Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Et si...
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Dim 2 Fév 2014 - 12:37
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Brrrrrrrr! Sad Molémos pour moi est un des pires bandit dans l'Univers du Capitaine Flam, celui dont l'intelligence est totalement étouffée par sa brutalité et sa perversité. Il est absolument intraitable! Merci de nous avoir prévenus de retourner sur la trampogril! Confused Wink

jump jump jump jump jump

Vizz!

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 2 Fév 2014 - 12:37
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Dim 2 Fév 2014 - 14:10
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Frégo !

je t'imagine bien en train de grillpoliner... voici la suite ! Je partage ton avis concernant Molemos : lui, il est vraiment irrécupérable, contrairement à bien des autres prisonniers qui ont suivi Kim Ivan. Et il est encore bien différent de Kahlon...

bonne journée ! et bonne lecture et écriture aussi car je crois que tu as des projets en ce sens Wink

Limeye

Elle tient toujours devant elle le petit appareil qu'elle a sorti du tableau de bord et se demande si elle aurait la force de le projeter au visage de Molemos. Mais cela serait-il suffisant pour lui permettre de fuir ? Il lui barre le passage, s'avançant vers elle avec un sourire mauvais.

- Alors, Madame Newton, on fait moins la fière, n'est-ce pas ?
- Laissez-moi passer, Molemos, nous n'avons pas de temps à perdre !
- Moi, j'ai du temps devant moi, et j'ai bien l'intention de l'occuper comme je l'entends. Et vous ne pourrez rien faire, car personne ne vous entendra d'ici !

Et comme il n'a pas envie de faire de grands discours, il se jette en avant vers elle. Elle lui lance l'appareil, qui heurte l'épaule du géant, et retombe au sol en se brisant. Furieux, il éclate d'un rire de dément, la saisit par le bras et la plaque au sol. Elle se débat du mieux possible, mais face à une telle montagne de muscles et de haine, elle devine bien vite qu'elle est perdue. "Pourvu que cela ne dure pas trop longtemps...", songe-t-elle, en fermant les yeux et en restant aussi stoïque et froide que possible. Elle est écrasée sous le poids de Molemos, qui tente de lui arracher ses vêtements, au point d'avoir par instant du mal à respirer tant il pèse sur elle.

Quand soudain un cri fuse :

- Lâche-la, espèce de salopard !

Et une poigne soulève Molemos, le projette sur le côté, permettant à Elaine qui n'attendait aucune aide, de s'esquiver en roulant sur le flanc. Molemos se relève, la rage dans les yeux. Face à lui se tient un des prisonniers, qui serre les poings, près à se battre.

Elaine se relève rapidement, l'homme lui dit simplement sans la regarder :

- Fuyez, Elaine, fuyez !

Elle se précipite, chancelant contre la paroi, vers le dehors. Et court aussi vite que possible vers le haut-fourneau, là où elle sait pouvoir trouver de l'aide au plus proche.

Grag est le premier à la voir arriver, les vêtements déchirés, une marque rouge autour du cou, des traces de griffures sur les bras. Il lâche aussitôt le morceau d'acier qu'il était en train de découper pour se précipiter vers elle.

- Elaine ! Elaine ! Qu'est-ce qui se passe ?
- Vite, au vaisseau, Grag ! Molemos, il... il a voulu s'en prendre à moi...

Elle tombe à genoux, épuisée.

Le cri de Grag, le bruit de la course d'Elaine ont fait lever les yeux d'autres hommes, et deux d'entre eux se ruent vers la mine pour prévenir Kim, pendant qu'un petit groupe suit Grag. Deux autres hommes entourent Elaine et la soutiennent, l'aident à s'asseoir, un autre va lui chercher de l'eau. Elle les remercie d'un sourire, puis se tourne vers le vaisseau, posé plus loin, se demandant si les secours sont arrivés assez vite pour aider son sauveur providentiel.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 2 Fév 2014 - 14:37
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou les filles!

Brrrr, Limeye, j'ai eu tellement peur pour Elaine! horified Je n'aurais voulu pour rien au monde qu'il lui arrive du mal... Angry

Je partage aussi vos commentaires sur Molemos: irrécupérable, incapable de se servir de sa cervelle et dominé par ses plus mauvais instincts primaires... Bad

J'espère qu'il n'est rien arrivé de fâcheux à ce prisonnier héroïque qui est intervenu in extremis... Sad J'ai beaucoup apprécié que ce soit l'un des prisonniers, justement! Clap Un qui mériterait bien une remise de peine... Good

J'ai bien hâte de voir arriver Kim, il ne sera pas content... mais pas content du tout! Tout comme Curtis...

Bizz Vizz
FLamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 2 Fév 2014 - 18:36
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme, coucou à toutes,

voici, je pense, réponses à tes questions...

bizz vizz !

Limeye


Mickaël a vu s'éloigner Elaine Newton, un appareil entre les mains. Il s'est dit qu'elle allait au vaisseau, et a hésité un instant à l'accompagner. Dès les premières heures sur le planétoïde, il a été happé par ses beaux yeux gris, par son visage si doux, mais aussi frappé par son autorité naturelle, sa générosité, son altruisme. Il a très vite compris que Joan Randall était la petite amie du Capitaine Futur, et que les deux femmes s'entendaient bien, prenant soin mutuellement l'une de l'autre, et apportant au Capitaine et à toute l'équipe leurs propres connaissances et savoir-faire. Très vite, il s'était porté volontaire pour aider la Major et le Colonel à soigner les blessés. Il fait partie des petites mains qui aident à droite, à gauche, que certains qualifient de "tirs au flanc", mais que Kim, comme le Capitaine, jugent essentielles. Mickaël n'a pas l'impression de rester oisif, il aide au campement, à ranger la nourriture, préparer les repas, ramasser du bois. Le chantier avance bien et il a reçu l'ordre de Kim de commencer à préparer des réserves de nourriture. Il lui arrive aussi d'aider le professeur Simon et Elaine Newton et il aime ces moments auprès d'elle. Elle est un peu plus âgée que lui, elle ne se serait sans doute jamais arrêtée à un homme comme lui, si des circonstances aussi particulières ne les avaient pas mis sur le même rang.

Aussi, alors qu'il s'active au campement, commence-t-il à s'inquiéter de ne pas la voir revenir et il décide de se rendre lui aussi au vaisseau, se disant qu'il pourra toujours lui proposer de l'aide pour ramener du matériel, ce ne serait pas la première fois de toute façon. Mais quand il pénètre dans le Balkan, il comprend bien vite qu'Elaine Newton n'y est pas seule et il se précipite, saisi par une sourde angoisse, vers le poste de pilotage. Ce qu'il y découvre le rend fou de rage, et bien que ne faisant pas le poids face à Molemos, il se rue vers lui, espérant ne pas arriver trop tard. Elaine parvient à se dégager, il lui crie de fuir alors que Molemos se redresse en lui jetant un regard assassin. Mickaël sent la mort lui frôler l'échine, mais il va se battre, même si Molemos réussit à le mettre à terre en moins d'une demi-minute, ce seront toujours de précieuses secondes de gagnées pour permettre à Elaine de donner l'alerte et de trouver du secours. C'est à cela qu'il pense en tendant les poings vers Molemos et en se préparant à recevoir les premiers coups du géant.

En hurlant, Molemos se rue sur lui, il parvient à l'esquiver deux fois, avant de sentir le poing du géant le frapper au menton. Un autre coup, rapide, à l'estomac, le fait se plier en deux, puis Molemos l'agrippe par les épaules, le secoue, et l'envoie cogner contre le tableau de bord. Il s'écroule, un voile noir lui passe devant les yeux et la dernière image qu'il garde en mémoire est celle des pieds du géant s'avançant à nouveau vers lui.

Même le tir de Kim Ivan, frappant Molemos entre les épaules, ne parvient pas à sortir Mickaël de son inconscience. Des bras puissants le soulèvent, l'emmènent jusqu'au campement. Des mains douces, mais fermes, s'occupent de lui. Aussitôt prévenus, Joan et Ezra ont sorti les trousses de secours et pendant que Joan s'occupe d'Elaine, plus hébétée et choquée que réellement blessée, Ezra et Simon, ainsi que deux autres hommes, s'occupent de Mickaël. Curtis, prévenu par des mutins alors qu'il surveillait une nouvelle coulée de lave suspceptible de menacer la mine, se rue au campement, et se précipite vers leur cabane. Le visage pâle et les blessures de sa mère lui font craindre le pire, mais elle le rassure en quelques mots. Elle a déjà repris le contrôle de sa voix, même si elle est encore agitée de violents tremblements.

Au-dehors, tous les hommes se sont rassemblés et les commentaires vont bon train. Les lieutenants de Kim ont du mal à ramener le calme. La mort de Molemos, tué par Kim, suscite bien des réactions. Quand le chef pirate sort de la cabane des Futurmen, après s'être inquiété d'Elaine et de Mickaël, il fait face à ses hommes. Il voit la colère, l'incompréhension, parfois l'étonnement, dans leurs yeux. Kim a tué l'un d'entre eux. Même s'il n'était guère apprécié par la plupart, Molemos était de leur côté. Tous attendent des explications, car ils n'étaient pas nombreux au haut-fourneau et rares sont ceux qui ont vu arriver Elaine Newton, et ont compris ce qui était arrivé.

- Qu'est-ce qui t'a pris, Kim ? Pourquoi t'as tué Molemos ?, entend-il crier.
- Parce que cet abruti allait tuer l'un d'entre vous, en l'occurrence Mickaël. Je suis arrivé à temps, je crois.
- Qu'est-ce qu'ils foutaient dans le vaisseau, tous les deux ?
- Molemos a tenté de s'en prendre à Madame Newton, dit Kim d'une voix posée, mais forte. Et je ne permettrai pas cela ! On ne touche ni à Madame Newton, ni à la Major Randall, c'est compris ?

Les visages s'allongent, les hommes comprennent ce qui s'est passé et beaucoup se disent alors que Molemos n'a eu que ce qu'il méritait.

- Il est tard, déjà, reprend Kim. On va sonner la fin du chantier pour ce soir. Que chacun aide à préparer le repas et faire le feu. On reprendra le travail demain.

Puis il se tourne et entre à nouveau dans la cabane pour parler avec le Capitaine.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 2 Fév 2014 - 19:07
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Master Master Master

Quel tourbillon d'émotions j'ai traversé! Et je n'ai pas encore tout à fait fini, je m'inquiète pour Mickaël... Sad

Adorable Kim, Kiss j'apprécie beaucoup comment il utilise son autorité et son charisme de la bonne manière... Il a si habilement fait comprendre à ses hommes le message qu'il voulait faire passer, en restant maître de lui... Merveilleux! Good Good Good

Je retourne sur le trampogril et le grilpoline, la louche à la main... Mr. Green J'ai été très touchée par les sentiments de Mickaël! Un autre qui a été transformé par un regard gris... Wow

jump jump jump

Bizz Vizz
Flamme l'indécrottable romantique de service
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 2 Fév 2014 - 20:49
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme,

même si j'essaye d'écrire une autre version de cette aventure, notamment en faisant plus court (beaucoup plus court Mr. Green ) que dans les Visages de mon ennemie, je veux garder une certaine image que nous avons de Kim, et garder l'essentiel de l'intrigue le concernant, à savoir sa propre évolution par rapport à Curtis notamment.

j'ai encore avancé sur ce récit, un peu sur JiYD aussi... du moins, de quoi tenir deux jours Mr. Green

bizz et bonne fin de journée, c'est bientôt l'heure de l'extinction des feux ici !

Limeye


De ce jour, la confiance et l'estime vont se renforcer entre Kim et Curtis. Ils travaillaient déjà en bonne intelligence, mais ce n'est plus seulement la raison qui les guide désormais. Et chacun le ressent, mutin comme policier, de même pour Elaine et Joan.

La nuit qui suit l'agression d'Elaine et la mort de Molemos, beaucoup dorment mal. Curtis le premier, habité par une peur rétrospective pour sa mère, et par ricochets, pour Joan. Même s'il tient la jeune femme tout contre lui, il ne peut s'empêcher de l'imaginer subissant viols et violences. Joan, quant à elle, est inquiète pour Elaine, qui est restée longtemps choquée et réagissant difficilement. Une ou deux fois dans la nuit, la jeune femme se lève pour surveiller l'état du blessé et en profite pour se rendre auprès d'Elaine, dont le sommeil est très agité, au point que vers le milieu de la nuit, Simon lui fait prendre un sédatif. Elaine ne se réveille qu'en fin de journée le lendemain.

Le travail reprend cependant au petit matin, comme d'habitude. Chacun met les bouchées doubles, tous redoutent les tremblements de terre qui agitent la planète, parfois plusieurs fois par jour. Curtis et Simon sont confiants, car d'ici quelques jours estiment-ils, les réparations seront achevées et ils pourront partir. Joan et Ezra sont restés ce jour-là au campement, Joan aidant le mieux possible Simon pour assembler des petites pièces selon ses indications, tout en veillant sur Elaine qui dort profondément et sur Mickaël. L'homme avait été ramené couvert de sang, mais Joan, Curtis et Simon, qui se sont occupés de lui, ont bien vite compris qu'il était hors de danger. Il avait pris surtout un sale coup à la tête qui avait beaucoup saigné, mais pour le reste, ils pensent qu'il devrait s'en remettre aisément. L'homme reprend d'ailleurs conscience vers midi, et Simon préconise de lui donner un léger repas.

Après celui-ci et avant de retourner aider Simon, Joan lui refait un de ses pansements, et pendant qu'elle le soigne, il s'inquiète de ce qui est arrivé à Elaine.

- Vous êtes arrivé à temps, Mickaël, dit doucement Joan. Elle a été très choquée, et elle a quelques contusions, mais rien de grave. Mais elle a très mal dormi et le professeur Simon lui a donné un comprimé pour la fin de nuit. Elle dort encore.

L'homme se laisse aller contre le mur, ferme un moment les yeux, soulagé.

- Comment vous sentez-vous ?, demande Joan un peu inquiète face à la pâleur de son visage.
- Ca va, miss, ça va. Qu'est-il advenu de Molemos ?

Joan hésite à répondre, puis dit finalement :

- Kim Ivan l'a tué, alors qu'il s'apprêtait à vous rouer de coups.

Elle termine les soins, puis ajoute :

- Je suis à côté, avec le professeur Simon. N'hésitez pas à nous appeler si vous avez besoin d'aide.
- Merci, miss. Je vais me reposer encore un peu.
- C'est ce que vous avez de mieux à faire.

Joan quitte la pièce, et Mickaël se rallonge, le visage tourné vers le lit où dort encore Elaine, de l'autre côté de la pièce.

C'est elle qui le réveille, en se levant, en fin d'après-midi. Assise sur le bord de son lit, la tête baissée, elle est en train de revêtir des vêtements propres que Joan lui a trouvés dans ses affaires, à bord du Balkan. Mickaël la regarde sans dire un mot, ne voulant pas troubler cet instant presque magique où elle n'a pas conscience de sa propre présence. Cela fait longtemps qu'il n'a pas été ému par une femme, mais il ne regrette pas ce qu'il a fait.

C'est en se levant et en traversant la pièce qu'Elaine remarque qu'il est réveillé. Elle s'approche de lui sans hésiter, s'assoit sur le lit voisin du sien.

- Merci beaucoup, Mickaël, dit-elle de sa voix toujours si douce. Sans vous...
- N'y pensez plus, répond-il. J'ai fait ce que je devais faire...

Il hésite un instant, puis explique :

- Je vous ai vue partir vers le vaisseau, avec le matériel, j'ai hésité à vous proposer de vous accompagner, mais quand j'ai remarqué que vous tardiez à revenir, je suis allé voir. J'ai pensé que vous aviez peut-être besoin d'aide pour sortir un appareil du tableau de bord ou pour remettre celui qui était réparé... mais quand j'ai vu Molemos... je ne me suis pas posé de questions.

Il déglutit, et continue :

- J'ai vu les corps des deux infirmières. Je ne sais pas exactement qui s'en est pris à elles, mais... mais, je ne voulais pas qu'il vous arrive la même chose. Je... je ne l'aurais pas supporté.

Elle le regarde un peu étrangement. C'est la première fois pour elle qu'un "inconnu" se préoccupe d'elle. Quelqu'un qui ne soit ni Grag, ni Otho, ni Curtis, ni Ezra Gurney ou William Randall. Quelqu'un aussi qui ne soit pas de sa famille. Quelqu'un enfin qu'elle laisse aussi se préoccuper d'elle, sans fuir, sans s'abriter derrière le souvenir de Roger. L'homme n'a pas quarante ans, mais elle le devine marqué par la vie. Son visage, un peu maigre, est encadré par des cheveux sombres. Il a un regard franc, courageux, dans lequel elle peut lire des sentiments qu'elle croyait oubliés, ou réservés à d'autres - comme son fils et Joan, notamment. Elle se sent troublée, émue.

- Est-ce que... je peux... vous appeler Elaine ?, demande-t-il hésitant. Votre prénom vous va si bien, il est si doux... comme vous.

Elle sourit, hoche la tête, incapable de prononcer le moindre mot. Mais pour marquer son assentiment, elle lui prend la main qui repose sur le lit, la garde un moment dans la sienne, avant de se lever et de rejoindre Joan et Simon.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 2 Fév 2014 - 23:05
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Souuuuuuuuuuupiiiiiiiiiiiiiiiiiiiirrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr, quel merveilleux passage! Master Master Master C'était si romantique, émouvant, ça m'a remuée et fait fondre, alors que je venais à peine de me remettre de ton mini-défi! Wow Wow Wow

Elaine mérite tant que quelqu'un se préoccupe d'elle, s'en donnera-t-elle le droit? Kiss Hug

J'aime tant la tournure que tu as fait prendre au récit, et toutes les émotions que tu nous fais vivre! Good Good Good

Je te pardonne facilement tout le nettoyage que tu m'occasionnes... Mr. Green Laughing Mort de Rire

Bizz Vizz et encore bravo! Clap Best
Flamme pas encore tout à fait solide
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Lun 3 Fév 2014 - 01:01
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye,

Wow...maintenant je comprends pourquoi tu voulais faire partir Elaine ! horified
La pooovre,. tu nous l'as bien assaisonnee!

Si elle avait su! Mr. Green

D'un autre cote, elle n'aurait pas connu Mickael...Ceci dit pour faire partie de ce transport de prisonniers, c 'est surement pas un enfant de choeur non plus...hmmm je me demande ou tu vas aller avec tout ca... Question

O-tho jump jump jump

Back to top
Lun 3 Fév 2014 - 12:07
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou les filles !

j'ai à peu près idée de là où je vais aller Very Happy !

mais pour la livraison qui suit, je m'offre une petite digression... histoire de marquer aussi une petite pause dans le récit après toutes ces aventures et rebondissements ! J'espère que vous apprécierez...

bizz et belle journée !

Limeye


Si Simon et Joan sont heureux de voir Elaine debout, ils s'inquiètent de son état. Elle leur sourit, les rassure.

- Merci de m'avoir donné un comprimé cette nuit, Simon, j'ai beaucoup dormi, je crois, mais j'en avais besoin.
- Nous avons bien avancé Joan et moi aujourd'hui encore. J'évalue à deux jours de travail sur les appareils de navigation. Curtis pense que d'ici 4 à 5 jours, les moteurs et les cyclotrons seront opérationnels.
- Est-ce que le blessé était réveillé, Elaine ?, demande gentiment Joan.
- Oui, il semblait aller bien, répond-elle d'un ton neutre.

Simon ne dit rien, il n'a pas tellement envie qu'Elaine repense à ce qui est arrivé dans le Balkan, mais il se dit qu'elle a eu beaucoup de chance...

Le travail se poursuit sans relâche, chacun voit ses efforts récompensés, et Curtis ne manque pas de les féliciter chaque soir, assurant que le vaisseau pourra bientôt reprendre son vol et qu'ils pourront quitter ce planétoïde en perdition. Même s'il sent que l'attitude des mutins a changé depuis la mort de Molemos, il demande cependant à Ezra et Simon de veiller sur Joan et sur Elaine, qu'elles ne restent jamais seules. Eek demeure aussi avec elles.

Elaine n'a pas eu l'occasion de reparler avec Mickaël, d'être seule avec lui. Elle le voudrait pourtant, car le trouble qu'elle ressent est profond. Elle n'a guère le loisir de s'interroger sur elle-même, ses sentiments, ses craintes, mais elle perçoit déjà que cette expédition va apporter des changements dans sa vie. Elle ressent aussi le besoin d'un peu de solitude, et se dit qu'elle pourra sans doute profiter du voyage à bord du Balkan, pour être seule, dans sa cabine et réfléchir à tout ce qui lui est arrivé.

Au cours de ces derniers jours sur la petite planète, Joan va faire une découverte étonnante. Alors qu'elle et Ezra aident à rassembler des provisions en cherchant notamment des fruits, elle découvre dans un arbre un petit animal étrange. Elle est en train de cueillir ceux qui ressemblent à des noix de coco, quand l'une d'entre elle se transforme alors qu'elle la prend dans ses mains. Elle pousse un léger cri, qui fait aussitôt se retourner Ezra, en train de remplir un panier d'agrumes à quelques mètres d'elle.

- Que se passe-t-il, Joan ?, s'inquiète-t-il aussitôt.
- Oh, Ezra, viens voir, c'est étonnant !

Il s'approche et regarde le petit animal assis sur une branche, face à Joan. Elle lui explique ce qui vient d'arriver.

- Cet animal semble capable de se métamorphoser à volonté, dit-elle. Un peu comme Otho... Tiens, regarde-le !

Et le petit animal reprend la forme de la noix de coco, puis celle d'une fleur, enfin, d'une sorte de grand papillon.

- Extraordinaire !, s'exclame le Colonel.
- Si seulement il se laissait attraper, on pourrait le ramener à Otho !

Comme s'il avait compris ce qu'on attend de lui, le petit animal vient se pelotonner dans les bras de Joan.

- Et bien, Joan, je crois qu'il a compris que tu allais lui trouver un ami ! Ramenons-le vite au campement pour le montrer à Otho !

Ezra prend son panier, laisse celui de Joan en se disant qu'il viendra le chercher tout à l'heure et suit la jeune femme. Otho est là, à aider Elaine et Simon. Il est en train de traverser la cour en ramenant l'un des derniers appareils à vérifier du Balkan.

- Otho ! Viens voir !, l'appelle Joan. J'ai trouvé un cadeau pour toi...
- Un cadeau ?, s'étonne l'androïde. Pour moi ?
- Oui... regarde... ce petit animal peut se transformer à volonté, un peu comme toi ! Ne serait-il pas un bon petit compagnon ? Comme Eek pour Grag ?
- C'est que..., se demande l'androïde en se grattant le crâne.

Aussitôt, le petit animal quitte les bras de Joan pour se précipiter sur les épaules d'Otho, lui lécher la joue et se transforme aussitôt en une casquette en tout point de vue identique à la sienne. Otho se met à rire et dit :

- Alors, ça, je n'aurais jamais cru que cela existait ! Je sens qu'on va bien s'amuser tous les deux !
- Il va falloir que tu lui trouves un petit nom, dit Joan.
- Je vais y réfléchir.

Et Joan et Ezra le regardent s'éloigner, un sourire aux lèvres, tout en devisant avec son nouvel ami, vers le Balkan.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Lun 3 Fév 2014 - 12:38
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Je suis demeurée très surprise par ce passage... Shocked je n'avais pas du tout réalisé l'absence de Frégolo jusqu'à maintenant! Ashamed Et tu le fais arriver comme s'il sortait d'une boîte à surprise, ce qui fut bien le cas pour moi! J'adore! Pauvre Frégolo, son instinct lui disait sûrement que le planétoïde est en fin de vie, et il s'est merveilleusement tiré d'affaire! Sans compter qu'il va avoir Limaille comme petit camarade...

Très judicieuse, cette digression, Limeye! Idea Good

C'est le seul commentaire que j'ai le temps de faire ce matin... Confused
Bizz Vizz et bonne journée...
Flamme
Clap
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Lun 3 Fév 2014 - 12:49
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

En effet, c'est trop mignon ce passage où Joan trouve Frégolo! Good Wow Je n'avait pas non plus réalisé qu'il n'était pas là. Il sera effectivement le seul rescapé du planétoïde. Run

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Lun 3 Fév 2014 - 18:32
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou les filles !

je me demandais depuis un bon moment comment caser Frégolo / Oog dans l'histoire ! J'étais partie du postulat qu'au tout début, comme chez Hamilton, il n'y a que Eek, domestiqué par Grag. Et l'idée m'est venue qu'il pouvait se trouver sur le Météore et qu'éventuellement, il aurait été un passager clandestin, puis j'ai changé un petit peu d'idée, histoire de remettre un peu Joan en selle dans cette histoire.

je vous livre une suite ! Ca redevient sérieux Wink

bizz vizz

Limeye


Lorsqu'ils embarquent deux jours plus tard, chacun se sent soulagé de quitter la planète. Grag prend place au pilotage, Otho l'assiste, ainsi que deux membres de l'équipage. Le décollage se fait sans difficulté et bien vite, ils voient s'éloigner leur asile d'infortune, dont la destruction devrait se produire d'ici peu de temps.

- Voilà, dit Curtis en entrant dans la vaste salle d'embarquement où tous les hommes se sont rassemblés. Nous sommes partis.
- Les gars !, dit Kim qui se tient à ses côtés. J'ai à vous parler.

Tous font silence et regardent leur chef et le Capitaine.

- Pour commencer, je tiens à remercier en notre nom à tous le Capitaine, son équipe, les ingénieurs et les policiers sans lesquels ne nous serions pas sortis de cette planète et sur laquelle nous aurions pu tous périr.

Plusieurs des mutins hochent la tête en signe d'assentiment.

- J'ai passé un marché avec le Capitaine, dit Kim. Leur mission était de nous amener sur Cerbérus, mais nous nous sommes révoltés pour échapper à ce sort, avec l'objectif de nous installer ailleurs, loin du Système Solaire. Le Capitaine nous offre la possibilité de le faire.

Les hommes se regardent entre eux, incrédules. S'ils ont souvent chassé de leur esprit la question de leur devenir une fois repartis, elle est revenue dès lors qu'ils sont tous remontés à bord. Kim l'a bien compris et n'a pas voulu tarder à mettre les choses au clair.

- Nous sommes sortis du Système Solaire, comme vous le savez. J'avais dans l'idée de vous emmener jusque vers Mazera. C'est toujours possible. Mais avant, nous allons gagner la planète de Ragan, à quatre jours de vol d'ici, pour y faire une escale. Nous y laisserons le Capitaine, son équipe, les membres de l'équipage et les policiers. Si certains d'entre vous veulent aussi y rester, ils le pourront. Je n'oblige personne à me suivre. Vous avez quatre jours pour prendre une décision.

Un silence de quelques secondes suit ses propos, puis chacun commence à murmurer, à discuter avec son voisin. Dans un coin, assis à même le sol, un homme a déjà fait son choix. Il restera sur Ragan.

Le Balkan ne dispose pas d'assez de cabines pour tous, aussi la plupart des mutins s'installent-ils à nouveau dans les cellules, mais elles ne sont bien entendu pas verrouillées, de même que la lourde porte qui y mène n'est pas fermée. Ils peuvent tous aller et venir librement dans le vaisseau. Durant le vol, Joan et Elaine se retrouvent inoccupées, mais Curtis veille à ce qu'elles ne soient jamais seules. Il ne peut se défaire de l'angoisse qu'a suscité en lui l'agression de sa mère. Leurs cabines sont côte à côte, et elles y demeurent la plupart du temps. Mais Joan trouve Elaine bien songeuse et s'inquiète un peu de cette attitude, qui ne lui est guère habituelle. La jeune femme se demande si, maintenant que cette aventure va s'achever, elle ne reste pas marquée par ce qui lui est arrivé.

Compte tenu de sa blessure à la tête, Simon a préconisé que Mickaël fasse le voyage - au moins le début - à l'infirmerie. Et c'est le lendemain de leur départ, une fois que chacun a pris ses marques, qu'Elaine se décide à aller le voir.

Simon se trouve avec lui quand elle entre dans la pièce, et même s'il désobéit alors à son Capitaine, il comprend très vite qu'il faut les laisser seuls. Il reste néanmoins à la porte de l'infirmerie, pour pouvoir intervenir si nécessaire. Mais il se doute qu'il n'aura pas besoin de venir en aide à Elaine. Ce n'est pas avec Mickaël qu'elle est en danger. Ou alors, un danger qu'il ne peut que se réjouir de lui voir courir.

**


- Bonjour, Elaine, dit Mickaël en lui souriant alors que la porte s'est refermée sur Simon.

Elle s'approche, lui sourit en retour et le salue.

- Comment vous sentez-vous ?
- Ca va. Le décollage a tiré un peu sur ma blessure, mais le professeur a refait le pansement il y a deux heures, tout va bien. Il faut maintenant que cela cicatrise. Ce n'est rien, j'en ai vu d'autres, ajoute-t-il d'un ton léger comme pour la rassurer.
- Dans trois jours environ, nous serons sur Ragan. Vous avez entendu ce que Kim a proposé ?
- Oui. Il nous laisse le choix, mais j'ai fait le mien, dit-il en lui prenant la main.

Un instant, elle hésite, se demande si elle doit le laisser la toucher. Mais une part d'elle-même aspire tant à ce contact ! Et finalement, elle ne bouge pas. Il poursuit :

- Si vous le voulez... Ah, s'interrompt-il, je suis idiot. Je n'ai jamais été très fort pour les grands discours. Pardonnez-moi si je suis direct, mais, si vous le voulez, je voudrais rester près de vous.
- Pourquoi ?, ose-t-elle en un souffle.

Il prend le temps de réfléchir un instant. Elaine n'a rien à voir avec les femmes qu'il a fréquentées, elle n'est pas de son monde, et lui, pas du sien. Mais il n'a jamais rencontré quelqu'un comme elle, ne s'est jamais non plus senti aussi ému et remué par une femme comme elle le fait. Il ne sait pas ce qu'il va devenir, ce qui va ou peut advenir, mais il a suffisamment bourlingué pour savoir qu'il lui faut saisir sa chance si elle se présente. S'il a suivi Kim dans cette aventure de mutinerie, s'il lui a fait confiance, c'était aussi dans le but de mener sur Mazera une autre vie. De quitter la piraterie, de trouver un coin où vivre tranquille. Peu importe désormais où ce sera, pourvu que ce soit avec elle.

- Elaine, dit-il doucement, est-ce que je peux vous raconter mon histoire ?

Elle hoche doucement la tête en signe d'assentiment.

- Je suis né dans la rue, j'ai grandi dans la rue. J'ai pris des coups, j'en ai donnés aussi. Je suis entré dans la bande de Kim parce que je n'avais pas d'autres choix. J'ai fait les 400 coups avec lui, ça m'a plu. Je ne suis pas un ange, mais je ne suis pas un salopard non plus. Je n'ai jamais tué personne, je peux vous le jurer, mais s'il avait falllu que je tue un homme, un seul, ça aurait été Molemos. Kim s'en est chargé. La vie ne m'a pas vraiment fait de cadeaux jusqu'à présent, mais tout ce qui est arrivé récemment m'a fait prendre conscience de son prix. Je sais aussi qu'il faut savoir saisir sa chance quand elle se présente, et je ne veux plus d'une vie de rapines et d'aventures. Travailler honnêtement, je ne sais pas si je pourrais, mais j'ai envie d'essayer. Mais ce que j'ai le plus envie de faire, c'est veiller sur vous.

Son visage affiche un maigre sourire.

- Je sais qu'il y a des tas de gens qui vous entourent et qui le font sans doute très bien. C'est idiot, alors, n'est-ce pas ?
- Non, Mickaël, ce n'est pas idiot.

Elle baisse un instant les yeux, regarde leurs mains. Le souvenir de Roger l'effleure, elle hésite encore. Mais il a raison, cet homme-là, qui la regarde si tendrement. Il a raison de dire qu'il faut savoir saisir sa chance quand elle se présente. Personne ne lui rendra Roger, même Simon et Curtis, en réunissant tout leur savoir, ne pourraient le ramener. Elle a vécu pour son fils, toutes ces années, mais depuis longtemps, il n'a plus besoin d'elle, fait ses propres choix, prend des engagements, et, demain, sans doute vivra-t-il avec Joan. Peut-être même auront-ils des enfants. Oh, elle sait bien qu'elle aura toujours une place auprès d'eux. Mais elle sera seule. Elle relève la tête, cherche son regard. Il n'a pas les yeux sombres de Roger, mais elle y lit des sentiments semblables. A son tour de parler, maintenant. Et elle commence d'une voix tremblante :

- Mickaël, je veux être franche avec vous comme vous l'avez été avec moi. J'ai aimé très fort mon mari, le père de Curtis. Il nous a été enlevé quand mon fils était encore un tout petit enfant, il avait à peine deux ans. Il a été assassiné par Victor Korvo.

A ce nom, Mickaël frissonne. Il connaît la réputation d'assassin de Korvo, le chef de Molemos.

- Depuis ce jour, poursuit-elle d'une voix plus ferme, je n'ai vécu que pour mon fils. Je n'aurais pas forcément souhaité qu'il devienne ce qu'il est aujourd'hui, mais j'ai fait tout mon possible pour lui apporter sécurité, éducation, savoir. Pour en faire un homme. Je n'ai jamais cherché à refaire ma vie, parfois, je dirais que je ne pouvais pas oublier mon mari, parfois, je dirais que je me réfugiais aussi derrière mon fils pour ne pas chercher à aller vers quelqu'un d'autre. Mes proches, ma soeur notamment, ont souvent eu du mal à comprendre mes choix, arguant que j'aurais certainement pu trouver un homme qui soit un bon père pour Curtis. Je ne l'ai pas voulu. Mais... mais, je pense que vous avez raison de me dire qu'il faut savoir saisir sa chance et cela me paraît très étrange, mais... mais je crois que je suis en train de retomber amoureuse.

Il veut parler, elle l'en empêche d'un petit geste.

- Je veux vous dire aussi... que cela n'a rien à voir avec le fait que vous m'ayez sauvée.

Il se redresse sur le lit, la fixant toujours droit dans les yeux. De sa main libre, il lui caresse doucement la joue, puis l'attire vers lui et l'embrasse.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Lun 3 Fév 2014 - 23:03
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Il était très important, ce passage! Master Il était essentiel que chacun soit franc l'un envers l'autre, et qu'Elaine soit certaine de ses sentiments avant de prendre quelque engagement que ce soit...

J'ai été touchée par ses réflexions, ses confidences, ses hésitations et... son assentiment à profiter de l'occasion qui s'offre à elle! Ce qu'elle a lu dans les yeux de Mickaël a dû la conforter dans son intuition! Good Il semble réellement avoir une aussi bonne nature que Kim...

Bref, j'ai fondu, mais différemment... et ce fut tout aussi merveilleux! Clap Master flower

Bizz Vizz
Flamme
Wow
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 4 Fév 2014 - 10:38
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Flamme, coucou à toutes !

ce passage me semblait essentiel en effet, un peu comme lorsque Joan et Curtis s'expliquent, lors du voyage aller du Balkan.

voici une suite !

bizz vizz

Limeye


Mickaël n'est pas le seul à faire le choix de rester sur Ragan, ils sont aussi une poignée de pirates à finalement ne pas suivre Kim. Lorsque le Balkan repart, avec sa cargaison d'ex-prisonniers, Curtis et ceux qui l'entourent se demandent bien ce qu'il va advenir de ces hommes. Mais ils espèrent qu'ils parviendront jusque sur Mazera et qu'ils pourront y reconstruire leur vie.

Leurs premières heures sur Ragan sont bien occupées, la planète est vaste, mais guère peuplée. C'est une petite colonie, extérieure au Système Solaire, où l'on n'aime guère voir arriver des étrangers, et encore moins, un certain nombre d'agents de la police interplanétaire des Neuf Mondes. Même s'ils n'ont aucun pouvoir ici, ils ne sont pas vraiment les bienvenus. A peine le Balkan reparti, Curtis charge Ezra, Simon et Otho de trouver un vaisseau pour tous les ramener vers Pluton, voire directement vers la Terre. Accompagné du reste de l'équipage et de son équipe, ainsi que des quelques ex-prisonniers qui ont fait le choix de rester ici, il se rend en ville dans le but d'entrer en contact avec le Président Carthew pour leur faire savoir qu'ils sont en vie.

Une fois cela fait, il appelle Simon qui l'informe qu'ils ont pu trouver un vaisseau qui partira dans deux jours pour Pluton. Il leur reste à se loger pour les deux nuits à venir, et le choix n'étant pas bien large, il se porte vers l'un des hôtels situés près de l'astroport. Aucun charme, anonyme, mais confortable, après des semaines difficiles, il leur semble à tous parfait.

Elaine n'a encore fait aucune confidence à son fils, ni même à Simon concernant Mickaël, même si le professeur sait déjà à quoi s'en tenir. Joan, même si elle ne le montre pas, est cependant inquiète pour Elaine. Quelque chose a changé chez elle, mais la jeune femme ne parvient pas à le définir et elle pense qu'elle est toujours marquée par l'agression dont elle a été victime. Elaine ne cherche pas encore à lever ses doutes et attend le moment propice pour parler autant avec Curtis qu'avec Joan. Mais l'un comme l'autre ignoreront que cette première nuit à Ragan, Mickaël l'a passée avec Elaine.

C'est dans la matinée, alors que Curtis, Ezra et Otho se rendent à l'astroport pour préciser les modalités de leur voyage retour, qu'Elaine fait quelques confidences à Joan.

Celle-ci est surprise, mais finalement heureuse. Mais elle se demande un peu comment Curtis va prendre la chose.

- Dès que nous aurons un moment, je lui dirai ce qu'il en est, Joan, je te le promets. Je ne veux pas qu'il ignore ce que je vis, mais mon choix est fait aussi.
- Vous avez le droit de penser à vous, Elaine, dit Joan avec douceur.
- Je ne pourrai jamais oublier Roger, mais je prends conscience, aujourd'hui, qu'il est peut-être possible de vivre une autre relation. Mickaël n'a pas eu une vie facile, mais il est amoureux de moi et veut tourner la page. Lui aussi, ajoute-t-elle, d'une certaine manière.
- Je crois que ce voyage à bord du Balkan et sur le planétoïde aura changé beaucoup de choses pour nous tous. Je pense que Curtis acceptera aussi ce qui vous arrive, car c'est important pour lui de vous savoir heureuse.

Elaine acquiesce. Sans savoir que les mots de Joan prendront bientôt une résonance toute particulière.

Curtis est surpris, pour ne pas dire ébranlé par le choix de sa mère, mais il l'accepte de bonne grâce. S'il avait un jour imaginé sa mère refaisant sa vie, sans doute n'aurait-il jamais pensé qu'elle aurait choisi un homme comme Mickaël. Mais le temps passant, il se met à l'apprécier, car lui aussi a pu mesurer la précarité de leur situation, et ce que la confrontation entre leurs deux mondes, leurs deux modes de vie, a pu susciter.

Le retour jusqu'à Pluton se déroule sans histoires, mais les chemins de Joan et de Curtis vont à nouveau s'y séparer.

Le retour des survivants du Balkan et de quelques policiers suscitent bien des émotions à Tartarus, et Ezra et Joan se retrouvent très vite sollicités pour régler le sort des quelques hommes qui ont renoncé à suivre Kim Ivan. Ils n'ont pas purgé leur peine, ils sont accusés en plus d'avoir commis une mutinerie et de s'être rendus complices de crimes sur des civils comme sur des militaires. Néanmoins, l'intervention d'Ezra - et dans un moindre degré - de sa subordonnée, leur permettra d'échapper à une condamnation supplémentaire. Mais le fait qu'ils se soient rendus joue aussi en leur faveur et ils bénéficieront tous d'une remise de peine.

Mickaël et deux d'entre eux se voient proposer une mise à l'épreuve, avec obligation d'un suivi régulier devant l'autorité judiciaire. Ce qui signifie qu'ils restent libres, mais devront se présenter régulièrement devant un tribunal pour se voir notifier qu'ils sont en règle et ne commettent aucun délit. Cette solution, même si elle manque de souplesse, est presque une récompense pour ces hommes qui ont lutté bravement. Et lorsque le juge qui l'entend demande à Mickaël auprès de quel juridiction il pourra être entendu, celui-ci répond sans hésiter qu'il se présentera régulièrement auprès des autorités de Denver. C'est là, en effet, qu'Elaine lui a proposé de s'installer dans les premiers temps.

Cependant, à peine sont-ils arrivés sur Pluton que le Président Carthew rappelle le Capitaine et lui demande de revenir le plus rapidement possible sur Terre. Il a une nouvelle mission à lui confier, et non des moindres. Curtis propose à Joan qu'elle rentre avec lui, mais elle refuse, car elle est à nouveau en service puisqu'ils sont de retour dans le Système Solaire et qu'elle doit assister Ezra.

- Ezra va avoir besoin de moi aussi pour aider ceux qui sont restés avec nous. Ces hommes méritent qu'on témoigne en leur faveur, sans compter que ta mère va rester sur Pluton tant que le sort de Mickaël n'est pas réglé.
- C'est vrai, admet Curtis.
- Tu as peur ?, le taquine gentiment la jeune femme.

Il soupire, mais sourit.

- Oui, mais je te fais confiance. Ca te va ?

Elle lui sourit en retour et l'embrasse. Malgré les difficultés - ou peut-être à cause d'elles - , les semaines qui viennent de s'écouler ont resserré les liens entre eux, et ils en sont heureux.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Mer 3 Fév 2016 - 22:59; édité 1 fois
Back to top
Mar 4 Fév 2014 - 12:26
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

J'imagine bien la surprise de Joan et Curtis face à la relation d'Elaine! Mais ils n'ont pas oublié l'essentiel, à savoir le bonheur au-delà des apparences! Good

Je me demande ce que tu mijotes avec cette phrase: Elaine acquiesce. Sans savoir que les mots de Joan prendront bientôt une résonance toute particulière. Doubt Question



Le retour à la vraie vie est brusque pour Joan et Curtis! Ils ont été rapidement séparés! Sad Et quelle mission Carthew va-t-il confier à Ezra et Joan? Il reste quelques aventures qui n'ont pas encore été évoquées... à moins qu'il s'agisse d'une aventure née de l'imagination limeyesque?

Bizz et bonne journée!
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Aujourd’hui à 23:46
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Back to top
Page 15 sur 18
Aller à la page: <  1, 2, 314, 15, 16, 17, 18  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure