Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Mar 17 Déc 2013 - 03:04
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Vous êtes déchaînées...

Mais Elaine, tu as oublié le bouquet... ce n'est pas du jeu !

Voilà ma proposition. La difficulté avec l'ordre à respecter, c'est que j'ai du mal à trouver des chutes rigolotes. Du coup, j'ai rusé un peu, mais j'ai respecté l'ordre, sauf pour le lieu. Et il y a encore une chanson cachée dans mon texte, mais d'ailleurs, vous ne les trouvez pas ? Vous donnez votre langue au chat ?

Limeye

Voilà l’été ! Enfin l'été ! Toujours l'été ! Oog et Eek apercevaient le soleil, les nuages avaient bien tenté de faire diversion, mais le ciel s’éclaircissait et des abeilles bourdonnaient. Eek courait au milieu d’un grand champ de fleurs sauvages, Oog avait entrepris de faire un énorme bouquet. Les deux petits amis jouaient avec grand plaisir. Après une heure passée à batifoler, un peu fatigués, ils décidèrent de rejoindre Joan et Curtis. Ils étaient ravis : le jeune couple avait décidé de partir en vacances, mais des vraies vacances. Simon était resté enfermé dans le laboratoire de Tycho, Grag faisait des concours de roulette russe avec des brigands de la faune martienne et Otho avait eu pour mission de parfaire sa culture musicale en passant toutes les vacances au festival de Salzbourg. Danses viennoises, mais aussi Mozart était au programme. Il devait devenir incollable sur le génie autrichien, fou génial, premier rocker de l’histoire de l’Humanité, créateur de personnages hauts en couleur comme Figaro, Papageno ou encore Belmonte et Konstanze.
Les deux petits amis arrivaient près du chalet, perdu en pleine montagne où ils s’étaient installés tous les quatre depuis trois jours. Au moins, Joan pouvait se balader en nuisette sans que personne n’y trouve rien à redire, et surtout pas Curtis. Oog s’avança vers la jeune femme, installé dans un transat, qui lisait Les aventures du Club des cinq. Oog lui tendit le bouquet et elle s’exclama, ravie :
- Oh, que tu es mignon ! Merci, elles sont magnifiques ! Je vais essayer de trouver un vase… Tiens, tu as bien mérité une gâterie, voilà une banane pour toi, et pour toi Eek, une friandise en acier.
Elle rentra dans la maison et ouvrit un placard, non, zut, c’est vrai, dans celui-là sont rangés des jeux pour enfants, cartes et puzzles. Elle trouva finalement un grand vase pour le bouquet et le posa sur la table du salon.
Elle retourna à son livre, après avoir jeté un coup d’œil à sa montre. Curtis ne devrait pas tarder à revenir. Il était parti faire quelques courses, paraît-il qu’ils avaient oublié l’essentiel avant de grimper à 2000m. Elle ne voyait pas quoi, elle n’avait même pas oublié son patch contraceptif, c’est dire ! Et le frigo était plein, le congélateur aussi. Elle soupira, se releva pour prendre un carré de chocolat dans un tiroir et se réinstalla.
Curtis arriva en effet peu après, l’air satisfait. Il s’approcha d’elle, déposa un baiser tendre sur les lèvres qu’elle lui tendait, puis retourna dans la maison.
Il revint avec une carafe dans laquelle il avait préparé un punch aux parfums d’agrumes délicats, lui proposa un verre et ils dégustèrent l’apéritif du soir.
- As-tu trouvé ce qui nous manquait ?
- Parfaitement, dit-il en sortant un petit paquet de sa poche.
- Qu’est-ce que c’est ?
- Des cartes postales de la station de ski de Dubaï.
Elle le regarda avec des yeux ronds.
- Pourquoi Dubaï ? Nous sommes dans les Pyrénées…
- Parce que cet endroit est paradisiaque, et qu’il n’est pas question que Grag ou Otho découvrent où nous sommes. Mais il va bien falloir leur envoyer une carte postale, et je veux leur faire croire que nous sommes partis dans un des endroits les plus kitchs et les plus richissimes de Terre. Comme cela, nous serons tranquilles. Vraiment tranquilles. Ils n’imagineront jamais que nous sommes dans les Pyrénées. Car je les connais, ils ne parviendraient pas à nous laisser en paix. Et nous sommes très bien sans eux, n’est-ce pas ?
Elle lui sourit, comprenant parfaitement ce qu’il voulait dire par-là. Elle revoyait encore Otho la cuisinant pour savoir où ils partaient.
- Bien, ma chérie, je te propose maintenant, pour notre troisième soirée de vacances de jeter par-dessus cette rambarde, carafe, bouquet, puzzle et banane, et ne crois pas faire diversion en me disant que tu as perdu ta nuisette dans le tiroir de la commode de notre chambre à coucher !

Limeye

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

j'avais pas vu : c'est le bouquet (ok ,pas terrible) je vais de ce pas corriger!

Depuis qu'August a fait la BBphobie as -tu remarqué que tu places les moyens de contraception dans toutes les histoires ?

Honnêtement pour la chanson je sêche ???

Tu crois sincèrement qu'une fille qui dit à son homme ,'jai perdu ma nuisette a une excuse pour Naughty

En tout cas c'est une histoire qui met de bonne humeur! ;D


Elaine

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Citation d'Elaine:
Depuis qu'August a fait la BBphobie as -tu remarqué que tu places les moyens de contraception dans toutes les histoires ?

Limeye:
J'assume !


Citation d'Elaine:
Tu crois sincèrement qu'une fille qui dit à son homme ,'jai perdu ma nuisette a une excuse pour Naughty ?

En tout cas c'est une histoire qui met de bonne humeur!



LImeye:
Tant mieux pour la bonne humeur, ça nous change de la précédente où on était vraiment grave.

Pour l'excuse, je pense que c'en est une très bonne ! D'ailleurs, Curtis a l'air d'apprécier, non ;D ?


Pour les chansons, alors dans celle-ci, c'était Les Négresses vertes "voilà l'été".

Dans celle de l'église, pendaison etc... c'est d'abord Cabrel avec "Je pense encore à toi" et Ferrat (forcément, Ferrat... indépassable pour moi) avec Les tournesols... obligatoire puisqu'on avait Van Gogh !

Enfin, dans l'histoire avec le château médiéval, c'était Brel avec "La ville s'endormait".

Est-ce que toi, August, tu en avais trouvées certaines ?

Bon, à plus tard, c'est moules-frites chez ma maman ce soir...

A plus !

Limeye

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
BOnjour,

vous savez que j'ai relancé les Allemands pour faire la même chose?
Je vous conseille de lire l'histoire de Claudrick, trop drôle! J'ai proposé de la traduire et de la poster ici! QU'en pensez vous?
A plus faut que je file

Elaine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je l'ai vue ! Bonne idée pour la traduction si tu as le temps...

Il faudrait alors qu'on propose notre série de mots en français ET en allemand ici, comme cela, ils pourraient facilement participer.

Et August, alors ? On veut ta version estivale

Bonne journée !

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Elaine,

j'ai vu que tu avais relancé une série de mots sur le forum allemand. J'en ai ajoutés deux pour eux, je les reprends ici en français pour qu'on se lance un défi mutuel bilingue ! Chacun écrit dans sa langue, on traduit comme on peut (on oublie google translate et vive mediadico.com - c'est un peu meilleur même s'il faut se relire et apporter quelques modifications, on compte sur les bons bilingues du groupe et sur nos souvenirs de collège et lycée et zou !

Donc pour le prochain, ça donne : vélo (on l'avait déjà utilisé, mais tant pis) / galerie / Picasso / vent / canari

Pour nous, les frenchies aguerries, on maintient le défi de respecter l'ordre des mots, plus deux jokers et on place où on veut la personnalité et le lieu (s'il y en a de proposés).

A vous !

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 03:04
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 03:10
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Bonjour Limeye,

attention la traduction de Kloster, ce n'est pas galerie, mais couvent , à moins que tu ne veuille changer?.
Connais pas mediatico, j'ai envie de me forcer à traduire mais bon je retiens l'idée quand même car question temps effectivement ça craint... merci pour le tuyau!


j'espère avoir le temps dans la journée sinon c'est après 20h...
a plus

Elaine

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Autant pour moi, excellent le couvent...

donc :

vélo / couvent / Picasso / vent / canari

en fait, pour la traduction, je lis ce que je comprends, quand j'ai un doute j'utilise ce site, phrase par phrase, en général, c'est correct (un peu, je le reconnais) et je corrige de moi-même. Dans le sens allemand / français, je m'en sors mieux que l'inverse...

je file aussi... à ce soir

Limeye

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Coucou
Pas de joker.

Faire diversion, voilà exactement ce qui lui fallait, une diversion pour essayer de distraire Joan de ses préoccupations. Pour tenter d'attirer son attention, Curtis tapota l'épaule de la jeune femme qui lui tournait le dos. Sans se retourner, elle grogna "Quoi Newton? T'as intérêt que ce soit professionnel".
Curtis l'attrapa par les épaules, la retourna vers lui malgré sa résistance, et lui tendit un superbe bouquet de fleurs. Croisant les bras, toute son attitude exprimant le refus, elle le toisa et lui dit "Et pourquoi pas partir en vacances avec toi aussi ? Non mais je rêve ! Garde tes fleurs. Ah et puis aussi, t'as qu'à aller écouter Papageno avec ta pouffiasse". Il se mordit les lèvres, cherchant désespérément une réponse intelligente et à cours d'idée, décida de battre en retraite pour lui laisser le temps de se calmer. Il savait bien qu'il aurait du mal à trouver une excuse valable pour expliquer cette photo, cette horrible une du "People Daily", lui débraillé et décoiffé, serrant de près une pulpeuse bimbo en nuisette lors d'une fête privée. Un qui devait avoir la banane, c'était le paparazzi, il avait dû la vendre une fortune cette photo, au moins de quoi s'acheter la station de ski de Dubaï. Il était même sacrément probable que la photo soit déjà rachetée par des éditeurs de puzzle, de tshirt, de calendriers. Jetant le journal dans un tiroir, il quitta la pièce et croisa Mala qui, la mine réprobatrice, se permit de dire à son chef :
- Ce soir Chef, pas la peine d'aller gratter à la porte de Joan, t'es sûr de rester en carafe. Bien fait pour toi aussi !

Chacun son tour de s'offrir une petite escapade.

August

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
trop drole, mdr
le capitaine avec une bimbo , cela remonte le moral!

Vite dis les mots..... du prochain défi!


A plus

Elaine

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
vélo / couvent / Picasso / vent / canari

bébé / sèche-cheveux /pyramidal

August

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
j'y crois pas,

Elaine

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Moi non plus !!!

Bon, faut les proposer côté allemand aussi.

Il en manque deux, j'ajoute : Marienbad (pour Barbara ) et corsaire (car mon fils est en train de chanter Albator...)

En tout cas, ton histoire m'a bien fait rire également ! Elle est excellente...

Mais dites-moi comment vous arriver à faire si court ???

Limeye

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Et hop, je dégaine la première... à vous maintenant !


Ken avait déposé son vélo contre le mur de l’ancien couvent. Le lieu était désertique, un rien mystérieux. Il avait entendu dire que Picasso y avait séjourné et qu’il y avait peint quelques œuvres étranges. Le vent soufflait à travers les croisillons des fenêtres qui avaient perdu leurs vitraux il y a une éternité.
Il traversa les ruines, longea le cloître et entra enfin dans une petite chapelle. C’était là, si tout était vrai qu’il devait trouver un petit canari.
Soudain, les pleurs d’un bébé se firent entendre. Qui pouvait bien venir en ce lieu ?
Il sortit de la chapelle, se cacha derrière un mur en ruine et aperçut deux touristes avec trois enfants, dont un bébé dans une poussette. Le vent avait balayé les longs cheveux noirs de la femme et il se dit qu’elle aurait certainement besoin d’utiliser son sèche-cheveux si elle voulait redonner un semblant de tenue à sa coiffure. Tout cela n’arrangeait pas ses affaires. Il lui fallait ce canari, et sortir discrètement du lieu. Comment se débarrasser des touristes ? Ils poursuivirent fort heureusement leur promenade dans la direction opposée à la chapelle, là où se trouvait un amas de pierres pyramidal. Ken retourna dans la chapelle, soulagé. Il fouilla à nouveau et découvrit enfin dans un petit coffre, le canari. Il le fourra dans son sac et se dépêcha de ressortir. Il longea à nouveau le cloître, entendit les rires des enfants derrière un mur. Il se cacha à nouveau et put rejoindre l’entrée. Son vélo l’attendait. Il s’en saisit et se mit à pédaler à toute vitesse. Deux kilomètres plus loin, à un détour de chemin, l’attendait le Capitaine, Simon et Grag. Curtis fut soulagé en voyant enfin arriver Ken. Il avait craint un souci. Mais il fallait bien trouver le moyen d’entraîner le jeune garçon à des mini-missions. Ils regagnèrent le vaisseau.
- Direction Marienbad, les amis !, dit-il. Nous n’avons réussi que la première partie de notre mission.
- Tu crois que le capitaine corsaire voudra échanger Joan contre ce canari ?, demanda Ken, inquiet.
- Il a intérêt, sinon…
- Sinon, on lui fait manger sa casquette de marin d’eau douce !, s’écria Grag.
Curtis lui jeta un regard noir. Il avait eu un mal de chien à inventer toute cette histoire, pour entraîner Ken, et voilà que cet imbécile de robot révélait que le capitaine corsaire n’était autre qu’Otho ! Il perdait toute crédibilité…

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 03:14
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Très Sympa, moi j'ai cherché dans une autre direction , dédiée à tous ceux qui ont suivi des cours de peinture!J'espère ne pas avoir oublié un mot , je compte sur toi!

« Et ce n’est pas le manche d’un vélo ! Un pinceau se tient avec délicatesse, il faut travailler la touche. Les maîtres japonais ont même développé une philosophie du TSumi e. Si tu veut rendre la spiritualité de ce couvent médiéval, tu dois t’imprégner de sa spritualité. « expliqua le professeur des Beaux Arts à Joan, çà y est il était reparti dans son trip. L’essence de la peinture, la touche, les couleurs et vas-y que je te déballe Van gogh, les Fauves, les Impressionnistes et le maître parmi les maîtres qui a cassé les structures, Picasso !
Joan soupira, son infiltration comme étudiante commençait à la lasser. Elle aimait peindre, mais au feeling et trouvait ses arbres inclinés par le vent très réussis, elle avait tout fait en dégradé de bleus, gris et jouait sur l’obscurité des nuances, quand son professeur s’écria »Mon dieu, Joan, que c’est sinistre, il vous faut de la couleur, relever ces pauvres rabougris avec du blanc, du jaune, « et ce faisant il explosa son tube de jaune canari dans l’exaltation de sa correction. Joan commençait à la trouver mauvaise.
En plus pour couronner le tout , il continua chez sa chouchoute, Emilie qui avait amené son bébé, s’extasia sur le nourrisson et sur son œuvre : ses arbres à elle avait l’air d’être passés au sêche –cheveu, ils n’étaient pas pliés, ils était ébouriffés !
Quand l’heure fut terminée, Joan se dépêcha de ranger ses affaires, mais l’accumulation pyramidale de son matériel était assez bancale et tous les pinceaux, tubes, tombèrent par terre. Excédée, Joan mit tout en vrac et sortit prendre l’air.
Dans le parc du château de Marienbad, Curtis l’attendait, détendu sur un banc, des lunettes de soleil, une glace au chocolat : « tu te prélasses ici et moi je dois subir ce vieux gâteux exalté !
- C’est toi je te le rappelle qui voulait le faire, tu ne voulais pas que je m’inscrive aux cours du soir, même si j’aurais été ravi de dessiner leurs modèles » fit-il d’un air malicieux. « Allez, assieds toi ma petite aventurière,
- Nan,
- Mon petit chaton, « Elle le regarda, en croisant les bras, son chapeau de paille et la brise qui baladait les mèches de cheveux en plein dans son visage lui donnait un air de Corsaire irrésistible, comme prêt à l’abordage. Elle le toisa, et brutalement se pencha : lorsqu’elle se releva il n’avait plus de boule au chocolat !
- « Eh ma glace ! » Joan se sentait mieux, la vengeance du chocolat, rien de meilleur !

Elaine

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
10 mots au complet, dans l'ordre, aucun joker et une histoire drôle !

J'aime beaucoup ! Y'a pas à dire, on a fait plus léger ce week-end !

A August, maintenant ! Et aux Allemands, si l'inspiration leur vient...

Limeye

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Merci Limeye, je l'ai même traduite

C'est pour cela que je posterai demain l'armée...

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Toute l'équipe s'était réunie dans la maison de vacances d'Ezra, et profitait d'un long week-end de relâche. Pour l'heure, il était 21h00 et tous les membres humains de l'équipe se tenaient les côtes devant un ancien film.
Bourvil venait de crier " mais c'est mon vélo" et Curtis ne put retenir un gémissement. Déjà un moment avant, il avait éclaté de rire en regardant la scène dans le couvent et avait failli tourner de l'oeil. Ses côtes n'étaient pas encore assez solides pour supporter ce traitement. Lorsque ses amis avaient réussi à l'extraire des gravats du mur qui s'était effondré sur lui, il était disloqué au point de ressembler à un Picasso. C'est d'ailleurs comme ça qu'Otho, abusant lâchement de son immobilité forcée, l'appelait depuis plusieurs jours.
Il ne se rappelait de rien après l'accident, sauf des rêves absurdes causés par la fièvre. Joan décoiffée par le vent, un couple de canari qui se posait dans ses cheveux, y faisait un nid pour élever leurs bébés. Quand il lui avait raconté son rêve, elle avait ri aux éclats et expliqué que ce jour là, pendant qu'elle veillait sur son sommeil, elle avait pesté à haute voix contre son sèche-cheveux défectueux.
A la fin du film, ils restèrent un moment à discuter paisiblement. Sur l'écran se déroulait un reportage éducatif sur la neige, offrant de splendides gros plans sur les formes étonnantes des flocons, cristaux, étoiles, globules, formes pyramidales.
Ezra sonna l'heure du coucher :
- Bon allez, ceux qui viennent au parc d'attraction de Marienbad demain, au lit tout de suite ! Petit-déjeuner à 7h00, départ 7h30! Et vous Capitaine, je suis désolé mais dans votre état, pas de montagnes russes ni de bateau corsaire. Vous garderez la maison, et si vous en avez envie, vous pourriez nous montrer vos talents d'homme au foyer, certaines pourraient souahiter voir si vous êtes bon à marier.
Mala éclata de rire et imitant la voix d'Ezra.
- Et si t'es sage on te ramènera une barbapapa.

N'écrivant pas de fic, j'aime bien mêler les vôtres à mes histoires

August

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonsoir August,

Chouette idée, franchement la fin avec Mala et la Barbapapa j'imagine très bien la tête du capitaine. Il y a des moments où je me demande vraiment pourquoi tu n'écris pas Sad je suis sûr que ce serait bien!

t'avais raison, on a eu la période sexe, bébé, meurtres, maintenant hôpital et accidents (franchement c'est le hasard!Limeye avait déjà fini son histoire), donc indécrottable romantique que je suis on refait un tour (ce soir mon mauvais esprit fonctionne): période mariages?


Je propose d'organiser le mariage d'un ou deux des héros en imposant des mots: partante?
Si vous avez une autre idée, n'hésitez pas mais je dois avancer dans l'armée.... mon histoire en allemand m'a tué le temps!

A plus, les couche tard

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonsoir Elaine, August, O-tho etc...,

Ok pour la période "mariages". Ca va nous changer !

avec les mots suivants (dont un facile) :

alliance / proverbe / réverbération

à vous !

Limeye

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
bonsoir Limeye, August, O-tho,

comment penses -tu à réverbération?
Donc je propose,

chihuahua / meringue / enfer

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 05:20
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
August

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

"moments où je me demande vraiment pourquoi tu n'écris pas je suis sûr que ce serait bien!"

Parce que pas d'idées ! Ecrire des historiettes dans le cadre de notre jeu, c'est une chose, mais bâtir une histoire, un scénario, des personnages, c'est une autre paire de manches ! C'est plus un jeu, c'est du travail !

Elaine

"Je propose d'organiser le mariage d'un ou deux des héros en imposant des mots: partante?
Un ou deux ? "

alliance / proverbe / réverbération / chihuahua / meringue / enfer / agrafeuse / plancher / fréquence

Si on utilise un thème imposé, on garde la personnalité et l'ordre des mots, ou le thème est la seule contrainte ?

August
--------------------------------------------------------------------------------

limeye

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

Bonne question...

Vu qu'on impose le thème, on peut décider pour ce coup de mélanger les mots, sauf si on se sent d'attaque pour en respecter l'ordre en plus...

Il manque une personnalité et un lieu (du coup, ça nous en fera onze).

Je propose l'archipel des Glénan. A vous pour la personnalité !

La réverbération, bof, chais pas, ça m'est venu comme ça... fallait bien trouver un mot tordu

En tout cas, August, j'aime bien la façon dont tu glisses des allusions à nos histoires ! C'est rigolo, ça fait petit clin d'oeil sympa !

Limeye

Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).
--------------------------------------------------------------------------------
Elaine

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

Bonjour les filles,

Allez avouez!

après les crèpes, la Bretagne, et j'en passe, les Glénans, les indices cumulés indique qu'un de nos suspects serait sans doute quelqu'un du coin, qui se dénonce? cela ne peut pas être que des souvenirs de vacances!
Je vous mets au défi de trouver ma région

Pour la personnalité Shakespeare ? Un lieu , l'espace?

Elaine


--------------------------------------------------------------------------------
limeye
Simon Wright

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

Trop finaude, Elaine !

Tu n'as pas semé d'indices, toi ! Ou alors, franchement, je ne les ai pas vus... cela dit, il n'y a pas que la Bretagne dans ma vie, mais aussi une autre région chère à mon coeur. Et là, je n'ai semé qu'un seul indice !

bon, donc, tu ne veux pas de mon archipel des Glénan ? Tu préfères l'espace ? Va pour Shakespeare, ça va me rappeler Cruithne...

petit récapitulatif :

alliance / proverbe / réverbération / chihuahua / meringue / enfer / agrafeuse / plancher / fréquence / Shakespeare / Les Glénan ou l'espace (infini, selon les goûts...)

et le thème imposé : le mariage d'un OU deux des héros (je sens que ça va mal finir... )

le prochain thème, ce sera la nuit de noce ?

et on fait comme on veut, soit on garde l'ordre des mots, soit non, puisqu'il y a thème imposé.

A vos plumes !

Limeye

Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).
--------------------------------------------------------------------------------
August

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

Bretagne dans ma vie, mais aussi une autre région chère à mon coeur. Et là, je n'ai semé qu'un seul indice !

Si on jouait au pendu, je proposerais P------s :-) (histoire de Dubaï)


--------------------------------------------------------------------------------
Elaine

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

"Bretagne dans ma vie, mais aussi une autre région chère à mon coeur."

bon, donc, tu ne veux pas de mon archipel des Glénan ? Tu préfères l'espace ?

en fait j'adore l'archipel des Glénans, je voulais juste savoir sinon les Pyrénées? la deuxième?

Le seul problème pour moi est que je n'y suis jamais allée, donc pour mettre en scène c'est moins facile. J'ai pas réalisé que l'espace était un lieu de substitution quand je l'ai écrit je croyais que tu en voulais un deuxième Je dois être un peu fatiguée,
Je trouvais amusant de savoir à travers les histoires si l'on semait des indices. Moi j'en ai semé 2, sur ma profession et mon lieu de résidence pour être honnête.

August est encore plus difficile à cerner.Vous inquiétez pas je respecte l'anonymat!

En tout cas ravie de vous lire bientôt,

a plus,

Elaine


--------------------------------------------------------------------------------
August

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

Pour la région en ce qui me concerne elle a été écrite noir sur blanc, pas par moi et je pourrais jouer au même pendu que Limeye. Fastiche, non ?

Elaine : j'ai pensé au médical évidemment. "Trauma cranien" n'est pas vraiment le terme le plus grand public, et puis la description des blocs opératoires. J'ai bon ?
Sinon si on reste dans les histoires à mots imposés, on a restauratrice italienne, traiteur chinois, prof de peinture ou prof pour ados rebelles. Eventuellement tu pourrais aussi trouver ta place dans un centre d'insémination artificielle pour fabriquer pleins de bébés, encore plus qu'ici, et plus qu'ici c'est pas facile

Quand au domicile, on peut considérer comme extrêmement improbable la lune, new-york et l'espace, tu as cité Rome et une ville en france dont le nom commence par c

--------------------------------------------------------------------------------
Elaine

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

Bonne enquêtrice

mais tu te disperses, de quelle ville en France tu parles? ce n'est pas le bon indice.
pour la profession , j'ai beaucoup regardé urgences , Dr. House (normal j'ai mauvais esprit) mais l'insémination trop drôle.

Ta région : Pyrénées?

Géographiquement je dirais que nous ne sommes pas à côté les unes des autres.


je dois continuer mes récits, allez, au boulot!

Elaine


--------------------------------------------------------------------------------
August

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

"de quelle ville en France tu parles? ce n'est pas le bon indice.
Dentelle de calais !"

"Ta région : Pyrénées? "

August
--------------------------------------------------------------------------------

August

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

mais tu te disperses, de quelle ville en France tu parles? ce n'est pas le bon indice.
Alors, on a aussi en rayon "un vieux château médiéval dominant le Rhin
--------------------------------------------------------------------------------

limeye

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

Bonjour les filles !

j'ai une autre suggestion pour August, c'était la Normandie (avec le camembert), mais bon...

quant à mon autre région "de coeur", ce ne sont pas les Pyrénées, même si j'y suis allée et que j'aime beaucoup. Mais "l'indice" semé remonte un peu loin... et est beaucoup moins précis que les Glénan !

cela dit, les Glénan, Elaine, tu vas rire, mais je n'y suis jamais allée... cela fait partie de mes rêves, d'y aller, mais à la voile et non avec les vedettes moteur qui assurent des dessertes l'été. Mais déjà, comme Jelle, encore faudrait-il que j'arrive à maîtriser mon mal de mer...

pour ce défi, je vous avoue que je sèche... un peu . Je verrai dans la journée si l'inspiration me vient. Je dois avancer la rédaction de Just in Your dreams, sinon, je vais me faire dépasser par le calendrier alors que les idées sont là.

bonne journée !

Limeye

Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).
--------------------------------------------------------------------------------
Elaine

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

Bravo August, bonjour Limeye

le Rhin est le bon indice, je devrais proposer un nom à coucher dehors de ma région, il y en a plein! Sans parler des plats, j'ai résisté

Je comprends mieux pourquoi Limeye arrive si bien à décrire le mal des transports de Jelle!

Je dois avouer que pour le défi j'ai sêché, je vais aussi cogiter

A plus

Elaine


--------------------------------------------------------------------------------
August l

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

Les futuremen avaient vraiment de quoi se réjouir. Après des mois de patientes recherches dans les textes anciens, le recoupement de vieux proverbes, quatre expéditions infructueuses dans les bordures de la galaxie, ils venaient tout juste d'arriver devant le temple des Antéssédans sur une petite colonie terrienne des abords de Bételgeuse. Ils étaient peut être au bord de la plus fascinante des découvertes, rien moins que l'origine de l'humanité, car selon toutes les légendes, la plus ancienne des reliques était cachée quelque part dans le temple. Elle était citée comme "la côte d'Adam", et si Curtis et le professeur ne s'attendaient bien sûr pas à découvrir là une preuve de l'existence d'Adam et Eve, ils pensaient bien que le nom de cette relique était révélatrice son extrême ancienneté.

Le gardien du temple les regarda l'un après l'autre, s'attardant avec curiosité sur Grag et Simon et annonça
- Seuls les humains peuvent entrer dans le temple.
Curtis demanda à Grag et le professeur de faire des relevés topographiques et photographiques des alentours, puis Ezra, Mala, Curtis et Joan s'avancèrent, mais le gardien leva la main.
- Un instant, les humains peuvent rentrer, mais seulement les gens mariés. Nous ne tenons pas à ce que tout le monde vienne troubler la quiétude de ce lieu. Il faut pouvoir prouver un haut niveau de moralité.
Le visage de Curtis se tordit d'incompréhension
- Mariés ?
Le professeur s'avança
- Le mariage était un usage universellement répandu, je m'étonne que tu ne t'en souviennes pas, j'ai pourtant abordé ce point dans un cours d'anthropologie quand tu avais 13 ans. Entre l'antiquité la plus reculée et le 22 siècle, il a perduré une coutume nommée mariage. On en trouve mention à toutes les époques et dans presque toutes les cultures, des indiens Chihuahua à l'Angleterre de Shakespeare, des Romains aux Dénébiens. En gros et avec des variantes selon les cultures, un couple se présentaient devant un prête, un officiel, quelqu'un détenant l'autorité, et par la suite ils devaient vivre ensemble et renoncer à avoir une activité sexuelle ou amoureuse avec quelqu'un d'autre. Même moi d'ailleurs, je me suis marié ! C'était déjà largement passé de mode sur terre, et pourtant Bianca Stafior et moi avions décidé de le faire.
J'y pense tellement souvent... C'était à l'archipel des Glenans, nous étions sur un bateau et le capitaine, ce brave Archibald Haddock, un de mes vieux amis, avait gentiment accepté de célébrer la cérémonie. Il faisait beau ce jour là, la réverbération du soleil sur les vagues dessinait des petites lumières dansantes sur le visage de Bianca... la voix métallique du professeur se teinta de fréquences nostalgiques.
Ezra intervint.
- Oui mais marié, parmi nous, personne ne l'est. On n'est pas plus avancés.
Curtis se tournant vers Joan avec une grimace et lui demanda
- Euh Joan, je suis vraiment désolé de vous demander ça, mais si ça vous ennuie pas, le plus facile serait que nous allions voir un officiel de la colonie pour faire ce truc. Il faut absolument que je puisse rentrer dans ce temple.
Elle en avait vu d'autres dans sa carrière et ce n'était pas quelques démarches administratives qui allaient les empêcher de découvrir la côte d'Adam. Elle haussa les épaules en signe d'assentiment, ils remercièrent le gardien du temple et se mirent en route vers la ville. Là-bas, ils découvrirent que les choses ne seraient pas aussi simples. Il ne se passait pas grand chose sur cette petite colonie, la nouvelle qu'un couple souhaitait s'unir à l'ancienne se répandit comme une trainée de poudre et les journalistes de la presse locale insistèrent pour les rencontrer. Afin de ne pas risquer de soulever des interrogations qui pourraient compromettre leur mission, ils se présentèrent comme des personnes profondément attachées aux valeurs traditionnelles, et pour sauver les apparences, durent perdre des heures en préparation, essayages, choix d'alliances et rituels surannés, suivis plus ou moins discrètement par les journalistes.
A quelques minutes de la cérémonie, Curtis était hors de lui, il aurait volontiers fait sauter la tête du photographe qui, couché sur le plancher, s'imaginait le photographier discrètement sous le rideau de la cabine d'essayage. Il fit semblant de ne rien remarquer et sortit de la cabine en affichant un inaltérable sourire béat.
Joan ne semblait guère à son aise, un sourire tout aussi figé sur le visage, elle s'avança vers eux, ligotée par des couches de tulle. Mala explosa de rire
- Le Capitaine ressemble à un pingouin, et toi tu as mis un parachute ? Non mais regarde, on dirait que t'es coincée dans une meringue !
Ils pénétrèrent dans le bâtiment consulaire, suivis par toute une petite foule de curieux.
Le consul les accueillit gentiment, et ouvrit la cérémonie en leur proposant de s'assoir. Cela s'avéra impossible pour Joan, dont les jupons repoussaient la chaise à chaque tentative. Excédée, elle s'exclama "mais quel enfer !", s'excusa auprès du consul, lui demanda où étaient les services administratifs et quitta la pièce. Elle revint après quelques minutes. Elle avait enlevé ses encombrantes jupes, et offrait désormais aux regards une petite silhouette souple aux jambes joliment gainées de bas blancs, au visage espiègle délicatement ombré par un souffle de tulle.
Elle fit un clin d'oeil à Curtis qui la contemplait bouche bée et lui chuchota joyeusement "J'ai trouvé les bureaux, toutes les secrétaires m'ont aidée, c'est fou ce qu'on peut faire avec des ciseaux et une agrafeuse".

Bon je sais, c'est pas vraiment du jeu, on n'assite pas à toute la cérémonie
Mais si le prochain défi comme suggéré précédemment est "la nuit de noce", ne vous attendez pas à des miracles : à faux mariage, fausse nuit de noce => tous à quatre pattes à creuser dans la crypte du temple
--------------------------------------------------------------------------------
limeye

Re: Ecrire une histoire avec des mots imposés

J'adoooooooooore !!!

un seul regret : que tu n'aies pas raconté la suite de la cérémonie !

j'aime beaucoup quand le professeur Simon fait du Simon puissance 4 ! "Rappelle-toi le cours machin, gnia gnia... ". Et Mala qui n'oublie pas de balancer une gentillesse !

bon, c'est pas tout ça, mais la barre est haute, maintenant !

Limeye qui a le choix ce soir : cette histoire ou un passage, comment dire, suite à certaines insistances, il se pourrait bien que... vous verrez !

Limeye

Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti (Gandalf le gris / Tolkien).
--------------------------------------------------------------------------------
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 18:14
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Wink Bonsoir les filles,

pas possible de faire aussi drôle, un peu trop classique mon histoire à mon goût.


Mala était très ému, il tenait les alliances et ne voulait surtout pas les perdre, mais Limeye déboucha poursuivit par fregolo , le fit trébucher et une bague roula par terre. Crag qui essayait de les attraper se jeta par terre pour la rattraper et fit complètement tomber Mala, entraînant le second anneau dans le sillage de la première. Aussitôt les deux complices se précipitèrent mais s’arrêtèrent net, Curtis arrivait, en voyant leurs mines tétanisées, il se demanda ce qui clochait mais rien aujourd’hui ne pouvait l’atteindre, car comme disait le proverbe « il faut mettre de l’eau dans son vin ». Rien n’avait changé , toujours les deux complices qui se chamaillaient. Il leur tapa sur l’épaule et sortit, Mala et Crag se regardaient, « Vite, trouvons les avant qu’il ne s’en rende compte, sinon je te tue boule de gomme !
La réverbération d’un reflet inhabituel sur le mur leur indiqua qu’ils étaient tombés sous le plancher de la salle de la cérémonie. Ils avaient encore 20 mn, l’enfer pensa Mala car le monde allait arriver. Effectivement Madame Carthew , portant son Chihuahua et guidait le fleuriste pour poser l’arrangement. Dans sa foulée, la famille de Joan, Ezzra, quelques rares amis, tous ceux qui avaient comptés au cours de leurs aventures ne voulaient manquer cet événement pour rien au monde. La fréquence des arrivées rendait le repêchage des alliances délicat.
De son côté Joan était aussi très nerveuse, sa robe de style empire était très simple, seul le chignon d’inspiration greco-romaine complétait cette élégance discrète, à la place des rubans il y avait des perles.
Tout était dans les tons blancs cassés, sa meilleure amie , Jelle la regardait très émue, « Ma chère tu es magnifique, si Curtis te voit j’espère qu’il ne t’enlèvera pas. Aucune chance d’être une meringue ! « Joan sourit . Elle voulait que ce soit le plus jour de sa vie, personne n’aurait le droit de la gâcher.
Ken entra, inquiète elle lui demanda où cela en était ; « tout le monde est déjà là, il ne manque plus que toi, tu devrai voir Curtis, il commence déjà à s'impatienter.
- Tu as préparé les noms sur les places ?
- Tu me prends pour qui, j’ai vidée trois agrafeuses, j’en ai la main toute endolorie ! » fit-il d’un air taquin. Lui aussi était heureux, son rêve se réalisait enfin.
Joan le prit dans ses bras, puis soupira, « bon je crois qu’il faut y aller, n’est-ce pas ? »
Elle ne savait plus très bien comment elle était arrivée en face de lui, ni ce que l’officier avait dit, ce n’est qu’au moment d’apporter les alliances, qu’un bruit énorme résonna. Tout le monde tourna la tête, Mala et Crag portaient les alliances tout sourire. Curtis et elle se regardèrent, s’ils ne les connaissaient pas , ils diraient qu’ils avaient fait une bétise. Non, rien ne distrairait cet instant. Ils échangèrent leurs promesses en se regardant droit dans les yeux, heureux, et s'embrassèrent..
Ils durent encore saluer beaucoup de monde pour descendre de leur petit nuage, puis partirent rapidement, Curtis pilotait le cosmolem. Il avait choisi un endroit peu accessible, inconnu des New Yorkais, un petit paradis protégé, dans l’archipel des Glénans au large des côtes françaises. De là il avait prévu ensuite de visiter l’Europe, Rome, Paris, Berlin. Joan tenait à aller en Angleterre, Londres et même à Stratford-upon Avon, la ville natale de Shakespeare. Ils en auraient au moins pour un mois de vrais vacances. Incroyable, cela ne lui était jamais arrivé à 35 ans passé!

Elaine

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Héhé, tu t'en es bien sortie avec Jelle Wink !

sincèrement, je m'attendais à pire de la part de Grag et Mala ! Je pensais que tu nous aurais réservé une vraie surprise en confiant les alliances à ces deux-là...

voici ma version, attention, ça va faire peur ! On avait bien dit le mariage de l'un ou des deux ? Et bien, j'ai choisi la première option. Par contre, impossible de respecter l'ordre des mots... C'est un peu long (comme d'hab', vous allez dire), mais là, j'étais un peu obligée de planter le décor pour que ça tienne quand même la route...

bonne lecture !

Limeye Smile


- Miss Randall ?
- Oui, Président Carthew ?
- Venez tout de suite dans mon bureau. Une affaire urgente.
- A vos ordres.
Joan se précipita vers l'ascenseur et quelques minutes plus tard, elle arrivait devant le bureau du Président. Anne, sa secrétaire, était en train de manier l'agrafeuse pour relier ensemble divers documents. A sa mine soucieuse, Joan se demanda ce qui se passait. Anne la fit entrer aussitôt.
- Merci, lieutenant, d'être venue si vite. J'ai une affaire délicate à vous confier. Vous n'êtes pas sans savoir que nous sommes en pleines négociations avec le peuple de Lors. Celui-ci possède des richesses dont nous aurions bien besoin, notamment, des pétales de narcisses de l'archipel des Glenan. Vous l'ignorez peut-être, mais des graines ont été récupérées après le grand cataclysme, et c'est Lors qui en a obtenu la conservation. Vous savez que les pétales de cette fleur entrent dans la composition de remèdes permettant de soigner l'impact des hautes fréquences des voyages interplanétaires.
Elle acquiesça.
- Pour la bonne réussite de nos pourparlers, nous allons devoir conclure une alliance entre nos deux peuples. Et c'est là que vous allez intervenir. Vous allez devenir l'épouse de l'un des princes héritiers de Lors.
Joan ouvrit de grands yeux. Quoi ? Avait-elle bien entendu ? Le Président perdait la tête ou quoi ? Il n'avait jamais été dans ses intentions de se marier...
- Je sais que la demande est particulière, lieutenant. Mais vous êtes la seule à laquelle nous pouvons confier cette mission. Dès que nos pourparlers auront abouti à un accord, il sera possible de faire annuler ce mariage, je vous rassure.
Joan baissa un instant les yeux vers le plancher.
- Acceptez-vous cette mission ?
- Et si je refuse ?
- Vous mettriez en grand péril notre principale source potentielle d'approvisionnement de pétales. La vie deviendrait un enfer pour des milliers de malades.
- Bien. Si vous pouvez me garantir que ce sera un mariage blanc...
- Vous avez ma parole.
- Quand doit se dérouler la cérémonie ?
- Dans une heure. Rejoignez mon épouse, elle va vous préparer. Nous serons, elle et moi, vos témoins.
Une heure plus tard, dans un des petits salons de la Présidence, Joan se retrouvait entourée par seulement James et Eléonore Carthew. A ses côtés, un prince de belle allure, au beau visage, aux yeux sombres. Elle lui donnait approximativement une petite dizaine d'années de plus qu'elle. L'officier chargé de la cérémonie demanda alors :
- Y'a-t-il quelqu'un ici présent à vouloir s'opposer à cette union ? Qu'il parle maintenant, ou se taise à jamais.
Joan se demandait bien qui aurait pu intervenir à cet instant précis, lorsqu'un éclair étrange se refléta dans l'une des vitres du salon. Elle crut que c'était simplement la réverbération d'un des lustres en cristal de la pièce, mais non. Alors que l'officier allait reprendre la parole, une voix qu'elle aurait reconnue entre toutes se fit entendre.
- Moi, je m'y oppose.
Les personnes présentes se retournèrent saisies. Un murmure courut dans la salle. Le Président Carthew pâlit. "Bon sang, pourtant, je l'ai envoyé à l'autre bout de la galaxie ! Que vient-il faire maintenant ? Il va tout gâcher... Et toute l'équipe est au complet, avec lui ! Il vient carrément en force ! Même l'espèce de chihuahua du robot est là... "
- Capitaine Futur, je suis heureux de vous voir, bafouilla cependant le Président.
- Vraiment ? Ce que vous avez comploté est indigne de vous ! Vous savez très bien que vous ne pourrez pas annuler ce mariage ! Une fois qu'il sera signé, Joan sera à jamais citoyenne de Lors ! Vous n'aurez plus aucun pouvoir ! Les papiers que vous avez préparés sont tout ce qu'il y a de plus officiel et le divorce est impossible sur Lors.
A son tour, Joan avait pâli. Si le Capitaine Futur parlait de complot... elle était prête à le croire. Mais elle se sentait aussi terriblement triste et ennuyée. Elle aurait voulu comprendre ! Elle s'avança alors vers lui, inquiète.
- Curtis ?
- Joan, j'ai juré à Ezra de veiller toujours sur vous. Vous devez rester libre de vos choix. Aucune mission ne doit vous faire renoncer à votre liberté. Etre ou ne pas être libre, voilà tout ce que l'on vous propose. Et ce n'est pas un mauvais proverbe de Shakespeare !
- Mais... si je refuse... il en va de la vie de milliers de malades ! Je ne pourrais vivre sereine, alors que je saurais qu'ils connaîtront de terribles souffrances à cause de moi... vous-mêmes, un jour, pourriez avoir besoin de ce remède...
- Simon a mis au point un antidote, une autre formulation, pour laquelle il n'est pas nécessaire d'avoir ces pétales. Vous pouvez refuser sans crainte de participer à cette comédie qui n'en est pas une !
Elle poussa un soupir de soulagement. Si Simon avait trouvé une autre solution... Elle se tourna alors vers le Président, au front couvert de sueur. Toute sa négociation reposait sur cette alliance ! Le Capitaine allait tout faire échouer ! Le prince ne semblait pas content, mais Joan l'ignora. Elle fixa l'officier chargé de la cérémonie et dit simplement :
- Joan Randall je suis, Joan Randall je reste. Au revoir, messieurs. Madame Carthew... je ne manquerai pas de vous renvoyer les vêtements que vous m'avez prêtés pour l'occasion.
Et elle sortit très digne, suivie par toute l'équipe des Futurmen. Quand ils se furent un peu éloignés, elle se tourna vers le professeur Simon et lui demanda :
- Qu'avez-vous trouvé, professeur, pour remplacer les pétales de narcisses ?
- Quelque chose de très simple, que l'on trouve facilement sur Terre, dans toutes les bonnes boulangeries : de la meringue.

Limeye

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 18:16
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
bravo pour la chute! ;D [laughnot]

moi non plus je n'ai pas respecté l'ordre avec le plancher je n'y arrivais pas!
Bonne nuit!

Elaine
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
hum, c'est pas à moi qu'on reprochait de ne pas avoir décrit la cérémonie jusqu'au bout ? [happywave]

pas pensé à respecter l'ordre des mots cette fois, on avait carte blanche

l'espèce de chihuahua du robot [rollsmile]

Quel enfoiré ce Carthew !! [motz]

August

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
A me relire aussi, l'espèce de chihuahua me faire rire moi-même ;D !

Bon, on continue avec la nuit de noces ;D ?

comme le thème est imposé, on se donne toujours la liberté de ne pas respecter l'ordre des mots, mais j'ajoute un mini-défi supplémentaire, différent pour chacune d'entre nous :

- A Elaine, obligation de placer dans l'histoire : des jarretières en dentelle de Calais de couleur champagne (elles ont été bien appréciées précédemment, donc je ne vois pas pourquoi on n'y aurait pas droit une deuxième fois)

- A August : pas de bébé et on va voir ce que ça donne dans la crypte du temple (si cela t'inspire... mais tu n'es pas obligée de nous écrire la suite ! c'est une suggestion pour rire Wink )

- A Limeye : un bébé et la suite de la fausse cérémonie (idem, si je me sens inspirée...).

Ca vous semble équitable comme ajout ;D ?

Et pour les mots, je commence la liste et je vous laisse compléter :

Bételgeuse (pour les lieux) / Samovar / baignoire

Pas trop dur, non, pour démarrer ? Si ??? Very Happy

Bonne journée !

Limeye Smile
------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour les filles !

Je relève le défi, la nuit de noce avec les jarretières, mais passer des Glénans à Betelgeuse, ;D pas mal ;D je vais trouver une astuce,

donc Beltégeuse, samovar, baignoire

j'ajoute préservatif (quand même il n'y a pas que la contraception féminine), film, et pape. Si vous y voyez du mauvais esprit c'est purement fortuit et sans rapport avec des personnes connues. [angel] Tout dépend ce que nous en faisons ;D J'adore jouer

allez bon courage

Elaine
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je sens qu'on va bien rigoler...

On n'a pas fait exprès, mais je note quand même que c'est la St Valentin aujourd'hui... ;D


Cela dit, me voilà plus sérieuse : Claudrick a participé à notre jeu en version allemande et a accepté que je vous livre la traduction de sa petite nouvelle, à partir du défi vélo, temple, etc... Voici ce que cela donne, sous réserve de ne pas avoir fait de contre-sens bien entendu. Elle est prête à participer à la série précédente, mais il faudrait traduire les mots... je n'ai pas mon dico sous la main, je ne suis pas certaine de la fiabilité absolue de mon petit site de traduction, est-ce que l'une d'entre vous peut m'aider à fournir les bons mots en allemand ?


"Merde, encore une fois", se plaignit Ezella Garnie, haletant sur son vélo de montagne alors qu'il abordait la dernière longueur. «Si j'avais su que ce nid de pirates était une réserve naturelle, et que les véhicules à propulsion nucléaire n'étaient pas autorisés, j'aurais confié cette mission à un sous-fifre !"

Le nid de pirates dont parlait Garnie se trouvait sur la petite péninsule au large de l'île de Manhattan et n'était accessible que par ferry et vélo. Des moines tchèques y avaient construit un monastère et lui avait donné le nom de Marienbad.

"Jammer pas là,» répondit Joan en riant et en tenant son visage dans la brise tiède du printemps alors qu'elle attendait Ezra tout en haut de la piste cyclable. «C'est une belle journée, et cela fait du bien de nous sortir de nos bureaux. C'est presque comme un voyage ! "

Le Marshall grommela encore jusqu'à ce qu'ils aient finalement atteint le monastère. En arrivant à la porte, Ezra se moqua de la technologie de sécurité obsolète du monastère.

«Mon Dieu, le code d'accès de ce système pourrait être trouvé par un bébé !"

Quand un vieux moine courbé enfin les rouvrit, ils enlevèrent leurs casques et posèrent pied à terre. Un troupeau de canaris dans une volière pyramidale, installée dans la cour du monastère, faisait un enfer d'un bruit. Le moine, cependant, les conduisit dans un petit bureau, où, posée sur un chevalet, se trouvait un petit tableau du siècle passé sur lequel était représenté le ciel de la nuit sur une ville côtière pittoresque. "La peinture était jusqu'à récemment encore détenue par l'un de nos frères», dit le moine. "Mais son sèche-cheveux est tombé dans la baignoire, alors qu'il s'y trouvait encore."

"Je suis désolé", laissa entendre Garnie qui s'apprêtait à faire une nouvelle remarque sur la technologie de sécurité désastreuse du monastère, si Joan ne l'avait pas retenu.

"La peinture porte bien la signature de Picasso ?" Dit l'agent.

"En effet," répondit le moine avec empressement, pointant à la signature minuscule mais frappante dans le coin inférieur droit. "Pensez-vous que c'est un vrai ?"

"Nous ne savons pas, malheureusement», a déclaré Joan. «Nous sommes ici uniquement pour veiller à la sécurité du tableau, jusqu'à ce que les experts arrivent."

"Ah, eh bien ...», répondit le vieillard qui quitta la pièce. Un peu plus tard, ils entendirent les moteurs bien trop familiers d'un vaisseau spatial. Les deux agents se regardèrent avec incrédulité.

"Future est maintenant aussi sur expert en art ?", demanda Garnie, incrédule.

"Il est probable qu'il reconnaît dans la peinture une constellation, et qu'elle ne puisse être un faux, parce que la vision du ciel de Picasso était très différente... Ou quelque chose comme ça », dit Joan, souriant et attendant avec impatience de voir le Capitaine.

"Et bien sûr, il peut, contrairement à nous, venir ici avec le vaisseau spatial », fit encore remarquer Garnie en s'asseyant avec ostentation sur son casque.

Limeye

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 18:18
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Beltégeuse, samovar, baignoire / préservatif / film / pape / ionisant / mannequin / fratricide

Je n'ai pas choisi mes mots, j'ai ouvert le dico au hasard plusieurs fois, quand même éliminé quelques trucs trop tordus (liquoriste, fustet et fontanelle) ;D

Limeye : ok pour la crypte, certainement la fin de la cérémonie, même si je ne vois pas trop où caser le fratricide

August
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonsoir les filles !

il en manque un... plume, ça vous va ? C'est mignon, plume, non ? ;D

Limeye
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Va pour plume. Heureusement que tu as bon esprit [naughty] Si tu avais eu des idées plus euh, enfin moins... ça aurait pu être peau d'ours devant la cheminée

August
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
au fait, August, tu te moques de nous en disant que tu auras du mal à caser le fratricide dans la crypte. Et Abel et Caïn ? Hum, après tout, puisqu'ils sont censés chercher la côte d'Adam...

C'est peut-être toi qui as le plus de chance d'y arriver ! Moi, j'avoue... déjà le pape, faut se le farcir, alors le fratricide... un pape fratricide peut-être ???

Bon, je cogite... ;D

Limeye Smile
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
au fait, August, tu te moques de nous en disant que tu auras du mal à caser le fratricide dans la crypte. Et Abel et Caïn ? Hum, après tout, puisqu'ils sont censés chercher la côte d'Adam...

Dans mon idée, c'était un temple à la indiana jones, pas lié à la religion catholique, jamais je n'aurai pensé à Abel et Cain ! De toute façon, maintenant, vu que tu en as parlé, je ne pourrai pas m'en servir [nono] Et tu crois que Samovar, c'est du tout venant ? ;D

August
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
question: betelgeuse (August) ou Beltegeuse, la géante rouge? (Limeye)

Elaine
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Huh ? Il y a plusieurs Bételgeuse ? ??? Ma petite colonie est dans le secteur de Bételgeuse, l'étoile. Je n'en connais pas d'autre de toute façon.
Je me disais bien que j'étais favorisée avec Bételgeuse qui fait partie de la 1ère partie de mon histoire.
Pas de soucis pour moi, on peut changer contre autre chose.

August
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
J'étais partie avec Betelgeuse, l'étoile d'Orion... j'aime bien Orion.

Mais on peut changer... Je me disais qu'on avait choisi jusqu'à présent des lieux sur Terre, donc, là, c'était pour varier un peu...

Limeye

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 18:19
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Pas de problème, j'ai opté pour l'étoile!

Lorsque Curtis réceptionna Joan dans ses bras, il faisait déjà nuit, une belle nuit d’été, betelgeuse rayonnait. L’ile Saint Nicolas était désertée à cette heure, ils savouraient leur tranquillité après cette journée forte en émotions et se dirigeaient vers le seul petit hôtel. L’accueil avait un air surrané, un vieux comptoir qui faisait bar, des fauteuils en cuir et entre les coupes de voile, un vieux samovar en argent avec une vieille photo d’un officier de marine. Curtis s’attendait à mieux d’après le site internet mais Joan semblait ravie du dépaysement,
« Vous désirez, Monsieur, Madame ?
-j’ai réservé une chambre au nom de Monsieur et Madame Newton,
- oui, tout à fait, je me demandais si vous alliez encore venir, une chambre double avec baignoire, n’est-ce pas ? « Curtis fut étonné mais répondit par l’affirmative. L’hôtelier les conduisit, prit leurs bagages et ouvrit la chambre, elle était très jolie, le charme français, soignée et équilibrée , Curtis fut rassuré.
« la maison est ravie de vous accceuillir, n’hésitez pas à appeler la réception si vous avez besoin de quoi que ce soit,il y a des petits savons de dépannage, du shampoing, et même des préservatifs « fit-il d’un air entendu à Curtis. Il sourit poliment et lui donna un pourboire.
Enfin seuls ,Curtis s’approcha d’elle « tu ne vas pas faire çà ta nuit de noce, quand même ? «
Joan avait allumé la télévision, intriguée « Oh, non, rassures toi j’avais juste envie d’entendre du français » mais elle fut déçue quand elle vit qu’ils passaient des vieux films américains, les actualités de CNN où le pape avait abdiqué. Elle éteignit l’appareil toute souriante et détendue, elle passa ses bras autour de son cou.
« Monsieur Newton, « fit-elle d’un air sévère,
-Madame Newton ?
-Je trouve proprement scandaleux que vous soyez encore habillé et que vous n’ayez même pas essayé de m’enlever ma jarretière en dentelle de Calais . Je l’ai exprès choisie pour vous, assortie à ma robe, couleur champagne.
-Oh, mais je m’exécute ma chère ! « Et ce faisant il la porta jusqu’au lit où il laissa ses mains remonter avec beaucoup de chaleur vers la jarretière en question. Ils se déshabillèrent rapidement sans s’arrêter de s’embrasser et de se caresser, lorsqu’un reflet ionisant mobile les interrompit. Le reflet revint une vingtaine de seconde plus tard, puis un bruit d’enfer éclata, un bruit d’hélicoptère de l’armée !
« C’est la gendarmerie nationale, veuillez rendre les armes ! »
Curtis se redressa immédiatement, Joan remonta la couverture sur elle. Il enfila son pantalon, réalisant qu’il n’avait pas d’armes et ouvrit les volets, sidéré il vit devant lui l’arrestation en direct d’une criminelle en fuite. Elle était plutôt jolie, une taille mannequin. Les policiers lui firent signe de refermer les volets, ce qu’il fit. Il souffla, regarda Joan, franchement contrariée. « désolée, un réflexe !
« tu as intérêt à te faire pardonner !
- Au moins on aura un souvenir !
- J’espère bien que ce ne sera pas le seul ! » fit-elle d’un air taquin.Il la rejoignit rapidement et cette fois la nuit fut à la hauteur de ses espérances.

Lorsque le lendemain le plateau du petit déjeuner arriva, le journal parlait déjà de l’arrestation de Solenn L. une machiavélique fratricide .
Les viennoiseries étaient délicieuses et Curtis savourait la vue sur le port, Joan le regardait ravie. Quelle nuit ! La confiture était délicieuse, faite maison, ;

« Heureusement que nous ne restons pas trop longtemps car si les repas sont aussi pantagruéliques que ce petit déjeuner, je vais passer du poids plume au poids lourd !

- De toute façon, j’espère bien que tu grossiras vraiment, un jour « dit il en se retournant avec un regard significatif.

Elaine

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 18:20
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Déjà !!! Plus vite que l'éclair ! Avec Elaine, c'est ça, aussitôt demandé, aussitôt posté ! ;D

August
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
C'est plus fort que toi hein ? Ton défi ne comportait pas de bébé, il faut quand même que tu y fasses allusion

August
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Je ne suis pas en reste...

Alors, j'ai bien le bébé [baby] et les dix mots ! Ionisante m'a donné quelques sueurs froides, j'ai un peu improvisé. Aucune originalité pour le mannequin, par contre... j'avoue ! Puisque dans le défi précédent, il n'y avait finalement pas eu de mariage, je vous offre donc une suite coquine de leur mariage version Beloga.

Evidemment, je n'ai pas pu faire court (mais plus c'est long, plus c'est bon ;D), notamment pour le passage dans la baignoire... je vous laisse découvrir ce qu'ils y font [naughty] !


- Et si on se décidait à l'essayer, ce lit ?
Lui a-t-il finalement proposé, pour l'amener à penser à autre chose qu'à cet étrange cadeau que Jelle leur avait fait.
Elle a souri et elle l'a laissé la déshabiller, dénouer la ceinture rouge qui soulignait la forme ronde de son ventre, enlever sa chaude robe grise. Bébé est bien au chaud. Finie la taille mannequin, Madame Newton !
Il la porte vers le lit, la rejoint l'instant d'après. Ils vont prendre un peu d'avance sur la nuit de noces, puisqu'il est encore tôt, en ce milieu d'après-midi. Mais ils aiment bien ne pas faire comme tout le monde.
Après l'amour, il rit presqu'en reposant sa tête sur le ventre rond. Quelque chose l'amuse, et cela intrigue Joan :
- Pourquoi ris-tu ?, demande-t-elle en faisant glisser ses doigts dans ses cheveux.
- Je repense à une blague que m'a balancée Clara tout à l'heure. Elle m'a dit que j'étais un vrai mécréant car je t'avais fait un enfant hors mariage, que je n'avais pas écouté les conseils du pape concernant l'usage des préservatifs.
Joan éclate de rire.
- Clara se croit encore dans un film ! Elle ferait mieux de faire attention à ce qu'elle fait avec les hommes. Un jour, il lui arrivera des bricoles. Elle pourrait tomber sur un pervers, un dangereux criminel, un fratricide sado-masochiste.
- Si ça se trouve, ça lui plairait...
Et ils partent tous deux dans un tel fou rire, qu'ils en pleurent.
- On va pouvoir remplir une baignoire avec toute cette eau, réussit à dire Curtis entre deux rires.
- A propos de baignoire..., reprend Joan, un rien coquine, après le lit, j'essayerai bien la grande baignoire qui se trouve dans la pièce à côté...
- Comme tu veux, ma douce, tout le plaisir est pour moi... laisse, je m'en occupe, ajoute-t-il alors qu'elle est déjà prête à se lever.
Elle le laisse quitter le lit, le regarde amoureusement se diriger, nu, vers la salle de bain, puis elle s'étire, pose ses mains sur son ventre, pour calmer d'une caresse le petit être qui s'y promène. Quand il lui dit que c'est prêt, elle se lève et le rejoint. Il est installé dans la grande baignoire, au milieu d'une quantité impressionnante de mousse. Elle enjambe le rebord, et il dit, moqueur :
- j'ai veillé à ne pas trop la remplir, tu risquerais de la faire déborder...
- tu ferais mieux de me laver le dos, au lieu de dire des âneries. On croirait entendre Otho...
- c'est seulement le dos que tu veux que je lave ?
- non, fais-moi un shampoing aussi. J'adore quand tu me laves les cheveux.
Il se tourne alors et attrape le shampoing contenu dans un samovar. Il se dit que l'hôtel est parfait, mais que la décoration en est un peu étrange quand même. Elle s'est assise entre ses jambes, lui tournant le dos. Elle ferme les yeux quand il commence à glisser ses doigts couverts de shampoing dans ses cheveux. Elle s'appuie contre lui, ses seins lourds, aux auréoles sombres, pointent au milieu de perles de mousse ionisante. Il essaye de se concentrer sur les cheveux, mais impossible. Comment résister à une telle vision ? Sous ses caresses, il la sent frémir, elle veut se retourner, mais manque de glisser, il la rattrape par un rapide réflexe, mais se retrouve un instant la tête sous l'eau. Il en émerge, un peu de mousse sur le nez et elle rit.
- Tu crois que c'était une bonne idée, la baignoire ?, dit-il. Je pense que c'est un endroit beaucoup trop dangereux pour une femme enceinte amoureuse et un rien nymphomane. Tout cela à cause du bébé ! Tu ne veux pas plutôt retourner dans le lit ?
Elle soupire. Dommage, elle aurait vraiment apprécié un câlin dans la baignoire, car elle se sent plus légère dans l'eau, mais il a raison. Elle ne peut pas prendre de risques inconsidérés à cause du bébé. Il sort le premier, l'aide à quitter la baignoire et l'enveloppe dans une serviette très douce. Le lit les accueille à nouveau.
La nuit est tombée. C'est vraiment notre nuit de noces, maintenant, pense Joan, en regardant rêveusement le ciel à travers la grande fenêtre. La neige a cessé, et les nuages se déchirent par endroits, laissant voir quelques étoiles.
- C'est Vénus, là-bas ?, lui demande-t-elle en désignant une étoile assez brillante.
- Non. Réfléchis...
- Alors c'est Sirius, pour briller comme cela.
- Tu n'es pas loin de la vérité, mais ce n'est pas Sirius. Il est encore trop tôt ce soir pour qu'on la voit. Cherche encore, mais je vais te donner un indice. Pense au maître du chien.
- Alors, Bételgeuse !
- Bravo !
Sur le petit matin, Joan est réveillée par une étrange caresse. Elle se demande bien ce que Curtis a trouvé pour lui faire cet effet-là. Par moment, c'est comme une petite chatouille, mais c'est aussi très doux. Elle ouvre les yeux et son regard bleu croise son regard gris sombre. Il a trouvé une petite plume blanche et il joue avec sur son ventre.

Limeye

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 18:21
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
;D chouette: ;D [bthumbup]

on redémarre?

http://www.youtube.com/watch?v=GGfxqsgpe64

Chouette / accouchement / poule / schtroumpf

[devil] j'ai vraiment mauvais esprit?

a plus!

Elaine
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Qui a parlé de mauvais esprit ? Chuis morte de rire... ;D

Mais il faut attendre August pour la version "nuit de noces"... [work]

sinon, je propose comme autres mots : mandarine / empreinte

comme lieu : la caverne d'Ali Baba (ben quoi, c'est pas une clinique réputée sur Vénus ?)

et la personnalité : le docteur Ogino (nannn !!! c'est une blague !!!) je laisse le choix à August de nous donner une personnalité (sauf si vraiment Ogino vous inspire [naughty])

cela dit, je n'ai pas pris le temps de commenter ta version d'hier soir, mais très bien rendue la description de l'île St Nicolas, on s'y serait cru ! Le charme désuet de l'hôtel, les confitures maison, jusqu'à la gendarmerie mobile du coin qui les interrompt au meilleur moment ;D

a plus aussi, j'ai un morpion à mettre au lit !

Limeye
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Voici la fin de la cérémonie et le tout début de la euh disons... nuit de noces. Campant sur ma ligne dure, je vous informe que : pas de bébé, et pas de scène hot Cool

... et maintenant, vous pouvez embrasser la mariée.
L'assistance éclata en applaudissements. Curtis fut brutalement arraché à l'espèce de torpeur qui l'avait saisi au retour de Joan après son changement de tenue. Il lui avait fallu de grands effort pour détourner d'elle ses yeux et regarder l'officiant. Il avait passé la cérémonie à faire semblant d'écouter, les yeux fixés sur le battant de la fenêtre ouverte derrière l'officiant, dans lequel se reflétait une mignonne créature en blanc, au fin visage lumineux, légère comme une plume.
Se tournant vers elle, il releva légèrement la voilette qui masquait joliment ses traits et l'embrassa légèrement. Ce fut comme si tous les fours de l'univers s'étaient brutalement allumés dans sa tête, ainsi que quelques uns à d'autres endroits de son corps. Il reprit sa place, l'officiant les félicita et ils prirent le chemin de la sortie. Curtis tenant Joan par la main semblait étrangement absent, et la jeune femme avait l'air un peu égarée.
Arrivés à la porte du bâtiment, toujours désireux de sauver les apparences sur la réalité du mariage, ils s'arrêtèrent un moment pour permettre aux badauds de les saluer. Curtis repéra le photographe qui l'avait espionné dans la boutique. Il s'était encore couché par terre, cette fois pour photographier en contre plongée les jambes de la mariée, ah non pas de ça bonhomme ! Curtis en s'avançant fit mine de trébucher sur le photographe et envoya d'un coup de pied l'appareil voler sur la route, où il s'ouvrit comme un fruit trop mûr, laissant le film se dérouler derrière lui.
Le soir venait, dans le ciel obscurci on commençait à distinguer Bételgeuse et ses filaments de matière colorés par les particules ionisantes. Un spectacle unique, bouleversant de beauté et de grandeur, que même le pape était venu admirer.
Simon les arracha à la contemplation en leur rappelant que le temple fermait dans moins de deux heures, aussi se dépêchèrent ils d'y retourner. A leur arrivée, Curtis et Joan se précipitèrent vers le gardien.
- Ca y est, on est mariés, on peut entrer maintenant ?
Le gardien les examina stupéfait, puis éclatant de rire
- Nom d'un samovar ! Ne me dites pas que vous pensiez qu'il est obligatoire de venir en tenue de noces ?
Confus, Curtis improvisa
- Nous devons retourner sur terre ce soir, nous n'avons pas eu le temps d'aller jouer les mannequins pour encore changer de tenue. Alors, pouvons nous entrer oui ou non ?
- Bien sûr, suivez moi.
Une fois la porte du temple déverrouillée, Curtis remarqua que le gardien manifestait un intérêt très marqué pour les bas blancs de Joan. Curtis lui adressa un petit signe et elle fit donc diversion en posant des questions au gardien pendant que Curtis faisait une copie de la serrure pour pouvoir revenir tranquillement pendant la nuit. Ils suivirent le gardien qui les guidaient dans le bâtiment, leur en détaillant les décorations de pierre, la structure et l'histoire. A la fin de la visite, le gardien verrouilla la porte et s'en alla, sa journée finie. Il leur avait dit qu'après une journée dans la poussière, il lui tardait de retrouver sa baignoire, et s'occuper de ses jumeaux de 4 ans, toujours prêts à se livrer à des batailles fratricide pour des broutilles.
Il fallait attendre le milieu de la nuit pour pouvoir retourner au temple en toute sécurité. Ils profitèrent de l'attente pour retourner au cyberlab s'équiper pour l'exploration et manger un morceau. Les yeux d'Ezra s'arrondirent lorsqu'il vit Curtis extraire d'un tiroir une poignée de préservatifs. Joan, écarlate, eut un petit hoquet, le professeur émit un grincement métallique.
- Garçon, tu ne te rappelais pas ce qu'est le mariage, mais pour ce qui est de la nuit de noces, tu m'as l'air très au point.
Mala rajouta
- Un poil ambitieux, peut être...
- On n'a vraiment pas le temps de plaisanter, vous devriez savoir qu'il n'y a rien de mieux qu'un préservatif pour transporter des échantillons fragiles.

August

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 18:22
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Chouette / accouchement / poule / schtroumpf / caverne d'Ali Bébés /mandarine / empreintes / Ogino / officier / frimeur

August
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
;D [bthumbup]

des préservatifs pour transporter les échantillons ;D ;D ;D, je m'étonne qu'il n'ai pas regardé la taille!

A propos, l'histoire avec contrainte? Je propose ou selon votre inspiration ou au choix

- sans bb de nos deux héros (faut que je remonte ma cote auprès d'August)

- la suite des histoires

cela vous convient?

A plus, [hello]


Elaine
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bonjour à vous !

je trouve également excellente cette suite de l'histoire. Et la chute est évidemment très drôle !

je veux bien me lancer dans le défi suivant, mais sans bébé avec une Joan enceinte jusqu'au cou, je ne sais pas comment je vais me tirer d'affaire... ???

par contre, je me disais que j'aurais bien tenté de respecter l'ordre, pour mon propre défi.

je laisse cogiter et je vous livre cela dans la journée...

bonne matinée ! [hello]

Limeye
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
parfois l'inspiration vient toute seule,

sans bébé! [smug] [smug] [smug]



Joan et Curtis étaient impressionnés , l’autel de Pergame était une pure merveille de l’art hellénistique et le musée berlinois avait su rendre la majesté de ce monument. Les dieux qu’on aurait cru vivants exposés sur les côtés, la grandeur. L’ étape à Berlin dans leur voyage de noce était passionnante, ils revivaient l’histoire en accéléré.
Joan montra Athena à Curtis, qui ne pu cacher son étonnement qu’elle parvienne à la reconnaître.
« c’est facile, c’est une guerrière, et elle porte toujours la chouette sur son plastron. Tu me prends vraiment pour une inculte ?
- Avoue que tu as lu le nom en dessous !
- Tu es vexant. Non, je ne l’ai pas lu. «
Il ne parvint pas à se rattraper beaucoup mieux dans la suite de la visite, Joan gardant l’audioguide contre son oreille. Curtis prit son mal en patience mais dans le métro Joan ne lui adressa pas la parole.
En rentrant à l’hôtel il réflechissait encore comment se faire pardonner quand l’ascenseur qui montait à leur chambre fut bloqué deux étages précédents.
Un couple en pleine panique entra, la femme était enceinte et criait, Curtis et Joan se regardèrent, l’accouchement était pour aujourd’hui ! cependant quand ils voulurent refermer les portes elles bloquèrent, la femme n’en pouvait plus et s’accroupit en tenant son ventre
« il faut que je pousse ! « Curtis réagit en urgence, demanda aux curieux de chercher des draps, Joan était tétanisée mais eut le réflexe de s’agenouiller pour que la jeune femme puisse y poser sa tête et appela les secours. Curtis rassura le mari en lui expliquant qu’il avait des compétences médicales. Ils l’allongèrent , le mari tenant la main de sa femme pour la calmer. « Allez ma poule » curtis sourit, Joan aurait détesté ce surnom. « ne vous inquiétez pas, c’est pour bientôt, je vois la tête du p’tit schtroumpf ! ».
Dans le quart d’heure Curtis sortit l’enfant, l’emmitoufla dans les draps et posa contre sa mère. Le médecin arrivait juste, les secours prirent le relais.
Tout d’un coup l’intensité était retombée, ils se sentirent comme dépossédés, l’accouchement les avait suffisamment bouleversés pour oublier leur petite querelle. Joan sauta au cou de Curtis et l’embrassa passionément pour qu’ils se dirigent sans tarder vers leur chambre.
Ils s’étaient enlacés et savouraient l’après quand le téléphone sonna, Curtis s’étira pour prendre le combiné.
« Professeur ? Non, vous ne nous dérangez pas, quelque chose de grave ? » Joan écoutait distraitement et comprit que l’urgence du professeur était une nouvelle découverte, dix minutes plus tard il avait raccroché.
« Alors, tout va bien, il a trouvé la caverne d’Ali baba ?
-mieux que cela mais c’est trop compliqué à t’expliquer…
-tu recommences !
-mais non, je..regarde, tu vois cette mandarine ? c’est la Terre, alors imagine que le professeur ait trouvé un moyen d’expliquer sa rotation ! » Sur ce ayant appris de son expérience précédente il regarda la mandarine et Joan, posa le fruit et commença à la câliner de nouveau. Joan grogna mais ne pouvait résister bien longtemps, elle l’aimait , adorait ses mains lorsqu’elles la parcouraient, laissant sur sa peau déjà fine des empreintes de sa passion.
Elle repensa à l’accouchement, réalisa l’heure qu’il était et l’interrompit catastrophée « Zut, j’ai oublié ma pillule ! C’est à cause du décalage horaire ! « Il la regarda amusé, voulant recommencer, elle l’arrêta.
« comme disent les italiennes, Oggi, no !
-Ogino ? Mais tu viens de faire l’amour cela n’a plus aucun sens ! Scientifiquement cette méthode n’a aucun sens !
- n’empêche on limite peut-être quand même les risques, non ?
-trop tard ma chère, vous l’avez promis devant l’officier d’état civil « pour le meilleur et pour le pire »
- hé ! frimeur, avoue que tu serais fier si je tombais enceinte tout de suite, non ?
- oh ,mais Madame newton vous avez des idées digne d’une bourgeoise ! »Sur ce , Joan lui lanca le coussin dans la figure et ce fut un bon remue ménage qui n’avait plus rien à voir avec Ogino !

Elaine

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 18:22
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Hello !

j'ai relevé le défi de la manière suivante : j'ai essayé de continuer l'histoire, mais j'ai gardé l'ordre des mots. J'ai juste décliné frimeur en frimeuse (ça passe quand même ?). Et l'accouchement, ben... heu... ça approche ;D ! Mais comme il ne fallait pas de bébés... , je m'en suis tirée avec une pirouette (d'ailleurs, on pourrait le mettre sur la prochaine liste, ce mot-là).

Bonne lecture !

Limeye Smile


- Chouette !, s’exclama Ken, en entrant dans la cuisine où Joan préparait le repas du soir. Demain, je vais avoir droit au cours sur la sexualité humaine. Je vais enfin tout apprendre !
- Tu crois qu’ils proposent aussi des travaux pratiques ?, demanda Otho.
Joan leva les yeux au ciel. Manquait plus qu’une remarque d’Otho. Déjà que Ken tentait de soudoyer Curtis pour assister à son accouchement… Elle soupira, puis comme la discussion à moitié grivoise d’Otho commençait à lui taper sur les nerfs, elle les envoya voir si les poules avaient pondu.
- Ca vous fera de vrais travaux pratiques, espèces de schtroumpfs !
- Heu… , dit Ken.
- Dis donc, Joan, tu te prends pour la princesse des mille et une nuits ? Tu crois qu’on va les trouver dans la caverne d’Ali Baba, tes œufs ?
- Vous voulez manger des crêpes, ce soir, ou pas ?
- Oh oui !
- Bon, alors, débrouillez-vous, mais ramenez-moi une demi-douzaine !
- Moi, je pense que Tycho va bientôt devenir une caverne d’Ali Bébés, dit Grag, en entrant à son tour dans la cuisine. Il rapportait tout un chargement de mandarines, sur ordre du professeur Simon, qui trouvait que Joan manquait de vitamine C.
« Après l’androïde obsédé, voilà le robot bébétifiant, se dit Joan… Quelle famille ! Bon sang, mais quelle famille ! Bon, il est passé où le futur père, avec tout ça ? Encore en train d’étudier les empreintes des diplodocus, des tyrannosaures et des tricératops, tout cela pour échapper à la vaisselle… »
- Curtis !
- Oui, ma chérie ?, dit une voix s’échappant du bureau.
- Qu’est-ce que tu trafiques ?
- Je discutais avec ta copine Clara qui me demande des informations sur la méthode Ogino. Ca la fait beaucoup rire. Elle voudrait la mettre en pratique.
- Surtout, informe le futur père ! Les plus grand risques sont pour lui…
- Tu as une idée du futur père ? Tu te souviens du nom de son copain actuel ?
- Le dernier, à ma connaissance, était officier dans la marine marchande… elle voulait voir du pays…
- D’après ce que j’ai compris, ce n’est plus d’actualité.
- Clara est une vraie frimeuse. Elle change d’hommes, comme certains changent de chemises… Je croyais que tu t’occupais des empreintes de dinosaures ?
- J’ai bien essayé… d’ailleurs, je vais y retourner.
- Je te préviens : je crois que demain, nous aurons droit à beaucoup de questions de Ken.
- Des questions ? Qu’est-ce qui l’interpelle ?
- Demain, cours de biologie sur la sexualité et la reproduction humaine…
- Et bien, c’est parfait. Il pourra me seconder pour ton accouchement, comme cela !

Limeye

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 18:23
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
[bthumbup] bien joué ;D

Elaine
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
z'êtes trop fortes toutes les deux ! Oggi, no et la patronne qui les envoient au poulailler ;D ;D ;D

August
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Merci Wink
[jump] et ton histoire August [jump] ?

Elaine
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Chouette invitation inattendue aujourd'hui, j'ai privilégié la vraie vie Smile
Pas d'histoire avant lundi, désolée.

August
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 18:24
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
on t'attend

en attendant j'ai traduit l'histoire de Claudrick,

Ennemis
Lété se montrait à la porte jeudi et vendredi il était déjà là.D’un jour à l’autre le thermomètre dépassait 30 ° et les New Yorkais se languissant des rayons du soleil après un hiver froid et un printemps humide, se précipitaient dans le poumon de la ville, Central Park pour prendre le soleil sur les terrasses des glaciers et des cafés. Ils pataugeaient dans les nombreuses fontaines de la ville. Le ciel rayonnant donnait sa couleur caractéristique à la planète bleue. En tout cas depuis la lune, c’est ainsi que le ressentait Curtis.
Les cratères et montagnes de son foyer lunaire avaient beau être impressionnants, ils n’en demeuraient pas moins monotones : dégradés de gris du sol face au noir de l’espace. Quel bonheur pour les yeux de voir des plantes vertes, des fleurs roses et jaunes, le turquoise de la piscine.

Une brise chaude sècha les dernières gouttes d’eau sur sa peau. Quelqu’un lui faisait signe en face depuis le bar. C’était Beverly Mason- James, une éditrice influente et amie d’Ezella Garnie à qui il devait d’avoir été invité avec Joan landor dans ce lieu formidable : la piscine luxueuse du toit de la société éditrice du « New York Weekly » n’était accessible qu’aux employés et leurs familles.

Curtis la salua en retour. Il pensait justement à se chercher un verre pour lui et Joan lorsqu’il pensa être observé.
L’indolence dûe au soleil et à la chaleur laissa place à son habituelle perspicacité. A côté du bar, sur une chaise longue un homme châtain clair portant des lunettes de soleil et également en tenue de bain , était plongé dans la lecture de sa tablette. Néanmoins Newton sentit que l’intérêt de l’homme et ses regards indiscrets se concentraient ailleurs. Son visage lui était inconnu, ce qui ne voulait rien dire. Il ne connaissait presque personne dans le milieu de la presse et Beverly n’avait jamais accordé d’importance à sa véritable identité, ce qui lui garantissait un agréable anonymat.

Quelqu’un l’avait-il quand même reconnu et poursuivi? Ce ne serait pas la première fois qu’un ennemi chargeait un compatriote d’un contrat pour le tuer.
Mais peut-être…le type ne regardait-il que Joan. Newton tourna la tête sur le côté et laissa son regard glisser sur le superbe corps au bikini rouge, sur sa jolie poitrine, son parfait et petit nombril, combien il savait qu’en l’embrassant il la rendait folle. Ses longues jambes minces…comment pourrait-il en vouloir à un homme de regarder Joan ?

« Ce type là bas t’observe, Curtis » lui dit si doucement Joan, qu’elle bougeait à peine les lèvres. « Tu le connais ? «

Newton ne laissa rien paraître de son étonnement, il aurait juré qu’elle dormait.

„ Tu parles du type à 2 heures là bas? „demanda- t-il“ Non, aucune idée „ mais peut-être aime t-il ton petit bikini … »
Joan n’entra pas dans le jeu.
« Vois-tu cette sacoche bizarre adossée à son siège ? Elle est suspecte. Je vais aller chez Beverly au bar, de là bas je pourrais mieux la regarder."
L’agent attrapa son portable, se leva et se rendit d’un pas lascif vers le bar, vers l’homme à la tablette. Il leva les yeux vers elle en effet mais ne semblait pas vraiment s’intéresser à elle. Au bar elle discuta rapidement avec Beverly, plaisanta et la photographia avec le portable. Newton secoua la tête d’un air amusé, il ne pouvait s’empêcher de ricaner. C’était un agent jusqu’au bout des ongles. Enfin elle revint avec deux verres, en apporta un à Curtis et s’installa dans la chaise longue à côté de lui.

"J’ai fait discrètement une photo de ce type. Peut-être est-elle assez bonne pour permettre de le retrouver dans la liste des criminels recherchés.

- Tu ne trouves pas que tu exagère un petit peu, Joan ?

- tu trouves que j’exagère?" Demanda –t-elle en écarquillant les yeux « et ce fanatique religieux qui s’est jeté sur toi devant les bâtiments gouvernementaux ? Il avait l’air tout autant innoffensif. »

« Hhm » Joan n’avait pas tout à fait tort. Il y avait suffisamment de gens qui ne le portait pas en leur cœur….
La recherche de Joan dans la liste des criminels resta sans réponse. Les photographies de tueurs professionnels étaient rares, du fait de la « nature » de leur profession, être invisible. Et si cet homme appartenait à cette engeance, il n’attaquerait sans doute jamais aujourd’hui parmi tous ces gens. Il prévoyait sa victime pour plus tard.

„Il se lève“ siffla Joan soudainement , baissant le portable.

„…et il vient vers nous“ compléta Curtis, à nouveau sur ses gardes..

« …avec sa sacoche » renchérit Joan d’un ton de mise en garde. Tous deux se turent lorsque l’homme se planta devant eux, dans le soleil, ne laissant apparaître que sa silhouette.

« Excusez moi de vous aborder ainsi » dit-il d’une vois douce vers Curtis en posant la sacoche „ tu étais bien dernièrement en première page de „ Mens Choice“ , non?

Newton retira ses lunettes de soleil et regarda l’homme d’un air irrité „je ne comprends pas très bien..“

„ Oh, je t’en prie“ répondit l’homme dans une gestuelle de négation très féminine « j’ai tout de suite remarqué que tu était mannequin. Je veux dire, avec ce corps…Puis-je me présenter ? Je m’appelle Cameron Lewis, je suis photographe. Si tu permets, je ferais une série de clichés de toi, que nous pourrions ensuite… »

IL se baissa, pour chercher quelque chose dans la sacoche. Alertés Curtis et Joan se regardèrent, mais Lewis sortit effectivement un appareil photo de la sacoche.

« Ecoutez, je ne suis pas mannequin » clarifia Newton d’un air gêné, tout en réalisant en un clin d’œil que Joan ricannait ouvertement. « Et vous ne ferez aucune photo de moi. Clair ?

„Tu n’es pas mannequin? „ demanda Lewis tout en préparant l’appareil photo. « Je pourrais en faire un de toi. Même un top model! J’ai de très bonnes relations dans les meilleures agences, sais-tu?“

Newton se prépara et couvrit de sa main l’objectif de l’appareil.

« pas de photos » répéta t-il clairement « ni aujourd’hui , ni dans l’avenir. Je ne suis pas intéressé.

Cameron Lewis soupira. „ Quel gâchis » se plaignit il et remballa son appareil « si jamais tu devais changer d’avis, voici ma carte » Lewis fourra une carte de visite dans sa main, qui la transmit à Joan.

« C’est ta ptite amie? » demanda-t-il en regardant la belle agent d’un regard curieux.

„Oui, pourquoi? „répondit Curtis.

„Ah, c’est toujours la même chose » répondit Cameron lewis « les hommes les meilleurs sont soit déjà pris soit hétéros »

Elaine

Back to top
Mar 17 Déc 2013 - 18:24
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Ca devient franchement capillotracté cette histoire. Hésité à la publier, mais tant pis, je m'en débarrasse.

... Les préparatifs terminés, ils disposaient de trois heures avant que la ville soit assez endormie pour pouvoir se rendre au temple sans risque. Mala leur servit une poule au pot et des mandarines. Joan et Curtis avaient enlevé leurs tenues de mariage et revêtu des tenues sombres adaptées à une expédition nocturne. Curtis nageait en pleine confusion, il ne savait pas s'il devait regretter la jolie créature en blanc de l'après-midi ou se réjouir de la présence à sa table d'un petit ninja excessivement féminin dans une combinaison noire très ajustée. Il avait tellement de mal à rester naturel avec elle qu'il préféra faire semblant d'avoir l'esprit occupé par l'expédition à venir.
Avec force ricanements et coups d'oeil en biais à Joan et Curtis, Mala infligeait à Grag une conférence sur l'évolution de la contraception à travers les âges, des méthodes égyptiennes à base d'urine de chouette jusqu'au docteur Ogino. Joan le fusilla du regard quand il lui demanda.
- Dites moi Joan, à votre âge, vous devez avoir des amies concernées, comment les pères vivent ils les accouchements ? Ils paraient que beaucoup font les frimeurs mais deviennent bleu schtroumpf et tombent dans les pommes quand les bébés naissent ?"
Joan en avait plus qu'assez, aussi choisit elle l'attaque directe, espérant le déstabiliser.
- Mon pauvre Mala, à t'entendre on croirait un gamin prépubère qui essaie de se procurer par tous les moyens des infos sur la sexualité. Va donc au fait, tu as assez tourné autour du pot, qu'est ce qui te tracasse ?
Malheureusement pour elle, Mala avait de la ressource et était capable de tout quand il s'agissait de taquiner Curtis.
- Bon puisque tu veux savoir, je me demandais si vous allez consommer votre mariage avant l'expédition, et comme tu évoques mon manque de connaissance dans ce domaine, peut être vous serait il possible de me faire une vidéo ?
Il appuya sa demande d'un clin d'oeil et d'un sourire parfaitement innocent.
Bien qu'habitué à encaisser les blagues les plus hasardeuses de l'incorrigible androïde, cette fois Curtis explosa.
- Mala ! Tu vas beaucoup trop loin ! Tu réalises que tu parles à un officier de la police interplanétaire ? Et que tu parles de moi ?
Joan se sentait toujours un peu gênée les rares fois où le ton montait dans les discussions. Elle savait qu'elle prenait de plus en plus de place dans l'équipe et ne voulait surtout pas que quelqu'un se sente mis à l'écart à cause de sa présence. Elle sourit pour apaiser Curtis, rouge de colère, se leva et déposa un léger baiser sur la joue de Mala.
- Sans rancune, espèce d'affreux ?
- Merci gamine, tu sais que j'ai en stock dans ma caverne d'Ali Baba les blagues les plus nulles, c'est plus fort que moi, j'ai toujours l'impression de marcher dans les empreintes des meilleurs humoristes.

Et si le prochain défi était de raconter quelque chose qui se passe pendant un épisode ? Je veux dire, un à côté d'une des histoires, sérieux ou pas ?

August

Back to top
Aujourd’hui à 20:42
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [jeu] Anthologie des Histoires avec 10 mots imposés
Back to top
Page 2 sur 10
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure