Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Ven 20 Déc 2013 - 02:31
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou Limeye!

Je ne me lasse jamais du double jeu joué par nos deux lascars d'un côté (avec ou sans aide extérieure) et notre couple de tourtereaux de l'autre! ;D [jump] [jump]

J'ai fondu à l'expression "J'attends TON enfant"... soupir... [loveu]

Super! [master]

Flamme

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou! Limeye, Flamme, O-tho et Élaine!

C'est à mon tour d'émettre mon cri barbare parce que je passe la dernière. Après ces histoires sulfureuses c'est dur de pondre quelque chose d'original mais allons y. Wink

Saturna observait Kahlon s'emporter pour la N nième fois dans le TOURBILLON de sa haine envers le capitaine Flam. Elle était sûr que même si celui-ci mourrait, le FEU de cette haine ne s'éteindrait jamais. Pourquoi donc était-elle donc tombée amoureuse d'un tel DESPÉRADO?

Parce qu'une nuit avec son rare côté POLISSON était la drogue la plus puissante qui soit. En parlant de drogue, c'est elle la diabolique ce soir...Si son aphrodisiaque de ce soir ne marchais pas, elle voulait bien être pendue. Elle en avait mis dans le vin qu'il vient de boire. Elle en a mis à profusion dans le bassin naturellement chauffé par une profond rivière de lave souterraine.

Bientôt elle vit le REFLET avide dans les yeux de Kahlon. Il était le diable en personne avec son corps nu entouré d'un SUAVE NUAGE de vapeur. INTERDICTION était un mot encore plus dénué de sens. Saturna aussi ressentait les effets de l'aphrodisiaque. Son front était MOITE plus à cause de son désir décuplé que de la chaleur. Elle s'avança lentement pour le rejoindre. Il lui arracha violemment ses vêtements et la porta dans l'eau sous un long baiser sauvage. Ils se prirent possession l'un de l'autre dans le fond du bassin pour ne plus jamais remonter à la surface. Ces derniers instant furent une jouissance infernale, éternelle.


Bonne nuit! ou Bon matin. [devil]

Frégo

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Frégo, comment dire? Génial! Vraiment original! Et avec les smileys: [master] [master] [respekt] [respekt] [chinese] [chinese] Deux fois plutôt qu'une!

Quelle bonne idée de leur faire prendre ce genre de bain à ces deux-là! [goodjob] Mon blocage psychologique avec Kahlon m'aurait certainement empèché d'y penser, il a l'air presque plus humain ainsi! Mais tu lui gardes à merveille son côté diabolique! [devil]

Pour être sulfureux, c'est sulfureux à souhait! Ça rend presque moite de lire ça...hé,hé,hé!

Je serais curieuse d'entendre le cri barbare qu'Elaine va émettre... car c'est elle qui vient en dernier!
Je meurs d'impatience de voir son récit, ça n'aide pas pour l'insomnie! [jump] [jump] [jump]

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou Frégo,

comme Flamme, je dis bravo et [respekt] ! Excellente idée et très sulfureuse... ma foi, c'est une bonne fin pour ces deux-là... à la hauteur de leur perversité aussi !

A Elaine, désormais...

Flamme : oui, j'aime beaucoup jouer sur cette ancienne idée que Curtis et Joan réussissent à cacher leurs relations aux autres, qui eux, s'escriment à tout faire pour qu'ils soient ensemble ;D !

Belle journée à vous !

Limeye qui entame son après-midi Wink

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonsoir les filles,

alors là les filles [master] [master] Frégo j'ai un coup de coeur pour ton bain de minuit de Kahlon et je ne vais pas répéter ce que Limeye a déjà dit ou Flamme sur vos histoires respectives, tout est vrai.

Dites vous placez la barre très haut...bon, ben j'ai tablé sur un registre culpabilisant...est-ce pertinent?

Vous me direz ;D

a plus,

***
un bain de minuit
reflet/interdiction/desperado/suave/feu/nuage/ tourbillon/bassin/polisson/moite

Curtis se balançait lentement dans le rocking chair, face au lac, songeur, il regardait le reflet du ciel dans les eaux noires du lac. Il n’arrivait pas à oublier ce qui s’était passé , il avait résisté si longtemps, subi cette interdiction qu’il s’était lui-même fixée des années. Une nuit avait suffit pour bouleverser sa vie, une seule nuit, pourquoi ? Il ouvrit sa deuxième desperado en soupirant, ferma les yeux mais ce fut pire. Il la revoyait, confiante, abandonnée, aimante…le corps ondulant, suave, éveillant en lui un feu difficile à canaliser. Il termina sa bière d’un trait. La tranquillité extérieure, la nuit, la lune traversée de temps à autres par de fins nuages contrastait avec le tourbillon de sensations qu’il ressentait. Il se leva , se déshabilla et plongea dans l’eau froide, nagea d’un crawl rageur jusqu’au milieu du lac. Cela le calma mais il aperçut une silhouette bien connue devant la maison familiale qu’il venait de fuir. Il nagea à sa rencontre, doucement, tel un crocodile guettant sa proie, qu’il voit plonger à l’eau. Elle avait un beau style et naturellement elle vint à lui , son corps touchant le sien, il la prit par le bassin,fermement, la fixant sérieusement : elle baissa d’abord les yeux, sachant très bien qu’elle brisait sa chère solitude mais maintenant qu’elle savait , elle n’avait pas l’intention de le laisser partir si facilement. D’un air polisson, elle ôta le haut de son maillot et le lança sur le ponton de la maison. Surpris il la regarda d’un air désapprobateur et la lâcha, repartant vers l’échelle. Il était déjà en train de se sêcher, quand il vit tomber la deuxième partie du maillot. La serviette tomba par terre et malgré la fraîcheur de l’eau, il en eut les mains moites.

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Frego, tres inspiree, super! Et il y a pire comme maniere de mourir... ;D
Flamme, c'etait hot hot hot! [naughty]
Limeye: j aime bien ton idee d'une relation cachee, de tous meme de l'equipe!
Elaine: Super! Ah ...(soupir) le cerebral de Curtis....et alors a la fin, il replonge ou il s'enfuit, hmmm???

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
a vrai dire j'avais d'abord pensé faire pire mais j'ai pas osé pour la chute ...des maillots [devil] comme vous préférez ;D

Elaine

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

bonsoir Elaine,

moi, j'ai beaucoup aimé comment tu as "recyclé" le mot "desperado" ;D !

ça ne m'étonne pas qu'il se sente si mal, Curtis, s'il boit de la despé... c'est dégueu la despé :-X ;D, devrait boire autre chose, ce garçon [beer]. Sans lui demander de boire de la bière de trappeur, une bonne weissbier, ça lui remettrait les idées au bon endroit Wink

bon, on remet ça ?

je propose : volontaire / cheminement

bizz

Limeye Smile

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou!

Je vais proposer Front et Téméraire.

Il y a donc:


volontaire / cheminement/ front/ téméraire

A+

Frégo

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Je rajoute diplomate/estafilade

Donc en resumant:

volontaire / cheminement/ front/ téméraire/diplomate/estafilade

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

bonjour les filles,

ok c'est du sérieux....

volontaire / cheminement/ front/ téméraire/diplomate/estafilade / avenir / mort

a plus!

si c'est trop sérieux, je peux proposer à la place adolescent / bébé

bizz

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

C'est vrai que ça fait plus sérieux, mais on était vraiment parties en orbite ces derniers temps! ;D J'ai beaucoup apprécié Very Happy, mais je trouve que ça ajoute au défi de revenir un peu sur terre? De toute façon, je verrai bien ce que je peux faire avec tout ça, j'aime bien les touches humoristiques et coquines! [proud]

Je voulais ajouter vérité et coeur [flower]à la liste. Est-ce qu'on garde aussi adolescent et bébé pour un total de 12? Ça vous va?

volontaire / cheminement/ front/ téméraire/diplomate/estafilade / avenir / mort/adolescent/bébé/vérité/coeur

Bonne journée !
Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles !

la liste à 12 mots, perso, ça me va sans problème... pas de thématique, chacune part sur le sujet qu'elle veut...

maintenant, reste plus qu'à écrire Wink

Limeye Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Attention, guimauve en vue [eyeheart] ! Spécial pour Flamme, la plus guimauve de nous toutes, non Wink ?

Limeye Smile


La cellule où Joan était enfermée était froide et humide. Cela faisait maintenant trois jours qu'ils avaient été faits prisonniers. Elle s'était portée volontaire avec trois autres policiers pour tenter d'arrêter des trafiquants de drogue. Mais ils étaient tombés entre les mains de l'un des caïds du trafic, et elle se demandait bien comment ils allaient s'en sortir.
Après un long cheminement à travers les dédales de ruelles toutes plus étroites les unes que les autres, Curtis et Otho étaient parvenus jusqu'au repaire des trafiquants. Ezra les avait alertés de la disparition de son équipe, et leur avait demandé d'aller les secourir. Otho s'essuya le front et grogna :
- Joan a vraiment le chic pour se faire enlever à chaque fois qu'elle part en mission, Chef ! C'est presque pire quand elle n'est pas avec nous ! Elle est vraiment trop téméraire. Je me demande si un jour, elle s'assagira. Tu devrais peut-être faire quelque chose !
- Je ne vois vraiment pas ce que je pourrais faire. Même avec tous les meilleurs arguments de diplomate que je connaisse, tu sais très bien qu'au contraire, elle s'entêtera. Bon, tu vas faire diversion, pour que je puisse rentrer là-dedans.
Une heure après, il ouvrait la porte de la cellule de la jeune femme.
- Curtis ! Je savais bien que vous viendriez !
- Ce n'est pas une raison pour vous faire enlever à chaque mission, Joan ! Un jour peut-être, je ne pourrais pas venir... Mais qu'est-ce que vous avez sur le bras ?
- Rien qu'une égratignure.
Il se pencha vers elle pour regarder l'estafilade de plus près.
- Hum, c'est plus qu'une simple égratignure. Il va falloir soigner ça rapidement.
Ils regagnèrent tous le Comète, les trois autres agents n'étaient pas blessés. Ils l'avaient tous échappée belle. Alors que le professeur Simon et Curtis soignaient Joan, le Capitaine se permit encore une fois de lui faire la morale, ce qu'elle détestait par-dessus tout.
- Il faut penser à l'avenir, Joan ! Si vous continuez comme cela, c'est la mort qui vous attend ! Ces trafiquants auraient pu vous faire pire que cette blessure.
- Je ne suis plus une adolescente immature, Capitaine ! J'en ai assez que vous me considériez comme un bébé ! Je suis une femme, pas une gamine !
- Alors, cessez de vous comporter comme telle !, grogna-t-il exaspéré.
"Pourquoi faut-il toujours qu'elle prenne mal mes remarques ! Je ne veux pas qu'elle continue à risquer sa vie comme ça, c'est tout !"
Simon les abandonna en pleine discussion, sans que ni l'un, ni l'autre ne remarquent le départ du professeur.
Joan était assise sur le bord du lit de l'infirmerie, les jambes pendantes, la tête baissée. Mais il pouvait deviner à ses mains crispées sur le rebord qu'elle était encore en colère. Il s'approcha pour tenter de calmer les choses. Il détestait se disputer avec elle, pourtant, cela se produisait dès qu'elle se retrouvait en situation délicate, risquée, et qu'il craignait pour sa vie. Jamais il n'avait eu autant peur de perdre quelqu'un, mais cela, il s'interdisait encore de le lui dire.
- Joan, dit-il plus doucement. Qu'est-ce qu'on ferait s'il vous arrivait quelque chose ? Imaginez la peine d'Ezra, de Ken, de vos amis... Pensez un peu à Narna, votre filleule... Tenez-vous si peu à la vie pour prendre autant de risques ?
- Et vous Capitaine, lança-t-elle d'un ton un peu mordant, y tenez-vous si peu pour faire de même ?
- Ca n'a rien à voir, dit-il en fronçant les sourcils, j'ai pris des engagements...
- Toujours le même discours !, maugréa-t-elle.
- Je ne sais vraiment pas quoi dire, Joan, pour vous faire entendre raison !
- Et si vous me disiez la vérité, dit-elle soudain mutine, en le regardant avec ces grands yeux bleus si beaux, ce regard si profond, si... irrésistible.
Il se râcla la gorge, tenta d'échapper à ce regard si beau, si bleu, si profond, si... irrésistible. Impossible. Cette fois, c'était impossible. Il ne pouvait plus lui échapper.
- Et si vous me disiez ce que vous avez vraiment dans le coeur, Capitaine ?
- Juste vous, Joan.

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
bonsoir Limeye,

je ne suis pas d'accord ce n'est pas guimauve, [eyeheart] ;D Néanmoins pas facile d'être inspirée en ce qui me concerne, c'est l'un des rares où je ne suis pas l'ordre des mots, d'habitude j'y arrive... [wallbash]
bonne lecture j'espère

bizz
***

volontaire / cheminement/ front/ téméraire/diplomate/estafilade / avenir / mort/adolescent/bébé/vérité/cœur

Mars 2025/ A son front volontaire Curtis sut tout de suite qu’il aurait du mal à lui parler. Elle avait déjà mis Ezzela dans sa poche, l’équipe s’était résignée gênée: la mission serait dangereuse, cela suffisait à persuader Joan qu’on l’estimait incompétente. Du coup elle obtenait en culpabilisant Otho et Crag le soutien pour partir avec eux. Il n’avait jamais compris le cheminement de sa pensée et trouvait les femmes vraiment retors. Comment gérer son esprit de contradiction et ses revendications féministes?

Le président sembla devina ses pensées et lui tapota sur l’épaule amicalement : « vous savez l’agent Randall est très entraînée, c’est un atout mais si vous deviez avoir des préoccupations plus personnelles à son égard, je vais vous donner un conseil entre hommes. Les femmes, mieux vaut ne pas essayer de les raisonner, leur faiblesse c’est le cœur. Avec votre physique, vous n’avez même pas besoin d’être téméraire. » Curtis le regarda, surpris, puis compris qu’ il n’avait plus qu’une chance de l’empêcher de partir, il sourit au président complice et sortit.

Il croisa les diplomates de Saturne, l’avenir de leurs gisements les préoccupaient tant qu’ils se ruèrent dans le bureau présidentiel dans un silence de mort sans prendre la peine de le saluer.
L’équipe l’attendait dans le hall, Joan et Ezzela prêts au départ, tous déjà concentrés sur leurs objectifs. A la suite du capitaine ils montèrent dans le vaisseau, Curtis paramétra le vol, sans rien dire, le professeur réagit .
« - Nous ferons encore une étape sur Tycho , Crag et Mala vous assisterez le professeur pour installer la machine à voyager dans le temps.

-Tu as un plan chef, ?

-Oui, mais il faut d’abord régler un petit détail. Nous en avons pour une nuit, départ demain soir. Ezzela pourriez vous vous occuper du téléchargement des dossiers durant ces mises au point ? »

-Et moi capitaine ? demanda Joan.

- Vous , je vais vous demander de m’assister personnellement, Joan, je vous en parlerais plus tard. Fit-il le plus sérieusement du monde, elle ne dit rien, flattée.

Une demi heure plus tard tous étaient à pied d’œuvre. Joan était montée dans le bureau de Curtis et n’en crut pas ses sens. Il la regardait comme un adolescent transi mais ses caresses montraient qu’il savait exactement ce qu’il faisait. Son instinct lui disait le contraire de son cœur, elle l’avait tellement attendu !

« Joan, il faut que je vous dise la vérité, je vous aime. « La suite démontra jusqu’au petit matin qu’il ne mentait pas et elle s’assoupit confiante. A son réveil, elle eut la drôle de sensation d’avoir passé une nuit de plomb, elle remarqua une estafilade au bras, comme si on l'avait piquée. Elle se leva, s’habilla, déçue de ne pas trouver Curtis, l’équipe était sans doute déjà occupée, mais elle ne vit pas Ezzela non plus. En s’asseyant elle alluma la radio, et eut un choc en entendant la date, juin 2024. La gorge sèche, elle courut vers le hangar, pas de vaisseau mais une lettre en évidence, elle en sortit une carte :
« Tout ce que je vous ai dit est vrai Joan, pardonnez moi. Je reviens demain ». Elle essaya de rassembler ses idées malgré la colère et l’humiliation, que faisaient-il en juin 2024 ? En tout cas elle était bien décidée à avoir une explication.

Le lendemain le vaisseau arriva de bonne heure mais dans un sale état, Curtis blessé, Mala en assistance respiratoire, elle n’eut pas le cœur de faire une scène.

Mars 2025 Joan était encore fatiguée, elle s’endormait seulement quand le bébé le permettait. Curtis était satisfait, pas de mission sur Saturne de prévue cette année.

Elaine

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 02:31
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 02:38
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Limeye et Elaine, [master] [master] [master]

Limeye, jamais (ou rarement) trop de guimauve pour moi, et j'assume! ;D

Elaine: fameux, astucieux, le voyage de 9 mois dans le temps! [baby]

J'ai fini ma période "paix dans une maison dans les bois sur le bord d'un lac", mais je ne sais pas si c'est juste le choix des mots ou mon avancement avec l'ange gardien, je suis devenue plus sérieuse...
Mais attention: il fait très chaud ici depuis 3-4 jours, et je patauge dans la guimauve fondue! Vous êtes prévenues! Je n 'ai pas pu faire autrement, l'inspiration a été plus difficile... Wink

Curtis réfléchissait, assis dans le poste de pilotage du Comète. Il regrettait profondément ce qui s’était passé. Joan l’avait une fois de plus sauvé d’une mort certaine, malgré tout ce qu’il lui avait fait. Son front se plissa à ce mauvais souvenir. Lui qui était habituellement si diplomate avec tous, semblait incapable de l’être avec elle. Une fois de plus, il avait blessé, par ses paroles et son attitude, la femme qu’il aimait, la femme qui l’aimait.

Elle était si téméraire, si volontaire…! Ses avertissements face au danger avaient eu sur elle exactement l’effet contraire de ce qu’il souhaitait. Il n’y avait qu’elle pour se jeter entre lui et le fou qui l’avait attaqué avec un stylet. Il s’en était tiré avec une simple estafilade sur le bras, alors qu’elle avait reçu la lame près du coeur. Lorsqu’il l’avait vue s’effondrer, qu’il avait vu le sang jaillir, il avait cru devenir fou, il s’était mis à pleurer comme un bébé.. Le cri qu’elle avait poussé résonnait encore de façon effroyable dans ses oreilles. C’était la première fois qu’elle était blessée si gravement en lui sauvant la vie, et il s’en voulait terriblement.

Le cheminement de ses pensées fut interrompu par Grag et Otho, qui venaient le chercher :

-Le professeur est resté avec elle; tu ferais mieux d’y aller.

Les deux compères le regardèrent s’éloigner; aucun des deux n’était d’humeur à plaisanter.

Curtis se dirigea lentement vers l’infirmerie, et s’arrêta sur le seuil : Simon vint à sa rencontre et lui lança un regard étrange, qu’il ne put interpréter. Puis il sortit, le laissant seul avec Joan. Elle était pâle et ses yeux étaient fermés. . Sa poitrine s’abaissait et se soulevait lentement, au rythme de sa respiration. Elle n’eut aucune réaction quand il lui prit la main.

La vérité lui sauta enfin en pleine figure : il ne pouvait imaginer l’avenir sans elle. Il se pencha et lui murmura doucement à l’oreille :

-Joan, je te demande pardon pour tout le mal que je t’ai fait… Si jamais tu t’en sors… je te promets de te garder près de moi, de prendre soin de toi comme tu le mérites…

Toujours aucune réaction. Il enfouit sa tête dans ses cheveux et demeura longtemps ainsi. Lorsqu’il releva la tête pour contempler à nouveau son visage, il vit qu’elle le regardait de ses grands yeux bleus. Des larmes brillaient au coin de ses yeux. Elle finit par lui dire, avec un faible sourire empreint de malice :

-Tu ne me mérites pas, Curtis Newton… Pourtant, je veux bien accepter ton offre…

A ces mots, Curtis sentit un immense bonheur déferler en lui, comme un adolescent à son premier rendez-vous. Elle l’avait bien eu…


Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou les filles,

Super vos histoires! Je suis bien d'accord, pas tres facile...ces mots menaient au dramatique plus qu'au comique...
Elaine, tres original de remonter dans le temps... une facon d'eviter les problemes conjuguaux.!.. ;D
Flamme, tres chouette mais plus serieux c'est vrai, mais rien de tel qu'une bonne estafilade pour vous remettre les idees en place!
"Simon vint à sa rencontre et lui lança un regard étrange" hmmm ...comment tu fais ca avec des capteurs optiques?... ;D

Limeye, excellent dialogue! Et tres proche de ce que j'avais commence.... J'ai donc change mon recit...


“Joan, attendez! Je vous jure que c’est un malentendu! “ Son dernier mot se perdit dans l’eclat du tonnerre.

Une pluie torrentielle s’abattait depuis un bon moment deja, rendant le cheminement difficile, mais Joan n’aurait su dire si c’etait la pluie ou ses larmes qui l’empechait de voir le sentier.

Comment avait-il pu! Embrasser cette fille, la sous ses yeux! Alors qu’il lui avait demande, a elle, de l’accompagner a cette soiree! Elle s’en etait fait une telle joie…

“Joan revenez, laissez moi vous expliquer! Ne vous comportez pas comme une adolescente butee!”

“Ah! Toujours aussi diplomate le Capitaine! “ grogna- t’elle les dents serrees, furieuse.

Rendue temeraire par la colere, elle passa le petit pont en courant, deja la riviere boueuse enflait. Des branchages s’accrocherent a sa robe, son pied glissa, elle tomba sur le sol detrempe.

Lorsque Curtis la rejoignit, elle s’etait relevee, sa robe mouilee et dechiree, des estafilades sur ses bas. Elle garda obstinement les yeux baisses, son petit menton volontaire tremblant de froid.

“Joan, vous allez attrapez la mort si vous restez comme ca, soyez raisonnable, rentrez!”

Se rendant a la realite de la situation, sans mot dire, Joan reprit le chemin de la riviere mais s’arreta brusquement quand elle arriva sur la rive: le pont avait disparu, probablement entraine par la riviere gonflee par la pluie.

“Nous ne pouvons plus passer pour le moment, Joan, il faut nous abriter. J’ai repere une petit cottage tout pres, allons-y !”

Ils y trouverent de quoi faire un feu et des couvertures seches dans lesquelles ils s’envelopperent après avoir enleve leurs habits trempes. Assis pres de l’atre, Curtis etait decide plus que jamais a eclaircir le malentendu. Il savait aussi qu’en le faisant, il lui devrait plus que des excuses. Il ne supportait plus de la faire souffrir.

“La verite, Joan, c’est que c’est elle qui m’a embrasse! Je n’ai pas repondu a son baiser!”

Joan gardait toujours les yeux baisses, silencieuse. Curtis soupira, le moment etait venu, il etait conscient d’etre en train de jouer son avenir.

“Joan, il n’y a qu’une seule femme dans mon coeur, et elle est la, a cote de moi…”

Il tendit la main vers son visage et repoussa tendrement une meche mouillee sur son front. Ses doigts glisserent le long de sa joue, sur son cou, pour s’attarder sur son epaule. Sa peau etait aussi douce que celle d'un bebe.
Joan releva doucement sa tete et plongea son regard dans le sien…

Lorsqu’elle se reveilla le lendemain matin, tendrement enlacee, elle benit la chance qu’ils soient restes bloques, seuls tous les deux.

“Je crois que nous devrions rentrer, toute l’equipe doit commencer a s’inquieter” lui murmura Curtis après l’avoir tendrement embrassee.

“Je pensais que le pont etait le seul moyen de traverser la riviere?” questionna Joan

“C’est exact..Seulement tu n’etais pas au pont…J’ai du oublier de te le dire, comme par hasard…” lui repondit Curtis, le regard malicieux….

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour les filles, [goodjob] [jump] [chinese]

[eyeheart] [knuddeln] [loveu] je crois que c'est le premier défi où nous avons tous opté pour le même couple, j'ai beaucoup aimé vos cheminements jusqu'au final. Elle a du caractère notre Joan et Curtis est toujours aussi parfait. soupir romantique....d'ailleurs c'est aussi ma période, j'ai changé mon avatar

Vu que ce matin j'ai eu un fou rire familial au petit déj', il m'a inspirée les mots suivants, histoire de se mettre de bonne humeur:

cornichon / kimono /

bizz

Elaine

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour les filles !

bravo à toutes pour vos défis ! Manque Frégo, non ?

Je me suis demandée cependant si Curtis n'usait pas (pour ne pas dire abusait) de ruses typiquement féminines pour parvenir à ses fins... Wink

J'ajoute, puisque je suis au petit déjeuner aussi :

cornichon / kimono / théïère / chien

Elaine : félicitations pour le changement d'avatar ! J'adore le visage de Joan sur cette image, quant à Curtis qui essaye de faire croire à tout le monde qu'il n'est pas amoureux, ben, mon oeil, tiens...

bon, j'ai un zozo qui me réclame un dessin animé, j'ai beau militer, en ce moment, il n'en a que pour le prince Actarus. :P

bon début de journée ! A plus !

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Oui, il manque Frégo! [outahere]

Je suis curieuse de voir quelle idée de génie elle va nous présenter... [jump]

pour ;les mots, j'ajoute: peur/sommeil

Donc: cornichon / kimono / théïère / chien/ peur / sommeil


A +
Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ah, j'oubliais...

O-Tho: "Simon vint à sa rencontre et lui lança un regard étrange" hmmm ...comment tu fais ca avec des capteurs optiques?... "

Ben... avec des capteurs optiques !!! Ah, vigilance, quand tu me laisses tomber... ;D

Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

J'ajoute grincer/méandre

Ce qui fait pour resumer:

cornichon / kimono / théïère / chien/ peur / sommeil /grincer/méandre

A Frego!

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou!

Je suis au boulot! J'ajoute médaille et honneur pour:

cornichon / kimono / théïère / chien/ peur / sommeil /grincer/méandre/médaille/honneur

Bizz.

Frégo Cool

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Coucou les filles,

Hmmm ... pas facile non plus avec ces mots -la...Bref voici mon petit delire ;D

Joan respira profondement, la peur de ne pas etre a la hauteur la tenaillant. Elle ouvrit la porte de la salle tout doucement, sans la faire grincer. Toute l’equipe des Futuremen etait assise sur le tatami, attendant la ceremonie du the qui allait commencer.

Sa derniere enquete l’avait menee sur la piste d’un dangereux cartel de jeux illegaux , qui etait sous controle de la mafia japonaise. Joan avait decide d’infiltrer le mileu, et quoi de mieux que de travailler dans une de leurs maisons de Geisha pour espionner leurs faits et gestes! Heureusement qu’ils acceptaient toute nouvelle recrue, quelle que soit son origine, pourvu qu’elle soit agreable a regarder et qu’elle connaisse leurs coutumes.

Et Joan s’etait donne un mal de chien a apprendre le style traditionnel d'arrangement floral et la ceremonie du the. Elle avait passé des heures a assimiler les gestes rituels , assise sur ses talons, en silence, rien que pour ca elle meriterait une medaille! Et aujourd’hui c’etait son premier test aupres du Capitaine et son equipe.

Les sons de l'eau et du feu, l’odeur de l’encens et du thé, la beauté et la simplicité de la salle du thé et les décorations rendaient l’atmosphere relaxante. Silencieusement, Joan melangea la poudre et l’eau chaude dans la théïère, prepara les bols de the qu’elle tendit aux convives, choisissant Curtis comme invite d’honneur. Joan etait aussi parfaitement consciente que son kimono n’etait pas vraiment conforme aux regles de la bienseance. Son professeur lui avait donne la plus grande taille qu’elle ait pu trouver pour le moment, mais Joan etait tout de meme bien plus grande que la plupart des autres etudiantes.

“Le the vert, je dirai que c'est nippon ni mauvais !“ s’esclaffa Mala rompant le silence

“Arrête tes chinoiseries! “ gronda Crag, “tu deconcentres Joan!”

Curtis ne preta guere attention a ces echanges verbaux, trop occupe qu’il etait a regarder Joan. A chaque fois qu’elle se penchait, le col de son kimono s’entrouvrait genereusement, laissant apparaitre de fort jolies courbes. Et sa nuque delicate, degagee par ses cheveux releves etait comme une tentation exquise.

Joan etait en train de distribuer des friandises dans des petits plats a l’aide de baguettes quand Fregolo, que les delicieux effluves avait sorti de son sommeil, se jeta sur la nourriture, renversant tout sur son passage. Frustration et colere se peignirent sur le visage de Joan. Curtis se rapprocha aussitot d’elle.

“Espece de cornichon, tu ne pouvais pas mieux controler ta bestiole! “ reprimanda Crag qui chassa immediatement les coupables de la piece, laissant Curtis et Joan seuls.

A peine la porte fut-elle fermee que les mains de Curtis se perdaient deja dans les meandres de son kimono…

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou O-Tho !

Elle était mal barrée pour réussir son enquête ! ;D

Faire le test de la geisha avec les deux affreux, c'était certain que ça allait mal tourner !

Bien vu en tout cas ! [goodjob]

bizz

Limeye Smile

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Hello à toutes !

je continue avec la thématique du "secret défense" Wink

Joan entra dans la salle de sport de Tycho avec un bocal de cornichons à la main. Depuis trois jours, elle avait des envies terribles de cornichons. Curtis la regarda, amusé. Sur le tatami, Ken avait revêtu son kimono et s'entraînait avec Otho. Il tentait de mettre en application les conseils du Capitaine, mais l'androïde était vraiment trop rapide.
Le jeune garçon demanda à faire une pause.
- Je te croyais plus courageux, Ken. Ca ne fait que dix minutes que tu es en tenue.
- Peut-être, mais ça fait déjà quinze fois que je tombe par terre. J'en ai assez. Et puis j'ai faim !
Joan leva les yeux vers le plafond, ressortit de la pièce et gagna la cuisine pour préparer un goûter digne de ce nom. Elle fit chauffer de l'eau, à cette heure, un thé serait apprécié, même d'Otho, elle le savait. Elle sortit la belle théïère en porcelaine d'Elaine Newton, remplit la cuillère à thé avec un thé parfumé, versa l'eau. Puis elle garnit la table avec tout un assortiment de brioches et de confitures. Elle grignota encore deux cornichons, avant que les garçons n'arrivent, le chien Eek et la tortue Oog sur les talons.
Ils prirent tous place à table, et Ken commença à dévorer.
- Une brioche entière, ça ne te fait pas peur, hein, gamin ?, lança Otho, taquin.
- Jamais !
- Dis, Joan ?, interrogea-t-il ensuite. C'est une idée bizarre que de manger des cornichons au goûter... Déjà que les huîtres, quand on était en vacances...
- J'expérimente, Otho. La nouvelle cuisine, ça s'appelle.
- En tout cas, ça ne t'empêche pas de dormir. Tu tombes déjà de sommeil alors qu'il est à peine 17h.
- C'est le décalage horaire, grinça-t-elle.
Curtis suivait, les yeux rieurs, les échanges entre eux. Pour l'heure, nul dans l'équipe n'avait deviné la grossesse de Joan et ils avaient bien l'intention de garder le secret le plus longtemps possible. Déjà qu'ils n'étaient pas au courant de leur relation, grâce au savant mélange qu'ils faisaient avaler à toute l'équipe à intervalle régulier.
La jeune femme se leva pour gagner sa chambre, fit mine de se perdre dans les méandres des couloirs de Tycho, pour finalement se retrouver dans celle du Capitaine. Ce dernier la rejoignit rapidement, il avait suggéré à Otho de commenter les enregistrements de leurs combats à Ken et lui pour faire comprendre à l'adolescent quels étaient ses points faibles.
- Je vais finir par te décerner une médaille, dit-il en riant.
- Pourquoi ?
- Grag et Simon sont enfermés dans le laboratoire pour au moins une dizaine d'heures, à plancher sur de très sérieuses hypothèses de modification de la force d'attraction du soleil de Mazera, voilà Otho qui joue au professeur, on est tranquille pour plusieurs heures. Je me demande ce que l'on va bien faire de tout ce temps libre...
Elle le regarda d'un air coquin.
- Et si tu attentais à mon honneur ?

Limeye

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
O-Tho et son humour coquin sont de retour! Ah, la nature humaine de Curtis... C'est bien mieux comme ça! Les yeux dans le col du kimono, les mains dans les méandres... ;D [naughty] [devil]

Limeye, chapeau pour l'attentat à l'honneur! [jump] [goodjob] ;D
Et pour l'ignorance, de la part tous les autres, de ce qu'une envie de cornichons peut bien signifier... ???

Ce doit être l'effet du kimono et de la théière, j'ai eu une influence orientale moi aussi... [chinese]

Flamme Wink


« Quel imbécile! Ce cornichon a failli me faire repérer! Joan maugréait contre le marchand ambulant qui avait tenté de la convaincre de lui acheter une tasse de thé bien chaud.

Du thé, elle ne voulait plus en boire, celui qu’on lui avait servi lorsqu’elle était prisonnière lui ayant tombé sur le cœur. Avec le riz, c’est tout ce qu’elle avait eu pour nourriture, depuis trois jours qu’elle était tombée aux mains des fraudeurs qu’elle avait été chargée de pister. Ceux-ci devaient avoir d’autres chats à fouetter, puisque personne n’était venu l’interroger depuis.

Après avoir étudié la situation et conçu un plan d’évasion, elle avait guetté une occasion. Lorsque la jeune dame en kimono qui lui apportait sa nourriture était arrivée dans sa cellule avec son plateau, elle l’avait laissée le déposer par terre sans faire un mouvement. Puis, elle avait bondi, renversé la théière et s’en était servie pour assommer sa geôlière. Elle avait rencontré un garde qu’elle avait pu mettre hors combat avec un coup bien placé, et s’était faufilée silencieusement hors de la maison, qui se trouvait dans un quartier non loin du port, qu’elle avait heureusement parcouru quelques jours plus tôt avec Ezra.

La nuit tombée avait facilité son évasion; elle n’avait croisé qu’un chien errant dans les ruelles, trop occupé à fouiller dans les poubelles pour lui porter attention. Quand elle avait retrouvé le bâtiment de la Police Interplanétaire, au petit matin, juste après avoir croisé le marchand ambulant, elle songea qu’elle avait tout de même eu plus de peur que de mal. Le manque de sommeil de ces derniers jours se faisait sentir, et elle aspirait à une bonne douche ainsi qu’à un moment de repos.

Elle s’était engouffrée dans le bâtiment sans rencontrer âme qui vive. Elle se dirigea vers le petit bureau qui lui avait été assigné lorsqu’elle était arrivée à Osaka pour sa mission. Lorsqu’elle poussa la porte, elle put constater que le Capitaine, toute l’équipe des Futuremen ainsi qu’Ezra étaient réunis et discutaient avec animation. Tous relevèrent la tête à son arrivée, ébahis de la voir :

-Joan! s’écrièrent-ils à l’unisson.

Celle-ci se rendit alors compte de l’état dans lequel elle se trouvait : ses vêtements civils sales et déchirés, les cheveux ébouriffés…

Le Capitaine allait ajouter quelque chose, mais Otho ne lui en laissa pas le temps, et lança à Joan, d’un air sceptique:

-Tu as réussi à t’évader seule? C’est incroyable!

Cette remarque la fit grincer des dents. Elle foudroya Otho du regard, et quitta la pièce avec dignité en disant : veuillez m’excuser, je vais me changer!

Curtis fit un mouvement pour la suivre, mais Ezra le retint par le bras en souriant avec malice:

-Mieux vaut attendre un peu, Capitaine, ce serait plus prudent!

Otho et Grag se regardèrent en réprimant à grand peine leur fou rire.

Joan regagna le petit appartement de fonction qu’elle occupait au rez-de-chaussée du bâtiment voisin, en suivant les méandres du petit ruisseau qui coulait dans le parc mitoyen. Elle prit une bonne douche, se sécha les cheveux et enfila un uniforme propre. Lorsqu’elle entra dans le salon, elle entendit un léger bruit à la porte et alla ouvrir : Curtis, embarrassé, entra avec une petite boîte à la main :

-C’est de la part d’Otho : il te présente ses excuses pour tout à l’heure… Tu sais, Joan, je suis heureux de te revoir saine et sauve, on s’est tous fait beaucoup de souci pour toi…

Joan ne répondit rien et le regarda dans les yeux. Curtis s'y plongea un long moment. Ils avaient oublié la petite boîte, mais Curtis, rougissant, lui rappela de l’ouvrir.

-Qu’est-ce que c’est? demanda-t-elle, sans le quitter des yeux.

-Je n’en sais rien, il ne me l’a pas dit…. Ouvre, on verra bien!

Joan ouvrit la petite boîte et ses yeux s’arrondirent de surprise : elle renfermait une médaille sur laquelle était gravée l’inscription :

« En l’honneur du jour où Joan a pu s’évader sans notre aide! L'équipe des Futuremen, 10 mai 2031»

Curtis passa du rouge à l’écarlate, puis au cramoisi-violet, et Joan ne sut trop si elle devait se fâcher ou rire.

-Joan, je te jure que je n’en savais rien!

Devant l’expression embarrassée du jeune homme et sa tentative d’explication, elle opta pour la seconde solution, et Curtis se joignit bientôt à elle. Ils se regardèrent et Joan se blottit dans les bras du jeune homme, trop heureux de la serrer contre lui.

Ils ne virent pas qu’on les observait par la fenêtre. Grag donna un grand coup dans les côtes d’Otho, et lui chuchota fièrement :

-C’est moi qui ai gagné, élastique dégénéré! Je t’avais bien dit qu’elle ne se fâcherait pas!

-Je le sais que j’ai perdu, espèce de crécelle métallique! J’aurais cru que Curtis se ferait passer un savon, mais bon, tant mieux, après tout!

Les deux lascars reportèrent leur regard vers l’intérieur, où ils purent constater, attendris, que les tourtereaux échangeaient un baiser passionné.

Flamme

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Hi hi, Flamme !

Joan qui reçoit une médaille pour s'en être sortie toute seule... Quel coquin ce Mala ;D !!!

Tu aurais pu faire encore plus drôle en imaginant que les deux affreux avaient gagné chacun un bout du pari, à savoir que Grag aurait en effet gagné comme tu l'as dit, mais que Mala aurait gagné aussi en pariant qu'ils se seraient embrassés !

merci pour la lecture pour le petit déjeuner !

bonne journée !

Limeye Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Coucou!

Deux défis de retard à rattraper! [wallbash]

Alors allons-y [work]

Pour la première fois depuis 4 ans dans le métier, Joan n’a pas envie d’être téméraire dans une mission. Elle connaissait l’avenir qui l’aurait attendu si elle avait suivi le plan initial prévu par Swan pour infiltrer le milieu du trafic de l’élixir de vie. Cet avenir aurait été la mort. Le plan était qu’elle pose comme la femme d’un riche Diplomate volage cherchant la jeunesse éternelle pour se mettre en contact avec un marchant qui lui aurait vendu l’élixir. Elle savait maintenant que Swan avait fait l’omission volontaire de l’informer que tous les autres agents qui avaient essayé cette tactique, avaient été démasqués, forcés d’avaler le produit et de travailler pour les trafiquants en faisant des tâches dégradantes jusqu’à ce qu’ils laissent le produit les tuer dans d’atroces souffrances.

Elle avait recueilli le dernier souffle de sa collègue, la Lieutenant Lizzie Morena, qui s’était échappée par miracle de la maison close où elle avait aboutie après avoir été capturée par les trafiquants. Lizzie avait atterri agonisante à la porte de son appartement avec de profondes estafilades sur les bras. Elle lui avait murmuré :

-Fais prévenir mon mari, il doit se mettre à l’abri avec notre bébé. Ne passes pas par Swan, c’est un ripou.

Joan avait discrètement appelé la Colonel Watson, qui était une amie de sa mère qui avait discrètement dépêché une équipe médicale et s’était aussi occupé de mettre le mari de Lizzie et leur enfant en lieu sûr. À l’arrivée de l’ambulance le cœur de Lizzie Morena avait déjà cessé de battre et con corps avait vieilli et s’était décomposé à un rythme accéléré. Elle n’avait rien pu faire pour Lizzie. Ses cris stridents résonnaient encore dans ses oreilles.

Le temps des jeux d’adolescente de toujours vouloir faire ses preuves vis-à-vis Curtis et foncer avec le front baissé étaient révolus. Elle opta pour un cheminement patient pour découvrir la source du trafic de l’élixir et étaler toute la vérité sur l’implication de Swan.


Elle alla voir Roc Athor pour se faire introduire dans le monde des réseaux diverses de contrebandes. Elle gravit les échelons pour parvenir à gagner la confiance des divers chefs de gang pour finalement gagner la confiance de l’empereur de l’immortalité lui-même. Elle fut invitée à sa base pour recevoir sa première provision d’élixir. Mala l’accompagna en se faisant passer pour une cape qu’elle avait mis sur elle et Curtis avait perfectionné le dispositif qui le rendait invisible.

Ezra s’était tenu près dans le comet avec une escouade de ses meilleures troupes. La vallée des champignons posait un problème qui fut résolu avec une combinaison et un dispositif respiratoire adéquats. La base fut prise d’assaut. Joan, Curtis et Mala avait déjà maîtrisé l’empereur et ses complices. Le réseau fut démantelé. Curtis et Simon fabriquèrent un antidote à l’élixir qu’ils distribuèrent gratuitement aux victimes.

Le soir même, Joan croyait que Curtis était déjà reparti sur la Lune avec son équipe. Elle avait vu le Comet décoller 5 minutes plus tôt. Elle en avait finalement conclu que, vraiment, il ne s’apercevait de son existence que lorsqu’elle était en danger de mort et commençait vraiment douter des sentiments du jeune homme envers elle et de la possibilité d’une relation.

Son cœur fit donc deux tours en le voyant seul à la sortie du terminal de l’astroport, en civil, qui l’attendait avec un bouquet de fleurs à la main.

- Il est vraiment temps que j’arrête de faire l’imbécile, n’est-ce pas Joan? Je t’aime et je veux te donner ce qu’une femme doit s’attendre de celui qui l’aime.

-Il était vraiment moins une Curtis Newton, mais je t’aime aussi dit-elle, doucement.

Il l’attira, se pencha lentement vers elle et l’embrassa doucement d’abord puis passionément.

Ils passèrent une nuit torride et se réveillèrent le lendemain endoloris mais heureux.

Bizz,

Frégo Cool

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Au risque de me répéter, Frégo: tu réécris à merveille les scénarios du DA! En tellement mieux, que le ton soit dramatique ou humoristique! J'apprécie toujours autant te lire, ton style est unique!

J' ai bien hâte de voir ton autre récit...

[goodjob] [jump]

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 02:45
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou les filles!

Limeye: excellent l'attentat a l'honneur, le mieux place! [goodjob] Je suis bien curieuse de savoir combien de temps tu vas pouvoir tenir ton "secret defense".... ;D

Ah Flamme: excellent l'idee de la medaille! :P [goodjob] Quel humour vachard quand meme...mais tellement hilarant!

Frego chapeau! [goodjob] Je suis bien d'accord avec Flamme, tu nous les reecris avec brio les episodes...et je prefere ta version de Joan , plus mature, tres smart, tu m'etonnes qu'il ait craque le Curtis... ;D
Hmmm et a quand le 2ieme defi? Bon on ne se plaindra pas trop car tu nous concoctes quand meme la serie des prisonniers...

et Elaine? On espere que tout va bien?... [hello]

O-tho

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou! Merci les filles pour vos commentaires. Wink J'espère que celui-ci ne vous décevra pas. ;D

Et on enchaîne pour le dernier défi. Hop! Encore un autre avec les deux super vilains.

Saturnia s’est donné un mal de CHIEN à apprendre à se comporter en véritable geisha raffinée. Akira Buntaro était un criminel brillant, courtois, séduisant mais maniaque et impitoyable. Il semblait avoir été séduit par ses charmes, mais on ne sait jamais avec un homme de son espèce. Elle se regarda une dernière fois dans la glace et ajusta nerveusement son KIMONO et donna une dernière main à sa coiffure. Elle respira profondément; elle devait maîtriser sa PEUR, sinon elle ne se sortirait jamais de ce guêpier.

Elle se retrouvait maintenant prise entre 2 feux. Kahlon était présent. S’il découvrait ses intentions de le quitter, sa vengeance la ferait GRINCER plus que des dents. Elle voulait aussi se libérer de l’emprise de Buntaro qui, sous ses airs poli et charmant, se cachait un véritable monstre capable de défigurer et tuer une pauvre petite dinde de bonniche qui avait eu l’idée stupide de servir des CORNICHONS avec ses sushis. Dommage, la bonniche n’était pas cette petite dinde de Joan Randall. Quoi qu’il en soit, si tout marchait comme prévu, elle pourrait se décerner une MÉDAILLE d’HONNEUR.

Elle vérifia encore une fois ses tasses. Parfait, l’élixir de contenant les micros éléments de contrôle de la pensée dans la tasse de Buntaro, le somnifère invisible dans la tasse de Khalon. Elle plaça les tasses avec soin sur le plateau avec la THÉÏÈRE. Tout était prêt pour cette stupide cérémonie du thé qui devait sceller l’accord de collaboration entre Kahlon et Buntaro. Khalon avait besoin des ressources et de l’organisation de Buntaro pour redémarrer ses odieux projets scientifiques. Saturnia ne voulait plus être complice de ses entreprises mais était encore sous le charme de Kahlon. Elle voulait le voir triompher. C’est pour cela qu’elle ne lui donnera qu’un somnifère. Elle ne veut que s’enfuir.

Elle entra dans la salle, salua Khalon et Buntaro à la manière Japonaise et posa son plateau sur la table. Elle mit le thé dans les tasses, versa l’eau chaude dans chacune d’elles et mélangeait le tout.en créant de savants MÉANDRES. Elle fit tourner les tasses de gauche à droite avant de donner chacune d’elles aux deux hommes. Ils burent la moitié de leurs tasses, les tournèrent de droite à gauche et lui redonnèrent tour à tour leurs tasses.

- Allons ma chère. Dit suavement Buntaro. Les usages veulent que l’hôtesse boive à son tour. L’auriez-vous oublié?

Saturnia était prise au piège. Elle devait s’exécuter. Avec des mains tremblantes elle avala lentement les tasses l’une après l’autre. Petit à petit, le SOMMEIL l’envahit.

Quelques heures plus tard, elle ouvrit les yeux et vit le sourire sardonique de Kahlon.

- Ma belle perfide, réjouis toi. J’ai pris un antidote préventif universel bien avant cette cérémonie. Et tu te réveilles juste à temps pour voir un très joli spectacle. Akira Buntaro va se donner une mort digne de sa chère tradition japonaise. N’est-ce pas cher ami?

Buntaro était mouillé par la sueur et tremblait de tout son corps. Il avait son sabre dans les mains et se préparait à se faire harakiri.

- Procédez très lentement mon très cher ami. Dit Khalon en ronronnant de plaisir.

Buntaro s’exécuta à travers ses terribles cris d’agonie.

Saturnia ferma les yeux de dégoût et d’éffroi.

-Ne craignez rien, ma douce. Dit doucereusement Khalon. Je ne vous commanderai pas de vous tuer ou de vous mutiler. Qu’est-ce que je ferais sans ma belle diablesse à mes côtés? D’autant plus que désormais, vous m’obéirez en tout, n’est-ce pas ma très chère?

- Oui, monsieur… en tout. Répondit laconiquement Saturna.

Bizz.

Frégo Cool

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Frégo, je ne suis nullement déçue, au contraire... je suis estomaquée, renversée, impressionnée, et finalement... bouche bée! [bigeek]

Quel sens du drame tu as! Tu fais paraître Kahlon encore plus diabolique et cruel que ce qu'on s'attend!
Brrr... Et je n'ai pas envie de rire du tout, j'en ai froid dans le dos... Pauvre Saturnia! [smhair]

Pour conclure: [master] [master] [respekt] [respekt] [chinese] [chinese] , encore là deux fois plutôt qu'une!

Flamme Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Ça n'a peut-être pas rapport avec un défi, mais je voulais juste vous faire partager cette photo de Québec vue de l'espace, le point brillant dont on parle est à quelques kilomètres de chez nous!

Bonne nuit, à la prochaine!

Flamme

http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/science/201304/20/01-4642959-qu…

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Coucou les filles !

pas déçue, ni par ton histoire Frégo, ni par la photo de Flamme !

Elaine, tu es inspirée ?

on relance un autre en attendant ?

passion / virevolter

à vous !

Limeye Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonsoir les filles,

écoutez rapidos, je ferais mes commentaires en postant mon retard demain :-[, mais d'avance [goodjob] [goodjob] [goodjob] [goodjob]

donc je propose,

courgette / enceinte [angel] [devil] (il y a un sens architectural ;D) on va voir qui va se laisser tenter...

aplus, [goodnight]

bises

Elaine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou a toutes,

Elaine, contente de te revoir parmis nous- on attend ta petite histoire.. ;D

Alors je propose imprevisible/lancinant

En resumant:

passion / virevolter /courgette / enceinte/imprevisible/lancinant

Flamme et Frego, a vous!

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je vais ajouter envie et dangereux pour

passion / virevolter /courgette / enceinte/imprevisible/lancinant/ envie/ dangereux

A+

Frégo Cool

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
J'ajoute risque et casse-tête

Récapitulation:

passion / virevolter /courgette / enceinte/imprevisible/lancinant/ envie/ dangereux / risque / casse-tête

Au plaisir de vous relire toutes, moi aussi je suis contente qu'Elaine redonne signe de vie!

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Bon, voici mon delire...Profitez-en, c'est pas tous les jours que je vous livre un roman fleuve (a mon standard ;D) inspire d'un vieux film de SF...(un cyber cookie a celle qui retrouve le titre du film dont je ne me rappelle plus du tout...) (et Elaine, merci pour la courgette... ;D [wallbash] )

“Joan?...”

“Curtis?...”

Ils se regarderent dans les yeux , avancant prudemment l’un vers l'autre, s’epiant l’un l’autre.
Etait-ce la veritable Joan qui se tenait la devant lui? C’etait un vrai casse-tete pour Curtis…

L’enquete avait commence de maniere tres banale. Joan etait allee investiguer l’enlevement de deux journalistes qui travaillaient a l’office de presse gouvernemental. Ceux-ci avaient ete retrouves sains et saufs quelques jours plus tard. Le dossier aurait ete considere clos, si les proches des deux journalistes en question n’avaient pas remarque leur comportement quelque peu etrange. Joan, suivant son instinct qui l’avait rarement trompee, decida de continuer son enquete, retracant precisement les faits et gestes des journalistes. Il s’etait avere qu’ils avaient visite le centre de recherche de la toute nouvelle compagnie Biotek et avaient ecrit un article fort elogieux sur le fondateur, le Pr. Lonkah qui proclamait ” la vie revee accessible a tous avec la Biomecanisation”. Joan reussit a obtenir un permis de visite et ne perdit pas de temps pour visiter ce nouveau temple de la creation.

Lorsque Joan penetra dans l’enceinte du batiment de la compagnie Biotek, elle fut stupefaite. On se serait cru dans une foret tropicale: des arbres gigantesques encadraient une chute d’eau qui se deversait dans un bassin ou nageaient des poissons colores, des papillons venaient virevolter autour d’elle. Une hotesse souriante lui apporta une tasse de the et des sandwichs aux courgettes. D’apres les ecrans lumineux places dans toute la piece, elle apprit qu’en realite tout avait ete cree en laboratoire par bio-mecanisation.

Quand Joan revint au quartier general, elle fut surprise de voir les Futuremen. Curtis et le Professeur etaient intrigues par toute cette publicite autour de Biotek et de son incroyable technologie et avaient voulu discuter avec Joan de ses decouvertes.

“La reception etait tellement imprevisible, j’ai l’impression que c’est de la poudre aux yeux. Quelque chose se trame derriere tout ca et j ai bien envie d’y retourner, sans me faire inviter !” annonca Joan d’un air decide.

“Ne prenez pas de risque inutile Joan, et cette fois-ci je vous accompagne” declara Curtis.

“Et pendant que vous y etes, rajoutez-moi donc un petit “ c’est trop dangereux pour vous!” grogna Joan interieurement…

Ils avaient reussi a penetrer dans les batiments sans se faire reperer pour decouvrir le terrible secret: le clonage humain. Une salle remplie d’incubateurs s’etalait sous leurs yeux horrifies. Des personnages celebres, hommes politiques, hommes de science, jusqu’au president Cashew! Tout un vaste complot pour remplacer l’intelligentsia et le Pouvoir par des pions controles par le Pr. Lonkah.
Ils entendirent soudainement des bruis de pas, des gardes armes les avaient reperes. C’est alors qu’en se retournant Joan se trouva face a face avec…elle-meme.

“Occupez-vous des gardes Capitaine, je me charge d’elle! “ lui cria Joan…

…Curtis et Joan etaient tout proche maintenant. Curtis approcha doucement sa main et la posa sur la joue de la jeune femme. Les yeux dans les siens, il se pencha lentement et embrassa ses levres.

“Joan.. “ murmura-t-il ” vite partons d’ici!”

Sur le chemin du retour, dans la navette, Joan brulait de lui poser une question. C’etait comme une pensee lancinante. Elle n’y tint plus.

“Curtis, pourquoi m’avez-vous embrassee tout a l’heure?”

“C’est tout simple: parce que ces clones n’expriment pas de sentiments…”

Un petit silence

“et euh, vous etes bien sur que c’est moi la vraie Joan?”

Un autre petit silence

“…Vous avez raison, mieux vaut etre prudent…” repliqua Curtis en se penchant vers elle, un eclair de passion brillant dans ses yeux…

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Oh les coquins! ;D [devil] [laughnot] [master] [goodjob] Super l'idée des clones, O-tho

A+

Frégo Cool

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonsoir !

Vraiment réussie, cette "looooongue" Wink histoire, O-tho !

Voici la mienne, très courte pour une fois, mais c'est un régal avec le tirage que vous m'avez proposé, les filles, merci ! Smile

Limeye Smile

- Non ! Pas possible ?
Grag ouvrait des grands yeux en regardant Ken.
- Tu dis n'importe quoi, gamin !, souligna Otho.
- Pas du tout, s'emporta-t-il avec passion. C'est la vérité ! J'ai appris à lire les résultats d'une analyse de sang, figurez-vous !, renchérit-il en agitant les bras comme s'il avait voulu chasser une mouche qui aurait virevolté autour de lui.
Otho en oubliait de manger sa quiche aux courgettes, et le verre d'huile que Grag était en train de se servir débordait.
- Joan est enceinte. Je le jure sur ma tête !
- Bon, bon, grommela Otho. Pas la peine de risquer ta vie pour ça, quand même...
- C'est une nouvelle totalement imprévisible, dit Grag qui ne voyait toujours pas l'huile qui maintenant coulait sur le sol.
- Mais qui est le père ?, demanda Otho.
La question allait devenir lancinante pour les trois amis. D'un côté, ils se réjouissaient pour la jeune femme, à son âge, c'était normal d'avoir envie d'un bébé. Mais de l'autre... ils se demandaient comment le Capitaine allait réagir à la nouvelle. Car cela impliquerait que Joan avait quelqu'un dans sa vie, et ils ne pouvaient s'empêcher de penser que cela allait devenir très dangereux.
- Est-ce qu'on prend le risque d'en parler au chef ?, demanda Grag.
- J'en sais rien, tas de ferraille ! Je sens que ça va devenir un véritable casse-tête !!!

Limeye

--------

Coucou!

O-Tho, c'est génial, cette idée de clones! Mais ce n'est pas moi qui vais trouver le titre du film, je n'en ai pas vu de ce genre (et de toute façon, je suis certaine que ton histoire est meilleure!) [goodjob] Coïncidence, on s'est retrouvées toutes les deux en centre de recherche!

Limeye, ça me fait sourire de constater qu'il n'y a pas seulement Curtis qui n'allume pas vite, décidément... ;D J'adore!

A mon tour! La courgette n'a pas été facile pour moi également, [wallbash] mais ça ne fait qu'ajouter au fun qu'on a à écrire! :P


Passion / virevolter/ courgette/ enceinte/ imprévisible/ lancinant/ envie/ dangereux/ risque/ casse-tête


Grag était en train de couper des courgettes pour en faire un potage, lorsqu’Otho entra en coup de vent dans la cuisine :

-Hé, tas de ferraille! Tu sais quoi? Le chef vient d’arriver! Et Joan est avec lui!

-Quoi! C’est impossible! Tu dis n’importe quoi, balle de caoutchouc! Il devait revenir seulement dans trois jours, et seul! Le professeur est au courant?

-Non, il est au labo et ne veut pas être dérangé!

Ce retour imprévisible sur Tycho avait de quoi surprendre les deux compères. Laissant tomber les préparatifs du souper, Grag suivit Otho jusqu’au grand salon, où se trouvaient déjà les jeunes gens. Ils étaient encore en tenue de soirée, lui dans un smoking qui lui donnait un air infiniment distingué, elle dans une magnifique robe fourreau qui mettait en valeur ses formes parfaites. Ils se tenaient par la main et se regardaient avec passion, de sorte que les deux lascars eurent immédiatement le sentiment d’être de trop, d’interrompre quelque chose…

Se rendant compte qu’ils n’étaient plus seuls, Curtis détacha avec effort ses yeux de Joan, et déclara
d’une voix tendue :

-C’était devenu trop dangereux, cette soirée d’inauguration au centre de recherche, et je ne pouvais pas prendre le risque de laisser Joan à son appartement, il aurait pu lui arriver quelque chose….Elle va passer quelques jours ici, au moins elle sera en sécurité en attendant qu’on puisse contrer la machination qu’on a découverte!

A ce moment précis, Limaille et Frégolo surgirent dans la pièce, se mirent à virevolter autour de Joan, et la jeune femme se retrouva bientôt avec une petite bestiole sur chaque épaule. Elle sourit, attendrie, et reporta son regard vers Curtis.

Celui-ci déclara fermement, en regardant tour à tour d'un regard appuyé l’androïde et le robot :

-Nous avons eu une soirée assez pénible, on va avoir besoin de se reposer! Je vous raconterai tout en détail demain, pas avant!

Et sans rien ajouter, il entraîna Joan vers le couloir où se trouvaient les chambres. Limaille et Frégolo retournèrent se percher sur l’épaule de leurs maîtres respectifs, couinant et gesticulant sans arrêt.

Grag et Otho se regardèrent et durent réprimer une forte envie de rire. Otho gloussa :

-On dirait que le chef a décidé de jouer avec le feu!

-Oui, penses-tu qu’ils vont dormir dans la même chambre?

-S’ils sont dans la même chambre, j’ai l’impression qu’ils ne dormiront pas beaucoup!

-On dirait que Curtis a résolu le casse-tête que représentait pour lui sa relation avec Joan!

-Oui, on dirait qu’il s’est enfin décidé! Tu as vu comment ils se regardaient quand on est entrés?

-Et toi, tu as vu comment le chef nous regardait en disant "demain"? Et le ton qu'il a pris?

-Oui, mieux vaut ne pas les déranger...

Les deux lascars repartirent dans la cuisine en devisant : les paris sur ce qui allait se passer cette nuit allaient bon train.

Curtis avait effectivement emmené Joan dans sa chambre. Après avoir fermé la porte, il avait actionné le système de son. Tandis qu’une douce musique s’échappait des enceintes acoustiques, il la prit dans ses bras et la serra tendrement contre lui. Joan appuya sa tête contre sa poitrine.

-J’ai eu si peur pour toi, Curt, commença-t-elle.

-Ce n’est rien comparé à la peur que moi j’ai eue!

Pour toute réponse, elle plongea son regard bleu dans ses yeux gris : elle pouvait y lire tout l’amour et le désir lancinant qu’il avait pour elle, et les mots devinrent inutiles.

Chacun partit à la découverte du corps de l’autre, et après une nuit d’amour passionné, les deux amants s’endormirent d’un profond sommeil, tendrement enlacés.

Flamme Wink

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou Flamme !

j'aime bien comment tu t'es débrouillée avec la courgette, finalement... Et nos deux affreux sont toujours aussi impayables ;D !

belle journée !

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Ah Limeye, effectivement ce tirage a ete un excellent cadeau pour toi! Hilarant le casse-tete des 2 rigolos....Hmmm je me demande ce que tu vas pouvoir encore concocter sur ce meme theme dans les defis suivants! ;D

Flamme, excellent le dialogue des 2 comperes! :P

[happywave] [hello] Elaine et Frego, on attend vos petits delires. ;D Wink...avant d'en recommencer un autre!?

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 03:07
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Bon, je relance une nouvelle liste pour nous occuper durant le week-end, des fois qu'on s'ennuyerait ;D

Cela dit, j'ai une nouvelle histoire qui me trotte dans la tête et je pense que je ne vais pas tarder à m'y atteler.

Voici mes propositions de mots :

miracle / piège

à vous !

Limeye Smile

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
J'ajoute guilleret et décadent.

Pour récapituler: miracle / piège /guilleret / décadent


Le guilleret m'est venu à l'idée en écoutant ce petit air que j'adore, particulièrement le petit "dialogue" entre le hautbois et le piccolo! On peut presque les "voir" se parler!


http://www.youtube.com/watch?v=HBqC2QvQSLs

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Coucou a toutes!

Vite je rajoute couverture / flemme

Alors en resumant:

miracle / piège /guilleret / décadent/couverture / flemme

Frego et Elaine a vous!

Bon week-end!

O-tho


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je vais ajouter Ensemble et Destin.

Ça fait donc:


miracle / piège /guilleret / décadent/couverture / flemme / ensemble / destin

Bizz,

Frégo


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Elaine, si tu passes dans le coin, tu nous ajoutes deux mots ?

ou alors, on fait juste avec 8... Wink

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je suis donc partie avec juste 8 mots... petit retour bien en arrière dans nos délires, un peu inspiré de la scène de la rencontre sur Jupiter, scène que je me suis remise en mémoire pour une page de Just in Your Dreams, que vous découvrirez d'ici une quinzaine de jours. Cela dit, j'avais bien l'intention de faire un jour quelque chose de cette fameuse scène (j'adore quand Joan lève les yeux au ciel et que Curtis la regarde de côté, je fonds ! Guimauve totale !). Mais bref, ce n'est pas le propos ici, je m'égare...

voici donc mon petit délire sur ces 8 mots, avec Jelle aux premières loges, si on peut dire...

bonne lecture ! bizz

Limeye Smile


Jelle était en pleine effervescence en cette fin de matinée de septembre. Joan venait de lui envoyer un court message l’informant qu’elle était de retour de Jupiter. Cela faisait des mois qu’elle était là-bas avec Ezra, et Jelle était vraiment impatiente de revoir son amie. D’autant plus impatiente que son compagnon, Davies, était lui aussi en mission et qu’elle était seule à New York depuis plusieurs semaines. Elle commençait à trouver le temps long. Le retour de Joan allait annoncer quelques sorties, des séances de ciné, des discussions tardives autour d’un bon petit repas qu’elle-même aura eu plaisir à concocter, et quelques bières… un vrai miracle, l’automne tardait à s’installer, elles pourraient profiter de quelques belles soirées en terrasse du pub où elles avaient leurs habitudes.

Une chose cependant surprenait la jeune femme brune, aux longs cheveux flottant sur son dos. Joan lui avait proposé qu’elles se retrouvent au pub et non chez l’une d’entre elles. Et seulement pour 18heures, alors qu’elle venait de lui annoncer qu’elle avait atterri il y a à peine une demi-heure.

« Ca sent le piège à plein nez ! Elle va me faire passer une soirée d’enfer, ma cocotte ! Mais qu’est-ce qu’elle va bien faire de son après-midi ? Si Ezra la fait reprendre illico le boulot, il va m’entendre…»

Jelle s’activa, elle connaissait sa Joan. Oui, elles iraient se boire deux-trois bières au pub, mais ensuite, elles auraient faim ! Elle décida alors d’occuper les heures d’attente à préparer un bon repas. Elle avait trouvé la veille des fraises qui n’attendaient qu’une bonne pâte à tarte pour se transformer en dessert affolant pour les yeux. "Hum, je vais lui faire une tarte aux épinards et au saumon. Ca m’étonnerait qu’elle en ait mangé sur Jupiter, et elle adore ça !"

Enfin, arriva l’heure de quitter son appartement et de se rendre au pub. Toute guillerette, Jelle caracolait sur les trottoirs. Enfin, elle allait revoir Joan ! Qu’elles étaient longues, leurs missions à elle et Davies…

Elle était la première arrivée, s’installa à une table, au soleil et se mit à rêvasser, profitant de la douce chaleur de l’astre aux rayons plus doux en cette heure. Les yeux à moitie fermés, lui venaient des idées un peu décadentes sur ce qu’elle ferait quand Davies reviendrait à son tour…

- Alors, ma belle ! Tu dors ? Tu veux une couverture ?

Jelle grogna, ouvrit grand ses beaux yeux sombres et se leva d’un bond pour sauter au cou de son amie.

- Dis donc, tu traînes ! Tu me dis 18h, il est presque 18h30…
- 18H15, tu exagères.
- Non, ta montre retarde. Tu devrais le savoir, ta montre retarde toujours.
- Sauf quand ça t’arrange qu’elle avance…
- Si je ne peux plus m’autoriser un petit moment de flemme… bon, alors, raconte-moi tout ! Mais quand même, tu as du retard… C’est Ezra qui t’a obligée à travailler à peine vous aviez atterri ?
- Non…

Et le regard de Joan se fit rêveur. Jelle regarda son amie avec circonspection. Le serveur vient interrompre ses réflexions, mais à peine avaient-elles trinqué et savouré leur première gorgée de bière, que Jelle lançait son attaque.

- Vous êtes rentrés vite, dis donc ! Je ne savais pas qu’ils avaient des vaisseaux aussi rapides à la police interplanétaire. Va falloir que je signale à Anders qu’il faut qu’il me fasse ramener Davies aussi vite que toi et Ezra vous êtes rentrés.
- Nous ne sommes pas revenus à bord d’un vaisseau de la police interplanétaire, Jelle, c’est tout.
- Alors, un vaisseau de l’armée ? Attends, me raconte pas d’histoires ! Tu m’as appelée il y a deux jours pour m’annoncer que tu rentrais, et tu es déjà là ! Je les connais les temps de transports dans le système solaire. Il faut quatre jours pour revenir de Jupiter, 4 ! Pas deux !
- Nous avons simplement voyagé ensemble à bord du vaisseau le plus rapide de l’univers. A côté de lui, même les croiseurs intersidéraux de la flotte peuvent aller se rhabiller.
- Ah ouais ?
- Oui.

Joan n’ajouta rien, but simplement à nouveau quelques gorgées. Elle avait toujours ce regard un peu rêveur.

- Et je suppose que le capitaine de ce vaisseau était absolument charmant…
- Qu’est-ce que tu racontes ?
- Rien, réflexion personnelle.
- J’ai bien entendu. Et bien, en effet, le capitaine de ce vaisseau est vraiment charmant…
- Formidable ! Tu vas t’envoyer en l’air dans un vaisseau hyper-rapide. L’amour en trente secondes chronos, des parties de galipettes à la vitesse de la lumière…
- Jelle ? Tu te sens bien ? Le serveur a mis quelque chose dans ta bière, là ?
- Pfff… juste que Davies me manque. Il a intérêt à être au top à son retour, je vais lui sauter dessus, tu verras ça…
- Hem, si je peux me permettre, Jelle, mais je préfère NE PAS voir ça…
- Lâcheuse ! Bon, tu me parlais d’un charmant capitaine, je te rappelle… Alors, je veux tout savoir ! Age, mensurations (même les plus intimes), profession, adresse, numéro de téléphone, tu le revois quand ? Je peux l’inviter à dîner ? Dis ?
- Jelle… il est intouchable. C’est le Capitaine Futur.

Jelle resta trente secondes, sans rien dire, la bouche ouverte, totalement prise au dépourvu. Elle venait de battre son record personnel.

- Ca, c’est juste le destin, ma Joan…

Limeye

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Coucou les filles,

Ah excellent Limeye que ce petit dialogue entre Jelle et Joan! Tres bien rendue cette Joan reveuse, apres son coup de foudre qui se dit qu'il est hors de sa portee...enfin pour le moment... ;D

Alors voici mon petit delire, avec un -gros- clin d'oeil a Limeye...C'etait trop tentant, je n'ai pas pu resister... ;D

“Allons Ken, ne fais pas la grosse flemme, viens donc m’aider a ranger ces echantillons!” s’exclama Joan.

“Pfff, sous cette chaleur c’est un vrai miracle si j’arrive a bouger” bougonna l’adolescent tout en s’executant, il savait pertinemment quelle chance il avait d’etre sur le deuxieme continent d’Ixio avec Joan et toute l’equipe du Capitaine.

Ils etaient arrives il y a deja 3 semaines et avaient etabli leur camp de base a l’endroit designe par les autorites.

“Quel coup magistral du destin quand meme!” se felicita Joan, toute guillerette . Anders lui avait servi sur un plateau son plus cher desir: passer un maximum de temps aupres de Curtis, sous couvert d’un apprentissage scientifique…Neanmoins, ce ne serait pas seulement une partie de plaisir, elle devrait tout de meme prouver que ses connaissances s’etaient ameliorees, et ca n’etait pas sur l’oreiller que ce se ferait! soupira-t-elle decue…

Apres avoir soigneusement classe les echantillons, Joan passa voir Curtis.

“Qu’est-ce que c’est que ca? “ demanda Joan intriguee, elle n’avait jamais rien vu de pareil, meme sur l’autre continent.

Ils avaient pose quelques pieges afin d’attraper des exemplaires de la faune locale et Curtis etait en train d’examiner leur derniere prise.

“Je ne suis pas encore bien sur” repondit Curtis , une lueur d’excitation dans ses yeux “ Je l’ai deja passé aux rayons X, mais il est si surprenant, que je vais preparer d’autres echantillons et le passer au MRI pour avoir des details supplementaires sur son anatomie.”

“Surprenant dans quel sens?” demanda Joan, maintenant tout aussi curieuse. Une main sur l’epaule de Curtis, elle s’etait penchee sur la cage de l’animal, l’observant de plus pres.

“ Et bien, on dirait un mammifere, toutefois il a des caracteristiques du marsupial avec une poche pour le development des petits, et on dirait qu’il …euh…pond des oeufs..comme..euh…les monotremes…et…”

La proximite de Joan commencait a l’affecter dangereusement . Il fit l’erreur de tourner la tete vers elle et de baisser legerement les yeux. C’est alors qu’ il apercut une goutte de sueur perler dans son cou et suivit fascine son parcours jusqu’a sa disparition entre ses seins, genereusement reveles par le décolleté de son T-shirt. Il deglutit difficilement et releva les yeux sur le visage de Joan, qui plongea son regard dans le sien, un sourire decadent sur ses levres…

“Ils vont ou comme ca tous les deux ensemble?” interrogea Crag a la vue de Curtis entrainant Joan par la main d’un pas rapide vers la foret, une couverture a la main.

“Ben ils parlaient des theories de la reproduction des mammiferes”, lui repondit Mala avec un grand sourire, “et maintenant je crois qu’ils passent aux travaux pratiques”…


O-tho

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Excellent O-tho !!! Merci pour l'hommage Smile

Je ris, mais je ris... j'adore la chute !!! les travaux pratiques, ben tiens... ;D

Et puis, bien sûr, c'est Otho et Grag qui les voient partir... c'est jamais sur Simon que ça tombe, ça Very Happy

Cela dit, je ne sais pas encore si leur exploration se terminera comme ça ! J'ai avancé dans la rédaction, mais je ne les ai pas encore fait partir ! Ca approche toutefois... Wink

bizz

Limeye Smile

ps : ça n'a rien à voir, mais c'est à noter quand même, à l'heure où je poste, nous sommes 25 sur le forum ! Vous vous rendez compte, 25 :o !!! C'est un record ! bon, que des anonymes, hein, mais quand même, 25 :o Si ça chute d'un coup à 2, ça veut dire qu'on les aura effrayés par nos délires ;D

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou!

J'avais des petites difficultés d'endormissement, alors quand j'ai vu que vous aviez déjà posté, O-Tho et Limeye, je me suis remise à mon histoire!

Limeye, tu m'as fait replonger dans la Joan's story, j'aime tellement les réparties de Jelle! [goodjob] Et l'attitude rêveuse de Joan... [proud]

O-Tho, je trouvais le début de ton histoire plutôt sage, mais dans les 3 derniers paragraphes, j'ai reconnu ton incomparable humour coquin! Quelle fin hilarante, j'ai adoré! [rolllaugh]

A l'heure qu'il est, on est seulement 2 sur le forum, mais comme toute la population européenne dort encore [snore], je crois que lorsqu'elle était réveillée, au dernier post de Limeye, elle montrait à quel point elle s'était ennuyée de tous nos délires! Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas posté!

Cela dit, j'ai éprouvé des difficultés , j'ai perdu mon inspiration comique, j'espère la retrouver bientôt! Je ne perds cependant jamais l'inspiration romantique...mais j'aurais aimé pondre quelque chose de plus drôle....


Curtis pensait à sa chance : c’était un miracle qu’il ait pu s’échapper du piège qui lui avait été tendu par le roi Azarus, qui s’était mis en tête de le garder prisonnier afin d’assurer pour toujours la protection de sa planète contre les invasions ennemies.

Otho et Grag avaient réussi à s’échapper lors de leur transfert vers le palais. Lui avait été placé en garde à vue dans une zone du palais où il pouvait circuler librement, mais d’où il lui était impossible de s’échapper sans être vu. D’ailleurs, toute la cour était entourée par un haut mur impossible à escalader à mains nues. Les jours passaient, mais il gardait toujours espoir de pouvoir s’échapper et de recevoir un signe de ses amis.

Un soir, peu avant le coucher du soleil, il se promenait dans la cour, lorsqu’il entendit siffler un petit air guilleret qu’il reconnut immédiatement : c’était sur cet air qu’il avait dansé la toute première fois avec Joan, et depuis, chaque fois qu’il l’entendait, il ne pouvait s’empêcher de penser à elle.

Il regarda autour de lui, cherchant des yeux la personne qui sifflait ainsi : c’était un paysan qui circulait, menant un animal qui ressemblait à un âne. Le paysan fit un clin d’œil imperceptible à Curtis, et il reconnut Otho, qui lui faisait signe de se diriger vers un bosquet de palmiers voisin du mur d’enceinte. Il regarda autour de lui et, ne voyant personne, s’y dirigea, bien déterminé à quitter cette civilisation décadente.

Otho lui montra une corde grossière, faite de plusieurs bouts de couverture déchirés, qui pendait le long du mur : Curtis comprit aussitôt et se hissa prestement jusqu’en haut du mur, puis redescendit de l’autre côté tout aussi prestement, suivi d’Otho. Grag l’attendait, et il put distinguer non loin de là le Cosmolem, dissimulé à l’orée de la forêt. Ils entendirent soudain un cri : quelqu’un avait sans doute remarqué sa disparition et donnait l’alarme. Ils regagnèrent sans perdre de temps le Cosmolem, qui leur permit de rejoindre le Cyberlabe dont les moteurs étaient déjà chauds, parés à décoller.

Simon, Joan, Limaille et Frégolo leur firent un accueil chaleureux. Il avait remarqué le soulagement de Joan dans le regard qu’elle avait posé sur lui, mais elle n’avait pas dit un mot. Lorsqu’il eut regagné sa cabine, il fut agréablement surpris, en sortant de la douche, de la voir entrer. Elle lui apportait une collation qu’elle lui avait préparée, et il s’aperçut qu’il mourait de faim. Après s’être restauré, il la regarda, la prit dans ses bras et l’allongea sur le lit. Elle lui dit doucement :

-Je pensais bien que tu n’avais pas oublié notre première danse!

-Comment aurais-je pu? Quelle bonne idée tu as eue, c’était le meilleur moyen de capter mon attention!

Ils s’aimèrent tendrement, avec délices, et dormirent d’un sommeil profond, durant plusieurs heures.
A son réveil, il se sentit envahi par une flemme intense : il ne voulait plus quitter son lit, la chaleur de leurs corps réunis l’engourdissait agréablement. C’était lorsqu’ils étaient ensemble qu’il se sentait le mieux. Il se tourna vers elle et la regarda dormir : il était si reconnaissant au destin de l’avoir placée sur son chemin…

Bon réveil pour le côté européen, bonne nuit pour le côté américain!

Flamme
Smile

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Limeye totale guimauve dégoulinante ;D

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles !

je passe vite fait pour vous dire que j'ai reçu un petit message d'Elaine, elle va bien, mais est débordée et n'a pas le temps de "forumiser" en ce moment ! Elle voulait que je vous passe son bonjour, ce qui est donc fait !

je vous souhaite une bonne fin d'après-midi et soirée à suivre !

bizz

Limeye Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Flamme: c'est romantique a souhait c'est vrai! Wink Mais c'est ce que j'aime dans ces defis, ils sont tous differents, pour notre plus grand plaisir...

...Et surement aussi pour le plaisir des 25 "lurkers" ou plus! Est-ce que quelques uns oseront franchir le pas et participer a ces delires? Hmmmm? Pas besoin d'etre ne ecrivain, je vous le garantis...;D

Et je pense que c'est la traduction effrenee de Meuterei par Limeye qui les attire tout d'un coup! Very Happy ;D

Elaine, merci de ton petit coucou via Limeye, on espere te revoir tout bientot sur ce site....On attend la fin de tes histoires.... ;D

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
On en lance un autre ?

givre / trésor / engin

juste empruntés au 4ème épisode des semeurs de givre que mon fils est en train de regarder...

bizz

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou!

Je vais ajouter grappin et rayons

Nous avons donc:

givre / trésor / engin / grappin / rayons

Bizz!

Frégo Cool

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Alors, dans le même esprit, j'ajoute:

escalade et merveilleuse


givre / trésor / engin / grappin / rayons/escalade/merveilleuse


Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 03:15
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou les filles,

Un petit passage rapide pour vous donner mes mots: randonnee et ranimer

Alors ca fait:

givre / trésor / engin / grappin / rayons/escalade/merveilleuse/randonnee/ranimer

On s'arrete a 8 ou on rajoute quelque chose?

Hmm... tiens d'ailleurs Frego on attend toujours le defi precedent.... ;D

et peut-on convaincre Elaine de nous rejoindre sur ce defi-la? Wink

O-tho

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Petite correction, O-Tho: on est rendues à 9... Wink

Flamme ;D

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Arrrgh...Voila ce qui arrive quand on fait un passage rapide..il est effectivement rapide..autant pour moi... ;D

Mais ca veut dire qu'on peut commencer a se torturer les meninges avec les 9 mots! ;D

A vos claviers!

O-tho

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Et Frégo? ??? Peux-tu en ajouter un 10è (et participer?) ou on se lance sans toi? ???
C'est vrai que pour le défi précédent, tu n'as pas donné signe de vie... Pourtant, je suis bien curieuse de voir ce que tu ferais avec, comme toujours, car on ne sait jamais à quoi s'attendre avec toi, c'est l'une de tes forces!

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je vais ajouter enjeu. Je sais que j'ai du retard dans les défis mais j'ai fait des visages de mon ennemie un vrai casse-tête! ;D [wallbash].

Alors nous avans donc:

givre / trésor / engin / grappin / rayons/escalade/merveilleuse/randonnee/ranimer/ enjeu

A+

Frégo Cool

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Frégo!

Je vois parfaitement ce que tu veux dire... j'ai la même impression avec l'Ange gardien, ces temps-ci!
;D

Tourlou!
Bonne journée!
Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou les filles,

Bon allez je me lance....Pas facile ce tirage en ce qui me concerne...Noel en ete, pffew... ;D

“Ah Joan, ils sont toujours aussi delicieux ces sables!” declara Ken tout en s’empiffrant. A peine sortis du four, il avait mis le grappin sur les petits gateaux que Joan avait confectionnes.

Joan ne put s’empecher de sourire. Sacre Ken, il les avaient meritees ces vacances de Noel! D’autant plus qu’ il avait reussi a convaincre toute l’equipe des Futuremen de passer les fetes de Noel avec eux dans un chalet a la montagne, et ce n’est pas elle qui allait s’en plaindre…Quoique jusqu’a present, rien n’avait vraiment avance entre elle et Curtis… Joan se demandait bien quels tresors d’imagination elle devrait employer pour faire bouger les choses…

Plus tot dans la journee, ils etaient alles faire une randonnee dans la foret enneigee. Ken n’avait pu s’empecher de faire l’escalade d’un enorme sapin et avant que Joan ne puisse lui demander de descendre, il avait glisse sur les branches gelees pour retomber aussitot sur le sol, sous le rire a peine etouffe de Mala. Quelque peu vexe, Ken s’etait alors empare d’un baton comme d’une epee et après avoir grimpe sur les epaules de Crag, avait couru après Mala, lui criant que sur son engin spatial secret, il etait plus fort que tous les pirates boules de gomme de la galaxie. Lorsque les derniers rayons du soleil firent briller le givre des branches, ils deciderent de revenir au chalet pour un diner bien merite.

Pendant que Crag preparait des bols de chocolat chaud et que Joan surveillait la cuisson des derniers gateaux, Curtis etait alle ranimer le feu dans la chemine. Le ventre repu, Ken affirma qu’il avait passé une journee merveilleuse, mais que cette journee ne pourrait se finir sans une partie de cache-cache et que c’etait Crag qui devrait s’y coller, l’enjeu etant que le dernier trouve aurait droit aux derniers gateaux…

Joan ouvrit doucement la porte du placard a balai et s’y faufila sans bruit. L’interieur etait si sombre qu’elle n’y voyait rien. Elle reculait lentement pour se tenir le plus loin possible de la porte, quand elle heurta ce qu’elle identifia comme un autre corps. Aussitot ses reflexes agirent, mais c’etait sans compter la rapidite de l’autre personne et c’est alors qu’elle se retrouva une main sur sa bouche, une autre sur sa poitrine et une voix chaude et grave lui murmurant a l’oreille, la faisant frissonner.

“ Chut, Joan! Ne bougez pas, c’est moi, Curtis!”

Aussitot son corps se detendit. Joan tourna la tete pour lui repondre quand ses levres rencontrerent celles du jeune homme. Leur baiser fut d’abord timide mais devint rapidement passionne. Elle avait passé ses deux bras autour de son cou, et il la tenait serre tout contre lui, ses mains caressant son dos. A bout de souffle, ils se separerent.

“Attendez Joan, on ne va pas passer notre premiere nuit dans un placard a balai!...”

“...Surtout qu’il est deja occupe!” marmonna Mala d’une toute petite voix…

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ah excellent, O-Tho !!!

vraiment excellent ! Ce que j'aime dans tes histoires, ce sont les chutes !!! Elles sont toujours à mourir de rire ;D

c'est sûr que Mala ne devait pas particulièrement avoir envie de tenir la chandelle ;D

n'empêche qu'il devait être sacrément grand, ce placard à balais Wink

belle journée pour toi [flower]

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Voilà ma version. Désolée, mais elle n'est pas drôle du tout, je dirais même qu'elle est triste, mais je profiterai peut-être du prochain défi pour en écrire une suite plus optimiste ! Néanmoins, je n'ai pas pu m'empêcher de me moquer un peu de Simon dans cette histoire...

bonne lecture et à vous maintenant ! Elaine, peut-on te mettre au défi de nous produire un petit quelque chose avec ce tirage, hum Wink

bizz

Limeye Smile


Simon était en train de surveiller un savant mélange qu'il tentait de mettre au point dans le laboratoire de Tycho, et qui devait lui permettre de fabriquer du givre synthétique. Il comptait en recouvrir le Cyberlabe lors de leur prochaine expédition à proximité du soleil, pour le protéger comme un trésor. Mais sa préparation n'était pas encore tout à fait au point et il aurait bien aimé que Curtis vienne lui donner un coup de main. Or son protégé était occupé à réparer avec Grag le petit engin qui leur permettait de circuler dans le cratère de Tycho et dont les grappins s'étaient coincés dans les roues.

Le professeur reprit ses tubes à essais et ses produits, poursuivant sans relâche et sans voir les heures passer son travail minutieux. Ce ne fut que lorsqu'un dernier rayon de soleil éclaira fugacement le laboratoire qu'il comprit que le soir était là. Il s'accorda une pause, un peu étonné que ni Curtis, ni Grag, ni Otho ne soient passés le voir au cours des heures écoulées. Le couloir était silencieux, il gagna la partie habitation et croisa Otho, la mine un peu sombre.

- Et bien, Otho, un souci ?
- Pff... on a galéré avec le chef et Grag sur le mini-robot. C'est pas fiable, ces trucs-là. On a voulu le tester et s'il s'est sauvé dans le cratère, il a fallu que je fasse de l'escalade pour aller le récupérer, car il était resté coincer dans une petite faille. Et vous, professeur ?
- J'avance, mais j'aurai besoin du Capitaine demain pour peaufiner mon mélange. Il n'est pas tout à fait au point.
- Vous croyez vraiment qu'on va la faire cette merveilleuse expédition vers le soleil, professeur ?
- Pourquoi dis-tu ça Otho ? Depuis quand refusons-nous de relever un défi ?
- Chais pas... une intuition.
- Tu te mets à avoir des intuitions, maintenant, gomme baloune, lui lança Grag de sa voix de crécelle.
- Arrête, boîte à clous...
- Oh, fais pas ton grognon... c'est la randonnée dans le cratère qui te met de mauvaise humeur comme ça ?

Simon regarda d'un air circonspect les deux amis s'éloigner. Quelque chose ne tournait pas rond aujourd'hui, décidément. Mais quoi ?

Il poussa un petit bruit comme un soupir, se rendit compte qu'il avait oublié de demander aux deux complices où se trouvait le Capitaine. Il gagna d'abord le salon, vide, puis la cuisine où visiblement personne n'était entré depuis plusieurs heures, enfin le bureau du Capitaine. Mais Curtis était introuvable.

Simon commença à s'inquiéter. Il était encore tôt et il ne pensait pas que Curtis s'était déjà couché, même si la journée avait sans doute été bien fatigante. Il se décida alors à frapper à la porte de sa chambre. C'était bien là que se trouvait le jeune homme, le visage fermé, les sourcils froncés. Il regardait par la grande fenêtre en direction de la Terre.

- Ah mon garçon, dit Simon d'un ton qui se voulait enjoué, espérant ranimer son sourire et son intérêt. Je te cherchais, j'ai avancé dans la fabrication du givre synthétique, mais ce n'est pas encore tout à fait au point, je crois qu'il faudra que tu m'aides demain. Je pensais notamment utiliser de l'acide animé et tester une autre préparation avec des atomes ionisés de carbone 22 et de nickel, et puis faire un mélange avec de l'acide nitrique et faire chauffer jusqu'à 1257 degrés du bicarbonate de soude, ensuite on pourra essayer de...

Simon continua un moment ses explications, mais Curtis ne l'écoutait pas du tout. Il avait autre chose sur le coeur et dans la tête, et même la journée de réparation n'avait pu lui faire oublier ses préoccupations, et les facéties d'Otho à courir après le mini-robot l'avaient à peine fait sourire.

Au bout d'un moment, face à son silence et son air de plus en plus sombre, Simon s'interrompit et lui demanda :

- Tu m'écoutes ?

Curtis se tourna alors vers le professeur et lui dit simplement :

- Bonne nuit, Simon, on verra ça demain.

Comprenant qu'il le dérangeait, Simon ressortit de la chambre, et retourna, un peu préoccupé quand même, dans le laboratoire. Avant de reprendre ses recherches, il ouvrit un des tiroirs pour prendre du matériel et alors son regard tomba sur un petit calendrier. Il le fixa un moment puis murmura pour lui-même :

- Bien entendu... Bien entendu... je n'y pensais pas. Vraiment plus. C'était pourtant tout l'enjeu de cette journée... lui faire oublier que ça fait 2 ans qu'il a renoncé à Joan... pour la protéger. Mais je me demande vraiment si c'était une bonne idée.

Limeye

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Allô les filles!

Limeye, c'est vrai que la fin est triste! Et tu m'as déjouée, je ne pensais pas à cette cause pour expliquer que Curtis soit taciturne, mon romantisme m'avait aiguillée dans une autre direction (bien sûr)! Mais la gomme balloune, ça ne rate jamais, ça me fait toujours sourire... Et Simon, a-t-il utilisé de l'acide animé ou de l'acide aminé? J'aimerais savoir si c'est un lapsus de clavier? Et si c'est le cas, il donne vraiment un effet spécial! ;D

O-Tho, même si je n'avais pas su que c'était toi qui avais composé cette histoire, je l'aurais deviné! C'est vrai que tes finales sont toujours hilarantes, et ton humour coquin me fait toujours rire! Même si tes débuts d'histoire sont sérieux et sages, je me demande toujours comment ça va dévier... Et j'ai bien ri quand j'ai appris qu'ils n'étaient pas seuls dans le placard à balai! [rolllaugh]

Voici la mienne: j'ai eu de la difficulté à assembler mes deux parties d'histoire, et j'ai fait assez court pour me concentrer sur l'Ange gardien! [wallbash]


Curtis ouvrit les yeux. Les rayons du soleil levant se frayaient un chemin jusqu’à son lit. Le froid de la nuit avait laissé une couche de givre sur le hublot de la cabine. Il se souvint alors qu’il n’avait pas passé la nuit seul. Il tourna la tête et une vision merveilleuse s’offrit à ses yeux : Joan dormait paisiblement, blottie tout contre lui. Il sentit se ranimer l’émotion qui l’avait saisi la veille, lorsqu’il lui avait révélé ses sentiments. Leur amour était un trésor si précieux...

Il l’éveilla d’un baiser, elle ouvrit lentement les yeux et le regarda, puis sourit. Il allait lui dire quelque chose, lorsqu’ils entendirent un grattement à la porte, bientôt suivi d’un jappement et d’un couinement simultanés. Les amants se sourirent d’un air entendu : manifestement, Grag et Otho avaient envoyé Limaille et Frégolo aux nouvelles!

Dans le poste de pilotage du Cyberlabe, Otho faisait les cent pas, sous le regard moqueur de Grag. N’y tenant plus, l’androïde s’écria :

-Frégo prend bien du temps à revenir! Je suis sûr que Joan a fini par mettre le grappin sur le chef, et je parie qu’ils ont passé la nuit ensemble!

Grag, plein d’espoir, répliqua :

-Tu crois? Pourtant, leur petite randonnée ne devait pas être une partie de plaisir, avec cet engin explosif à neutraliser…

-Et moi, j’ai de bonnes raisons de penser que le chef s’est décidé! Juste à le voir faire l’escalade de ce mur pour aller la rejoindre…

-Ce serait bien, qu'il se soit décidé...soupira Grag rêveusement.

Curtis et Joan firent leur entrée dans le poste de pilotage. Curtis, jetant un coup d’œil malicieux aux deux compères, leur déclara :

-Eh bien, Otho? Tu voulais parier? Quel en sera l’enjeu?


Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ca aurait été drôle qu'Otho réponde que l'enjeu, c'était Joan... [rolllaugh]

désolée... j'ai un coup dans le nez (une bière + un verre de Bourgogne, hou la la !)

plus sérieusement, en quelques phrases, tu campes très bien les deux affreux ! On voit la scène, Otho qui tourne en rond, et Grag qui prend un air rêveur... criants de vérité, ils sont ! (voilà que je me mets à parler comme Maître Yoda, il est temps d'aller faire dodo).

oui, je suis dans une phase "blues", j'écris des moments tristes dans les histoires, j'ai des développements tristes aussi pour les héritiers, et même pour certains passages de JiYD, donc même pour le défi, je n'ai pas réussi à faire drôle. C'est un passage, ça va passer... Wink

pour l'acide animé, c'est tout à fait un lapsus de clavier, mais je le trouve si drôle et finalement si plein de dérision vis à vis de Simon que je le laisse !

bizz et bonne soirée !

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour l'enjeu, l'inspiration m'a laissé tomber... mais j'aime le tien!

Je comprends très bien ta phase "blues" je suis passée par là (je ne suis pas certaine d'en être sortie, mais c'est vrai que ça passe...!)

Très drôle de coïncidence, l'acide animé! Et c'est effectivement plus drôle comme ça! ;D

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou les filles!

Eh bien moi, j'ai beaucoup aime vos versions! Toutes differentes selon le style et l'humeur de moment, je vous comprends bien Wink

Et l'acide anime, c'est effectivement tres cocasse...Pour une fois que Simon n'a pas reponse a tout!

On attend la contribution de Frego?! Wink

Et Elaine?? Ca fait longtemps qu'on a pas agrandi l'equipe de foot... ;D

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Elaine, Frégo, vous nous rejoignez plus tard ?

J'en relance un ?

jambe / entretien

à vous !

Limeye Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou a toutes,

Bon je rajoute: cadeau/ pinceau

Et si je compte bien, ca fait 4 pour le moment... ;D

jambe / entretien / cadeau/pinceau

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 03:22
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou!

J'ajoute horrible, polémique et prématuré, on est rendues à 7...


jambe / entretien / cadeau/ pinceau/ horrible/ polémique/ prématuré

Flamme

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou!

Je vais ajouter courage et résilience. On a donc:

jambe / entretien / cadeau/ pinceau/ horrible/ polémique/ prématuré/ courage/ résilience.

A+

Frégo

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour me vider la tête ce soir après une semaine bien chargée, rien ne valait un petit défi Smile !

Suite en quelque sorte du défi précédent...

bonne fin de journée / début de soirée ! bizz

Limeye


La porte de la cellule s'ouvrit avec fracas. Les deux petits Mercuriens jetèrent la jeune femme violemment au sol, elle serra les dents car sa tête avait heurté le mur.

- Outch !
- Ca suffit, la poupée ! Ferme la !
- Le chef a dit qu'il fallait bien l'attacher.
- T'as raison, on va vérifier ses liens. Et la bâillonner, elle nous fichera la paix comme ça. On pourra regarder le dernier épisode de Gloire et Beauté peinards.

Quelques minutes plus tard, Joan se retrouva entravée, des liens serrés autour des poignets et des jambes. Elle ne pouvait quasiment plus bouger. Elle ferma les yeux, cherchant à repousser la peur et la douleur. "Me voilà encore dans de sales draps. Heureusement, ils n'ont pas trouvé ma puce. Ezra devrait facilement pouvoir me localiser. Je vais devoir prendre mon mal en patience, mais l'entretien avec ce démon de Wardock me laisse penser qu'il ne va pas me laisser tranquille au fond de cette geôle bien longtemps. Il ne me fera pas de cadeau !"

Elle sombra cependant dans une demi-somnolence, et au réveil, elle eut une pensée pour Curtis. Où était-il ? Que devenait-il ? Et que devenait Simon ? Avait-il fait de nouvelles découvertes ? Grag apprenait-il de nouveaux tours à Eek ? Otho était-il toujours le roi du pinceau à maquillage ? Elle était sans nouvelles d'eux depuis un peu plus de deux ans désormais... Oh bien sûr, elle lisait régulièrement le récit de leurs exploits dans la presse, mais cela provoquait toujours en elle une horrible douleur. Son coeur saignait toujours. Pourtant, Curt lui avait dit que c'était le mieux, de se séparer, pour l'un comme pour l'autre, et surtout pour elle. Qu'elle serait désormais à l'abri du danger... Si jamais il apprenait où elle se trouvait aujourd'hui, elle pourrait toujours entamer une belle polémique à ce sujet avec lui.

Soudain, elle entendit un bruit de course rapide dans le couloir, la porte de sa cellule fut littéralement arrachée de ses gonds. Elle eut à peine le temps de réagir qu'elle reconnut un jappement bien caractéristique : c'était Eek qui lui sautait autour, fou de joie de l'avoir retrouvée. Elle sourit, malgré son bâillon, elle ne connaissait qu'une personne capable d'ouvrir ainsi une porte, ou plutôt un robot : Grag.

- Joan ! Ma pauvre ! Heureusement que je peux compter sur Eek et ses dons de télépathie !

En quelques instants, le robot avait défait ses liens.

- Grag !

Elle lui sauta au cou, si heureuse de le revoir ! Et pas seulement parce qu'il venait la délivrer...

- Joan ! Nous réjouir serait prématuré : il faut que nous sortions maintenant de ce trou à rats...

Elle avait mille questions à lui poser, mais elle apprécia d'abord son aide pour se relever. Il la soutint pendant les premiers pas, puis très vite, elle retrouva toute sa vélocité. Grag était parvenu à mettre KO ses deux gardiens et a récupéré leurs armes. Ils ne firent pas de quartier, tirant sur tous ceux qui tentaient de les arrêter. Peu avant la sortie du repaire de Wardock, alors que le grand robot évaluait la situation et qu'ils étaient parvenus à se cacher dans un recoin, elle lui demanda dans un souffle :

- Où sont les autres, Grag ?
- Le chef et Otho s'occupent de Wardock. On était parti pour une expédition vers le Soleil, quand, à l'approche de Mercure, Ezra nous a alerté. Tu avais disparu lors de ta mission...

Elle grogna légèrement :

- C'est plutôt que le gars avec lequel je faisais équipe était en fait à la solde de Wardock ! J'espère que Curt ne lui laissera aucune chance de s'en sortir...
- Il était bien décidé à te sortir de là, je peux te l'assurer ! Dès qu'Ezra lui a fait savoir que tu étais en difficulté, il nous a fait changer de cap. Bon, la voie est libre, on y va, Joan !

Ils sortirent, coururent sous quelques tirs sporadiques, traversèrent un bois, puis soudain, Joan aperçut le grand vaisseau devant eux. Une violente émotion la saisit à revoir le Cyberlabe. Ils gagnèrent le bord, seul Simon s'y trouvait. Il accueillit la jeune femme avec joie et s'enquit de son état de santé. Elle le suivit à l'infirmerie, car ses liens avaient profondément entaillé et blessé ses poignets et ses chevilles. Grag aida le professeur à panser ses blessures et lui prépara aussi un thé et un petit repas réconfortant. Alors qu'elle reposait sa tasse, elle entendit un autre petit bruit familier : c'était Oog qui arrivait. Le petit animal lui sauta dans les bras, elle ne put empêcher les larmes de lui monter aux yeux. Elle était si heureuse de les retrouver ! Ils lui avaient tellement manqué ! Et visiblement, c'était réciproque...

Mais quand elle reposa le petit animal sur le sol, elle se demanda aussi ce qu'il en était de Curtis. Elle savait qu'il était à bord, il avait donné l'ordre du décollage à l'instant, sans doute l'urgence de la situation les obligeait-elle à partir aussitôt, sans qu'il vienne s'inquiéter d'elle. Elle se rallongea alors sur le lit de l'infirmerie, boucla la ceinture pour répondre aux exigences du décollage. Après un bon quart d'heure de vol, elle entendit la voix de Grag résonner dans le couloir :

- Elle va bien, chef. Elle est légèrement blessée, mais on l'a soignée tout de suite avec Simon. Je l'ai récupérée facilement. Elle a besoin de repos, c'est tout.
- Bien, Grag, je te félicite et Eek aussi. Vous avez fait du bon travail !

Elle sentit son coeur cogner dans sa poitrine en reconnaissant la voix de Curtis.

- Et puis, chef, elle a toujours beaucoup de courage...
- Je n'en ai jamais douté.

A cet instant, il entra dans l'infirmerie. Grag resta au dehors, ajoutant simplement :

- Et elle est toujours aussi belle...

Mais cela Curtis ne l'entendit pas, car il était happé par le regard de Joan et toute résistance était superflue devant ses grands et beaux yeux bleus qui le regardaient avant tant et tant d'amour. Comment avait-il pu se priver d'elle aussi longtemps ? Comment avait-il pu s'infliger à eux deux une telle épreuve ? Lui pardonnerait-elle ?

Il s'approcha sans hésiter, elle s'était redressée sur le lit et lui tendit les mains. Ils n'avaient pas besoin de se parler. Il l'entoura de ses bras et l'embrassa, elle lui répondit avec passion, des larmes de joie inondant ses joues.

Depuis le couloir, Grag les regardait d'un air béat. Otho s'approcha et dit simplement :

- Tiens, la prochaine fois que Ken nous demandera de lui expliquer des mots compliqués, on pourra toujours prendre le chef et Joan comme exemple.
- Comment ça, gomme balloune ?
- Résilience, ça s'appelle : survivre à une épreuve dramatique. Une séparation, c'est bien une épreuve dramatique, non ?
- Bien vu, mon vieux. Mais alors, nous aussi, parce que ça a aussi été une épreuve pour nous...

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou Limeye!

Soupir... ton histoire est si romantique! [eyeheart]
Et ce cher Grag, toujours aussi attachant, quel ange! [angel] J'ai adoré le rôle que tu lui as fait jouer, et surtout les remarques sur Joan qu'il a fait à son chef! Et Curtis, il est toujours aussi... désespérant, quand il laisse Joan sans nouvelles si longtemps! [twak] J'ose espérer qu'il a compris, cette fois?

Bon, voici ma version, très différente puisque j'ai pris au autre sens pour résilience:


Otho marmonna :

-Eh bien, ça te fait une belle jambe! Ce bris de circuit ne sera pas facile à réparer! C’est ça qui arrive quand l' entretien n’est pas fait comme il faut, boîte à ressorts!

-Et à qui la faute? Répliqua Grag. Tu sais bien que je ne pouvais pas le faire moi-même, gomme balloune! Ce circuit m’est complètement inaccessible, il doit être entretenu par quelqu’un d’autre, et ce n’est pas un cadeau que d’avoir à dépendre de toi pour ça!

-Bon, laisse-moi essayer une autre solution, tas de ferraille! On va bien voir si ça marche, dit l’androïde en appliquant un peu de nettoyant sur le circuit à l’aide d’un pinceau fin. Bon! Essaie à nouveau, maintenant!

Grag tenta à nouveau d’ouvrir les yeux, mais sans succès :

-C’est horrible! Je ne vois plus rien! Il allait invectiver à nouveau l’androïde, quand Curtis et le professeur entrèrent dans le laboratoire :

-Que se passe-t-il? demanda Curtis avec hésitation, sentant bien qu’il risquait de déclencher une nouvelle polémique.

Grag répondit aussitôt, furieux :

-Cette balle de caoutchouc n’a pas entretenu correctement le circuit qui commande l’ouverture de mes yeux! Alors je ne vois plus rien!

Le professeur tenta de calmer le robot :

-Allons, allons… pas de jugement prématuré! Laissez-moi voir!

Simon observa soigneusement le circuit, et s'arma de courage pour annoncer à Grag :

-Grag, ton circuit est fait d’un métal dont la résilience s’est affaiblie! J’ignore ce qui a provoqué cet affaiblissement, mais il faudra changer ton circuit au complet, et d’ici là, tu resteras aveugle, mon pauvre Grag!

Avant que Grag puisse répondre, Otho ne put s’empêcher de répliquer, en jetant un coup d’œil malicieux à son chef :

-C’est le moment de tenter ta chance avec Joan, chef! Maintenant que Grag ne peut plus se rincer l’œil…

Grag était peut-être aveugle, mais pas sourd, et Otho reçut ainsi une bonne taloche pour sa remarque…


Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Coucou les filles,

Ahhh.. j aime vraiment vos histoires, surtout les dialogues entre Crag et Mala! Entre complicite et chamaillerie!

Bon, voici ma version, avec toutes ces histoires de guimauve fondante, fallait bien que ca m'arrive aussi..... ;D

“Vous avez bien compris Joan? Des que notre contact vous remet les dossiers du Pr. Barrow, vous vous excusez pour aller vous repoudrer le nez. Mala deguise en serveur vous croisera en chemin, et vous lui passerez discretement la puce electronique avec les donnees. Vous viendrez ensuite me retrouver pour eviter d’eventuels soupcons. Le professeur Barrow est tres dangereux, je n’ai pas a vous rappeler l’horrible mort de son assistante! Dites-vous que cette soiree dansante, aussi plaisante soit-elle, est purement professionelle!”

Joan se retint d’entamer une polemique sur la possibilite de prendre un peu de bon temps meme si on est en mission, aussi se contenta-t-elle de repondre d’un ton tres serieux:

“Tout est clair Capitaine!”

L’entretien termine, Joan partit dans sa cabine pour se preparer. Une soiree dansante! Elle en avait si souvent reve…Elle se voyait deja, rassemblant son courage pour lui demander de lui accorder une danse, juste une, pour faire diversion…Elle imaginait deja ses larges mains poseees au creux de ses reins, les siennes autour de son cou, se balancant doucement au rythme de la musique...Nul besoin de parler, ses yeux avaient tant de choses a lui dire, et ses levres …seraient agreablement occupees… …ce serait le cadeau de la soiree… Joan soupira:

“Tout ca est bien trop premature, je ne suis qu’une incorrigible romantique, encore et toujours! “

Joan s’etonnait elle-meme de sa resilience vis a vis de sa relation avec Curtis….quatre ans qu’elle esperait qu’il admette enfin ses sentiments, et surtout qu’il agisse…

“Mais si je ne m’emmele pas les pinceaux ce soir, tout ca pourrait bien devenir realite!” se dit-elle, un eclair de malice dans les yeux et petit sourire aux levres, alors qu’elle enfilait sa robe de soiree particulierement ajustee, au decollete coquin et echancree haut sur la jambe...

...

“Ben alors, t’es revenu tout seul boule de gomme? Ou sont le chef et Joan!” s’exclama Crag qui etait reste a bord du Comet, legerement inquiet .

“Oh, ne t’en fait pas, ils arrivent…un peu plus tard…Ils continuent de faire diversion!” repondit Mala, un petit sourire aux levres.

Lorsque Curtis et Joan revinrent quelques heures plus tard, Crag exprima son vif soulagement en les accueillant, et ne remarqua pas leurs yeux brillants, leurs joues rosies et leurs levres legerement gonflees. Les deux jeunes gens ne s’attarderent pas et prirent la direction des cabines.

“Elle est bizarre Joan, tu ne trouves pas Mala? Elle ne nous a meme pas salues!” s’interrogea Crag.

Ce a quoi Mala repondit, un grand sourire aux levres:

“Comment veux-tu qu’elle nous voit avec toutes ces etoiles dans ses yeux!”

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
coucou les filles,


je viens de me reconnecter depuis .... :o j'ose pas :-[ le dire, je n'ai encore rien lu mais je suis comme une invitée devant le charriot de desserts ;D, je ne sais plus où lire! Alors ne m'en voulez pas mais le forum m'a beaucoup manqué et merci d'avoir si bien continué [goodjob] [goodjob] [goodjob]
, je vais essayer de tout rattraper ;D

je vais souffrir, je le sens [unconscious] ;D

a très bientôt, bises [devil]

Elaine
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou Elaine !

ravie de te retrouver parmi nous, ton mauvais esprit m'a manqué ;D !

oui, tu vas avoir de la lecture... beaucoup de lecture !

pour les défis, bah... tu relèves si tu veux !

je suis très occupée aujourd'hui (deux fêtes en une journée, dur dur !), mais j'aurais du temps demain (sans compter les éventuelles insomnies, plus rares, mais quand même encore présentes). Je ne reste pas longtemps sur le forum... à demain !

bizz et bon week-end !!!

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Elaine!

Moi aussi je suis bien contente de te savoir de retour, les cinq doigts de la main sont réunis! Chose certaine, tu ne manqueras pas de lecture, je comprends que tu ne saches pas où donner de la tête!
[gonenuts] [globelaugh] [rollsmile] [selfconfused]

O-Tho: Ah, la guimauve fondante... Je ne me lasse pas! Et le côté coquin non plus, je ne m'en lasse pas, tout comme les étoiles dans les yeux, les sourires aux lèvres de Mala (petits ou grands), et l'innocente sollicitude de Grag, si bien rendue! Ça commence bien la journée...

Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

bonjour les filles,

j'ai eu une idée comme çà, mais elle est courte, très courte, visiblement il faut que je reprenne l'habitude d'écrire surtout en dernière!
J'ai beaucoup aimé vos versions, mais mon retard m'obsède...Avant de commenter, au boulot!

bises,

Joan attendait déjà depuis 2 heures, elle croisa ses jambes à nouveau et soupira, visiblement l’entretien précedent s’éternisait et Curtis trouvait le temps aussi long qu’elle. Un cadeau d’Ezzra cette mission au départ, pour monter en grade, mais la banale arnaque avait révélé tout un réseau de trafic d’organes. Des semaines qu’ils enquêtaient et si prêt du but, attendre. Mala était dans le couloir, sifflotant, le pinceau à la main au bout du couloir, Crag passant au rouleau les grandes surfaces . D’horribles images lui vinrent en tête , elle respira profondément, décroisa les jambes, elle ne se sentait pas bien. Le souvenir de la polémique de l’impuissance de la police, le renvoi prématuré d’Ezzra, son courage et sa dignité face à Anderson, vinrent à bout de sa résilience. Elle sentit les larmes monter en elle, chercha désespérément une image pour les renvoyer en arrière, lorsqu’elle vit une belle main se poser sur les siennes. Deux yeux gris la regardaient inquiets avec une rare intensité et elle se dit que cela valait la peine d’attendre une vie entière.

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ooooooooh, Elaine! Soupir... [eyeheart] [loveu] [loveya] [heart] [knuddeln] [imsorry]

Ce n'est pas vrai que tu dois reprendre l'habitude d'écrire, tu ne sembles pas du tout l'avoir perdue! Tant de romantisme concentré en si court, ça m'a fait fondre, encore une fois!

Et comme je l'ai fait remarquer à Limeye dans Le combat des héritiers (ou JIYD? Je ne me souviens plus) , s'il y avait eu un Smiley en train de fondre, je l'aurais ajouté!

Bravo, tu as effectué un retour fulgurant! [master]

Flamme

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Citation de: Elaine le 22. juin 2013, 17:06:52 Uhr


j'ai eu une idée comme çà, mais elle est courte, très courte, visiblement il faut que je reprenne l'habitude d'écrire surtout en dernière!
J'ai beaucoup aimé vos versions, mais mon retard m'obsède...Avant de commenter, au boulot!



très courte, peut-être, c'est juste "emballé, c'est pesé !" Et pour les prochaines, juste un zeste de mauvais esprit [naughty] [devil] en plus et tu seras à nouveau dedans Very Happy

bizz

Limeye

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
allez, je remonte et je vois qu'on me demande d'augmenter l'équipe de foot....jen'ai pas la super chute d'Otho, ni la mélancolie de Limeye, j'ai choisi un autre registre!
bizz
givre / trésor / engin / grappin / rayons/escalade/merveilleuse/randonnee/ranimer/ enjeu


Le givre recouvrait les feuilles, la forêt était devenue blanche, figée et à travers les rayons du soleil elle scintillait comme un trésor. Blottie au chaud dans son plaid, un mug de café dans les mains, Joan savourait cet instant et se demandait comment rendre en peinture cette fragile nuance matinale. Des pas derrière elle résonnèrent dans le chalet avec fracas, suivis d’une foulée plus lourde mais plus agile, elle sourit en voyant son fils, fier comme Artaban, brandir un engin qui la glaça sur place : un pistolet à proton ! Curtis parvint rapidement à lui mettre le grappin dessus, déclenchant une crise de colère à briser les tympans. Le regard de son père fut néanmoins suffisamment dissuasif pour que William se calme et opte pour le petit déjeûner sous l’œil peu compatissant de ses parents. Joan n’avait pas l’intention de déclencher la polémique sur la façon dont le petit avait pu saisir le dit pistolet devant lui et elle essaya de se concentrer sur les rayons de sirop d’Erable que traçait William sur les pancakes. Néanmoins les gestes pourtant quotidiens commençaient à créer une tension, une escalade d’agacements qui fit réagir le garçon :
- Papa n’a rien fait maman, c’est moi, j’ai trouvé ton ancien pistolet. « Joan le regarda sidérée, puis gênée, deux gris la toisant d’un air réprobateur.
- William mon chéri,tu as fini ? Tu devrais sortir un peu avec Limaille et fregolo, la luminosité ce matin est merveilleuse, nous pourrions sans doute faire une belle randonnée, le gibier doit être dehors ?
Le petit ne se fit pas prier pour aller ranimer le chiot lunaire, paresseusement allongé devant la cheminée. Dès qu’il fut sorti, l’enjeu avait changé de nature entre les jeunes parents, chacun ne voulant pas accuser l’autre de négligence mais ne s’estimant absolument pas coupable non plus. Le silence n’étant interrompu que par le bruit de la cuiller sur la table.
C’est alors que le bruit d’un vaisseau se fit entendre au loin, en un instant ils se levèrent et sortirent à leur tour : le cosmolem décollait, William aux commandes, ravi.
Joan le regarda d’un air dépité, Curtis sourit « là ce n’est pas ma faute, moi je l’ai fait décoller un an plus tôt ! »

Elaine
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Elaine,

Tres contente de te revoir parmi nous, et en pleine forme!! :P [happywave]

et la chute, j'en ri encore!!! :P

Au plaisir de te lire a nouveau!

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonsoir les filles !

avec le retour d'Elaine, j'en avais oublié de dire ce que je pensais des histoires d'O-tho et Flamme ! Bien dégoulinante, O-tho, en effet, mais un rien coquine quand même Wink ! Quant à la tienne, Flamme, j'ai adoré la "dispute" entre Grag et Mala, c'était vraiment bien vu !

Elaine, tu commences à rattraper ton retard... c'est vrai que ces temps derniers, nous n'avons pas pensé au futur championnat de football intergalactique... Et il était bon de revenir aux fondamentaux ;D ! Dommage qu'August ne passe plus pour nous titiller à ce sujet...

Mais comme tout métier, celui de parents s'apprend aussi (surtout !) sur le tas... et Curtis et Joan ne dérogent pas à la règle ! Mais où donc étaient passés les nounous Grag et Mala, hein, on se le demande bien...

Frégo, tu nous livres quelque chose ou on en lance un autre (comme si je n'avais pas assez à faire, tiens ;D).

bizz

Limeye Smile qui va se remettre un peu dans la réécriture de la scène (désolée pour les Héritiers, mais je sèche, ça reviendra dans quelques temps)

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
jambe / entretien / cadeau/ pinceau/ horrible/ polémique/ prématuré/ courage/ résilience.

Coucou !

Welcome back parmi nous, Élaine! ;D

Me revoilà de retour d’un court séjour à Montréal. Pour ce défi, je m’inspire du récit « Les deux continents » de Limeye. J’espère que ce n’est pas présomptueux de ma part.

Cela faisait deux mois que Curtis et le professeur avaient administré à Joan l’antidote à cette HORRIBLE drogue, un CADEAU de Kahlon dont elle fut l’esclave pendant plus de 2 ans. La cécité qui en avait découlée ne pourrait être guérie mais au moins elle avait recouvré son total libre arbitre. Elle ne serait plus ce PINCEAU qu’un criminel pourrait manipuler à sa guise. Malgré ses inquiétudes pour Joan, Curtis l’avait soutenue. Ils avaient aussi décidé de vivre ensemble sur Ixio. Il avait de fait reproduit les installations que lui et son équipe avaient sur Tycho.

Aidée d’un chien-guide robot conçu par Curtis, Crag et Mala, elle se débrouillait maintenant pour circuler dans les rues d’Ixiopolis. Elle se dirigeait maintenant, les JAMBES tremblantes de nervosité, vers le quartier général de la police interplanétaire d’Ixiopolis pour un ENTRETIEN avec le Général Davis avant d’intégrer ses nouvelles affectations comme analyste à la section des enquêtes criminelles. Elle pourrait mettre à profit son expérience sur le terrain sans s’exposer, ce qu’elle ne peut plus faire maintenant.

Pour n’importe qui d’autre, Davis aurait considéré ce retour dans le service comme PRÉMATURÉ, tout juste bon à créer une POLÉMIQUE dont le service aurait pu se passer. Mais dans le cas de Joan Randall, ce retour représentait un exemple de COURAGE et de RÉSILIENCE dont ses troupes avaient besoin.

A+
Frégo


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 03:30
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Bonjour Frégo !

Super idée ! Tu écris la suite maintenant ;D ?

Bizz

Limeye Smile

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonsoir !

je relance donc des mots...


errance / fauve /

à vous !

Limeye Smile

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
J'ajoute dimension et calculs, nous avons donc:

errance / fauve / dimension / calculs

Frégo Cool

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou a toutes,

Alors j'ajoute fraude et marteau

En resumant:

errance / fauve / dimension / calculs/fraude/marteau

Flamme et Elaine, a vos claviers!

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

EEEhh! Pas si vite! [outahere] Je n'ai pas eu le temps de féliciter Frégo pour sa formidable histoire! [master] [respekt] [goodjob] Génial, magistral! J'ai bien aimé l'idée du chien-guide robot, et encore plus l'opportunité pour Joan de cete seconde carrière! Et j'ai eu exactement la même pensée que Limeye: tu vas te retrouver avec un nouveau contrat! ;D Wink

Pour les mots: j'ajoute couronner et tapis

Donc: errance / fauve / dimension / calculs/ fraude/ marteau/ couronner / tapis

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Elaine !!!!!!!!

Tu nous ajoutes deux mots Wink ?

Bizz et bonne journée !

Limeye Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
salut les filles,

je vous rajoute donc deux mots :

errance / fauve / dimension / calculs/ fraude/ marteau/ couronner / tapis / + école / piscine


a plus, bisous

Elaine

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Bon euh voilu ce que j'ai concocte...Merci Flamme pour "tapis", il m'a donne un mal fou et je m'en sors avec une pirouette... ;D

Aaah l'art...quand tu nous tiens! ;D

Joan soupira. D’apres ses calculs, elle aurait du passer un delicieux après-midi en bonne compagnie et non a courir après des mecreants qui passaient des tableaux en fraude!

C’etait suppose etre son jour de conge et elle avait prevu d’emmener Ken a la piscine, avec Curtis. Elle avait ete toute excitee qu’il ait accepte de les accompagner. Ken etait l’excuse toute trouvee pour revoir le Capitaine en dehors des missions! Cependant, leur relation n’avancait pas pour autant, a son grand desespoir. Et pour couronner le tout, son communicateur de service avait sonne au moment ou elle otait sa ravissante robe d’ete qui cachait un petit bikini coquin.

Et voila comment elle s’etait retrouvee a enqueter sur des vols de tableaux de grande valeur, sous pretexte qu’elle connaissait le proprietaire de la galerie d’Art ou le forfait avait ete commis. Alors qu’ils attendaient d’etre recus, Joan et Curtis, qui avait souhaite l'accompagner, deambulerent dans la galerie.

Joan s’arreta devant deux tableaux cote a cote, tapis dans une alcove, et qui semblaient raconter une histoire qu’elle n’etait pas sure de bien saisir. L’ecole abstraite, ca n’avait jamais ete son style. Curtis connaissant son penchant pour la peinture, la regarda d’un air interrogateur, un defi au fond de ses yeux:

“Que pensez vous que ce peintre ait voulu dire avec toutes ces taches de couleur?”

Prise d’une inspiration subite, Joan se retourna vers les tableaux, une lueur de malice dans son regard.

“Hmmm…je pense qu’il est tourmente par ses sentiments pour une femme…Le premier tableau avec ses couleurs sombres grises et brunes racontent son errance, ses doutes, ses peurs. La texture est epaisse, les coups de pinceaux violents comme des coups de marteau. Il veut se cacher la dimension du probleme, ce que suggere le bord noir sur 3 cotes. Mais le rouge vif sur le dernier cote represente son amour et sa passion pour elle, qui l’envahissent malgre lui.”

Joan n’osait pas regarder Curtis, mais elle sentait son regard pose sur elle, comme une brulure.

“Le second tableau a une atmosphere totalement differente. L’artiste semble en paix avec lui-meme. On sent une touche feminine avec ces coups de pinceaux legers.La dominante rouge a droite montre que son amour et sa passion liberees continuent de grandir, il a accepte ses sentiments. La couleur fauve la, a gauche, represente l’artiste, et euh, les tons bleus et jaunes juste a cote, ce sont ses couleurs a elle….“

La port du bureau s’ouvrit, mettant fin a la tirade de Joan.

“Je suis curieux de savoir ce qui se cree quand le fauve se melange avec le bleu et le jaune…” murmura Curtis d’une voix rauque a son oreille…


O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour O-Tho !

j'adore !!! j'aime vraiment tes défis car ils me font toujours rire et quand je vois que tu as posté, avant même de lire, je me prépare mentalement à avoir la banane ! C'est super de commencer la journée ainsi Smile !

la peinture abstraite expliquée à Curtis, fallait y penser... [goodjob] [master]

bonne nuit (pour toi, c'est l'heure !)

bizz

Limeye
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ma version, écrite un peu à l'arrache pour la chute... tout ça pour caser la piscine et faire une chute rigolote !



Curtis pestait entre ses dents. Fichue glissade… enfin, ça aurait pu être pire. Le voilà avec une entorse bien douloureuse à la cheville droite. Dire qu’il avait promis à Joan de l’accompagner à une soirée… Elle allait certainement se demander s’il ne l’avait pas fait exprès, connaissant son peu d’enthousiasme pour les "party". Alors qu’il était décidé à mettre fin à cette errance du cœur…

Otho entra en coup de vent dans l’infirmerie pour venir s’occuper de la blessure de son chef. Celui-ci rugit comme un fauve alors que l’androïde, croyant qu’il s’agissait de la cheville gauche s’était malencontreusement appuyé sur la droite. Curtis vit toutes les étoiles de la quatrième dimension lui passer devant les yeux.

- Otho !, réussit-il à articuler après un long gémissement. C’est la droite que j’ai en vrac, pas la gauche…
- Argh, chef, désolé ! Vraiment désolé… attends, on va regarder ça. Houlala, c’est pas beau à voir ! A mon avis, y’a plus qu’une foulure… si ça se trouve, tu t’es cassé le pied.
- Grrmbll…
- Tu disais ?
- Rien… faisons une radio tout de suite pour voir l’étendue des dégâts.
- Tu veux un calmant ?
- Je veux bien, oui, soupira-t-il.

Il regretta un instant que Simon soit resté sur Tycho pour y faire de savants calculs sur sa dernière découverte. Simon, heureux dans le laboratoire. Grag, heureux dans la cuisine. Otho, heureux aux commandes du Comète. Oog, heureux de passer en fraude des boulons à Eek. Et lui, hum ? Parfois, il se disait qu’il ne méritait pas beaucoup mieux qu’un coup de marteau sur la tête pour ne pas songer un petit peu à lui. Et à Joan.

Comment allait-il lui expliquer qu’il ne pouvait pas l’accompagner ? Cela le torturait douloureusement, presque plus que les soins d’Otho. Heureusement, l’androïde avait eu la bonne idée de lui faire une injection de calmant, et lentement la douleur s’apaisait. Bientôt, il ne sentit plus rien. Il se laissa aller contre le dossier du fauteuil de l’infirmerie du Comète, entendit Grag annoncer par le haut-parleur qu’ils seraient sur Terre dans cinq heures.

A l’atterrissage, Ken et Ezra les attendaient. Grag les avait prévenus de la blessure du Capitaine et ils venaient aux nouvelles. Le robot n’avait pas osé prévenir Joan, le chef se mettant souvent en colère ces derniers temps dès qu’ils faisaient la moindre allusion à la jeune femme.

Otho aida son chef, boitillant, à sortir du vaisseau.

- Capitaine !, s’écria Ken. Ca va ? Tu as mal ?
- Pour le moment, ça va, Ken. Je suis encore sous calmants. Comment tu vas, mon bonhomme ?
- Ouais, ça va, moi…
- Un souci ?
- C’est Joan…

"Quoi, Joan ?", songea Curtis. "Qu’est-ce que Ken va encore m’annoncer…"

- Elle est de très mauvaise humeur.
- Ah bon ?
- Oui. C’est de ma faute.
- Ah, qu’as-tu fait ?
- Ben, j’ai voulu nourrir mes grenouilles. Jusque-là, rien de mal. Sauf qu’il y en a une qui s’est sauvée… elle a renversé le vase de sa grand-mère, il s’est cassé… tu sais qu’elle y tenait beaucoup.
- Oui, oui.
- Bon, elle m’a dit que ce n’était pas grave, que c’était comme ça que les choses s’usaient…
- Bon, elle t’a pardonné, même si elle en était un peu triste.

L’adolescent secoua la tête.

- Mais pour couronner le tout, j’ai voulu bien faire et j’ai pris le premier chiffon venu pour essuyer les dégâts, sauf que… heu… sauf que…

Curtis était un peu intrigué devant le visage rougissant de Ken. Mais en même temps, cela l’amusait car il en oubliait sa propre mésaventure.

- Hem, enfin, j’ai cru que c’était un chiffon… en fait, je sais pas, c’était un truc… un bout de tissu, chais pas… elle est en colère après moi, depuis.

Ezra s’avança sur ces entrefaites, souriant.

- Je crois que c’était juste un des éléments importants de la tenue qu’elle voulait porter pour le bal de demain soir, Ken, dit le colonel en jetant un regard étrange à Curtis.
- Hem, le bal, reprit ce dernier, sentant soudain sa douleur se réveiller dans sa cheville.
- Mal parti, hein, Capitaine ?
- A d’autres, Ezra, soupira-t-il. Il va falloir que je trouve une explication sérieuse. Pas question de dire que je me suis pris les pieds dans le tapis du Comète, elle ne me croirait pas et ne me ferait plus confiance.
- Tout mensonge est un cas d’école, Capitaine !, s’exclama Ezra en riant.

A ce moment, Grag sortit du vaisseau et leur cria :

- Capitaine ! C’est bon, on a réussi à t’avoir un rendez-vous dans la demi-heure chez le kiné de Jelle. Il va te remettre ta cheville en place et tu pourras accompagner Joan à son bal, ajouta-t-il d’un air ravi.
- Le kiné de Jelle… manquait plus que Jelle soit au courant…
- C’était le seul avec une piscine ! Pour ce genre de blessures, il faut des soins en piscine !

Et les voilà partis vers la ville. Pendant ce temps, Jelle ne se faisait évidemment pas prier pour prévenir Joan de la blessure du Capitaine. Elle s’était précipitée chez son amie, qu’elle trouva désolée devant les dégâts causés par la maladresse de Ken à son bustier.

- T’en fais une tête !
- Regarde ce que Ken a fait du bustier que je m’étais achetée pour le bal, demain… pfff… une semaine de salaire qui part à la poubelle sans avoir servi.
- Bah, de toute façon, tu n’iras pas au bal !
- Comment ça ?, s’exclama Joan.
- Curtis ne peut pas t’accompagner.
- Ah oui ? Et quelle bonne excuse a-t-il encore trouvée, hein ? Bonne ou mauvaise de toute façon… il ne veut jamais m’accompagner nulle part.
- A mon avis, il n’a pas fait exprès… il s’est blessé.
- Quoi ? Et c’est grave ?

Elle était devenue toute pâle.

- Non, non, juste la cheville foulée. Mais impossible de te faire danser. Par contre, côté vêtement… à mon avis, il se pourrait qu’il te trouve à son goût déguisée en infirmière !

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Allô les filles!

O-Tho, tu as casé le tapis de façon magistrale! Tout comme ton histoire l'est d'ailleurs! J'ai tellement aimé, je me suis même demandé si Curtis finirait par avouer que c'était lui qui avait peint ces tableaux! ;D
Mais avant, je me suis dit qu'elle aurait pu oublier son fichu communicateur, ou le jeter à l'eau! [motz]Enfin...
Le regard posé sur elle, la voix rauque... Tout était prêt pour la romance, j'ai adoré! [eyeheart]

Limeye, je me suis tellement marrée! Otho en infirmier maladroit, ;D le Grrmbll, ;D ;Dle "chacun heureux à sa place", le chiffon-bustier ou bustier-chiffon... [rolllaugh] Et je parie que Joan serait une infirmière plus adroite qu'Otho, elle pourrait lui faire oublier autre chose que sa blessure, non? [eyeheart] J'ai adoré aussi!

Voici la mienne: c'est vrai qu'il faut parfois faire bien des détours pour caser un mot, mais ça rend souvent les histoires différentes de ce qu'elles auraient été sans ces pirouettes, ces twists, ces revirements... Ma fibre romantique est revenue (elle n'était pas bien loin...)


Joan baîlla, passa la main dans ses cheveux et s’étira. Elle fut surprise de constater l’heure qu’il était, la journée avait passé si vite! Rapidement, elle éteignit son ordinateur, rangea son bureau et mit son manteau. Il lui tardait de rentrer chez elle et d’oublier le travail pour quelques heures.

L’affaire sur laquelle elle enquêtait avec Ezra depuis plusieurs semaines s’avérait très compliquée : pas besoin de savants calculs pour évaluer l’ampleur des pertes causées par ce réseau de criminels à cravate, spécialisés dans la cyber-fraude bancaire. L’affaire avait pris une toute autre dimension lorsque, pour couronner le tout, elle avait découvert que ce même groupe criminel tirait les ficelles d’un trafic d’influence.

Elle décida de rentrer chez elle à pied; durant tout le trajet, ses pensées s’envolèrent – une fois de plus –vers le bel aventurier à la chevelure fauve qui la hantait. Où son errance les avait-ils menés, lui et son équipe, cette fois? Elle ne savait plus trop comment réagir face à cet amour, ce n’était pas le genre de chose qui s’apprend à l’école!

Elle entra dans son appartement, mais n’avait aucune envie de se préparer à manger, ses réflexions lui avaient coupé l’appétit. Elle décida de se rendre à la piscine de l’immeuble pour effectuer une bonne séance de longueurs, cela la détendrait et lui changerait peut-être les idées.

Après une bonne demi-heure de nage , elle s’arrêta pour reprendre son souffle, mais celui-ci lui manqua quand elle reconnut la silhouette de Curtis, qui l’observait de son regard gris si doux. Son cœur se mit à cogner dans sa poitrine, tel le marteau du forgeron sur l’enclume, et elle fut incapable de faire le moindre mouvement. Il se dirigea alors vers elle, et lui tendit les mains pour la hisser hors de l’eau. Elle retrouva alors l’usage de la parole pour réussir à lui demander :

-Comment se fait-il que tu sois ici?

-J’ai dû m’avouer vaincu, j’ai été envoyé au tapis par un redoutable adversaire : toi!

Les yeux de Joan s’agrandirent de surprise :

-Que veux-tu dire? Je ne suis pas certaine de bien te comprendre…

-Viens, retournons à ton appartement, je vais t’expliquer… répliqua-t-il en couvrant son corps mouillé d’une serviette. Il passa un bras autour de ses épaules et l’entraîna doucement…


Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonsoir les filles,

alors là bluffée, c'est dur de faire des commentaires derrières les votres, va falloir que je poste en premier c'est pas possible ;D j'ai pas les mots! j'ai une préférence pour les touches de peintures, l'idée me toque bien mais le coup de la blessure aussi car il m'inspire celui de la panne. La panne est-ce que quelqu'un l'a fait? Je me le réserve, je vous le poste dès que j'ai un moment...Le coup de la piscine me laisse sur ma faim, le curtis il est en quelle tenue pour l'envelopper dans la serviette [naughty] et super bien trouvé le coup viens vois ma belle je te montre.... ;D

dur dur d'être à la hauteur, je vais me remettre au travail, j'ai eu droit à toutes les auditions, kermesses des enfants , mon mauvais esprit est mûr....je suis en plus totalement frustrée d'écrire, a fond remontée pour vous embêter....gentiment ;D

bon j'ai été occupée par la polémique, je l'avoue et je suis ravie que chez nous ce soit sans prise de tête,

bravo les filles, [beer] à plus là faut que cela sorte!


Elaine

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Salut les filles !

ah Flamme, trop mimi [eyeheart] !

je me demande pourtant si c'est une bonne idée pour moi que de commencer cette journée comme une guimauve fondue. Je bosse et j'ai une courte nuit de sommeil derrière moi pour cause de concert hier soir... heureusement que ce sera le rythme plus lent du week-end !

je vous livre JiYD plus tard, pas le temps...

Elaine, il va en effet falloir que tu ressortes de ton petit trou de souris ! Et que tu dégaines plus rapidement que nous ;D !

Le coup de la panne, personne ne l'a encore fait, mais on peut se le fixer pour le prochain défi [naughty] !

bizz et belle journée [flower] !

Limeye Smile toujours prête à en relever (des défis Wink)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
petite pensée pour Free Nurara

errance / fauve / dimension / calculs/ fraude/ marteau/ couronner / tapis / + école / piscine


- Le temps de l’errance sentimentale est fini, tu t’en rends compte ? Dit en le regardant de ses beaux yeux bleux Joan, il aurait pu se perdre dans cet océan. Il lui sourit et son regard de fauve la fit frémir, il l’embrassa langoureusement
- Non, tu vas déranger mon chignon, le coiffeur a mis deux heures à lui donner cette dimension !
- Pas de problème, d’après mes calculs, on a encore largement 30 mn pour un petit calin sans toucher à ton chignon…
- Nan, nan, nan, pas de fraude , tu ne verras pas ma robe, fit-elle d’un air mutin en le poussant dehors.
Heureusement Jelle entra à ce moment, visiblement fatiguée, Joan aussitôt inquiète se précipita vers elle,
- Ce n’est rien, juste une très forte migraine, j’ai l’impression qu’on tape avec un marteau sur ma tête, Aziliz est tellement excitée, qu’elle parle en continu depuis 5h du matin. Alors il a accepté ?
- Oui, il me conduira à l’autel, répondit Joan d’un air nostalgique.
- Quel gâchis, tu es sûre de ce que tu fais ?
- J’en ai assez d’attendre, bientôt 35 ans, Peter est l’homme qu’il me faut, notre mariage va couronner la mission la plus dure de ma carrière. Tu verras c’est un homme si positif, simplement aimant.
- Je ne te reconnais pas Joan, comment une simple aventure peut-elle te faire oublier une si belle histoire d’amour ?
- Tu ne vas pas remettre cela sur le tapis ! Voilà, je suis prête, comment me trouves tu ?
A ce moment la porte s’ouvrit, Curtis entra, voir Joan si belle le bouleversa mais à part son regard, il conserva sa contenance, seule Joan le remarqua.
- La voiture est prête, nous pouvons y aller, Crag et Mala se sont donnés un mal fou.
- C’est gentil, bien, c’est le grand jour, hein ?
- Oui, Joan, je vous souhaite vraiment le bonheur, lui dit-il en baissant les yeux vers elle. La douleur qu’elle y discerna la transperça mais elle ne laissa rien paraître, pas devant Jelle.
La voiture démarra, le trajet n’était pas long jusqu’à la mairie et elle eut l’impression qu’il durait une éternité, lorsqu’elle passa devant son ancienne école, son premier bisou à un garçon, la piscine, le rendez- vous de ses premiers flirts et Curtis, au volant, son véritable premier amour, désormais son témoin.
Ses yeux gris l’observaient de temps à autre mais il ne dit rien. Tout d’un coup la voiture s’arrêta.
Le lendemain elle se réveilla, heureuse, de la chambre elle voyait la Terre, mais son paysage préféré était le gris lunaire…

Elaine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
coucou Elaine,

1) j'aime bien comment tu lui règles son compte à Peter Wink

2) Capitaine, il était moins une !

3) hem, c'est pas passible de la cour pénale ça que le témoin s'occupe trop intimement de la future mariée ;D

4) j'aime beaucoup comment Jelle reproche à sa fille d'être une bavarde ;D ! Comme si elle n'avait pas de qui tenir Wink

5) c'est limite si Jelle ne devient d'ailleurs pas un personnage à part entière, au même titre que tout le reste de l'équipe...

Frégo, il ne reste plus que toi ! [work]


Limeye Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 03:36
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
errance / fauve / dimension / calculs/ fraude/ marteau/ couronner / tapis / + école / piscine

Coucou!

Elaine, je dirai comme Limeye, tu as cavalièrement réglé le cas de Peter! [devil] C’est vraiment typique de la part de Curtis d’avoir besoin d’un « Wake up call » extrême comme le mariage de sa dulcinée avec un autre pour réagir. ;D

Hop! À mon tour maintenant!

Joan profita d’un moment de détente pour faire quelques brasses dans la PISCINE de l’ÉCOLE de police. Cette formation sur les crimes économiques n’était vraiment pas un luxe. Cette DIMENSION de la criminalité a été trop souvent négligée par le passé. C’est pourtant ce qui apporte de l’eau au moulin de toutes les versions du FAUVE mégalomane qu’elle a affrontées plusieurs fois aux côtés de Curtis. Ces mégalomanes sont finalement des têtes interchangeables pour COURONNER le tronc et les racines des organisations criminelles.

« Ce moment de détente n’est pas un luxe non-plus. » Pensa Joan. « Avec ce condensé de notions d’économie et ces formules et CALCULS compliqués, je me sens comme si je recevais des coups de MARTEAU sur la tête. Je suis sure qu’à côté de cela, une formation scientifique sera de la petite bière! N’en déplaise à Curtis.»

Joan sortit de la piscine. Le bip de son communicateur se fit entendre. Elle l’alluma et sourit en voyant le beau visage de Curtis.

- Bonjour ma douce! Comment ça se passe ta formation avec la colonel Emma « la comptable » Watson?

Joan étouffa un rire.

- Vraiment Curtis, comptes-toi chanceux d’être sur la lune en ce moment. Ce surnom qu’on donne à la colonel Watson est une véritable FRAUDE! Je me souviens d’un certain général qui a commis l’ ERRANCE de l’appeler par ce surnom. Elle l’a cavalièrement envoyé au TAPIS avec un magistral crochet de gauche. Cet évènement a incité bon nombre d’agents féminins à sortir de l’ombre pour se plaindre de harcèlement de la part de ce général, ce qui évita à la colonel Watson d’être traduite en cour martiale.

Bizz!

Frégo Cool

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonsoir Frego,

t'es bien la seule qui arrive à faire dire à Joan "qu'il est chanceux d'être sur la lune!" , je crois aussi que parfois ce serait bien Cool, non?

Bon en attendant faut redescendre sur terre [naughty] je vous propose les deux mots suivants:

pompe / sueur / [devil]

à vous, bises,

Elaine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Hello Frego !

si la colonel Watson que tu nous décris là est la même que celle du cadavre exquis, Guggenheim n'a qu'à bien se tenir [twak] !

Elaine, tu reviens vraiment à fond !

J'ajoute deux mots : esclave / savoureux

ce qui donne :

pompe / sueur / esclave / savoureux

à vous de l'autre continent Wink

bonne soirée / fin de journée à toutes !

Limeye

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou Élaine et Limeye!

En effet, dans le context de certaines histoires sur ce forum, il y en a plusieurs j'en suis sûre, y compris Curtis lui-même ;D, qui auraient souhaité qu'il soit resté dans sa base lunaire! ;D. Pour ce qui est de la colonel Watson, pour l'instant elle aura fort à faire avec ses collègues. ;D

Je vais ajouter Sergent-chef et Bête.

Nous avons donc:

pompe / sueur / esclave / savoureux / sergent-chef / bête

Frégo

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Ah Elaine, retour en forme....Et comment je me debarasse de Peter a la -toute-derniere- minute... ;D :P
Frego, quel plaisir de lire tes personnages de femme forte...En attendant de lire la suite de ton histoire!

Alors j'ajoute:
precaire/raffoler

En resumant:
pompe / sueur / esclave / savoureux / sergent-chef / bête/precaire/raffoler

Y'avait pas aussi un theme lance sur une "panne" ou j'ai rate quelque chose??


O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Hello !

il manque les mots de Flamme.

pour le coup de la panne, Elaine avait lancé l'idée sur le défi précédent pour elle-même, on peut tenter... si ça vous dit aussi !

Bizz

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou!

Décidément, ce Peter me fait vivre bien des émotions, >Sad pas très agréables! Bon débarras, la fin m'a remonté le moral, mais j'ai eu chaud, Elaine! Et désolée de t'avoir laissée sur ta faim, mais je pensais qu'il faudrait que tu te gardes de la place pour passer à travers le chariot de desserts!! A moins que ce ne soit déjà fait? ;D

Frégo, j'espère que tu vas laisser à la colonel Watson l'occasion de placer un bon crochet (de gauche ou de droite, peu importe) à Guggenheim? Ou à quelqu'un d'autre qui ne l'aura pas volé? J'ai vraiment pris plaisir à imaginer le général sur le tapis, [stars] tellement que j'aimerais te voir récidiver! [jump]

Voilà pour mes mots: décupler et étrange

Donc: pompe / sueur / esclave / savoureux / sergent-chef / bête/precaire/raffoler/ décupler / étrange

Avec pour thème: une panne

Bonne journée à toutes!

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Bon, je sais, je dégaine vite. Mais je suis coincée au bureau, pas grand chose à faire aujourd'hui à part forumiser, donc voici ma proposition. L'histoire est longue (ça vous étonne ;D ?), mais c'était un minimum nécessaire pour arriver à la chute !

bonne lecture [flower]

Limeye Smile


Joan était ravie. Il faisait un soleil splendide, le printemps était enfin là ! C’était la première fois qu’elle s’offrait une petite sortie depuis la naissance d’Eufholia, et Jelle l’avait entraînée à travers la ville pour faire les magasins. Pouvoir profiter de quelques heures sans avoir à s’occuper de sa fille était une liberté qu’elle ne s’était pas encore octroyée, mais Curtis lui avait assuré que tout se passerait bien, qu’elle pouvait sortir sans crainte. Otho, Ken et lui-même veilleraient sur la petite.

"Ce n’est pas bien compliqué", avait-il dit, "l’après-midi, elle dort… et tu lui as préparé un biberon, j’aurai juste à le réchauffer légèrement, une minute, oui, le chauffe-biberon au maximum, non, ma chérie, ne t’inquiète pas, oui tu m’as laissé un papier avec toutes les indications…"

Grag accompagnait les deux jeunes femmes, ravi aussi de pouvoir les aider à porter leurs paquets et non de s’amuser à réparer pour la ixième fois la pompe à vélo de Ken. Joan avait bien l’intention de revenir avec une nouvelle garde-robe, elle en avait assez de ces vêtements informes qu’elle avait portés tout l’hiver. Il lui semblait qu’elle n’avait pas eu la moindre jolie tenue depuis des lustres.

Après le départ de Jelle et Joan, Curtis avait jeté à nouveau un œil dans la chambre, leur petite fille dormait profondément. Il gagna le balcon sur lequel Otho et Ken s’activaient à nettoyer le vélo de celui-ci. Ils étaient déjà en sueur, à cause du soleil qui tombait dru.

- Chef ! Tu pourrais pas baisser l’auvent ? Un peu d’ombre nous ferait du bien, je crois…
- Ok, pas de soucis…
- Et me passer la pince, là…
- Dis, je ne suis pas ton esclave, tu ne veux pas une bière en plus ?
- Bah, j’allais te la demander… s’il te plait !

Curtis repartit dans la cuisine, ouvrit le frigo, reluqua le savoureux gâteau à la fraise de Jelle, résista à l’envie d’en piquer une, revint avec deux bières et un coca. L’auvent descendait toujours. Il descendait même tellement qu’il atteignait maintenant le rebord du balcon. Ni Otho, ni Ken n’avaient remarqué le souci, assis qu’ils étaient sur le sol. Ce fut quand Curtis revint, qu’Otho releva la tête qu’il constata le problème.

- Hé ! Il va s’arrêter de descendre ce machin ?

Mais le machin en question continuait sa descente, heurta la tête de l’androïde qui en perdit sa nouvelle casquette de sergent-chef.

- Non, mais ! Ma casquette ! Elle s’est envolée ! Mais c’est bête, ce truc ! Il descend toujours !
- Bon, rentrez dans l’appartement, dit Curtis et il les aida à se glisser sous l’auvent, pour rentrer à quatre pattes dans le salon.

Otho se releva, se passa la main sur le crâne, et souffla :

- Quelle aventure ! Bon, au moins, on n’a pas réveillé la petite avec tout ce bazar ?
- Je ne pense pas, Otho, elle ne dit rien.
- Bien, bon, maintenant, va falloir réparer… sinon, Joan ne sera pas contente en rentrant ! Elle dira qu’on a cassé tout le matériel…
- Où est la boîte à outils ?, demanda Curtis.
- Je vais me glisser sur la terrasse et l’attraper, Capitaine, dit Ken.
- Ok, je vais sortir l’escabeau. On va démonter le caisson au-dessus de la fenêtre. Otho, tu vas couper le courant, si ça se trouve, c’est un simple problème électrique.

Très vite, Curtis allait regretter d’avoir pris une telle initiative sans l’assistance de Grag. Certes, ils avaient mis l’appartement hors tension, mais il se retrouvait en équilibre précaire sur le vieil escabeau de Joan qui ne tenait pas d’aplomb. En ouvrant le caisson, il prit dans le visage un nuage de poussière, il n’en raffolait pas particulièrement. Otho l’aidait de son mieux, lui passant les outils. Quand l’androïde voulut remettre le courant, un bref mais aveuglant éclair traversa le salon, heurtant la petite bibliothèque.

- Court-circuit, chef !
- Flûte !
- Ce n’est pas sur Tycho que ça nous arriverait, ce genre de souci…
- Sur Tycho, nous n’avons pas besoin d’auvent aux fenêtres…
- Ah, c’est vrai…
- C’est quoi cette odeur ?
- Bon sang, s’exclama l’androïde. L’éclair a mis le feu aux livres !
- Oh non…

Ken croyant bien faire se précipita dans la cuisine, se saisit de la carafe d’eau et la lança sur les livres, comme ce n’était pas suffisant, Otho, qui lui avait couru dans la salle de bain, revenait avec une grande bassine et un seau remplis à ras bord. Le début d’incendie fut vite maîtrisé, mais le salon était inondé.

- Bon, manquerait plus qu’Eufholia se réveille et demande son biberon maintenant, soupira le jeune père. Cela décuplerait nos problèmes. Ken, tu vas éponger le sol.
- C’est de la moquette, Capitaine, je vais avoir du mal à éponger…
- Débrouille-toi et essuie les meubles aussi. Les livres qui ont été mouillés, tu les mets de côté. On les fera sécher sur le balcon.
- Quand il sera accessible, chef.
- Oui, bien sûr, maugréa Curtis, toujours perché sur l’escabeau.

Il reprit :

- Otho, occupons-nous du court-circuit. Je te rappelle que d’ici une demi-heure, la petite va se réveiller et qu’il faudra mettre en route le chauffe-biberon. On a intérêt à se dépêcher.
- Je pense qu’Eufholia ne serait pas malade de boire un biberon froid, par contre, Joan va faire une tête en rentrant…
- Ils en ont au moins pour deux heures encore, et puis, on peut appeler discrètement Grag et lui dire de faire traîner les choses… Ca nous laisse de la marge.

Le soir.

Joan était enfermée dans la salle de bain depuis au moins une heure. Elle ouvrit avec plaisir le petit paquet qu’elle était parvenue à subtiliser à la curiosité débordante d’Otho et Ken, qui avaient paru très enthousiastes à l’idée de contempler les quelques vêtements qu’elle s’était achetés. Eufholia semblait en pleine forme, gazouillant dans les bras de son père au regard un peu inquiet. Elle l’avait rassuré : "non, je n’ai pas fait chauffer la carte bleue !"

Elle avait bien remarqué que la légère inquiétude de Curtis s’était transformée subitement en profonde angoisse en entendant parler de chauffer.

- Il y a eu un souci avec le biberon, Curt ? Il était trop chaud ?
- Non… non… pas de soucis du tout. Tu vois que notre petite étoile est en pleine forme !
- Tu me rassures… tu as l’air soucieux ?
- Je t’assure que tout va bien. On a passé un merveilleux après-midi, et Jelle et toi ?
- Oh, très bien ! C’était vraiment agréable de faire les magasins…
- On pourra venir avec toi la prochaine fois ?, demandèrent Ken et Otho en chœur.
- Heu… oui… pourtant, je croyais vous avoir entendu dire que les boutiques pour filles, ce n’était pas votre truc et que vous préfériez rester à bricoler… d’ailleurs, il est remis en état ton vélo ?
- Hum…, disons que… enfin… on n’a pas fini, termina Ken.
- Il manque des pièces, faut qu’on aille au magasin, ajouta Otho très vite.

La jeune femme sortit les jolis dessous blancs qu’elle s’était offerts, heureuse de constater qu’elle pouvait reporter ces petites dentelles affriolantes sans avoir l’air d’un boudin informe. L’appartement était calme, Ken, Grag et Otho étaient repartis très vite jusqu’au Comète, prétextant que Simon les attendait pour une communication de la plus haute importance, mais sans intérêt pour leur chef. En traversant le couloir, elle s’inquiéta cependant de l’étrange odeur, légère, mais persistante qui flottait. Une odeur de… brûlé. Mais pas de lait brûlé… Non… autre chose. Elle haussa les épaules, se disant qu’elle n’avait pas la tête à élucider ce mystère. Si ça se trouve, Ken avait voulu se réchauffer quelque chose pour le goûter, rien de plus.

Elle entra dans la chambre, Eufholia s’était endormie sans difficulté, sa fille était vraiment une crème. Curtis la regarda sombrement, un éclat de désir sauvage au fond des yeux, en la voyant si mignonne. Elle s’approcha, un rien mutine, prenant plaisir à retrouver un peu de sa féminité.

- Ma douce, tu es plus que ravissante…

Elle s’allongea à côté de lui, sourit, l’embrassa langoureusement, puis dit :

- Bon, maintenant, tu me racontes ce qui s’est passé cet après-midi ?
- Rien… rien de grave. Une panne… enfin…

Puis d’un mouvement rapide, il la fit basculer sur le lit et lui dit :

- Ne te fais aucun souci, ce n’est pas avec ce que tu portes que tu cours le risque que je te fasse le coup de la panne !

Limeye

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Limeye!
C'est vrai, tu as dégainé plus vite que ton ombre, Lucky Luke peut aller se rhabiller!

C'est tellement drôle de voir Curtis et les Futuremen aussi maladroits quand ils sortent de leur cadre naturel! [rolllaugh]Je me suis marrée tout le long de l'histoire, et la finale, bien... ça a été la cerise sur le sundae!

Moi, j'ai fait plus court, inspirée par une autre sorte de panne que j'ai vécue il n'y a pas si longtemps... ;D

Il régnait dans le bureau de Joan une touffeur moite, qui prenait de plus en plus d’ampleur.
-Il fait vraiment chaud ici, ce n’est pas normal… fit remarquer Curtis.
-La pompe du système de climatisation doit encore être en panne, répondit Joan, ses yeux bleus plongés dans le regard gris de Curtis.
Curtis soupira, son corps tout en sueur démontrait bien à quel point on peut être esclave de la technologie pour s’assurer d’un minimum de confort. La présence de Joan auprès de lui n’arrangeait en rien les choses, et il se dit que le moment savoureux qu’ils s’apprêtaient à passer ensemble n’en serait que plus torride…
Les vêtements déjà épars autour d’eux, leurs corps étaient sur le point de se fondre ensemble lorsque des coups légers frappés à la porte les interrompirent :
-Sergent-chef Flynn, lieutenant Randall! J’ai les renseignements que vous m’avez demandés sur l’affaire Parker…
C’était trop bête, juste au mauvais moment… Joan mesura en une fraction de seconde combien leur situation pourrait s’avérer précaire, si Flynn venait à les surprendre… Cette commère invétérée raffolait des potins, et nul doute que les dimensions de l’affaire allaient décupler si elle se chargeait de l’ébruiter…
Etrange comme l’atmosphère avait soudain refroidi! Curtis posa un doigt sur les lèvres de Joan, l’incitant à garder le silence…
N’obtenant pas de réponse, Flynn tenta d’ouvrir la porte, mais elle était verrouillée; elle repartit donc et Joan fut soulagée d’entendre ses pas décroître dans le corridor.
Le soulagement de Joan était évident, aussi Curtis lui murmura-t-il malicieusement :
-Heureusement que j’avais gardé la tête assez froide pour penser à verrouiller la porte… On peut continuer, maintenant…
Joan sourit... Visiblement, cette panne n'en avait pas entraîné une autre...

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonsoir Flamme !

moi aussi j'ai bien ri en repensant au climatiseur !

bien vu, en tout cas, de le recaser là... mais quelle idée, ils ont eu aussi de faire ça au bureau :o ???

c'est sûr que c'était un coup à se faire choper, et par la commère du service en plus... ;D

bizz

Limeye Very Happy

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou les filles,

Ahh excellentes vos versions!
Limeye, on se serait cru dans les vieux films muets, style Laurel et Hardy ou plus on essait de resoudre le probleme et plus tout va de travers!
Et Flamme....la panne hot hot hot! [naughty]

Bon euh...voici ce que j'ai concocte...avec ces mots et le contexte de la panne, c'etait quand meme trop tentant... ;D [naughty] [blush]


“Eh voila, c’etait tout bête, et je crois que ca devrait marcher maintenant!” s’ecria Ken, en refermant le compartiment arriere externe du Cosmolem. Curtis mit le moteur en marche avec succes.

“Bravo Ken, ton diagnostique etait correct, c’etait bien le fusible de la pompe du liquide de refroidissement!”

Curtis se sentit fier de l’adolescent et le regarda avec tendresse. Adolescent, hmmm… plus vraiment….Ken avait bien grandi ces derniers temps. L’entrainement physique intensif qu’il subissait avec Crag et Otho avait decuple sa musculature, et Simon et lui-meme apportaient un complement de connaissances que l’Universite de lui donnait pas.

Ken regarda Curtis avec hesitation. Pourtant ce serait le bon moment, ils etaient seuls tous les deux. C’eut ete etrange d’en parler avec Simon et il aurait ete intimide par Ezra. Il eut soudainement chaud et sentit la sueur couler sur son front.

“Quelque chose ne va pas, Ken?” l’interrogea Curtis, surpris par son changement de comportment soudain.

Ken se sentait en situation precaire et il detestait ca. Il prit cependant son courage a deux mains et commenca d’une voix peu assuree:

“ Eh bien…J’aimerais te demander conseil Curtis…J’ai rencontre une fille a l’Universite, et euh..elle me plait beaucoup … Et je sais que c’est reciproque…Et euh…j’aimerais bien… avec elle, tu vois?...Mais si jamais…euh…”

Curtis se figea et fronca legerement les sourcils, rendu quelque peu mal a l’aise par la tournure de la conversation.

Ken, devenu maintenant totalement rouge, respira a fond et se lanca rapidement.

“Et si ca se passait mal et si jamais je ne pouvais pas!”

Curtis, resta silencieux, franchement gene. Cela ne lui etait jamais arrive. Avant Joan, ca ne comptait pas pour lui, et avec elle…rien qu’a repenser a ces moments plus que savoureux ou il devenait son esclave dans la chambre a coucher, il sentit une rougeur l’envahir….il n’allait surement pas lui raconter ca!...Il deglutit difficilement et repondit a Ken d’une voix qu’il voulut rassurante.

“Ne t’en fais pas Ken, ca peut parfois etre intimidant, mais s’il y a entre vous des sentiments forts et le respect de l’autre, tout ira bien.”

Curtis lui serra l’epaule d’un geste reconfortant avant de le laisser seul a ses pensees.

Crag, qui travaillait a l’exterieur du hangar et qui n’avait pas perdu une miette de cet echange, ne put s’empecher de vouloir aussi rassurer Ken a sa maniere.

“Si tu joues au militaire, je suis sur que tout se passera bien et elle va en raffoler!”

Ken le regarda, stupefait.

“Ben oui, hier soir dans la chambre de Joan et Curtis, ca parlait de Capitaine et de Sergent-Chef au garde–a-vous, et ca avait l’air d’etre plutot efficace! “

O-tho

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Salut O-tho! [devil]

Vraiment coquine cette histoire. Hilarants et touchants [rolllaugh] ces conseils sur la sexualité de la part de Crag! J'en ris encore! [goodjob].

Je suis accaparée en ce moment par le cadavre exquis. J'écrirai mon histoire plus tard. Wink

A+

Frégo Cool

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou O-Tho!

Alors là, géniale et coquine [devil], l'idée de Curtis en psychologue pour adolescent face aux premières amours et pulsions sexuelles! Vraiment excellent, ses paroles... Et savoureux, son malaise face à la question! [rolllaugh] Mais il a oublié de dire à Ken de ne pas trop faire attendre sa belle, en tout cas pas aussi longtemps que lui a fait attendre Joan! :o

C'est toujours aussi plaisant et comique de te lire, je ne me lasse pas et j'attends toujours tes histoires avec impatience! [jump]

Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou O-Tho !

j'adore ta version aussi ! J'imaginais même pire ;D ! Du coup, ça m'a donné une idée pour un prochain défi... Wink

faut dire que la thématique de la panne, c'est du nanan pour nous ;D

belle journée ! bizz

Limeye Smile

ps : hier, on a bien eu les degrés en plus, mais l'automne revient vite !

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
>Sad mais vous êtes déchainées ?!!! ;D [jump] [lighton]

j'arriiiiiiive!!!
[outahere] [work] [devil]

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 03:43
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Schnell, bitte !

C'est un tirage en or pour toi, ça, Elaine... on va voir si ton mauvais esprit [devil] est toujours aussi bien aiguisé, d'autant que tu nous as promis en avoir fait des réserves ;D !

Et oui, il faut bien reconnaître que nous étions assez déchaînées... [naughty] [rolllaugh]

bonne soirée !

Limeye Smile

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Oui, j'avais bien aimé la séquence où on était parties en orbite, avec le bain de minuit, entre autres.... [devil]
Et dire qu'Elaine disait qu'il fallait revenir sur terre en proposant "pompe" et "sueur" comme mots... ;D [rolllaugh]

Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou a tous,

Bon... hmmm, on attend toujours Elaine et Frego sur ce tirage -la! Et peut-etre Mala?? Tente de delirer un peu?

C'est vrai qu'avec ces mots-la, les mauvais esprits sont gates... ;D...(Bon on se souviendra quand meme que ce forum est pour tout public... ;D)

O-tho

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ça vient, ça vient! [devil]

pompe / sueur / esclave / savoureux / sergent-chef / bête/précaire/raffoler/ décupler / étrange

C’était le bal annuel du Président Carthew. Joan était encore toute étonnée que Curtis ait pris son courage à deux mains pour l’inviter à ce bal et, moment SAVOUREUX, l’inviter à danser. Pourtant jusqu’ici Curtis avait toujours considéré ce genre d’activités mondaines comme une situation aussi PRÉCAIRE que d’affronter les pires criminels. Cela l’étonnerait que Curtis soit sorti de sa zone de confort pour rien, elle était sure que ce soir il voudra franchir le stade de cette BÊTE relation platonique et qu’avec elle, il sera l’ESCLAVE d’un nouveau maître : l’amour au lieu de la science.

Ils tournaient doucement l’un contre l’autre. Leurs pas s’accordaient parfaitement l’un à l’autre. Curtis semblait RAFFOLER de ce moment; Joan sentait son regard sombre et ÉTRANGE sur elle. Ce regard la faisait toujours fondre.

Tout à coup, la salle de bal fût plongée dans un black out total. Ils profitèrent de ce moment pour resserrer leur étreinte. Ils sentirent leur hardiesse se DÉCUPLER au point de s’embrasser langoureusement et longuement sur la piste de danse. Soudain la lumière se fit. Les deux se réveillèrent en hurlant, le visage en SUEUR dans la cabine de Curtis sur Tycho. Ils prirent le temps de se calmer et de reprendre une respiration normal.

À quoi viens-tu de rêver Joan? Lui demanda Curtis.

- Ne m’en parle pas! J’ai rêvé que j’embrassais le Sergent-chef Larson sur la piste de danse! Il me criait de faire 50 POMPEs pour une conduite indigne d’un officier de la police interplanétaire. Et toi?

- Moi c’est la SERGENT-CHEF Goodmood que j’embrassais. Pour me faire les pieds de m’être battu dans un bar il y a 10 ans, le professeur Simon m’a envoyé passer un mois dans un boot camp jeunesse des marines terriens. Elle en était le préfet de discipline.

Joan le regarda avec son air le plus enjôleur.

- Et si on passait à un autre genre de discipline… hum? Capitaine de mon cœur?

- À vos ordres Lieutenant. Lui dit Curtis avec un sourire expectatif.

A+

Frégo ;D

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou Frégo !

oh bien vu ! Bravo pour les changements subits d'ambiance ! Des vrais coups de poing ! On se croit dans un film d'action, avec les héros qui cheminent tranquillement, puis d'un coup, la terre s'ouvre sous leurs pieds, c'est la descente vertigineuse... et pas sûre qu'ils retrouvent le calme plat à la fin [naughty] !

bizz

Limeye Smile

ps : on en lance un autre pour le week-end ? Elaine nous rattrapera...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
je passe par là et vous propose deux mots :

goûter (parce que c'est l'heure, mais ça peut être le nom ou le verbe) / similitude

à vous !

bizz

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
hello girls!

je n'ai pas eu accès à mon ordi mais du coup le texte est venu tout seul ;D....


Pour le prochain défi : goûter , similitude, escalier, crise

Bonne lecture Wink


pompe / sueur / esclave / savoureux / sergent-chef / bête/précaire/raffoler/ décupler / étrange

Joan et Ezzla avaient hérité d’une mission très délicate d’infiltration en collaboration avec les futuremens . D’habitude ils arrivaient au deck et l’équipe était déjà prête à embarquer mais cette fois le président les envoya sur la planète des plaisirs.
Cette planète ne connaissait aucune règle d’éthique et le bar où ils devaient se rencontrer était très mal famé. Joan et Ezzla se séparèrent, elle passa facilement à l’entrée, mignone qu’elle était en petite robe noire tandis que le flic expérimenté faisait le vigile dans la ruelle arrière. A l’intérieur l’ambiance était chaude, les boissons circulaient beaucoup et nombre d’hôtes en avaient déjà abusé. C’est alors qu’elle le vit, sidérée, sur une petite scène, torse nu, pantalon de cuir serti de chaînes, en train de faire des pompes. L’éclairage rougeoyant rendait sa sueur torride sous le rythme de la musique dance. Il jouait l’esclave sous le fouet d’une femme fatale en corset de cuir noir. Les spectateurs et surtout les spectatrices trouvaient le spectacle savoureux, leurs mains glissant avec délice quelques billets dans la taille de son pantalon. AU coup de sifflet il se mit au garde à vous devant un sergent chef très court vétue qui utilisa sa cravache pour caresser son torse et fit des cris de bête sauvage pour échauffer la salle. Joan n’en ratait pas un miette, si la situation était précaire elle ne savait pas comment le tirer de là : la foule raffolait de la scène et les applaudissements décuplaient.

« Joan, vous allez bien ? » le capitaine la regardait avec son équipe d’un air étrange, elle rougit jusqu’aux oreilles.
« Excusez moi capitaine, je me suis assoupie et j’ai fait un cauchemar »
Le capitaine la regarda s’éloigner vers sa cabine, intrigué, se demandant pourquoi elle avait miaulé.

Elaine

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je vais ajouter pièce et pointe. Nous avons donc:

goûter , similitude, escalier, crise, pièce, pointe

A+

Frégo Cool

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou!

Frégo et Elaine, les rêves sont vraiment la meilleure partie de vos histoires! C'était vraiment dommage de les interrompre... [naughty] Mais Frégo, le réveil en valait le coup, surtout pour la suite qu'on devine! [devil] Et Elaine, cette version de Double trouble inversée ;D ainsi que la chute, comme vous dites, est vraiment caractéristique de ce qu'on appelle ton mauvais esprit! [rolllaugh]

Bon, un peu de sérieux maintenant, je rajoute solide et arroser

Donc: goûter/ similitude/ escalier/ crise/ pièce/ pointe/ solide/ arroser

Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles !

moi, j'aime beaucoup le miaulement... imaginer Joan en train de somnoler et de miauler sous les regards plus qu'étonnés de toute l'équipe, voire légèrement inquiets de Curtis... trop fort ! ;D

bizz

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou a toutes et tous!

Un petit passage vite fait pour vous donner les 2 mots restants, je suis la derniere si je compte bien, a moins que Mala ne veuille nous donner d'autres mots ou meme un theme!?!

Feu d'artifice/independance....pour ce 4 juillet fete chez nous.... ;D

Alors en resumant:

goûter/ similitude/ escalier/ crise/ pièce/ pointe/ solide/ arroser/Feu d'artifice/independance

A vos claviers et moi...dodo... ;D

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Coucou a tous,

Bon euh voilu ce que j'ai concocte avec ces mots....La fin m'a un peu echappe...Ca s'est ecrit tout seul ... ;D [blush]

Joan soupira, c’etait encore tombe sur elle. On lui avait assigne la protection de la Dr. Barrow, une brillante mathematicienne qui avait ete recrutee pour decoder des messages interceptes sur Jupiter. La police des Planetes suspectait un groupe reste fidele a l’ancienne civilisation de fomenter une nouvelle crise, ce que le gouvernement intersideral voulait a tout prix eviter.

Son regard alerte embrassa la grande piece de reception. La fete battait son plein pour inaugurer le nouveau batiment dedie aux Sciences Mathematiques de Decryptage. Elle observa avec une pointe d’envie les invites, dans leurs smokings et robes de soiree, converser, rire, danser. Impossible de gouter a ces petits canapés qui passaient constamment sous son nez, interdit d’arroser cet evenement avec ces coupes de champagne qui volaient autour d’elle…Quant a danser…Elle chassa vite de ses pensees l’image de deux corps tendrement enlaces, ondulant au rythme d’une musique douce, joue contre joue, ses mains caressant une chevelure rousse… Joan se morigena interieurement. Ou etait parti son esprit d’independance depuis qu’elle l’avait rencontre?

La soiree touchait a sa fin. Ses yeux fixes sur la Dr. Barrow, que ses collegues venaient juste de prendre en charge, Joan descendait les escaliers lorsqu’elle heurta un torse solide. Elle leva la tete brusquement. Deux yeux gris rencontrerent deux grands yeux bleus, etonnes.

“Joan, quelle surprise de vous voir!” lui dit-il, une lueur indechiffrable dans les yeux.

“Bonsoir Capitaine! J’etais de service ce soir, protection rapprochee, mais je viens juste de finir. Un dernier tour pour verifier que tout va bien et je rentre chez moi”

“Je vous raccompagne!”

Elle aurait ete bien folle de dire non…

Arrivee devant la porte de son appartement, Joan hesita. Si seulement elle pouvait etre certaine de la similitude de leurs sentiments!

“Merci de m’avoir ramenee, Curtis…”

“Il etait hors de question que vous rentriez seule a cette heure-ci, Joan!”

“Oh, mais ne vous en faites pas, je suis armee!”

A ces mots Curtis ne put s’empecher de la deshabiller du regard. Elle etait a croquer dans cette robe qui soulignait ses delicieuses formes et laissait peu de place a l’imagination.

“Mais ou diable avez-vous cache votre arme?” dit- il en se rapprochant dangereusement.

Joan se sentit rougir devant son regard devenu sombre. Son coeur se mit a battre plus fort.

“Une femme doit pouvoir garder quelques secrets…”

“Voila un nouveau defi que seul le Capitaine Future peut relever!” repondit-il d’une voix rauque, ses mains deja au creux de ses reins, ses levres dans son cou, son corps tout contre le sien.

“Hmmm…On dirait qu’il n'y a pas que ce defi qu’il peut relever…” murmura-t’elle avec malice, avant qu’un veritable feu d’artifice n’embrase son corps…


O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour à toutes et tous !

eh bien, toujours très aventureux ton Capitaine, O-Tho Very Happy ! Comme ça, la fin t'a échappée... ;D

moi aussi, j'ai osé... avec ma manie de vous inverser les situations, je me suis inspirée de ton précédent défi... je pense qu'il faudra qu'il y ait une suite, mais j'avais déjà utilisé tous les mots :Smile

belle journée [flower]

Limeye Smile


C’était la fin de la journée. Curtis était installé tranquillement sur la terrasse, un épais dossier sur les dernières découvertes en chimie dans les mains. Plongé dans sa lecture, il n’avait pas vu le temps passer. Soudain, une cavalcade lui fit lever les yeux. C’était ce grand gaillard de Ken qui arrivait, les yeux brillants. Une jolie fille, brune avec des yeux bleus magnifiques le suivait.

- Curt ! Dis ! Est-ce que Solen peut dîner avec nous ce soir ?
- Heu… oui, oui, bien sûr.

Il ôta ses lunettes de soleil, sourit à la jolie jeune fille de 17 ans, qui lui répondit par un sourire plein de charme.

- On va faire des grillades, t’es d’accord ? On a ramené un dessert aussi… une tarte aux myrtilles, on n’y avait pas encore goûté à celle-là !
- Bonne idée.
- C’est la préférée de Joan, dit-il en s’adressant à Solen, dommage qu’elle ne soit pas avec nous ! Mais on pensera à elle, en la mangeant, hein, Curt ?
- Bien sûr…, dit-il d’un ton neutre.

Difficile de ne pas penser à Joan en mangeant une tarte à la myrtille et encore plus quand il se retrouva attablé face à Solen, dont les yeux n’étaient pas sans lui rappeler ceux de la jeune et jolie lieutenant de la police interplanétaire, partie pour une lointaine mission alors que lui-même et Ken profitaient de deux semaines de vacances bien méritées au bord de la mer, dans un endroit tranquille. Tranquille, oui, mais Ken avait quand même réussi en deux jours à se faire une petite amie, dont la similitude avec certaines caractéristiques de Joan n’étaient pas sans lui causer une cruelle douleur au fond du cœur. Ken était vraiment un as !

- On va faire un tour sur la plage, tu veux bien ?
- Allez-y…

Et il se dit que c’était bien de leur âge…

Plus tard dans la soirée, il rentra dans la maison, les moucherons qui lui volaient autour commençant à l’agacer. Installé dans un des fauteuils du salon, il poursuivait sa lecture, se demandant un peu s’il devait veiller pour attendre le retour de Ken ou pas. Quand il entendit des pas dans l’escalier et un léger murmure, puis Ken entrouvrit la porte du salon :

- Tu dors pas ?
- Hum, je finis un chapitre, c’est passionnant, Ken.
- Ah, ok. Heu…
- Oui ?
- Est-ce que Solen peut rester dormir là ?

Curtis ouvrit de grands yeux. Bon, ok, ils avaient 17 ans tous les deux, c’était bien de leur âge, mais quand même…

- Ses parents sont au courant ?
- Pfff…, soupira Ken. T’as oublié que je t’ai dit qu’elle était toute seule avec sa grande sœur, bien contente de ne pas l’avoir dans les pattes… moi, ça m’arrange, je suis content de l’avoir dans mes bras, ajouta-t-il avec un clin d’œil malicieux.
- Ok, il n'y aura donc pas de crise et d’explications à fournir. Bon, t’es raisonnable, au moins, Ken ?
- T’inquiète, j’ai tout prévu, j’ai pas l’intention de lui faire un bébé !

Et Ken referma la porte de la pièce, le laissant seul avec d'étranges pensées. Il tenta de poursuivre sa lecture, mais bien vite, comprit que ce serait impossible. Il ne voulait pas déranger les deux jeunes à l'étage, ni les entendre non plus, aussi décida-t-il de faire un tour jusqu'à la plage. C'était une belle et longue plage de sable blanc, qui se terminait par une petite pointe qu'il devinait plus sombre sur la mer. Le ciel était clair, brillant des mille et unes étoiles de la voie lactée. Où était Joan à cette heure ?

Il soupira. Dans son esprit, Ken, Solen et Joan se mêlaient. Penser à l'un ou l'une, le faisait aussitôt penser à l'autre. Il enviait le jeune adolescent, pour lequel tout était si simple... aucune hésitation à aller vers une jeune fille qui lui plaisait et encore moins à l'emmener jusqu'à son lit... Bon, pas très brillant à l'école. Un peu comme si Ken était son opposé. Lui, sa vie était solide, bien balisée, une vie de recherches et d'aventures, une vie de justicier. Mais côté vie privée... le néant total. Zéro. Aucun courage non plus pour parler à Joan. Si elle savait... pourtant, il pouvait être quasiment certain qu'elle ne se moquerait pas de lui. Jamais tenue une autre fille dans ses bras, jamais embrassé une fille, alors le reste... Ken avait vraiment de l'avance sur lui.

Il décida finalement de dormir sur la plage. Il eut du mal à trouver le sommeil, rêvant encore et encore de Joan, cherchant pour la cent-millionième fois une solution, comme si cela pouvait se résoudre aussi simplement qu'une équation complexe ou un défi d'astrophysique. Une soirée un peu arrosée, peut-être... l'alcool donne du courage à certains. Mais à lui... il ne sera sans doute pas très brillant avec un coup dans le nez. Ou une soirée romantique ? Ca plairait sûrement à Joan, mais lui, se sentirait totalement idiot, il le pressentait. Le feu d'artifice de la prochaine soirée présidentielle ? Hum, non... trop de monde. Un voyage sur une île paradisiaque perdue ? Hum, non... trop de solitude. Demander son avis à Simon ? A Grag ? A Otho ? Et pourquoi pas à Eek et Oog tant qu'il y était... non, non. En parler à Jelle ? Misère... Ne pouvait-il pas décider de cela en toute indépendance ?

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

j'adore le coup de ken qui en remontre à CUrtis, oh la honte,

trouver l'arme serait une suite intéressante [naughty] Otho!

je vous fais un petit coucou, totalement surmenée par le soleil, les vacances, la glace, le farniente, plein de trucs à faire et pas envie Cool ;D, c'est bon la honte, tiens et si j'en faisais mon texte?

je reviens, à plus.... :-*

Elaine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


goûter/ similitude/ escalier/ crise/ pièce/ pointe/ solide/ arroser/ Feu d'artifice/independance

Joan s’étira sur sa chaise longue, 16h30, Ken allait venir pour le goûter, depuis quelques temps c’était un estomac sur pattes, il dévorait. Seulement voilà Joan n’avait pas envie de bouger, elle était simplement bien, chauffée par le soleil, un petit peu d’air, le café tranquille. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas pris le temps de ne rien faire…Elle trouvait que son maillot de bain l’avantageait beaucoup, il manquait juste un peu de couleurs pour en rehausser le ton pastel. Elle referma les yeux et essaya de se rappeler quand elle avait eu un tel moment et dut faire un constat : aucune similitude dans les deux dernières années. Elle entendit quelqu’un descendre l’escalier de la maison, fit semblant de dormir, sans mauvaise conscience, au contraire, amusée par la crise intérieure que devait ressentir Ken qui s’était approché sans oser la réveiller. Il s’assit à côté d’elle, Joan le connaissait et s’étonna qu’il n’essaye pas de l’arroser depuis la piscine. Elle entendit une pièce tomber par terre mais ne réagit pas, visiblement deux personnes étaient là et elle entendit la deuxième courir vers la rue. Son instinct lui recommandait de ne pas bouger et elle essaya d’entrouvrir les yeux, à travers les pointes de ses cils, elle distingua un visage bien connu qui se penchait sur elle. Le baiser déclencha un véritable feu d’artifice intérieur qui la fit renoncer à ses rêves de farniente et d’indépendance, après tout au goûter tout le monde a faim.

Elaine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 03:49
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou Elaine !

j'ai plusieurs idées pour donner une suite à ma proposition pour ce défi, maintenant, il me faut des mots ;D !

En tout cas, ton farniente t'a bien inspirée ! Et pour le goûter, tout le monde a faim, certes... il y a différentes formes de faim [devil]

au fait, Flamme est absente durant quelques jours et nous livrera plus tard sa version, donc on peut en relancer un dès que Frégo nous aura fait part de la sienne !

bizz et bon farniente !

Limeye Smile

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles!

De retour pour une courte période entre deux étapes, mais j'ai pu profiter de longues périodes tranquilles au soleil couchant pour cogiter sur le dernier défi, avec une nouvelle idée... Cool et j'ai savouré vos histoires avec bonheur à mon retour ce soir! Very Happy C'est parfois pénible de ne pas avoir d'accès Wi-Fi... ni de portable,(il est tombé en panne peu après le défi de la panne!) :o :'( [wallbash]

O-Tho, j'ai adoré la tournure et la fin de ton récit! Trop romantique et trop coquin [devil] ,je me demande bien de quelle arme il pouvait s'agir, et si Curtis l'a trouvée! J'ai bien aimé ta fin, qui était bien... relevée! [rolllaugh]

Limeye, je ne sais pas ce qui va décider Curtis à prendre son courage à deux mains pour faire sa déclaration, il semble que de voir comment Ken s'y prend avec Solen aurait dû lui donner des idées! ;D C'est tellement mignon de le voir manquer de confiance en lui à ce point, ça fait ressortir son côté humain et j'adore! Tout comme j'ai bien ri aux répliques de Ken quand Curtis lui demande si ses parents sont au courant! [bigeek] J'imagine l'expression que notre rouquin a dû faire!

Elaine, ton histoire a de quoi donner l'appétit! Et l'élément de surprise, c'est encore mieux! J'espère que Joan et Curtis ont pris les bouchées doubles... [devil] on peut le présumer, j'imagine?

Bon, pas facile de passer, maintenant... Petite innovation : je donne les bases de l’histoire, et c’est à vous de choisir le héros!

Maintenant qu’il y avait goûté, il ne pourrait plus s’en passer, il le savait. Les sensations que ça lui apportait n’avaient aucune similitude avec les émotions qu’il avait pu ressentir jusqu’à maintenant.

C’était comme l’arrivée au sommet d’un escalier interminable, ou mettre fin à un état de crise, ou finaliser l’assemblage d’un vaisseau pièce par pièce…

Il savait que ce commencement n’était que la pointe de l’iceberg, qu’un solide lien de nécessité s’était établi, qu’un besoin perpétuel s’était créé. Il se sentait léger, euphorique, un peu comme après une soirée bien arrosée.

Dans son esprit, il ressentait comme l’explosion d’un feu d’artifice, et c’est sans regret qu’il avait dit adieu à son indépendance antérieure. Non, il ne regrettait pas sa décision d’avoir fait le grand saut, et il savait qu'il voudrait répéter souvent l'expérience...

Alors, à votre choix, de qui parle-t-on ici?

1)Ken, qui vient de boire sa première tasse de café Very Happy

2)Otho, qui vient de manger un premier morceau du gâteau au chocolat à fondre de plaisir fait par Grag
:P
3)Simon, qui vient de découvrir sa passion pour la recherche scientifique Wink

4)Curtis, qui vient de se décider (enfin!) à révéler ses sentiments à Joan et à l’embrasser (ou peut-être plus, selon l’imagination de certaines!) [devil]

Flamme Cool qui aura peut-être le temps de prendre les mots du prochain défi avant de repartir?


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Aaah...Limeye, vraiment tres bien vu ce contexte renverse...je vois bien Curtis demander des conseils a Ken tiens! :P Mais cela demande effectivement une suite...on reste sur sa faim... ;D

En parlant de faim..Quel bel hymne a la farniente Elaine! On s'y croirait, manque le pastis et les cigales...Pour l'encas, c'est deja prevu... ;D

Et Flamme, excellent et tres original! :P
Alors, je vote contre le n1, on ne va pas faire de Ken un coffee-addict, bien trop jeune.... ;D
Idem pour le n2, car il y a de fortes chances qu'Otho ne regoute pas au gateau de Crag, qui n'hesitera pas a l'en priver a la moindre entourloupette...
Les intellectuels choisiront le n3 et les eternels romantiques le 4...

Alors il nous reste Frego et peut-etre Mala si on pousse un peu notre chance??

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles et Mala (tu nous rejoins, là ou pas ?)

Bravo Flamme pour cette version très originale ! Moi, avec ma gourmandise, j'aime bien les quatre possibilités !

Reste la version de Frégo, maintenant...

Et je pourrais peut-être vous inventer la suite si le tirage m'inspire, car j'ai quelques petites idées... bon, je dois abandonner son pc à mon homme, incroyable, non ?

bizz et à plus tard !

Limeye Smile trop bavarde selon lui ;D

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Flamme tu as eu l'idée du siècle, et si on faisait comme toi pour le prochain défi?

Perso j'opte pour la 4 et je ne suis pas romantique du tout...mais Limeye a trouvé la solution :
pendant que Mala est occupé à se goinfrer de gâteau au chocolat , que ken se cache pour boire son 1er café ( j'aurais opté pour le mug café avec de l'alcool dedans en fait ) , Crag espionne son accolyte avec les deux bestioles laissant Simon passionné dans le labo.. et les deux adultes consentants en apesanteur ( séquence finale Roger Moore avec sa James bond girl, dans la capsule vous voyez? )

;D mais bon je m'emballe, donc je propose: bestiole / incunable ( ouvrage imprimé moment de l'invention de l'imprimerie, mi XVème siècle- 1501)

bisous et bonne inspiration!


Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou Elaine !

je ne sais si je pourrais relever le prochain défi à la façon de Flamme, mais promis, j'essayerai d'en faire à l'occasion.

je rajoute les mots : hallucination et presse-purée

ce qui nous donne :


bestiole / incunable / hallucination / presse-purée

à vous !

Bizz

Limeye Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou à toutes!

Je ne sais pas si je pourrais refaire un défi comme ça! C'est venu un peu tout seul,, quand je me suis mise à broder autour des idées principales où les mots étaient placés, j'ai trouvé que ça pouvait s'interpréter de plusieurs façons... Parce que devinez à quoi je pensais, moi, en la composant? Mon cœur d'artichaut farci à la guimauve fondue fonçait tête baissée vers la version 4.... [naughty]

Voici mes mots: ça manque d'adjectifs là-dedans, et Limeye, je ne sais pas ce que tu comptes faire pour la suite de ton dernier récit, mais j'ai de la difficulté à imaginer en quoi un presse-purée va aider Curtis à surmonter son complexe d'infériorité face à Ken! ;D ;D ;D C'est certain que ça apportera un côté comique, par contre... [rolllaugh]

Je ne suis donc pas tout à fait impartiale, mais je voudrais une suite SVP, Limeye! Donc voici mes mots:

opportun et pénétrant (Y'a du potentiel là-dedans!)


Donc, bestiole / incunable / hallucination / presse-purée / opportun/ pénétrant

Bonne journées à toutes (tous, on espère!)

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je vais ajouter course et chimere.

Nous avons donc:

Donc, bestiole / incunable / hallucination / presse-purée / opportun/ pénétrant/ course/ chimere.

Frégo

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou a toutes,

Je rajoute donc, inspiree par la chaleur: canicule et eprouvant

Ce qui fait, en resumant:

bestiole / incunable / hallucination / presse-purée / opportun/ pénétrant/ course/ chimere/canicule/ eprouvant

Defi a la facon de Flamme, si possible?..

Et Mala, tente??? Wink

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et voilà... alors, je n'ai pas rempli le contrat à la façon de Flamme, mais je signe le grand retour de Jelle dans mes défis. Je vous préviens, vous allez l'avoir pendant quelques temps... ;D. Cette coquine n'étant pas du genre à lâcher prise facilement. Premier épisode, donc, ou alors suite des précédents... selon l'humeur.

bizz et bonne soirée / fin de journée !

Limeye Smile

ps : et pour celles qui se posent encore la question, voici ce qu'on peut faire avec un presse-purée ;D !!!



- Je te jure, Jelle, on a tout essayé !, soupira Otho. On a même repeint la cuisine du Cyberlabe aux couleurs des yeux de Joan... depuis, Grag nous cuisine des trucs bizarres, mais bon, c'est pour la bonne cause...
- Oui, ajouta Grag avec beaucoup de véhémence. La magie vaudou, le filtre d'amour de Tristan et Iseut, le film X...
- Lequel ?
- Chais plus le titre, dit Otho. Une histoire avec des bestioles.

Jelle leva les yeux au plafond. Certainement un vieux documentaire sur la reproduction des invertébrés. Ou un truc dans le genre. Et le filtre d'amour sorti d'un incunable du XIIème siècle. Rien que du frelaté, qui, à part donner des hallucinations, n'avait rien donné du tout.

La belle jeune femme brune reposa son presse-purée, avec lequel elle s'employait à préparer le repas favori de sa plus jeune fille "courgette-potiron" et déclara d'une voix qui ne souffrait plus aucune réplique :

- Bien. Désormais, c'est moi qui prend les choses en main. Vous avez fait votre temps. Ca n'a rien donné.

Grag se gratta la tête, se demandant si c'était bien opportun de confier une chose si grave et si sérieuse à Jelle. En même temps... ils avaient vraiment tout essayé. Du moins, c'était ce qu'il semblait au grand robot.

A cet instant, Davies passa la tête par la porte, pénétrant tout juste dans la pièce :

- Les voilà !
- Bien, nous reparlerons de tout cela plus tard. Fini le conseil de guerre. Et finie la course de fond, maintenant, vous me passez le relais.
- Ok, répondit Otho, pas fâché de pouvoir lever le pied et cesser de poursuivre des chimères.

Curtis et Joan arrivaient en effet tranquillement, marchant à deux mètres l'un de l'autre, parlant de banalités, sans se regarder ou en se regardant tout à fait normalement.

"Ils sont vraiment à désespérer", songea Jelle en s'épongeant légèrement le front, la canicule commençant à sévir dans sa campagne profonde. Elle eut un léger doute : et si elle s'engageait dans un défi perdu d'avance ? Un parcours du combattant si éprouvant qu'elle devrait y abandonner sa patience légendaire ? Son humour corrosif ?

Elle regarda la mixture qui remplissait sa casserole. Après tout, il y avait plus dur défi à relever que de faire manger de la purée courgette-potiron au Capitaine...

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou à toutes!

Limeye, je vois aque tu as encore dégainé encore plus vite que ton ombre, mais je n'ai pas lu, j'attends de pondre la mienne!

Je voulais juste partager avec vous un lien amusant sur lequel je suis tombée: il y a un effet "planète noire" pour certaines, vous allez voir!

http://fr.canoe.ca/techno/galeries_photos/20130711131137_ronmiller/

J'ai bien aimé l'effet! Ils ont juste oublié Pluton... Ou bien c'est qu'elle serait trop petite pour être facilement observable...
Et il y a plein d'autres choses passionnantes dans les contenus liés! Notamment, en cliquant sur le premier, "les beautés de notre système solaire", on peut voir, sur la 26è photo, un lever de soleil sur le cratère de Tycho...

A +,
Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou a toutes et tous!

Super Limeye! Quand Jelle s'en mele...attention! mais bon, tu nous dois encore une suite, hmmm.. ;D

Et Merci Flamme pour le lien, tres bien fait! J'adore Jupiter.. (Pluton est soit trop petite ou bien mise au rancart car elle n'est plus consideree comme une planete ...).

Alors voici mon petit delire...Je n'ai pas non plus fait le defi a la Flamme, c'est pas venu comme ca du tout ....


“Few…Je suis bien contente d’etre enfin a l’ombre et au frais!” s’ecria Joan a bout de course. Cette canicule est vraiment insupportable!”

Les Futuremen accompagnes de Joan et Ken etaient partis sur KeruBeru mener des fouilles archeologiques. Curtis et le professeur etaient certains que les ruines decouvertes il y a peu de temps par des autochtones etaient le fruit d’une ancienne civilisation venue de Deneb.

Ils avaient decide d’explorer le dernier batiment mis a jour, qui s’avera etre un sanctuaire, afin d’echapper a l’eprouvante chaleur.

“Eh, vous avez vu cette drole de bestiole!” s’exclama Ken en designant une statue qui cachait une porte interieure.

“Avec sa tête de lion, son corps de chèvre et sa queue de dragon , cela ressemble fort a une chimere” repliqua Simon.

Curits ouvrit prudemment la porte, penetrant avec precaution dans ce qu’il identifia bientot comme etant une chambre sacree.

Des fresques colorees s’etalaient sur les murs, melant les descriptions precises des rites, plus ou moins suggestives, avec des explosions de formes et de couleurs, entre reve, cauchemar et hallucination.

Des objets etonnamment bien conserves etaient encore entreposes dans des niches de pierre.

“C’est quoi ce truc?” s’etonna Crag ” Ca ressemble drolement a un presse-puree!”

“Cela servait surement a extraire le jus de plantes, peut–etre pour la fabrication d’un hallucinogene. Il est fort probable que des ceremonies secretes se tenaient dans cette piece” murmura Curtis.

Curtis s’approcha de Joan a qui Otho venait de remettre un livre epais dans les mains , un enorme sourire aux levres. Curieux, Simon les rejoignit aussitot.

“Tu crois que c’est encore plus vieux qu’un incunable?” Curtis interrogea Simon alors que Joan feuilletait les premieres pages du manuscript. Joan et Curtis se sentirent brusquement rougir jusqu‘a la racine des cheveux, ce que Ken ne manqua pas de remarquer.

“Sans aucun doute…” repondit Simon, soudain tres laconique.

Ken n’attendait que le moment opportun pour s’emparer du livre.

“Je peux voir?”

“Certainement pas!” repliquerent Curtis et Joan d’une seule voix.

“Bon, si j’ai pas le droit de regarder celui-la, je pourrais lire le Kama Sutra alors?”

Curtis et Joan fixerent Ken d’un regard ahuri.

“Ben oui, quoi, quand Otho a regarde ce livre, il a dit que le Kama Sutra c’etait de la rigolade!...”


O-tho

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou les filles!

Limeye, c'est drôle, on a ressorti toutes les deux certaines idées! Et pour ce qui est du presse-purée, eh bien... je lui ai trouvé une autre utilisation, moins classique... :o Chère Jelle, elle est excellente en conseil de guerre! ;D

O-Tho, comme toujours, ta finale est coquinement humoristique! Ou humoristiquement coquine.... En tout cas, c'est très savoureux comme situation! [rolllaugh] On peut facilement imaginer l'énorme sourire d'Otho quand il remet le livre dans les mains de Joan... Quel humour! ;D J'adore!

J'ai retenté l'expérience des options, mais ce ne fut pas facile, et beaucoup plus long à pondre comme ça... Enfin, voilà ce que ça a donné! Mais je ne promets pas de toujours relever mes défis de cette manière... Une fois de temps en temps, ça passe, mais ça pourrait devenir trop tiré par les cheveux (américain) ou capillotracté (européen)! [badhairday]


Limaille et Frégolo filent à toute allure dans le couloir principal du Cyberlabe et se précipitent dans le labo en couinant et en jappant à qui mieux mieux. A l'entrée des bestioles, Simon lève les yeux de l'incunable qu'il est en train d'étudier, se demandant ce qui a pu les mettre dans cet état. Manifestement, les petits animaux l'invitent à le suivre: intrigué, il sort du labo et ils le précèdent jusqu'à la salle de repos. Il s'arrête d'un coup et se demande s'il n'est pas victime d'une hallucination: Joan, armée d'un presse-purée qu'elle tient comme un fleuret, semble guetter le moment opportun où elle pourrait porter un coup à Curtis, qui la fixe d'un regard pénétrant, indéchiffrable. Aucun des deux ne bouge ni ne porte attention à l'arrivée de Simon, ils semblent en transe...

Derrière lui, Mala et Crag arrivent au pas de course et s'arrêtent brusquement en le voyant. Les deux lascars se regardent d'un air penaud. Toute leur attitude fait comprendre à Simon qu'ils ont quelque chose à voir avec cette situation pour le moins inattendue.

-Que se passe-t-il? demande le cerveau volant.

Les deux lascars semblent avoir perdu l'usage de la parole. Finalement, Crag risque une explication:

-Depuis le temps que Mala et moi on se berce de chimères à propos de la relation entre Joan et Curtis, on s'est dit qu'on voulait encore tenter de leur donner un coup de main...

Simon les fixe de ses yeux lentilles, d'un air qui pourrait être qualifié de suspicieux...

Mala poursuit:

-La canicule qui règne à New-York depuis quelques jours semble avoir affecté Joan, elle avait l'air fatiguée quand on l'a rencontrée dans le bureau du Président. Le chef lui a proposé de venir sur Tycho tout de suite pour l'enquête, et elle a accepté. Mais depuis qu'on les a ramenés, c'est très éprouvant de constater qu'ils sont trop gênés en présence l'un de l'autre pour oser un rapprochement. On s'est dit que l'occasion était rêvée, alors...

Simon attend, mais plus rien ne vient... Il se décide alors à rompre le silence, devant Joan et Curtis qui n'ont toujours pas bougé depuis son arrivée dans la pièce:

-Alors, quoi? Qu'est-ce qui s'est passé?


D'après vous, quelle est l'explication?

1) Mala et Crag ont ressorti l'autel vaudou du placard et se sont embrouillés dans les incantations... [unconscious]

2) Crag et Mala n'ont pas suivi exactement la technique du cours d'Hypnose à distance 101... il y a eu un os quelque part... :o

3) Les deux lascars ont voulu concocter un philtre d'amour, mais se sont trompés en déchiffrant la recette... [gonenuts]

4) Simon est en train de faire un cauchemar... [smhair]

5) Votre idée à vous, peut-être? Je serais curieuse de connaître vos hypothèses... Je suis certaine que ça pourrait être amusant! [jump] [jump] [jump] Very Happy ;D [rolllaugh]

Bonne journée à toutes!
Flamme Cool

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou flamme! ;D

5e Version: Les affreux ont pensé à tout: Les incantations vaudou, l'hypnose et le philtre d'amour. Ils les ont tous appliqués en même temps... à la perfection. Ça a marché sur Curtis, un peu trop bien même... [devil] mais pas sur Joan, qui de surcroit est en proie à de mauvaises hallucinations dues à un coup de chaleur! ;D La pauvre se retrouve maintenant dans un état de délire, en face d'un vrai maniaque sexuel :o . Désintoxiquer Curtis et s'occuper de l'insolation de Joan va effectivement être un vrai cauchemar pour le professeur Simon. :o

A+

Frégo Cool

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Frégo!

Alors, là... [master] [goodjob] [chinese] [respekt] magistrale, cette explication, j'en reste bouche bée! [bigeek] Et ça se tient parfaitement! J'ADORE l'idée d'avoir appliqué les 3 méthodes en même temps, (ils y tenaient vraiment, nos deux affreux! ;D), ainsi que d'avoir obtenu un effet différent sur Joan et Curtis! C'est encore mieux (et plus précis, je dois avouer! Wink) que ce que j'avais imaginé! Et tellement plus drôle! [rolllaugh] ¸Le professeur Simon ne la trouvera pas drôle, lui... mais après tout, on a l'habitude de le voir réparer les pots cassés! Il va avoir du pain sur la planche, le pauvre!

Flamme, crampée de rire pour un bon moment! [rolllaugh] [rolllaugh] [rolllaugh]

P.S. Limeye, O-Tho et Elaine, si vos idées sont aussi tordantes, ça promet! Je ne tiens plus en place! [jump] [jump] [jump]

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 03:56
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou Flamme,

je t'avoue que l'idée selon laquelle Simon faisait un cauchemar m'a beaucoup plu ! Cela rappelle son ancienne existence d'humain, et c'est toujours quelque chose à quoi je suis sensible...

mais l'explication de Frégo est excellente ! J'adore [master] [goodjob]

alors, moi, sinon, j'imagine un truc un peu différent : pour détendre Joan très éprouvée par la canicule tout en préparant la prochaine mission, Curtis l'a mise au défi de réaliser un repas meilleur que ceux de Jelle, arguant également que ce serait moins dangereux pour elle que la mission à venir. Il a commencé à lui faire quelques remarques, ce qui ne lui plaît que moyennement, mais elle se rend compte qu'en fait, il se moque gentiment. De là, elle commence à le provoquer à son tour avec le presse-purée, lui disant qu'il peut peut-être l'aider et mettre la main à la pâte. Ce qu'il s'empresse de faire aussitôt en goûtant la préparation au chocolat de Joan, dans laquelle la coquine avait ajouté quelques gouttes d'un puissant aphrodisiaque, espérant que non seulement le gâteau le ferait fondre de plaisir, mais qu'elle même fondrait sous ses caresses. Pendant ce temps, Limaille a avalé un produit bizarre dans le laboratoire, ce qui décuple ses facultés télépathiques, mais aussi les altère un peu. Ce satané chihuahua a cru que Joan menaçait vraiment Curtis avec le presse-purée et lui a envoyé une onde qui l'a figée. L'onde a été renvoyée vers Curtis par ricochet sur la partie métallique du presse-purée ce qui l'a figé à son tour, alors qu'il s'apprêtait à dire à Joan qu'il ne pouvait pas accepter sa présence lors de la mission, car c'était trop dangereux pour elle et qu'il ne voulait pas que la femme de sa vie risque sa vie...

conclusion : tout est à recommencer alors qu'ils étaient si proches de s'avouer enfin leurs sentiments ! Car évidemment, Simon va débloquer la situation et tout redeviendra normal, c'est à dire : les yeux dans les yeux en se tenant à la distance de sécurité de trois mètres minimum, et nos affreux n'auront plus qu'à faire marcher leur imagination une fois de plus ou faire appel à Jelle (il va bien falloir s'y résoudre !).

cela dit, ce n'est pas parce que je suis absente une semaine que vous devez m'attendre pour en lancer un ou plusieurs autres, je me rattraperai à mon retour... Wink

bizz

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

je vous livre juste deux mots pour un prochain défi...

villégiature / splendide

bizz et à bientôt !

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles! (Et Mala, bien sûr)
Moi aussi je vous livre mes mots juste avant de repartir pour quelques jours!

équipe/ inespéré

Ainsi que mes commentaires sur l'explication de Limeye: différent de Frégo, mais tout aussi marrant! [rolllaugh]
[master] [goodjob] [chinese] [respekt]
Quel délire, j'adore comment l'explication est bâtie, tout s'enchaîne facilement et le rôle que tu fais jouer au "satané chihuahua" , c'est génial! Sans parler du ricochet de l'onde sur le presse-purée...

O-Tho et Elaine, je suis bien curieuse de voir vos hypothèses! Et un point de vue masculin serait bienvenu aussi, Mala! [jump] [jump] [jump]

Flamme, toujours crampée de rire (je sens que ça pourrait durer longtemps!) ;D [rolllaugh] [laughnot]

J'en oubliais presque de récapituler:
villégiature / splendide / équipe/ inespéré

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou tout le monde!

Je vais ajouter mantra et lustre. Ça nous fait donc:


villégiature / splendide / équipe/ inespéré / mantra / lustre

A+

Frégo Cool

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou les filles,

Ahhh excellentes vos versions! Et chapeau a Flamme pour avoir commence ce delire... :P

Non, non les filles, vous n’y etes pas du tout…voici ce qui est vraiment arrive… ;D

Quand Curtis demande a Joan de venir sur Tycho, il a bien une idee derriere la tete, mais il rate les occasions de la mettre en pratique et ca l’obnubile.

Crag et Mala voient enfin l’occasion revee d’intervenir, les deux protagonistes etant reunis en terrain connu. Ils concoctent un plan en 2 etapes, certains cette fois-ci de leur succes.

Etape 1: l’aphrodisiaque, prepare juste comme il faut, mais pas assez puissant pour leur faire avouer leurs sentiments. Qu’a cela ne tienne, il va juste servir de preparation excitante pour l’etape 2. Neanmoins Joan, deja affaiblie par la canicule, est plus affectee que Curtis…

Etape 2: le lecteur de pensee, il fallait y penser…la raison pour l’utiliser est que si les deux amoureux n’osent pas en parler, ils n’en pensent pas moins….La solution: leur faire lire leurs pensees respectives…
Et ca marche bien, trop bien meme: la machine etant mal reglee, cela va trop loin et ils echangent leur pensee!
Voila donc la pensee de Curtis dans le corps de Joan et Joan dans le corps de Curtis…Ils restent donc tetanises a se regarder et a analyser toutes ces sensations nouvelles…Et quand Curtis (dans le corps de Joan, vous suivez?) se souvient de ce que Joan avait envie de lui faire s’il tombait dans ses bras, il panique et se saisit du presse-puree.

Conclusion: Simon a du mal a leur faire regagner leurs corps respectifs car Curtis ne veut pas laisser passer la chance d’explorer ce que ressent un corps feminin…

Et la Curtis se reveille de son cauchemar…Voila ce qui arrive quand il est obsede par Joan qui dort dans la chambre a cote de la sienne sur Tycho (et qu’il obsede sur la facon de lui avouer ses sentiments) , et quand Crag lui reproche d’avoir fait des grumeaux dans la puree (qu’il s’est porte volontaire pour preparer afin de se changer les idees) parce qu’il n’a pas utilise le presse-puree …


Bon euh...j ajoute effluve et gemissement...

Donc en resumant:

villégiature / splendide / équipe/ inespéré / mantra / lustre/effluve/gemissement

A Elaine!

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou!

O-Tho, ta version est décidément intéressante, avec le lecteur de pensée (et l'échange de pensées, ou de corps...), [master] [goodjob] [chinese] [respekt] et c'est tellement hilarant de te lire, dès le "vous n'y êtes pas du tout, voici ce qui est vraiment arrivé...", j'ai senti que j'allais me bidonner... ;D [rolllaugh] [laughnot] Le "vous suivez?", totalement comique, sans parler de l'envie de Curtis d'explorer ce que ressent un corps féminin! [naughty] Il me semble qu'il aurait eu pourtant plusieurs occasions, s'il avait voulu les saisir... ;D

J'en ris encore! Quelle belle façon de faire durer le plaisir! J'ai bien hâte de voir la version d'Elaine, ainsi que sa réaction à toutes les vôtres! [jump] [jump] [jump] C'est comme un genre de cadavre exquis, façon mini-défi en plusieurs versions!

Bonne nuit, moi je repars demain pour quelques jours encore!
Flamme, toujours en train de rire en évoquant vos délires [rolllaugh]

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


hi!

difficile de trouver aussi bien que Frego...surtout que j'ai à peine le temps de me connecter pour quelques messages ce soir...ma petite histoire est au point mort [wallbash], je n'ose même plus parler des autres...
donc,

J'opterai pour une situation à double sens: Mala et Crag , Simon tombent sur Joan et Curtis dans leurs délires de forger le couple mais en fait, Joan menace Curtis d'un faux presse purée, une machine trouvée par les futuremens et cachée dans le labo que le gouvernement lui a demandé d'extorquer à toute force au capitaine Flam. Elle a donc utilisé ses charmes et au réveil s'enfuit avec le presse purée, mais Curtis comprenant la manoeuvre comprend que ce n'est pas la vraie. Lorsque le clone est maîtrisé, la vraie débarque et découvre la "manoeuvre" et là on peut recommencer.... [devil] [naughty] [gonenuts]

tiré par les cheveux?

mais Nooon, je gagne du temps pour mon défi ;D

En tout cas [jump] [master] [chinese] [goodjob] [master] [laughnot]
j'adore vos histoires!!

Elaine
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


bestiole / incunable / hallucination / presse-purée / opportun/ pénétrant/ course/ chimere/canicule/ eprouvant.

Coucou!

À Mon tour maintenant pour le défi précédant!

O-tho, je retiens ton idée de transfert de la pensée entre Curtis et Joan. [devil]

Crag et Mala étaient en désespoir de cause. Tenter de rapprocher Curtis était et Joan était tout aussi ÉPROUVANT que cette CANICULE qui sévit en ce moment à New York. Les deux sont tellement coincés côté romance qu’on se croirait encore à l’époque des INCUNABLES.

Cette fois ci ils avaient utilisé une méthode qui leur avait valu de strictes remontrances de la part du professeur Simon. « Pour une fois, Curtis et Joan étaient vraiment en voie de se rapprocher et ils se seraient très bien débrouillé sans vos gros sabots! Leur avait dit Simon. Maintenant, la COURSE aux CHIMÈRES que vous avez provoquée pourrait mal se terminer avec la pensée de Curtis dans le corps de Joan et la pensée de Joan dans le corps de Curtis. Affronter leurs ennemis respectifs avec un PRESSE-PURÉE serait moins hasardeux que dans leur présent état! Et traiter Limaille de satanée BESTIOLE ne vas pas arranger les choses, Mala. »

En effet, Crag et Mala avaient amené discrètement le lecteur de pensée dans le salon de la base de Tycho afin que Curtis et Joan puissent connaître leurs pensées respectives de l’un vis-à-vis l’autre. L’amplification des ondes que cela créa avait perturbé Limaille qui s’était sauvé avec la machine. Cela provoqua accidentellement un échange complet de pensées entre Joan et Curtis.

Curtis, piqué par la curiosité de savoir l’effet que cela faisait d’être dans un corps féminin, avait déclaré que cet incident était le moment OPPORTUN pour en faire l’expérience. Sous la colère devant l’égocentrisme de Curtis, Joan avait rétorqué, quant à elle, qu’elle était curieuse de savoir l’effet que ça faisait d’être obligée de penser avec cet organe qu’elle avait maintenant entre les 2 jambes. Ils s’étaient disputé et s’étaient mutuellement défier de durer 24 heures à la place de l’autre. Encore éberlués par ce qui venait de se produire, aucun de Simon, Mala et Crag ne fit un seul geste pour empêcher Curtis de prendre le Férronia pour se rendre au quart de travail de Joan sur Terre. De son côté, Joan était parti seule dans le Cyberlabe pour se changer les idées à la maison de jeu de la planète des plaisirs et possiblement donner un coup pied payant à un nid de malfaiteurs.

Cette fois, Simon, Crag et Mala craignaient vraiment le pire quand soudain, ils entendirent la Férronia et le Cyberlad revenir au bout de 4 heures. Ils se précipitèrent vers le hangar. Ils arrivèrent juste à temps pour voir Curtis et Joan s’échanger un regard PÉNÉTRANT et de mutuellement se demander « Comment fais-tu ? », avant de s’étreindre et de s’embrasser passionément. Les trois les regardaient bouche bée. Ce qu'ils espéraient voir se produire depuis des années s'était produit.

- Pincez-moi pour que je sache que ce n'est pas un rêve ou une HALLUCINATION! s'exclama Mala aux autres compères.

Je laisse à votre imagination le soin d’expliquer ce qui s’est passé durant leurs escapades respectives pour qu’ils reviennent au bout de 4 heures dans de si bonnes dispositions l’un envers l’autre. ;D

Bizz!

Frégo

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Excellent Frego! :P :P

Et de l'imagination, c'est pas ce qui nous manque.... [naughty] ;D

Et Elaine, si tu passe par ici, donne nous les 2 mots restants??

On a pour resumer:

villégiature / splendide / équipe/ inespéré / mantra / lustre/effluve/gemissement

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou! Me revoilà!

Frégo, ton récit est réellement distrayant et hilarant à lire! ;D J'ai tellement ri en lisant que Joan "était curieuse de savoir l’effet que ça faisait d’être obligée de penser avec cet organe qu’elle avait maintenant entre les 2 jambes" [rolllaugh] [gonenuts] [globelaugh] Et j'ai trouvé vraiment amusante ta finale, le défi à notre imagination! [goodjob] Je crois que ce sera amusant à partager, mais je serais vraiment curieuse de savoir ce que tu as imaginé, toi!

Alors, voici mes hypothèses (un peu difficile vite comme ça, en cette fin de journée écrasante de chaleur):
-pour Curtis dans le corps de Joan: je crois que 4 heures passées dans les bureaux de la police interplanétaire à subir des remarques et comportements sexistes de la part de ses supérieurs et se voir confier des tâches bien en-dessous de son intelligence ont vraiment fait comprendre au capitaine sa propre attitude envers Joan! Je crois même que ça prenait moins que 4 heures pour s'en rendre compte! [bigeek]

-pour Joan dans le corps de Curtis: un peu plus difficile, mais finalement je crois que 4 heures passées au casino de la planète des plaisirs à se faire chanter des bêtises, menacer de mort, battre, ligoter, enfermer dans une geôle obscure et s'évader tout seul in extremis (et j'en passe...) ont fait comprendre à Joan que oui, parfois, c'est trop dangereux pour elle, et qu' il veut vraiment lui éviter tous ces désagréments! [bigeek]

Flamme qui attend aussi les 2 derniers mots pour s'atteler au prochain défi!

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
goûter/ similitude/ escalier/ crise/ pièce/ pointe/ solide/ arroser/Feu d'artifice/independance

Coucou!

Il y avait ce défit que je n’avais pas fait. Je fais suite au défi à l’imagination de mon récit précédent. ;D Alors allons-y.

Joan dans le corps du Capitaine Flam arriva en vue de la planète des plaisirs à bord du Cyberlabe. Dans son for intérieur, elle savait que sa venue sur cette planète pourrait provoquer un véritable FEU D’ARTIFICE et qu’elle pourrait GOÛTER d’une façon désagréable à la célébrité du Capitaine Flam. L’INDÉPENDANCE de Curtis face à des supérieurs hiérarchiques avait un prix. Mais sa fierté (mêlée à ce qu’elle soupçonnait être une petite POINTE de testostérone) l’interdisait de reculer aussi tôt. Elle voulait que Curtis ait le temps de mariner un peu dans sa mouise quotidienne à elle.

Tout en choisissant le smoking qu’elle allait porter pour le casino, elle passait en revue la SIMILITUDE qui existait entre elle et Curtis, espérant que cela serait suffisant pour donner le change pendant quelques heures, que sa façade poker sera assez SOLIDE. Elle se répétait aussi mentalement de ne pas trop loucher en direction des hommes pour ne pas risquer d’avoir de réactions physiques qui la mettrait ou plutôt le mettrait dans une situation embarrassante! Cet organe qu’elle avait maintenant entre les jambes pouvait vraiment être encombrant. Elle prit la carte de crédit de Curtis dont elle avait brisé le code durant le voyage et se dirigea vers le casino.

Elle entra à l’intérieur, fit une bonne provision de plaques à jouer pour le poker et descendit l’ESCALIER qui menait à la grande salle. Elle aperçut Tapis Vert qui semblait être dans état de CRISE, vociférant à ses valets de sécurité de bien surveiller la table de poker de Khalone, qu’il s’apprêtait à faire sauter la banque et à le ruiner. Elle se dirigea vers lui.

- Eh bien, eh bien Tapis vert! Vous semblez bien être dans la situation de l’arroseur en train de se faire ARROSER. Cela doit vraiment être la première fois que ça vous arrive! Dit celui qu’on croyait être le capitaine Flam. Encore heureux pour vous qu’il n’ait pas choisi la roulette de Radium!

- Capitaine Flam, vous n’êtes pas en position de jouer au justicier ici, si vous ne voulez pas vous faire découper en morceaux. Cette planète est hors de la juridiction de votre cher président!
- Du calme, voyons! Dit Joan. Je ne vois pas en quoi jouer mon argent au poker serait une menace pour votre souveraineté. Ma venue pourrait même vous empêcher de vous ruiner. Tout ce que vous avez à faire est de me dire où se trouve la table de Khalone.

- C’est dans la PIÈCE Royale à votre gauche à vos risques et périls, capitaine Flam! Dit Tapis Vert.

À suivre! [devil]

Frégo Cool

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Frégo, j'adore ton humour! Ah, la testostérone... et l'organe... trop drôle! [rolllaugh]

Cette saga mérite d'être exploitée, j'aimerais voir la suite, et voir Curtis mariner dans la mouise quotidienne de Joan, comme tu dis! [jump] [jump] [jump]

Flamme, toujours de bonne humeur après ces défis!

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonsoir à toutes !

après une semaine d'absence, je vois que vous avez bien déliré... c'était très plaisant à lire ! J'adore l'idée de l'inversion de pensée (il fallait y penser Wink !). C'est vraiment bien vu et du coup, cela débouche sur une perspective de petite histoire par Frégo qui nous laisse juste un peu mariner... mais ça devrait être intéressant ! Et même plus :P

bizz

Limeye Smile

ps : Elaine, tu nous donnes des mots ou pas ?

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Elaine n'ayant pas donné ses mots...

je sollicite Pascal et Mala pour nous en ajouter deux chacun ? Histoire qu'on puisse enfin se lancer dans ce défi, plus de dix jours qu'il attend qu'on lui fasse son sort Wink !

cela dit, ce n'est pas parce que vous ajouterez des mots que vous serez obligés de participer (quoique ;D)

bizz

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

slip / cornichon

Pascal

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 04:05
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
j'en étais sûre... pour le premier Wink ! Par contre, j'aurais parié "vache" à la place du cornichon... qu'on avait déjà mis dans un défi, mais c'est pas grave, ça nous est déjà arrivé de remettre deux fois le même mot.

Donc, petit récapitulatif pour les afficionados (tiens, encore un mot que je connais en espagnol) :

villégiature / splendide / équipe / inespéré / mantra / lustre / effluve / gémissements / slip / cornichon

Limeye Smile

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Citation de major_mars am 30. Juli 2013, 16:14:34 Uhr

slip / cornichon




Quoi? Encore un slip ici? ;D Et c'est Pascal qui l'a mis en circulation? [unconscious] Moi qui avais presque terminé de concocter mon histoire... [work] Mais ça devrait aller, va pour le slip et le cornichon à rajouter! Y'a rien là...enfin, presque! [wallbash]

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Citation de: flamme am 31. Juli 2013, 03:44:48 Uhr

Quoi? Encore un slip ici? ;D



Je peux enlever le slip si vous voulez.

:o :-[

Pascal

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

;D (rire!)

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


le lustre et le cornichon ont été un peu difficiles à caser, mais enfin... avec Jelle, tout est possible ! Very Happy

Villégiature / splendide / équipe / inespéré / mantra / lustre / effluve / gémissement / slip / cornichon



Jelle était bien décidée à s’occuper du cas "Curtis Newton". Elle avait sa petite idée en tête, maintenant que Grag et Otho avaient éliminé à peu près toutes les solutions possibles et envisageables. Mais elle avait besoin de quelques informations précises avant de lancer son offensive.

Elle avait bien réfléchi : interroger Simon sur ce délicat sujet serait voué à l’échec. Le professeur lui parlerait dans un langage abscons auquel elle ne comprendrait rien. Elle, c’était du concret qu’il lui fallait. Sinon, Joan, de belle plante allait devenir comme ses pieds de tomates l’été dernier : desséchée par une mini-canicule avant de périr sous les assauts du mildiou.

Elle avait donc éliminé d’emblée le professeur. Eek et Oog également. Totalement inutiles. Un temps, elle avait songé à Grag. Son côté protecteur, sa sensibilité de robot au cœur tendre lui aurait certainement apporté de précieuses informations. Mais finalement, elle avait choisi Otho. L’humour de l’androïde s’accorderait bien avec le sien, et grâce à lui, elle aurait peut-être la clé qui leur manquait à tous depuis des années. Car autel vaudou, filtre d’amour, prières à la Vierge de Lourdes (quelle idée saugrenue !), pièces jetées dans une fontaine soi-disant magique, gâteau agrémenté d’aphrodisiaque avarié… bref, tout cela était bien joli, et même plutôt amusant, mais cela n’avait pas fait avancer le schmilblick pour autant. Et Jelle avait bien réfléchi. Tout cela ne pouvait fonctionner sans une information essentielle. Et nul autre que quelqu’un de l’équipe du Capitaine ne pouvait la connaître.

Elle avait donc invité tous les Futurmen – et Joan et Ken, ils pouvaient toujours servir – dans sa villégiature d’été, sur une petite île bretonne des plus calmes. Elle se disait qu’à tout hasard, les paysages splendides qui s’offraient à leurs yeux, la plage de sable blanc déserte, pourraient toujours rapprocher Curtis et Joan, même sans qu’on cherche à provoquer quoique ce soit. Un peu de naturel dans cette histoire pourrait aussi être un ingrédient utile. Et en matière d'ingrédients, elle en connaissait un rayon.

Toute l’équipe avait donc débarqué depuis trois jours, et pour l’heure, chacun profitait simplement de belles journées de vacances. Pour Joan, ce séjour était quasiment inespéré. Elle avait besoin de repos après une mission difficile avec Ezra, le colonel était même revenu blessé. Il se remettait lentement et n’avait pas pu faire le voyage avec eux. Elle était très inquiète pour lui. Curtis s’était intéressé d’emblée au phénomène des marées, parmi les plus importantes sur Terre dans ce lieu un peu perdu. Simon n’était pas en reste et profitait des nuits claires, sans la pollution des villes pour observer les cieux étoilés. Grag s’occupait des filles sans relâche, ce qui représentait un atout précieux pour Jelle : elles lui fichaient une paix royale et c’étaient donc de vraies vacances pour la belle jeune femme brune.

Ce jour-là, elle avait réussi à embarquer Otho pour une tournée de courses. Curtis avait bien proposé son aide, mais Otho avait refusé d’emblée : autant qu’il reste à la maison, ou qu’il profite de la plage avec Ken et Joan (surtout avec Joan, avait pensé l’androïde en se demandant si les mantras qu’il avait appris par cœur pourraient fonctionner ici).

Après les courses, expédiées à une vitesse supersonique, Jelle proposa à Otho d’aller boire un verre à la terrasse du Café du port. Il lui avait répondu "lequel ?" car des cafés du port, il y en avait… dans tous les ports de ce drôle de pays. Jelle s’était dit que leur discussion était bien partie.

- Cet endroit est vraiment sympa, Jelle, commença Otho en dégustant un verre d’une boisson locale qu’il avait découverte ici, du cidre.
- Oui.
- Tu crois que ça va nous aider ?
- J’en suis persuadée, répondit-elle en comprenant parfaitement à quoi il avait fait allusion.
- Ils sont pourtant à désespérer ! On ne sait plus quoi inventer, avec Grag ! Et là, en plus, Joan qui ne part plus en mission avec nous depuis quelques mois… On se disait qu’elle manquerait à Curt et qu’il ferait des pieds et des mains pour obtenir qu’elle revienne avec nous. Mais Anders est resté inflexible à tous nos arguments. On a bien essayé de l’acheter en lui offrant un lustre en diamants de Styx, mais il nous a répondu qu’il était incorruptible.
- Vous avez fait quoi ?
- Heu… oui… bon, faudra le dire à personne, c’est vrai, mais Grag et moi, on a essayé d’acheter Anders…
- Et pourquoi pas le Président Carthew, tant que vous étiez ?
- Ca, c’est le professeur qui s’en est chargé…

Jelle leva les yeux au ciel. Il était vraiment temps qu’elle s’occupe de cette pénible affaire. Les effluves de la cuisine du bar lui rappelaient qu’il ne fallait pas tarder à rentrer : l’heure du repas approchait. Puis elle se souvint que Grag était capable de s’occuper des filles tout en cuisinant pour eux tous (elle pourrait toujours proposer une reconversion au robot le jour où Curtis prendrait sa retraite de super-héros) et se dit qu’ils avaient donc encore un peu de temps devant eux pour discuter et aborder LA question qui turlupinait Jelle depuis qu’elle avait décidé de prendre les choses en main. Elle attaqua bille en tête :

- Otho, je vais m’en occuper. Mais avant et surtout pour réussir, il me faut quelques informations. Vous avez tout tenté, parfois, vous n’étiez pas loin de réussir. Néanmoins, j’ai bien réfléchi à tous vos scénarios et idées et il y a une chose que vous avez oubliée ou du moins, à laquelle vous n’avez jamais pensé.
- Laquelle Jelle ?
- Est-ce que Curtis a déjà été amoureux ?

L’androïde poussa un gémissement. Il se demanda soudain pourquoi il avait accepté de venir avec Jelle. Elle allait le cuisiner à ce sujet… il se sentit vraiment mal, la sueur perla à son front. Il n’avait plus un poil de sec, même dans son slip. Il piocha dans les cacahuètes qu’on leur avait amenées pour l’apéritif, soupira, se gratta le crâne, remit trois fois sa casquette en place, noua ses mains, les dénoua, déglutit, reprit une gorgée, mais son verre était vide, se resservit, le vida cul sec, se resservit encore… Jelle ne le quittait pas des yeux, le regard décidé, volontaire, têtue. Finalement, Otho se décida à lâcher un petit :

- Hem…
- Et bien ?

Elle avait l’air d’une institutrice attendant qu’un garnement avoue le dernier méfait qu’il avait commis.

- Heu…, osa encore Otho.

Mais elle ne reculait pas. Le regard de Jelle devint difficilement soutenable pour Otho qui lança finalement :

- Tu promets que tu ne diras pas à Grag que je te l’ai dit ?
- Promis. La discrétion peut être importante.
- Alors… hem…

Otho remit encore une fois sa casquette en place. Pourtant, elle n’avait pas bougé. Il grignota le dernier cornichon de l’assiette pour prendre des forces et dit :

- Jamais, Jelle. Jamais. Personne. Aucune fille. Rien. Je te le jure sur la tête de Oog et sur le code permettant de réoxygéner le professeur. Et sur les codes de sécurité du Cyberlabe et de Tycho.
- Pas la peine de me révéler tout ça, Otho, je n’en ai pas besoin. Je serai incapable d’aller sur Tycho, tu le sais très bien. Donc personne, rien de rien ? Pas la moindre aventure, la moindre amourette, la moindre escapade ?
- Rien. Pas le moindre frôlement, le moindre bisou, la moindre caresse, le moindre regard, si c’est ce que tu veux savoir.
- C’était ce que je voulais savoir.
- Et tu vas faire quoi, maintenant ?, demanda-t-il inquiet.
- Ca, tu le verras dans le prochain défi.

Limeye

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

[i]
Citation de: major_mars am 31. Juli 2013, 09:22:38 Uhr

Je peux enlever le slip si vous voulez.
[/i]
:o :-[




[i]
Citation de: limeye am 31. Juli 2013, 09:32:57 Uhr

;D (rire!)
[/i]




Absolument tordant! ;D [rolllaugh] Mes filles sont venues voir pourquoi je riais... :-[


Trop tard, Pascal, pour enlever le slip! On le garde... [nono]


Bonsoir tout le monde!

Voici mon délire avec le dernier défi... Un clin d'oeil particulier à Frégo et à O-Tho, pour l'idée de l'échange de pensées!

Villégiature / splendide / équipe / inespéré / mantra / lustre / effluve / gémissement / slip / cornichon



Curtis allait bientôt découvrir la réalité quotidienne que vivait Joan: on lui avait justement confié le genre de mission que la jeune femme détestait le plus, il le savait, soit tenir compagnie à un ambassadeur libidineux durant son séjour sur Terre, tout en assurant sa protection. Curtis songea que rien n'était plus sexiste que le rôle qu'il allait devoir jouer. Et c'est avec une humeur massacrante qu'il quitta le bâtiment de la Police Interplanétaire.

Le luxe du centre de villégiature où l'ambassadeur logeait durant son séjour n'avait pas dissipé son ennui et sa frustration. Pas plus que la vue de la splendide salle de bal où aurait lieu la soirée dansante. Heureusement, toute l'équipe des Futuremen était partie avec Joan pour la planète des Plaisirs. C'était pour lui une chance inespérée d'échapper aux moqueries de Crag et Mala, que Joan n'aurait assurément pas...

Il s'était retiré dans sa chambre, pour se préparer en vue de la soirée. Fidèle à son mantra "le devoir avant tout", il entreprit de choisir ce qu'il allait porter. Il enfila la tenue de soirée qu'il avait trouvée dans ses bagages. Lorsqu'il parvint à zipper le fermoir après force contorsions, il se retourna vers le miroir et demeura sans voix devant l'image que celui-ci renvoyait. Il trouvait bizarre d'être habillé tout en ayant l'impression de ne porter presque rien, puisque la robe révélait ses formes plus qu'elle ne les cachait. Déjà qu'il ne parvenait pas à s'habituer à ces deux bosses sur sa poitrine, mais là... il était certain de ne pouvoir les oublier. Et ces talons vertigineux, comment faisait-elle pour marcher avec ça? Tous ses efforts pour réussir à relever ses cheveux blonds en un chignon acceptable échouèrent lamentablement, il décida donc de les laisser libres sur ses épaules, tout en se familiarisant à marcher avec ses talons aiguilles. La soirée allait lui sembler longue...les préparatifs lui ayant demandé un temps fou, il dut partir en vitesse pour ne pas arriver trop tard....

Il n'avait encore rien vu... Dès son arrivée dans la salle de bal, l'accueil que lui fit l'ambassadeur libidineux dont il était chargé d'assurer la protection lui donna plutôt envie de le gifler... Il saisit la première opportunité pour lui fausser compagnie, jugeant qu'il était préférable d'assurer sa protection de loin que de près. Il réussit à se faufiler discrètement dans un renfoncement, caché par un rideau, d'où il pouvait observer sans être vu.

Il commençait à apprécier d'avoir si peu de tissu sur lui, la chaleur dégagée par les lustres et la foule devenait insupportable. Soudain, il se figea, tous les sens en éveil; il avait perçu les effluves d'un parfum qu'il connaissait bien: la lotion après-rasage qu'il utilisait lors des grandes occasions comme celle-ci. Il se retourna et vit son propre corps, revêtu de son plus beau costume de soirée: Joan! Que faisait-elle ici? Lisant dans ses pensées, elle lui décocha un sourire malicieux et son regard gris devint taquin. Joan fit un pas vers lui et lui expliqua:

-J'ai laissé tomber la visite à la planète des Plaisirs et je suis venue voir comment tu te débrouillais! Tu sais, c'est vraiment trop dangereux pour toi de te promener avec cette robe parmi tous ces hommes qui te déshabillent du regard!

Curtis resta sans voix... Ces mots lui avaient fait l'effet d'une douche froide...

Joan rit:

-Pardonne-moi, je n'ai pu résister à la tentation!

-C'est vrai que ce n'est pas agréable de se faire déclarer ça, dit-il... Pardonne-moi, Joan, je ne le dirai plus jamais...

-Je te pardonne si tu m'accordes une danse...

Devant la mine effarée de Curtis, Joan rit à nouveau et lui dit:

-Ne t'inquiète pas, je blaguais! Viens, on s'en va!

Joan le prit par la main et l'entraîna dehors.

-Mais l'ambassadeur? demanda Curtis. Je ne peux le laisser sans surveillance...

-Mala va prendre la relève, il a pris mon apparence... Euh, non, la tienne... Et Crag va le seconder, ils nous doivent bien ça...

Ils pressèrent le pas pour retourner à l'hôtel, mais Curtis étouffa un gémissement de douleur lorsqu'il se tordit la cheville.

-Ces satanés talons! Je ne sais pas comment tu fais, Joan, pour marcher avec ça!

Ils se regardèrent un instant... et éclatèrent simultanément d'un rire franc... Puis Joan le regarda malicieusement... Quelle idée avait-elle derrière la tête?


-Viens, Curtis, tu vas pouvoir les enlever, ces talons!

En entrant dans la chambre d'hôtel, Joan fut ébahie par le désordre qui y régnait: un assortiment incroyable de vêtements était éparpillé sur le lit et sur le sol, incluant le slip de Curtis, qu'il avait renoncé à garder étant donné que la robe était trop moulante...il avait dû se résoudre à mettre l'un de ceux de la jeune femme, plus adapté à sa tenue vestimentaire...

Ils se regardèrent, et il leur fut impossible de garder leur sérieux. Ils tombèrent dans les bras l'un de l'autre, mais ils ne purent envisager plus: faire abstraction de la vision de cet échange de corps était simplement impossible, l'absurdité de la situation était insurmontable! Joan baissa la tête vers Curtis:

-Je crois qu'on a beaucoup appris de cette expérience, Curt... Mais maintenant, il faut absolument que Simon trouve le moyen de nous rendre nos corps respectifs!

-Bien d'accord avec toi! Mais si jamais je mets la main sur ces deux cornichons, ils vont regretter leur initiative!

-On pourrait leur faire subir le même sort...

Curtis et Joan se regardèrent, complices. Oui, c'était une bonne idée...


Flamme
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bravo Flamme pour cette histoire pleine d'humour et de rebondissements! [goodjob] [master] [chinese]
Il leur reste à donner une leçon aux deux affreux! ;D

Bizz

Frégo Cool

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Coucou Frégo! J'ai pas encore eu le temps d'y penser... ;D

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Coucou Flamme !

j'ai beaucoup aimé ta version aussi ! J'ose même pas imaginer ce que ça aurait donné s'ils avaient été plus loin tout en ayant toujours l'esprit dans le corps de l'autre... :o ???

par contre, je trouverais très drôle qu'on imagine un prochain défi avec la thématique suivante : inversion de pensée entre Grag et Mala [rolllaugh]

bizz

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Allô Limeye!

J'avoue que ça dépassait un peu mon imagination ce bout-là, d'aller plus loin tout en ayant toujours l'esprit dans le corps de l'autre... :o Ça me semblait tiré par les cheveux comme situation, j'ai préféré en faire des amis, pour débuter un rapprochement c'est pas si pire, non?

Et pour ce qui est de l'échange de pensée entre Crag et Mala, ce serait drôle d'en faire le prochain thème! ;D

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Attention, je reviens de vacances ;D

pas tout lu, faut que je remplisse le frigo,fait trop chaud ici après les Alpes Savoyardes, désolée pour les mots,

bisous,

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Elaine !

contente de te revoir parmi nous ! Et je crois comprendre que tu as passé de bonnes vacances ! Prends le temps de te remettre dans le bain et rejoins-nous dès que tu pourras !

Pascal nous a filé deux mots, à ta place, pour qu'on puisse se lancer dans le défi, mais tu verras que c'est assez calme ici... Le creux du mois d'août, et j'ose même pas imaginer vers le 15... Very Happy.

Tu vas trouver un peu de lecture en effet...

bizz

Limeye Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Elaine!

Moi aussi je suis très heureuse de ton retour! Et tu sembles vraiment avoir profité de ta période de vacances! Je te souhaite bonne lecture!

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou tout le monde! ;D

Bon retour parmi nous, Élaine! Wink

J'espère qu'il te reste de la place pour un petit amuse gueule point de vu récit. ;D

Villégiature / splendide / équipe / inespéré / mantra / lustre / effluve / -gémissement / slip / cornichon

Tout un défi de concocter une confrontation Flam (Joan)- Khalone avec des mots pareils [wallbash] mais allons-y. Voici la suite de mon dernier récit. Cool

Toujours dans le corps du Capitaine Flam, Joan se dirigea calmement vers la pièce royale de la planète des plaisirs où se trouvait Khalone en train de jouer au Poker, tout en restant hors du champ de vision de ce dernier. C’était une chance INESPÉRÉ pour elle de pouvoir rivaliser avec lui. Elle était le meilleur joueur de Poker du service.

Elle était à deux pas de l’entrée de la pièce qu’elle sentait déjà l’EFFLUVE de la lotion après rasage qui semblait se dégager de Khalone, qui faisait face à l’entrée, et de ses partenaires de jeu. Ce parfum commença à produire une réaction physique que Joan ressentit immédiatement à l’intérieur de son SLIP. Pour contrer cet effet elle répétait un MANTRA dans sa tête : « L’esprit au dessus de la matière… L’esprit au dessus de la matière… L’esprit au dessus de la matière... Couché Fido!!!... ». Cela eut l’effet escompté. Joan parvint à se maîtriser. Pas besoin de l’ÉQUIPE du Capitaine pour lui rappeler que ce n’est vraiment pas le moment d’avoir ce genre de défaillance.

Dissimulée derrière la chambranle de l’entrée, elle regarda à l’intérieur de la pièce. Elle pouvait distinguer deux ombres dissimulées derrière l’entrée, certainement des gardes de sécurité ou des sbires de Khalone. Il y avait 3 autres personnes autour de la table avec Khalone. Ils semblaient littéralement fondre sous la lumière du LUSTRE suspendu au plafond et leurs visages prenaient peu à peu un teint de CORNICHON. Ils étaient de toute évidence en mauvaise posture. Quant à Khalone, son expression pouvait passer pour un air de triomphe devant la perspective de la victoire mais Joan en mettrait sa main au feu que c’était plutôt une expression de soulagement devant cette même perspective.

Tout en restant prudemment hors de la pièce Joan-Capitaine Flam sortit de sa cachette et interpella les joueurs :

- Puis-je me joindre à vous messieurs? Il semble que certains d’entre vous aimeraient bien profiter d’une occasion pour se refaire ou se retirer du jeu honorablement.

- Votre proposition est vraiment SPLENDIDE Capitaine Flam. Dit Khalone d’un ton faussement aimable. Mais je vous avertis, le seul qui sortira de cette pièce vivant est celui d’entre nous qui aura empoché tout l’argent qui est en jeu. Êtes-vous sûr de vouloir prendre place avec nous? Cette pièce pourrait être votre dernier lieu de VILLÉGIATURE, mon cher.

- Ce n’est pas votre genre de vous mettre dans des situations aussi désespérées, Khalone. Rétorqua Joan. À qui avez-vous donc déplu au point d’en arriver là?

À ces mots, les deux hommes à l’entrée sortirent de la pièce et braquèrent leur pistolet vers le Capitaine Flam (Joan). Elle connaissait ces hommes. C’était Ru-Ghur, le sanguinaire contrebandier uranien et Brewer, un homme de main professionnel.

- Cette question là, Capitaine Flam, il ne fallait pas la poser. Dit Ru-Ghur de son ton doucereux habituel. J’ai l’infini regret de vous demander de vous joindre à nous sans faire d’entourloupes.

Sans perdre une seconde. Joan toucha un bouton de sa montre qui actionna le réfracteur de lumière qui rendait le Capitaine Flam invisible. Elle frappa Ru-Ghur et Brewer de tous ses forces (plutôt de tous les forces du Capitaine Flam) à la racine du nez. Ils émirent un dernier GÉMISSEMENT avant de s’écrouler sans vie sur le sol. Joan s’enfuit sans se retourner vers le Comet et quitta au plus vite la planète des plaisirs. Pour ce qui est de Khalone, une vendetta est un plat qui se mange froid (Vieux proverbe Klingon)

A+

Frégo. Cool


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou Frégo!

Ma-gis-tral, ce que tu as concocté! [master] [chinese] Quel humour, spécialement l'esprit au-dessus de la matière! [rolllaugh] J'étais bien contente de pouvoir te lire ce soir! ;D

J'adore quand tu fais intervenir des personnages des romans moins connus d'Hamilton, mais je ne suis pas fâchée que Ru-Ghur ait trépassé, il aurait pu ressortir son rayon...

Je vais aller me coucher de bonne humeur, merci beaucoup Frégo!
Bonne nuit aux américains (es), bonne journée aux européens (ennes)!

Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 06:40
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou flamme!

Contente que tu ais aimé. Je t'avoue que le perspective de voir Joan dans le corps du Capitaine Flam sous l'emprise du rayon leth-ray de Ru-Ghur, me glace le sang. :o L'humour, c'est beaucoup mieux! ;D

A+ [gaehn] [snore]

Frégo
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Et comment! entièrement d'accord! ;D

Flamme
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Frégo !

moi aussi j'ai bien ri des, disons..., déboires physiques de Joan dans le corps de Curtis ! Mais j'ai apprécié aussi sa manière de se débarrasser des voyous... Sa finesse alliée à la force du Capitaine, ça donnait une image étonnante !

par contre, désolée de te le dire, mais je suis frustrée ! J'aurais aimé voir la partie de cartes entre Joan/Flam et Kahlon. Je m'y attendais presque et j'imaginais quelque chose de très savoureux ! Mais enfin, l'essentiel était qu'elle s'en sorte, c'est vrai.

Est-ce qu'Elaine tu penses nous rejoindre sur celui-ci ou on en lance un autre ?

belle journée [flower]

Limeye
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
oucou les filles

Cool je vais combler mon retard et.... lancer le suivant ;D [devil] et toc,

balustrade / décolleté

je crois ne pas les avoir encore vu dans un défi, si?

bizz

Elaine
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou, Élaine, Limeye!

Je ne crois pas avoir vu ces mots là dans un défi non plus! ;D Ça promet d'être intéressant. [devil]. Je vais ajouter vague et penchant.

Ça nous fais:balustrade / décolleté / vague / penchant

A+

Frégo
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles (et les gars aussi, naturellement!) Wink

J'ajoute bureaucratie, gâcher et palpitant

Donc balustrade / décolleté / vague / penchant / bureaucratie / gâcher / palpitant

Bizz
Flamme
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Hé ben, ça va être... palpitant d'écrire un défi avec tous ces mots ;D !

moi, j'ajoute :

estimation / magie / rafraîchissant (pour qu'on arrive à dix)

récapitulatif :

balustrade / décolleté / vague / penchant / bureaucratie / gâcher / palpitant / estimation / magie / rafraîchissant

avec comme défi à relever : inverser les pensées de Grag et Mala ou poursuivre nos petits délires... (au choix, non ? Ca vous va ?)

bizz

Limeye qui va vous livrer la fin de la traduction de Meuterei
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou a tous et a toutes!

J'ai 5 secondes pour vous dire que je suis actuellement en vacances ( voui voui c'est mon tour...) avec peu de temps libre et surtout une connection internet que je qualifierais poliment d'intermittente ou bien douee de volonte propre... ;D
En bref, je me rejouis de lire vos delires petits et grands des que je rentre au bercail, je sens que je vais me regaler!
Et j'essaierai aussi de rattraper les defis de retard....

A tout bientot, et surtout ne vous privez pas d'ecrire!

O-tho
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou O-Tho! Je commençais à me douter que tu pouvais être en vacances, tes visites se faisaient plus rares! La volonté propre de la connexion Internet dont tu parles ne semble pas être la tienne... ;D
Repose-toi bien et reviens-nous en forme, avec ton incomparable humour!

Flamme

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 06:42
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
coucou les filles,

comme toujours dans l'urgence quand j'ai l'ordi , le temps et pas les enfants...je vous livre:

bestiole / incunable / hallucination / presse-purée / opportun/ pénétrant/ course/ chimere/canicule/ eprouvant

Defi a la facon de Flamme, si possible?..
Défi retard numéro 1 :

La bestiole était entrée dans l’incunable, c’était certain, mais comment, sans abîmer un ouvrage aussi ancien ? Comment disparaître ? Dématérialisation ou miniaturisation ? La caméra et l’enregistrement avaient été vérifiés, ce n’était pas une hallucination ou un trucage. Son cerveau lui donnait l’impression de passer au travers d’ un presse purée à force de chercher une solution rationelle. C’était pourtant le moment opportun de se pencher sur ce mystère, personne ne perturbait les instruments de mesure, aucun bruit parasite. Il revisionna les images, lorsque pénétrant dans la chambre forte après une course à travers les trésors anciens, l’insecte électronique était passé devant les vieux ouvrages. Une merveille soit dit en passant, pas un de ces chimères que les grands groupes essayent de vendre à des prix vertigineux . Non un prodige d’électronique, de performance. Voler ce diamant et disparaître sans laisser aucun indice. A l’intérieur de l’institut de recherche le temps passait, ce n’était pas la canicule extérieure le plus éprouvant, non, c’était de trouver…or jamais il n’avait eu de mystère aussi passionnant à résoudre, sauf peut-être les femmes.

Alors ? qui est-ce ?
a) Curtis
b) le professeur
c) Crag

Elaine
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
recoucou....

Villégiature / splendide / équipe / inespéré / mantra / lustre / effluve / gémissement / slip / cornichon
Défi retard n°2 : changer les esprits, j’ai bien compris ? Devinez entre qui et qui….


Ce lieu de villégiature était splendide, jamais elle n’en avait vu de similaire, spatieux, lumineux et pourtant aménagé sur un astéroïde qui était aussi ingrat, inhospitalier que Kelabus. L’équipe semblait détendue, Crag et Mala s’occupait de l’intendance du Cyberlabe, le capitaine se reposait dans le salon avec un livre. C’était inespéré pour découvrir si un laboratoire secret se trouvait ici .Lorsqu’elle vit des caractères anciens calligraphiés accrochés comme des tableaux aux murs du couloir, ses doutes devinrent des certitudes. Elle les suivit, fascinée, lorsqu’une voix derrière elle l’interpella ; « Intéressant, n’est-ce pas ? Ce mantra est imprononçable pour nous occidentaux mais sa calligraphie est une œuvre d’art, Seul curtis est capable de vous le lire.
- encore un code secret sans doute, professeur ? fit-elle d’un air taquin
- tu vois des codes partout, Joan ! lui répondit la belle silhouette de Curtis au loin. Elle répondit par un sourire modeste et retourna vers la terrasse du salon, qui surplombait un paysage factice de côtes européennes. La nuit tombait et le lustre s’allumait progressivement, intérieurement le naturel de cet exploit technologique l’impressionnait et la charmait même. Le capitaine était toujours plongé dans sa lecture, lui aussi était très séduisant, elle soupira, sans l’apparence de Joan, elle n’aurait pu vivre cet apaisement. L’image du sourire de Kahlon face à l’agent Randall lui revint alors en mémoire, elle frissonna, ne sachant que trop bien ce dont il était capable.
Une effluve très agréable emplit alors l’atmosphère, elle vit le capitaine s’approcher, souriant puis taquin, la prenant dans ses bras. Elle se laissa faire, confiante sur son apparence mais très vite elle sentit une poigne de fer et dans un gémissement s’évanouit.
Comme tirée d’un mauvais cauchemar Saturnia se redressa, autour d’elle un taudis de sans abri dans une ruelle, des déchets, une odeur insupportable, avec horreur elle se leva vivement du tas de vieux slips sales sur lequel elle était allongée. Comment était –ce arrivé ?
Sur l’astéroïde Curtis inquiet regardait Joan, blanche comme un linge sur le lit médical, malgré le bilan rassurant du professeur, il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il s’en était fallu de peu. Dehors Crag et Mala attendaient des nouvelles mais le professeur et Curtis étaient tombés d’accord, rien ne filtrait et les deux créatures s’insultaient allègrement , se rejetant la faute. « Tu compte les laisser mariner encore longtemps ces deux cornichons ?
-ce n’est que le début » rétorqua Curtis d’un air sec, à ce moment Joan ouvrit les yeux , le temps s’arrêta jusqu’à ce qu’elle assoupisse à nouveau, épuisée par le transfert de pensée. Le professeur put alors constater que les femmes avaient un pouvoir méconnu. Curtis s’était jeté dans les bras de Mala pour leur annoncer la bonne nouvelle.

Elaine
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Élaine!

1er Défi: Je parie que c'est le professeur Simon. ;D Il est vraiment celui des trois qui se passionne à ce point là pour les mystères pûrs. Pour lui, tout est un mystère à résoudre et il se laisse captiver au point de perdre la notion du Temps. Curtis aussi mais pas autant et pas avec autant de détachement émotionnel. Pour Curtis, les femmes ne sont pas des mystères à résoudre, elles l'agacent, le gênent ou oui lui font carrément peur. :o

2e Défi: Il y à coup sûr un échange de pensée entre Saturna et Joan. Et à la fin, je me demande s'il y a un échange de pensée entre Curtis et Joan. Indice: Curtis est fâché contre Crag et Mala et dit que les deux Cornichons n'ont encore rien vu lorsque le professeur lui demande s'il va les laisser mariner encore longtemps, pour ensuite se précipiter avec joie dans les bras de Mala pour leur annoncer la bonne nouvelle. Ou peut-être est il tellement soulagé de retrouver sa dulcinée saine et sauve qu'il en a oublié sa colère. Je penche finalement pour la seconde option. Wink

C'est toujours un plaisir de te lire. Cool

Bizz!

Frégo
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Elaine !

je suis du même avis que Frégo, aucune originalité...

j'aime beaucoup l'appellation des "deux cornichons"... je ne sais pas comment Curtis a fait pour savoir que Saturnia s'était emparée du corps de Joan, ce serait intéressant d'écrire une petite histoire à ce sujet [naughty] ! Ton défi me rappelle un de ceux que tu avais écrit précédemment, avec Mala qui avait pris l'apparence de Curtis pour attraper la belle - et dangereuse - Martienne...

je m'attendais presque à ce que tu nous livres aussi la suite d'Identités !!! Mais après tout, ce sont les vacances...

bizz et bonne journée !

Limeye

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 06:43
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
héhé,

et de trois je vous double!!! ;D Par contre je n'ai pas inversé de pensée, à moins que je trouve une solution mais j'ai utilisé l'un des deux ..cornichons! et fait un petit délire, petit, j'ai failli déraper, mais bon [devil] [angel]

L'identité...sujet délicat....mais peut-être.... :-[ :-X [wallbash] [unconscious] ;D . Un jour faudra que tu m'explique comment tu fais pour écrire autant , moi c'est par vague, faut que cela démarre , après une fois que j'ai le démarrage j'enchaîne

Bonne lecture! bizz


balustrade / décolleté / vague / penchant / bureaucratie / gâcher / palpitant / estimation / magie / rafraîchissant


La jeune fille appuyée à la balustrade était très jolie, Il l’avait remarquée depuis un moment.
« Et Mala concentre toi, «
C’était Joan, habillée d’une robe rouge moulante, équipée d’un micro dans la rose de son décolleté. Le regard vague de la jeune fille devint plus complice. Le penchant du président pour les femmes était notoire et il avait décidé que ce soir la bureaucratie n’allait pas gâcher un petit écart aussi palpitant. Il ignorait que son estimation pourtant expérimentée de sa prochaine proie n’était que le résultat d’une magie scientifique bien rodée. Lorsqu’enfin seul avec elle, après lui avoir proposé son cocktail rafraîchissant, il crut qu’elle était enfin à sa merci sur la banquette du salon privée. La jeune fille s’assoupissait déjà, le président sourit, c’était plus facile que prévu. Ses vieux démons vinrent alors le hanter mais à la seconde où il sortit son instrument, il se retrouva ligoté dans ses propres liens, le couteau à la gorge. L’adorable jeune fille le plaquait au sol avec une poigne de fer :
« ca y est patron, je l’ai pris sur le fait ! »
Le lendemain les gros titres de la presse révélait que le tueur en série récidiviste était arrêté grâce à l’action conjointe de la police interplanétaire et des futuremens.

Elaine
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonsoir à toutes (les gars ne participant pas... Wink)

je commence par en profiter pour saluer O-Tho à qui je souhaite de passer de bonnes vacances, et dont les déboires internet m'ont rappelé quelques souvenirs...

bravo Elaine pour ta version ! Très... condensée !

pour ma part, j'ai repris un peu toutes vos récentes idées sur les inversions de pensée... mais il faudra que j'écrive une suite avec un prochain défi, car l'inversion entre les deux "cornichons" m'a donné des idées que je n'ai pas pu développer ici.

bonne lecture ! bizz

Limeye Smile


C’est avec un soulagement certain que Joan (dans le corps de Curtis) et Curtis (dans le corps de Joan) ont regagné Tycho. Simon s’empresse d’aller les accueillir, pendant qu’Otho, nonchalamment accoudé à la balustrade qui domine le grand hangar, les regarde sortir des vaisseaux.

- J’ai une bonne nouvelle pour vous, dit Simon. J’ai pu réparer le translateur de pensées. Vous allez pouvoir regagner votre enveloppe corporelle respective.
- Ma foi, Simon, je pense que c’est la meilleure chose que tu pouvais nous apprendre !
- L’expérience a été si désagréable que ça, Capitaine ?, lance Otho, d’un ton gouailleur.
- Disons que marcher avec des talons hauts n’est pas ce qu’il y a de plus simple… Pour le reste, je pense que Joan sera d’accord avec moi pour dire que c’était une expérience enrichissante ! Mais enfin, nous serons l’un comme l’autre beaucoup mieux dans nous-mêmes.

Joan acquiesce, mais se souvient aussi de certains détails que Curtis passe volontairement sous silence. Les regards plongeants dans le décolleté de la part de vieillards libidineux, et quant à elle, certain souci qu’il a failli lui arriver quand elle a respiré l’après-rasage de Kahlon… enfin, ma foi, au moins, elle sait que ce côté-là, Curtis n’a aucun problème… et que cette histoire de se retrouver en soi-même fait qu’elle-même voudrait bien le retrouver en elle, mais pas de cette manière… plutôt d’une manière plus "naturelle".

- Où est Grag ?, demande Joan (dans le corps de Curtis).
- A la cuisine, répond Otho. Il est en train de vous préparer un bon petit repas pour vous remettre de vos émotions. Le plat principal, je ne sais pas trop ce que c’est, mais j’ai vu le dessert : une tarte aux pommes avec des vagues de chantilly dessus ! Ca n’a pas l’air bon. Vous ne devriez pas en manger, surtout, dit-il d’un air gourmand.
- Un peu de sérieux, Otho. Va chercher Grag, et tous au laboratoire. On va procéder à l’échange de pensées, rappelle Simon.

Peu après, toute l’équipe se retrouve dans le grand laboratoire. Joan et Curtis se sont assis côte à côte, et Simon a lancé la mise en route du translateur de pensées. Tout se déroule bien, et tous deux retrouvent avec joie leur propre corps. Mais alors qu’il s’apprête à débrancher les câbles, se penchant au-dessus du translateur, Otho fait une fausse manipulation, s’emmêle les pieds et les mains dedans. Grag veut lui porter secours, appuie par erreur sur le bouton de mise en route et les voilà tous les deux dans la même situation que Joan et Curtis auparavant. Les pensées de Grag dans le corps d’Otho et inversement.

- Espèce de tas de ferraille stupide et maladroit ! Me voilà à l’étroit dans une boîte en fer blanc !
- Eh, le maladroit, je te rappelle que c’était toi ! T’es tout mou du dedans, beurk !

Joan porte les mains à son visage, effarée de ce nouvel incident. Curtis se prend la tête, quant à Simon, il ne sait plus dans quel sens remettre les fils.

- Il est où le mode d’emploi ?, demande Curtis à Simon.

De l’une de ses antennes, Simon désigne l’un des placards, au fond du laboratoire. Curtis s’en approche rapidement, en sort un dossier volumineux.

- Pire que de la paperasserie de la bureaucratie soviétique au temps de sa belle époque, grogne-t-il. Comment trouver quelque chose là-dedans ?
- Je vais t’aider à lire cela, Capitaine, si tu veux, se propose Joan, un peu dépitée car elle pensait occuper leur soirée à autre chose, mais enfin, il faut absolument sortir leurs deux amis de ce pétrin !
- Merci, Joan. Allons potasser ça au calme, dans le salon. Je ne veux voir aucun d’entre vous !, lance Curtis furieux.

Lui aussi aurait préféré passer la soirée à autre chose. Il était des détails de l’anatomie de Joan qu’il n’avait pas vraiment eu le temps d’explorer quand il avait été dans son corps… Enfin, gâcher pour gâcher, au moins, Joan sera à ses côtés pour cette soirée.

La lecture de l’épais dossier s’avère ardue. Au bout de trois heures de fastidieuses recherches, et alors que Simon tente toujours de démêler les fils, Joan finit par abandonner.

- Capitaine, c’est tout sauf palpitant. Car non seulement les fils de la machine sont emmêlés, mais en plus, les pages de ce dossier aussi ! Si le recto se lit dans la langue universelle, le verso est écrit dans un dialecte incompréhensible !
- Je sais, Joan, nous avons parfois quelques petits soucis de rangement dans les placards de Tycho. Et selon mes estimations, nous allons en avoir pour plusieurs jours avant de débrouiller tout cela. Sans compter Simon qui s’emmêle toujours dans les fils…
- Il faudrait faire appel à la magie… ça fonctionnerait peut-être mieux pour les remettre à l’endroit ?
- Si les choses pouvaient être aussi simples que cela, Joan, ce serait merveilleux. Mais avec Grag et Otho, rien n’est jamais simple. Tu tombes de sommeil, tu devrais aller te reposer. On reprendra cela demain.

Elle lui lance un regard très doux. Il essaye d’oublier les sensations que cela fait quand elle est ainsi. Mais ce qu’elle ressent, là, à l’instant, il sait parfaitement ce que c’est. Il a été à sa place suffisamment longtemps pour cela. Et quand elle pose sa main sur sa joue, il se dit que c’est tout, sauf rafraîchissant… Joan le fixe, et un léger sourire se dessine sur ses lèvres. Elle approche son visage du sien et lui murmure, tout en continuant de le regarder droit dans les yeux :

- Je ne sais pas comment Grag et Otho vont passer la nuit, l’un à la place de l’autre, mais moi, je sais que notre échange m’a donné bien envie d’en connaître plus… encore plus.

Limeye

Back to top
Aujourd’hui à 14:47
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Back to top
Page 7 sur 10
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure