Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Et si...
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Lun 30 Déc 2013 - 13:47
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou les filles!

Frégo, tu es plus matinale que moi ces temps-ci, et tu décris bien mes impressions!

Limeye, tu fais bien ressortir le fait que Curtis n'est vraiment pas un enfant comme les autres, et qui surpasse des enfants plus âgés que lui: ce n 'est pas facile pour l'orgueil de ses cousins de se faire battre par plus jeune qu'eux, que ce soit au niveau sportif ou intellectuel! Il ressemble vraiment au Curtis d'Hamilton, ainsi! Master

Le collier que Curtis a fabriqué pour Elaine me rappelle celui de la Joan's story, avec la pierre d'amour d'Endoran... Wow C'est trop mignon de le voir ainsi mettre tant de cœur à faire un cadeau de Noël à sa maman! Je me demande ce qu'il va faire de l'autre pierre, celle avec l'éclat brillant? Avec mon côté fleur bleue et mon cœur d'artichaut farci à la guimauve, je me plais à imaginer que c'est celle qu'il offrira un jour à Joan... soupir... Kiss

jump jump jump jump Vivement la suite!


Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Lun 30 Déc 2013 - 13:47
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Lun 30 Déc 2013 - 14:27
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme !

tu vas avoir un longboutte de lecture à venir, car j'ai relu le passage dont je parlais précédemment. J'avance toujours - j'ai une longue coupure ce midi et la tempête qui souffle ne m'a pas incitée à faire une marche sur mon temps de pause ! Pour l'heure, j'arrive à écrire assez aisément ce que je veux faire passer. Je trouve très plaisant de me pencher sur l'enfance et l'adolescence de notre héros, d'évoquer des moments qu'Hamilton lui-même n'a jamais racontés (à ma connaissance), notamment la construction du Comète.

je vous livre donc un autre passage, très important pour lui, car chargé de révélations...

pour ce qui est de l'autre pierre qu'il garde, elle va jouer un rôle, mais je ne sais pas encore exactement lequel, ni comment. Et elle rappelle forcément la pierre d'Endoran, puisque souviens-t'en, j'avais eu la surprise, en cherchant une illustration d'une pierre gris-bleu de découvrir que non seulement, cela existait à l'état naturel, mais qu'en plus, elle portait le nom de... pierre de lune !

hasard ? Qui a dit "hasard" ? Wink

bon, je cause, je cause, mais... voici surtout de la lecture !

bizz vizz et peut-être une suite d'ici la fin de ma journée ! Mais préparez-vous pour demain, surtout, pour JiYD Wow

Limeye


Les années d’adolescence du jeune Curtis sont occupées en partie par la construction du grand vaisseau. Pour Simon, le défi est de taille. Mais le professeur mesure bien vite que comme avec Elaine, et autrefois avec Roger, il peut désormais travailler en parfaite complémentarité avec le jeune garçon, qui, peu à peu, devient jeune homme. Ils mettent de longs mois à en concevoir les plans, à réfléchir à ses diverses caractéristiques. Elaine apporte souvent ses remarques, sur des points de détails ou par sa vision d’ensemble. Et peu à peu, le projet prend forme. En parallèle, Simon commence à réfléchir à l’appareillage spécifique qui leur permettrait de dépasser la vitesse de la lumière, et qu’il va qualifier de vol oscillatoire. Mais ce n’est qu’une fois que la construction du vaisseau aura démarré et que toute la structure en aura été réalisée qu’ils commenceront à réellement mettre en œuvre cet appareillage. Il faudra cependant encore deux années complètes pour que le vaisseau soit entièrement achevé. Curtis aura alors quinze ans et sera prêt à partir à la découverte du Système Solaire et des différents mondes.

Mais avant cette étape hautement importante et symbolique pour lui, il part chaque été, avec Elaine, sur Terre pour les vacances. Il est toujours heureux de revoir sa famille, et même si ses cousins le considèrent toujours avec un peu d’étrangeté, il s’entend plutôt bien avec eux.

C’est au cours de l’été qui précède son douzième anniversaire qu’il découvre aussi les circonstances exactes de la mort de son père, en surprenant une conversation entre sa mère et sa tante, Kelly.

C’est une belle fin d’après-midi. Il a fait très chaud les jours précédents, et Curtis passe beaucoup de temps à la rivière qui coule dans le bas du jardin de sa tante. Non seulement il prend plaisir à y nager, mais il aime aussi observer la vie de la petite faune qui s’y ébat. Papillons, libellules, oiseaux, insectes et même reptiles n’ont plus de secrets pour lui. Le plus jeune de ses cousins, Franck, se trouve avec eux, de même que les deux enfants de sa tante Kelly, sa cousine Emily, de trois ans son aînée, et son petit cousin, Erick, qui n’a que sept ans, mais qui aime le suivre dans ses explorations. Si la compagnie d’Emily ennuie vite Curtis, il aime passer du temps avec Erick, et ce dernier est ravi de l’intérêt que son grand cousin lui porte. Erick se sent un peu isolé, sa sœur et lui ne s’entendent pas vraiment, sa mère a tendance à le couver car il était souvent malade quand il était petit. Avec son cousin, pas de surprotection, pas de dédain non plus. Juste une franche et belle camaraderie, une attention de la part du plus grand et une admiration de la part du plus petit.

Ce jour-là, Erick est remonté jusqu’à la maison pour chercher à boire. Ne le voyant pas revenir, Curtis finit par rentrer, avec l’idée de récupérer un livre si le petit garçon ne veut pas retourner à la rivière. Sa mère et sa tante se sont installées sur l’une des terrasses qui entoure la maison, à l’ombre, à l’est. Lui arrive par l’autre côté. Elles ne l’entendent pas, le bruit de ses pas étant assourdi par le gazon qu’il traverse pieds nus. Mais en entendant quelques paroles, il s’approche aussi plus doucement et reste immobile, figé, n’osant franchir l’angle de la maison.

- Elaine, Curtis est grand maintenant. Tu pourrais revenir sur Terre. Plus personne n’entend parler de Victor Korvo depuis des années ! Il a certainement disparu…
- Il n’a pas non plus été déclaré mort. Il peut toujours ressurgir.
- Mais enfin, tu te rends compte de la vie que tu mènes sur la Lune ? Seule, entre un androïde, un robot, un cerveau et ton fils ? Tu crois que c’est une vie pour toi ?
- Je n’en veux pas d’autre, répond Elaine avec aplomb. Je suis heureuse de cette vie et si je devais refaire des choix, je ferais les mêmes. Curtis apprend beaucoup, il est passionné par ce projet de vaisseau et…
- Mais que veux-tu en faire, de ton fils ? Un savant ? Un chercheur enfermé dans son laboratoire ?
- Je crois que tu ne comprends pas, Kelly. Pour Curtis, je n’ai qu’un rêve : qu’il soit heureux et épanoui dans sa vie, dans ses choix. Je ne lui impose rien. Cela fait longtemps que je sais que mon fils possède un potentiel hors du commun. Et tout ce qu’il apprend avec Grag, Otho, Simon et moi-même le passionne et lui apporte beaucoup. Pour moi, il ne peut trouver meilleur professeur que Simon.
- Je veux bien entendre cela, d’un point de vue intellectuel. Je peux comprendre aussi que tu songes à sa sécurité, mais… Elaine, et toi ? Et ta vie ? Ne peux-tu penser un peu à toi ?
- Kelly, mon fils, c’est ma vie. Je ne vois pas…
- Mais tu pourrais, en vivant sur Terre, rencontrer quelqu’un… il y a sûrement un homme qui pourrait être comme un père pour Curtis, et toi…
- Ne me reparle jamais de cela, Kelly. Jamais je n’oublierai Roger. Jamais. Tu ne comprends pas ?
- Mais Roger est mort depuis dix ans ! Je ne dis pas que tu dois l’oublier… ce serait difficile, mais tu pourrais songer à refaire ta vie quand même et…
- S’il te plaît, Kelly, s’il te plaît ! Arrête !

Curtis voit sa tante secouer la tête, d’un geste désolé et triste. Mais au ton de la voix de sa mère, il sait qu’elle ne reviendra pas sur sa décision. Sans rien dire, il recule, rentre dans la maison, récupère un livre dans sa chambre, croise Erick qui revient avec une bouteille de coca et tous deux repartent vers la rivière. Mais Curtis aura bien du mal à jouer avec le petit garçon, qui, étonné par le sérieux de son cousin, finira par aller nager.

Le soir, le silence de son fils étonne un peu Elaine, surtout le fait qu’il n’accorde guère d’attention à son petit cousin et refuse même de faire une partie de cartes avec lui, alors que jusqu’à présent, il prenait plaisir à lui apprendre certaines combinaisons pour deviner le jeu de ses adversaires ou pour contrer des tirages peu favorables. Il quitte même la maisonnée, juste après avoir participé à desservir la table et retourne vers la rivière. Elaine l’y rejoint peu après.

Elle se rend d’abord à l’endroit où les garçons ont l’habitude de s’installer, sur une petite langue de sable, mais ne le voit pas. Elle reprend le petit chemin qui longe la berge, et le trouve, assis sur des cailloux, le menton appuyé sur ses genoux repliés, les sourcils froncés.

- Curtis ?

Il tourne la tête, la fixe.

- Maman ?
- Quelque chose ne va pas ?
- Maman… qui est Victor Korvo ? Pourquoi papa est-il mort ? Pourquoi vit-on sur la Lune ?

Elaine soupire, s’assoit à ses côtés, lui passe tendrement la main dans les cheveux, toujours en bataille. Puis elle se dit qu’il est sans doute temps qu’il apprenne la vérité. Et elle commence à raconter. Elle lui parle d’abord rapidement de sa propre enfance, évoque Kelly, la mort de leurs parents, l’orphelinat, puis la prise en charge par son oncle, Simon Wright. Ses années de lycée, la profonde tendresse dont Simon les entoure, elle et Kelly. Ses années d’université et sa rencontre avec Roger. Mais la présence, aussi, durant les cours, d’un autre étudiant sur les mêmes bancs des mêmes amphithéâtres qu’elle, Victor Korvo. Korvo qui lui fait des avances, qu’elle a déjà repoussé plusieurs fois, avant même de rencontrer Roger. Korvo qui envie Roger, qui l’envie non seulement parce qu’Elaine sort avec lui, que n’importe qui peut voir qu’ils sont très amoureux, mais aussi parce l’un comme l’autre réussissent brillamment leurs études. L’un comme l’autre et surtout Elaine, qui est inscrite dans la même filière que lui, en biologie et anatomie. Lui aussi est un étudiant brillant, mais son attitude désinvolte, parfois dédaigneuse vis-à-vis des enseignants ou des étudiants l’isole souvent des autres et ne lui permet pas un contact aisé avec l’équipe enseignante. Le summum sera atteint lorsqu’Elaine sera reconnue comme la meilleure élève de sa promotion et que Victor terminera à la quatrième place.

- Il ne supportait pas d’être distancé par les autres étudiants, et par une femme, c’était encore pire… Il était d’un caractère terriblement jaloux, envieux, et cela a décuplé sa méchanceté. Plus d’une fois, ton père et quelques autres amis m’ont défendue contre lui. Lorsque nous avons achevé nos études, ton père et moi, nous avons commencé à travailler avec Simon. Mais un jour, nous avons retrouvé le laboratoire dévasté. Des données importantes avaient été détruites. Puis un autre jour, ton père a failli avoir un accident, dans la rue. Un inconnu, casqué, à moto, avait tenté de le renverser sans raisons. Nous avons alors compris que nous étions directement menacés. J’étais enceinte de toi, à l’époque, de quelques mois. Et nous avons pris peur. C’est alors que Simon a eu l’idée de nous emmener sur Tycho, là où se trouvait un petit centre de recherche. Il y avait travaillé autrefois. Nous avons quitté la Terre sans rien dire à personne, sauf à nos proches et nous nous y sommes installés, discrètement. Nous y avons poursuivi nos recherches et très vite Grag a été mis au point. Puis, peu avant ta naissance, ce fut le tour d’Otho. Tu es né sur la Lune, Simon et ton père t’ont fait naître. Je n’oublierai jamais leur joie à tous les deux, mais aussi la façon dont Grag et Otho t’ont regardé la première fois. J’ai su alors que nous avions réussi ce que nous voulions faire, Simon, ton père et moi : créer deux êtres artificiels, ayant des caractéristiques humaines. Et depuis ce jour, jamais cela ne s’est démenti.

Elaine marque une petite pause dans son récit. Revivre ces jours heureux l’émeut, mais elle se sent aussi heureuse de les raconter pour la première fois à son fils. Elle lui sourit avec tendresse, puis reprend, plus grave, car les souvenirs qu’elle va maintenant évoquer sont douloureux. Elle revoit ce jour, où ils étaient tous deux dans le salon, lui encore si petit, jouant, pendant que Simon et Roger travaillaient au laboratoire. Elle revoit encore le corps sans vie de Roger, au sol, les doigts serrés sur le tube à essai d’acide. Elle entend les cris de rage et de désespoir de Grag et Otho résonner dans ses oreilles, et revoit la profonde émotion de Simon, posé sur la paillasse, impuissant.

Le récit de l’assassinat de son père provoque une vive colère en même temps qu’une grande tristesse chez le jeune adolescent.

- Victor Korvo a pu s’enfuir, Curtis. Et depuis… depuis, nous ignorons ce qu’il est devenu. Il a au moins trois crimes sur la conscience, celui de ton père, mais aussi celui de deux gardiens qu’il a abattus pour s’enfuir, alors qu’il venait d’être condamné pour avoir mené des recherches interdites sur la génétique. Il avait tenté le croisement entre notre race humaine et une race de singes, vivant sur Mercure, et dont les caractéristiques, l’ADN, sont très proches des nôtres. Mais ce type de manipulation est interdit par la convention de la science et de la déontologie scientifique. Il aurait dû payer une très grosse amende pour avoir réalisé cette tentative.
- Et il n’a jamais été arrêté ?
- Jamais. Je sais, nous avons su, Simon et moi, que l’enquête après la mort des gardiens avait été relancée par l’assassinat de ton père, mais elle n’a rien donné. Depuis, je ne sais ce qu’il en est, mais toujours est-il qu’il n’a pas été arrêté, et qu’il n’est pas mort, sinon, en tant que proches d’une des victimes, nous en aurions été informés.
- Et tu penses qu’il chercherait à nous atteindre ?
- Je l’en crois capable, et Simon aussi. C’est pour cela que j’ai toujours refusé de revenir vivre sur Terre, car il était plus facile de nous protéger sur la Lune, un lieu désert, dont Grag, Otho et Simon ont pu renforcer les protections, que de le faire, même dans une petite ville comme ici. Je sais que cela nous contraignait à des choix difficiles, surtout pour toi, de devoir grandir en solitaire. Mais j’ai essayé, depuis que tu es assez grand, de compenser cette solitude par nos voyages réguliers sur Terre, même si je dois reconnaître que je ne suis jamais tranquille de revenir ici. Je crains toujours que Korvo cherche à nous porter atteinte, et à toi en particulier.
- Un jour, maman, il payera pour ses crimes.
- Encore faut-il qu’il soit arrêté…
- Un jour, il sera arrêté. Un jour, il sera jugé et condamné.
- Nous pouvons l’espérer, ne serait-ce que pour les familles des gardiens… je pense souvent à elles, tu sais.
- Un jour, ces familles pourront retrouver la paix, car il sera arrêté, jugé et condamné.
- Tu parles avec tant de certitudes, Curtis, mais le monde est vaste… il peut se cacher n’importe où…
- Alors, je le trouverai. Et je le conduirai devant un tribunal. Je te le promets, maman. Je le ferai pour papa, et pour ces deux gardiens et leurs familles.

Il prononce ses mots avant tant d’aplomb que sa mère en frissonne, ne sachant si elle doit se réjouir de la détermination de son fils, de sa réaction qui s’apparente à un désir de justice plutôt que de vengeance, ou si elle doit trembler face aux dangers qu’il va courir pour arrêter l’assassin de son père. Mais Elaine ignore encore que cette quête lui fera découvrir bien des mondes, et faire des rencontres qui marqueront à jamais sa vie.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Lun 30 Déc 2013 - 18:15
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Ex-cel-lent, per-cu-tant, du début à la fin! Master On sent très bien la détermination de Curtis à travers son désir de justice... détermination qu'il tient en partie de sa mère, à coup sûr! Good

Les inquiétudes d'Elaine pour Curtis ne font que commencer, je crois... Shocked

J'adore comment tu mènes cette version de la vie de Flam Clap

Bizz
Flamme, qui passe allègrement du grilpoline au trampogril (le "kit" de nettoyage est un peu à l'écart, mais jamais bien loin, j'ai bien hâte de m'en servir!)
Best
jump jump jump
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Lun 30 Déc 2013 - 21:48
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme !

merci de tes remarques ! Je vois que tu restes toujours bien équipée Very Happy jump

quant aux inquiétudes d'Elaine... Tu verras dans le passage suivant qu'il n'y a pas qu'elle à s'inquiéter !

bizz vizz

Limeye


Les deux années suivantes voient avancer le projet du vaisseau et de ses différents équipements. Simon, comme Elaine, envisage plutôt un vaisseau d’exploration et de recherche, mais très vite, Curtis s’oppose à ce projet, ou plutôt, souhaite équiper aussi le vaisseau avec des armes puissantes. Ce sera l’objet de vives discussions entre tous les trois, mais Curtis possède un atout dans cette joute verbale : il a le soutien de Grag et Otho.

- Je ne veux pas construire un vaisseau de guerre, dit-il, mais je ne veux pas que ce soit seulement un vaisseau d’exploration. Je veux pouvoir parcourir des mondes lointains, peut-être dangereux, à son bord. Je veux pouvoir aussi, par sa puissance et sa rapidité, intervenir si nécessaire pour contrer certaines menaces naturelles. Imaginez un astéroïde de grande taille qui pourrait s’écraser sur une planète et causer d’effroyables destructions. Nous devrions pouvoir le détruire, ou du moins, infléchir sa course en utilisant les armes.

Pendant plusieurs semaines, il bataille pour apporter ces changements au vaisseau. Ses arguments sont toujours très bien choisis, particulièrement précis, et bien souvent, Elaine se sent fléchir. Mais Simon, lui, tient bon. Et finalement, c’est Elaine qui arrache l’accord de Simon pour cette question, un soir qu’ils sont installés tous les deux dans le salon, que Curtis est couché et que Grag et Otho vaquent à leurs occupations habituelles.

- Simon, Curtis n’a pas tort concernant l’équipement du vaisseau. S’il part, si nous partons, en exploration lointaine, il faut pouvoir se défendre.
- Il y a peu entre la défense et l’attaque, répond le professeur. Je ne voudrais pas qu’il soit tenté par une mauvaise utilisation de ces armes, et autant je peux comprendre qu’il faille nous équiper de certaines d’entre elles, mais la puissance qu’il veut développer est trop grande à mon avis !
- Penses-tu vraiment qu’il ait tort ?

Simon reste un moment silencieux.

- Hélas, non, Elaine.
- Tu crains quelque chose en particulier, alors Simon ?
- Je crains ce que nous allons faire de lui…
- Simon…

Elle pose alors ses deux mains sur la boîte métallique qui renferme son cerveau, d’un geste plein de tendresse.

- Simon… je sais. Pour moi, aussi, c’est dur. Mais je ne veux pas le laisser sans armes face au monde qui l’entoure ! Il a déjà pu mesurer que les hommes ne sont pas des anges, qu’ils sont capables de faire le mal, autant que le bien ! Je veux qu’il puisse faire le bien, car je sais que son cœur est généreux. Mais je veux aussi qu’il puisse se défendre, et défendre des plus faibles face au mal !

Simon bouge lentement ses tubes oculaires en signe de compréhension.

- Alors, soit, Elaine… je vais accepter les modifications qu’il préconise. J’espère que nous n’aurons pas à le regretter…
- Grag, Otho et toi serez toujours là pour l’aider à prendre les bonnes décisions, j’en suis certaine.
- Toi aussi, Elaine.
- Il viendra un jour où je ne vous suivrai pas. Il vous faudra alors pouvoir le seconder.
- Nous le ferons, nous l’aiderons. Mais je veux qu’il ait encore le choix.
- Moi, aussi, répond Elaine. Surtout moi.

Et c’est ainsi que l’une des plus importantes modifications du Comète sera effectuée, une des autres étant d’équiper, un jour, plus tard, le vaisseau de la machine à remonter le temps.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Dim 19 Avr 2015 - 21:09; édité 1 fois
Back to top
Mar 31 Déc 2013 - 00:29
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Certainement, je suis très bien équipée... Mr. Green Ça s'améliore avec le temps! Mr. Green

Je comprends bien les craintes de Simon, et comme toujours il trouve des mots percutants pour l'exprimer... Shocked

Flam semble VRAIMENT déterminé quand il veut quelque chose... Faudrait pas que son désir de justice l'obsède au point de se transformer en désir de vengeance... horified

Une petite question, Limeye: d'après le texte, Simon semble toujours être confiné dans une caisse, sans autonomie de mouvement, est-ce bien le cas? Si oui, quand va-t-il migrer dans le dispositif volant autonome qu'on lui connaît? Pas à la suite d'une catastrophe, j'espère... Si non, j'ai dû rater un bout important...

Bizz Vizz
Flamme
qui va cogiter sur le défi tout en attendant la suite avec impatience! jump jump jump
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 31 Déc 2013 - 09:10
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme, coucou à toutes !

je pense que si le désir de justice en venait à devenir une vengeance, Simon, Grag, Otho et Elaine sauraient le remettre sur le bon chemin.

quant à Simon, oui, il se trouve toujours dans cette boîte qu'il faut porter. Je ne vais pas tarder à écrire d'ailleurs le passage qui concerne son "changement" de boîte. Mais avant, il arrive quelque chose d'autre à Curtis... j'hésite un peu sur la suite à donner d'ailleurs à ce "quelque chose", car pour tout vous dire, j'ai en tête une autre rencontre bien plus déterminante pour lui. Je ne voudrais pas faire caricatural, mais je me trouve aussi face à une certaine difficulté : difficile pour une femme d'imaginer les premiers émois amoureux d'un adolescent Shocked ! C'est peut-être une des situations (avec les combats spatiaux Mr. Green ) que j'ai le plus de mal à décrire... alors, j'espère que le passage suivant ne vous laissera pas trop sur votre faim...

belle journée flower

Limeye


A cette période aussi, Curtis a commencé à apprendre à tirer avec Grag, alors qu’Otho poursuit avec lui les jeux et entraînements qui développent sa souplesse, sa rapidité et sa puissance. A 14 ans, il se met aussi à grandir, prenant plusieurs centimètres au cours de l’année suivante. Mais si ce développement physique et musculaire s’accompagne toujours de nouvelles connaissances intellectuelles, il ressent aussi certains tiraillements propres à l’adolescence. Et cela le surprendra et lui causera quelques désagréments quand, l’été revenu, ils retournent sur Terre. Il n’a pas encore quinze ans, mais il va connaître ses premiers tourments amoureux.

Comme les années précédentes, Elaine et son fils vont passer trois semaines chez Kelly, avant de séjourner chez Philip et Mina. Cela fait quelques jours qu’ils sont arrivés chez Kelly et Curtis a pris plaisir à retrouver son petit cousin. Pour Erick aussi, les retrouvailles sont un grand moment de bonheur. Durant ce séjour, une grande fête est organisée pour marquer les 18 ans d’Emily.

- Ca va être terriblement ennuyeux, confie Erick à Curtis, un après-midi qu’ils sont en exploration le long de la rivière.
- Pourquoi dis-tu cela ?
- Que des copains et des copines d’Emily, ils sont grands et bêtes !

La remarque fait rire Curtis.

- Toi aussi, tu te moques, mais tu verras… les amis d’Emily se moquent tout le temps de moi, parce que je suis petit.
- Je les empêcherai de se moquer de toi, ne t’inquiète pas ! Ils ne peuvent pas tous être grands et bêtes !

Erick hausse les épaules. Mais la préparation de cette fête, l’excitation de sa cousine et de sa tante, vont rendre Curtis curieux. Dès les premières heures du jour J, il est comme sa mère et son oncle mobilisé pour aider aux derniers préparatifs. Dans le grand jardin, des tentes ont été dressées sous lesquelles de grandes tables attendent des montagnes de nourritures et de boissons variées.

- Curtis, dit Elaine, tu feras attention à Erick. Il ne faudrait pas qu’il boive de l’alcool. J’aurai l’œil aussi, mais…
- Oui, promis, maman, je ferai attention.

Très vite, les premiers invités arrivent, jeunes gens au sourire éclatant, jeunes filles en robes légères. Tous ont prévu les maillots pour profiter de la fraîcheur de la rivière. Une ambiance très décontractée s’installe, des rires, de la musique, c’est un joyeux brouhaha auquel Curtis n’a pas été habitué. Mais il observe tout cela avec attention et plaisir. En début d’après-midi, il entraîne cependant son petit cousin vers la rivière, après qu’Emily ait soufflé ses 18 bougies sous les applaudissements et les traits d’humour de ses amis.

Les deux garçons vont se baigner, puis s’installent comme à leur habitude, alors que du jardin leur parviennent toujours les bruits de la fête.

- Les voilà !, entendent-ils soudain. Ils sont là ! Alors, c’est toi le petit frère ? Et toi le cousin ? Salut, moi, c’est Alisson !

La jeune fille qui a parlé fait l’effet d’une bourrasque à Curtis. Elle a des lèvres rouges soigneusement maquillées, des dents d’une blancheur éclatante, des cheveux bouclés châtain clair et des yeux comme deux petites noisettes dans lesquelles la joie de vivre se le dispute à la perspicacité.

- Il fait vraiment chaud ! On peut se baigner, là ? Y’a pas de poissons ?
- Nan, répond Erick, agacé. Mais parfois, il y a des serpents. Hein, Curtis ? C’est arrivé qu’on y voit des serpents ?

L’adolescent met quelques secondes à répondre, figé par l’apparition et le violent coup au cœur qu’il ressent devant Alisson. Mais la jeune fille ne lui a pas prêté attention et s’écrit, horrifiée :

- Des serpents ? Quelle horreur !
- Ca arrive, en effet, répond Curtis. Mais c’est rare. Et puis, il y a tellement de mouvements autour qu’ils se sont enfuis bien plus loin. Il n’y a aucun risque à se baigner.
- Vraiment ?
- Oui, et de toute façon, ils ne sont pas venimeux.
- T’es sûr ?
- Certain. Ca fait plusieurs années que je les observe.
- Tu observes les serpents ?
- Oui, et les autres animaux aussi. C’est intéressant.

Elle le regarde un peu par en dessous. Emily lui a déjà dit quelques mots concernant son jeune cousin, surdoué, passionné par les animaux bizarres, les étoiles, et, comble du comble, s’amusant avec les chiffres, comme un jongleur de cirque avec des balles, et - le monde est vraiment trop injuste - capable d’apprendre une langue étrangère en quelques jours. Elle lui sourit et il se sent comme envoûté. Elle l’observe sans vergogne, se demande s’il n’a vraiment que 15 ans, car il est aussi grand et bien bâti que quelques-uns de leurs amis qui entourent Emily. Elle trouve un certain charme à ses cheveux ébouriffés, à son nez bien dessiné et à ses yeux gris dans lesquels elle peut lire un insondable mystère.

Mais ce qu’Alisson ignore - et Curtis aussi - c’est qu’une seule personne sera un jour capable de déchiffrer le mystère de ce regard.

Elle étale sa serviette, ôte ses vêtements avec grâce, et Curtis se demande bien pourquoi, soudain, sa bouche devient sèche comme s’il avait très soif. Sur la pointe des pieds, elle gagne la rivière, trempe le bout de ses orteils dans l’eau. Il la trouve jolie, gracieuse, avec un rien d’espièglerie. Alors qu’Erick, lui, la trouve totalement stupide et faisant bien des manières pour aller nager. Elle entre dans l’eau, pousse un petit cri :

- Elle est fraîche !
- Beuh, non, répond Erick. Elle est bonne, c’est tout.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Dim 19 Avr 2015 - 21:10; édité 1 fois
Back to top
Mar 31 Déc 2013 - 15:47
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Ce passage est un autre exemple de ce que tu sais si bien faire: nous faire voir Curtis comme un être humain et non seulement comme un surdoué, comme un être pas comme les autres! Master Il est tellement plus crédible ainsi! Good Ce fut très plaisant à lire, et j'espère que ce n'est pas fini... Clap

J'ai adoré l'allusion à la seule personne qui sera un jour capable de déchiffrer le mystère de ce regard... mon côté fleur bleue a bien hâte de la voir apparaître dans le récit! flower

Belle journée à toi aussi!
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 31 Déc 2013 - 16:47
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Idem! Mr. Green

flower flower flower jump jump Clap Good

C'est vrai que c'est bien de voir Curtis comme un être humain au lieu de le voir comme un superhéros solitaire et détaché. Wink

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mar 31 Déc 2013 - 17:03
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme, coucou Frégo, coucou à toutes et tous,

tu sais que j'ai toujours cherché à faire passer plus d'humanité dans mes histoires que dans le DA ! Là, je suis en train de travailler avec le site de Pascal d'ouvert, pour la description des mondes... Je sais que je vais m'inspirer de certaines aventures pour retracer le parcours du Capitaine et de son équipe - avec la présence d'Elaine cette fois. Ca va demander un peu de temps, cependant !

oui, je me doute que tu (et tu n'es sans doute pas la seule !) as hâte de voir Joan apparaître, mais j'ai le regret d'annoncer que ce sera pour l'année prochaine Wink ! Je peux seulement dire que je ne vais pas m'inspirer de l'histoire de l'Empereur de l'Espace pour les faire se rencontrer, car vue et revue, ou plutôt lue et relue, voir réécrite... je réfléchis donc à une autre possibilité Question . Mais j'ai encore bien le temps, car je veux lui faire vivre d'autres expériences (en tout genre) avant...

je suis en mesure cependant de vous livrer le passage suivant. J'ai vraiment hésité à laisser le début en l'état, finalement, je garde cette option quant à sa (més)aventure avec Alisson... Mais le plus important n'est sans doute pas le début du passage, mais la suite...

bizz vizz

Limeye


Les jours suivants, Alisson rendra souvent visite à Emily et s'amusera du trouble de Curtis, de l'intérêt qu'il lui porte. Elle en jouera, minaudant, sans se laisser vraiment approcher. Elle n'a que faire d'un garçon qui, de toute façon, va partir dans une semaine et qu'elle ne reverra sans doute jamais. Son attitude décontenance Curtis, inquiète Elaine et agace Erick, totalement délaissé par son grand cousin depuis qu'Alisson leur rend visite. Elaine n'ose intervenir, sachant que son fils a l'âge des premières expériences, mais elle reste en veille. Elle voudrait lui éviter une trop grande déconvenue, voire une blessure douloureuse. Mais elle a beau faire, elle ne peut empêcher qu'il tombe amoureux et se retrouve à faire face à un sentiment non partagé.

Le départ approchant le poussera à oser, mais la réponse négative de la jeune fille lui fera l'effet d'une douche glacée. Et c'est en proie à une peine brûlante qu'il partira pour deux semaines chez son oncle et sa tante Newton. Elaine espèrera que ce changement de lieu lui fera du bien, mais il se fermera et deviendra très taciturne. Seul le retour sur Tycho et les retrouvailles avec Simon et Grag (Otho les ayant accompagnés sur Terre), le fait de se pencher à nouveau sur la dernière phase de construction du vaisseau le sortira de ce silence et de ce repli sur soi. Mais il n'oubliera jamais que la confiance ne s'accorde pas à la première venue. Et au grand dam d'Elaine, il fuira toute aventure durant les deux années suivantes.

Par chance pour lui, la construction du vaisseau se termine dans les mois qui suivent leur retour sur Tycho. Toute l'équipe a très à cœur de voir le chantier s'achever, d'autant plus que Simon et Elaine préparent leur premier voyage dans le Système Solaire, pour permettre à Curtis de découvrir les huit autres mondes, puisqu'il ne connaît que la Terre. Pour l'heure, le vaisseau n'a pas encore de nom, Grag et Otho rivalisent de propositions, mais c'est finalement une d'Elaine qui emporte l'adhésion de tous. Le Comète est né.

Le premier vol du Comète sera pour tous un moment très important. Curtis se sent à la fois excité et un peu anxieux. Et s’ils avaient oublié quelque chose ? Fait une erreur ? Si le vaisseau ne décollait pas ? Ou pire ? Explosait en plein vol ?

Otho et Elaine restent sur Tycho pour suivre le premier décollage et les essais de vol. Et Grag, Simon et Curtis embarquent. L’intérieur du poste de pilotage est tel que le jeune homme l’a rêvé : assez grand, large, avec une grande baie vitrée en glasit offrant un angle de vue impressionnant. Ils ont prévu des postes confortables pour pouvoir piloter ou rester longtemps en surveillance devant les différents écrans de contrôles. Simon et lui-même ont conçu des appareils de navigation hautement sophistiqués, qu’ils ne cesseront de perfectionner au fil de leurs voyages.

- Grag, es-tu prêt ?
- Comme dans mes petits chaussons, Curtis ! On y va quand tu veux !
- Simon ?
- Je suis prêt également, mon garçon. Tu peux lancer le compte à rebours.

Et Grag annonce à haute voix les chiffres qui défilent. Dans Tycho, Elaine et Otho suivent ce décompte avec attention, entendant résonner la voix du grand robot. Il actionne ensuite la mise à feu et le grondement des moteurs emplit l’espace silencieux du fond du cratère. Le vaisseau s’arrache à l’attraction lunaire dans un nuage de sable, émergeant au-dessus de la base.

- Toutes les données sont bonnes pour l’heure, dit Simon.
- Pour nous aussi, professeur, répond Otho depuis la base. Mais toute cette poussière, au moment du décollage… ce n’est pas top.
- Nous construirons un autre hangar, plus adapté au Comète, répond Curtis. Bien, Grag, on va faire un tour au-dessus de la Mer de la Tranquillité. On enregistre un maximum de données sur le vol et on rentre.

Ce premier vol est riche d’enseignements, mais il révèlera aussi un problème de pression dans le cockpit. A leur retour à la base, après un atterrissage rendu un peu difficile par la poussière lunaire, tous trois rejoignent Elaine et Otho qui sont en train d’étudier les premières données. Grag a porté Simon, l’a posé dans le laboratoire. Mais c’est un bruit étrange qui les tirera tous de leurs observations et Elaine pousse un cri horrifié en voyant le cerveau de Simon changer de couleur.

- Simon ! Simon !
- El… aine…, la voix métallique n’est qu’un murmure, comme un gargouillis.

Elaine le prend entre ses mains et constate que la structure de sa boîte a souffert, s’est dilatée. Elle donne des ordres rapides à Otho et Grag, et avec précaution ouvre la boîte pour plonger aussitôt le cerveau vivant dans un liquide régénérant. Au bout de quelques longues et angoissantes minutes, ils voient le cerveau reprendre sa couleur normale. Mais privé de ses capteurs, Simon est incapable de communiquer.

- Nous allons devoir imaginer une autre boîte pour lui, dit Elaine avec inquiétude. Pourvu que tout aille bien… il ne peut pas nous le faire savoir !
- Je suis certain qu’il va bien, maman, dit Curtis d’une voix ferme et rassurante. Allons, ne tardons pas ! Au travail ! Grag, essaye de trouver pourquoi la structure a souffert. Il y a dû y avoir un problème durant le vol d’essai. Simon a fait de nombreux voyages, y compris dans le Cosmolem et cela n’était jamais arrivé. Soit la boîte commençait à s’user sans que nous ne nous en soyons aperçus, soit elle a perdu de son étanchéité à bord du Comète. Maman, nous allons réfléchir à lui concevoir une autre boîte, plus ergonomique et plus pratique pour lui. Il faudrait aussi qu’il puisse être plus autonome, qu’il puisse se déplacer seul, mais également qu’il puisse manipuler plus aisément des objets.

Réconfortée par le ton de son fils et par son désir d’efficacité, elle se met à réfléchir et à tracer des plans pour une nouvelle enveloppe pour Simon.

- Grâce au glasit et à l’aciérite, poursuit Curtis, nous pourrions réaliser un assemblage bien plus résistant que celui que tu avais mis au point avec lui et papa, maman. Quant au liquide dans lequel baigne son cerveau…
- C’est moi qui l’avais conçu et il lui convenait parfaitement.
- Ne changeons pas la composition, alors.

Au bout de quelques heures, les plans de la boîte sont dessinés, et il leur faudra encore plusieurs longues heures de travail pour parvenir à la fabriquer. Ni Curtis, ni Elaine, ne veulent prendre le moindre repos tant qu’ils n’ont pas terminé. Et c’est avec les yeux brûlants de fatigue qu’ils achèvent leur projet, véritable nécessité pour Simon.

- On lui posera les capteurs pour la vue et l’odorat plus tard, dit Curtis. Mais là, je pense que c’est bon et que nous pouvons faire un essai de transplantation. Si tout va bien, il devrait pouvoir nous répondre.

Elaine se saisit alors du cerveau, pendant que son fils remplit une partie de la boule qui couvre la boîte avec le liquide. Le transfert ne dure que quelques secondes, mais Elaine craint le pire pour Simon. Le cerveau a cependant conservé une belle couleur, et une fois que l’appareillage complexe se met en route, ils peuvent entendre avec soulagement la nouvelle voix de Simon résonner :

- Tout va bien. Mais… mais, elle est formidable, cette nouvelle boîte ! Expliquez-moi un peu ce que vous avez fait ?
- Tu vas pouvoir te déplacer, Simon, en volant. Et nous ajouterons des capteurs très précis qui te permettront de voir et de sentir.
- Hum, pour l’odorat, tu sais… je m’en suis passé pendant des années.
- Comme tu veux. Tu pourras décider d’activer ou pas cette fonction.
- C’est parfait ! Je me sens… comme un poisson dans l’eau ! Mais qu’est-il arrivé…
- Simon, répond Elaine en bâillant. Cela fait des heures que nous travaillons pour te sauver… Je tombe de sommeil. Grag a étudié les données, tu vas pouvoir discuter de tout cela avec lui, et si tu le veux, tu pourras aussi commencer à compulser les données du premier vol du Comète, mais moi… je vais me coucher. Et toi aussi, Curtis, tu dors debout !
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Sam 30 Jan 2016 - 10:23; édité 2 fois
Back to top
Mar 31 Déc 2013 - 23:47
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

J'aime tant redécouvrir l'histoire de Curtis avec ta version! Master Dommage que ses premières amours lui aient laissé un goût amer, l'amenant à se replier sur lui-même... Mais c'est très crédible, à mon avis!

J'ai beaucoup apprécié les réactions de Simon à son nouveau moyen de transport! Ses réactions sont, là encore, on ne peut plus humaines! Clap

Bizz
Flamme
Good
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mer 1 Jan 2014 - 11:21
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme !

nous en avons déjà parlé, mais encore une fois, je n'ai jamais adhéré à cette vision froide de Simon. Que ce soit chez Hamilton ou dans le DA, il a des réactions humaines, plus limitées certes qu'un homme, mais il n'est pas uniquement pensée et réflexion... Je vais plus loin dans ma propre vision de ce personnage, je le reconnais, mais je ne peux le concevoir autrement !

à travers ce récit des jeunes années de notre héros, j'ai aussi voulu évoquer des épisodes qui ne sont pas ou peu évoqués chez Hamilton, et encore moins dans le DA. Pour Simon, j'ai repensé à certaines illustrations du pulp (ou même japonaises) dans lesquelles on voit que Simon n'a pas d'autonomie de mouvements, mais qu'à un moment donné, il devient en effet "volant", mais on ne sait pas pourquoi, ni comment. J'ai voulu par cette anecdote montrer aussi la coopération entre Curtis et sa mère pour le sauver. Et si, petit à petit, Curtis prend des initiatives, des décisions qui laissent déjà présager ce qu'il sera, comment il agira en tant que Capitaine Futur, il n'est pas encore le chef de la petite équipe. Pour moi aussi, la phase de construction du Comète est un moment important de sa vie. Si j'avais été un peu plus douée en technique, j'aurais décrit un peu plus longuement la construction du vaisseau, mais ce n'est pas mon fort... Par contre, j'ai l'intention de m'attarder un peu plus sur la découverte des Neuf Mondes (enfin, Huit, puisqu'il connaît la Terre). Ce que vous allez découvrir d'ici peu.

bonne lecture !

Limeye


Après plusieurs semaines d’essais, des améliorations diverses et les réparations concernant le problème qui a causé la dilatation de la boîte de Simon, toute l’équipe estime que le Comète est désormais fin prêt à les emmener pour une exploration du Système Solaire. Otho est impatient de ce voyage, Grag rêve de piloter pendant des heures pour éprouver ses capacités, Curtis est enthousiaste à l’idée de découvrir de nouveaux mondes. Simon et Elaine se sentent heureux à l’idée de voyager dans l’espace, pour Simon, ce sera aussi l’occasion de retourner sur certaines planètes sur lesquelles il s’était rendu jeune homme. Ils décident d’un commun accord de commencer leur voyage par Saturne, car depuis longtemps, elle fascine Curtis.

En parallèle de ces vols d’essai, ils ont aussi entamé la construction du grand hangar qui abritera le vaisseau. Simon souhaite limiter le nombre d’ouvertures de la base sur l’extérieur, et le hangar ne sera accessible que par les airs. L’ancien hangar, dans lequel sont stationnés leur ancien petit vaisseau et le Cosmolem est vite transformé en atelier de taille plus que respectable. Ce n’est qu’une fois ces travaux entièrement achevés et la base placée sous haute protection qu’ils partent pour ce premier long voyage à bord du Comète. Très vite, quand ils en réalisaient les plans, Elaine, Simon et Curtis avaient fait le choix d’y embarquer le Cosmolem. Un habitacle a été prévu à l’arrière du long vaisseau pour l’y placer. Cet habitacle est également entièrement étanche et peut être isolé du reste du vaisseau en cas de nécessité. Le Cosmolem reste ainsi à l’abri d’une défaillance quelconque qui affecterait l’ensemble du vaisseau.

C’est à la fin de l’hiver new yorkais qu’ils quittent la base de Tycho pour faire route vers la plus belle des planètes du Système Solaire, Saturne.

Le vol se déroule sans difficultés, et au bout de trois jours de voyage, ils voient se dessiner les anneaux. Ils n’ont pas utilisé le vol oscillatoire pour ce vol, car le trafic entre Saturne et la Terre est toujours très dense et il ne fallait pas risquer un accident.

- Saturne possède de nombreux satellites, dit Simon alors qu’ils sont en approche d’Ops, la capitale, située dans l’hémisphère nord, à la limite de l’équateur de la grande planète. Un certain nombre d’entre eux n’a pas encore été exploré. Il reste beaucoup à découvrir sur cette planète, autant sur ces satellites ou même dans les anneaux, que sur la planète elle-même.
- C’est une planète très riche, dit Otho.
- Oui, parce qu’on y trouve de très grandes plaines, où la culture est aisée, que ce soit la culture de céréales, de légumes ou de fruits, mais aussi l’élevage. Les éleveurs de Saturne sont parmi les meilleurs producteurs de viande de tout le Système Solaire. Mais Saturne possède aussi des endroits mystérieux, voire inquiétants, comme les Lacs Errants ou la Vallée des Brouillards.
- C'est bien là qu'il y a aussi la Vallée des Champignons, professeur ?, demande Grag.
- Oui, et j'avoue que je serais intéressé par y faire des prélèvements. Les spores de ces champignons sont hautement toxiques, et en posséder quelques exemplaires dans notre laboratoire pourrait nous permettre de mettre au point un antidote. Mais pour apporter une petite précision, il n'existe pas une, mais deux vallées. L'une est proche d'Ops, l'autre est située près du pôle sud.
- Simon, j'ai remarqué que bien souvent les plus puissants poisons pouvaient aussi servir à fabriquer des médicaments très pointus, avoir des vertus thérapeutiques insoupçonnées, dit Elaine. J'aimerais voir ce que nous pouvons réaliser avec ces spores.
- Alors nous irons en chercher, dit Curtis. Otho, demande l'autorisation d'atterrir aux autorités d'Ops, s'il-te-plait.

Quelques minutes plus tard, le long vaisseau se pose sur le tarmac de l'aéroport interplanétaire d'Ops et les personnes présentes sont les premières de toute la galaxie à assister à un atterrissage du Comète.

Dans les jours qui suivent, Elaine, Simon et Curtis rencontrent plusieurs chercheurs, et préparent une expédition vers la Vallée des Champignons. Ils choisissent de s'y rendre avec le Cosmolem, mais prennent bien soin de s'équiper de combinaisons spatiales intégrales parfaitement hermétiques. Grag les accompagne, pendant qu'Otho reste à bord du Comète, en contact avec eux, près à intervenir en cas de souci. Grag pose le petit vaisseau à l'orée de la forêt. Un étrange silence y règne, rares sont les animaux pouvant y survivre, en dehors de petits lézards à la peau très dure, et d'une race d'oiseaux prédatrice de ces mêmes lézards.

- Nous allons aussi tenter d'attraper lézards et volatiles, dit Simon. Je sais qu'ils en possèdent des exemplaires au muséum d'Ops, mais ce serait intéressant de pouvoir en étudier nous aussi. Cela nous aiderait à préciser nos connaissances sur les spores.

La journée de prélèvements se déroule sans difficulté, mais Elaine est bien soulagée de revenir vers Ops et vers le Comète. La Vallée des Champignons lui a paru lugubre malgré ses couleurs et ses lumières fantastiques, car il y règnait un silence étrange et inquiétant.

Leur séjour à Ops se prolonge, Elaine visite la ville en compagnie de son fils. Elle qui a toujours aimé les architectures originales, les ruelles, trouve vraiment plaisir à flâner dans les petites rues tortueuses de la capitale saturnienne.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Sam 30 Jan 2016 - 10:28; édité 2 fois
Back to top
Mer 1 Jan 2014 - 17:00
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Tu vas nous emmener en expédition pour visiter les huit mondes, n'est-ce pas? Youpi Je ne dis pas non à un tel voyage... ce sera sûrement passionnant! J'aime beaucoup les impressions d'Elaine, qui ne sont pas seulement intellectuelles et scientifiques... Very Happy

J'adore! Good
Vizz Bizz
Flamme
Clap
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mer 1 Jan 2014 - 18:49
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme,

je ne sais pas exactement encore comment je vais amener la découverte des huit mondes, je pense que je vais en laisser volontairement certains de côté, du moins pour cette partie du récit. Je reprends là l'idée de Frégo dans Les Visages de mon ennemie, qui avait si bien su intégrer les données de Pascal à l'histoire Master

pour l'heure, fin du voyage sur Saturne, avec cette fois, l'intégration d'une des nouvelles d'Hamilton que j'aime beaucoup...

bizz vizz

Limeye


Ils restent plusieurs semaines sur Saturne, parcourant les grandes plaines bleues, puis se rendant sur plusieurs satellites, notamment Encélade et Phoebe. Simon aurait souhaité éviter Titan, du fait que les Terriens y sont indésirables, mais un appel au secours qu'ils captent alors qu'ils passent à proximité les amènent à s'y poser. C'est là qu'ils découvrent les harpistes et que Simon retrouvera durant quelques heures un corps humain, après une opération tentée par Curtis et Elaine. Cette aventure, risquée et assez rocambolesque par certains aspects, ne sera aussi qu'un avant-goût de ce qui les attend sur d'autres planètes. Mais pour Elaine, le changement qu'elle apporte est notable : désormais, ce n'est plus elle, ou Simon, qui décident en dernier ressort, mais Curtis. Au court de leur petit séjour sur Titan, elle aura aussi pu mesurer toute l'étendue des capacités de son fils : capable de tenir physiquement dans la jungle, de veiller longtemps sans avoir besoin de sommeil, capable de réaliser une opération chirurgicale très pointue, sans pour autant laisser ses sentiments prendre le dessus alors qu'il s'agit de la "vie" de Simon, une des personnes à laquelle il est le plus attaché, capable aussi de réflexions pour mener à bien une opération de soutien délicate aux Terriens. Déjà, elle devine que leur exploration du Système Solaire ne se cantonnera pas à la découverte des mondes et à des expériences scientifiques. Huit mois après avoir quitté Tycho, ils s'éloignent de Saturne pour rejoindre Vénus.

Ils arrivent sur Venus après plusieurs jours d'un vol particulier. La petite planète, cousine de la Terre, se trouve de l'autre côté du Soleil par rapport à eux, ce qui les oblige à faire un large détour pour la rejoindre. Mais Simon voulait, après Saturne, s'y rendre, avec l'objectif ensuite de rallier Pluton. Vénus ne doit être qu'une étape, mais Elaine doutera un temps que Curtis veuille en repartir. Le doute sera finalement de courte durée.

* pour plus de lecture, je vous renvoie à la nouvelle d'Hamilton "Les harpistes de Titan" dont je me suis inspirée pour écrire ce passage
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Mer 1 Jan 2014 - 19:36; édité 1 fois
Back to top
Mer 1 Jan 2014 - 19:22
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Je ne suis pas certaine d'avoir bien interprété cette phrase, elle a suscité bien des questions Question :

Ce sera le seul moment où, durant quelques jours, elle doutera que Curtis en reparte. Mais le doute sera de courte durée.


C'est durant le voyage vers Vénus qu'Elaine a ce doute? Et ce doute, c'est que Curtis reparte de Vénus? Pourquoi a-t-elle ce doute? A cause de ce qui est arrivé sur Titan? J'ai déjà lu les harpistes de Titan, mais je ne me souviens pas bien des états d'âme de Curtis à la fin... Rolling Eyes

Vizz!
Flamme
Globlaugh
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mer 1 Jan 2014 - 19:24
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Le passage suivant étant rédigé, je vous le livre d'emblée...


Comme à chacune de leurs arrivées sur une nouvelle planète, ils atterrissent près de la capitale. Vénuspolis enchante immédiatement Elaine, heureuse de voir une nouvelle cité après les jungles de Titan. Ils se rendent assez vite à l'observatoire astronomique où travaille le professeur Kane. Le petit homme a tout du chercheur ne vivant que pour son travail. Son comportement fait souvent rire Otho et Grag, mais Elaine le trouve touchant. Simon et Curtis passent cependant beaucoup de temps à discuter et échanger avec lui et le jeune homme comprend bien vite qu'il est l'un des plus grands astronomes du Système Solaire et surtout l'un des meilleurs spécialistes du Soleil qu'il peut très aisément observer depuis son laboratoire.

Le climat agréable de Vénuspolis les incite à rester plus longtemps, d'autant que la visite à l'Institut d'Archéologie Planétaire va leur donner envie de parcourir bien des sites de la planète. C'est là aussi qu'ils vont faire la connaissance d'Hanna Neidj, une jeune chercheuse de 25 ans, très brillante, une grande érudite, qui possède, malgré son jeune âge, une grande connaissance de l'Histoire de sa planète, et qui s'est déjà rendue plusieurs fois sur le site des Ruines Submergées, vestiges de l'ancienne civilisation vénusienne, disparue pour une raison inconnue.

- J'aimerais beaucoup découvrir pourquoi cette civilisation s'est éteinte, explique-t-elle une fois à Elaine et Curtis, alors qu'ils cheminent le long des rives de la Rivière Pourpre qui traverse Vénuspolis. J'ai déjà beaucoup arpenté les Ruines Submergées, mais je pense que la réponse peut se trouver ailleurs. J'ai travaillé avec des collègues géographes et climatologues, et ils se pourraient que je trouve des pistes sur les bords des Mers Bouillonnantes. La grande activité volcanique et sismique qui y règne pourrait avoir détruit des sites autrefois habités, mais aussi avoir fait remonter à la surface des lieux enfouis.
- C'est un projet passionnant, dit Elaine à qui la jeune femme a tout de suite plu, par sa simplicité, son intelligence, mais aussi sa beauté.

Hanna est en effet une pure Vénusienne, à la peau légèrement bleutée, très grande (presque aussi grande que Curtis), aux longs cheveux d'un beau bleu sombre, aux grands yeux en amande, au regard clair. Fine, racée, élégante, on devine aussi qu'elle est sportive et bien préparée à travailler dans des endroits peu accessibles. Elaine est cependant surprise d'entendre son fils proposer une expédition sur les rives des Mers Bouillonnantes :

- Que diriez-vous d'organiser des repérages par là-bas, avec nous ? Je suis très intrigué par cet océan, de ce que nous en a dit Kane, les geysers sont magnifiques. N'aurais-tu pas envie d'aller les voir, maman ?

Elaine sourit, car elle devine que l'intérêt de son fils est autant éveillé par le site en question que par Hanna. Et elle se dit qu'après tout... cette jeune femme est bien différente de la petite allumeuse d'Alisson, et que si Curtis se montre moins farouche avec elle qu'en d'autres occasions comme il aurait pu en avoir sur Saturne, alors autant laisser faire les choses...
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Sam 30 Jan 2016 - 10:51; édité 1 fois
Back to top
Aujourd’hui à 09:53
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Back to top
Page 3 sur 18
Aller à la page: <  1, 2, 3, 416, 17, 18  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure