saturne et Vénus sont les deux plus belles planètes du Système Solaire. Il faudra que tu trouves autre chose que les paysages pour être impressionné par les autres !
- Je suis prêt à m'émerveiller de beaucoup de choses, tu sais.
- Tu me fais penser à mon petit frère ! Toujours curieux de tout !, dit-elle d'un ton taquin en lui lançant un petit poing amical dans l'épaule.
- Je n'ai pas tellement envie d'être comme ton petit frère..., répond-il avec un regard plus sombre et en saisissant sa main.

Elle le fixe à son tour, et sourit doucement, retire sa main et la passe avec douceur dans les mèches rousses toujours en bataille. Il se redresse légèrement et l'attire à lui. Elle se laisse faire, happée par son regard et son visage franc et ouvert. Le baiser ne la surprend guère, mais elle devine très vite l'inexpérience du jeune homme. Avec tendresse et attention, elle va alors le mener sur des chemins encore inconnus pour lui.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Jeu 2 Jan 2014 - 16:11
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Soupir... Wow C'est très beau, et si bien écrit, la fin de ton dernier passage... L'allusion au regard sombre a toujours le même effet sur moi... Wow Hanna est en effet très différente d'Alisson (heureusement), et je crois bien que l'expérience que va vivre Curtis sera tout aussi différente, si elle est marquée de tendresse et d'attention de la part de la belle Vénusienne... Je suis tout de même curieuse de voir de quelle manière le jeune homme sera marqué par cette rencontre, comment il réagira par la suite...

Ça réchauffe de te lire et ça fait du bien, ce matin on était sous la barre des -30 degrés... Shocked
Le trampogril et le grilpoline ne dérougissent pas... Mr. Green Et j'ai ressorti le kit de nettoyage, j'étais bien contente de le faire, parce qu'il y avait une bonne raison!

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Jeu 2 Jan 2014 - 16:27
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou !

je me disais que j'allais sans doute avoir un peu de mal à écrire ce passage, puis finalement, il s'est avéré plus simple que celui concernant Alisson ! Comme quoi...

voici la suite ! Je livrerai encore certainement un autre "tiboutte" d'ici la fin de ma journée !

bizz, vizz et bonne lecture !

Limeye


La nuit tombée, et au campement, Grag s'inquiète. Otho lève les yeux vers la voûte étoilée, pendant qu'Elaine et Simon échangent un "regard" entendu.

- Enfin, ils ne vont rien voir pour rentrer, dit le grand robot.
- Vieille nounou en fer blanc, je crois qu'ils s'en fichent de voir quelque chose !, lance Otho d'un ton gouailleur.
- Comment ça ? Elaine, professeur, ça ne vous inquiète pas ?
- Ce qui m'aurait inquiétée, Grag, répond Elaine de sa voix douce, ce serait qu'ils soient déjà de retour...
- Ils ne courent aucun danger, poursuit Simon de sa voix métallique. Allez, reposez-vous, nous avons une bonne journée d'exploration à nous attendre demain ! Il faut que tu sois au mieux de tes capacités.

Et alors qu'Otho range quelques affaires, que Simon s'occupe de Grag, Elaine rejoint sa tente avec un léger sourire. Elle en laisse la porte entrebâillée, et allongée sur son matelas, elle peut voir quelques étoiles briller. Elle songe à Roger, et son cœur s'emplit d'un bonheur qui l'émeut en songeant que son fils devient homme.

Allongé sur le dos, le visage tourné vers la voûte étoilée, magnifique en cette période de l'année sur Vénus, Curtis ne dort pas. Il tient Hanna contre lui, elle est à moitié allongée sur lui, et il a ramené sa propre chemise sur le dos de la jeune femme pour la couvrir, qu'elle n'ait pas froid. L'air est doux, et le grondement incessant des geysers emplit la nuit.

Machinalement, le jeune homme recherche les étoiles et dresse dans son esprit la carte du ciel vénusien. Il repère aisément Sirius, Bételgeuse et quelques autres. Mais, comme il l'a fait déjà sur Saturne et sur Titan alors qu'il veillait dans la jungle, celle qu'il cherche toujours est la petite étoile de Calenda. Quand il la trouve, un léger sourire s'affiche sur son visage. Il reporte alors les yeux sur la longue chevelure sombre d'Hanna, dépose un léger baiser sur son front et s'endort.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Jeu 2 Jan 2014 - 16:49
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Ab-so-lu-ment merveilleux! Master J'aime beaucoup la réaction d'Elaine et du professeur, tout comme celle de nos deux affreux! Good Je me suis d'abord dit que Curtis ne pouvait pas se laisser aller, qu'il commençait déjà à être indécrottable du point de vue de la curiosité scientifique et des relations avec le sexe opposé, Mad avec cette réaction machinale de dresser dans son esprit la carte du ciel alors qu'il tient Hanna contre lui... mais quand j'ai lu qu'il s'est apaisé après avoir trouvé Calenda, alors... j'ai pensé que c'tait un cas moins désespéré que je pensais, après tout! Mr. Green

J'ai encore fondu! flower
Bises Vises
Flamme
Wow
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Jeu 2 Jan 2014 - 20:16
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme,

je me suis dit en effet que c'était l'occasion de faire revenir Otho et Grag sur le devant de la scène et après tout, c'est la première fois qu'ils sont confrontés aussi au choix sentimental de leur "neveu"... quant à Elaine et Simon, c'était du nanan à écrire Wink !

je ne veux justement pas rendre Curtis "indécrottable" dans cette histoire, même si je pense qu'il va évoluer et mûrir. Pour l'heure, il est encore un tout jeune homme qui découvre le monde et la vie, s'extasie sur les beautés des planètes et se laisse charmer par une beauté féminine.

la suite donc !

bizz vizz !

Limeye


Les journées qui s'ensuivent resteront pour toute l'équipe parmi les meilleurs souvenirs de leur long voyage à travers le Système Solaire. D'une part parce qu'Hanna est une personne très agréable, dont la discrétion et le savoir sont appréciés par tous. Elaine veille à ce que Grag et Otho laissent les deux jeunes gens tranquilles. C'est au cours de ses journées qu'elle se demandera si leur voyage se poursuivra ou pas. Mais elle perçoit bien vite cependant que si son fils est attiré par Hanna, il n'en est pas pour autant tombé amoureux. Et qu'il en est de même pour la jeune femme.

Après la plaine, ils ont passé environ deux semaines à la pointe sud des Mers Bouillonnantes et ont trouvé quelques ruines intéressantes qu'Hanna reviendra explorer plus tard. Ils remontent alors vers Illara pour la dernière étape de leurs repérages. Là aussi, ils trouveront quelques traces d'un habitat ancien qui fera l'objet d'une recherche future pour Hanna.

Le dernier jour de leur exploration, alors que toute l'équipe s'active à ranger le matériel, Hanna s'éloigne pour prendre les dernières photos du site qu'ils ont repéré. Après une petite heure d'absence, elle va pour regagner leur campement, et chemine à travers les ruines et les blocs de roche. A un détour, elle aperçoit la haute silhouette de Curtis qui semble la chercher. Avec un sourire, elle se dirige vers lui.

- Tu as terminé ?, lui demande-t-il quand elle s'approche.
- Oui. Ces derniers jours, le temps était gris et je n'étais pas très satisfaite de certains clichés. Aujourd'hui, c'est mieux.
- Hanna, je voulais te parler un moment.
- Je t'écoute... viens, installons-nous là, dit-elle en désignant un long bloc rocheux assez plat.

Assis là, ils font face à une grande partie du site. Curtis reprend :

- Nous rentrons ce soir à Vénuspolis et nous allons repartir dès demain pour Pluton. Je voulais te remercier pour m'avoir fait découvrir tant de belles choses sur ta planète et m'avoir appris beaucoup sur son Histoire. Mais pas seulement...

Elle lui sourit en retour :

- C'était une belle expédition pour moi aussi. Et ton équipe est formidable ! Sans compter ta maman... C'est une femme merveilleuse et une grande scientifique !
- Hanna, je voulais te dire que je...

Elle pose sa main sur ses lèvres, l'empêche d'en dire plus.

- Chut, Curtis. Tu vas dire des choses qui ne sont pas vraies.

Il lève un sourcil étonné.

- Garde ces mots pour celle qui habitera vraiment ton cœur. Tu ne m'aimes pas. Tu as aimé ce que nous avons fait, nos découvertes, nos heures ensemble, nos nuits ensemble. Mais tu ne m'aimes pas, et moi non plus, et c'est très bien ainsi. Un jour, tu connaîtras le vrai amour. Je te le souhaite. Ce jour-là, tu pourras dire ta vérité. Ne gaspille pas ces mots à tort et à travers. Ils sont précieux.

Il secoue la tête, un peu attristé. Elle dépose un léger baiser sur ses lèvres et dit simplement :

- Allons, profitons de ces dernières heures ensemble et rendons-les belles et heureuses comme le reste de ton séjour ici, de votre séjour !

Il ne répond rien, sourit simplement et la légère tristesse qui avait marqué son visage l'instant d'avant disparaît. Longtemps le souvenir d'Hanna l'accompagnera, non comme un souvenir qui hante, mais comme un souvenir qui embellit certaines heures. Ses paroles le marqueront aussi durablement et il lui faudra de longues années avant de pouvoir dire sa vérité.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Sam 30 Jan 2016 - 23:31; édité 2 fois
Back to top
Ven 3 Jan 2014 - 03:06
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

J'ai beaucoup aimé la sagesse d'Hanna! Master Je suis bien contente que cette première vraie expérience amoureuse de Curtis se termine dans la sérénité et en bons termes... flower

C'était de la grande écriture, ce passage... Master Good

Bizz Vizz
Flamme
Clap
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 3 Jan 2014 - 09:37
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme !

c'était important en effet de lui faire vivre cette première expérience de cette manière. Je ne sais pas encore à l'heure actuelle exactement comment il se comportera avec Joan, mais je ne voulais pas qu'il vive quelque chose de compliqué, ni de douloureux. Et que sa découverte des beautés de la planète s'accompagne aussi d'une autre découverte, belle aussi !

changement de ton pour la suite, mais événements tout aussi importants...

belle journée flower

Limeye


Curtis aimerait pouvoir tester le vol oscillatoire et cela va être enfin possible entre Vénus et Pluton. Les essais sont concluants, mais Elaine et Curtis ressentent des troubles après les quelques heures que dure le vol. Simon et Elaine s’empressent de faire tests et examens qui concluent que ce type de vol provoque des troubles proches du mal des transports. Il leur faudra quelques temps à l’un comme à l’autre pour s’y habituer, mais Simon profitera de moments d’oisiveté pour mettre au point un médicament capable d’annihiler ces effets peu agréables.

Après les belles plaines de Saturne et la magie de ses anneaux, après les beautés envoûtantes de Vénus, ils vont découvrir sur la petite planète la plus éloignée du Soleil un autre monde tout aussi étrange et fascinant, un monde de glace et de hautes montagnes, dont certaines ont la particularité de se déplacer, les Montagnes Marchantes, tout le long de l’équateur. Les conditions de vie extrêmes qui règnent sur Pluton ne permettent guère de développement des colonies, et la vie se concentre dans trois principales cités : la capitale, Tartarus, et deux autres villes, Elysia et Newtown. Mais la planète joue un rôle très important dans l’économie des Neuf Mondes, en fournissant de nombreux métaux, dont quelques gisements de radium, essentiel pour permettre l’expansion des colonies et les voyages spatiaux. Quand ils arrivent sur Pluton, ils sont pourtant loin de se douter que cette planète va leur offrir, après Titan, l’occasion de déployer tous leurs talents de justiciers et que c’est là, aussi, d’une manière assez inattendue, qu’ils entendront à nouveau parler de Victor Korvo.

Alors qu’ils sont en approche de Tartarus, ils croisent la route de trois vaisseaux, deux prenant visiblement en chasse le premier. Comme ils se trouvent quasiment sur leur trajectoire, Curtis s’empresse de demander un contact. Le premier vaisseau ne répond pas, alors qu’ils en sont très proches, mais l’un des suivants prend l’appel :

- Ici le Commandant Merzer, pouvez-vous vous identifier et laisser le passage aux vaisseaux de la police interplanétaire ? Nous sommes en opération d’interpellation !
- Bonjour Commandant, je suis Curtis Newton, à bord du Comète. Nous voudrions nous poser sur Tartarus.
- Vous allez devoir faire un détour.
- Que se passe-t-il donc ?
- Nous devons interpeller le Bentley, le vaisseau qui se trouve à environ une demi-heure de vol et dont vous pouvez certainement capter le signal.
- En effet, il est quasiment sur notre route. Qu’en est-il ?
- Il s’agit d’un marchand de fourrures, mais nous le soupçonnons aussi de passer du radium en contrebande. Nous devons absolument le contrôler avant qu’il ne soit trop loin !
- Pouvons-nous vous aider ? Nous pouvons tenter de gêner ses manœuvres…
- Vous êtes des civils, cela me paraît difficile et…
- Capitaine ! Le vaisseau arrive quasiment droit sur nous !, s’exclame Otho qui contrôle les écrans radars.
- Alors, Grag ! A la manœuvre ! On tente de le faire ralentir ! Et tu t’esquives au dernier moment.
- Il va avoir la frousse de sa vie, je peux te le garantir !

Dans les deux petits vaisseaux de la police interplanétaire, les hommes suivent ébahis la manœuvre osée du Comète, et peu après, ils peuvent approcher du Bentley. Par précaution, le Comète reste à proximité. Le contrôle du Bentley se déroule sans anicroches, le commandant du vaisseau ayant bien conscience qu’il se trouve aussi sous la menace des armes de ce grand vaisseau, surgi de nulle part et dont on n’avait encore jamais entendu parler sous ses latitudes, mais dont le nom commencera à résonner comme étant un nom redouté par les trafiquants et criminels de tout acabit.

- Merci à vous !, déclare le Commandant Merzer, une fois l’opération de contrôle terminée. Nous allons ramener le Bentley à Tartarus, je pense que le Colonel Gurney sera content de nous !
- Il y avait du radium à bord ?
- Et pas qu’un peu…
- Bonne chance à vous, Commandant, ravi d’avoir pu vous donner un coup de main…, le salue Curtis avant de donner l’ordre de reprendre le vol vers la capitale plutonienne.

Et ils voient les trois vaisseaux se diriger vers l’astroport militaire de Tartarus, alors qu’eux-mêmes vont se poser sur l’aéroport interplanétaire. A peine arrivés, Simon prend contact avec le professeur Karoff, le directeur de l’observatoire de Tartarus, avec lequel il a travaillé autrefois, quand ce dernier était encore jeune étudiant. Ravi de revoir son ancien professeur, celui-ci leur propose bien volontiers de les rencontrer dès le lendemain et de leur faire visiter son laboratoire. L’observatoire de Tartarus a pour mission de principalement surveiller la Ceinture de Kuiper, dans un but civil. Un autre observatoire, militaire celui-ci, se trouve sur Charon, l’un des trois satellites de Pluton, les deux autres étant la lune-prison de Cerberus et la planète gazeuse de Styx.

Malgré un grand dôme qui protège la cité du froid intense qui règne à la surface de Pluton, il ne fait pas chaud dans les rues de Tartarus et c’est bien couverts, sauf Grag et Simon dont la structure de la boîte peut résister à d’intenses températures - froides, comme chaudes -, que la petite équipe entreprend en cette fin de journée de visiter la ville. Contrairement aux cités qu’ils ont précédemment visitées, Tartarus offre peu d’intérêt architectural. C’est une ville surtout fonctionnelle et la dureté des conditions de vie n’a pas inspiré les premiers colons à construire une belle cité. Elaine comprend vite que l’intérêt de Pluton se trouve ailleurs, et notamment de par sa position dans le Système.

Mais alors qu’ils retournent au vaisseau pour y passer quelques heures de repos, ils ont la surprise d’y trouver un agent de la police interplanétaire qui, en les apercevant, se dirige d’un pas rapide vers eux. Il les salue avec le sourire :

- Monsieur Newton, Major Henyx, je suis le second du Commandant Merzer. Je me trouvais dans le deuxième appareil qui a intercepté le Bentley. Je suis ravi de vous rencontrer et de pouvoir vous remercier encore une fois, de visu.
- Heureux de faire votre connaissance, dit Curtis, qui présente rapidement son équipe.
- Je suis venu vous trouver directement car le chef de la police interplanétaire sur Pluton, le Colonel Gurney serait heureux de faire votre connaissance. Votre manœuvre l’a impressionné, de même que votre vaisseau… D’ailleurs, je pense que quiconque le voit ne peut qu’être impressionné ! Il a l’air très maniable.
- J’ai un très bon pilote aussi, dit Curtis avec un léger sourire, sachant pertinemment que Grag aime qu’on reconnaisse ses capacités hors du commun pour ce poste.
- Le Colonel propose de vous rencontrer demain après-midi, si c’est possible pour vous.
- Tout à fait. Nous devons nous rendre à l’observatoire du professeur Karoff demain matin.
- Alors, c’est parfait, je ne vous retiens pas plus longtemps, il fait si froid ici…
- Vous n’êtes pas de Pluton… ?
- Non, je suis de Mercure, et c’est dur ici, pour moi…, dit-il avec un léger sourire. Je transmettrai votre réponse au Colonel. Le bâtiment de la police interplanétaire est celui-ci, dit-il en désignant un immeuble au-delà des installations de l’astroport, surmonté d’une grande tour. A pied, vous en avez pour une dizaine de minutes d’ici.
- Merci, à demain peut-être si nous vous recroisons…
- Je repars en surveillance dès ce soir. Mais peut-être à une autre occasion !
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Sam 30 Jan 2016 - 23:37; édité 1 fois
Back to top
Ven 3 Jan 2014 - 12:21
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Alors la rencontre avec Ezra est imminente... Ce sera un événement marquant que j'ai bien hâte de lire! jump jump jump

Et le début de sa carrière de justicier vient d'être lancé! Good

J'aime les précisions géographiques et touristiques concernant les planètes, je n'avais pas tout lu ce qu'il y a sur le site à ce sujet!

Bizz et bonne journée!
Flamme
Bye
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 3 Jan 2014 - 12:49
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme,

le site de Pascal regorge de trésors, et cette description des lieux en est une, d'autant qu'il y a des cartes... imaginées par Hamilton (du moins, je le suppose). C'est là que je puise la description des lieux, moi qui aie toujours un peu de mal à imaginer des mondes nouveaux (alors que je peux aisément décrire ceux que je connais et qui m'inspirent comme l'Ardèche l'été dernier, l'Ecosse ou la plage de Joan), je "pompe" allègrement dans les infos de Pascal pour écrire ces descriptions.

voici la rencontre avec Ezra !

bizz et bonne journée flower

Limeye


La visite à l’observatoire de Tartarus et la rencontre avec le professeur Karoff intéressent Curtis au plus haut point. Il est notamment passionné par ce que le professeur lui raconte de ses récentes observations de Kuiper et des différents "passages" existants pour quitter le Système Solaire sans dommages. Celui-ci promet de transmettre ses données, Curtis ayant déjà dans l’idée d’aller, un jour, au-delà de Kuiper. Mais ce qui l’intrigue, ce sont les observations faites par Karoff concernant Styx, la planète gazeuse.

- Elle change parfois d’aspect, c’est très étrange, dit Karoff en montrant différents clichés qu’il a pu réaliser grâce à l’un des télescopes les plus puissants du Système Solaire. Et cela fait des années que je travaille ici, et je n’ai pas pu élucider ce mystère.
- Cela fait longtemps que vous avez observé ces changements ?, demande Simon, fortement intrigué lui aussi.
- Non, seulement depuis quelques mois.
- Vous en avez parlé aux autorités ?
- Oui, professeur. J’ai alerté le Colonel Gurney à ce sujet et il a fait survoler Styx par deux fois, mais les vaisseaux n’ont rien ramené de probant.
- Nous pourrions y aller nous aussi, dit Curtis. Qu’en penses-tu, Simon ?
- Oh, moi, je suis toujours partant pour des explorations ! Et ce phénomène est en effet bien intriguant… Ce serait intéressant de tenter d’y trouver une réponse.
- Alors, c’est dit, nous partirons demain. Mais allons d’abord rendre visite au Colonel Gurney, dit le jeune homme avec autorité.

Ils rejoignent rapidement le bâtiment de la police interplanétaire, dont la sécurité impressionne Elaine. L’agent qui les guide leur explique qu'étant le dernier poste avancé du Système Solaire, il leur est nécessaire d'être vigilants et bien équipés. La sécurité des agents en mission sur Pluton fait partie des attentions des autorités newyorkaises. Enfin, ils s'arrêtent devant une porte sur laquelle figure un simple petit écriteau "Colonel E. Gurney". L'agent frappe deux coups, une voix grave et belle lui répond un "Entrez" et l'agent ouvre la porte, entre et informe son supérieur que l'équipage du Comète vient d'arriver.

L'homme qui les attend leur fait à tous aussitôt très bonne impression. Assez grand, des yeux très clairs, une belle moustache, de la prestance, il est un peu plus âgé qu'Elaine. On devine qu'il a une grande et longue carrière derrière lui et qu'il n'a pas été souvent assis dans un fauteuil, derrière un bureau, mais beaucoup sur le terrain. Sa poignée de main est cordiale, mais ferme. A le voir, on se doute aussi qu'il est et veille à rester en excellente forme physique et que si, demain, il doit courir dans les ruelles sinueuses de la cité d'une colonie lointaine derrière un malfrat quelconque, il ne se laissera pas distancer. En lui serrant la main, cependant, Elaine comme Curtis remarquent qu'une très ancienne cicatrice traverse le dos de sa main gauche.

- Entrez donc, merci James. Enchanté de vous connaître, dit-il en les invitant à prendre place dans les fauteuils. Je suis le Marshall Ezra Gurney, responsable de la police interplanétaire sur Pluton et j'étais curieux de vous rencontrer. On ne parle déjà plus que de votre arrivée ici ! Et de l'aide que vous nous avez apportée pour coincer ce trafiquant qui n'était pas loin de réussir à nous fausser compagnie !
- Nous étions bien placés pour l'empêcher d'aller plus loin... nous n'avons fait que le bloquer, Colonel, vos hommes ont fait le reste, répond Curtis avec simplicité. Mais laissez-moi vous présenter tout l'équipage. Voici ma mère, Elaine Newton, le professeur Simon Wright, Grag et Otho. Je suis Curtis Newton.

A la mention du nom d'Elaine, le Colonel a légèrement pâli. Il s'en explique aussitôt :

- Pardonnez mon étonnement, mais... votre nom, Madame, ne m'est pas étranger. Mais il s'agit aussi peut-être d'un homonyme...
- Comment cela, Colonel ?, demande Elaine avec un léger étonnement.
- Peut-être êtes-vous de la famille de Roger Newton ? Le chercheur tué par Victor Korvo ?

C'est le tour d'Elaine de pâlir et la surprise s'affiche sur le visage de Curtis. Il pose aussitôt la main sur celle de sa mère.

- Je suis sa veuve, dit-elle en un souffle, et Curtis est son fils. Pourquoi ?

Le Colonel hoche lentement la tête, marque quelques secondes de silence alors que ses yeux se sont voilés de tristesse.

- Madame, Monsieur, nous avons un point en commun tous les trois, hélas. Victor Korvo a été l'assassin de ma supérieure hiérarchique, il y a quinze ans. La Major Mary Beckett était aussi une amie d'enfance, la femme d'un de mes meilleurs amis. Depuis quinze ans, j'ai toujours ce dossier en suspens, et je crois que je ne trouverai jamais le repos tant que je n'aurai pas arrêté Victor Korvo et que je ne l'aurai pas mené devant des juges.
- J'ignorai qu'il avait tué une femme..., murmure Elaine.

Et Simon fait un bruit étrange, pour marquer lui aussi sa surprise et sa propre ignorance de ce fait. Mais Simon n'a pas le temps de parler, et Elaine d'en dire plus que Curtis se lève et tend la main au Colonel, assis derrière son bureau.

- Alors, Colonel, soyez assuré d'une chose : moi non plus, je ne trouverai pas le repos tant que je n'aurai pas amené Victor Korvo devant des juges, non seulement parce qu'il est l'assassin de mon père, mais aussi parce qu'il a tué deux gardiens, et comme nous venons de l'apprendre, la Major Beckett...

Si l'instant d'avant, quand ils sont entrés dans son bureau, le Colonel a été frappé par la jeunesse de Curtis, il mesure à cet instant toute sa détermination, mais aussi sa soif de justice. Il découvrira très vite, en les accompagnant sur Styx, qu'il possède bien d'autres qualités et qu'il peut devenir un redoutable meneur d'hommes autant qu'un scientifique pointu, mais aussi un fin tacticien et que le courage et la générosité sont sans doute parmi ses premières qualités.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Mer 21 Mai 2014 - 05:01; édité 2 fois
Back to top
Ven 3 Jan 2014 - 13:47
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Ça devient vraiment palpitant et intriguant tout ça! J'ai hâte de voir leurs avantures sur Styx!

jump jump jump jump jump jump jump jump


Mr. Green

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Ven 3 Jan 2014 - 19:00
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Frégo !

je m'y emploie, mais je n'ai plus aucune avance pour ce récit... et il se passe bien des choses sur Styx, vous vous en doutez !

donc tu peux rester sur le grillpoline jump jump jump jump ! j'essaye de livrer un nouveau "tiboutte" avant la fin de ma journée...

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 3 Jan 2014 - 20:41
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Chose promise... chose due Very Happy !

bonne lecture !

Limeye


Alors qu'en les recevant, Ezra Gurney pensait simplement les remercier et les féliciter pour leur aide, il mesure très vite que cette rencontre va apporter beaucoup de changements dans sa propre vie. Et lorsque le professeur Simon lui parle de leur projet de se rendre sur Styx, il saisit l'occasion pour leur demander la possibilité de venir avec eux, ce que Curtis s'empresse d'accepter. Cette petite expédition ne devrait pas être bien longue, mais suffisante pour lui permettre de mieux faire connaissance avec le Colonel. Elaine est aussi heureuse de sa proposition et ils conviennent de se retrouver trois jours plus tard. Ces trois journées sont suffisantes pour Elaine, Simon et Curtis pour étudier les données transmises par Karoff et pour toute l'équipe de préparer le Comète.

Le vol jusqu’à Styx est rapide et ils commencent par faire le tour de la petite planète gazeuse. Elaine en profite pour interroger Ezra sur ses connaissances sur le satellite, qui se révèlent assez limitées. Il raconte être en poste sur Pluton depuis deux ans, mais que cette période va bientôt s’achever. Il ignore encore où il sera muté, mais dit qu’il aimerait désormais s’installer sur Terre et participer à des opérations ponctuelles.

Simon, Otho et Curtis suivent avec beaucoup d’attention les données qu’ils enregistrent pendant que Grag est seul au pilotage.

- La planète n’est pas uniquement gazeuse, dit Simon. Je détecte la présence de métaux. Et son atmosphère est respirable. Nous devrions tenter de nous poser.
- Il va falloir traverser le nuage de gaz alors, dit Curtis. Quelle est sa composition ?
- C’est cela qui m’étonne…, dit Elaine. Est-ce qu’on peut y entrer un peu, demande-t-elle sans terminer sa remarque précédente.
- Qu’y a-t-il, maman ?
- D’après les capteurs, il n’y a aucun gaz… aucune trace, avant l’atmosphère proprement dite. C’est étonnant, car ces sortes de nuages ont bien été créés par quelque chose… ce n’est pas de la poussière non plus, car nous ne détectons aucune particule.

Curtis fixe le visage concentré de sa mère. Un instant le doute l’effleure qu’ils ont un souci sur les capteurs, mais il se dit que c’est impossible que tous soient en panne en même temps… Il accepte alors de faire pénétrer le vaisseau dans le nuage, sans se douter qu’une surprise les y attend.

- Je n’ai toujours aucune donnée, dit Elaine. Qu’est-ce que ça signifie… mais, oh !

Devant leurs yeux ébahis apparaît alors une vraie planète, ressemblant assez à la vision qu’offre la Terre depuis l’espace, mais en beaucoup plus petite, plus petite même que la Lune.

- Une vraie planète, dit Simon, cachée par un nuage dont la composition nous est totalement inconnue… ou plutôt indétectable… Va-t-on se poser ?
- Bien sûr, Simon, répond Curtis avec un léger sourire. Ohto ? Quelles sont les données ?
- Atmosphère respirable comme on l’avait pressenti…, de vastes plaines, des rivières, des forêts… tu n’as que l’embarras du choix pour nous faire atterrir.
- Bien, alors, trouve-nous une prairie où il sera aisé de poser le Comète. Pas la peine d’aller dans des endroits hasardeux.
- Tu veux poser directement le Comète ?, demande Elaine. Tu ne veux pas y aller d’abord avec le Cosmolem ?
- Pourquoi, maman ? Je ne crois pas que l’on court le moindre danger sur Styx… Si c’était un monde dangereux et inhospitalier, comme Charon par exemple, on le saurait depuis longtemps…, ajoute-t-il en regardant le Colonel Gurney.

Celui-ci sourit légèrement à son tour, séduit par l’enthousiasme communicatif du jeune homme.

Très vite, Otho repère une plaine qui lui paraît tout à fait adaptée pour poser le grand vaisseau. Les derniers calculs leur confirment qu’ils peuvent sortir sans combinaison spatiale intégrale, l’atmosphère étant tout à fait respirable.

- A vous l’honneur, Colonel, dit Curtis après avoir ouvert la porte et en désignant le petit escalier qui se déploie devant eux. Soyez le premier Terrien à poser le pied sur Styx !
- Merci, jeune homme, mais je pense que cet honneur devrait revenir à votre mère…, Madame, après vous.

Elaine s’amuse de cet échange de politesses et descend la première, rapidement suivie par Eek qui s’empresse d’aller batifoler dans l’herbe, mais furetant bien vite déjà à la recherche de quelque chose de métallique à manger.

- L’air est d’une pureté incroyable !, murmure Elaine, émerveillée par la beauté de la nature environnante. Je n’ai jamais vu un endroit si serein, si beau et si pur à la fois…

Le Colonel hoche légèrement la tête, mais se dit que lui connaît un endroit semblable, mais habité. Mais il préfère garder cette pensée en lui-même, car ses compagnons entament déjà le tour du vaisseau et arpentent la plaine.

C’est Eek qui va donner l’alerte. Alors que rien n’apparaît à leurs yeux, le petit chien lunaire se met à gronder et à s’agiter.

- Qu’est-ce qui lui prend, à ton chihuahua ?, dit Otho en regardant Grag. Il s’agite d’un coup, sans raisons…
- Eek ne s’agite jamais sans raison, gomme balloune, répond Grag d’un ton sec. Il a sûrement repéré quelque chose de bizarre ! Peut-être un animal…
- Avec son odorat qui ne repère que du métal, ce serait ét…

Mais Otho n’a pas le temps d’achever sa phrase que soudain, un monstre hideux surgit devant eux, courant à vive allure à travers la plaine. Sorte d’immense mammouth, il possède de longues défenses, mais sa particularité est d’avoir deux têtes, surmontées d’une grande bosse velue. Par réflexe, Ezra sort aussitôt son arme, fait feu, mais rien n’arrête l’animal. Mais le plus surprenant est que la vision disparaît comme par enchantement alors que l’animal se trouvait à quelques mètres d’eux.

- Qu’est-ce que c’était ?, demande Ezra, en laissant retomber lentement sa main le long de sa jambe, mais en tenant toujours fermement son pistolet.
- Aucune idée. Je vais demander à Simon s’il a enregistré quelque chose…, suggère Elaine en se retournant vers le vaisseau dans lequel est resté le professeur.

Mais elle n’a pas le temps d’achever son geste que d’autres formes impressionnantes et menaçantes surgissent à leur tour. Toutes s’approchent, puis disparaissent, comme si elles voulaient simplement les effrayer et les renvoyer vers le vaisseau. Très vite, Curtis est resté de marbre face à ses apparitions, mais lui aussi a saisi ses pistolets.

- Ce sont des illusions, dit-il au bout de quelques minutes. Mais comment apparaissent-elles ? Et pourquoi ? C’est un nouveau mystère à élucider !
- Est-il prudent de s’avancer plus loin, Curtis ?, demande sa mère.
- Je crois qu’on va prendre le Cosmolem pour faire un survol, tu as raison, maman.

Alors que la petite équipe s’apprête à retourner au vaisseau, ce sont à nouveau d’étranges animaux qui font leur apparition. Mais cette fois, ce sont des animaux bien réels : des sortes de grands kangourous, à six pattes, quatre grandes qu’ils utilisent pour se déplacer, et parfois à une vitesse impressionnante, et deux plus petites à la base de leur long cou, qui peuvent leur servir de mains. Mais ce qui les laisse tous sans voix et immobiles, c’est que ces animaux sont montés par des êtres mi-hommes, mi-singes.

Curtis est le premier à reprendre ses esprits et il s’avance vers les cavaliers, après avoir baissé ses armes et les avoir reposées sur leurs supports, le long de ses jambes. Il sait ses amis armés, mais il veut aussi aller au-devant de ces "gens" de manière amicale. Après tout, les intrus, ce sont eux… Mais il ne peut faire plus de trois pas qu’un rayon de couleur rosé jaillit du front de l’un des cavaliers et l’immobilise quelques secondes.

- Ne tirez pas !, dit Elaine en retenant le bras d’Otho. Ces gens ne sont pas armés !

Le rayon qui a paralysé Curtis durant quelques secondes s’arrête et le jeune homme peut retrouver l’usage de ses mouvements. Il secoue légèrement la tête, comme pour chasser un esprit qui aurait tenté d’y entrer. Sans faire un pas de plus cependant, il présente ses paumes ouvertes et tendues vers les cavaliers et tente de les saluer en utilisant la langue commune. Mais il comprend bien vite que ces êtres ne la parlent pas. Néanmoins, ils ne sont pas agressifs et l’un d’entre eux descend de sa monture et s’avance vers lui. Il tend lui aussi la main de manière amicale, puis pose ses paumes contre celles du jeune homme. Pour la première fois, un contact s’établit entre les habitants cachés de Styx et des humains, des Terriens.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Aujourd’hui à 23:41
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Back to top
Page 4 sur 18
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 516, 17, 18  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure