Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Et si...
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Ven 27 Déc 2013 - 23:24
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Ta dernière phrase, ça s'appelle de retour sur le grilpoline! horified

jump jump jump jump jump jump jump
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Ven 27 Déc 2013 - 23:24
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Sam 28 Déc 2013 - 05:36
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou les filles!

Limeye, Frégo a raison, c'est inhumain de nous balancer une phrase comme ça pour finir ton dernier passage!
horified horified horified

Qui sera cette victime? Question Ne nous fais pas languir trop longtemps!

jump jump jump jump jump

Bizz Vizz
Flamme
Shocked
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 28 Déc 2013 - 10:14
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou les filles !

oui, je sais que j'ai coupé à un endroit crucial, mais j'hésite entre deux possibilités pour la suite du récit ! J'ai finalement tranché...

voici donc un nouvel élément.

bizz vizz et restez sur le grillpoline...

Limeye


Un soir de pluie, sur Mars. Une ruelle des bas quartiers de Syrtis. Deux silhouettes se fondent dans l’ombre. Une voix féminine se fait entendre, fluette :

- Tu es certain qu’il est ici, Ez ?
- Oui, Mary. Notre indic’ était formel.
- Il faut vraiment qu’on l’arrête… C'est une chance qu'il soit revenu ici...

Ils ne disent plus un mot et reprennent leur veille attentive. Soudain, la porte arrière du bouge qu’ils surveillent s’entrouvre. Une longue silhouette longiligne en sort, prudemment, suivie de deux autres personnes, l’une petite mais trapue, l’autre presque aussi grande que la première personne. La seule chose que les deux guetteurs distinguent de lui, c’est sa chevelure bouclée. Un signe du premier homme, et ils s’éloignent dans la ruelle.

Avec prudence et silence, les deux guetteurs les suivent, et quand, enfin, ils atteignent un hangar de l’astroport de Syrtis, la voix féminine tout à l’heure si fluette résonne avec fermeté :

- Les mains en l’air ! Pas un geste ! Contrôle d’identité !

Les trois hommes n’ont pas bougé, leurs silhouettes se détachent aisément sous la lumière blafarde de l’astroport.

- Lieutenant, veuillez désarmer ces hommes, s’il-vous-plaît. Je vous préviens, au moindre geste suspect, je tire !

Un simple ricanement lui répond. Le lieutenant Ezra Gurney s’avance, désarme le premier homme, celui à la chevelure bouclée, et lui passe les menottes. Il se laisse faire sans broncher, mais son visage s’éclaire d’un sourire mauvais.

Soudain, une voix grave se fait entendre derrière la femme, et elle sent le canon d’un pistolet à protons s’enfoncer entre ses épaules.

- A votre place, Major, je demanderais à mon subordonné de détacher mon ami, et de nous remettre son arme. Sinon, il va vous arriver des bricoles…
- Korvo !, s’écrit-elle époustouflée.
- Et oui, ma jolie…
- Mais…
- Je me savais surveillé… j’ai pris quelques précautions. Il est facile de trouver un homme qui a une silhouette similaire à la mienne et de lui demander quelques petits services, en échange d’une somme rondelette. Cela, vous devriez le pratiquer plus souvent à la police interplanétaire…
- Vous êtes une ordure, Korvo ! Un jour vous paierez…

Il éclate d’un rire sardonique.

- Je paierai peut-être, mais en attendant, je suis libre et vous… vous êtes morte !

Et sans attendre, il appuie sur la gâchette. Le corps de la jeune femme est transpercé par l’éclat du tir et projeté en avant sous la violence du choc. Ezra ouvre des yeux horrifiés, mais avant d’avoir pu réagir, il se retrouve violemment assommé. Une fois à terre, ses adversaires lui assènent de nombreux coups de pieds, avant de le laisser comme mort.

Les quatre complices embarquent peu après dans un petit vaisseau qui les emmène loin, bien loin de Mars…

**


Une lumière vive, blanche, aveuglante. Un battement sourd dans ses oreilles. Des bruits étranges. Une sorte de gargouillis. Il lui faut plusieurs heures pour comprendre que c'est lui qui essaye de parler. Plusieurs fois aussi, il sent une main douce, mais ferme, se poser sur son bras, sur son visage. Il n'a pas mal, mais il ne sent plus rien.

Et Mary Beckett, la Major Mary Beckett, sera enterrée depuis plusieurs jours, dans un petit cimetière, quand il reprendra enfin conscience.

La première visite qu'il recevra et dont il aura le souvenir est celle de son supérieur, le général Marteens.

- Ezra... je suis bien heureux de vous revoir en vie.
- Mon général, murmure-t-il d'une voix encore enrouée et faible.
- Parlez le moins possible, mais dès que vous aurez récupéré, un collègue viendra recueillir votre déposition.
- Major... Mary ?

Le général Marteens secoue la tête avec tristesse.

- Je suis désolé, Ezra. Elle a été tuée sur le coup.
- Mary…

Et le lieutenant Gurney ferme les yeux, une larme perlant à ses cils.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Sam 30 Jan 2016 - 07:57; édité 1 fois
Back to top
Sam 28 Déc 2013 - 12:34
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou, Limeye!

Ça frappe vraiment fort. Pauvre Ezra Sad Ezla et Mary! Je sens que Korvo va faire beaucoup d'autres victimes.
Cette histoire est vraiment en train de m'accrocher! Good Mr. Green

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Sam 28 Déc 2013 - 15:53
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou les filles!

Brrrrrrrr..... horified

J'étais encore sous l'effet de la lecture du Chemin des âmes, et ça ne m'a pas changé beaucoup les idées de voir Korvo à l'œuvre... Heureusement qu' Ezla s'en est tiré...

Je suis bien curieuse de voir ce que tu nous réserves, Limeye... et ce que Korvo mijote! On peut s'en douter, mais tu nous prépares sûrement un rebondissement!

Alors je jump jump jump jump jump sans arrêt!

Bizz VIzz
Flamme
Master
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 28 Déc 2013 - 16:15
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou les filles !

Contente que ce récit vous plaise ! Merci !

j'imagine beaucoup de choses pour cette histoire, et j'essaye d'avancer tout en prenant bien le temps de rédiger aussi des passages importants de l'enfance de Curtis. Hamilton a bien donné quelques pistes à ce sujet, mais finalement, assez peu... et la présence d'Elaine dans cette histoire ajoute un élément vraiment intéressant.

je ferai juste un petit correctif à ta remarque, Flamme, ce n'est pas un, mais plusieurs rebondissements que je prépare... Shocked

en attendant, je suis en train d'essayer d'imaginer Curtis découvrant la Terre... et se confrontant à d'autres enfants. Livraison peut-être en fin de journée si ça reste calme autour de moi !

et je ferais revenir Korvo plus tard dans l'histoire... mais aussi Ezra (logique).

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 28 Déc 2013 - 18:38
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Recoucou !

j'avance bien, alors je peux vous livrer une suite ! Et sans doute encore une avant la fin de ma journée...

bonne lecture, j'espère que vous aimerez !

bizz vizz

Limeye


Sur Tycho, ni Elaine, ni Simon n’apprennent que Korvo a été repéré dans le Système Solaire, ni même qu’il compte un crime de plus à son actif. La vie continue, entre recherches, cours, élaboration du vaisseau, développement de la base. Simon veut aussi offrir un lieu d’observations à nul autre pareil à Curtis. Très vite, il a remarqué l’intérêt que le jeune garçon porte aux étoiles, aux planètes. Elaine lui a montré des cartes du ciel, lui racontant l’histoire de la colonisation, évoquant aussi les légendes des enfants de Deneb. Il écoute tout cela avec beaucoup d’attention, et, depuis que l’observatoire est terminé, il passe beaucoup de temps à scruter les étoiles, peuplant son imaginaire avec les images suscitées par les histoires que lui raconte Elaine, par les visions des mondes que Simon – qui s’est rendu dans sa jeunesse sur plusieurs planètes du Système Solaire – lui rapporte.

De même que de sa chambre, il peut distinguer la planète bleue, tous ces univers attisent sa curiosité et le désir, très précoce, de les parcourir, de les découvrir.

C’est au cours de l’été qui précède son neuvième anniversaire qu’il va se rendre, pour la seconde fois de sa vie, sur Terre. Les familles d’Elaine et de Roger les réclament. Il ne les a pas vus depuis plus de deux ans, et il a hâte de revoir ses cousins.

- La planète bleue est-elle bleue partout, Simon ?, demande-t-il alors que les préparatifs pour le voyage vont bon train.
- Non, mon garçon. Elle est certes en grande partie recouverte par des océans, mais les terres ne sont pas bleues. Il y a des déserts, de grandes forêts, des prairies, des montagnes… mais aussi beaucoup de villes, et la principale en est New York. C’est elle que l’on appelle aussi « la ville-monde », car s’y trouvent le gouvernement intersidéral et les autorités régissant l’ordre et la sécurité, la politique et l’économie, dans tout le Système Solaire.
- Est-ce qu’il existe une planète toute bleue ?
- Oui, Neptune. Elle est presque ’entièrement recouverte par un océan, et les quelques terres immergées ne sont guère habitées, en dehors d’une petite colonie terrienne.
- Ca doit être fascinant d’aller sous l’eau… Est-ce que je pourrais me baigner, sur Terre ?
- Oui, c’est l’été là où nous irons.
- Raconte-moi les saisons, Simon…

Et après les saisons, c’est le tour de la description des déserts, des montagnes, de la ville. Curtis sait qu’il va voir d’autres humains, comme sa mère, comme ses oncles et tantes, d’autres enfants.

Elaine, si elle appréhende un peu ce premier voyage sur Terre depuis la mort de Roger, s’amuse aussi des questions sans fin de son fils, et se sent heureuse de la présence de Simon et de la patience qu’il manifeste avec Curtis. Elle serait bien incapable de tenir aussi longtemps pour répondre à ses questions ! Alors que Simon, lui, le peut… Il lui arrive de se demander si les capacités intellectuelles de Curtis ne sont pas aussi développées parce que Simon est là, qu’il sait se mettre à la hauteur de ses interrogations et susciter sa curiosité par ses réponses. Cette soif de savoir et de découverte lui rappelle Roger, et aussi, parfois un peu elle-même quand elle poursuivait ses études. Mais Curtis possède des capacités qu’elle est loin d’avoir.

Pour ce vol vers la Terre, ils embarquent à bord de leur vaisseau habituel, et non du Cosmolem. La base de Tycho restera inoccupée quelques semaines, le temps qu’Elaine puisse revoir toute sa famille, mais aussi faire visiter certains lieux de la planète bleue à Curtis.

Assis à côté de sa mère dans le poste de pilotage, il observe avec attention Grag et Otho. Il aime les entendre se chamailler au sujet de leurs capacités respectives à effectuer les tâches qui leur incombent, et ne comprend pas vraiment leur dispute au sujet de leur « humanité ». Pour lui, Grag et Otho font autant partie de sa famille que sa mère, Simon et ceux qui vont les accueillir sur Terre.

- Pourquoi n’atterrit-on pas à New York, maman ?
- Parce que ma sœur et tes grands-parents vivent loin de cette ville ! Nous atterrirons à Denver, dans le Colorado. Ils habitent dans une petite ville, à une heure de route. Tu verras des paysages fabuleux.
- Des paysages comment ?

Et Simon commence à lui expliquer ce que le Colorado a de particulier. De là, il en vient à retracer l’histoire géologique de la Terre, la formation des continents et en serait venu à lui expliquer la théorie de la tectonique des plaques si Otho n’avait pas signalé qu’ils étaient prêts à atterrir. L’intérêt du jeune garçon se reporte sur les manœuvres d’atterrissage, mais ses questions restent dans un coin de son esprit. Il veut comprendre comment se sont formées les planètes, et principalement la Terre, puisque c’est là que sa mère a grandi. Et son père aussi, mais il songe rarement à son père.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Sam 30 Jan 2016 - 08:01; édité 2 fois
Back to top
Sam 28 Déc 2013 - 23:52
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Oui, pour les rebondissements, je me suis mal exprimée... Ashamed

Il n'est pas de tout repos, ce jeune Curtis, avec cette soif de connaissances impossible à apaiser... Je suis un peu étonnée qu'il pense rarement à son père, est-ce parce qu'Elaine éprouve trop de peine ou de mal à lui en parler? Sait-il au juste pourquoi son père n'est pas là? Je présume qu'il ne connaît pas toute la vérité?

Quoi qu'il en soit, je crois que le contact avec les autres enfants vont lui paraître étranges... tous les enfants sont curieux de nature, mais aucun autant que lui! Mr. Green

Je me demande à quelle étape de sa vie tu as planifié THE meeting... Wow et le retour de Korvo! horified

Je passe du grilpoline au trampogril, et vice-versa... Quant au "kit" de nettoyage, il n'est pas bien loin, j'ai bien hâte de m'en servir à nouveau... Wow

Bizz Vizz
Flamme
flower jamais bien loin...
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 29 Déc 2013 - 08:25
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Hello à toutes et tous !

A cette époque de mon récit, en effet, Curtis ne connait pas la vérité sur la mort de son père, ni les raisons qui ont poussé sa mère à rester sur Tycho.

Je n'ai pas fait comme O-tho pour THE meeting, j'hésite d'ailleurs sur certains développements à ce sujet Wink , car bien d'autres choses doivent survenir dans sa vie avant qu'il ne croise Joan .

je vous livre une suite ! J'ai bien avancé hier soir, ça vous fera de la lecture pour ce dimanche, des fois que vous vous ennuieriez Wink

bizz vizz

Limeye


Ce premier voyage est source d’émerveillement continu pour Curtis. Sa mère, son oncle Philip, sa tante Mina, et ses deux cousins l’emmènent d’abord voir le Colorado et les sites majestueux de Monument Valley. Ses deux cousins, à peine plus âgés que lui, en profitent pour rejouer certaines scènes de films célèbres tournés ici. Mais Curtis a bien du mal à comprendre pourquoi les Indiens étaient toujours les méchants. Et le récit de la longue agonie et du génocide du peuple Cheyenne le marque profondément.

- C’était il y a très longtemps, Curtis, lui explique Simon. En cet âge où les descendants de Deneb ne vivaient que sur Terre. Les autres planètes n’avaient pas été colonisées. Les peuples de la Terre se sont longtemps fait la guerre, avant de comprendre que seule l’unité pouvait les sauver de la destruction. Il a fallu un grand cataclysme, pour leur faire admettre certaines réalités.
- Quel cataclysme, Simon ?
- Et bien, à force d’épuiser les ressources de la Terre, de causer des ravages en détruisant les forêts, en polluant les rivières, en se lançant aussi dans des expériences nucléaires hasardeuses, les hommes en sont venus à menacer leur propre survie. Un jour, un terrible tremblement de terre s’est produit, à très grande échelle. Des raz de marée ont submergé plusieurs pays, parfois des continents entiers, comme ce fut le cas en Europe. Nous t’emmèneront voir les ruines. L’eau a reflué. Les survivants ont dû leur salut à la fuite. C’est ainsi qu’a débuté la colonisation des autres planètes du Système Solaire, même si des colonies étaient déjà présentes sur Mars, Jupiter et Mercure. Longtemps il a été impossible de vivre sur Terre, puis un jour, des hommes, courageux, y sont retournés et ont reconstruit des villes, des industries. La Terre reste la planète la plus importante, politiquement, du système, car les centres de décisions y ont été implantés. De plus, elle se trouve aussi au centre des échanges entre des planètes importantes, Jupiter et Saturne d’un côté, et Mercure et Venus de l’autre. Sur Mars, la colonie est plus petite, cette planète, même si elle est la plus proche de la Terre, reste peu exploitée.
- Pourquoi les hommes n’ont-ils pas pris soin de la Terre ? Avant ce cataclysme ?
- L’homme est faillible, Curtis. Il a de l’ambition. Sa soif de pouvoir est grande. Et malgré les signaux d’alerte, peu ont eu le courage de dire non. Mais ce cataclysme a aussi été une forme de chance : depuis, un système démocratique plus poussé a été mis en place, toutes les planètes du Système Solaire entretiennent des liens de coopération, d’entraide, construisent des projets, recherchent la paix et la sécurité.
- Les hommes vivent-ils seulement dans le Système Solaire ?
- Non, il y a d’autres colonies en dehors, au-delà de la Ceinture de Kuiper.
- Il est possible d’y aller ?
- Oui, mais le voyage est très long. Même avec des vaisseaux performants. On peut, de nos jours, à peine dépasser la vitesse de la lumière.
- Est-ce qu’il sera possible d’aller plus vite ?
- En théorie, oui, mais…
- Mais quoi, Simon ?
- Nous sommes en mesure, théoriquement, de construire sur Tycho un appareil qui permettrait d’aller plus vite que la lumière, mais… il faudrait avant tout avoir un vaisseau suffisamment résistant pour cela. Avec le glasit et l’aciérite, ce serait envisageable, mais ça prendra du temps.
- Nous devrions commencer maintenant. Comme cela, quand je serai grand, nous pourrions voyager à son bord. Le Cosmolem est trop petit pour aller loin.

Simon reste silencieux. Et il se demande si les rêves du jeune garçon ne deviendront pas un jour réalité…

Après le Colorado, Elaine emmène son fils en Asie. Il y découvre des hommes à la peau jaune, aux modes de vie différents, et ces différences l’émerveillent. Il parcourt, impressionné, La muraille de Chine. Puis leur périple se poursuit en Afrique, avec la découverte des Pyramides et des secrets de l’écriture. En quelques jours, il se révèle capable de déchiffrer les principaux hiéroglyphes. Après avoir appris le chinois en trois jours. Mais ce sera le voyage en Europe qui lui laissera une impression durable. Le continent n’est quasi plus peuplé depuis le grand cataclysme et les ruines sont encore bien visibles.

- C’étaient des villes magnifiques, parmi les plus anciennes érigées par les premiers habitants, venus de Deneb, lui explique Elaine. Ils avaient réalisées des merveilles d’architecture dont il ne nous reste plus aujourd’hui que des pierres empilées, et des reproductions.

Elle a pris soin d’emporter avec elle de nombreux documents, et au fur et à mesure de leur parcours, elle lui montre les images de ces villes, de ces monuments, avant la destruction. De l’Alhambra de Grenade, de l’Alcazar de Tolède, des châteaux de Chenonceau ou de Chambord, des cathédrales de Notre-Dame ou de Strasbourg, de la Tour de Londres, mais aussi des rues de Münich, de Berlin, de Prague ou de Cracovie, il ne reste plus que des ruines. Mais de les voir, avec les images que sa mère lui en montre, lui fait prendre conscience de la fragilité de l’existence, et de la puissance de la nature.

- La technique, la technologie, permettent beaucoup de choses, Curtis. Mais nos ancêtres ont fait l’erreur de se croire tout-puissants. Nous pouvons élaborer beaucoup de choses, réussir des exploits techniques de grande ampleur, mais nous devons rester humbles, lui dit Elaine en parcourant avec tristesse les bords de la Vltava.

Il l’écoute en silence. Elaine poursuit :

- Si j’ai voulu te montrer tout cela, Curtis, c’est pour que tu ne vives pas sans savoir ce qui est arrivé sur Terre. Sur Tycho, tu vis dans un monde isolé et protégé. Mais la vie est fragile… Nous allons repartir demain, pour Denver. Je voulais terminer notre visite en Europe par cette ville, car pour moi, elle est tout un symbole. Prague était au centre du continent européen, c’était une ville magnifique. Certains disaient autrefois que Paris était la ville-lumière, que New York était le centre du monde, que telle ou telle autre ville était la plus belle… pour moi, c’est Prague, la plus belle. La plus belle et celle qui me cause aussi le plus de tristesse quand je vois ce qu’elle est devenue. De part sa position historique et géographique, elle a été peuplée par des hommes venus d’horizons différents, de langues, de cultures, de religions différentes. Cela se voit dans la ville. Tout ici est symbole : le quartier juif, à deux pas de la place centrale où tu as pu voir les églises catholiques et protestantes, mais aussi l’ancienne ambassade de ce qui était la France. Tu as deviné la beauté des églises, des maisons… Tout cela n’est plus. Et cela me fait toujours de la peine car pour moi, ici, les hommes avaient réussi quelque chose de rare : vivre ensemble malgré leurs différences.
- Je suis certain qu’il existe des endroits où cela est toujours possible, maman.
- Bien entendu. Mais il est dommage qu’il ait fallu que cette ville et ses habitants soient détruits pour qu’on en prenne enfin conscience…
- Peut-être n'a-t-on conscience de la vie que face à la mort ?

Elaine le regarde, songeuse. Curtis lui arrive maintenant aux épaules, elle ne baisse pratiquement plus les yeux pour le regarder. D’ici peu, il la dépassera. Un instant, elle ne peut réprimer un frisson : une image se forme devant ses yeux, celle de son fils, adulte, avec cette force qui sera la sienne, son courage, sa soif de justice et de paix. Mais les ennemis qu’il aura à affronter seront peut-être pires que Victor Korvo…
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 29 Déc 2013 - 11:06
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Vous croyez au hasard, vous ? Moi, ça fait longtemps que non...

En venant au taf' ce matin, à la radio, y'avait cette chanson... et je me suis dit qu'elle correspondait assez au passage que je vous ai livré durant mon petit déjeuner...

http://www.youtube.com/watch?v=7a1y5l4dbz8

Bonne écoute !

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 29 Déc 2013 - 15:33
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Superbe passage et superbe chanson! Je ne l'avais jamais entendue avant! Good

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 29 Déc 2013 - 22:37
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

Tu aurais dû dire aussi: bon visionnement! Parce que la fin du clip m'a beaucoup remuée! De voir que tout cela n'était qu'une attraction, tout comme le regret éprouvé par la petite fille lorsqu'elle sort, ça fait réfléchir...

Quant à ton texte, il est aussi percutant... De s'imaginer le monde tel qu'on le connaît à l'état de ruines, suite à un grand cataclysme, ça donne un tout nouveau sens à l'évolution!

Et la conclusion de ton passage me fait penser à un proverbe:

"Quand tu ne regardes que ce qui te manque, tu perds de vue tout ce que tu as..."

C'est souvent quand on perd quelque chose qu'on en mesure toute la valeur, non?

Bref: beaucoup de réflexion suite à ce que tu as écrit ce matin! Master

Bizz
Flamme
Good
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Lun 30 Déc 2013 - 09:53
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou les filles !

oui, le passage précédent avait quelque chose de philosophique... je voulais aussi montrer à travers ces étapes ce qui a pu inciter Curtis à devenir plus tard un justicier et pas seulement un chercheur. J'ai bien avancé sur cette histoire, les idées sont là, j'ai beaucoup à dire (donc à écrire Mort de Rire ), je m'y emploie dès que j'ai un peu de temps, mais j'ai une grosse dernière journée de taf' avant les vacances pour aujourd'hui... heureusement que j'ai pris de l'avance !

je vous livre deux passages pour commencer la journée, le premier est une reprise du conte de Noël, uniquement la partie concernant Curtis (mais libre à vous dans cette histoire d'imaginer que sur Ixio, Joan trouve aussi une Pierre de Lune... Chut ), que j'ai un peu modifiée pour la faire correspondre aux tenants de cette histoire, et notamment à la présence d'Elaine (alors que dans la version "conte de Noël", j'étais partie avec le postulat d'Hamilton). Et le passage suivant est... la conséquence de sa petite (més)aventure !

contente que vous ayez découvert et aimé la chanson dont je vous ai envoyé le lien hier !

bizz vizz et belle journée !

Limeye


La fin de leur séjour sur Terre se déroule donc à Denver, dans une ambiance familiale des plus chaleureuses. Curtis surprend quotidiennement ses grands-parents par les récits qu’il fait de son voyage avec sa mère, et ils ne peuvent s’empêcher d’échanger des regards interloqués quand il leur explique avoir réfléchi à la façon dont les Pyramides avaient pu être érigées et qu’il a trouvé que le chinois était une langue facile à apprendre.

Mais ce sont ses cousins qui vont vite déchanter : bien que de deux et quatre ans plus jeune qu’eux, il les bat aisément à la course, ne se laisse pas démonter par la carrure de l’aîné, qui pratique le judo depuis l’âge de cinq ans et qu’il bat à plate couture à chaque combat. Sans compter les parties d’échecs qu’il gagne si aisément que les deux garçons finissent par être dégoûtés et ne sont pas fâchés de voir leur étrange cousin repartir sur la Lune.

Très vite, après leur retour sur Tycho, Simon comprend qu’il va falloir mettre en pratique la suggestion de Curtis de construire un grand vaisseau. Le professeur considère cela comme une bonne application de nombreux enseignements qu’Elaine et lui-même lui ont dispensés depuis sa petite enfance. Ce projet les occupera durant des années, et durant toute son adolescence, Curtis aura à cœur de concevoir, puis réaliser ce vaisseau.

Mais son caractère indépendant et son insatiable curiosité, sans compter une profonde générosité manqueront un beau jour de lui coûter la vie…

Un jour, à la veille de Noël, le jeune garçon vient de passer plusieurs heures, assis à son bureau, à apprendre une longue leçon d’astronomie. Il connait désormais par cœur le nom de toutes les planètes du système solaire et leurs satellites. Il peut calculer chacune de leur révolution, nommer leurs principales composantes et caractéristiques, citer les dates et les lieux des implantations humaines, faire des calculs complexes quant à leurs positions par rapport au Soleil ou entre elles.

Mais après ces longues heures de travail, il n’a qu’une envie : faire un tour au-dehors. Il sort de sa chambre, traverse le long couloir silencieux. Il sait que Simon est dans le laboratoire, avec Otho et sa mère. Grag… il ne sait pas où se trouve Grag. Il siffle doucement et Eek, le chien lunaire le rejoint. Il gagne le sas, enfile une combinaison spatiale intégrale, déverrouille les codes, se rend compte que Simon les a encore changés, réfléchit quelques minutes et trouve la nouvelle combinaison. Un sourire malicieux s’affiche sur son visage : son mentor devra encore inventer autre chose pour le garder à l’intérieur…

Il attrape Eek dans ses bras et active son petit propulseur. Il s’éloigne de la base, survole le fond du volcan, avant de parvenir à franchir plusieurs crêtes rocheuses acérées. Puis il se pose, le chien toujours dans les bras. Il le porte jusqu’en face de son visage, le fixe à travers la vitre de son casque et pense très fort : "Eek, trouve le filon. Je voudrais ramener une pierre de lune, pour maman. Aide-moi à trouver le filon."

Et il repose le petit chien au sol. Celui-ci tourne la tête de droite à gauche, semble réfléchir, puis remue la queue et file entre les chaos rocheux. Curtis le suit, la faible gravité lui permettant de se déplacer très rapidement et de suivre sans difficulté le petit animal. Au bout d’une demi-heure, ils ont déjà parcouru une bonne distance et se sont beaucoup éloignés de la base. Mais cela n’inquiète pas le jeune garçon : il connait bien les alentours de Tycho, les a déjà parcourus de nombreuses fois avec Grag et Otho. Et grâce à ses dernières leçons d’astronomie, il sait pouvoir retrouver son chemin en se guidant d’après la position des étoiles.

Peu après, le chien s’arrête, renifle et commence à grignoter quelque chose au sol. Le jeune garçon observe avec soin les alentours, et découvre face à lui, à quelques mètres, une faille d’une couleur légèrement différente des roches alentours. Il sourit : Eek l’a mené au bon endroit. Il franchit les derniers mètres et s’approche. Un mince filon gris-bleu s’enfonce entre deux roches. Avant d’y toucher, il regarde comment il s’est créé, enregistre quelques informations, prend des repères pour le retrouver. Puis il ouvre un boîtier fixé à sa ceinture et en sort un petit outil. Avec précautions, il entame la roche. Plusieurs pépites se détachent, il en conserve quelques-unes, mais il voudrait un plus gros morceau. Enfin, un bel éclat tombe dans la poussière grise. Il le ramasse, l’observe, satisfait, et va pour s’éloigner, lorsque son regard est attiré par quelque chose. En frappant la roche avec son burin, il a ouvert une fente. Il aperçoit quelque chose de brillant là où le gros éclat s’est défait. Intrigué, il s’approche un peu plus et reprend son travail. La roche est plus difficile à entamer, il s’entête, ne voit pas le temps passer, ne songe pas non plus à sa réserve d’oxygène qui commence à diminuer. Enfin, il parvient à défaire un autre beau morceau de pierre, avec un éclat brillant à l’intérieur. Satisfait, il jette un regard à sa montre et constate qu’il est resté au-dehors beaucoup plus longtemps qu’il ne le voulait.

"Eek !" pense-t-il très fort dans son esprit. Mais l’animal n’est plus là. "Eek ! Reviens ! Il faut qu’on rentre !" L’animal a disparu. Il monte sur une roche, pour regarder tout autour de lui. Toujours aucun signe du petit animal. "Grag va m’étrangler pour avoir laissé filer son chien… Eek ! Bon sang ! Il est temps de rentrer ! Je ne vais plus avoir assez d’oxygène sinon… Eek !"

Triste, il se résout à abandonner ses recherches, mais relance son propulseur et survole encore toute la zone où il a travaillé. Enfin, il aperçoit un léger mouvement, il redescend et en approchant, se rend compte qu’il s’agit de Eek en train de se battre avec un autre chien lunaire pour un morceau de métal. Le jeune garçon ne veut pas perdre de temps, il saisit une grosse pierre, la lance en direction du deuxième chien, qui fait un bond en arrière en grognant, et toujours volant, il survole la scène du combat et saisit Eek qui n’a pas lâché son morceau de métal.

"Sale bestiole ! Je t’ai cherché partout ! Il est temps de rentrer…"

Et Curtis repart, mais très vite, les repères lui manquent, l’air se raréfie, il a déjà dû ouvrir sa réserve de secours. Il ne lui reste plus que dix minutes pour regagner la base. Il se pose, respire lentement pour économiser sa maigre provision d’oxygène. Il lève les yeux, cherche des repères. Il a le dos tourné à la Terre, masse bleue imposante au-dessus des montagnes, loin, derrière lui. Le soleil est sur sa gauche. Il cherche un alignement en particulier, soupire.

"Voilà, j’ai trouvé. Il faut suivre cette petite étoile, là-bas. C’est Calenda. C’est la bonne direction pour rentrer."

Il relance à pleine vitesse son propulseur et voit se dessiner quelques minutes plus tard la forme bien particulière de la base lunaire. A bout de souffle, il se pose près de la porte qui s’ouvre d’un coup, avant même qu’il ait eu le temps d’actionner l’ouverture.

- Où étais-tu passé, Curtis ? Je te cherche depuis des heures ! La gomme balloune a même fait décoller le Cosmolem pour partir en reconnaissance ! Mais… tu n’as plus d’air ! Vite !

La tête tourne au jeune garçon, des tâches noires apparaissent devant ses yeux, il sent la poigne puissante de Grag le saisir, le faire rentrer dans le sas, prendre un tuyau branché sur l’oxygène et le placer dans sa réserve. Une goulée d’air frais lui entre dans les poumons, le brûlant. Ses premières respirations sont douloureuses. Mais il reprend vite conscience et un grand sourire s’affiche sur son visage alors qu’il fixe les yeux phosphorescents remplis d’inquiétude du robot.

- Merci, Grag, ça va. Je crois que je peux retirer mon casque maintenant.
- Seulement quand on sera rentré. Qu’est-ce que tu étais parti faire dehors ?
- Je voulais ramener des pierres de lune. J’en ai trouvé de belles… Eek m’a aidé.

La mention de son chien calme aussitôt la colère du grand robot. Le jeune garçon poursuit :

- Tiens, regarde ma collecte !

Et il tend le filet étanche dans lequel il a glissé les morceaux qu’il a arrachés à la roche. Parmi ces quelques morceaux, on peut voir celui qui a failli lui coûter la vie. Un bel éclat où le bleu et le gris se mêlent, avec une étoile blanche en son cœur.

- Tu parles d’un trésor, grogne une voix exaspérée derrière eux. Sale gosse ! Tu nous as fait tourner en bourrique… Tout ça pour des bouts de cailloux… Heureusement que Simon et ta mère ne se sont rendu compte de rien… Allez zou ! File !
- Otho ! Désolé de vous avoir inquiétés, mais vraiment, je te jure, j’ai vraiment trouvé une belle pierre. Je vais la polir.
- Et pour en faire quoi ?
- Pour l'offrir à maman. Pour Noël.

L’androïde lève les yeux au plafond. Curtis n’a pas fini de leur en faire voir, c’est certain. Et depuis quelques temps, ça ne s’arrange d’ailleurs pas.

Le jeune garçon se dirige en silence vers sa chambre, le regard toujours fixé sur la petite étoile et songe à cette autre étoile, cette petite étoile perdue parmi tant d’autres, dont il a suivi la direction et qui lui a permis de retrouver à temps le chemin de la base.

"Un jour j’irai vers Calenda. Un jour. C’est mon étoile."

**


Elaine a toujours veillé à marquer certaines dates, en point de repère dans ces années où les journées se ressemblent toutes, où seule la révolution lunaire peut faire office de changements. Les anniversaires, celui de Curtis, le sien, mais aussi ceux de Grag, Otho et Simon sont fêtés. Elle fête aussi Noël, en a raconté à son fils la légende. Mais jamais il n'a cru au Père Noël. Néanmoins, il aime le changement d'atmosphère qui accompagne cette journée, car Grag, Otho et sa mère décorent la partie d'habitation de la base, Grag s'enferme dans la cuisine pendant au moins deux jours, sans qu'ils aient le droit d'y entrer, et Otho furète partout à la recherche des cadeaux.

Il a déjà oublié qu'il a failli mourir asphyxié lorsqu'il s'installe dans l'atelier pour polir la pierre de lune qu'il a ramassée. Il a mis de côté les petits éclats, qu'il étudiera plus tard, dans le laboratoire, et n'a conservé que les deux plus gros. Le bleu-gris, et celui qui possède un petit éclat blanc. Il les polit avec soin, prend son temps de bien étudier chacune des pierres, comment en tirer la plus belle forme. La pierre bleu-gris devient ainsi comme une larme, et si l'éclat brillant de l'autre prend la forme d'une étoile, la pierre elle-même devient comme petit galet poli par la mer.

Satisfait de son travail, il se met en tête de réaliser un collier, en argent, qu'il fixe à la pointe de la larme. Enfin, il l'enferme dans une petite boîte qu'il conçoit dans un morceau de carton et qu'il garnit simplement avec du coton.

Il a passé presque la journée à fabriquer le cadeau pour Elaine, sans être dérangé. Et le lendemain, jour de Noël, il se sent très heureux quand il tend le petit paquet à sa mère. C'est la première fois qu'il peut lui offrir un cadeau qu'il a lui même trouvé et fabriqué. Les années précédentes, il avait bénéficié de l'aide de Grag ou d'Otho, voire des deux.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Sam 4 Jan 2014 - 06:46; édité 1 fois
Back to top
Lun 30 Déc 2013 - 12:08
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Limeye!

J'aime la façon dont tu as repris ton conte de Noël! Wow À la fin de son voyage sur terre, on voit que beaucoup de choses le séparèrent déjà de ses cousins mais aussi du reste de l'humanité en quelque sorte. Élaine, Simon, Mala et Crag vont effectivement avoir fort à faire. Surtout qu'il approche maintenant l'adoloescence. Rolling Eyes Mr. Green

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Lun 30 Déc 2013 - 13:40
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Coucou Frégo !

si j'ai des idées pour plusieurs épisodes importants qui vont s'en suivre, j'hésite par contre encore sur la manière de parler de son adolescence proprement dite. Je ne sais pour l'heure comment raconter un éventuel mouvement de révolte, voire d'opposition... je suis sur un autre aspect des choses à l'heure actuelle, mais j'ai encore - chronologiquement parlant - le temps d'aborder cette question.

je livre un nouveau tiboutte d'ici peu, j'ai encore quelques détails à peaufiner !

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Aujourd’hui à 01:40
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Et si...
Back to top
Page 2 sur 18
Aller à la page: <  1, 2, 3, … 16, 17, 18  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure