Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Jeu 19 Déc 2013 - 03:42
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou Elaine,

ravie d'avoir amélioré l'ordinaire de ton café... pour ta suite, oui, au départ, j'avais imaginé faire rentrer Joan, puis en te relisant, la scène avec Jelle m'a semblé tellement... tellement... faite pour elle ! Que j'ai changé mon fusil d'épaule.

quant à l'autre version, la suite de celle de Carlyse, le pire, c'est que je pourrai la rallonger... je vois bien un petit dialogue avec la grand-mère Wink, et quelques rebondissements, mais j'ai peur d'abuser :-[

bon courage pour ta journée et à vous toutes aussi !

Limeye Smile

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour Limeye,


allez abuse ;D ;D ;D ;D j'suis au boulot je fais vite!


biz à plus

Elaine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
J'ai pas pu résister, vous vous en doutez... un retour de noce sans nos deux affreux et les bestioles... sans compter la grand-mère ! Désolée, je poste trop tard Elaine, pour que tu puisses me lire pendant ta pause matinale. C'est encore long, je n'ai dû reprendre qu'un ou deux mots (le nougat) mais bon, ce n'était plus le but... je reprends le tout début de ma fin précédente (heu, vous suivez Very Happy :Smile )

et je vous signale juste que j'ai fait une petite modification dans l'autre texte, dans le dialogue entre la mère de Joan et sa cousine. Ca me semblait nécessaire et plus fluide.

Limeye Smile



Un timide rayon de soleil se glissait à travers les petites fentes des vieux volets de bois, dessinant sur le sol de la chambre de jolies formes lumineuses. Le sol était jonché de vêtements épars. Joan ouvrit les yeux. Elle avait été réveillée par le doux gazouillis des premiers oiseaux et le chant rare de la petite mésange qui chaque matin, venait se poser sur la rambarde ouvragée en fer forgé. Elle sourit en voyant le tas de vêtements au sol, le pantalon du marié, ses jolis petits dessous en dentelle qu’il avait enlevés si délicatement, sa robe… posée avec soin sur le grand fauteuil Louis XV. Elle retint un petit rire en voyant le verre à dents sur la coiffeuse, avec la rose qui s’était emmêlée dans ses cheveux quand il avait voulu l’ôter. Qu’ils avaient ri quand elle s’était penchée vers lui pour l’aider, ce qui ne l’avait pas aidé du tout ! Car elle lui avait alors révélé plus que la simple naissance de sa poitrine, et qu’il s’était senti de plus en plus embarrassé. Et que dire de son trouble quand il avait découvert sa jarretière… Curtis… son regard avait été si sombre à cet instant !

Plus encore que lorsqu’ils s’étaient dit oui.

Sa main se posa doucement sur sa hanche, elle se retourna vers lui. Il y avait tant d'amour dans ses yeux ! Ni elle, ni lui, ne virent les jolies petites formes de lumière se déplacer du plancher au fauteuil, puis à la coiffeuse, puis disparaître. Ni elle, ni lui, n'entendirent les rires joyeux des invités, les chansons parfois paillardes, les cris des enfants se poursuivant dans le jardin. Ni elle, ni lui, n'entendirent les applaudissements de tous aux nombreux numéros que Grag et Otho réalisèrent, rivalisant d'imagination et d'inventivité. Ni elle, ni lui, n'entendirent le chant du merle remplacer celui de la mésange, le chant du rossignol remplacer celui du merle, le hululement de la chouette remplacer le chant du rossignol.

Une nouvelle aube éclaira la chambre de la même douce lumière.

- Mon amour, ta chambre est un royaume, ton lit un refuge de douceur, ton corps un monde merveilleux, je n'ai pas envie de me lever, mais en même temps, je prendrais bien un solide petit déjeuner !
- Il est tôt, avec un peu de chance, personne n'est levé, viens ! Je vais t'offrir un petit déjeuner dans un endroit magique !

Elle glissa doucement sa main sur sa joue et lui fit la remarque :

- Tu piques un peu...
- Je vais me raser avant de descendre, si tu veux.

Ils quittèrent ensuite rapidement la chambre, la grande maison était étrangement silencieuse. Derrière certaines portes, pourtant, on entendait des ronflements réguliers. Ils se sourirent en reconnaissant celui d'Ezra. Curtis s'étonna quand, arrivés au 1er étage, elle lui fit signe de continuer à descendre. Pourtant, la cuisine était là... Elle lui chuchota :

- Maman est certainement déjà levée, telle que je la connais ! Si tu as envie de subir les questions de ta belle-mère dès ce matin, vas-y, mais il y a mieux tout en bas !

Il la suivit bien volontiers, et entrèrent dans la cuisine d'été, qui donnait sur le jardin.

- Oh, grand-mère ! Déjà levée ?
- Bonjour ma chérie, bonjour jeune homme ! Ah, si je pouvais dormir comme vous, mes vieilles douleurs, tu sais... me font toujours me lever très tôt. Vous avez bien dormi ?

Ils lui répondirent par un sourire.

- Question idiote, n'est-ce pas, qu'elle pose, la grand-mère, reprit la veille dame en souriant, le regard malicieux.
- Un peu, grand-mère...
- Surtout quand on n'a pas quitté son lit depuis deux nuits !

Ils la regardèrent, ahuris.

- Eh oui, jeunes gens ! Nous sommes déjà le 8 juillet ! Profitez-en... ce n'est pas tous les jours que des mariés loupent leur retour de noce... plus de la moitié des invités sont repartis hier soir sans pouvoir vous dire au revoir, ils étaient déçus, mais comment dire... ravis aussi !

Joan et Curtis échangèrent un regard, confus, puis éclatèrent de rire.

- Je vous fais du café ?
- Au nougat ?, demanda Curtis avec un rien de malice dans la voix.
- Depuis quand tu connais le truc de grand-mère pour les réveils difficiles, toi ?

La vieille dame le regardait, complice.

- Hum..., reprit-il en se frottant le menton, tu te souviens quand on a récupéré Ezra complètement drogué par Machiavelus ? Tu avais eu l'idée de lui faire boire du café au nougat en nous expliquant que tu tenais cette recette de ta grand-mère.
- Ah, c'est vrai ! Je ne me souvenais pas du tout t'avoir raconté cette histoire... dans ma mémoire, tu étais au poste de pilotage et seuls Otho et Simon étaient avec moi.

Joan ne s'arrêta pas à ce petit détail et répondit à son aïeule :

- Grand-mère, j'avais dans l'idée d'aller déjeuner dehors...
- Oh, je vois ! Je vais vous préparer ce qu'il faut, tiens, prends la bouteille thermos dans le placard derrière toi, et les couverts.

Et en cinq minutes, ils se retrouvèrent sur la terrasse, avec un panier rempli de provisions. Joan le guida rapidement vers l'étang, vers une petite langue de sable où ils s'installèrent confortablement. Tout en déjeunant, ils admirèrent le lever du soleil, les écharpes de brume qui s'estompaient doucement, goûtèrent au silence merveilleux de ces premiers instants du jour. Alors qu'ils terminaient le repas, Curtis remarqua le torchon que la grand-mère de Joan avait disposé dans le fond du panier, il était brodé à leurs initiales.

- C'est exprès ?, demanda-t-il à sa femme.
- Un clin d'oeil de grand-mère. Il fait partie de son trousseau de jeune mariée. Grand-père s'appelait Joachim, et elle se prénomme Constance.
- Oh, je comprends !
- Elle n'a pas pu s'empêcher... d'ailleurs, tu n'as pas remarqué, mais les serviettes de toilette qu'elles nous a laissées en faisaient également partie. Une façon pour elle de transmettre son héritage...

Il sourit à cette image, ne put retenir un bâillement, et s'allongea sur le sable. La chaleur qui commençait à monter invitait au farniente, surtout avec l'estomac plein. Joan le regarda, amusée, et s'allongea à côté de lui, la tête posée sur son épaule. Elle ferma les yeux, bercée par les murmures de la forêt toute proche, le bourdonnement des abeilles, les battements de son coeur, et s'endormit, heureuse.

Rien ne vint troubler leur sommeil, en dehors d'un léger chatouillis sur la main de Curtis. Il fit un simple geste, sans vraiment se réveiller, imaginant que c'était juste une mouche ou une abeille. Un nuage voila le soleil, l'air devint soudain plus frais et Joan se réveilla en frissonnant. Elle étouffa un sanglot, ce qui réveilla aussitôt Curtis. A son visage pâle, il s'inquiéta :

- Que se passe-t-il, ma douce ?
- J'ai fait un affreux cauchemar... oh, Curt ! C'était affreux !
- Un cauchemar ? Raconte-moi...
- J'ai rêvé, oh, quel rêve stupide... que... que je me mariais avec un lieutenant de la police, que c'était un vrai sauvage, qu'il ne m'avait même pas respectée et...
- C'est en effet un rêve totalement stupide... j'espère t'avoir respectée, lui dit-il en espérant faire revenir le sourire sur son visage.

Joan regardait autour d'eux. Il devina son inquiétude.

- Mais enfin, Joan, que se passe-t-il ?
- Où est le panier ?
- Le panier ?
- Oui, le panier dans lequel grand-mère nous avait laissé les provisions du petit déjeuner, il a disparu !

Curtis regarda à son tour autour de lui, fouilla du regard la petite langue de sable, les roseaux. Aucune trace du panier. Il porta sa main à son visage et ne put retenir un long frisson glacé : il ne portait pas d'alliance. Machinalement, il regarda sa montre. Elle indiquait la date du 7 juillet. Joan le dévisageait, il était devenu aussi pâle qu'elle. Se pouvait-il... qu'il ait échoué ? Il ne pouvait pas tenter un nouveau retour en arrière, il le savait. Si ça n'avait pas marché cette fois...

- Curt, qu'est-ce que ça veut dire...

Il n'eut pas le temps de lui répondre car à cet instant, ils entendirent un grand bruit derrière eux, les roseaux craquaient.

- Les voilà ! Je les ai trouvés ! Otho ! Viens vite ! Oog et Eek sont là et le petit Matheus aussi !

Joan et Curtis se regardèrent, puis se glissèrent à plat ventre pour observer la scène.

Un petit garçon de trois ans à peine était assis sur le torchon brodé, il dévorait les dernières crêpes en plongeant à pleines mains dans le pot de confiture. Oog lui léchait les doigts et Eek grignotait un tout petit morceau de métal.

- Qu'est-ce que ta sale bête de canidé a chopé, Grag ?
- Je sais pas... Il a dû trouver un vieux clou rouillé ou quelque chose comme ça, dans les vieilles propriétés, ça ne manque pas...
- Non, mais quel idiot, ton chien ! Il a piqué l'alliance du chef !

Curtis et Joan se regardèrent, soudain soulagés.

- J'espère qu'à l'avenir, tu ne feras plus aucun cauchemar de ce genre, mon amour, lui dit-il en la serrant fort contre lui.
- Et toi, que tu n'oublieras pas de remettre ta montre à l'heure et que tu prendras un peu plus soin de ton alliance !

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour à toutes,

je me décide enfin à vous joindre, je faisais partie des discrètes depuis le temps des Fêtes, quand j'ai découvert ce forum en voulant à tout prix connaître la suite de l'histoire de Limeye "Le secret de Beloga" que j'avais lue sur le forum du site de Pascal. J'adore vos histoires, c'est un tel plaisir de vous lire toutes, Limeye, Elaine, August, O-tho, Frego... Je n'ai pas lu un seul livre depuis décembre, il y a tellement de choses disponibles ici! J'ai également commencé à aller voir les histoires en allemand, mais comme cette langue m'est presque totalement inconnue, je dois tout traduire pour pouvoir comprendre, ce qui prend beaucoup de temps. Je me débrouille mieux avec l'anglais!

Vous avez toutes le même don, celui de d'accrocher le lecteur et maintenir son intérêt: quand je commence à vous lire, j'ai bien de la difficulté à m'arrêter et j'"embarque" littéralement dans l'histoire... J'ai donc eu de la difficulté à avaler mon déjeuner ce matin, en lisant l'histoire de Limeye où Joan se réveille mariée à un autre homme... Je n'ai pas lu l'histoire de Carlise, moi, je n'avais eu aucune préparation mentale! Ce fut donc un choc à absorber, et je me suis sentie mieux en lisant la seconde version... Étant une incurable romantique doublée d'un coeur d'artichaut hyper-développé, je peux difficilement imaginer Joan appartenir à un autre, tout comme Curtis à une autre...

Au plaisir de vous lire à nouveau avec toujours autant de passion,
Flamme

P.S. Un salut spécial à Frego, en la lisant j'ai appris que c'est une compatriote...

Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bienvenue Flamme!


Ravie que nos histoire te plaisent, celle de Carlyse était très bien car elle partait du point de vue de Curtis, obligé par gentillesse d'être celui qui la conduirait à l'autel ( j'ai failli écrire hôtel ;D [devil]) pour se marier avec un jeune lieutenant qu'elle connaissait à peine. Après la cérémonie , il se consolait en buvant un peu trop et passait la nuit avec sa cousine, effectivement pas farouche. L'histoire sans parler des autres a disparu du site, nous en parlions dernièrement avec Limeye.
N'hésite pas à commenter et critiquer , un regard extérieur peut-être très utile pour nous pointer ce qui n'est pas logique a priori. Surtout que en ce qui me concerne je n'écris que depuis janvier...
A bientôt, j'espère [hello]

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Oh super, une nouvelle lectrice qui sort de l'ombre (soit les mecs sont inexistants, soit pas courageux - rayez la mention inutile ;D)

Ravie de faire ta connaissance et contente que nos histoires te plaisent. Pour tout avouer, moi non plus, je ne lis plus beaucoup depuis quelques mois Wink

Rapide résumé de l'histoire de Carlisle concernant le mariage de Joan. Flam l'entend un beau jour annoncer à toute l'équipe qu'elle va se marier, qu'elle est super heureuse, etc... lui encaisse le coup sans rien montrer (tu vois le genre, hein ?), elle lui demande d'être son témoin, il a droit à la totale... finit la soirée raide bourré, quand la cousine de Joan qui lui ressemble beaucoup l'aguiche et il croit passer la nuit avec Joan... et de mémoire, ça se termine un peu comme ça (désolée, le site sur lequel on pouvait lire cette histoire il y a encore peu n'est plus accessible, donc... ma mémoire vacille). Cette série de mots m'a donc inspirée cette (très) longue suite. Sans compter qu'Elaine m'avait titillée aussi avec son propre défi.

Bon courage pour lire les histoires des Allemands si ce n'est pas une langue que tu connais, même un peu, heureusement qu'on se débrouille avec les sites de traduction, je les utilise beaucoup aussi, même si j'ai des souvenirs qui reviennent. Les histoires qu'ils publient actuellement sont beaucoup plus sombres que les nôtres, et côté romantisme, heu... disons... hem... ils font quand même subir beaucoup de choses à nos héros que nous, on n'oserait pas :o !!!

En tout cas, j'espère que tu reviendras donner ton avis et nous faire des petits coucous régulièrement, comme nous le disions Elaine et moi à Otho quand elle est sortie de son petit trou de souris, c'est important quand on écrit d'avoir des retours, car parfois, on ne sait pas trop où on va, si ça tient la route ou pas, s'il n'y a pas d'incohérence, surtout quand on bute sur des passages difficiles. Et quand ce sont des passages qu'on aime bien... et bien, on espère aussi que nos lecteurs les ont appréciés Wink

Otho s'est lancée avec bonheur, je pense, avec les petits défis dans l'écriture, et Frégo a fait de même et tu vois, nous en sommes à un cadavre exquis ! Alors, si cela t'inspire, surtout n'hésite pas ! Ces posts et ces histoires sont là pour ça Smile, et en ce qui concerne le cadavre exquis, cela ne me dérange pas du tout que quelqu'un d'autre intervienne et apporte sa pierre - même modeste - à l'édifice.

Bonne fin/début de journée (désolée, je m'emmêle avec les fuseaux horaires...)

Limeye Smile

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Merci de votre accueil! Je compte bien vous donner mes avis, idées et impressions, c'est surtout pour cela que je me suis inscrite! Je vais sur le forum presque tous les jours, mais je n'ai pas beaucoup de temps pour le faire: un mari, trois filles, une chienne labrador de 2 ans et un travail, ça occupe! Je ne travaille pas aujourd'hui (vendredi 5 avril) c'est pour cela que j'ai un peu plus de temps. J'ai ri un peu, Limeye, quand tu m'as souhaité une bon début/fin de journée: ici, c'est en plein le milieu de la journée, ce qu'on appelle l'heure du dîner chez nous, pas comme en France où on appelle cela l'heure du déjeuner, si je ne me trompe...

Je demeure à Lévis, dans la province de Québec, au Canada. Lévis est juste en face de la ville de Québec, "de l'autre bord du fleuve St-Laurent" que je traverse à tous les jours car j'y travaille...

J'ai une question pour Limeye: tu as fait allusion quelques fois à la suite de la Joan's story, aux volets 5 et suivants... Les as-tu postés? Sont-ils encore en préparation? C'est grâce à cette histoire et celle des Corsaires de l'espace que j'ai lues sur le forum de Pascal que je suis rendue sur celui-ci...

A +,
Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Bonjour Flamme!

Et bienvenue sur ce site! [happywave]

Comme le disait Limeye, je suis sortie de mon petit trou de souris, et je me suis lancee dans ces petits delires d'ecrire avec des mots imposes...A part ca je n'ecris pas du tout! Mais surtout je m'amuse bien!
Donc surtout n'aies aucun scrupule ou hesitation a le faire toi aussi, chacune a son style propre (moi c'est court, pese et emballe comme dirait Elaine.... ;D) et c'est encore plus drole quand on est nombreux(ses) (-on desespere toujours d'avoir un point de vue masculin d'ailleurs...)- et de plus, je trouve que les commentaires sont positifs, encourageants et respectueux, tu as tout a gagner Wink!

A Limeye: quelle creativite! [master] Et comme Elaine, j'aime beaucoup ta version de cette histoire Wink

Comme toujours, au plaisir de vous lire!

O-tho
Une autre compatriote du continent americain, un peu plus au sud et un peu plus a l'ouest... ;D

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Re-coucou Flamme,

la réponse d'Elaine et la mienne à ton premier message sont bien représentatives de nos deux écritures... avec l'une, tu as le tout "emballé, c'est pesé", avec l'autre, les détails à rallonge ;D

oui, désolée pour le décalage horaire, j'ai du mal à m'y faire. J'ai pourtant mis dans mes favoris un petit site de calculs des fuseaux, qui m'a bien servi pour l'histoire entre Actarus et Capitaine Flam, mais ça ne m'empêche pas de me mélanger quand même [rolllaugh] ! Et comme j'ai souvent des insomnies en plus, ça n'arrange rien, je n'arrive pas à savoir si vous postez le matin ou le soir ou dans la journée, bref... ;D

en tout cas, je trouve vraiment génial ce "rassemblement" de francophones que nous formons à travers ce site, j'avoue que je n'aurais pas imaginé cela quand j'ai commencé à poster le Secret de Beloga ici... et qu'en quelques mois, notre petit forum aurait été si actif ! Horizons divers, mais points communs, c'est vraiment très plaisant, et perso, cela me vide bien la tête de mes soucis professionnels. Wink

merci d'avoir lu les histoires du site de Pascal, j'espère qu'elles t'auront plu ! Je reprends de nombreux éléments à travers Just in Your Dream. C'est en effet grâce à Pascal que j'ai pu commencer à être "publiée", car je n'avais pas connaissance de ce site. Son site est le meilleur existant sur Capitaine Flam, à part les japonais peut-être, mais là, j'avoue que la barrière de la langue est vraiment... une barrière. On en parlait avec les Allemands sur le tchat l'autre soir, et ils étaient d'accord avec nous pour souligner le travail fait par Pascal. Ce sont les premières histoires que j'ai écrites, et en effet, il y a deux autres volets qui sont terminés et que j'ai confiés à Pascal. Mais j'envisage un épisode intermédiaire, sauf que je manque un peu d'inspiration. Le 5ème volet commence en fait lorsqu'Eufholia a presque 8 ans et j'aurais bien aimé écrire quelque chose entre les deux, histoire de confronter Joan et Curtis à leur toute petite fille. Mais il faut aussi trouver la trame d'une aventure, et là, je sèche un peu... j'ai bon espoir d'y parvenir pourtant, même une pas très longue, avant la nouvelle mise à jour du site (début de l'été, je présume). J'ai écrit des scènes, mais je ne trouve pas forcément comment assembler tout cela. Disons que j'attends l'étincelle inspiratrice Wink


Pour O-tho : merci d'avoir apprécié le récit, j'avais dit que ce "tirage" m'inspirait, j'ai été "prolifique" en effet, mais quand les idées sont là, je tape au kilomètre... et je ne suis contente de moi que lorsque j'arrive au bout ! Mais j'avoue m'être bien amusée à écrire cette "suite" de l'histoire de Carlisle, qui offrait beaucoup de possibilités. Et d'avoir joué un peu avec les voyages dans le temps... sans compter les deux affreux que j'adore Wink !

Et puis, hein, après avoir lu les derniers passages de "Meuterei", fallait bien rigoler un peu et remettre nos amoureux sur la bonne voie Wink (non Elaine, non August, juste celle [eyeheart], pas celle du [baby]) (ce sera pour une prochaine fois ;D)

Bizz à vous deux !

Limeye Smile


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Ça y est, je me lance! Je fais appel à votre indulgence et à votre compréhension, si ça manque d'originalité, après tout, j'ai composé mes deux textes dans une salle d'attente! J'vous jure, j'ai pas vu le temps passer...

1) Le défi avec lapin, oeuf, cloche, etc.. m'a inspiré ceci:

Curtis était songeur en regardant sa petite fille et Joan assises à la table de la cuisine : la mère et la fille s'amusaient à peindre des oeufs de Pâques. Lui, n'avait jamais connu toutes ces fêtes lorsqu'il était enfant: Noël, Pâques, Halloween... Pour lui, à Tycho, il n'y avait pas eu de sapin décoré, pas de chants de cloches, pas d'oeuf de Pâques, pas de sorcière en train de brasser d'étranges mixtures dans une marmite, pas d'épouvantail décoratif devant la porte d'entrée...

En remplacement de tout ça, il avait pu faire bien des voyages que jamais personne n'avait faits avant lui, en des lieux où il aurait été bien en peine de se procurer des cartes postales. Il avait croisé toutes sortes de gens, des plus attachants aux plus violents, dont il préférait oublier la bestialité. Il fut tiré de ses pensées par la petite, qui lui montrait avec fierté son petit oeuf: il lui sourit avec tendresse et lui déclara: Mon petit lapin, tu gagnes le concours du plus bel oeuf! Elle se blottit dans ses bras, sous le regard attendri de Joan...


Je poste un peu plus tard le 2è texte, avec retour de noce, prise électrique, etc.

A +

Flamme

Ça y est! la glace est brisée!
"Life begins at the end of your comfort zone" Neale Donald Walsch (que je ne connaissais pas avant de lire cette citation, que je trouve appropriée pour moi)

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bon, me revoilà, j'ai dû faire le taxi pour une des filles...

Donc, le défi avec retour de noce (tradition que je ne connaissais pas!, d'après ce que j'ai lu de vos histoires), prise électrique, etc...

L'atmosphère était survoltée à la base de Tycho: Grag et Otho se jouaient des tours à qui mieux mieux, chacun d'eux se croyant insurpassable dans ce domaine. Grag avait reçu un choc insupportable en branchant la cafetière dans la prise électrique trafiquée par Otho, ce qui avait fait rire ce dernier aux larmes; même Simon avait trouvé cela comique, le fou-rire de l'androïde étant contagieux...

Grag, qui craignait comme la peste d'être ridiculisé devant sa boule de gomme, n'avait rien trouvé de mieux comme parade que de lui enfourner assez de nougat dans la bouche dans le but de lui créer une difficulté insurmontable à l'ouvrir.

Vivement que Joan et Curtis soient de retour de noce! pensait Simon. Leur voyage dans la constellation du Lion me semble bien long, ils ont sûrement eu assez de temps pour se faire des patouilles, sans parler du reste!


C'est court, pesé et emballé! Mais je me suis dépêchée avant qu'une nouvelle liste ne sorte, vous êtes rapides!

Bye! Bonne fin de soirée à mes compatriotes du continent américain, et bon sommeil (ou insomnie?) à celles demeurant à l'Est de l'Atlantique!

Pour O-tho: tu piques ma curiosité avec tes faibles précisions (un peu plus au sud et un peu plus à l'ouest), car avec cete définition, tu pourrais être aussi bien canadienne (et même québécoise!) qu'américaine!

Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonsoir Flamme,

Eh bien chapeau!!! [master] [goodjob]
Pour un 1er coup c'est un coup de maitre! Trop mignon la scene de l'oeuf et les souvenirs de Curtis, et hilarant les betises de Crag et Mala, je vois bien la scene...(soit dit en passant, les mots ou expressions que je ne connais pas, je les prends au pied de la lettre...le retour de la noce, eh ben ils revenaient de leur noce ;D)

Et c'est toi qui dit qu'on est rapide! Tu nous ponds 2 histoires en a peine 2 heures! :o

Et bienvenue au club des "emballe c'est pese!" ;D

Super de te lire, et on attend avec impatience ta contribution au prochain defi!

O-tho

...Qui est surement la plus a l'ouest cote fuseau horaire.....pour satisfaire ta curiosite, USA cote ouest...
mais qui vient originellement du pays du camembert et de la baguette... ;D

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Merci, O-tho, pour tes commentaires et ta précision du fuseau horaire! Ça explique ton excellent français et ta meilleure connaissance de l'allemand que moi. Faut dire que je ne m'attendais vraiment pas au petit Smiley qui s'incline, quelle surrprise!! Je me suis bien amusée, c'est le but! Il y avait plein de gens dans la salle d'attente qui se sont demandé ce que je faisais, car les bêtises de Grag et Otho, ça me déride toujours... J'avais adoré l'épisode où Otho avait envoyé à Grag le petit robot qui se disait son fils... Rire, c'est thérapeutique!

Bonne nuit, car ici, il commence à se faire tard... Toute la famille est couchée, sauf moi (comme c'est souvent le cas)!

Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour Flamme,


ok on est prévenues, quand tu démarres (je peux dire tu?) tu y vas fort! [goodjob] . Alors s'il faut du taf , je propose le défi suivant:

[b]vaticination ;D ;D objectivité / personnalité Karl Marx ou les philosophes des Lumières

j'ai été inspirée par mon homme qui m'a sorti au petit déj le 1er mot [confusion3], cela m'a tellement interpellée que je vous l'ai collé! ;D Parfois les discussions sont surréalistes chez nous, nous avons parlé des philosophes ce matin...

bizz

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour à toutes,

ça déborde d'activité ici, dès ce matin ! Smile

bravo Flamme pour ces deux premiers défis, si jamais un plus ancien t'inspire, n'hésite pas ! Ca n'a aucune importance de poster dans le désordre

comme toi, j'aime beaucoup la scène du bébé robot. Elle est excellente et je dirai que c'est la plus drôle du dessin animé (de toute la série). J'aime aussi beaucoup le petit plan sur le Météore quand Joan tient le bras de Curtis et qu'on voit juste après Mala faire de même avec Grag. Ca fait toujours rire mon fils aussi...

Elaine, va falloir que j'aille chercher dans le dico pour ton premier mot... Pour une fois, j'ajoute un verbe qu'on peut donc décliner comme on veut :

pomponner (j'ai hésité avec pouponner ;D) / versatilité / alambiqué

a vous ! Mais vous dormez à cette heure non (ou alors je me trompe...). Donc nous affinerons dans la journée...

Limeye Smile qui va déjeuner (petit)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 03:42
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 03:49
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
bonjour Limeye,


je ne veux même pas savoir qui t'a inspiré alambiqué, ce sont de pures vaticinations!

b]vaticination objectivité / personnalité Karl Marx ou les philosophes des Lumières/pomponner / versatilité / alambiqué

on va s'amuser

Elaine

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Oki je rajoute : esquimau (inuit ou glace, au choix...) et seche-cheveux

Donc en resumant:

vaticination / objectivité / personnalité Karl Marx ou les philosophes des Lumières/pomponner / versatilité / alambiqué/esquimau (inuit ou glace au choix...)/seche-cheveux

Ce qui fait 8- on va a 10 ou 12??

O-tho

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pourquoi pas : massage et eucalyptus?

Je ne pourrai pas travailler la-dessus avant deux jours, y'a plein de monde ici dans la maison, les filles les amis (es) des filles, y'en a qui restent à coucher et j'ai des crêpes à préparer pour déjeuner demain (je ne vois plus les repas de crêpes de la même manière, depuis que je connais Jelle! Sauf qu'ici, on les mange avec du sirop d'érable...

;D Wink

Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
je récapitule :


vaticination / objectivité / Karl Marx ou les philosophes des Lumières / pomponner / versatilité / alambiqué / esquimau (inuit ou glace) / sèche-cheveux / massage / eucalyptus

Frégo et August, voulez-vous en ajouter ? Sinon, on part avec cette liste.

Bon week-end crêpes, Flamme Wink

Limeye Smile

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

J'ai craque, l'inspiration m'est venue sur ces mots-la, alors je poste...Si Frego et August ajoutent des mots, je rallongerai.... ;D

“Je voooois…. Je voooois….” Curtis etait suspendu avec une curiosite amusee aux levres de Madame Alma qui se concentrait sur sa boule de cristal…

Toute l’equipe des Futuremen accompagnee de Joan profitait d’un repos bien merite apres leur derniere mission, et avait decide d’aller faire un tour a la Fete Foraine Intergalactique. Joan s’etait tout particulierement pomponnee, toute occasion etait bonne a prendre, on ne savait jamais…Elle avait revetu une jupette courte et une petit chemiser qui epousait ses jolies formes, un leger maquillage couronnant le tout. Elle avait laisse ses cheveux secher naturellement, car elle n’avait pas trouve son seche-cheveux, ignorant que Mala le lui avait emprunte.
Mais l’excitation etait bien vite retombee: les montagnes russes et la maison hantee les faisaient rire autant qu’elles faisaient hurler les autres touristes, les stands de tir n’avaient plus aucun secrets pour eux, et le pauvre Crag tenait deja cinq enormes ours en peluche dont il ne savait que faire…heureusement qu’il avait fait sauter la cagnotte en tapant avec la massue…Curtis avait soigneusement evite le Tunnel de l’Amour, malgre les regards appuyes de Joan dans cette direction…Celle-ci se desesperait de recevoir son premier baiser, l’occasion aurait pourtant ete revee!...Depitee, elle s’acheta un esquimau qu’elle suca lentement, a coup de petite langue rose, tout en fixant le Capitaine du regard, un sourcil leve. Ce dernier se retourna tout en se raclant la gorge.

Ils s’etaient arretes devant une tente coloree, sur laquelle etait ecrit, en lettres alambiquees, “Madame Alma, Specialiste en Vaticination”. Joan declara qu’elle avait encore un petit creux et decida d’aller se chercher une crepe. Mala et Simon avaient disparu depuis un petit bout de temps deja.

“Alors Capitaine, tente par ton avenir?” plaisanta Crag.

“En toute objectivite, Crag, je ne crois guere en ces diseuses de bonne aventure!” lui repondit Curtis amuse.

“Alors raison de plus!” ajouta Crag, tout en le poussant a l’interieur de la tente. Une forte odeur d’eucalyptus l’assaillit aussitot.

“Precieux, precieux!…Entre donc!” s’exclama Madame Alma tout en l’invitant a prendre place en face d’elle, autour d’une boule de cristal aux couleurs chatoyantes.

“L’avenir, tu veux connaitre, n’est-il pas vrai?...Et surtout l’amour! Ah l’amour!..Regarde precieux… La versatilite de ma boule de cristal est incomparable!” susurra Madame Alma.

Les couleurs chatoyantes de la boule de cristal se melangerent pour former alors la silhouette diffuse d’une jeune femme, et se transformerent ensuite en un vague profil qui lui parut pourtant bizarrement familier.

“ Je voooois…Je voooois…des cheveux d’or fin…des yeux couleur ocean..qui ne brillent que pour toi...un coeur desespere…qui ne bat que pour toi …et qui t’attend depuis si longtemps...ton ame soeur, elle est…”

A ces mots, Curtis fut quelque peu stupefait et trouble. Mais son esprit cartesien, fidele aux philosophes des Lumieres, se refusait a croire a autre chose qu’une coincidence.

“ Hmmm…risquer ta vie, tel est ton métier….courte est la vie… Avec ton ame soeur le bonheur tu peux connaitre…te decider il le faut…” continua Madame Alma.

“….Oh… fragile, ce coeur est …il balance, il souffre… agir vite il te faut, avant que de ta vie il ne sorte!” s’agita Madame Alma en le poussant hors de la tente.

Cutis fut etrangement silencieux et taciturne pendant le trajet du retour, cependant il ne pouvait cesser de regarder Joan intensement. Il ne remarqua meme pas les clins d’oeil echanges par Crag et Mala.

De retour au Cyberlabe, Joan commenca a se plaindre de son epaule car elle avait du porter l’un des neuf ours geants qu’ils avaient finalement gagnes. Lorsqu’ils entendirent Curtis proposer tendrement a Joan un petit massage dans sa cabine, Crag et Mala exulterent de joie.

“Je refais Madame Alma quand vous voulez !” s’ecria Mala.

“Mais ne comptez plus sur moi pour faire la boule de cristal!” rencherit le Professeur Simon…


O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
;D [goodjob] [goodjob] [goodjob] [goodjob] ALors là bravo O-tho, l'inspiration c'est le cas de le dire!
On a juste envie de te rajouter des mots! ;D

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Excellent !

O-tho, merci pour ce premier fou rire de la journée !

[goodjob]

j'adore Simon en boule de cristal !!!

ils auraient dû essayer ça depuis longtemps, la magie vaudou c'était trop nul ;D

bravo, bravo !

Limeye Smile qui réfléchit au sien

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

petite surprise ;D


Joan était fatiguée, le mal de dos devenait franchement difficilement supportable mais elle préférait encore s’isoler dans la cabine du cyberlabe que subir les vaticinations stupides de Mala et Crag. Des boules de nerfs et depuis quelque temps ce n’étaient plus les seuls, tout le monde était sous tension depuis les alertes. Curtis essayait de faire preuve d’objectivité pour la rassurer, ils avaient encore le temps, trois semaines et le trajet n’y changeait rien, le vaisseau ne pouvait être un catalyseur.
Une douleur l’assaillit à nouveau , comme une vague qui crispait tout son corps, le rendait dur comme du béton. Elle respira en pensant à quelque chose d’agréable et la douleur repartit. 20 h30. Elle n’avait plus envie d’être seule, son instinct la poussait à retourner auprès de Curtis.
Il était dans le laboratoire, très occupé à discourir sur l’impact de la science sur les sociétés depuis le 18ème siècle, ricanant sur les peurs ancestrales. A l’arrivée de Joan, il lui sourit et surpris la vit se blottir dans ses bras.
- Ça va ma douce ?
- J’ai mal au dos, c’est revenu.
- Une contraction ?
- Oui. Elle avait envie de lui faire comprendre qu’elle avait peur là tout d’un coup. Il caressait son dos, la massant, puis le ventre, très tendre mais elle avait vu de l’inquiétude dans ses yeux.
- Tu penses aussi qu’il va venir plus tôt n’est ce pas ?
- Nous avons encore 8 jours de voyage et c’est la 6ème depuis ce matin. Je pense qu’il va falloir préparer une place au cas où, oui. IL la regardait tendu, l’idée d’accoucher sa propre femme l’amenait intérieurement au bord de la panique mais il ne pouvait lui montrer.
- Ne vous inquiétez pas nous avons tout ce qu’il faut pour l’anesthésie, fit le professeur Simon de sa voix métallique.
- Je ne veux pas d’anesthésie !
- Quoi ?!
- Non, un accouchement ce n’est pas une opération à cœur ouvert, l’humanité a fait cela naturellement depuis des siècles .
- Ce n’est pas sérieux, Joan, enfin la technologie t’empêche de souffrir et en cas de complication…
- Non, je veux sentir mon enfant naître
- Alors là excuses moi Joan, mais j’ai mon mot à dire ! Si je dois gérer l’accouchement , s’il devait t’arriver quelque chose et qu’à cause de cette absence d’anesthésie …Allons ne fait pas ta tête de mule,
- C’est décidé Curtis, cet enfant naîtra naturellement et seulement avec toi, je ne veux personne d’autre
- C’est de la folie !
- Non, c’est unique et c’est ce que je veux, quoi qu’en disent les philosophes des Lumières sur les bienfaits de la science ! dit-elle en l’embrassant comme elle savait le faire craquer. Elle adorait le sentir fondre mais ce bonheur fut interrompu par une nouvelle douleur, encore plus dure qui la fit accuser le coup. Elle se retint à son mari, estomaquée. Il comprit aussitôt, regarda Simon, qui contacta Mala.
- Non, seulement Curtis !
- Ok, calme toi, ma belle, ils vont juste m’aider à t’installer, préparer les affaires. A peine était –elle déshabillée et revêtue d’une tunique pour s’installer sur le lit de l’infirmerie qu’une nouvelle douleur survint qui l’inonda. Elle venait de perdre les eaux. La douleur suivante arriva presque aussitôt et lui fit serrer les dents, c’était encore plus fort qu’avant, elle serra la main de Curtis. Mala était arrivé avec les affaires pour le bébé, le berceau, les vêtements, les draps, il était dans tous ses états . Heureusement crag n’était pas là et pilotait. Excédé curtis le renvoya vers le poste de pilotage avec l’aide de Simon. Ils étaient enfin seuls et Joan en était déjà à sa troisième contraction depuis les eaux. Elle n’avait jamais eu autant conscience de la précarité de sa propre existence, et en même temps l’intensité du moment le rendait unique. Elle voyait les yeux de son amour. Bizarrement de drôles d’idées l’assaillaient , elle réalisa qu’elle ne devait pas être très jolie, elle avait envie de partir se pomponner et de tout arrêter. Est-ce qu’il la désirerait encore après ça ? Il vit qu’elle pensait à quelque chose ,
- Qu’y –t-a-il ?
- Tu m’aimeras encore après ça ?Tu ne me trouveras plus jolie , hein ? c’est peut-être mieux que Mala ou Crag s’en charge, non ? Il sourit tendrement devant sa versatilité qui le sidérait dans un moment pareil . Il parla très posément, lui tenant la main et la regardant droit dans les yeux, persuadé qu'elle paniquait.
- Tu veux un moment unique et jamais je ne donnerais ce moment unique à quelqu’un d’autre.Tu es en train de m’offrir le plus intense moment de ma vie.
- Je t’aime,
- Je t’aime,
Les douleurs avaient respecté ce moment mais reprirent de plus belle, de plus en plus rapprochées. La notion du tempsn'avait jamais été aussi aléatoire, ils étaient tellement concentrés pour gérer la douleur, qu'il faillit oublier l'essentiel.L'anesthésie, il aurait dû réagir de suite, le temps qu'elle agisse...Il n'était vraiment pas dans son état normal.
- De toute façon maintenant pour l’anesthésie c’est trop tard, allonges toi Joan , je vais voir où tu en es, nous n'avons pas d'appareil pour mesurer tes contractions.
Il n’en croyait pas ses yeux, il apercevait la tête.
- J’ai déjà envie de pousser,
- Je crois qu’il va falloir, Joan, je vois sa tête ! Il était au bord de la panique et en même temps comme un gamin devant le cadeau du siècle !
Elle ne résista pas à cette envie instinctive et l’effort qu’elle dût faire, la douleur qu’il vit en elle le bouleversa. Il fallait le vivre pour réaliser l’intensité du moment, il tira le nouveau né, par chance il était propre, put crier immédiatement et ne semblait pas gêné dans sa respiration. Tenir son fils dans ses mains le premier était si fort, qu’il pleurait sans le réaliser et l’apporta encore attaché à sa mère sur sa poitrine.
- Qu’il est chaud ! Ils se regardèrent avec une rare complicité , un amour parfait, complet règnait entre eux. IL découvraient ensemble leur enfant, si petit et déjà si énergique au toucher, si vivant.
Le temps s’était arrêté.

Dehors Mala avait du mal a rester tranquille et Crag et lui n’arrêtaient pas de se disputer. Ils avaient entendu le petit cri. Qu’est –ce qu’il attendait ! N’y tenant plus Mala se précipita et Crag brancha le pilote automatique pour le suivre. Ils toquèrent,
- Entrez !

Ils virent alors leur protégé simplement heureux. La première fois.


- Alors, qu’est-ce que c’est ?
- Un garçon, nous l’avons appelé Paul, Simon, Robert, Jacques
- Tout ça ? c’est drôlement alambiqué pour un petit, Chef
- Mais boîte à la noix, on dit pas les 4 prénoms, c’est le premier qui compte ! fit Mala en adoration devant le petit être.
- On dirait un esquimau, emmitouflé comme cela !
- Il faut qu’il ait chaud.
- Il a déjà des cheveux ! Ce ne seront pas les tiens Chef !
- Il va les perdre, non, il est blond.
Joan vit alors l’équipe soutenir Curtis, s’occuper des tâches ingrates pour le soulager, vérifier le placenta et la preparer , la porter dans la chambre pendant qu’il découvrait son fils. Elle fut installée, il l’attendait, tenant le nourrisson dans ses bras et le lui confia pour la première têtée. Curtis pensa alors que le monde était parfait et admirait l'harmonie que créait sa femme avec son enfant.Il oublia tout le reste.

Mala, Crag et Simon les laissèrent tranquilles, émus, sans un mot.

Le lendemain soir Simon autorisa enfin Joan à se lever, le fait de se doucher, de se tenir debout sous le sêche cheveu la revigora. Cela faisait plus de 24 heures qu’elle était immobilisée , entièrement dépendante des autres et redevenir maîtresse de son corps dans le quotidien lui parut presque un luxe. Curtis lui fit même un massage à l’eucalyptus pour détendre son dos mais elle dut s’en contenter et lui aussi, un petit cri à remuer les entrailles réclamait sa part.

Elaine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
A mon tour Wink Avec les mots dans l'ordre. Ca fait un quart d'heure que j'essaye vainement de poster, mais j'ai un morpion qui ne me lâche pas !!!

bizz !

Limeye Smile


Pour une fois, les vaticinations de Grag se révélèrent précises et exactes. Curtis savait bien qu’il aurait dû écouter son ami, avant d’embarquer toute l’équipe pour ce petit voyage vers Vénus. En toute objectivité, pourtant, il devait bien s’avouer qu’il pensait qu’ils auraient largement le temps de faire l’aller-retour. Mais il fallait croire que l’objectivité et la maternité étaient deux choses incompatibles. Ils avaient été contraints de placer le Comète en orbite du satellite de Vénus, découvert tardivement et portant le nom de l’astronome français Gentil.

Otho avait d’ailleurs émis quelques plaisanteries à ce sujet.

- Comme il est gentil ce petit de naître par ici !

Joan l’avait foudroyé du regard. Curtis tentait de son côté de trouver vainement dans la petite bibliothèque du vaisseau un traité d’accouchement, mais au milieu de tous les ouvrages de philosophie, ni Voltaire, ni Diderot, ne lui furent d’aucune aide. Et comme par hasard, il manquait l’encyclopédie de d’Alembert. Il jura : "Pour une fois que j’aurais eu besoin de ce satané bouquin qui m’a coûté quelques nuits blanches…". Il abandonna et se dit qu’ils allaient faire au mieux, de toute façon… ils n’avaient pas le choix.

Simon avait pris les choses au sérieux, installant Joan à l’infirmerie, lui faisant une dernière échographie.

- Le bébé est bien placé, Joan, pour l’heure, tout va bien.
- Merci de me rassurer, professeur, dit-elle d’une voix blanche. Je vous jure que je ne comprends rien à ce déclenchement anticipé. Plus de cinq semaines d’avance !

Simon bougea légèrement ses globes oculaires. Il se demandait si leur voyage dans le temps, il y a quatre mois n’avait pas un peu bousculé la grossesse de la jeune femme. Il faudrait qu’il refasse ses propres calculs, mais pour l’heure, ce n’était pas la question. Il reprit :

- Je suis désolé, Joan, nous n’avons pas de monitoring, il va falloir suivre tes contractions au stéthoscope. Otho s’en chargera.
- Il va me chatouiller, j’en suis certaine !
- Ca accélèrera peut-être les choses, dit Grag qui entrait à ce moment-là.

Il apportait à Joan un petit remontant, sous la forme de sa boîte de maquillage.

- Tiens, Joan, pomponne-toi un petit peu avant le grand moment. Ca va te faire du bien au moral.
- Merci, Grag, tu es vraiment adorable.
- Je me souviens de la naissance du chef, ne t’inquiète pas, je pourrai assister le Capitaine et Simon au mieux.
- Merci, merci.

La légère couleur qu’elle venait de se mettre sur les joues disparut aussitôt. Rien que d’imaginer les grosses mains métalliques de Grag s’occupant d’elle…

- Où est passé Curtis ?, demanda-t-elle inquiète.
- Il cherche toujours le manuel dans la bibliothèque.
- Dis-lui que ce n’est plus le moment. Il faut qu’il vienne ! J’en ai assez de sa versatilité sur les différentes soit-disant meilleures positions pour la naissance ! Je n’ose même pas vous raconter la plus alambiquée qu’il m’ait suggérée…

Curtis et Otho entrèrent à ce moment-là dans l’infirmerie. L’androïde qui calmait son inquiétude par une faim dévorante s’était enfilé tous les esquimaux du petit congélateur de la cuisine et il avait les lèvres entourées d’une belle couche de chocolat. Que Curtis ne lui en ait pas fait la remarque montrait bien qu’il avait la tête ailleurs.

- Dépêchez-vous, tous les deux, dit Simon d’une voix autoritaire. Cela fait déjà deux heures que Joan a perdu les eaux. Le bébé n’est plus loin.

Curtis avait pâli, il sentait qu’il allait perdre tous ses moyens.

- Curtis !, reprit Simon encore plus sévère. Mon garçon, oublie que c’est Joan, que c’est ton enfant et ressaisis-toi ! Il faut assumer ! Ils vont avoir besoin de toi !

Il respira un grand coup, s’approcha de Joan, allongée normalement sur la table d’opération. Son visage était pâle, ses lèvres presque blanches, mais son regard lui montrait combien elle lui faisait confiance. Une fois de plus.

- Bon, dit-il. Grag, la tension ?
- Bonne pour l’instant.
- Otho, les contractions ?
- Très rapprochées. Moins de deux minutes entre chaque.
- Je confirme, dit Joan en grimaçant.
- Eek !, appela Grag en rouvrant la porte du couloir. Viens par ici !
- Pourquoi appelles-tu ton satané chihuahua ?, demanda Otho, vraiment intrigué.
- Pour qu’il aide Joan à respirer. La respiration du petit chien, ça va l’aider à supporter les dernières contractions.

Curtis, assit devant les jambes de Joan, leva les yeux au plafond. Une idée lui vint soudain :

- Et si on tentait une césarienne, professeur ? Ca, je m’en sens capable…
- Il est trop tard, mon garçon. Le bébé est déjà bien engagé entre les hanches. Tu n’as plus le choix. Il fallait y penser avant.

On entendit alors un petit grattement à la porte. C’était Eek et Oog qui venaient apporter eux aussi leur aide. Eek était un peu de mauvaise humeur. Il était en train de ronger le sèche-cheveux de Joan quand son maître l’avait appelé. Mais comprenant ce qu’on attendait de lui, il sauta tout joyeux auprès de la jeune femme et se mit à respirer au même rythme que les contractions. Concentrée sur le petit animal, Joan se sentit pendant quelques minutes un peu mieux. Puis la douleur dans les reins la reprit et malgré tout son courage, elle ne put retenir cette fois un grand cri. Elle tenta de se redresser un peu, Curtis, complètement paniqué, lui ordonna sèchement de se rallonger.

- Les femmes indiennes accouchaient debout, crétin !, lui répondit-elle. Grag, aide-moi !

Le robot la soutint par les aisselles, et ils virent alors la petite tête apparaître entre ses jambes.

- C’est bon, Joan, le voilà !, s’écria Otho, ravi. Chef ! Et bien, aide-la maintenant ! On ne peut pas dire que tu sois très efficace ! Prends le bébé, vérifie que le cordon n’est pas autour de son cou, surtout et aide-le à sortir ! Dégage les épaules, une par une surtout ! Et le reste viendra tout seul…

Plus blanc qu’un linge, Curtis obéit à son ami et se retrouva quelques instants plus tard avec sa fille dans les bras. L’odeur, le sang, les larmes de Joan, ses cris encore dans ses oreilles, le petit corps glissant, son regard qui le fixait avec une telle intensité, sa petite bouche, ses cheveux sombres, son nez minuscule, oui, deux bras, dix doigts, deux jambes, dix orteils… tout cela lui tournait. Il se sentit partir en arrière, il entendit un dernier cri de Joan, puis les étoiles lui tournèrent si vite devant les yeux qu’il s’évanouit.

- Un massage cardiaque, vite, Otho !, ordonna Simon. Grag, le flacon d’huile d’eucalyptus ! Ca va le faire revenir à lui.

Il plana autour de Joan qui s’était assise comme elle le pouvait.

- Professeur…, professeur…

Il la regarda, elle semblait paniquée.

- Ca va aller, Joan, Curtis revient déjà à lui.
- Non… je… ne me dites pas qu’il y en a un deuxième… qu’on n’aurait pas vu… j’ai à nouveau des contractions…

Simon se tourna vers elle. Il se fit rassurant.

- C’est rien, Joan, c’est juste le placenta.

Limeye

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
coucou Limeye,

on en a chaté ce matin, mdr et fascinant comme nos textes pourtant planifiés ensemble sont différents!

[laughnot] bon bol d'oxygène! Aux autres, on verra qui assume l'équipe de foot! ;D

J'ai hâte de lire la réaction d'August [007]

allez sans rancune, amusez vous bien les filles
à dans huit jours! comme cela vous z"avez aucune excuse pour écrire, na, je reviendrais et je savourerais vos histoires,
biz, à samedi prochain [hello]

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Quand j'ai vu hier soir qu'O-tho et Elaine avaient déjà posté leur histoire, sans parler de Limeye ce matin, je me suis demandé: Dans quoi me suis-je embarquée? Je l'ai dit et je le répète: vous êtes rapides et productives, les filles, j'espère que je vais réussir à vous suivre! J'ai résisté à la curiosité de lire vos histoires, je ne voulais pas être influencée et ça a accéléré le processus pour trouver une idée.
Mais quand j'ai lu vos histoires ce midi, une fois que la mienne a été composée, j'ai tellement ri! O-Tho, quel humour est le tien, j'ai adoré cette histoire! Elaine et Limeye, vous étiez-vous consultées sur le thème avant? Trop drôle, le naturel revient au galop et si ça continue comme ça, on aura une deuxième équipe de foot! Heureusement que je n'avais pas pensé à exploiter ce filon...

Parlant de filon, voici donc mon histoire, vous allez voir que je suis aussi capable d'en faire des longues... Directement inspirée par la neige qui tombe ce matin, et par le vent froid qui l'accompagne, ce qui m'a fait penser à une série de reportages télévisés que je suivais avec intérêt il y a 3 ou 4 ans...


Joan frissonnait malgré sa combinaison thermique: depuis 3 jours, Ezra et elle avaient quitté Yellowknife à destination de la mine de diamants Ekati, à la limite du territoire inuit canadien. Ils commandaient une troupe escortant un convoi transportant des génératrices à radium et des explosifs destinés à l'exploitation d'un filon de gravium, découvert lors d'un forage dans la mine. Comme l'approvisionnement des Neuf Mondes en gravium connaissait régulièrement des périodes de pénurie, la circulation aérienne et spatiale devait déjà être réduite, ce qui expliquait la nécessité de transporter ce convoi en véhicules à chenilles, capables de suivre l'itinéraire compliqué de plusieurs centaines de kilomètres serpentant à travers des forêts et sillonnant en majorité d'immenses lacs gelés, où la vitesse était limitée à 50 km/heure (une allure de tortue!), sous peine de briser la route de glace si des vagues venaient à se former en-dessous...
Joan détestait le froid et aurait vraiment préféré pouvoir refuser cette mission, mais en toute objectivité, elle en reconnaissait l'importance vitale. Optimiste de nature, elle s'efforçait plutôt de penser aux côtés positifs du voyage: ici, nul besoin de se pomponner, la beauté des paysages était à couper le souffle, la versatilité des conditions météorologiques et routières obligeait à une vigilance constante, et elle découvrait le quotidien de ces hommes qui conduisaient le convoi sans prendre de repos avant d'être arrivés à destination. Leur débrouillardise devant les imprévus l'avait impressionnée: lorsque les freins d'un véhicule avaient gelé, une équipe s'était affairée à les dégeler avec un appareil ressemblant à un sèche-cheveux géant. Ses pensées, dignes des philosophes des Lumières, furent interrompues par le signal d'Ezra, en tête de file: Ekati en vue! ils approchaient enfin de leur destination!
Ils furent accueillis avec joie, comme c'était toujours le cas ici, dans ces étendues désertiques glacées. Ils furent invités à se restaurer: ici, pas de cuisine alambiquée, la nourriture simple et délicieuse réchauffa et réconforta Joan après toutes ces heures dans le froid, entrecoupées d'un sommeil souvent interrompu. Puis, Ezra et elle se dirigèrent vers le bâtiment confortable où ils dormiraient. Après une bonne douche, elle se dirigea vers sa chambre: Ezra lui souhaita une bonne nuit avec un sourire entendu, qu'elle ne comprit pas. Elle entra et fut complètement surprise de trouver Curtis qui l'attendait, une bouteille d'huile d'eucalyptus à la main: Bonjour, ma douce! Un massage? Je sais que le voyage a été pénible! Elle en resta bouche bée: si Ezra lui avait dit que Curtis l'attendait au bout du voyage, elle aurait pensé que c'était de la vaticination!


A +
Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Salut les filles,

Elaine a posté pendant que j'écrivais mon histoire, donc j'ai appris que ce n'était pas une coïncidence si Joan accouchait deux fois en si peu de temps!

Wink
Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou Flamme !

Très réussie ton histoire, le froid, brrrr... on s'y croirait !

oui, on papotait sur le tchat hier soir Elaine et moi, en se disant qu'on n'avait pas encore mis beaucoup d'accouchements dans nos histoires, même s'il y a profusion de bébés ;D ! (tu l'auras compris, c'est une de nos obsessions, leur faire faire des bébés, des filles, des garçons, des blonds, des rousses, des aux yeux bleus, des aux yeux gris, etc... - y'a que pour les prénoms qu'on manque un peu d'originalité, ce sont toujours les mêmes qui reviennent ;D).

et donc, papoti, papota, on en est arrivé à se lancer à nous-mêmes le défi d'écrire ce défi sur le thème de l'accouchement, avec la contrainte que ça arrive dans le vaisseau, pour voir ce que ça donnerait. Résultat : un gars, une fille ;D ! Et deux versions bien différentes...

c'est cela qui est drôle aussi avec ces petits défis. On en est à une bonne trentaine, et pour l'instant, on ne s'ennuie pas, je dirai même qu'on s'amuse beaucoup !

bonne journée (je me goure pas, là ? Wink )

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Non, Limeye, tu ne te goures pas! Il y a 6 heures de décalage entre l'heure d'ici et celle du forum, donc tu recules ton heure de 6 heures, et tu seras à la mienne ( qui est la même que celle de Frego). Pour O-Tho qui est sur la côte Ouest, tu dois encore retrancher 3 heures, si je ne me trompe...

En passant, question à retardement: quand Elaine parlait de taf, j'imagine qu'elle voulait parler de défi? Certaines de vos expressions me sont inconnues, mais quel plaisir d'apprendre!

Flamme

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
bonsoir flamme

le taf c'est le boulot, le travail...familier. Le froid bien vu, j'ai vu une fois un de ces convois à la Tv, des fous! Curtis au chaud, avec un bouteille d'eucalyptus pour un massage.. [bthumbup].

The question : il est en tenue sauna ou non? ;D

Ce n'est pas moi qui ai les idées mal tournées, mais non.

je ne vais pas me plaindre de ce WE printanier un peu frais avec une quebecquoise, le parrain de ma fille est canadien. Il rigole que je parle de l'hiver. ;D

bizz, à +

Elaine

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 03:55
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Puisque c'est toi qui le demandes, Elaine: il est effectivement en tenue sauna, vêtu simplement d'une serviette nouée autour des hanches... [devil]

J'ai bien deviné ta pensée?

Bonne nuit,

Flamme

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour a toutes,

A la suggestion de Limeye, commencons donc un nouveau defi... Frego, si tu te sens le courage de faire le precedent, mais surtout ne neglige pas ton histoire pour ca ;D...

Alors je propose eprouvette/equilibre

A vous...10 ou 12 mots??

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou à vous !

j'apporte ma pierre à l'édifice et je vous propose

dîner / surprise / révolution

10 ou 12 mots, selon les propositions... tout dépend si August nous rejoint ? Frégo peut allonger la liste aussi, même si elle n'a pas le temps de participer au défi. Je suis d'accord avec toi, mieux vaut qu'elle se concentre sur "le visage de mon ennemie". Wink

pour ma part, j'ai terminé la rédaction de la partie "action" de mon histoire, je m'attelle à la phase "romantique". Mais vous en avez pour plusieurs jours de lecture... Wink Je vous poste une petite suite plus tard.

bon après-midi à vous !

Limeye Smile l'heure du dîner, hé hé Wink

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

J'ajouterais perhydrocyclopentanophénanthrène et caracoler


Bye! [hello]
Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Flamme,

alors là, ton mot à rallonge, il me laisse :o !

il n'existe pas dans mon dico... tu peux traduire ???

en tout cas, rien que d'essayer de le lire à voir haute, ça me fait rire ;D

bizz

Limeye Smile

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Trop drôle! [rolllaugh] J'imaginais bien avoir quelques réactions avec ce mot... [rollsmile] ah, ah, ah! c'est inmanquable! ;D Ça te fait rire de le prononcer à voix haute? Moi, il y a quelques... euh, enfin, plusieurs années de cela, j'ai dû le chanter... avec mes consoeurs et confrères de classe, lors de notre initiation à l'université!

Pour la traduction (ou plutôt, la signification), dans google, tu devrais avoir une bonne définition (dans Wikipédia, notamment, où on voit même un dessin...). C'est en parlant de nos souvenirs d'initiation avec une collègue de travail (qui était aussi dans ma classe) que j'ai eu l'idée de l'insérer dans le défi!

Flamme

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou a toutes,

J'avoue que ce mot m'a bien fait rire aussi, mais comme je suis dans la science...J'ai aussi pense que tu etais chimiste ou quelque chose dans ce gout la Flamme, alors je n'aurais jamais imagine la facon dont tu l'as decouvert! :P

Donc si je resume:

eprouvette/equilibre/dîner / surprise / révolution/perhydrocyclopentanophénanthrène /caracoler

Ca fait 7....il en manque au moins 3: Frego ou August, vous nous faites des propositions? Wink

O-tho

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
O-Tho, tu as certains dons de divination, je l'ai déjà remarqué dans plusieurs histoires! Je ne suis pas chimiste, mais tu brûles... Je suis ce qu'on appelait il y a quelques centaines d'années, une apothicaire... Donc je n'ai pas grand mérite à connaître des mots comme ça.. Notre prof de chimie médicinale nous en balançait une quantité incroyable au tableau, il les dessinait toutes par coeur, il était incroyable... Et vous savez quoi? Il était roux! Mais beaucoup plus âgé et moins beau que Curtis! ;D

Va maintenant falloir penser à cette histoire, je n'ai pas le dixième de votre imagination!

Bonne journée!

Flamme [happywave]

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Question pour O-Tho: tu dis que tu es dans la science toi aussi: quelle branche, quel domaine? Pardonne ma curiosité...scientifique! ;D

Flamme Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Coucou Flamme,

Pour satisfaire ta curiosite, background scientifique biologie/biochimie, plus recemment en biotech...c'est surement pour ca que mes histoires sont "emballe c'est pese!" par defaut! ;D

O-tho

PS: si Frego et August ne proposent pas de mots, dechainez vous les filles....J'ai deja une petite idee avec ces 7 mots-la, et je ne voudrais pas influencer...

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou les filles !

puisqu'Otho est déjà prête, on peut partir sur ces mots-là... je nous ajoute "opium" ... histoire d'avoir un compte rond.

j'espère que mes délires pseudo-scientifiques ne vous choquent pas... mon imagination peut déborder facilement dans ces domaines dans lesquelles je suis totalement incompétente

donc petit rappel :

eprouvette/equilibre/dîner / surprise / révolution/perhydrocyclopentanophénanthrène /caracoler / opium

à vous !

Limeye Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou!

Alors si c'est prêt à partir, je ne reviens plus ici avant d'avoir composé mon histoire! J'ai bien hâte de vous lire!

Flamme [animtwink]

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Coucou les filles,

Pour Limeye:
"j'espère que mes délires pseudo-scientifiques ne vous choquent pas... mon imagination peut déborder facilement dans ces domaines dans lesquelles je suis totalement incompétente "...Alors la pas de soucis! Et somme toute ca reste de la science...fiction!!! Wink

Bon, voila mon petit delire sur les mots proposes...

“Je vous invite a diner ce soir!” declara la petite fille du haut de ses cinq ans.

“Et comme c’est une surprise, vous z’avez pas le droit de venir avant!” ajouta- t-elle en caracolant dans le couloir.

Crag et Mala sourirent en voyant disparaitre les boucles rousses de la fillette.

Ils avaient decide d’offrir a Curtis et Joan une petite soiree en amoureux sur Terre, pensant que de se retouver seuls sans leur petite fille leur ferait le plus grand bien et s’etaient donc portes volontaire pour jouer aux babysitters. Leur petite Elena, certes adorable, etait avant tout un vrai petit diable, espiegle, tres energique, d’une curiosite sans borne et creative. Mais Crag et Mala juraient qu’ils en avaient vu d’autres, somme toute, ils avaient bien eleve le pere!

“Tout va bien ? Rien a signaler?” s’enquit Simon, qui avait interrompu ses recherches sur la revolution de nouveaux corps astraux decouverts dans le systeme de la Licorne pour se rassurer.

“Ne vous en faites pas professeur, elle joue a la dinette!”

“Ca y est, c’est pret! “ leur cria la petite toute excitee.

Elle avait tout prepare dans le salon: sur une petite table avec une nappe aux papillons dores tronaient des petites assiettes et couverts en plastique.

“Frego ne se sent pas tres bien on dirait...” remarqua Mala, legerement inquiet. La bestiole , le regard vague , marchait lentement en titubant, tout en essayant de garder son equilibre.

“Ah vous z’en faites pas, il s’est trop goinfre comme d’habitude!” repliqua-t-elle en haussant les epaules.

Mais Mala n’entendit pas la reponse, car son interet avait ete subitement detourne par une boite qui trainait sur la table, et sur laquelle il venait de lire “Opium.”

“Voila a boire, c’est bleu, c’est joli, non?” dit la fillette en leur tendant deux eprouvettes.

“Qu’est ce que c’est? “demanda Crag intrigue.

“C’est du perhydrocyclopentanophénanthrène avec du colorant bleu!” repliqua-t’elle fierement.

“ …du QUOI!?...” Crag et Mala se regarderent aussitot, soudainement envahis par un sentiment de panique.

“Et euh... Ou as- tu trouve tout ca?” osa demander Crag qui avait le 1er retrouve ses esprits.

“Dans la cuisine de papa!” repondit-elle en montrant de son petit doigt potele la porte du laboratoire de Curtis….


O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Otho !

une seule conclusion s'impose !

Curtis Newton, on t'avait pourtant bien dit de ne pas laisser les enfants jouer avec les éprouvettes ! C'est au moins aussi dangereux que les allumettes ;D

Pauvre Frégo, quand même... j'espère que le professeur Simon réussira à le soigner...

Bizz

Limeye Smile

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
O-Tho, au risque de me répéter, quel humour est le tien! J'adore ton style d'écriture, et je suis impressionnée par tes idées! Sans compter la rapidité avec laquelle tu ponds tout ça... [master]

Moi aussi, j'ai été inspirée par les enfants... Mais je préfère ton histoire! Bravo pour le perhydrocyclopentanophénantrène mélangé avec l'opium! Frego devrait être capable de s'en sortir, si la petite n'a pas trop forcé la dose... ;D

Curtis, Joan et Simon auraient intérêt à lui enseigner quelques notions de chimie... [rollsmile]

Donc voici mon récit, plus prosaïque:

Ezra avait invité toute la petite famille Newton à venir passer la fin de semaine à son ranch. Curtis et Joan avaient allègrement fait caracoler leurs montures, tandis qu'Ezra se chargeait avec bonheur de promener William, 4 ans, et Elaine, 6 ans, dans une mignonne petite charrette attelée à deux poneys pie. A la fin, ils avaient poussé des cris de joie quand Ezra les avait installés sur le dos de son immense étalon noir. Les enfants étaient enchantés de voir qu'ils pouvaient garder leur équilibre sur un animal aussi haut.

Après le dîner, qui s'était avéré fort agréable, tout le monde se réunit dans le grand salon. Joan installa William devant son jeu d'éprouvettes, tandis qu'Elaine étalait sur la table son jeu de casse-tête chimique.

Ezra avait servi le digestif et prenait des nouvelles du professeur, de Grag et d'O-tho, restés sur Tycho. Elaine vint leur montrer fièrement l'assemblage qu'elle avait fait avec les bâtonnets et les petites boules de bois:
- Regarde, Papi Ezra, je l'ai fait pour toi!
La mine de celui-ci s'allongea: Qu'est-ce que c'est? risqua-t-il.
-Une molécule de perhydrocyclopentanophénanthrène!
Ezra jeta un regard malicieux au jeune couple en soupirant: Eh bien, ça promet!

William, ne voulant pas être en reste, s'approcha à son tour, en tendant à Ezla une éprouvette remplie d'un liquide étrangement coloré:
- Papi Ezra, j'ai une surprise pour toi! Bois!
Devant le regard craintif d'Ezra, Joan et Curtis le rassurèrent gentiment: ce ne sont que des colorants, Ezra!
Ezra avala donc le contenu de l'éprouvette, mais ne put s'empêcher de faire la grimace: ça goûte drôle, ce machin! Mais ça sent tellement bon...
Joan se retourna alors vers les éprouvettes, et remarqua que sa bouteille d'Opium traînait au beau milieu:
-William! Tu as pris mon parfum?

Ezra et Curtis ne purent s'empêcher de rire, si bien que Joan et Elaine se joignirent à eux...Et William, qui s'apprêtait à faire une demi-révolution sur lui-même afin de mieux prendre la fuite, fut finalement très fier de son coup...

Flamme
A + [hello]

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:02
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou Flamme !

j'aime beaucoup ta version aussi ! La molécule de machin-truc, c'est sacrément bien vu ! Very Happy et la révolution sur lui-même du petit William aussi... [goodjob]

j'avoue que j'ai un peu de mal à me mettre dans le défi pour l'instant, j'ai la tête dans mon autre histoire et j'avance... pour la terminer au mieux. Mais je vais m'y atteler aussi, je vais bien trouver la petite étincelle qui me fera démarrer !

bizz, je me replonge dans mon étoile filante Wink avant de regagner mon lit.

Limeye Smile

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------



Coucou Flamme,

"Joan installa William devant son jeu d'éprouvettes, tandis qu'Elaine étalait sur la table son jeu de casse-tête chimique." trop drole...:P ...c'est pas des gosses normaux ca....ou alors, ils ont de qui tenir!

C'est quand meme drole qu'on ait eu toutes les 2 l'idee des gamins avec ce set de mots-la! En general, ca part dans tous les sens!

En tout cas, bien vu Opium le parfum! Wink

Au plaisir de te relire a un nouveau defi,

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou O-Tho!

Bien sûr qu'ils ne sont pas normaux, ces enfants-là (je ne peux dire gosses, au Québec ça veut dire tout autre chose...) ;D
Parce que bien sûr, ils ont de qui tenir!

J'ai trouvé moi aussi bien drôle la coïncidence d'avoir axé nos histoires sur les enfants, d'autant plus que c'est vrai que j'évite d'aller voir vos histoires avant d'avoir pondu la mienne, de peur d'être influencée et découragée par votre originalité...

En attendant le prochain défi, tu peux toujours aller voir ce que "gosses" signifie au Québec...Ah, Ah, Ah!
http://www.dictionnaire-quebecois.com/definitions-g.html
[rolllaugh]

Je n'ai pas pu résister, la porte était trop grande ouverte... ;D [devil]

Flamme

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour Flamme !

excellent ce petit dictionnaire de québécois ! Je le mets de suite dans mes favoris, et en remontant de quelques lignes, j'ai même trouvé une nouvelle "insulte" à mettre dans la bouche de Grag pour parler d'Otho ! Gomme balloune, c'est'y pas mignon, hum ;D ?

Et j'ai en même temps eu ma réponse à une question que je n'avais pas eu encore l'occasion de vous poser concernant le terme "gribiche"... Maintenant, je sais Wink !

je sens qu'après quelques mots de breton et du gallo "comme disait ma grand-mère", je vais mettre mon fils au québécois ;D

bizz à vous et à plus tard ! bon courage pour votre journée...

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Limeye!

Je savais bien que ça en ferait sourire quelques-unes! Et je trouve drôle l'idée de que ton fils apprenne quelques mots... ;D

En passant, tu peux me tutoyer (Pardon, moi je ne t'ai pas demandé la permission, c'est venu tout seul...) . On ne fera tout de même pas comme Joan et Curtis dans le DA...Non?

A + (c'est vendredi, je ne travaille pas...mais suis occupée quand même, j'ai une fille qui est restée à la maison, ne file pas bien)

P.S. Génial, l'idée de la gomme balloune! Et "gougoune" m'inspire aussi: "Espèce de gougoune en plastique!


Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Flamme,

oui, bien sûr, on se tutoie, j'ai juste mis un "vous" collectif pour vous toutes de l'autre côté de l'Atlantique Wink.

j'aime beaucoup utilisé des mots d'autres langues comme cela, parfois parce que cela fait penser à des amis, à des voyages, ou parce que c'est tout simplement poétique...

je n'ai pas beaucoup de temps, mon homme vient de rentrer et il va vouloir récupérer son pc...

bizz et bonne journée de repos ! Et j'espère que ta fille va filer mieux...

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Flamme,

Merci pour le lien vers le dico quebecois!
Effectivement, je comprends pourquoi tu ne dis pas gosse pour parler des enfants... :P
Ceci dit, j'ai adore mon voyage au Quebec il ya des annees de cela, et j'avoue que parfois les expressions m'ont laisse quelque peu decontenancee...surtout les fruits et legumes sans preservatifs, cela me fait toujours hurler de rire!! :P

On attend la version de Limeye et on reposte de nouveaux mots? Je pense qu'Elaine sera de retour... Wink

O-tho

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Oh la la, quels vieux souvenirs que cela! Faut croire que ceux qui avaient décidé d'identifier les fruits et légumes comme ça ont fini par comprendre ce que ça pouvait impliquer, car ça fait bien longtemps que je n'ai pas vu ça! C'est maintenant écrit "sans agent de conservation!" Et les Québécois n'appellent pratiquement jamais les préservatifs ainsi, mais plutôt un condom, ou, plus vulgairement, une"capote"!

Changement de sujet: oui, on attend la version de Limeye, mais je comprends que si elle a une étoile filante dans la tête, ça vaut la peine d'attendre! Déjà que je me suis sentie [bigeek] quand elle a dit qu'on aurait la suite demain... C'est incroyable! [goodjob]

A la prochaine (peut-être dimanche soir, faut aller à Montréal en fin de semaine pour une réunion de famille, et je ne pourrai pas prendre l'ordi là-bas, ni emporter mon portable... Je vais ronger mon frein! [jump]

Flamme

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou à toutes !

j'ai effectivement du retard pour ce défi, je cherche toujours un peu l'étincelle, mais comme vous le voyez, je suis aussi repartie sur le cadavre exquis. Et moi qui n'arrête pas de dire que mon cerveau féminin se transforme en cerveau masculin car je ne peux plus faire deux choses à la fois... ;D

vous pouvez relancer une autre liste ! Je vous rejoindrai plus tard sur ce défi-là, car j'ai quand même bien envie de trouver une solution rigolote pour le machin-truc à rallonge... ;D

bizz

Limeye

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou !

je savais que l'inspiration finirait par arriver... j'ai trouvé ce matin ! Je pensais faire assez court, heu, c'est raté !

bonne journée !

Limeye Smile


Curtis est inquiet. Depuis quelques heures, Joan, Ken et Ezra sont arrivés sur Tycho pour passer le week-end avec eux. Il les a invités pour leur montrer le dernier détecteur radar infra-rouge qu'ils ont mis au point avec Simon et qu'ils ont installé à bord du Comète. C'est important qu'ils apprennent à s'en servir avant une prochaine mission. Comme à chaque fois qu'il revoit Joan, il se sent ému et quelque peu fébrile. Il recherche quelque chose qui a disparu étrangement depuis le matin, et qu'il était pourtant certain d'avoir rangé dans un des tiroirs de laboratoire. Impossible de remettre la main dessus.
"Pourtant, j'ai été discret, jamais Grag ou Otho ne m'ont vu avec... Quant à Simon... ça le laisserait totalement indifférent. Mais où est-ce que ça a bien pu passer ? J'aurais pourtant bien eu besoin d'y jeter un oeil ce soir..."
Son regard fait le tour des grandes paillasses, où sont posés du matériel, plusieurs éprouvettes dans lesquelles attendent les produits de futures expériences. Il y a même un savant montage de roches et de métaux qui défie les lois de l'équilibre.
Un bruit le fait se retourner, c'est Joan qui entre, il la devine légèrement intriguée.
- Curtis, je vous cherchais...
Il respire un grand coup, ils vont être seuls pour la première depuis son arrivée, et... qu'est-ce qu'il doit faire déjà ?
- Oui, Joan, un souci ?
- Pas vraiment, mais je me demandais juste ce que cela faisait sur ma table de nuit ? Une erreur de rangement peut-être ou alors était-ce destiné à faire une farce au colonel ? C'est pour cela que je venais discrètement...
Elle s'avance alors et lui montre un petit livre qu'il reconnait aussitôt comme étant justement ce qu'il recherche depuis le matin-même. Le manuel du parfait gentleman, comment s'est-il retrouvé dans la chambre de Joan ? Il n'y a pas mis les pieds depuis trois jours et hier soir encore, il feuilletait le livre... Certainement un coup de Eek ou Oog, il ne voit que ça... Enfin, peu importe, maintenant, il s'agit de rester digne et de ne pas faire d'impairs. Dommage, il a tout oublié de sa lecture... surtout parce que Joan le regarde avec ses beaux yeux bleus et son regard si doux, si gentil, si...
- Je l'ai regardé, dit-elle avec un grand sourire. C'est vraiment comique.
- Hum... ah oui ?
- Oui, reprend-elle. Le chapître "comment séduire une femme avec tact" est très désuet : lui faire des compliments sur sa robe de soirée, l'inviter à dîner, lui offrir des fleurs. Et la description du baise-main ! Un vrai exercice d'acrobaties !
Dommage, il venait justement de se souvenir du contenu du chapître en question... si c'est si suranné que cela, comment va-t-il faire pour lui faire une surprise ?
- Heureusement que la révolution féministe est passée par là !, poursuit-elle mi-sérieuse, mi-amusée. Vous vous voyez faire un baise-main à une femme, Capitaine ?
- A vrai dire...
Joan repose le petit livre sur une des paillasses, voit le gros microscope installé, près pour une observation.
- Vous travaillez sur quoi, en ce moment, Capitaine ?, demande-t-elle soudain très intéressée.
- Et bien, répond Curtis avec sérieux, soulagé qu'elle l'amène sur un terrain où il se sent beaucoup plus à l'aise. J'étais en train d'observer des atomes de perhydrocyclopentanophénanthrène.
- Je peux regarder ?
- Oui, bien sûr, vous allez voir, Joan, ils ont une forme étonnante.
La jeune femme s'installe, regarde à travers les verres.
- Les couleurs sont magnifiques ! Je suis toujours émerveillée par ce que vous découvrez, Curtis. Vous voyez parfois de si belles choses que nous, nous ne pouvons même pas imaginer...
- C'est le lot de la science, mais tout n'est pas aussi beau... et il y a plus beau aussi, que jamais la science ne pourra imaginer.
- Comme quoi ?
- Et bien, le spectacle de la nature, les étoiles, le vent... On ne pourra jamais retenir des enfants qui caracolent dans un laboratoire.
- Ca pourrait être dangereux, sourit-elle. Quand on voit déjà les dégâts que Ken cause dans la cuisine...
Il rit de la remarque. Elle pose délicatement sa main sur son bras.
- Capitaine, vous savez qu'il y a beaucoup mieux que les conseils des dames de la bonne société anglaise du XIXème siècle pour plaire à une femme ?
Il déglutit, ose un :
- Oui ?, interrogatif.
Elle se relève de sa chaise, elle est juste debout devant lui, il en oublie tout comme à chaque fois qu'il voit briller ses yeux.
- Oui, il suffit juste d'être soi-même. Et moi, j'adore quand vous m'expliquez toutes ces choses extraordinaires que vous découvrez et inventez ! Je n'ai pas besoin de jolies robes et de bijoux, et surtout pas de baise-main ! Etre avec vous me suffit.
- Vraiment, Joan ?
La main de Joan remonte le long de son bras, il frémit, et quand elle se pose doucement sur sa joue, il sait qu'il est perdu. Il a vraiment tout oublié du bouquin. Qu'est-ce qu'il est censé faire maintenant ? Il n'a pas le temps de se poser la question car Joan s'est dressée sur la pointe des pieds et vient de poser ses lèvres sur les siennes. C'est doux, chaud, délicieux. C'est une découverte merveilleuse. Quand ils rompent leur baiser, il enfouit aussitôt son visage dans ses cheveux, il n'ose pas la regarder. Il ne sait plus où il est.
- Curtis...
- Oui, Joan, murmure-t-il très bas car il a peur de rompre le charme de cet instant unique.
- Il y a peut-être un seul conseil dans ce petit manuel qui vaut le coup d'être mis en pratique.
- Lequel ?, demande-t-il intrigué.
- Celui qui rappelle qu'en cas de difficulté passagère, fumer un peu de marijuhana peut aider à faire le grand saut.
Il soupire :
- Nous n'en avons pas ici. Je n'ai que de l'opium à vous proposer, mais je doute que ce soit l'effet recherché.
Elle s'écarte un peu, le regarde, le voit si troublé et ému, l'embrasse à nouveau puis dit :
- Mais peut-être n'avons-nous besoin que d'un peu de tranquilité...

Limeye

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Génial, quand Joan prend les devants! et elle s'y prend très bien... ;D

Totalement, merveilleusement différent de tout ce qui s'est fait sur le Capitaine Flam, ce qu'on trouve dans ce forum... Super! [goodjob]

C'est très bien, Limeye, que tu n'arives pas à faire court, parce qu'on ne se lasse pas de te lire! [master]

Bizz,
Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
bonjour les filles!

[verytired] [devil] [unbelievable] eh ben , il s'en passe des choses en mon absence!

j'espère que mon petit texte vous plaira autant que les vôtres m'ont ravie! [goodjob] [goodjob] [goodjob]

bizz

***

eprouvette/equilibre /dîner / surprise / révolution/perhydrocyclopentanophénanthrène et caracoler/ Opium

20 h- Joan observait depuis le hublot le laboratoire de Tycho ; fascinée par les lumières des instruments électroniques en veille ,les couleurs des éprouvettes et substances dont il regorgeait. Ce capharnaüm semblait néanmoins être organisé en respectant un équilibre inconnu d’une néophyte comme elle. Saurait –elle jamais exactement ce qu’ils faisaient ici ? Quelles substances dangereuses manipulaient-ils ? La couleur orangée tirant vers le rouge de son verre de cocktail lui sembla tout à coup suspecte. Elle frissonna et aimait cette sensation, Curtis s’approcha d’elle en souriant mystérieusement : ils étaient pour la première fois seuls sur la base. Leurs verres se cognèrent doucement, le goût était délicieux et elle ne savait plus trop si c’était son regard ou la boisson qui la mettait dans un drôle d’état…l’invitation à dîner l’avait tellement surprise, lui qui était parfois si décourageant. C’était même une mini révolution sans les habituels gêneurs, quoique sympatiques , Mala et Crag. Il l'observait, la trouvait ravissante dans sa petite robe noire, il n'avait qu'une envie, lui enlever mais sentait sa réserve:
- J’ai l’impression que vous avez peur ?
- Un peu intimidée, je dois l’avouer
- Pourquoi ?
- Je m’attendais à trouver tout le monde, où sont-ils ?
- Partis faire quelques prélèvements sur calypso
- Sans vous ?
- Vous le regrettez ?
- Non, surprise c’est tout. Votre cocktail est délicieux, je n’en ai jamais bu de pareil
- Merci, c’est ce que je prends pour me détendre ,
- Efficace, j’étais une boule de nerfs en arrivant, oups pardon.
Il lui sourit, si elle savait …sans ce stérane et son inventivité en cours de chimie….il n’aurait jamais eu le courage de tout organiser.. un souvenir cuisant lui revint en mémoire : le professeur pour le punir de synthétiser ces substances lui avait fait écrire 1000 fois « perhydrocyclopentanophénanthrène ». Aujourd’hui grâce à elles il était proche du but, jamais aucune femme ne l’avait autant intimidé, ce qu’il ressentait le paralysait. Il pouvait affronter n'importe lequel des criminels mais assumer cette faiblesse l'avait si longtemps découragé, effrayé même.
Maintenant il trouvait enfin naturel d’être là, avec elle.Il avait passé le cap, il fallait qu'il sache où cette inconnue l'obsèderait toute sa vie. Il s’approcha d’elle, tendrement, l’enlaça sans qu’elle opposa de résistance, leurs lèvres se rejoignirent.Enfin il se décidait, pensa-telle, elle ne voulait surtout pas qu'il changeât d'avis.
Elle en exigea donc davantage très rapidement, faisant caracoler ses doigts sur son buste au fur et à mesure qu'elle ouvrait sa chemise.Ils commençaient à s'échauffer et s'impatienter. Les baisers et les caresses se complétaient avec passion. Il la porta jusqu’à sa chambre, les vêtements tombèrent par terre les uns après les autres sur le trajet. Ils faisaient l’amour comme s'ils étaient sous l’emprise de l’opium, sans pouvoir s’arrêter , rattrapant tout le temps perdu. Joan n'en avait jamais assez, ses initiatives étaient délicieuses.Lui même découvrait son corps en expérimentant avec délice son goût, sa peau, sa sensibilité. Leur plaisir leur fit découvrir plusieurs fois l'extase sans se lasser jusqu'à ce qu'à 4 heures du matin, la fatigue finisse par les calmer.
Il se coucha derrière elle, l’encadrant de ses bras, caressant sa jolie nuque, elle se retourna à moitié, l’observant attentivement et amoureusement :
- maintenant peux tu me dire ce qu’il y avait dans ce cocktail ? Il la regarda estomaqué,
- Comment as-tu deviné ?
- Si j’avais été dans mon état normal je n’aurais pas osé faire autant de choses !
- Ah , oui ? Il réfléchit quelques instants, puis malicieux,
- Encore un verre ?
- Avec plaisir !fit-elle en gloussant, le regardant avec envie s'éclipser dans le plus simple appareil.

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Alors, le cocktail, forcément, on a envie d'y goûter aussi [devil]

Et j'adore la punition trouvée par le professeur Simon ! 1000 fois le mot machin-truc, l'idée est excellente, j'ai vraiment bien ri ! ;D

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
merci Limeye!

on relance suite à une petite conversation avec Limeye [angel] , je propose d'imposer un thème [devil]:

chacun voit l'autre se faire draguer et doit le débarrasser du gêneur, à vous de choisir les personnages...

avec les mots suivants: cocu / mini jupe /

bonne inspiration!
a vos plumes [hello]

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
un petit clin d'oeil à Brassens que mon homme et mon fils écoutent pour vous donner mes mots :

mercenaire / tonnerre / coup de foudre

Limeye Smile

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:08
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou les filles,

Elaine, welcome back! De retour en forme on dirait !!... [devil]

J'ai beaucoup aime vos histoires de seduction Elaine et Limeye! :P [goodjob]

Alors je resume pour le nouveau defi:

chacun voit l'autre se faire draguer et doit le débarrasser du gêneur, à vous de choisir les personnages...[euh alors pour etre bien clair, les DEUX se font draguer en meme temps et doivent se debarrasser chacun du dragueur de l'autre, OU l'UN des 2 se fait draguer (personnage au choix) et l'AUTRE doit le/la debarrasser du dragueur??...]

cocu / mini jupe / mercenaire / tonnerre / coup de foudre
auquel je rajoute: croc-en-jambe/evacuation

Flamme et Frego et August, a vous de completer!

O-tho

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je veux un vilain dans l'histoire, n'importe lequel. [devil]

Frégo.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

chiche, d'ailleurs j'en ai déjà un en stock Wink

Elaine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Euh certes , certes les filles, les vilains c'est bien gentil ;D, mais ca ne fait pas avancer le nombre de mots...Ca fait 7 pour le moment, qui dit mieux? Frego? Flamme?August?

cocu / mini jupe / mercenaire / tonnerre / coup de foudre/croc-en-jambe/evacuation

A votre imagination...

O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Allons y avec traquenard. ;D

Frégo

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou! Me revoilà! Je suis brûlée (en harmonie avec mon patronyme..., on s'est couchés vers 2 heures du matin) mais je prends le temps de:

1) Féliciter Elaine pour son histoire diablement coquine [devil]. quel retour! [goodjob]

2) Poser la même question qu'O-tho: un seul des deux qui se fait draguer, c'est suffisant? Par pitié... [wallbash]

3) Proposer deux mots: respiration et sang

4) Récapituler le tout:
cocu/ mini-jupe/ mercenaire/ tonnerre/ coup de foudre/ croc-en-jambe/ évacuation/ traquenard/ sang/ respiration (sans fermer la porte à August, toutefois...)

inclure un vilain

thème imposé: chacun (ou un seul?) voit l'autre se faire draguer et doit le débarrasser du gêneur

Faut que j'aille me coucher maintenant, c'est fatiguant de brûler la chandelle par les deux bouts... Wink

Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

bonne récupération Flamme,

ai-je respecté le deal?

A vous de me dire!

***


Joan soupira, cela faisait tout l’hiver que Curtis était parti, heureusement ce soir Catherine la sortait, cela lui éviterait de broyer du noir. Le temps dehors était magnifique, le soleil la réchauffait et lui donna même envie de se pomponner pour une rencontre. Qui sait ? Elle se surprit elle-même à sourire à l’idée de rendre Curtis cocu. Après tout il ne s’était jamais départi de sa réserve, ne lui avait jamais rien promis. Ses sentiments étaient basés sur des promesses romantiques et platoniques. Elle soupira à nouveau et devant son armoire, changea l’ensemble pantalon contre une mini-jupe. Et toc. Catherine vint la chercher, ponctuelle et sacrément sexy.
Elles arrivèrent dans la boîte de nuit, bondée, se commandèrent une boisson et allèrent s’asseoir dans les confortables fauteuils. Deux individus ne tardèrent pas à les aborder, élégants, la conversation s’engagea et ils leur proposèrent de danser sur un slow archi classique. Catherine accepta de suite, Joan resta seule, décourageant son compagnon. Il se consola très rapidement en suivant une autre jolie blonde.
- Je peux vous offrir un verre ? fit une voix mystérieuse mais pas inconnue, Joan leva les yeux, l’homme était séduisant, le regard intelligent et le sourire charmeur. Il tenait dans la main deux verres. Astucieux mais risqué, d’habitude elle choisissait ce qu’elle buvait.
- Pourquoi pas, et elle lui fit signe de s’asseoir, détendue et intriguée
- Ne me regardez pas avec cet air suspect, je ne suis pas un mercenaire payé pour vous séduire, vous êtes bien trop belle. Pourriez être policier avec un regard pareil…
Elle rit de bon cœur,
- je serais un criminel avec plaisir, rien que pour vous voir me mettre les menottes !
- vous ne manquez pas d’air, croyez vous être irrésistible ?
- oui, je sais ce que je veux. Peut-être n’avez-vous pas encore rencontré un homme de ma trempe, beaucoup d’homme ont peur des femmes, moi pas.
- Et vous croyez y arriver ?
- Bien sûr, je n’ai aucun scrupule.
Au loin quelqu’un les observait, furieux ;
- Tonnerre ! il fallait que ce soit elle !
- Chef, vous l’avez localisé ?
- Oui, à trois heures, il est avec Joan.
- Joan ?!
Curtis décida d’approcher du couple, lorsqu’une jolie brune un peu pompette l’aborda très directement
«he beau gosse, j’ai eu le coup de foudre, tu m’offre un verre ? « Exaspéré d’être retardé, il lui fit un croc –en-jambe et la jeune femme s’écroula dans les bras d’un autre jeune homme, surprise mais vite consolée.
Curtis continua de se glisser parmi la foule, ne perdant pas de vue sa cible. Joan semblait vraiment l’apprécier. Divers sentiments l’assaillaient, voire son pire ennemi draguer la seule femme importante à ses yeux était une torture. Il s’arrêta, reprenant sa concentration. Mala le rejoignit pour lui signifier que l’évacuation des alentours de la discothèque avait commencée. Les forces de l’ordre étaient toutes là, encerclant la boîte. Curtis était bien placé pour savoir qu’il en fallait plus pour attrapper Kahlon. Etait-elle là par hasard ? Ou était-ce un traquenard de Kahlon ?
Son sang ne fit qu’un tour quand Kahlon prit Joan dans ses bras et l’embrassa dans la nuque en remontant doucement. Il se précipita mais à peine était là que Kahlon disparu comme par enchantement en ricanant.
-merci pour ce joli moment Joan, capitaine vous avez très bon goût !
Joan était sidérée, sa respiration s’était arrêtée quand Curtis avait bondi devant elle. Elle venait de comprendre.

Elaine

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je vais la faire à la smiley Wink

[goodjob] [respekt] [master]

on aurait dû rajouter un [baby] , juste pour pouvoir placer le smiley ;D

Limeye Smile qui avance sur le cadavre exquis, nouvelle livraison dans quelques minutes Wink

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Entre deux corvées... voici ma livraison, au passage, hommages à Felixx, Free Nurara, Elaine et Claudrick... (entre autres).


Curtis voyait la belle jeune femme s’avancer vers lui. C’était vraiment trop tentant de faire Kahlon cocu, mais il devait se méfier. Sous sa mini-jupe, il se pouvait bien qu’elle cache autre chose qu’une jolie fleur.
- Si vous voulez connaître le point faible de votre ennemi acharné, Capitaine, il va vous falloir jouer les mercenaires avec moi ! J’adore jouer…
- Difficile de résister à vos jeux, Nurara !
Et il succomba à la tentation.
Pendant ce temps, Joan arpentait toujours les sous-sols du siège du gouvernement intersidéral à la recherche des bombes que Kahlon avait déposées. Elle commençait à se demander si les indications qu’on leur avait communiquées étaient bonnes. Elle s’engagea dans un étroit couloir et se retrouva nez à nez avec un visage qui ne lui était pas tout à fait inconnu. Et surtout ses yeux… Qu’est-ce que Peter faisait là ? Avant même de pouvoir dire le moindre mot, un bruit effroyable, comme un coup de tonnerre se fit entendre sur sa droite. Une des bombes de Kahlon venait d’exploser.
- Par ici la sortie ! Vite ! Suis-moi !, lança-t-elle au jeune homme pour lequel elle avait eu un sacré coup de foudre quelques mois auparavant.
Ils parvinrent à remonter d’un niveau, puis à gagner les ascenseurs. A peine dedans, Peter lui sauta dessus, l’embrassant avec fougue. Elle eut bien du mal à lui résister et se sentit fondre. Pourtant, elle s’était promis, après leur sauvetage compliqué, de ne plus tromper Curtis, mais il était vraiment bien difficile de ne pas succomber aux magnifiques yeux verts brûlants de désir du beau pilote.

Un léger grésillement se fit entendre, suivi d’un petit bip. Joan grogna.
- Il est trois heures du matin, ma belle, je sais que tu as beaucoup de mal à dormir désormais, puisqu’il est un ouistiti qui fait la java dans ton ventre une bonne partie de la nuit, mais néanmoins, tu étais en train de t’endormir sur le canapé. Viens donc te glisser dans le lit conjugal…
- Tu as coupé mon feuilleton préféré au meilleur moment…
- Celui où ta doublure se fait sauter par le pilote ? Je sais, tu adores ce passage. Pas moi, désolé, dit Curtis en riant.
- Il a des yeux magnifiques, cet acteur. Néanmoins, je préfère celui qui joue ton rôle.
- Un peu minet, non, Zac Efron ?
- Pas du tout… au fait, je ne comprends pas pourquoi tu n’as pas fait de croc-en-jambe à Nurara dans la scène précédente.
- Si ça avait été moi, c’est en effet ce qui lui serait arrivé, dit-il en s’installant finalement à ses côtés. Mais quand même, les scénaristes de cette série ont beaucoup trop d’imagination. Nous n’avons jamais vécu pareilles aventures. Je me demande bien ce qu’ils ou elles nous réservent pour la suite.
- Tu peux dire elles, ce sont majoritairement des femmes ! Elles sont tombées sous ton charme, mon chéri…
- En tout cas, elles me donnent un coup de sang à chaque fois que je te vois, enfin, pardon, que je vois l’actrice qui joue ton rôle avec ce type. Tu ne m’avais pas dit que tu avais une sœur jumelle ! Elle te ressemble beaucoup.
- A l’heure qu’il est, aucun risque, dit-elle en reprenant sa respiration après avoir beaucoup ri. A ton avis, qu’est-ce qu’elles vont inventer pour les prochains épisodes ?
- Une histoire avec des reptiles qui mènent une guerre incessante contre des hommes ?
- Moi, je crois qu’on va plutôt se retrouver avec une équipe de football sur Tycho.
- Une équipe de football ?
- Oui, 5 garçons et six filles, et que je serai enceinte des remplaçants. Des triplés, trois d’un coup, mon chéri.
Il la regarda avec horreur.
- Déjà un, ça me suffit… quand je vois ce que ça te donne comme idées… et comme tu te mets à vivre à l’envers…
- Hum, à propos d’envers…
- Oui ?
- Et si on inversait nos rôles ?

Limeye

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
MDr j'ai failli me laisser prendre,

merci pour l'allusion! [chinese] ;D

je suis impatiente de voir ce que les américaines nous concoctent...

bizz

a +

Elaine

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou les filles,

Limeye et Elaine! Excellent l'idee du feuilleton et de Kahlon le dragueur! :P [goodjob]

Quant a moi, hmm... je n'ai pas pu resister ... ;D ..Un petit hommage a Limeye et Frego Wink

Anastasia Lou Jenkins etait une femme determinee. Quand elle voulait quelque chose, elle l’obtenait, quelqu’en soit le prix. Et ce soir, ce qu’elle voulait c’etait avoir le Capitaine Flam dans son lit. A l’idee de rendre Joan cocu, un sourire de pure satisfaction eclaira son visage…

Comment l’attirer loin des autres, seul, sans eveiller les soupcons? Le faire tomber dans un traquenard avec l’aide de quelques mercenaires a qui elle accorderait-a nouveau- ses faveurs? Non, elle les avait deja trop distribuees ces temps-ci, et elle avait besoin des autres pour assurer son evacuation de cette satanee planete. Cette fois-ci, elle se debouillerait toute seule.

C’est alors qu’elle entendit Maeva s’approcher du Capitaine, avec la liste de ceux qui devaient se nettoyer ce soir, et la solution lui apparut, toute simple. Ce serait meme mieux que si elle avait du utiliser une mini-jupe et des petits dessous affriolants!

La terre trembla legererment, le tonnerre gronda, les odeurs de soufre lui chatouillerent les narines. Une nausee l’envahit.
“Bon sang, il est vraiment temps de partir d’ci, tout se detraque!” maudit Anastasia.

La pluie fraiche fit frissonner son corps nu. Sa respiration s’accelera quand elle vit le capitaine dans son plus simple appareil penetrer dans la riviere. Elle passa sa langue sur ses levres.

“Des specimens males, j’en ai vu, mais celui-la….Sait-elle au moins quelle chance elle a Joan?” se dit Anastasia, une lueur vorace dans son regard.

Lorsqu’elle vit le Capitaine se retourner, elle s’approcha du bord soutenant son regard, comme un fauve qui avait repere sa proie. Submergee par son desir, elle ne remarqua pas Joan, qui l’avait suivie discretement depuis le debut.

Un croc-en –jambe fit basculer Anastasia, qui glissa sur la boue et s’assomma contre une pierre.

Anastasia se reveilla sous le regard scrutateur de Maeva.

“Il vaudrait mieux ralentir un peu vos activites, ce n’est pas conseille dans votre etat..” lui dit Maeva en designant son ventre legerement rebondi.

La nouvelle lui fit l’effet d’un coup de foudre…Qui etait le pere?... Ce qui etait certain, ca n’etait pas le Capitaine…


O-tho

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonsoir O-Tho !

merci pour l'hommage, c'est excellent ! Toi, tu aurais dû participer au cadavre exquis Wink

j'ai beaucoup ri ;D

bizz

Limeye

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Hi O-tho, [bthumbup]

d'accord avec Limeye, vous nous auriez organisé un match de catch ( j'sais pas pourquoi je pense à çà , cliché américain ou image de la boue, Joan qui fait la peau à Anastasia dans la boue devant Curtis...)

Faites pas toujours attention à mes délires, ok? :Smile

bizz [happywave]

Elaine

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou!

Eh ben, vos histoires.... [master] [bigeek] [respekt]


Elaine, tu as réussi un coup de maître, j'ai trouvé Kahlon quasi humain... et l'histoire très drôle, ce qui n'est pas facile pour moi avec ce personnage! [goodjob]

Limeye, tu es incroyablement difficile à suivre! Quel délire! Et quelle habileté à jongler avec tant d'éléments à la fois! [gonenuts]

O-tho, tu es fidèle à toi-même, tu fais preuve d'un humour insurpassable à chacune de tes histoires! Mes filles m'ont demandé ce que je lisais en m'entendant rire, mais je ne pouvais pas vraiment entrer dans les détails! ;D


Voici la mienne, d'un tout autre registre...

Curtis jeta un coup d'oeil circulaire sur le vestibule du palais de justice. La foule des curieux habituels avait été tenue à l'écart, et seuls les journalistes, les policiers et les témoins avaient eu accès à l'intérieur. Il fallait s'y attendre, le procès du Professeur Zaro avait attiré l'attention générale.

Inconsciemment, Curtis se mit à chercher, parmi toute cette foule, la silhouette menue, auréolée de cheveux blonds, de la jeune fille qui faisait battre son coeur. Elle serait sûrement là, parmi les gens appelés à témoigner. Il mit un certain temps à la repérer, et il ressentit ce coup au coeur qu'il éprouvait toujours lorsqu'il l'apercevait. Elle se tenait un peu en retrait, observant également la foule, et lui donnant l'impression de chercher quelqu'un. Curtis allait se diriger vers elle lorsqu'un homme, manifestement un journaliste, aborda la jeune femme et entama la conversation.

Que disait-il à Joan? Curtis la vit rougir, devenir embarrassée, puis finalement sourire. Il se sentit presque comme s'il était cocu... "Il n'y a pas de raison, mon vieux, tu ne lui as jamais dit ce que tu ressentais pour elle, alors tu ne peux t'attendre à ce qu'elle te jure fidélité"...

Joan leva les yeux vers l'inconnu. Sans être un Adonis, il était charmant, et il murmurait de si belles choses... Elle aurait tant aimé entendre de telles paroles de la bouche de son Capitaine adoré! Mais après tout, elle était toujours libre, jamais il ne s'était déclaré... Il demeurait toujours si distant...

Curtis soupira. Elle était si jolie, même vêtue de ce tailleur-pantalon un peu austère. Il était à même de constater qu'elle n'avait vraiment pas besoin de porter une mini-jupe pour attirer les regards masculins. Il sentit les affres de la jalousie l'assaillir. "Il a une tête de mercenaire, ce type! Il va dégager, oui?" N'y tenant plus, il se dirigea vers le couple. "Tonnerre! Ça ne peut plus durer! Pourquoi n'ai-je pas trouvé le courage de lui avouer mon coup de foudre pour elle?"

Il fut interrompu dans son élan par l'arrivée du professeur Zaro, solidement escorté par les agents de sécutiré. Il dut prendre son mal en patience et laisser passer le cortège, ne remarquant même pas le regard meurtrier que l'ex-mégalomane lui lança. Dès que celui-ci fut entré dans la salle du tribunal et que la porte fut refermée, la circulation put reprendre et il continua sa lancée.

L'importun s'était à peine retourné pour regarder l'accusé, et il continuait à dévorer Joan des yeux. Curtis avait même l'impression qu'il s'était rapproché de la jeune femme. Celle-ci finit par apercevoir le capitaine, et son expression fit se retourner le Don Juan. Lorsqu'il vit ce grand gaillard musclé qui lui décochait un regard noir en arrivant à grands pas dans sa direction, il voulut prendre la poudre d'escampette mais Curtis lui expédia un croc-en-jambe qui le fit s'étaler de tout son long.

La réaction de la foule déclencha l'alerte et les autorités ordonnèrent l'évacuation des lieux. Curtis en profita pour saisir Joan par la main et l'emmener à l'écart de la foule. Lorsqu'ils se firent face, il ne put détacher son regard du sien et se dit qu'il était tombé dans le plus doux des traquenards...

Elle ne put s'empêcher de lui dire malicieusement: "Vous avez pris les grands moyens, capitaine, pour vous retrouver seul avec moi! Qu'avez-vous de si important à me dire?"

La mine de Curtis s'allongea, puis il finit par éclater de rire. Il était encore surpris de sa réaction, quand son sang n'avait fait qu'un tour en la voyant courtisée par un autre que lui. Elle se rapprocha de lui, il retint sa respiration. "Allez, décide-toi, mon vieux! Tu n'auras pas une occasion comme celle-là avant longtemps!" Il la prit dans ses bras et l'embrassa tendrement: tous deux avaient attendu ce moment depuis si longtemps...

Flamme [eyeheart]

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------




Recoucou Flamme !

Bien vu le coup de Zaro ! Ca nous change de Kahlon auquel on pense spontanément (peut-être aussi parce qu'on est à fond dedans avec l'histoire de Free Nurara).

On imagine très bien toute la scène ! La foule, le flot de journalistes, etc... puis l'autre qui se retrouve par terre ! J'imaginais déjà le dialogue entre Joan et le journaliste :

- Miss, vous avez participé à l'arrestation du docteur Zaro, pouvez-vous me donner certains détails ?
- Vous les aurez au cours du procès. Je ne suis pas autorisée à vous révéler quoique ce soit avant l'ouverture de l'audience.

Et elle de continuer à chercher quelqu'un dans la foule, pour tenter de virer l'opportun.

- Miss, le docteur Zaro a été arrêté par le Capitaine Flam, vous travaillez souvent avec lui ? Quelles sont vos relations ?

Le regard qu'elle lui lança en pensant "platoniques".

Etc...

Limeye Smile peut pas m'empêcher [rolllaugh]

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:15
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou Limeye!

Ta conversation (surtout la platonicité) m'a bien fait rire! Je ne m'étais pas attardée à imaginer la conversation, j'étais trop concentrée sur celle que Curtis avait avec lui-même, car c'est lui qui me permettait de placer la plupart des mots imposés... Wink ;D

Merci pour tes commentaires!

Bizz
Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Recoucou Flamme,

tu vois, mon imagination me laisse vite m'emporter... Very Happy

Bon, on en relance un ?

Histoire que je puisse encore délirer un peu avant de partir Wink

jalousie / appareil photo / fourmi

à vous !

Limeye Smile

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

coucou Flamme,


j'avais loupé ton histoire c'est en voyant ta réponse que je l'ai vue, :o le coup du procès Zaro est une super idée, je la retiens, et citerai mes sources, promis [ghost]. Le coup de l'apparté, j'adore [eyeheart] [jump]

Bon mon diagnostic est le suivant les Américaines [diploma]: vous allez arrêter de tourner autour du pot, nous pondre un bon suspens romantique (Flamme) [eyeheart] [eyeheart] [poke2],ou une histoire surprenante endiablée(Otho) [devil] [naughty] et si vous mélangez les deux, je crois même que nous aurions une sacrée complémentarité [idea] [eyeheart] [devil] [naughty] [rolllaugh]

partantes? C'est déjà la deuxième fois que je passe ma commande, là [wallbash], je m'impatiente de vous lire plus longuement, n'est-ce pas Limeye? Il lui faut de la lecture à son retour! ;D

Si vous voulez je vous passe un thème, vous nous écrivez les amours du fils de Curtis avec la fille de Kahlon, ça vous branche?

Allez zou!
bizz :-* ;D [hello] [jump] [jump]

Elaine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tu es incorrigible, Elaine ;D !

Néanmoins, j'approuve ton idée : il me faut de la lecture pour mon retour. Donc, au boulot, les filles ! Lancez-vous dans un cadavre exquis pour commencer, voyez, Frégo s'y est bien mise Smile et avec succès !

Par contre, Elaine, tant que tu y étais, tu aurais pu compléter la liste des mots... [jump]

bizz

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
oups, désolée les filles ,

j'ai encore loupé autre chose :o, de poster des mots... [wallbash], donc

jalousie / appareil photo / fourmi / cathédrale / hanche / birkenstock (pas de la pub, ce sont les sandales allemandes hyperconfortables mais moches )

Un thème?

a plus !

bizz

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Alors je rajoute: civilisation/doyen/impuissant

Donc si je resume , on a:
jalousie / appareil photo / fourmi / cathédrale / hanche / birkenstock (sandales allemandes hyperconfortables mais moches)/civilisation/doyen/impuissant

Les mots restants et le Theme: je laisse a Frego ou Flamme! ;D

O-tho

PS: pour l'invitation pleine de smileys d'Elaine, voui voui, j'ai bien recu le message mais ..comment dirai-je...de-ve-lop-per une histoire, c'est pas mon fort...mais je vais y reflechir tres fort....euh..je peux utiliser mon joker?... [peepwall]

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Allô les filles,

je complète la série de mots à 10 avec valise. Donc, pour récapituler:

jalousie/ appareil photo/ fourmi/ cathédrale/ hanche/ birkenstock (sandales allemandes hyperconfortables mais moches/ civilisation/ doyen/ impuissant/ valise

Je ne sais pas si Frego voulait en ajouter d'autres ou proposer un thème? Sinon, je propose qu'il y ait une dispute...de préférence avec une réconciliation! Mais si Frego a quelque chose à proposer, on peut changer!

Limeye: tu pars pendant combien de temps? Parce qu'un cadavre exquis en une semaine, là, c'est un méchant contrat.... [wallbash] [unconscious] [gonenuts]

Elaine: même sans emprunter la boule de cristal d'O-Tho Wink ;D, tu me fais l'effet d'être:

a) TRÈS énergique et colorée :-\
b) une personne qui vit à fond de train, intensément [jump]
c) quelqu'un à qui il est difficile de dire non [poke]
d) toutes ces réponses! [devil]

Blague à part, j'avais commencé à chercher un peu pour concocter une histoire plus longue, mais le temps est un obstacle important pour moi. Chose certaine, un cadavre exquis serait peut-être plus facile pour commencer. J'ai pensé adapter à nos héros soit une histoire que j'avais vue dans un film historique il y a plusieurs années, soit celle d'un drame fantastique datant également de quelques années (tous les deux des films romantiques, j'ai déjà mentionné que je suis incurable...) mais je ne sais trop comment m'y prendre, surtout si c'est un cadavre exquis: devrais-je dire de quels films il s'agit? Ça pourrait nuire au suspense... Mais avec Les visages de mon ennemie, on se doute bien de la fin, pourtant le suspense est toujours là...

O-tho, c'est certain que ton côté humoristique endiablé contrasterait avec mon romantisme plus sérieux! Mais la question s'adresse à tous...Il faudrait que je revoie les films en question, pour me rafraîchir la mémoire, et je ne sais pas si vous les avez déjà vus ou si même vous les connaissez... Donnez-moi votre avis...Je pourrai alors vous dire de quels films il s'agit?

Bizz
Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou! On dirait qu'il n'y a plus âme qui vive sur ce forum? [nice]

Quoi qu'il en soit, voici ma petite histoire (certaines donnent plus de fil à retordre que d'autres...) [wallbash]

Joan savait qu’elle avait peu de temps pour se préparer. Elle avait tout juste le temps de faire sa valise et de contacter Curtis pour l’avertir de son absence ,qui pourrait être assez longue. Elle éprouvait un petit sentiment de jalousie envers ses amies, qui elles, pouvaient voir leur amoureux à volonté! C’est vrai qu’elles ne faisaient pas un métier aussi passionnant que le sien…

Elle composa rapidement le code de Curtis sur Tycho. Après de longues secondes, la communication s’établit enfin. Le visage soucieux de Curtis apparut sur l’écran du vidéotransmetteur.

-Curtis, on m’a confié une nouvelle mission et je voulais te dire au revoir avant de partir…

-C’est à propos de la disparition du médaillon représentant la fourmi sacrée de l’ancienne civilisation de Deneb? Le doyen de la faculté d’anthropologie de l’université de New York en avait parlé à Simon, il y a peu de temps…Il craignait justement qu’elle ne soit dérobée…

-J’aurais dû me douter que tu étais au courant!

-Joan, je ne comprends pas pourquoi Cashew t’a confié cette mission! C’est beaucoup trop dangereux!

Immédiatement, Curtis regretta ses paroles : le joli visage de Joan se ferma, son regard se durcit et elle releva fièrement son petit menton. Les deux mains surs ses hanches, elle avait pris cet air buté qu’il ne connaissait que trop bien… Impuissant devant sa réaction, il ne put s’empêcher de murmurer pour lui-même : On peut presque voir la fumée lui sortir par les oreilles!

-Curtis Newton, tu as le don de me porter sur les nerfs quand tu doutes de mes capacités! Tu verras bien, quand je reviendrai!

-Mais, Joan…

-Je dois aller faire mes bagages, je n’ai plus beaucoup de temps! Au revoir!

Et elle coupa la communication. Elle demeura songeuse un instant, le temps de se calmer un peu. Le son des cloches de la cathédrale, au loin, la ramena à la réalité, lui rappelant que le temps s’écoulait à toute vitesse.

Elle boucla donc sa valise après y avoir ajouté son appareil photo, jeta un dernier coup d’œil à l’appartement et ferma la porte.

Dans le cybertaxi qui la conduisait au spatioport, elle se remémora sa conversation avec Curtis. Elle regretta de s’être emportée et de lui avoir si cavalièrement raccroché au nez. Son impulsivité avait pris le dessus, et c’était justement ce qui lui occasionnait le plus souvent des ennuis. Elle avait tant de difficulté avec son self-control dès qu’il s’agissait de Curtis…

Elle se dirigeait vers le vaisseau de la police interplanétaire qui lui avait été assigné lorsqu’elle entendit derrière elle quelqu’un courir. Elle se retourna pour se retrouver nez à nez avec Curtis.

-Pardonne-moi, Joan, je ne voulais pas que tu partes avec l’impression que je doute de tes capacités. Ce n’est pas cela, c’est plutôt que… Il s’interrompit, rougit quelque peu et continua en bafouillant… Je me fais du souci pour toi, c’est tout!

Émue, elle sentit d’un coup tomber ce qui lui restait d’animosité. Devant son changement d’expression, il s’empressa de changer de sujet :

- Tiens, je t’ai apporté un petit quelque chose… C’est de la part de toute l’équipe!

Joan eut du mal à détacher ses yeux de ceux de Curtis. Le premier cadeau de sa part, même si cette part était partielle. Elle prit le paquet qu’il lui tendait, l’ouvrit et découvrit une paire de birkenstock. Etonnée, elle leva les yeux vers le capitaine et celui-ci, voyant son expression, crut bon d’expliquer :

-Oui, je sais, elles ont l’air moches comme ça, mais tu sais, elles sont hyperconfortables! Otho ne peut plus s’en passer…et Grag s’en donne à cœur joie…

Joan ne put retenir son rire plus longtemps, à cette pensée. Oui, elle partirait en mission de bien meilleure humeur que ce qu’elle pensait un peu plus tôt!

Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou Flamme,

C'est excellent! Chapeau! [goodjob]

Et le coup des birkenstock en cadeau de depart! Morte de rire! En plus d'etre d'un romantique fou, je vois d'ici le slogan "birkenstock ne partez pas sans elles!"... :P

Bon, tout ca ne me donne pas mon histoire, je reflechis....encore....hmmm....

O-tho

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Merci O-Tho pour tes commentaires! J'ai eu un mal fou à les caser, ces sandales-là! Je ne voyais pas Joan mettre ça dans sa valise! :o Je suis allée voir sur Google de quoi ça avait l'air, et c'est quand même moins pire que je pensais... et c'est vrai qu'elles ont l'air confortables... ;D

J'attends ton histoire avec impatience, je sais que je vais bien me marrer, je m'en réjouis d'avance...
[rolllaugh]

Bizz
Flamme

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Fffew, ca y est, il m'a donne du mal celui-la....

Joan resta petrifiee sur place, bouche-bee, jusqu’a ce qu’un intense sentiment de jalousie ne la brule...

Sa derniere mission avait ete particulierement difficile. Elle etait epuisee , et pour couronner le tout, cela faisait plus de 4 mois qu’elle ne l’avait pas vu, lui, le seul homme qui faisait battre son coeur. Elle avait alors profite de ses quelques jours de conge pour se changer les idees et se rendre au musee Archeologique Interplanetaire ou se tenait une exposition sur l’ancienne civilisation de Kibur. Le musee en lui-meme etait une veritable oeuvre d’art avec ses plafonds cathedrales en voute et ses vitraux colores. Son appareil photo a la main, Joan s’en donnait a coeur joie. Une voix annonca que le seminaire du Professeur Smurf, celebre doyen des recherches kiburiennes, allait commencer et que les invites etaient pries de se rendre dans la salle principale. Joan etait occupee a cadrer une amulette particulierement suggestive destinee a traiter les hommes impuissants quand soudain une tete rousse familiere apparut dans l’oeil de son objectif. Surprise elle releva la tete. Elle dut reconnaitre que le Capitaine, dans son smoking noir, etait particulierment delectable. Ce qui l’etait moins par contre, c’etait la superbe jeune femme qui etait accrochee a son bras. Vetue d’une robe rouge tres courte au décolleté plongeant qui lui collait comme une seconde peau, ses longs cheveux blonds cascadant sur ses epaules denudees, elle ondulait ses hanches au rythme de ses talons aiguilles.

...Joan baissa la tete, furieuse et desesperee.

“C’est pas avec mon bermuda , mes Birkenstocks et mes valises sous les yeux que je vais pouvoir rivaliser avec cette sirene!”

Joan vit alors la creature se pencher pour murmurer a l’oreille de Curtis et la reponse de celui-ci fut immediate: il la regarda droit dans les yeux, la prunelle brillante, un sourire tendre et complice éclairant son visage. Oh comme Joan aurait donne cher pour etre une petite fourmi et ecouter leur conversation!

Cependant sa curiosite fut la plus forte et Joan attendit la fin du seminaire pour filer le couple discretement. L’inquietude la rongea quand elle vit qu’ils se dirigeaient vers le spatioport de la Police Interplanetaire.

“C’est pas vrai, il ne va pas l’emmener a bord du Cyberlabe! Et pourquoi pas une petite partie de galipettes sur Tycho pendant qu’on y est, hein!”

C’en fut trop pour Joan qui d’un pas rageur fondit sur le Capitaine qui semblait attendre, seul, devant la porte qui menait surt le tarmac.

“Bonsoir Capitaine! Je me suis toujours demandee ce que vous faisiez en dehors des missions, maintenant je sais! Manifestement, vous ne vous ennuyez pas!” s’ecria Joan.

“ Joan! Mais non , pas du tout! Je vous assure que vous vous meprenez!” retorqua Curtis a la fois heureux de la revoir et surpris par cette attaque verbale.

C’est alors que Mala apparut, perruque blonde et robe rouge a la main.

“ Chef la prochaine fois on oublie les talons aiguilles, j’ai encore file mes collants!”...

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Je le savais que je rirais! Absolument tordant! Quelle fin! J'adore ton style, O-Tho! [master] [rolllaugh] [rollsmile]
Juste à imaginer Joan à côté de Mala... ;D

Bonne nuit!
Flamme

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Flamme,

Flute , je me suis rendue compte que j'avais oublie de placer "impuissant"...Je viens de corriger...comme je peux! ;D

Bien contente de te faire rire Flamme, c'est par defaut car faut dire que j'ai du mal a faire serieux....

Bien curieuse de lire les autres aussi!

O-tho

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je riais trop pour m'apercevoir qu'il manquait un mot! ;D
Mais tu t'es bien rattrapée, la phrase est aussi suggestive que l'amulette... [rolllaugh]

Bizz
Flamme

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
merci pour vos histoires!

décidemment en ce moment j'ai des problèmes de suivi :o, j'avais pas vu les mots!

alors je me rattrappe, difficile après Otho et Flamme, alors j'ai biaisé (pas de jeux de mots s'il vous plait) ;D

bonne lecture!

***
Toute l’équipe des futurmens avait décidé d’aller en Europe, le 250 ème symposium d’histoire mondiale avait invité le professeur Newton pour l’entendre présenter les ruines anciennes de Denef. IL devait tenir sa conférence vendredi et jusque là avait décidé d’écouter ses collègues historiens, le pays qui invitait était la France : lundi ils étaient à Lascaux, visitèrent les sites préhistoriques. Mardi l’Antiquité à Glanum et dans le Sud, le temps fut un vrai délice, doux et ensoleillé. Ce mercredi c’était à Strasbourg à l’invitation des médiévistes et avant la conférence, à travers la jalousie du musée de l’œuvre Notre Dame Curtis observait avec son appareil photo la foule des touristes dehors. Il jouait avec son nouveau zoom et transformait ces fourmis agglutinées en gros plan intéressants. Les statues gothiques souriantes lui avaient données de drôles d’idées. Il soupira en observant une jolie robe bleue qui se soulevait à cause du vent de la cathédrale, cette robe serait très bien allée à Joan, ses hanches très fines lui donnaient une silhouette superbe mais lorsqu’il vit les chaussures de la jeune inconnue, des birkenstock ,il ne put réprimer un ricanement devant un tel mauvais goût : face à une merveille de l’architecture, au raffinement des Vierges folles et sages, il eut la conscience du choc des civilisations. C’est ce moment que choisit le doyen des conférenciers pour arriver et leur ouvrir la salle de réunion, Curtis était le seul jeune homme au sein de tous ces sexagénaires et eut tout à coup un sentiment d’impuissance face à ces piliers de science et de savoir. Il prétexta un appel et ressortit aussitôt, fila à l'hôtel et boucla sa valise, le professeur ne semblait pas étonné de sa décision lorsqu'il programma un aller vers New York.
Le soir même ses doigts parcouraient une hanche sculpturale sous une jolie robe bleue pour l’enlever, un bruit sourd lui fit redresser la tête, il sourit : des talons aiguilles c’est quand même autre chose…

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:20
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou Elaine! Bien contente de constater que tu as écrit, ça commence bien ma journée! J'ai maintenant le réflexe d'ouvrir l'ordi en me levant, et le forum remplace avantageusement le journal...

Délirante, ton histoire! Ça m'amuse de voir la variété des styles! Et tu as respecté l'ordre, ce à quoi j'ai renoncé devant le manque d'inspiration... [respekt]

Mais c'est vrai que tu as biaisé... (tordant, le jeu de mots, j'ai dû faire bien attention en écrivant..). ;D [rolllaugh]

Je suis en forme ce matin , contrairement à la fin de soirée quand j'avais lu l'histoire d'O-Tho! Tu as oublié un mot, le seul que j'avais imposé (plus facile à remarquer pour moi): la valise, Elaine? Comme on dit chez nous: "Est-ce que j'ai une poignée dans le dos? Ne me prends pas pour une valise!" :P

Sans rancune? D'ailleurs, pour me faire pardonner, sitôt mon déjeuner pris, i.e. dans environ 20 min, tu pourras constater que j'ai relevé ton défi... C'est vrai que Limeye mérite de la lecture à son retour, et j'espère que vous commenterez allègrement...

Flamme
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
bonjour Flamme,

fleuries vos expressions, mais j'avais vraiment pas vu le mot, j'ai encore fait le couper/coller au mauvais message en voulant faire vite... :-[ une spécialité locale ;D J'ai rajouté sans grande originalité, mais bon, c'est fait!Sans rancune, bien sûr, on fait ça pour rigoler!

http://www.youtube.com/watch?v=zCGQxUnaT4o


J'attends avec impatience ton inspiration suivante [goodpost] mais je propose déjà deux mots pour la liste suivante, ce serait peut-être bien pour les taupes comme moi qu'on les mette en ligne et en gras, non? :

dragon / légende

a plus, bizz

Elaine
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou a toutes!

Eheheh Elaine, toujours fidele ...
"Curtis était le seul jeune homme au sein de tous ces sexagénaires et eut tout à coup un sentiment d’impuissance "... c'est pour ca qu'il file a NY ...juste pour verifier !! [devil] Et elle porte encore ses talons aiguilles!! :P

Pour les prochains defis, pas de probleme pour mettre les mots en gras (j'en avais aussi oublie un....). Voulez-vous qu'on les mette aussi en gras dans le texte?

Alors voici ma proposition: dispositif/fidelite/myope

En resume:
dragon / légende/dispositif/fidelite/myope


A vous Frego, Flamme, Limeye (si jamais....) et August??

O-tho
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou!

J'ajoute médium.

Frégo
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
llô!

j'ajoute baguette et confiance

Pour récapituler (n'est-ce pas, Elaine? ;D)

dragon/légende/dispositif/fidélité/myope/médium/baguette/confiance

Flamme
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou a toutes,

Ca ne fait que 8 mots tout ca...Elaine, Frego, Flamme ou August, vous en rajoutez pour aller a 10? On remet un theme aussi? ;D

O-tho
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
J'ajouterais jamboree .

Alors ça ferait:

dragon/légende/dispositif/fidélité/myope/médium/baguette/confiance/jamboree


Frégo
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ca va prendre un dernier mot pour pouvoir commencer! Donc, j'ajoute erreur. Mais pour le thème, je sèche complètement! [wallbash] Est-ce qu'on peut se lancer quand même? Cette série représente un certain défi... [poke2]

Je récapitule:

dragon/légende/dispositif/fidélité/myope/médium/baguette/confiance/jamboree/erreur

Bye!
Flamme
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:20
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou les filles,

Feew, ca y est, j'ai pondu...M'a donne du mal celui-la... ;D

“T’es myope ou quoi?! Il est la Ken, devant, en 3ieme position! “ s’exclama Mala en donnant un leger coup de coude a Crag.

Toute l’equipe des Futuremen accompagnee de Joan etait venue assister a la Jamboree des Scouts Interplanetaires dont Ken faisait partie depuis deja plusieurs annees. Celui-ci, tout fier, devait recevoir la medaille du Castor courageux a l’occasion de cette grande reunion. Et pour une fois, Joan ne faisait pas partie du dispositif policier de securite, elle allait pouvoir pleinement savourer cet evenement .

“En tout cas, y’en a un qui ne l’est pas….” pouffa Crag en designant le Capitaine.

Celui-ci ne pouvait en effet detacher ses yeux de Joan, qui etait a croquer dans sa jolie robe d’ete. Devant son ravissant décolleté Curtis sentit ses resolutions faiblir et prit alors la decision de tenter sa chance ce soir. Il fit signe discretement a Mala de venir le rejoindre et l’envoya faire une petite course a la pharmacie. Mieux valait etre prevoyant!

Pour feter dignement la medaille de Ken, Joan avait reserve une table dans leur restaurant chinois favori. Aussitot le seuil franchi, ils furent accueillis chaleureusement par le proprietaire.

“Ah Mademoiselle Joan, bienvenue! Pour vous remercier de votre fidelite, je vous ai reserve ma meilleure table!”

Tout le personnel etait au petit soin et des mets succulents recouvrirent rapidement la table.

“ “Les langues de Dragon aux 7 parfums” pour Monsieur! “ annonca subrepticement le proprietaire en deposant le plat devant Curtis.

“Il doit y avoir une erreur, je n’ai pas commande ce plat!” lui repliqua Curtis tout etonne.

“C’est une specialite de la maison, particulierement recommandee pour les hotes masculins… La legende raconte que la degustation garantit des jours- et des nuits- de felicite… Faites-moi confiance, vous ne le regretterez pas…” susurra le restaurateur en clignant de l’oeil, tout en louchant sur Joan.

Un petit sourire flotta sur les levres du Capitaine- après tout, il n’avait rien a perdre, et c’etait en plus excellent, bien qu’un peu epice a son gout. Peu de temps après, il sentit une douce chaleur l’envahir et les baguettes qu’il tenaient a la main se mirent a trembler legerement. Quelques gouttes de sueur apparurent sur son front, son sang martelait ses tempes et tout cognait dans sa poitrine. Lorsqu’il leva les yeux sur Joan, il la trouva plus appetissante que jamais. C’etait comme un feu qui brulait dans ses veines, et elle seule pouvait l’eteindre.

C’est alors que Mala revint et murmura discretement a l’oreille de Curtis

“ Desole chef, va falloir te debrouiller autrement, ils n’avaient que la taille medium…”


O-tho...

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:22
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
[master] [goodjob] [bthumbup] [chinese] [globelaugh] [goodpost] [jump] [rolllaugh] [rollsmile] [blush] ;D Very Happy J'ai mis tous ceux que je trouvais appropriés...

Absolument tordant! Marrant! Hilarant! Désopilant! Je n'ai plus de mots... ;D

Ma plus jeune m'a dit, en m'entendant: c'est encore les histoires drôles à l'ordi, M'man? Wink

Ah, ça fait du bien, se dilater la rate!

Voici ce que j'ai pondu de mon côté, l'inspiration n'est pas venue tout de suite non plus, et la tendance "pesé et emballé" revient en force! ;D :o


Curtis se demanda s’il n’avait pas commis une erreur en laissant Joan l’accompagner au casino ce soir-là. Depuis qu’il avait vu ce qu’elle avait revêtu pour la soirée, il n’avait plus confiance en sa maîtrise de lui-même, car il lui aurait fallu être myope pour ne pas remarquer que sa robe moulante mettait en valeur chacune de ses courbes. Cette tenue lui allait à ravir et lui donnait l’allure d’une sirène de légende. Pas besoin d’être un medium pour prévoir comment la soirée allait finir s’il succombait à ses charmes : il se doutait qu’elle rêvait de le voir lui déclarer fidélité, mais la jeune femme savait que Curtis n’était pas homme à se laisser mener à la baguette.

Ils se rendirent au casino, et se mêlèrent à la foule. Curtis s’éloigna discrètement pour neutraliser à distance le dispositif qui contrôlait les mécanismes de la roulette. Lorsqu’il revint, il sentit remonter en lui ses instincts chevaleresques : un homme avait abordé Joan et la courtisait effrontément. Il se sentit comme St-Georges prêt à terrasser le dragon, oubliant complètement que la jeune femme était parfaitement capable de se défendre. Il se préparait à intervenir, lorsqu’il vit le prétendant perdre toute sa fougue et s’éloigner à grandes enjambées. Curtis la rejoignit rapidement, et elle lui jeta un coup d’œil malicieux.

-Que s’est-il passé? Que lui as-tu dit pour qu’il prenne ainsi ses jambes à son cou?

-Je l’ai tout simplement invité à m’accompagner avec mes jumeaux au 417è jamboree interplanétaire, qui a lieu en fin de semaine!

Ouf!
Flamme
[hello]
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou!

O-Tho, un autre commentaire sur ton histoire m'est venu à l'esprit: il a drôlement bien évolué, Curtis, s'il est maintenant assez cool pour être capable d'envoyer Mala à la pharmacie pour lui acheter des condoms , enfin, des préservatifs... Surtout que Mala va sûrement en faire des gorges chaudes avec Grag... ;D [rolllaugh]

Elaine et Frégo: on attend vos récits avec impatience!

Limeye (quand tu seras revenue): j'essaie de deviner comment tu imagineras des compléments à nos délires, comme tu as fait avec Joan et le journaliste lors du procès de Zaro... ;D

Bizz,
Flamme
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Hello everybody!

Voici mon histoire.

Pendant que le président Cartew, ce vieux DRAGON d'Anders et tous les agents mâles de la police interplanétaire étaient réunis pour leur JAMBOREE annuel de machos socialement MYOPES qui vont probablement remâcher combien admettre les femmes dans les forces de l'ordre avait été une ERREUR, Joan et ses collègues féminines, elles, en profitent pour faire le ménage dans ce qui sévit dans la criminalité interplanétaire.

Joan n'avait pas besoin d'être une MÉDIUM pour se figurer que ce genre d'évènement, avec un DISPOSITF de sécurité quasi absent, serait l'occasion rêvée pour un criminel de la Trempe du professeur Zaro de tenter un coup d'État. Quand vient le temps du ménage annuel, elle sait qu'elle peut faire CONFIANCE aux autres agentes comme Katherine, Diane, Suzy et Emma pour exécuter avec FIDÉLITÉ cette mission qu'elles se sont donnée annuellement.

Elle avait obtenu un important tuyau de la part de sa LÉGENDE d'informateur, le Capitaine Flam. Elle savait où se trouvaient les sbires de Zaro. Avec autant d'aisance qu'un chef d'orchestre avec sa BAGUETTE, elle coordonna le tout pour assommer les sbires et permettre aux filles de prendre leurs places pour le coup d'État. Elles firent une pierre 2 coups. Zaro est hors d'État de nuire, à la grande humiliation des participants du JAMBOREE à la con! ;D

Tourlou! J'espère que vous trouverez cela amusant et que le compte des mots y est.

Bizz, Cool

Frégo
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Frégo!

Oui, ton histoire est amusante! ;D [goodjob]

Juste à imaginer tous ces mâles imbus d'eux-mêmes, grands parleurs, p'tits faiseurs.... tandis que les femmes, elles, agisent! Des scènes comme celles-là auraient certainement changé l'allure du DA! [rolllaugh]

Elaine: j'espère que tu as pu rescaper ton ordi? On a toutes bien hâte de lire ta version!

Bizz à toutes,
Flamme
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles,

Bravo!
Je trouve assez drole que le meme set de mots puisse donner lieu a une histoire tendre et/ou coquine, ou alors sacrement feministe!

Super pour la diversite!

En esperant qu'Elaine nous donne sa version tout bientot (et August, si jamais elle passe par ici!)

O-tho
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:22
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
[laughnot] [master] [goodjob] [naughty] [jump] [devil] Bonjour les filles!

la looseuse technique est de retour, enfin tant que cela marche, mes filles ont joué sur mon portable et me l'ont "tourneboulé", [badhairday]s'en est suivi les mises à jour, le beau temps, le jardin, les copines des trois filles, les sorties,la famille, les visites d'expositions, le temps a filé et je vais essayer de rattrapper ;D

La chute de l'histoire d'Otho [naughty] [rolllaugh] ,et celle de Flamme à se tordre, attention Flamme tu vas agrandir l'équipe de foot [baby] ;D : il aurait pu suggérer de les fabriquer les jumeaux, oh, y comprends rien ce mec ;D


Frego ravie de voir une féministe et c'est vrai que je ne crois pas l'avoir fait cela, je reflechis [mindoubt] et je complète ce message, ok ?


on va voir ce que cela donne....je vais essayer de ne pas faire ma taupe :Smile , vous me direz si c'est pas trop capillotracté?


a plus, bizz,

***

dragon/légende/dispositif/fidélité/myope/médium/baguette/confiance/jamboree/erreur

Free Nurara ne se lassait pas de le caresser, de sa poitrine jusqu’au bras, son doigt suivant le fin dessin du tatouage : un superbe dragon issu des légendes chinoises. Etonnée, elle le regarda d’un air interrogatif.
- Cela ne cadre pas avec moi, hein ?
- Pas vraiment mais je le trouve très réussi, on le dirait vivant,
- Oui, il l’est d’ailleurs lorsqu’on actionne un certain dispositif,
- Pardon ?
- Je l’ai accepté en gage de fidélité à un peuple très lointain, qui pratique la spiritualité associé à un très haut niveau technologique. S’il m’arrive quelque chose, ce dragon les avertira, mon âme partira avec lui les rejoindre et je prendrais une autre forme,
- Une forme de réincarnation ?
- Oui, et non, mon corps sera définitivement perdu et je ne pourrai intégrer qu’un corps artificiel..
- Ton équipe est au courant ?
- Bien sûr, de même que le professeur Sparow, le seul spécialiste de la civilisation de Siam.
- Ce type répugnant totalement myope détient ta vie en ses mains?
- Exactement
- C’est de la folie,
- Il y a beaucoup de choses que tu ignores sur lui, sa myopie n’est pas réelle, il a troqué sa vue contre le don de médium, qui lui permet de communiquer avec ce peuple: il en tire une quantité incroyable de connaissances, bénéfiques pour notre monde.
- La baguette de survie vient de Siam ?
- Oui, tu connais donc plus de choses que je le pensais au départ!
Elle lui sourit, oui, elle en avait déjà trop dit mais elle savait comment gagner la confiance des hommes et quelques caresses suffirent à faire oublier les informations qu’elles avait obtenues. Kahlon serait fier d’elle, séduire le capitaine, détenir enfin le secret de sa survie et le donner à son pire ennemi. Elle gloussa intérieurement à la naïveté de Curtis, un amant extraordinaire mais trop crédule en la bonté des autres, leur moralité. Sans la photo de la Jamborrée de son amie, elle n’aurait jamais pu y arriver, elle jubila intérieurement, le corps de Carla gisait au fond d’une carrière désaffectée. Non seulement elle avait prit sa revanche sur cette peste mais en plus elle aurait sa vengeance sur le capitaine et sa blonde. Elle s’assoupit apaisée dans ses bras, ce fut sa seule erreur.
Le réveil fut brutal, trois agents de la police interplanétaire la tenaient en joue, Curtis plus loin discutait tranquillement avec le colonel Gurney : elle comprit à son regard, qu’il l’avait eue à son propre piège. Kahlon était mort, en s’enfuyant, Carla avait été retrouvée.
A ses côté Joan, toujours admirative de son beau capitaine : lorsqu’elle passa, menottée, Free Nurara la regarda droit dans les yeux,
- Vous nous avez eus, ok, mais moi je l’ai mis dans mon lit ton beau capitaine,
Joan éclata d’un rire cynique qui surprit Free Nurara,
- C’est ce que tu as cru, Nurara, en tout cas je suis sûre que Mala a apprécié tes caresses !

Elaine

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:24
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou Elaine!

Bien contente de te retrouver, quel retour en force! [master] [master] [master]

A force de constater les idées que vous inspirent les Allemands avec free Nurara, entre autres (l'histoire de Limeye avec son feuilleton télévisé mettant en vedette les doublures de Joan et Curtis a eu le même effet sur ma curiosité), je sens que je vais devoir trouver le temps de me taper un peu leurs histoires, avec un site de traduction!

Elaine, avec tes trois filles qui jouent avec le portable >Sad, les copines des trois filles, les sorties, la famille, etc, etc, tu me donnes tellement une impression de déjà vu, mon quotidien ressemble beaucoup à cela aussi... ;D Sauf que depuis l'an passé, chaque membre de la famille a le sien (études scolaires oblige), donc "pas touche" à mon portable, tout le monde est averti! [nono]

J'ai a-d-o-r-é ton histoire, je n'ai aucunement peur de la capillotraction (chez nous, on dit plutôt tiré par les cheveux, mais capillotracté ça fait beaucoup plus élégant! [goodjob]) Tu as bien tourné ton récit, j'ai toujours un sentiment de malaise quand l'un des deux trompe l'autre. Sad J'aime beaucoup mieux les fins heureuses, comme tu as si bien écrit! [loveu]

Ça valait vraiment la peine d'attendre! [jump] [jump] [jump]

Bizz
Flamme
[happywave]
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Élaine,

Ton histoire est absolument tordante (On se tord à force de rire). [rolllaugh] [master] [jump] [devil] ;D.

Welcome back!

Bizz,

Frégo

Alors pour un autre défi voici la suite de mots qui a été postée ailleurs:


Je vais ajouter couche et verni pour la suite du prochain défi. ;D

Ça fait donc Diplôme, Aphrodisiaque, Couche, Verni.

Bizz.

Frégo
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou les filles !

je suis à bord du bateau, j'ai encore une connection wifi, je passe juste vous saluer !

j'ai survolé vite fait le forum, je vois que j'ai une nouvelle histoire à lire, super [jump] et je crois que j'ai des défis à rattraper aussi !

chouette semaine de mon côté, j'ai retrouvé l'inspiration, j'ai avancé un peu dans Just in Your Dream, et surtout, j'ai enfin trouvé la suite de la Joan's Story, je suis contente Smile

je trinque à votre santé [beer] avec une bonne bière irlandaise Wink

Limeye qui vous lira plus tranquillement demain de chez elle

Limeye
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
;D coucou Limeye!

:-[ j'ai pas pu travailler mais cela m'a fait du bien ;D , vivement la reprise du boulot et de l'école que je puisse écrire... [wallbash] , donc pour que tu sois dans le bain, je complète la liste:

Diplôme, Aphrodisiaque, Couche, Verni, baiser, sueur . [naughty]

faut pas me provoquer les filles, j'en rajoute un autre couche [devil] ;D , on se lance un défi coquin (sans pornographie ni vulgarité, sinon c'est pas drôle) ou Limeye nous refait une réputation?

bizz,

Elaine
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Coucou Elaine,

En parlant de chute, chapeau pour la tienne! [goodjob] [devil] :P
Il sait tout faire ce Mala...pour son plus grand plaisir on dirait ;D

Ce p'tit break t'a bien inspiree et remise en forme on dirait!

On attend la version de Limeye avec impatience...

Pour le prochain defi "coquin" (bon ca je sais faire je pense... ;D), je rajoute:
huile, moufle
(au cas ou il y aurait des questions sur le choix des mots, j'ouvre un dico au hasard et pointe les yeux fermes...sinon je pourrais etre biaisee...sans jeu de mots ni lapsus... ;D)

En resume:

Diplôme, Aphrodisiaque, Couche, Verni, baiser, sueur, huile, moufle

On laisse le soin a Limeye de donner les derniers mots demain?

O-tho
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:24
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
coucou !

pour ne pas vous laisser "sécher", j'ajoute : pub (irlandais), plage de sable blanc (si si !)

et je vous livre mon défi de la scène de ménage avec réconciliation que j'ai écrit là-bas. Je me rattraperai sur les autres et vous lirai tranquillement aussi, je crois que vous avez bien ri ! ;D

bizz

Limeye Smile

Curtis regardait la lueur de l'aube se glisser à travers les jalousies des volets. Il retint un soupir. Déjà le jour... A ses côtés, Joan dormait encore. Ils avaient passé quelques jours dans la grande maison de famille des Randall, seuls. Il avait décidé de lui offrir ce petit séjour avant son propre départ pour une nouvelle et lointaine mission. Il ignorait quand ils rentreraient, quand il la retrouverait. Il voulait profiter encore des quelques heures qui leur restaient, mais à 11h, ses compagnons seraient là, avec le Comète, pour le récupérer.
Il se leva sans bruit, descendit préparer le café. Il avait dans l'idée de lui offrir un dernier petit déjeuner au lit. Sur la table de la cuisine, traînaient encore les restes de leur repas d'hier soir, Joan ayant décrété qu'ils avaient mieux à faire que faire la vaisselle et qu'elle s'en occuperait après son départ. Elle avait dit cela d'un ton sans réplique et il n'avait pas protesté. Il voulait lui accorder pleinement ces dernières heures d'amour.
Entre deux verres trônait l'appareil photo avec lequel elle avait pris quelques clichés au cours des derniers jours, en souvenir. Il lui devait bien cela. D'un geste de la main, il chassa une fourmi qui voulait grimper sur le pot de confiture. Et il gagna le hall immense de la maison, une vraie cathédrale, pour prendre l'escalier et rejoindre le deuxième étage où se trouvait la chambre de Joan.
Elle dormait encore, ou faisait semblant de dormir. Cela arrivait parfois, comme un jeu entre eux et il devait s'employer pour la réveiller. Il eut un petit sourire, se disant qu'elle lui réservait certainement une de ces petites surprises du matin. Il posa délicatement le plateau sur la coiffeuse, se retourna et s'agenouilla près du lit. Il glissa sa main sous le drap, cherchant sa peau, trouva sa hanche ronde. Sa main effleura le creux de ses reins, puis son ventre, doucement. Elle marmonna. Il sourit. Puis alors qu'il se penchait pour déposer un léger baiser sur ses lèvres, elle le repoussa avec un rien d'autorité. Il la regarda, surpris.
- Tu es un monstre, Curtis Newton !
- Ah bon ?, dit-il avec un mince sourire.
- Tu vas partir pour des mois, abandonner ta femme et imaginer que je vais te laisser faire sans protester, que tu vas pouvoir abuser de moi encore ce matin, que je vais jouer à l'épouse modèle ?
- Heu, non... enfin... je voulais juste te faire plaisir avec un dernier petit déjeuner plein de tendresse et de douceur et...
- ... et acheter ainsi une dernière étreinte et un sourire avant de décoller, hein ? Espèce de macho !
Il fronça les sourcils.
- Oh, Joan, c'est bon ! Ton couplet féministe, j'en ai ma claque ! Tu me le ressors à chaque fois, change de disque !
- Non, mais, je crois rêver ! Qui c'est qui se la joue au super héros sauveur de l'univers ? Moi, peut-être ? Et là, le bon prétexte de partir plusieurs mois pour une mission difficile, moi, je sais à quoi elle ressemble, la mission difficile, je me suis renseignée, figure-toi !
Il la regarde, de plus en plus étonné par ces tirades vraiment inhabituelles. Certes, elle ne saute jamais de joie quand il part, et lui non plus, la séparation est même souvent difficile et elle retient toujours ses larmes à grand peine, et lui feint de les ignorer, toujours ému par son courage. Mais jamais elle ne lui a fait une telle scène.
- Bon, puisque c'est comme ça, prend ton café et tes tartines toute seule, moi, je vais déjeuner dehors. Il fait beau, j'adore manger sur la terrasse et profiter de la douceur du matin ici, si tu veux te priver de moi, c'est ton problème.
Il se relève et sort sans ajouter un mot. Elle se penche, attrape sa sandale et la jette contre le battant de la porte, qui vient à peine de se refermer en le traitant de sale égoïste, que si elle avait su, jamais elle ne l'aurait épousé... qu'il va encore secourir une belle princesse en détresse et qu'il se moque royalement de sa détresse à elle. Sur ce, elle fond en larmes et se réfugie sous les draps. Mais elle y retrouve l'odeur de leurs nuits et ce n'est pas mieux, ses larmes deviennent une vraie fontaine.
Arrivé au rez-de-chaussée, Curtis se prépare un nouveau café et va pour sortir sur la grande terrasse, quand il manque de s'étaler en se prenant les pieds dans les birkenstock de son beau-père.
"Jamais vu des chaussures aussi moches. Paraît que c'est confortable... quand je pense que la civilisation moderne parvient encore à créer de pareilles horreurs, et que je me bats pour des crétins capables de pondre ce genre de trucs... Il a vraiment particulièrement mauvais goût, mon beau-père. Heureusement que la mère de Joan rattrape le coup..."
Mais pour l'heure, ses beaux-parents sont vraiment le cadet de ses soucis, le doyen en étant Joan. Il se demande comment faire pour redonner meilleur moral à Joan. Il se sent totalement impuissant face à son désespoir. Et il n'a pas envie de partir sur une dispute.
"Elle sait bien, pourtant, que je n'ai pas le choix... elle savait à quoi s'attendre, en s'engageant avec moi. Elle ne peut pas dire qu'elle a été trompée sur la marchandise !"
Il s'est assis dans un des confortables fauteuils de jardin, regarde le soleil émerger au-dessus des bois. Un mince filet de brume monte de l'étang. "Que cet endroit est beau et appelle à la sérénité", pense-t-il. "Quel dommage que cette scène idiote ! Elle se prive d'un moment rare..."
Une main se glisse avec douceur dans ses cheveux, la tête de Joan s'appuie contre son épaule.
- Pardonne-moi, mon amour. Rien que d'imaginer que je vais passer des semaines sans toi, ça m'a rendue si triste...
- Je comprends, Joan, mais il faut l'accepter. Nous n'avons pas le choix, tu le sais bien.
Penaude, elle baisse la tête. Il lui prend le menton avec douceur et l'embrasse pour la réconforter.
- C'est vraiment dommage de se priver d'un dernier lever de soleil ensemble, tu ne crois pas ?
Elle le regarde alors, un rien mutine. "Qu'est-ce qu'elle a donc mijoté... Quand elle prend cet air-là, je peux m'attendre à tout !", se dit-il, un peu inquiet.
- Ce ne sera pas notre dernier lever de soleil ensemble ! J'ai préparé ma valise, je pars avec vous tous ! Tu crois peut-être te débarrasser de moi alors qu'une princesse en détresse t'attend, mais elle va voir, la princesse ! Je n'aime pas qu'on prenne des prétextes idiots pour faire traverser la moitié de la galaxie à mon chevalier blanc !

Limeye

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:25
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Bonjour Limeye,

Et bienvenue a nouveau parmi nous!
Je vois que ton petit break t'a aussi bien inspiree! On se rejouit de te lire a nouveau ;D
En tout cas, tu n'as rien perdu de ton humour ni de ta tendresse avec cette histoire! [goodjob]

Alors pour le nouveau defi, je recapitule:

Défi coquin :-[ Wink
Diplôme, Aphrodisiaque, Couche, Verni, baiser, sueur, huile, moufle, pub (irlandais), plage de sable blanc

hmmm....A vos claviers... ;D

O-tho
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Hello Girls !

voici ce que je vous ai concocté pour ce défi coquin, que j'ai voulu rendre érotique [loveya]... je sais qu'il m'en reste un de retard, celui du dragon, mais pour l'heure, j'étais plus inspirée par votre dernière proposition ;D

bonne journée ! et bon petit déjeuner côté nord-américain Wink !

Limeye Smile


Joan avait franchi la barrière et escaladé la clôture du petit champ. Elle entrait dans un nouveau monde. Un autre monde. Inconnu, mais au combien tentant. Un endroit où elle rêvait d’aller depuis longtemps, mais elle n’en avait pas encore eu l’occasion. Elle soupira légèrement et se dit qu’elle méritait bien un diplôme de patience. Une chose la rassurait cependant face à cet inconnu. Pas besoin d’aphrodisiaque pour y entrer ! Rien que du naturel… Elle n’aurait pas voulu être obligée d’avaler une potion magique pour cela.
L’endroit était accueillant, lui rappelant la plage de son enfance, elle ferma les yeux, se souvenant des rouleaux dans lesquels elle jouait quand elle était petite, se jetant sans crainte dans l’eau, riant, criant, nageant sans fin. Une douce chaleur commençait à l’envahir. C’était comme la caresse d’un soleil sur sa peau. Elle continuait son chemin, découvrant le paysage sous ses yeux, se frayant un chemin entre des herbes rousses, abordant des dénivellations, des petites collines. Une légère torpeur remplaça alors la chaleur, et elle trouva une couche accueillante, pour se reposer un peu. Le creux d’une vallée profonde, sans chichi, sans verni.
Elle rouvrit les yeux après qu’un souffle léger lui ait fait l’effet d’un doux baiser, et elle reprit son chemin, avide de nouvelles découvertes. Le soleil était haut maintenant, elle était en sueur, des mèches de ses cheveux lui collaient au visage. Son cœur battait à tout rompre, elle était de plus en plus essoufflée. Une dernière ascension et elle pourrait goûter aux perles d’or, véritable nectar du plaisir, bien différentes des huiles frelatées que certains recelaient et avaient vainement tenté de lui faire déguster. Comme si elle pouvait confondre moufles et gants, bas et collants…
Quelques heures plus tard, elle se retrouvait assise dans le sombre recoin d’un vieux pub irlandais, blottie entre les bras de Curtis, avec une bonne pinte de bière mousseuse tirée devant eux. Il lui murmura quelques mots à l’oreille :
- Un voyage merveilleux, Joan, n’est-ce pas ?
Elle frémit à ces mots. Oh combien merveilleux, oui ! Alors si cela avait été aussi bien pour lui… que pour elle… elle tourna légèrement son visage vers celui du jeune homme et murmura contre sa bouche :
- Et si on le poursuivait dans les dunes, au clair de lune, là-bas, près de la plage de sable blanc…

Limeye
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:25
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Ooooohhhh, c'est si terriblement romantique! [loveu] [knuddeln] J'aime tant ce genre d'histoire, j'ai littéralement embarqué dedans, comme si j'étais une petite fée sur l'épaule de Joan!

Parlant de partir, moi aussi j'étais partie, il a bien fallu que je revienne, quand même! C'est plus prosaïque que la tienne, Limeye, et ce n'est pas pesable, ni emballable...je le crains! :Smile

Joan était songeuse. Elle repensait encore à l’étrange message que le capitaine Flam lui avait envoyé par vidéotransmetteur :

-Bonjour Joan! Si tu es libre demain soir, j’aimerais passer la soirée de demain avec toi, j’ai beaucoup de choses à te dire! Je m’invite à souper chez toi, et ensuite je t’emmène pour la soirée! Ne fais rien pour le souper, c’est moi qui m’occupe de tout!

Il n’avait rien rajouté; il avait eu un sourire malicieux en terminant, comme il avait souvent l’habitude de lui en décocher…

C’était étrange qu’elle reçoive ce message justement maintenant, alors qu’elle avait pris la résolution de se faire une raison quant à ses relations avec Curtis. Elle était pratiquement prête à tout laisser tomber. A quoi lui servait d’avoir obtenu son diplôme d’agent secret de l’Académie de Police Interplanétaire, si elle était incapable de découvrir, après toutes ses années, quels étaient les sentiments à son égard du seul homme qui faisait battre son cœur? Il était tellement insondable, secret, mystérieux…sur cet aspect de sa personnalité.

Elle avait donc décidé de prendre un peu de distance pour remettre de l’ordre dans ses idées, ce qu’elle ne pouvait faire quand elle était en sa présence…Elle avait été distante tout le long de leur dernière mission, et à leur retour, elle avait pris quelques jours de congé et n’avait plus donné signe de vie, même pas à Ezra. Et voilà que ses vaillantes résolutions faiblissaient déjà devant cette invitation. Elle hésita tout de même, et son caractère déterminé reprenant momentanément le dessus, ne put s’empêcher de penser :

-Non, mais, Curtis Newton, tu as vraiment l’air certain que je vais l’accepter, ton invitation? J’ai bien envie de te montrer que… que tu as raison, finalement, soupira-t-elle.

Après lui avoir répondu qu’elle n’avait rien de prévu demain soir, elle retourna dans sa chambre passer en revue sa garde-robe : elle ne voulait pas porter quelque chose de trop aguichant, de trop provocateur, elle voulait surtout être à son aise. Après avoir choisi une petite robe noire bien sage qu’elle aimait bien, elle se coucha mais eut du mal à trouver le sommeil. Elle se demandait bien quelles étaient toutes ces choses que Curtis avait à lui dire.

Le lendemain, elle passa la journée à se remplir les poumons d’air frais en déambulant dans Central Park. L’après-midi était bien avancé quand elle décida de rentrer et d’aller se préparer à son rendez-vous : elle savait que les préparatifs ne seraient pas bien longs!

En entrant dans l’appartement, elle perçut tout de suite une présence; un intrus s’était-il introduit chez elle? Tous ses sens aux aguets, elle fit quelques pas, mais l’intrus vint à sa rencontre : c’était LUI, un bouquet de roses rouges et une coupe de champagne à la main. Il la regardait avec une tendresse qui lui réchauffa le cœur.

-Tu es revenue plus vite que je pensais! Je n’ai pas encore terminé les préparatifs du souper! Veux-tu un peu de champagne en attendant?

-Ou…Ou..Oui, j’aimerais bien…

Elle prit la coupe qu’il lui tendait, ainsi que le bouquet dont elle huma le parfum… Après avoir fait tinter sa coupe contre la sienne et pris une gorgée, elle parvint à articuler :

-Elles… elles sont superbes…Je.. je vais les mettre dans l’eau et je vais me changer.

-Va… Je m’occupe des roses.

Joan se détourna et se dirigea vers sa chambre. Elle se sentait prise dans un tourbillon : était-elle en train de rêver? Elle enfila la petite robe noire qui, bien que sage, mettait parfaitement en valeur sa silhouette, ses cheveux blonds et ses yeux bleus.

Lorsqu’elle revint dans la cuisine, elle put constater que le repas se prêtait bien à une soirée d’amoureux, mais elle fut incapable de se souvenir de ce qu’elle avait mangé. Ils avaient peu parlé, s’étaient beaucoup regardés. Elle remarqua seulement le dessert, lorsqu’il l’apporta : une fondue au chocolat, accompagnée de fraises et de cerises. Elle ne put s’empêcher de rougir en pensant :

-le dessert aphrodisiaque par excellence, on dirait! Je peux à peine y croire… Je dois être en train de rêver, oui, c’est ça!

Elle afficha un sourire malicieux.

-Je suis curieuse de voir ce que tu projettes pour la soirée, dit-elle en dégustant les fruits enrobés de chocolat. Où allons-nous?

-C’est une surprise!

Elle avait beau tenter de gratter les nombreuses couches de vernis du parfait gentleman qu’était son vis-a-vis, elle ne put rien découvrir de ses intentions jusqu’à la fin du dessert.

Il se leva de table, la prit par la main et l’entraîna sur le balcon. Il lui fit face, la regarda, hésitant. Comme elle était belle, avec ses yeux bleus interrogatifs, pleins d’une espérance qu’il devinait fort bien… Il la prit dans ses bras, l’attira à lui et lui murmura à l’oreille :

-Je t’aime, Joan. Depuis très longtemps, depuis que je t’ai vue la première fois. Je ne veux pas te perdre, je ne veux pas que tu t’éloignes de moi…

Elle ne put répondre : il avait posé ses lèvres sur les siennes, en un baiser tout d’abord tendre, devenant de plus en plus passionné.

Lorsque leurs lèvres se séparèrent, ils se regardèrent : les mots étaient désormais inutiles. Joan prit Curtis par la main et l’entraîna dans sa chambre. Curtis enleva les vêtements de Joan, Joan dépouilla Curtis des siens; il la prit dans ses bras, l’étendit sur le lit, et la recouvrit de son corps. Ils connurent une extase indicible, leurs corps en sueur, enlacés, se complétaient harmonieusement. Epuisés, ils s’endormirent d’un sommeil apaisant.

Le soleil était déjà levé depuis longtemps lorsque les amants se levèrent pour gagner la salle de bain : la baignoire les attendait, Joan y avait ajouté une touche d’huileessentielle, dont le parfum plaisait beaucoup à Curtis. Il empoigna la moufle de bain et entreprit de laver le corps de Joan en la regardant droit dans les yeux. Elle lui rendit la pareille avec sensualité. Leur désir avait atteint un nouveau paroxysme, et ils s’aimèrent à nouveau, chacun savourant pleinement les baisers et les caresses de l’autre.

Après un nouveau réveil, Curtis demanda à Joan :

-Prépare ton bikini, tes sandales et ta serviette, j’ai une autre surprise pour toi!

-Je ne me lasse jamais de tes surprises… murmura-t-elle avant d’aller chercher le tout.

Ils partirent à bord du Cosmolem que le capitaine avait laissé sur le toit de l’immeuble; et Joan apprécia pleinement la fin de sa journée en savourant sa bière préférée –comment avait-il su, on ne pouvait la trouver qu’au petit pub irlandais de son quartier?- sur une plage de sable blanc, baignée par le clair de lune, loin de tout…

Flamme (fleur bleue au concentré de guimauve)

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:26
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Coucou les filles,

Bravo, romantisme et tendresse au rendez-vous.... [loveu]

Bon voici ma version, peut etre un peu plus... [loveya]...

“Merci Mademoiselle, vous avez encore fait des merveilles avec vos mains!” s’exclama le client comble d’un regard plus qu’admiratif, tout en lui laissant un genereux pourboire avant de sortir.

Joan soupira.

“S’il savait que mon diplome de masseuse est aussi faux que mon deguisement!”

Ses yeux se perdirent un instant sur la fresque murale qui decorait la petite piece. Plage de sable blanc, ciel d’azur, mer turquoise…des vacances comme elle en revait…et dont elle avait desesperement besoin! Au lieu de cela, elle se retrouvait en mission d’infiltration dans un Salon de Massage, pour enqueter sur un trafic de drogue qui avait sa source sur Polaris, une planete froide et glaciale. Un frisson la parcourut. Et dire qu’elle avait encore oublie ses moufles ce matin. Vivement qu’elle termine son travail pour aller se rechauffer au pub irlandais a cote de son logement!

Le tintement de la porte la tira de sa reverie. Elle entendit le proprietaire accueillir le nouveau venu.

“Bonsoir Monsieur! Bienvenu dans notre salon! Je vous recommende notre nouvelle recrue, tous nos clients en sont extrement satisfaits, vous ne le regretterez pas! “

“Je suis vernie, c’est encore pour moi!” bougonna Joan tout en se preparant pour son dernier client.

L’inconnu entra dans la petite piece, vetu d’une simple serviette nouee autour des reins, la salua et s’allongea sur la couche de massage. Joan resta interdite quelques instants, avant de se ressaisir aussitot. Les questions se bousculaient dans sa tete.

“Que fait-IL la?... M’a- t’IL seulement reconnue?...”

Le coeur en emoi, elle s’enduisit les mains d’huile parfumee et commenca a masser ses epaules. Elle ne put s’empecher d’admirer ses formes, son regard detaillant ses epaules larges et puissantes, s’attardant sur ses hanches minces et ses cuisses musclees. Sentir sa peau ferme et douce sous ses doigts lui fit l’effet d’un aphrodisiaque. Bien malgre elle, les mouvements de ses mains devinrent caresses. La gorge seche, elle lutta contre l’envie folle de passer sa main dans sa chevelure fauve. La sueur perlait a son front, son coeur cognait dans sa poitrine, elle sentit sa respiration s’accelerer. D’une voix rauque elle lui demanda de se retourner. Elle n’osa pas le regarder dans les yeux, mais se surprit a fixer ses levres comme pour quemander un baiser. Il attrapa sa main d’un geste rapide et l’attira doucement contre lui. Ses yeux gris rencontrerent Ses yeux bleus… Et plus rien d'autre n’exista pour eux.

“Alors satisfait ce dernier client?” demanda le proprietaire en fermant la boutique.

“Oh, je crois qu’il n’a pas eu a se plaindre…” repliqua-t’elle les joues encore rouges et le regard brillant...

O-tho

Back to top
Aujourd’hui à 23:35
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Back to top
Page 5 sur 10
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure