Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Sam 14 Nov 2015 - 22:13
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Et voilà ! J'ai achevé ma mission pour ce soir Wink avec une suite !

Je peux encore poursuivre un peu sur la situation sur Terre, mais peut-être que Frégo veut raconter l'arrivée du convoi de Klovis et les retrouvailles entre Joan et Isabella. Cela s'annonce imminent, maintenant (et comme c'était moi qui avais raconté les précédentes, sur Tyrial...).

Allez, je ne vous fais pas languir plus ! Enjoy Mr. Green !

********************


Curtis avait dormi une poignée d’heures, rejoignant Joan après avoir fait un dernier point avec Taggart, Grant, Carthew et Nukibé à l’occasion d’un premier conseil de la résistance. Quand il s’éveilla, il remarqua que la luminosité n’avait pas changé et se dit qu’il faudrait des mois, peut-être des années, pour que le ciel de New-York perde de son opacité. Il tourna légèrement la tête pour concentrer un instant son attention sur Joan. Elle était trop épuisée, la veille, pour lui raconter toute son aventure, mais il serait nécessaire qu’elle le fasse. Il se promit aussi de faire revenir Simon assez vite au Comète pour qu’il l’examine, même s’il allait demander à Grag de réaliser déjà un premier bilan de santé. Il espérait de ne pas avoir de mal à la convaincre de rester à bord du vaisseau.

Non sans quelques difficultés, il s’arracha à la contemplation du joli visage posé sur l’oreiller et se leva sans bruit. Quelques instants plus tard, il entrait dans le poste de pilotage où se trouvaient encore Grag et Otho. Visiblement, ils attendaient ses ordres.

- Grag, tu vas rester à bord. Tu veilles sur Joan. Je vais demander à Simon de revenir pour l’examiner, mais fais-lui déjà une première prise de sang à jeun et vérifie sa tension. Tu lui prépares un bon petit déjeuner aussi, elle en aura besoin.
- Bien chef !
- Et moi, je fais quoi ?, demanda Otho.
- Tu viens avec moi. On ne va pas chômer en attendant l’arrivée de la flotte de Klovis King.
- Ok.

Le Capitaine et l’androïde rejoignirent le PC d’Hannibal, qui était désormais le point de ralliement des chefs et divers responsables de la résistance à New-York. Grant, Alex Morris et le commandant Le Guern s’y trouvaient, ainsi que Shane qui avait prêté main forte pour l’encerclement de New-York. Tous certifièrent qu’il ne restait plus aucun point de résistance dans la ville, mais que des troupes fidèles à Guggenheim se trouvaient encore disséminées à plusieurs endroits sur Terre, et notamment du côté de Singapour, de Moscou et de Londres. Grant avait déjà ordonné à plusieurs escadrilles de s’y rendre et de prendre le contrôle de ces villes. Des combats assez violents eurent lieu à Moscou, mais dans les autres villes, les quelques maigres troupes qui demeuraient abandonnèrent vite le combat, soit par épuisement, soit par manque de matériel.

- Une autre escadrille, que le capitaine Shane commandera, doit se prépare pour rejoindre Jasper Randall et ramener des provisions d’antidote, poursuivit le général. Même si nous apportons avec nous de quoi dé-irradier la planète et apporter les premiers soins aux victimes, il ne faut pas négliger les besoins en antidote.
- Bien, dit Curtis. N'hésiter pas à faire appel à Grag pour des expéditions dans des lieux qui seraient hautement contaminés et qu'il faudra dé-irradier en priorité. Il ne craint pas les radiations, lui. Mais je pense que la priorité va aller aux soins à apporter aux populations et aux approvisionnements.
- Tout à fait, Capitaine. L'arrivée de renforts nous aidera.
- Avez-vous des nouvelles de l'escadrille de Klovis King ?, demanda encore Curtis.
- Oui. Ils seront là dans moins d'une heure. Les pistes doivent d'ailleurs être en cours de préparation pour les recevoir.
- Bien, je serai là pour les accueillir. Si vous permettez, je vais passer auparavant voir les blessés et le professeur Simon. J'aimerais qu'il se rende au Comète dès que possible. Mais il se remettra au service des médecins ensuite.

Curtis les quitta peu après, et, toujours accompagné d'Otho, il se rendit à l'infirmerie. Le convoi sanitaire qui avait atterri avec Grant avait déjà bien joué son rôle et n'avait pas perdu de temps, le Capitaine put le constater : des blessés graves parmi les combattants avaient été évacués, certains directement dans l'espace pour les soigner à l'abri des radiations. Le poste de secours avait aussi été réapprovisionné en matériel et médicaments, et plusieurs médecins et infirmiers aguerris avaient renforcé l'équipe présente.

L'évacuation des blessés était en train de se poursuivre, car il fallait aussi laisser de la place pour les habitants qui allaient tous devoir passer devant les médecins, afin d'évaluer l'étendue de leur faiblesse et les soins les plus appropriés. Il était prévu que plusieurs postes de secours avancés soient déployés dans toute la ville, pour être au plus près de la population. Parmi les premiers habitants qu'il fut donné à Curtis et Otho de voir se trouvaient ceux qui avaient été secourus par Le Guern et Shane. La vision de ces pauvres êtres décharnés et épuisés fit une forte impression sur Curtis et Otho au point que ce dernier dit :

- Faut qu'on évite à Joan de remettre les pieds ici, chef. Elle serait horrifiée par un tel spectacle.
- Oui. Mais je pense qu'elle se montrera raisonnable. Du moins, je l'espère..., soupira Curtis non sans jeter un clin d'oeil complice à son ami. Mais elle a suffisamment donné de sa personne dans toute cette aventure pour l'être.
- De toute façon, nous avons un argument imparable à lui opposer, si tant est qu'elle voudrait revenir par ici.
- Lequel ?
- Le bébé. Et à mon avis, chef, si tu veux la voir rester tranquille à la maison, fais-lui un petit régulièrement, elle restera en place, comme cela !

Curtis regarda Otho d'un air totalement éberlué, puis répondit :

- Va plutôt dire cela à Grag, cela l'amusera ! Bon, un peu de sérieux, Otho. J'aimerais avoir des nouvelles d'Oliver et Eduardo.

Ils gagnèrent la petite pièce où les deux hommes avaient été amenés, après avoir été opérés. En y entrant, ils y virent Simon qui surveillait différents appareils de contrôle, ainsi qu'un jeune médecin. Le professeur se tourna en entendant ses amis arriver. Après leur avoir présenté son collègue, le docteur Swift, il dit :

- Capitaine, je suis heureux de te revoir. Comment va Joan ?
- Elle dort encore. J'ai demandé à Grag de lui faire une première prise de sang, mais j'aimerais que tu retournes au Comète pour lui faire des examens plus approfondis. De plus, le convoi de Klovis King est attendu sous peu, avec Emma et Isabella à son bord. Les retrouvailles avec sa mère vont être émouvantes, et je crains que cela ne la fatigue un peu plus. Je veux qu'elle reste au Comète le plus possible.
- J'y retournerai d'ici peu, sois tranquille. J'ai aussi préparé quelques échantillons à faire analyser, pour adapter au mieux le traitement des personnes affaiblies ou malades.
- Je n'ai pas douté un instant que tu aies pris ce genre d'initiatives, Simon, dit Curtis avec un mince sourire. Comment vont les blessés ?
- L'un comme l'autre sont assez faibles, nous les maintenons dans un coma léger. Nous étions en train de discuter de l'éventualité de leur évacuation dans l'espace, mais je crains que le décollage ne les affecte trop durement.
- Nous pouvons les conduire au Comète eux aussi. Il y a la place à bord pour placer quelques blessés graves qui ne sont pas encore en état d'être évacués dans l'espace, mais qui ont besoin de protection contre les rayonnements.
- Eduardo et Oliver sont parmi les personnes les plus touchées, dit Simon. Avec deux autres soldats, qui, nous l'estimons, le docteur Swift et moi-même, ne peuvent encore quitter la Terre.
- Bien, Otho, tu vas nous aider à organiser leur évacuation vers le vaisseau.

Ainsi, avant même que le convoi de Klovis King ne se soit posé, les quatre blessés trouvèrent-ils refuge dans le Comète. Joan y dormait encore, sous la veille bienveillante et protectrice de Grag.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 14 Nov 2015 - 22:13
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Sam 14 Nov 2015 - 23:33
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye!

Merci pour cette suite! Good Je vais tâcher d'écrire prochainement pour rassurer Flamme sur McClinton Mr. Green, l'atterrissage d'Emma, Clovis et cie et les retrouvailles Isabella-Joan.J'en profiterai peut-être pour raconter de vraies retrouvailles Emma-Janek! Wow Naughty

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 15 Nov 2015 - 16:14
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles!

Oui, Frégo, rassure-moi sur MacClinton... jump jump jump

Et ouiiiiiiiiiiii, je suis partante pour les retrouvailles entre Emma et son Janek... Game Ça promet... Mr. Green jump jump jump

D'ailleurs, toutes les retrouvailles prévues promettent, chacune à leur façon... jump jump jump

Y compris celles de Joan avec Oliver... Good

Limeye, tu es en train de rendre Otho très macho! Mais je vois que Curtis, bien que surpris, Unbelievable n'était pas contre l'idée... Naughty Et j'imagine bien les deux affreux occupés à prendre soin de la progéniture de leur chef et de sa douce... Clap Ils n'auront plus le temps de se disputer... Wink

J'ai bien hâte de voir ce que vous allez nous pondre! Le trampogril-grilpoline autonettoyant, la louche heavy duty et le kit de nettoyage sont prêts... Mr. Green

Bizz Vizz
Flamme
flower et jump
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mer 6 Jan 2016 - 15:20
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou! Voici (Enfin!) la suite avec l’arrivée du Blue Wave et l’escadrille de Klovis King. Enjoy! Wink

Une heure avant l’attérissage à l’astroport de New York. MacClinton était à son poste à la salle des machines du Blue Wave. Il avait survécu à la mutinerie du Balkan, au séjour éprouvant sur le planétoïde et à une guerre civile qui a aporté son lot de chambardements, de destructions et de victimes. Lui qui s’était si longtemps accomodé de rythmer sa vie selon les voyages spatiaux aux quels il était affecté se sentait maintenant pris d’un vertige. Où ira-t-il demain? Avec qui? Quelle sera sa place? Tout était tellement plus simple sur le planétoïde, le Phoénix , Tyrial et Phoèbe.

Une main posée doucement sur son épaule interrompît ses pensées. Il se retourna et sourit en voyant que c’était Myriam.

- Ça va Georges? Vous sembliez songeur tout à l’heure. Fit-elle.Quelque chose ne va pas?

- Rentrer sur terre me donne le vertige. Admit-il doucement. Je vais retrouver un monde qui sera brutalement différent de celui que j’ai quitté il y a à peine quelque mois. Beaucoup de choses et de gens que je prenais pour acquis n’existeront plus. Je me sens comme au bord d’un précipice. Vous qui avez quitté volontairement tout ce que vous connaissiez, je ne dois pas vous sembler très courageux.

Myriam emit un soupir.

- En quittant Tyrial, je voulais trouver ma place dans un monde plus grand et être aux côtés de personnes que j’ai appris à connaître et à aimer. Vous faites parti de ces personnes, George. Je ne me suis jamais retrouvée face à ce genre de danger. Je n’ai jamais eu à faire face à un monde en guerre, avec des tas de blessés et de morts. Moi aussi ça me fait l’éffet d’être devant un précipice. Fit-elle. Il ne faut pas rester seul à affronter cela, George. Restez avec nous...restez avec moi.

- C’est promis, Myriam. Fit George en serrant Myriam dans ses bras. Il se permit de l’embrasser doucement sur le front. Allons rejoindre les autres pour l’attérissage. Tout est prêt ici. Ajouta-t-il doucement.



Dans la cabine de Pilotage du Bluewave, la Colonel Watson faisait à peu près le même genre de réflexion que Myriam et George. Elle et son équipe allaient revoir la terre pour la première fois depuis qu’ils l’on quittée en catastrophe, il y a 5 mois pour mettre le Président Carthew et sa famille à l’abris, laissant familles, connaissances, amis et tout ce qu’ils connaissaient derrière eux. Elle voyait des vaisseaux en partance de la Terre qui se dirigeais vers des croiseurs sanitaires stationné en orbite de la planète bleue.

Emma Watson appréciait sa chance. Janek était vivant, Isabella était vivante et à ses côtés et son équipe avait survécu. Mais elle savait aussi que parmi son équipage et un nombre incalculable de personnes, peu retrouveraient des leurs vivants, à moins qu’Hannibal ait fait des miracles que lui-même ignore. Elle songeait avect tristesse et éffroi aux natifs de Vénus et Mercure. Il y aura possiblement des morts parmi les membres de sa propre famille, malgré le fait qu’elle les avait mis sommairement au courrant du danger. Elle se préparait à possiblement affronter de l’hostilité de la part du Colonel Morris. Elle s’addressa à tous les membres de son escadrille et celle de Klovis King.

- Mesdames et Messieurs, dans quelques instants, nous allons atterrir à New York. Nous allons faire face à un nombre impressionant de blessés et de morts. Il faudra désormais considérer votre prochain et les personnes qui vous entourent comme vos biens les plus précieux. Il reste encore des traces de Daminthor à New York. Assurez-vous de prendre votre provision de remèdes avec vous. On nous a assurés des quartiers où nous pourrons rester groupés. En dehors des missions de recherche au sol, de l’entretien des vaisseaux et du support médical et sanitaire, il faudra limiter nos déplacements à l’extérieur jusqu’à ce tout soit complètement décontaminé. Bon courage à tous et que le ciel nous vienne en aide.

Isabella lui fit un hochement de tête en signe d’approbation. Ils allaient tous être confrontés à l’hécatombe que Richard Guggenheim laisse maintenant derrière lui. Le risque de s’éparpiller dans toutes les directions était grand. N’importe qui pourrait se perdre et se retrouver isolé face au néant de toutes ces vies perdues. Elle mesurait elle aussi sa chance. Elle allait revoir sa fille vivante. Joan sera sa priorité.Peu de personnes auront le privilège de donner la priorité à leurs familles.

Aussitôt que possible, elle aura à régler d’autres affaires de famille qui pourrissent depuis des siècles; toute cette cupidité qui est à l’origine du mal. Sans tout ce mal à réparer, elle serait tentée de faire incinérer la fortune de Richard en même temps que lui.Avec tout cela, elle était sûre qu’Hadès lui réserverait une place de choix aux enfers! Elle s’assurera d’avoir de l’aide avant de prendre ses décisions.

- Isa, je ne sais pas exactement à quoi tu penses, mais ne comets pas l’erreur de tout prendre sur tes épaules. J’ai vraiment l’impression que le vaisseau penche de ton côté. Fit Emma.

- Ne t’inquiètes pas Emma. Agir seule et tout porter sur mes épaules n’est pas une option que je trouve très invitante. Je deviendrais exactement comme mon oncle. Fit Isabella.

- Tu es la nièce de Richard Guggenheim, Isa, pas Richard Guggenheim lui-même. Fit Emma. Tu es ta propre personne depuis longtemps. Personne ne peut t’enlever cela sans ton consentement.

Dans le vaisseau sanitaire transportant Lawrence Pearson et ses gardes du corps, maintenus dans un coma artificiel, La Major d’Issa avait écouté silencieusement les mots de sa supérieure Hièrarchique. Elle aussi avait de la chance. Les siens sur Uranus étaient vivants eux aussi. Elle connaissait son devoir en tant que policière : soutenir ses coéquipiers et protéger les civils. Mais pour ce qui est de son prochain, c’était des gens qui avaient fait parti de son quotidien qui apparaissaient à sa conscience : sa coiffeuse de Harlem qui tressait et faisait des merveilles avec ses cheveux noirs; et ses voisins de Brooklin; en particulier un petit garçon de 7 ans, Jacob, qui lui vouait une affection et une admiration au delà de toute raison.

Elle avait mis en garde les chefs de la communauté du petit garçon concernant un possible coup d’état. Ils l’avaient écoutée attentivement et remerciée, sans plus. Oonie savait qu’elle n’aurait pas pu exiger davantage. Elle avait dû rester prudente pour eviter de se faire repérer par les agents de Guggenheim. Elle ferait toutefois son possible pour les retrouver et retrouver Jacob; vivants ou morts.

- Chaque chose en son temps ma vielle. Se dit elle. Commençons par arriver, le reste viendra ensuite.

Klovis King soupira. Il était presque déçu que le voyage se soit avéré aussi calme. Il appréciait néanmoins sa chance. Il était vivant, son frère et sa belle soeur étaient vivants, son peuple a souffert de lourdes pertes mais il était sûr qu’il se relèverait. Il avait encore des alliés à recontacter. Il devait aussi s’assurer que sa communauté sur Athéna soit réabilitée aux yeux de ce que sera la justice. Il avait appris à apprécier des gens comme Brubaker, Popovic, O’Brien, Jasper Randall et même Curtis Newton; des gens pourtant si différents. Cette différence lui apparaissait comme la seule planche de salut dans ce monde sans dessus-dessous.

- Ces pauvres diables sur Venus et Mercure sont vraiment plus mal lotis que nous. Se disait-il.


Les vaisseaux se posèrent à l’endroi qui leur fût assigné par l’officier de la tour de contrôle. Ils furent accueillis par une délégation composée par Hannibal O’Brien, Brubaker, Alex Morris, Ezra Gurney, Kim Ivan et Capitaine Flam. Ils virent que l’astroport interplanétaire s’était transformé en véritable camp de réfugiés et hôpital de « brousse ». Le Colonel Morris de dirigea vers la Colonel Watson. Les deux officiers s’observèrent un moment avec neutralité. Le colonel Morris tendit finalement la main.

-Colonel Watson soyez la bienvenue. Fit-il.

Emma Watson serra la main qui lui était tendue.

- Merci Colonel Morris. Fit Emma. Je regrette sincèrement ce qui est arrivé au Général Anders, suite à notre évasion et l’évacuation du président.

- Oui, j’ai appris ce qui s’est passé. Après cette évacuation, Guggenheim aurait ordonné sa torture et sa mise à mort par ce salaud de Liberman, qu’il brûle en enfer, avec ou sans votre coup de poing. Halk avait fait ses choix et cette fois-ci il avait choisi...bien mal. J’avais tout juste eu le temps de prévenir sa femme, Margaret, et sa fille Alice et de les amener en lieu sûr. Je suis plus en colère contre lui que contre vous, Emma. Fit Morris. Nous devons maintenant nous pencher sur les choses aux quelles nous pouvons remédier.

- À ce propos, nous vous apportons un petit cadeau.Voyez qui nous a presque filé sous le nez. Fit Emma. Elle designa de la main les civières qui transportaient Lawrence Pearson et ses gardes du corps sous la supervision de la Major d’Issa.

- Hum...il aura certainement été plus habile que son acolyte, Lester Dresner, mais sans meilleurs résultats. Au mieux, il n’aurait que retardé sa mort.

- Ils avaient, lui et ses gardes du corps, une petite provision de Daminthor et des victimes. Ils sont tous assez mal en point. Fit Emma.




- Accorder autant de soins aux uns qu’aux autres est assez ironique mais je veux que Pearson, Dresner et leurs engences restent en vie pour repondre de leurs actes. Et Pearson était le plus proche collaborateur de Guggenheim après Feux Desmond O’Brien et Liberman. J’aurais bien des comptes à régler avec lui. Je veillerai à ce que le nécessaire soit fait pour tous. Les hangars 18, 19 et 20 sont à votre disposition ainsi que votre flotte et celle de Mr. King .On va conduire vos « malades » au hangar sanitaire #13. Allez vous installer. Je crois que certains vous attentent également. Fit Morris en saluant Janek, Ezra, Kim, Hannibal et le capitaine Flam. Ceux-ci firent de même.

- Merci. Fit Emma.

Pendant que les Majors d’Issa, Illan et Buckley ainsi que Vadek, Jefferson et 2 lieutenants de Klovis King, dirigeaient les membres de leurs flottes vers les hangards assignés, Emma, Isabella, Klovis, Jennings, Maëva, Andrew, Myriam et George se dirigèrent vers le comité d’accueuil qui les attendaient.

Myriam se précipita dans les bras de son oncle Kim qui la serra fort contre lui.

- Tout va bien pour moi, petite. Mais ce qui se passe ici n’est vraiment pas beau à voir. Ton aide pour soigner les malades ne sera pas de trop mais fais tout de même attention à ce que tu peux supporter. Content également de vous voir Mr. McClinton. Fit Kim en lui serrant la main.

- Moi également, Mr. Ivan. Fit George.

- Avez-vous tous déjà un endroit où dormir? S’inquiéta Kim.

- Ne t’en fais pas, oncle Kim. Fit Myriam. La Dre Sanchez et moi allons veiller l’une sur l’autre et travailler ensemble. Je crois que nous allons être plus affectées au support des troupes.

- Le major Barett et moi-même veillerons sur elles, Monsieur Ivan. Fit George.

Là-dessus. Kim Ivan eut un sourire mais ne dit rien. Il salua également Maëva et Andrew qui se tenaient tout près.

- Où sont Vadek et Jefferson? Demanda Kim.

-Ils ont l’air d’avoir le gros bégain pour la Major D’Issa. Fit Myriam. Ils se sont mis en tête de l’ « aider »à nous installer. Fit Myriam en retenant un fou rire.

- Ne tardez pas trop à aller vous installer aussi. Fit Kim. À ce que je comprend, il y a encore des traces de ce fichu Daminthor et il vaut mieux ne pas rester trop longtemps dehors. On se revoit bientôt.

Myriam, George, Maëva et Andrew allèrent saluer Curtis et Ezra avant de marcher dans la direction des hangars 18, 19 et 20. Ils se trouvèrent un coin dans le hangar 18 où ils purent s’installer.

Kim alla rejoindre le groupe formé par Klovis, Hannibal, Janek, Emma, Jennings, Ezra, Curtis et Isabella. Alex Morris se joignit à eux.

Isabella avait fait l’accolade à Ezra et ensuite à Curtis. Elle remarqua à ce moment là qu’Ezra avait une égratignure sur le visage et une équimose sous l’oeil droit.

Emma Watson et Yanek Brubaker s’étreignirent et s’embrassèrent avec un empressement à peine contenu.

- Joan va bien, Isabella. La rassura Curtis. Elle est épuisée d’avoir litéralement tiré le diable par la queue ces derniers jours et le manque de sommeil, mais elle va bien. Le bébé aussi.Simon s’occupe d’elle dans le Comet.

- On peut vraiment remercier la providence...et un allié vraiment inatendu. Fit Isabella en faisant allusion à Kaspar.

- Cet homme est quand-même sous bonne garde. Fit sombrement Curtis. Il n’est l’allié que de ses propres intérêts.


- Sans l’arrivée de Joan et son aide à ce moment précis et fortuit, cette bataille d’enragés aurait pris un tout autre tournant pour nous à New York. Intervint Hannibal. Allons au 5e étage de la tour de contrôle. Nous serons tous plus à l’aise pour parler brièvement. Le Président Carthew, l’Amiral Taggart et le Général Grant se joindront à nous sur leurs canaux privés. Nous aurons tous besoin de repos, ensuite, et je suis sûr que tu es impatiente de retrouver ta fille, Isabella.

- Je crois de toute façon qu’il est temps pour moi de clarifier certaines choses concernant la fortune personelle de mon oncle. Question de ne pas s’y prendre n’importe comment pour l’utiliser. Je crois être entourée des bonnes personnes pour faire cela. Fit Isabella.

- C’est sûrement pas en te rasant que tu t’es fait ce bleu et cette égratignure au visage, Ez. Ajouta-t-elle à l’entention d’Ezra.

- Majorek et moi avons retrouvé ce fameux vieux notaire, Oscar Aubert. Murmura Ezra à Isabella et Emma. Tuyau de Célina Andrès, l’opératrice des communications en chef de la résistance ici. Leurs bureaux se trouvaient tous les deux au 2e étage de l’Édifice Donald Trump.

- Hum... Bénit soit l’aura de ridicule qui entoure ce vieux bâtiment. Fit ironiquement Isabella. Mon oncle l’a toujours évité comme la peste.

- Et le diable sait pourtant qu’il a du faire chercher ce notaire partout! Chuchota Emma.

- Eh bien! Annie vous avait vraiment mis sur le cas du vieux, toi et ton équipe, Emma! Fit Ezra. N’empêche que ce filou nous en doit une à Majorek et moi de l’avoir défendu ce matin contre ses propres gardes du corps! Il ne fera aucune difficulté à te rencontrer, Isabella.

Lorsque tous furent installés dans la petite salle de conférence de la tour de contrôle et que la communication fût établie avec le président Carthew, l’Amiral Taggart et le Général Grant. Isabella s’addressa brièvement à tous :

- Vous me connaissez tous ou presque. Je suis Isabella, Beth, Guggenheim , Randall. Richard Guggenheim était mon oncle. Sa mort ne change finalement rien au fait qu’il doit maintenant toute sa fortune personnelle, non pas à moi ou tout autre parent, mais à toute la population des 9 mondes en réparation pour tous les crimes odieux commis par lui et ses complices.

Lorsque je vous donnerai un portrait complet concernant le montant de cette fortune et comment elle a été acquise et utilisée, je suis sure que vous conclurez comme moi que la réparation sera sa seule possible utilité. Peut-être deciderez-vous alors ne ne pas utiliser cet argent. En tout cas, moi, je m’en dissocie dès maintenant. Elle ne ramènera ni les morts à la vie ni ce qui a été irrémédiablement détruit.

Il y a autre chose. Continua-t-elle. La fortune personnelle ne représente qu’une fraction du reste de la fortune familiale. Je saurai prochainement qui en étaient les bénéficiaires. Si je peux y faire quoi que ce soit, cette fortune sera aussi considérée comme un dû au passé, au présent et à l’avenir.

- Vous êtes une des victimes de votre oncle, Mme Randall. Fit Carthew, une partie de ces réparations vous reviendrait de droit.

- Je crois pouvoir être en mesure de prendre prochainement connaissance de ce qui a possiblement été légué par ma mère, Elizabeth Harris. C’est sûrement peu si on compare cela avec les avoirs des Guggenheim, mais je suis sûre que c’est plus que ce qui peut être dépensé dans une vie. Un état financier sera bien sûr remis, avec les dûs qui vont avec.

- Eh bien, une chose est certaine... et inquiétante à la fois. Fit Klovis. Lorsqu’on saura que cette fortune est disponible et si vous mettez une pareille fortune en circulation trop rapidement, j’en connais qui augmentront leurs prix en flèche en échange de leurs produits.

- Sans compter qu’on voudra mettre la main sur celui ou celle qui contrôle le magot. C’est bien de songer à être plusieurs. Fit Kim.

- En effet. Fit Hannibal. Son introduction devra vraiment se faire très graduellement en tenant compte de la priorité des besoins et en faisant attention à qui nous décideront de faire confiance. Il faut un plan.

- Les informations de tous ici présents seront essentielles pour établir un plan intégré. Fit l’Admiral Taggart.

- Il faudra y mettre le temps nécessaire. Fit Carthew. Messieurs, Dames , merci de votre temps. Nous reparlerons.

La réunion fût dissoute.
- Allons voir Joan maintenant, Isabella. Fit Curtis.

- Oui, pourquoi toute cette agitation sans ceux qui importent vraiment?

- Vous avez allié courage avec prudence et sang froid, Isabella. Plusieurs gagneraient à vous immiter plus souvent. Fit Curtis.

Vos commentaire sont toujours les bienvenus.

Bizz.

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mer 6 Jan 2016 - 22:11
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Chouette, enfin la suite ! jump Youpi

J'admire ta façon de manier tous ces personnages. Ça y est, tu nous as rassemblé tout le monde à New York... enfin presque, reste la partie amazonienne, aussi. Que de ramifications vous aviez créées ! Un roman choral, avec plein de personnages principaux...

Bravo, Frego, pour ce long texte. Clap Clap

J'chui en train de cogiter un nouveau truc... J'y retourne un peu...

A +,

Jovienne
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Mer 6 Jan 2016 - 22:24
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hello Frégo !

Super suite ! C'est un joli cadeau pour la nouvelle année Good !

Comme le soulignait Jovienne, voici tout le monde - ou presque - de retour à New-York. Il me tarde de faire revenir Jasper dans l'histoire... Je sens que ça pourrait donner ! Je l'imagine aussi discuter avec des gens aussi différents que Kim, Grag et Otho, voire Simon ! Et ses retrouvailles avec Ezra, Isabella et Joan vont donner...

Mais bon, chaque chose en son temps ! Et dans ce chapitre, tu as fait se rapprocher Myriam et George, ce qui n'est pas passé inaperçu de ce vieux coquin de Kim !

Je vais voir ce que je peux apporter aussi, mais je voulais te laisser la possibilité d'écrire les retrouvailles entre Joan et Isabella et tu t'es arrêtée juste avant Neutral ...

Quant à Jovienne, je vois que l'inspiration ne t'abandonne pas ! Je t'encourage alors à suivre ses méandres !

Bonne soirée / fin de journée à toutes !

Bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 8 Jan 2016 - 02:08
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles!

Bravo Frégo pour cette suite! Master Clap

Non seulement tu jongles encore avec tous les personnages que tu as créés, mais tu en introduis d'autres... J'aimerais tant que la major d'Issa retrouve le petit Jacob! Hug Et j'espère que Kaspar se tiendra tranquille!

Tu m'as totalement rassurée au sujet de MacClinton, merci infiniment! Wow Wink

Emma et Janek ont fait les choses sobrement... Naughty

Limeye a raison, ils reste les retrouvailles d'Isabella avec sa fille à venir... jump jump jump

Et toute la section amazonienne à retrouver aussi! J'imagine bien Jasper faire connaissance avec tout le monde... Ça lui fera bien des noms à retenir!

A fait, faut pas oublier Oliver... Sad

Jovienne, je suis enchantée d'apprendre que tu cogites sur un nouveau truc! Best Youpi
Ça promet!

Bizz vizz à toutes!
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 16 Jan 2016 - 20:15
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou! Me revoilà! Je sais que vous l’attendez cette suite. Enjoy! Wink

Après plusieurs heures d’un sommeil de plomb, Joan fût réveillée par les mouvements du petit être dans son ventre qui la rappelait à son bon souvenir. Elle le caressa doucement.

- Doucement bébé...Dit-elle doucement avec un sourire. Espérons que le prochain coup fumant de ta Maman attendra...quelques années! Pour l’instant nous allons penser à nous débarasser de ce maquillage hideux pour ne pas faire peur à ta grand-mère et changer de vêtement! Après...Simon va vouloir vérifier comment nous allons et nous allons voir ce que Grag nous a préparé de bon pour le petit déjeuner.

Joan se doucha en essayant de ne pas laisser ses pensées errer trop vers tous ceux pour qui ces simples gestes seraient de lointaines préoccupations, voir un lointain luxe! Elle regarda la pierre des profondeurs, qu’elle portait toujours à son cou.

Il lui vint soudain à l’esprit que la pierre lui aura certainement évité une dose léthale de Daminthor à elle et son bébé, lors de l’attérissage de la capsule de secours sur l’Empire State. Elle eut un frisson. Elle avait vraiment été inconsciente du danger à ce moment là. Kaspar aussi... apparement.

Elle trouva les vêtements à sa taille qu’elle avait ramené de Tyrial et s’abilla. C’était ceux-là mêmes qu’elle était venue chercher lorsque Kaspar avait surgi et s’était emparé d’elle. Seulement quelques jours on passé depuis mais cela lui semblait une éternité.

Elle repensa tout à coup aux dernières paroles de Forbes : ... « c’était bien la peine d’avoir cuisiné Randall sur Uranus pour cette saloperie de filon...maintenant je comprend pourquoi ce Kaspar s’est dégonflé avec la petite... ». Après ce moment là, elle avait vu rouge et tout s’était précipité.

Maintenant que le calme était revenu elle pouvait se poser la question : « Mon père été votre mort de trop...Qu’en pensez-vous Kaspar? » Elle mit de côté cette pensée. Elle avait mieux à faire que de songer à une vengeance qui ne résoudrait rien. Étrangement, elle ne ressentait rien pour cet homme.

Elle se dirigea lentement vers l’aire des passagers sentant le besoin d’avaler bientôt quelque chose. Elle visiterait l’infirmerie plus tard . En entrant dans le cockpit, elle reconnut un des officiers de la colonel Watson, Majorek si elle se souvient bien, attablé devant un café, qui lui adressa un sourire. Ils se serrèrent la main.

- Lieutenant Randall...content de vous voir saine et sauve. Nous avons eu des sueurs froides à suivre vos péripéties... qui se sont miraculeusement transformées en une magistrale débandade pour Guggenheim. Fit-il

- Merci Capitaine Majorek. Fit Joan. J’ai vraiment eu une chance folle. Fit-elle en s’assoyant dans un fauteuil confortable. Nous l’avons emporté. Mais est-ce qu’on peut décemment appeler cela une victoire?

Majorek ferma tristement les yeux. Y avait-il seulement quelqu’un encore en vie dans sa propre famille?

- Pour vous, au moins, les espoirs sont permis, lieutenant. Fit Majorek avec un mélange de tristesse et de compassion.

- Je vois que vous avez eu vos propres ennuis, capitaine. Observa Joan en pointant les échymoses et les égratigures sur le visage de Majorek.

- Une petite excursion mondaine, tôt ce matin, avec le colonel Gurney...pour trouver un certain Oscar Aubert. Fit Majorek avec une pointe d’ironie. On l’a trouvé au 2e étage de l’Édifice Donald Trump et on l’a sauvé des ses propres gardes du corps.

- Le fameux notaire...Fit Joan d’un air dubitatif. Maman va finalement pouvoir régler « les affaires familiales », comme elle les appelle. Les evènements d’hier m’ont rappelée de faire attention à mes souhaits à ce sujet. Le vieux avait finalement eu la même idée, seulement pour des raisons différentes!

- Il faut quand-même se méfier un peu quand Ezra propose une de ses « promenades de santé », Julek. Notre Joan aurait des histoires à vous raconter! Interrompit Mala, qui entrait en compagnie de Grag et du professeur Simon. Eek et Oog accoururent vers Joan et montèrent sur ses genoux pour un petit câlin.

- Doucement les petits amis. Fit Simon. Joan, Crag va te faire une prise de sang à jeun avant de te servir un bon petit déjeuner. Je vais ensuite faire un bilan de santé pour m’assurer que tout va bien pour toi et le bébé, après ces jours éprouvants.

- Moi aussi j’ai besoin d’être rassurée. Je veux surtout m’assurer que la pierre des profondeurs et mes rations régulières de remèdes ont été des protections suffisantes contre mon exposition au Daminthor, professeur. La nécessité d’agir l’emportait vraiment sur toute notion, de peur ou de prudence. C’est maintenant que j’ai vraiment peur. Fit Joan.

Grag procéda à la prise de sang et prit sa tension artérielle et son pouls. Lorsqu’il lui serva son petit déjeuner, Joan prît le temps de manger jusqu’à satiété. Il lui sembla que Grag s’était surpassé. Tout lui semblait absolument délicieux.

- Merci Grag. Fit-elle. C’est le première fois depuis des jours que je peux manger tranquilement sans cette tension, sans cette épée de Damoclès au dessus de la tête. Durant ma captivité dans ce vaisseau, je me préparais vraiment comme je le pouvais, mentalement et physiquement, à me retrouver devant mon grand-oncle... quand le vrai Kaspar a surgi et tué son double. D’où il était sorti et comment, seuls Eek et Oog pourraient le dire. J’ai eu...beaucoup de chance...

- Ils l’on dit à leur façon. Nous ne les avions jamais vus dans un tel état de frénésie, le tas de ferraille et moi. Fit Otho.

- Je crois qu’il faudrait attendre Isabella et Curtis avant d’aller plus avant dans le récit de Joan. Intérompit Simon. Ce sera sûrement assez éprouvant pour Joan sans qu’elle ait à se répéter.

- Leur arrivée ne devrait plus tarder maintenant. Fit Majorek. Le Bluewave a atterri il y a une heure avec ses troupes et l’escadron mené par Klovis King. Le briefing avec les chefs de la résistance, Cathew, Taggart et Grant est sans doute terminé maintenant.

- Comment va Maman? S’inquiéta Joan.

- Elle se maintenait et se maintient encore dans l’agir. Tout comme toi, Curtis et tous autant que nous sommes. Fit Simon. Les différents messages que tu es parvenue à nous transmettre nous ont grandement aidés à continuer. Myriam, Maëva et Jennings aussi étaient morts d’inquiétude.

Joan ferma les yeux un moment. Que se passera-t-il pour tous les autres survivants, quand tout sera dit et fait?

Le bruit d’onverture de la rampe d’embarquement du Comet interrompit ses inquiétudes. Elle se leva lentement pour accueillir sa mère. Son se mit à battre la chamade. Elle la vit enfin entrer avec Curtis et Ezra qui se tenaient derrière elle.

Les deux femmes se prirent dans les bras l’une de l’autre et s’étreignirent longuement défiant quiconque tenterait maintenant de porter atteinte à l’autre, comme pour rassurer William Randall par delà la mort. Elles relâchèrent enfin leurs étreintes. Chacune passait leur mains sur le visage de l’autre.

Joan vit que sa mère avaient les yeux un peu cernés et qu’un pli lui barrait le front. Mais ses yeux brillaient. Il s’étaient pas vides comme lorsqu’elle avait failli sombrer à la mort de William. Elle avait tenu sa promesse de donner sa pleine mesure et plus, quoiqu’il arrive.
Isabella vit que sa fille avait les traits un peu tirés qu’elle aurait encore besoin de repos. Mais ses joues avaient de la couleur. Son corps n’était pas amaigris. Richard n’a pas mis la main sur elle!

- Qu’allons-nous faire, Maman? Pour ceux qui restent mais qui ont tout perdu? Toi que vas-tu faire maintenant? Demanda Joan.

- Ce qui peut être fait, ma chérie. Fit Isabella. La fortune maudite de Richard servira peut-être à quelque chose pour une fois. Les morts seront honorés seulement si nous les vivants nous efforçons de continuer à vivre. Fit-elle en caressant le ventre de sa fille. Ce bébé a la bonne attitude. Fit Isabella, qui sourit en le sentant bouger.

- Il semble sureveiller le prochain coup pendable de sa maman. Fit Curtis , entourant les épaules de Joan. Il effleura les cheveux de sa compagne avant de l’embrasser doucement sur la joue. Il était rassuré de voir que le maquillage blaffard qu’elle portait la veille n’était vraiment qu’un maquillage.

- Sa maman a son quota de coups fumants pour un bon moment, que le ciel m’entende! Fit Joan.Avez-vous les résultats de ma prise de sang, Simon?

- Ils sont normaux sauf pour l’hémoglobine qui est un peu basse. Rien que le repos et une nourriture adéquate ne peuvent remédier. La tension artérielle est un peu basse mais cela peu facilement être attribué à la fatigue due au démenage des derniers jours. Fit Simon. Plus tard, nous ferons une écographie pour le bébé.

- Bien. Fit Joan. Je pense maintenant pouvoir vous raconter mes frasques des derniers jours. On dervrait tous nous asseoir confortablement.

A+ Kiss

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Sam 16 Jan 2016 - 21:34
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hello Frégo !

Retrouvailles sobres entre Joan et Isabella, sous les regards complices et attendris de tout l'équipage et d'Ezra. J'ai bien aimé le mélange entre l'humour et la mélancolie de Majorek. C'est un personnage que j'aime bien, un de ces seconds rôles essentiels à toute histoire bien bâtie. Encore un de ceux dont il faudra nous en dire plus, à l'occasion... Nous avons des éléments sur Emma, les frères King, la Major d'Issa, mais lui reste encore assez secret et donc un peu mystérieux (dans le bon sens, je veux dire, je n'attends pas de lui qu'il soit un traître !).

J'ai bien aimé aussi tous les petits détails que tu apportes sur Joan, ses impressions, son ressenti...

Je prends le relais ou tu poursuis encore ?

Bon week-end !

Bizz vizz !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 17 Jan 2016 - 02:16
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye!


Je suis contente que ce passage te plaise!  Very Happy  Si tu veux poster un petit bout pendant que je continue à écrire, libre à toi! Mr. Green


A+


Frégo  Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 17 Jan 2016 - 03:14
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles!

J'ai fait comme tu as dit, Frégo! I enjoyed so much! Good Best Clap

Et je suis confortablement assise en attendant la suite... Mr. Green peu importe laquelle poursuivra! Wink

jump jump jump

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 17 Jan 2016 - 17:21
Auteur Message
Jovienne
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 10 Nov 2015
Messages: 118
Localisation: Ben. .. Jupiter, quoi
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
I enjoyed too... Very Happy

Frego j'aime beaucoup l'expression "petite excursion mondaine" de Majorek. Pas besoin de décrire davantage, tout est dans le non-dit !
Et Limeye, j'espère bien que ce n'est pas un traître ! Il y a suffisamment de "méchants " dans cette histoire !

Encore une fois, bravo pour la manière dont vous arrivez à manier tous ces personnages "secondaires", c'est un travail titanesque que je ne saurais pas mener, personnellement. Master

We're waiting for the rest of the story ( bonne résolution de l'année 2016, je me mets sérieusement à l'anglais ! Question )

Hello

Jovienne

PS Je vous poste une petite suite de mon histoire dans la foulée. ..
_________________
...tout ce qu'on rêve est fiction et tout ce qu'on accomplit est science, toute l'histoire de l'humanité n'est rien d'autre que de la science-fiction. Ray Bradbury.

Back to top
Dim 17 Jan 2016 - 20:40
Auteur Message
Twister-Sister
Space Soldier
Space Soldier

Hors ligne

Inscrit le: 26 Aoû 2014
Messages: 9
Localisation: Germany
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Great Story Smile
I like the Appearing of Kim Ivan and Grabo in dies Fanfic - just want more of that Wink

Back to top
Dim 17 Jan 2016 - 21:16
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Bonsoir Jovienne, Hello Twisi !

Ich freue mich, Du zu lesen ! Danke sehr, Twisi !

Oui, Jovienne, nous allons tenter d'achever cette histoire cette année... elle aura ainsi trois ans Shocked !

Je vais reprendre le fil, certainement demain Wink . Mais je vais m'empresser aussi d'aller lire le dernier tiboutte que tu as ajouté à ton histoire.

Un tel défi que les Visages de mon ennemie ne peut se mener que difficilement seul(e). A moins de tenter d'écrire une saga (rigolez pas, j'en vois qui rigole dans le fond, là, Flamme ?). Ok, la Joan's Story pourrait un peu s'y apparenter, mais il y a quand même eu beaucoup moins de personnages à manier, d'intrigues imbriquées les unes dans les autres... et de rebondissements imprévus ! Mais en cela, je félicite ma co-auteure et initiatrice de ce récit, Frégo, qui sait vraiment synthétiser tout cela Good !

Bon, c'est parti pour la lecture !

Bizz vizz !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 17 Jan 2016 - 22:55
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Allô les filles!


Merci de vos commentaires! Je vais vous réassurer tout de suite, Majorek n'est pas un traître. Myo, le gardien de la mémoire du peuple des profondeurs d'Uranus l'aurait persé à jour immédiatement! Mr. Green


Bizz!


Frégo  Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Aujourd’hui à 23:45
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Back to top
Page 34 sur 36
Aller à la page: <  1, 2, 333, 34, 35, 36  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure