Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Ven 25 Sep 2015 - 17:47
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
flamme a écrit:



Surtout que Limeye nous concocte sûrement une suite qui promet, fidèle à son habitude elle aussi...


flower




Ce n'est pas peu dire... mais tu vas peut-être me maudire Mr. Green ! Et le pompier a intérêt à avoir de la réserve dans sa lance à incendie... Neutral

Bon, je rassure tout le monde cependant : normalement, ça devrait se terminer bien Globlaugh

bizz vizz

Limeye

Enjoy !


Plus il approchait de l'astroport, et plus Oliver put constater la violence des combats qui s'y déroulaient encore. Les hommes de Guggenheim n'étaient plus que des spectres, obéissant à leur pulsion meurtrière pour se maintenir en vie. Il dut en abattre plus d'un, qui, percevant sa propre vitalité, tentait de s'en emparer en le tuant. Au milieu de ce chaos, il avait bien du mal à mesurer le temps qui passait, de même que l'endroit où il se trouvait. De nombreuses fumées émanaient désormais des locaux de la police situés à proximité de l'aérogare. Il put cependant distinguer que ce dernier était aux mains de la résistance, en voyant le détachement d'hommes qui en assurait la sécurité, devant les portes. Malheureusement pour lui, il était trop loin pour les approcher, et se mettrait à découvert. Entre le bâtiment qui l'abritait encore et l'aérogare se trouvait toute une vaste zone dégagée - qui permettait autrefois l'accès aux pistes pour les véhicules de sécurité et d'avitaillement des vaisseaux. La traverser serait suicidaire.

Oliver s'arrêta un moment, observant les alentours. Un coup d'oeil à sa montre lui fit savoir qu'il restait environ vingt minutes avant que la bombe n'explose. Il devait à tout prix parvenir à se mettre à l'abri. Il se demanda si Eduardo vivait encore et si son ami serait protégé de la déflagration et des radiations si jamais la bombe explosait. Puis il songea que oui, le bâtiment qu'ils avaient infiltré était pour cela bien protégé. Cela le réconforta un peu et une nouvelle motivation lui donna une raison supplémentaire d'arriver au QG de la résistance : s'il y parvenait assez tôt, il serait peut-être possible d'envoyer des secours à Eduardo et de le sauver. Il devait y croire, comme il devait croire qu'il reverrait Suzan.

Avec précaution, il quitta son abri de fortune, le longea, l'arme toujours à la main, tous les sens aux aguets. Il avait eu l'occasion de constater au cours des heurts précédents que les damnés ne prenaient aucune précaution pour passer inaperçus ou saisir leurs proies par ruse : tout ce qui les animait était de s'emparer de leur vie, de leur énergie vitale pour survivre. Mais Oliver savait pertinemment qu'ils étaient définitivement condamnés. "Faire tout ce qui est en notre pouvoir pour que nous ne sombrions pas tous avec eux !", se dit-il encore. Puis il ferma son esprit à toute pensée pour entamer l'approche du QG.

Alors qu'il n'en était plus loin, il constata avec horreur qu'il lui était impossible d'y parvenir : d'autres combats faisaient rage là aussi, une escadrille de damnés luttant avec acharnement contre les hommes qu'Hannibal avait déployés devant leurs abris. Ca tirait dans tous les sens, les tirs comme les fumées des combats l'empêchant de distinguer le moindre passage, la moindre issue.

"Où puis-je aller ?", se demanda-t-il alors. L'aérogare était inaccessible, le QG de la résistance aussi... "Ne pas retourner en arrière..." Une vague de désespoir l'envahit alors qu'il était tout prêt du but. Il ne pouvait non plus, à lui seul, prendre à revers les combattants pour aider les hommes d'Hannibal, ni même soutenir ceux de Morris à l'astroport. Il s'appuya contre un mur, laissa son regard faire le tour des lieux. "Je n'ai plus le choix... l'Empire State ! J'y retrouverai peut-être le Capitaine Flam et ses hommes et là, au moins, je pourrai être utile."

Sans plus hésiter, Oliver revint quelque peu sur ses pas, puis s'engagea dans la grande avenue, marquée par des combats, mais calme pour l'heure, qui menait vers l'antre du diable.

Là, il constata que l'entrée était sans surveillance : sans doute les gardes étaient-ils morts ou partis en quête de substance vitale. Avec prudence, cependant, et toujours l'arme à la main, il pénétra dans le bâtiment. Une fois à l'abri, il trouva rapidement un bureau où se cacher. Il voulait prendre contact avec le QG de la résistance. La voix de Joan se fit entendre :

- Que se passe-t-il ?
- Je n'ai pu vous rejoindre. Le passage est coupé. Je me trouve désormais dans l'Empire State. Je vais tenter de seconder qui vous savez.
- Ils sont en bas... N'y allez pas. Restez caché. Ils vous récupèreront au retour...

La voix de Joan n'était plus qu'un murmure. Oliver devina qu'elle espérait qu'il y aurait un retour.

- D'accord, dit-il simplement.

Puis il coupa la communication : pas la peine de courir le risque d'être repéré, même s'il pensait avoir réussi à couper tous les réseaux...

Son regard fit le tour de la pièce où il se trouvait. C'était l'un des postes de surveillance du bâtiment. Les caméras fonctionnaient encore, il y porta attention. Tout au-dehors semblait presque trop calme, après ce que lui-même avait traversé. Certes, il voyait des fumées, des preuves des affrontements au-dehors, mais il lui semblait que cela était lointain. A les regarder avec attention, il comprit que les images passaient en boucle. "Ils ont réussi à pirater le système de surveillance... en espérant que ceux qui se trouvent encore ici à la botte du vieux se laisseront prendre à ce stratagème..."

Par curiosité, mais aussi par sérieux, Oliver s'installa à la place du gardien. Il scruta encore un moment les écrans de contrôle, comprit que son hypothèse était la bonne. Devant lui, un ordinateur était resté allumé. Il y entra son code de fausse identité, constata que le réseau informatique de l'Empire State fonctionnait encore, sans doute était-il plus sécurisé qu'il ne l'avait pensé lorsqu'il était intervenu avec Eduardo. Il prit vite la mesure des choses et se dit qu'il pouvait vraiment aider l'équipe partie à la recherche de la bombe. Il lui était impossible de localiser précisément l'engin - sans doute le Capitaine y parviendrait-il -, mais il s'activa à déverrouiller tous les accès qui avaient été sécurisés, afin de leur laisser le passage libre.

Il travaillait vite, concentré. Il n'entendit pas la porte du poste de surveillance s'entrouvrir et ce ne fut que lorsqu'il sentit dans son dos le canon d'un pistolet à protons qu'il comprit qu'il était perdu.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 25 Sep 2015 - 17:47
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Ven 25 Sep 2015 - 19:09
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
AAAAAARRRRRGGGGHHH!

Limeye, tu te rends compte de l'état dans lequel tu nous laisses? Je sais que je ne suis pas la seule à réagir ainsi, et j'englobe tout le lectorat avec moi... horified horified horified

Je suis venue prendre un petit break (pause québécoise) de mon ménage sur le forum, et j'en sors dans un état épouvantable... Mad

J'aimerais bien avoir le petit smiley qui râle, le préféré d'Elaine... J'en aurais mis quelques-uns après le Argh... Mr. Green Wink

Déjà que Frégo nous a resserré la vis de tension Shocked avec cette bombe dont Otho retarde l'explosion avec ses pulsations... tu en rajoutes! Qui tient le pistolet à protons? Si c'est un méchant, j'espère qu'il y a un gentil pas loin, envoyé par Joan, pourquoi pas... Ça pourrait être un gentil aussi, qui ne connaît pas Oliver... Je sais qu'on peut vous faire confiance à toutes deux, Frégo et toi, pour que ça finisse bien... flower flower flower

En tout cas, j'espère que tu ne nous laisseras pas languir trop longtemps... jump jump jump C'est mauvais pour le sommeil, Unbelievable surtout avec un décalage horaire à rattraper... Rolling Eyes

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 26 Sep 2015 - 14:22
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hello Flamme !

je savais bien que je vous laissais sur un sacré cliffhanger cher à O-tho... mais la suite en cours d'élaboration, j'espère pouvoir bientôt vous la livrer !

je ne voudrais pas que tu pâtisses pour ton sommeil, le décalage horaire est suffisant Confused

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 26 Sep 2015 - 15:28
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye et Flamme!

Et, oui c'est un sacré cliffhanger ! Good Master horified n'importe qui pourrait se trouver au bout du canon de ce pistolet à protons, allié, ennemi ou opportuniste. Neutral J'attend aussi la suite avec impatience!
Clap jump jump jump jump jump

A+

Frégo Smoke
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Sam 26 Sep 2015 - 20:29
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hello Frégo !

Oui, cela pourrait être n'importe qui... mais j'ai ma petite idée à ce sujet Wink

Je fais au mieux pour ne pas vous laisser sur le trampogrill heavy duty trop longtemps, mais je bosse ce week-end et c'est (un tout petit peu) compliqué...

Bizz vizz !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 26 Sep 2015 - 23:11
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles,

Wow, vous nous menez ca tambour battant! C'est vraiment super a lire! Mais la, Limeye, c'est le pompon... horified
Ami? Ennemi" grrr...J'espere au moins que tu sais qui c'est ! Mr. Green

En tout cas bravo les filles et vivement la suite! jump jump Good

O-tho

Back to top
Dim 27 Sep 2015 - 01:40
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles!

J'étais bien contente de constater que tu es venue faire un tour, Otho! Youpi Youpi Youpi

Je commence à avoir une petite idée sur la possible identité de l'inconnu(e) qui tient le pistolet à protons... Question Doubt Idea Mais je ne voudrais pas couper le "punch"... Chut Qu'en pensez-vous, O-tho et Frégo? Quelle idée peux-tu bien avoir en tête, Limeye? Ce serait amusant de tenter de deviner...
et de se mériter un cybercookie! Wink

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 27 Sep 2015 - 02:14
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Flamme!

À mon avis, ça pourrait être Joan. Apres sa communication avec Mala, c'est sûr qu'elle ne voudra rester les bras croisés. Mr. Green Ca pourrais aussi bien Kaspar. Rester sagement dans un réduit à attendre qu'on vienne l'arrêter, n'est pas dans sa nature. Ca pourrait aussi être Arthur Colvado. Il n'a sûrement pas oublié son scribouillard! Son vieux camarade, Francis pourrait aussi être une wild card! Neutral Ca commence à faire une galerie! Mr. Green

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 27 Sep 2015 - 14:43
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles!

Frégo, je vois que tu as émis bien des hypothèses, (plus que moi!) toutes plausibles à mon avis, les raisons que tu as données étant on ne peut plus réalistes... Wink Neutral

Ta deuxième suggestion est la première idée que j'ai eue... Wink Je pense bien que le frérot n'a pas dit son dernier mot, et qu'il n'est effectivement pas du genre à attendre sagement qu'on vienne l'arrêter... Et je compte bien sur l'une d'entre vous pour nous pondre des retrouvailles mémorables entre les trois frères Ivan... Doubt Shocked

Reste à voir maintenant si Limeye a eu la même idée que moi, ou l'une de tes idées, Frégo... chacune d'elles offrant tout un éventail d'émotions fortes en perspective! A moins qu'elle ait pensé à quelqu'un d'autre? Question Je l'imagine bien rire sous cape à nous voir ainsi mariner... Mad
Allez Limeye! Si on avait le petit Smiley armé d'un fouet sous la main, je l'emploierais volontiers... Youpi

jump jump jump

Bizz Vizz
Flamme
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 27 Sep 2015 - 16:57
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hello les filles !

Bien entendu, toutes vos suggestions me font sourire ! La réponse se trouve parmi ce que vous proposez... mais j'avoue que vous avez décuplé mon imagination et il se pourrait bien que je fasse tourner les choses autrement que ce que j'avais initialement prévu. Ce ne serait d'ailleurs pas la première fois que vos remarques contribueraient à faire évoluer l'histoire... Good

Je fais de mon mieux pour vous fournir une suite dès que possible ! Au pire, ce sera demain, mais je vais tenter quand même de faire quelque chose pour ce soir (chez moi) !

bizz vizz, faut que j'y retourne Crazy

Limeye Run
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Lun 28 Sep 2015 - 13:13
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hello les filles !

Voilà déjà une petite suite à vous mettre sous la dent. J'essaye aussi de faire avancer l'intrigue "au sol", le récit du combat en parallèle. Dans la prochaine suite, il est possible que je fasse réapparaître Curtis, Kim et Simon sans faire pour autant le récit du désamorçage de la bombe. Je ne sais pas ce que tu as prévu à ce sujet, Frégo, peut-être sera-t-il possible de raconter cet épisode "après coup", genre quand ils retrouveront Mala par exemple, ou plus tard, quand ils discuteront avec les chefs de la résistance sur Terre...

Bref ! Voici de la lecture, j'avance aussi pour la suite !

bizz vizz et belle journée d'après éclipse Wink

Limeye

Enjoy !

****

- Petite ordure... Bien vivant... Mais c'est parfait, ça ! Juste ce qu'il me faut pour pouvoir me tirer d'ici...

Oliver ignorait tout de l'identité de l'homme qui le tenait à bout portant. Sa voix résonnait étrangement, et pourtant, il lui sembla la reconnaître, mais il n'eut pas le temps, à ce moment, d'y réfléchir vraiment. Il resta calme, prit une profonde inspiration.

- Tu enlèves tes sales pattes du clavier... qu'étais-tu en train de faire ? Tout sauter ? Mais tout va sauter ! Debout !

Oliver se leva lentement. Il avait remis son arme à sa ceinture, mais l'homme derrière lui s'empressa de s'en emparer.

- On sort. Tu vas me servir de bouclier. Peu importe que tes petits copains viennent à ton secours, tu es un homme mort.
- Les morts sont les damnés qui ont suivi Guggenheim, dit Oliver. Même si vous me tuez, je resterai vivant. Vous avez perdu.
- Pas encore... pas encore. Allez, dehors !

Oliver obéit, l'arme pointait toujours dans son dos. Il se demanda combien de temps l'équipe du Capitaine Flam mettrait à désamorcer la bombe et à remonter des sous-sols. Allait-il les croiser ?

Ils sortirent lentement du poste de surveillance. Oliver n'avançait pas très vite, mettant à profit de précieuses secondes pour réfléchir. A sa ceinture, sur son transmetteur se trouvait un bouton d'alerte, s'il parvenait à l'enclencher, il pourrait ainsi alerter le QG qu'il était en grande difficulté : il ne voulait pas qu'on prenne de risques inconsidérés pour lui, mais cela permettrait peut-être à Joan d'alerter le Capitaine Flam et ses hommes qu'il restait encore du danger dans l'Empire State.

L'homme siffla :

- Avance !

A cet instant, Oliver reconnut son adversaire : c'était Arthur Colvado, le second d'O'Brien. "Un coriace, celui-là..."

Contrairement à ce qu'il avait imaginé, Colvado ne les menait pas vers la porte principale de l'Empire, mais à travers le bâtiment. Oliver se repéra aisément et se félicita d'avoir pu déverrouiller toutes les portes et issues : ainsi, s'il parvenait à maîtriser Colvado, il pourrait peut-être s'échapper aisément. Mais pour l'heure, il lui fallait gagner du temps et empêcher Colvado de le tuer. Sa combinaison anti-radiations le protégeait des émissions de daminthor qui pouvaient encore sévir. Tout en avançant, Oliver comptait ses atouts et observait avec soin ce qui l'entourait. Il ignorait dans quel état se trouvait exactement son adversaire, s'il était affaibli par le manque de daminthor ou s'il possédait sa propre réserve. Voulait-il le maintenir en vie le plus longtemps possible ? Ou l'achever dans un recoin sordide pour se gaver, seul, de sa vitalité ?

Pendant ce temps, au QG de la résistance, Hannibal surveillait avec inquiétude les écrans de contrôle et les communications qui leur parvenaient d'un peu partout. Le bouclier anti-déflagration venait d'être activé. Au-dehors, même si les combats faisaient encore rage pour protéger le QG, il lui semblait bien que ses hommes prenaient l'ascendant. Avant de sortir des différentes soutes dans lesquelles ils étaient à poste depuis plusieurs jours, attendant l'attaque, ils avaient tous avalé une quantité importante de l'antidote de Jasper Randall. Leur courage et leur volonté ne leur suffiraient pas pour combattre, ils le savaient tous bien. Face à d'anciens frères humains qui n'étaient plus que des êtres en sursis, dominés par des pulsions meurtrières, ils se devaient de se battre jusqu'au bout pour préserver l'essentiel. Lorsque Hannibal fut certain que leur QG était à peu près protégé désormais, à la fois par les soldats résistants et par le bouclier, il appela Alex Morris.

- Alex, c'est Hannibal. Nous faisons face encore à une poche de résistance, mais j'ai bon espoir d'en venir à bout d'ici peu. Mes hommes sont plus vaillants que ces pauvres types. Comment ça se passe de ton côté ?
- Toujours des combats avec les troupes de la police interplanétaire : ils sont coriaces. Mais je tiens fermement l'aérogare et une partie des pistes est sous notre contrôle. On pourrait faire atterrir des troupes, désormais.
- Peux-tu te défaire d'une escadrille ?
- Oui, je pense. Pourquoi ?
- Ed est resté dans l'immeuble de la sécurité. Il est gravement blessé.
- Ok. On va tout tenter pour le récupérer. Et l'agent qui était avec lui ?
- Je l'espère en sécurité pour l'heure... autant qu'il est possible.
- J'envoie quatre hommes chercher Ed. On va le ramener.
- Merci, Alex, mais pas de risques inutiles.
- Quel risque plus important que de maintenir la vie peut-on prendre aujourd'hui, Han ?

Ce dernier ne répondit pas. Joan venait de lui saisir la main :

- Oliver vient d'activer son alarme. Il est en danger ou il y a danger...
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Lun 28 Sep 2015 - 13:39
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye!

Le suspense persiste! Good Master Je vais écrire la scène de désamorçage de la bombe et peut-être la scène entre Otho et Guggenheim. Je vais essayer de plancher la dessus. Et hop! De retour sur le grillpoline!
jump jump jump jump jump jump

A+

Frégo Smoke
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Lun 28 Sep 2015 - 20:43
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hello Frégo, hello à toutes !

Voici le dernier tiboutte que je suis en mesure d'ajouter aujourd'hui. J'espère que cela te conviendra, Frégo, que je n'empiète pas trop sur ce que tu veux écrire... Je pourrai éventuellement poursuivre avec le sauvetage d'Eduardo...

Enjoy !

Limeye

Kaspar n'était pas du genre à rester sagement là où on lui avait dit de rester. Certes, Hannibal O'Brien l'avait certainement mis en sécurité, du moins, si tant est qu'on pouvait être en sécurité quelque part sur Terre, mais après avoir passé quelques heures dans la réserve de fournitures de bureau, il commença à s'ennuyer. Il avait avalé régulièrement la boisson infâme qui n'était pas sans lui rappeler certains mélanges étranges qu'il goûtait parfois sur Mars. Au-dehors, il l'entendait désormais, les combats faisaient rage. Il avait aussi perçu de nombreux bruits dans le couloir, cris de rage et d'agonie, hurlements tous plus affreux les uns que les autres. Kaspar avait assisté à bien des combats et quelques massacres au cours de sa vie, il avait tué aussi, sans état d'âme. Mais ce qu'il percevait finit par lui glacer le sang, tout insensible qu'il pensait être.

Une violente déflagration apporta un semblant de calme, puis il y eut de nouveaux bruits de course, comme une alerte. Il devina que les dernières troupes à peu près en état de se battre et qui se trouvaient encore dans l'immeuble étaient en train de se rassembler pour le baroud d'honneur. "Les troupes alliées arrivent", songea-t-il. "Flam n'aura pas mis beaucoup de temps à nous suivre... Je me demande bien ce qu'O'Brien a fait de sa petite chérie... Si jamais elle tombe entre les mains du vieux, elle est cuite, et son gosse aussi. En même temps... elle est peut-être la seule capable de l'abattre vraiment, de mettre fin à son joug."

Il patienta encore un peu, puis, comme le silence s'éternisait autour de lui, il crocheta la serrure et sortit, non sans avoir pris encore de bonnes rasades d'antidotes et en en embarquant une bouteille qu'il fixa à sa ceinture. Le couloir lui révéla un spectacle des plus horribles. Et il se demanda si ses yeux pourraient encore voir après tout cela. Des corps de policiers, de fonctionnaires, gisaient ça et là, démembrés, sanguinolents. Les visages affichaient combien leur mort avait été affreuse et douloureuse. Il trouva sans peine des pistolets à protons en état de marche, à profusion, comme si les assaillants n'avaient eu que faire des armes. "Ce dont ils avaient besoin n'était pas cela. Ils avaient besoin d'autre chose...", songea-t-il en frissonnant.

Il parvint au bout du couloir, là où se trouvait l'escalier de secours qu'il avait emprunté avec Joan, quelques heures auparavant, avant l'attaque des troupes alliées. Il sortit par l'accès principal, totalement désert. Il comprit rapidement que le dehors était plus dangereux que le dedans, après avoir parcouru quelques rues en direction de l'Empire State Building. Il ne savait pas exactement comment il allait sauver sa peau, mais une chose était certaine : il savait comment tuer le "vieux". Enfin, disons plutôt qu'il détenait un des moyens de le tuer.

Il était sûr d'une autre chose : il ne tenait vraiment pas à se retrouver face à ses frangins. Arko et Grabo n'auraient aucune pitié pour lui. Il avait trop de sang sur les mains. Il ne voulait pas se racheter. C'était trop tard. Mais il ne voulait pas mourir salement. Et s'il avait la plus petite chance d'échapper à ce foutu merdier, il la tenterait. Mais pour cela, il devait approcher le "vieux".

Il prit vite la mesure des combats intenses qui se déroulaient autour de l'astroport, point stratégique s'il en était. Pas la peine d'aller par-là. Il évita soigneusement quelques rues où s'échangeaient des tirs nourris et entra dans l'Empire State aussi facilement que l'avait fait Oliver un peu plus tôt. Vestige de l'ancien monde ayant résisté au grand cataclysme, l'édifice plus que centenaire allait voir se dérouler l'un des épisodes les plus intenses de ce combat. Sans le savoir, des hommes que tout opposait allaient se retrouver là, auprès d'autres hommes que tout rassemblait et unissait.

Tous avaient un point commun : ils connaissaient Joan Randall. L'un l'avait aimée sincèrement, un autre la désirait ardemment, un troisième veillait sur elle comme un presque père, un quatrième l'admirait avec respect, un autre, enfin, l'aimait plus que tout et prendrait tous les risques pour qu'elle reste en vie.

Kaspar voulait gagner au plus vite le bureau de Richard Guggenheim, mais en s'avançant vers le coeur du building, il entendit du bruit devant lui. Quelqu'un parlait, ou plutôt vociférait :

- Avance, petite crevure ! Tu nous as bernés... Tu n'aurais jamais dû revenir ici, Connors ! Tu as signé ton arrêt de mort... et je vais m'en délecter... Avance !

La voix s'éloigna un peu de Kaspar. Il haussa les épaules. Quelqu'un - un résistant sans doute - était tombé aux mains d'un des sbires de Guggenheim encore vivant. Ni l'un, ni l'autre, ne survivrait bien longtemps, Kaspar en était certain. Il continua sur une dizaine de pas son propre chemin, puis revint en arrière : peut-être pouvait-il tenir là le moyen de s'en sortir... ou de négocier sa survie face à ses frangins, si par hasard, il tombait sur eux. Un sourire de contentement s'afficha brièvement sur son visage et il marcha rapidement sur les traces des hommes dont il percevait la présence, à quelques pas de lui.

Au détour du couloir, se dirigeant vers une sortie de secours, il vit deux silhouettes qui avançaient à contre-jour. Prudemment, il les suivit, aussi silencieux qu'un félin. Colvado était concentré sur sa future proie, il ne faisait visiblement pas attention à ce qui se passait derrière lui. Kaspar n'attendit pas plus. Il leva son arme et fit feu, tuant à bout portant Arthur Colvado, mais blessant aussi Oliver qui chuta devant lui en poussant un grand cri. Alors qu'il perdait connaissance, croyant sa fin venue, le jeune homme allait ignorer que le tir et son cri allaient en fait lui sauver la vie, alertant le Capitaine Flam et ses hommes qui remontaient des sous-sols après avoir désamorcé la bombe qui devait, selon Richard Guggenheim, raser New York et ensevelir ses derniers habitants.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Jeu 1 Oct 2015 - 01:46
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Aaarrrrggghhh, Limeye!

Je ne pourrai pas descendre de mon trampogril-grilpoline tendu et chauffé à bloc tant que je ne saurai pas ce qui va se passer quand Curtis et cie rencontreront Kaspar... jump jump jump

Il semble avoir volontairement blessé Oliver, même si ça ressemble à un accident... Evil horified

Je suis toutefois bien heureuse d'apprendre que la bombe est désamorcée... Clap Youpi

Je suis très curieuse de découvrir la suite... et de voir comment Frégo continuera de son côté! jump jump jump

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mer 7 Oct 2015 - 04:47
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye et Flamme!

Belle exploitation du côté non-repentant et froid de Kaspar! Il a vraiment zéro compassion! Unbelievable Run Shocked Good. Je tarde encore à écrire les suites que j'ai proposées, je me remets d'une légère intoxication alimentaire ! Bad Je ne vous recommande pas la soupe à l'oignon gratinée de chez Tim Horton. Ils devraient se contenter de vendre du café et des beignets! Confused Je prépare un voyage à New York pour cette fin de semaine de l'action de grâce . Je tenterait de m'en inspirer! Wink

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Aujourd’hui à 01:41
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Back to top
Page 32 sur 36
Aller à la page: <  1, 2, 331, 32, 33, 34, 35, 36  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure