Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Sam 21 Mar 2015 - 09:58
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles!


Le temps passe trop vite et il m'arrive trop de choses, je ne m'étais pas rendue compte de ce deuxième anniversaire! Ashamed Ashamed Ashamed

Bravo Frégo et Limeye, ce que vous avez fait de ce défi du 17 mars 2013 est un exploit! Un exploit qui a fait passer vos lecteurs (lectrices) par toutes les émotions imaginables... Mr. Green Laughing Unbelievable horified Angry Crying Question Youpi Clap jump et bien sûr flower ...

Lâchez pas les filles! Je veux connaître la fin, moi... et j'imagine déjà de belles retrouvailles à faire fondre, en particulier pour Flam et Joan , mais je n'oublie pas non plus Grag ni Mala ... sans parler de leurs bestioles!

Encore bravo! Good Best Clap et Master

Bizz Vizz
Flamme
éternelle flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 21 Mar 2015 - 09:58
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Sam 21 Mar 2015 - 10:29
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou à vous !

Courage, Frégo, pour la suite... j'imagine bien que ce n'est pas simple, d'amener l'attaque de l'armée de Grant / Flam... je n'ai pas poursuivi de mon côté, j'attends tes apports, mais je suis dans les starting-block, car je suis prête à écrire l'arrivée de Joan et de Kaspar sur Terre Wink . Plus d'éventuelles suites...

Flamme : oui, j'imagine bien ton impatience pour les retrouvailles ! Elles viendront en leur temps, mais je pense qu'il y a beaucoup à raconter encore avant ! Néanmoins, nous essayerons de les rendre aussi fondantes et guimauvesques que possible Mort de Rire

En attendant, quelle aventure pour nos héros, et pour nous aussi Unbelievable Youpi !

beau week-end de printemps à vous flower

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 22 Mar 2015 - 22:12
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Me revoilà après pusieurs jours d’absence! Voici un ti-boutte couvrant la bataille du Red Hope. Enjoy! La flotte présidentielle suivra bientôt! Wink

La flotte dirigée par Brubaker, King, Marten et Sakeri accélérèrent légèrement pour aller rejoindre le Red Hope. Popovic restait difficilement en communication avec son homologue en poste sur le croiseur marsien assiégé. Les forces de Guggenheim faisaient tout ce qu’elles pouvaient pour bloquer les communications venant du Red Hope et de ses vaisseaux. Il avait néanmoins pu miraculeusement trouver un canal sécurisé. Il pouvait aussi épier les communications ennemies.

L’ennemi semblait désorganisé. Les chefs de ses deux croiseurs, les amiraux Lo Tharse et Myn’ha Dyx, avaient du mal à maintenir la discipline parmi les pilotes de chasse, l’équipage des croiseurs et même chez leurs officiers. Il y a eu des bagarres, des morts et du « cannibalisme ». Grace au communicateur de Guggenheim, il intercepta une communication entre Tharse, Dyx et Guggenheim qui leur ordonnait de maintenir l’attaque coûte que coûte, que du ravitaillement en Daminthor et en victimes fraiches arriverait d’ici une heure ou deux de Callisto.

Popovic se prépara aussitôt à donner le change à Guggenheim sous les traits de Koenig. Il y parvint sans difficultés apparentes. Il dût néanmoins réprimer un sursaut devant ce que Guggenheim était en train de devenir physiquement. Son teint était devenu gris, ses yeux bleus étaient devenus sans éclat et le blanc de ceux-ci était devenu complètement rouge. Son attitude devenait de plus en plus érratique et irrascible.

- Nous allons soutenir nos alliés contre cette racaille dégénérée, Monsieur. Les paroles de Popovic pouvaient être interprétées dans un sens comme dans l’autre.

- En effet, nous ne pouvons nous permettre de perdre ces deux croiseurs marsiens et leurs équipages, et je veux la tête de ce Bork King. Par contre, les jérémiades de Tharse et Dyx m’ennuient. Je n’aime pas cette société d’Alvéola à laquelle ils appartiennent. Je vous charge, vous et Ramirez, de les éliminer. Je veux qu’ils gémissent enfin pour quelque chose! Vous me filmerez tout cela bien entendu! Vous prendrez ensuite le commandement des deux croiseurs. Fit Guggenheim. Vous ramènerez le Daminthor sur Terre comme prévu. Je vous donne 2 jours exactement!

- Bien, Monsieur. Fit servilement Popovic. La communication fût coupée. Popovic observa son communicateur comme si celui-ci pouvait le mordre d’une seconde à l’autre. « Je devrais détruire ce truc. » Dit-il tout haut.

- Ce truc est un bout de la toile du vieux. Fit Brubaker. On commence par tenir le bout bien tendu...

- Et, peu à peu, à force de vouloir jouer au plus fin avec lui, on finit par se prendre et s’enrouler soi-même dans la toile... Fit Popovic.

- Je connais beaucoup de gens , toutes allégeances confondues, qui se sont pris dans cette toile. Fit sombrement Brubaker. Vous me réduirez ce portable en miettes lorsque je vous en donnerai l’ordre. Sakéri a raison, il est temps de mettre un terme à la mascarade.

Marten, King et Sakéri furent informés de ce qui a transpiré des interceptions radios et de la communication entre Popovic et Guggeheim. Klovis King avait un vieux compte à régler avec Lo Tharse, Myn’ha Dyx et autres membres de la société d’Alvéola. « Ceux-là ont on besoins de se faire rabattre leur caquet! » avait-il dit.

- Le feu combiné des nos vaisseaux devraient pouvoir détruire ces deux croiseurs. Fit Sakéri. Ce sont leurs chasseurs qui pourraient nous causer des ennuis.

- Le fait que Tharse et Dyx croient que nous sommes des alliés avec une cargaison de Daminthor va nous donner un temps d’immunité pour une attaque surprise. Je devrais pourvoir convaincre Tharse et Dyx de venir vers nous pour le « ravitaillement ». Il faudra frapper vite et ford, pendant que leurs chasseurs sont encore occupés avec les chasseurs du Red Hope. Fit Brubaker.

La flotte adopta deux formations en V renversé, alternant vaisseau militaire et vaisseau cargo. Chaque formation allait concentrer leur tir sur un croiseur ennemi.

En moins d’une heure, ils arrivèrent en vue du Red Hope. Le croiseur « pirate » avait envoyé tous les chasseurs dont il disposait contre ceux des 2 croiseurs martiens fidèles à Guggenheim. Pour un chasseur du Red Hope, il y avait 2 chasseurs ennemis. Les hommes de Bork King ne tenaient bon que grâce au comportement erratique et impulsif de leurs ennemis, affectés par le manque de Daminthor.

Les hommes de Tharse et Dyx ne pouvaient se repaître adéquatement de l’énergie vitale de leurs victimes. Aucun effort n’avait encore été fait pour détruire le Red Hope. Les 2 Croiseurs avaient quelque peu endomagé son armement et lui envoyaient des rayons de Daminthor pour capter l’énergie vital de ses occupants. Ces rayons s’affaiblissaient à cause du manque de minerai.

De son côté le Red Hope avait envoyé quelques salves aux 2 croiseurs ennemis mais ceux-ci étaient protégés par des boucliers magnétiques. Les craqueurs du Red Hope tentaient encore de pénétrer les systèmes informatiques ennemis pour neutraliser ces boucliers. L’Equipage de Bork King combattait avec des facultés affaiblis par la consomation d’alcool de cactus zebré, seule remède à leur disposition contre la Daminthor.

Tout se déroula comme Brubaker l’avait prévu. Tharse et Dyx se dirigèrent impulsivement vers le convoi pour prendre un chargement de Daminthor. Popovic ne perdit pas de temps pour bloquer les communications des deux croiseurs craquer les systèmes informatiques et désactiver leurs boucliers. Les deux formations firent feu sur les 2 croiseurs, détruisant les postes de pilotage, les canons à Protons, les anthènes émétrices de Daminthor et les aires de lancement des chasseurs.

Ils firent juste assez de domage pour mettre les croiseurs hors d’état de nuire. Les membres d’équipage des croiseurs finiront par succomber à une frénésie meurtrière et s’entretuer. Sakéri et ses hommes avaient ajouté des mines magnétiques téléguidées à retardement à l’arsenal des vaisseaux militaires.

Lorsqu’elles furent larguées, ces mines allèrent se coller sur les deux croiseurs. Elles furent programmées pour exploser au bout de 60 minutes. Ils évitèrent ainsi les risques pour leur flotte et le Red Hope si ces deux croiseurs avaient explosé en plein combat.

Popovic profita du largage de ces mines pour faire prendre le même chemin au portable de Koenig, cette ligne direct avec Guggenheim, toujours en marche. « Laissons le vieux se poser des questions! » Pensa Popovic, sardoniquement. « Tâche immediate à l’ordre du Jour : modifier les codes et canaux de communication des cargos et vaiseaux militaires de notre flotte pour couper d’autres fils de la toile du vieux.»

Pendant ce temps, les chasseurs ennemis, inconscients du sort de leurs croiseurs, continuaient de combattre les chasseurs du Red Hope. Mais leurs attaques devenaient de plus en plus érratiques. Dans leur frénésie, certains s’abatirent entre eux. Le Red Hope abattait ceux qui s’étaient séparés de la mêlée.Ses chasseurs vinrent à bout du reste. Le Red Hope perdit quand-même la moitié de ses chasseurs dans cette bataille.

Klovis prit la tête du convoit marchand pour rejoindre le Red Hope. Celui-ci était trop endomagé pour arrimer les 36 vaisseaux. Bork King invita la flotte à suivre le Red Hope pour se poser sur l’astéroide refuge qui servait de quartier général officiel de la résistance marsienne.

- Nous avons tous besoins d’un moment de répit avant la finale, frangin. Et on a beaucoup de choses à se dire. Fit Bork.

À leur arrivée sur l’astéroïde refuge, ils virent 2 points lumineux dans l’espace, les 2 croiseurs avaient explosé.

- Bon débarras! Fit Sakeri.

- Ces deux sansues de Tharse et Dyx ont fini de nous créer des emmerdes. Renchérit Klovis.

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Dernière édition par Frégo 80 le Ven 27 Mar 2015 - 22:10; édité 1 fois
Back to top
Lun 23 Mar 2015 - 04:51
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Frégo!

jump jump jump jump

Les retrouvailles entre Bork et Klovis approchent! Ils se sont parlé, mais j'imagine bien, en effet, qu'ils ont plein de choses à se dire... Secret

Je n'ai pu m'empêcher de sourire, puis de rire en pensant à l'équipage du Red Hope abruti par l'alcool de cactus zébré qu'ils ont pris comme antidote au Daminthor... Mr. Green Laughing Mort de Rire Elle est bien bonne celle-là... Beer Youpi

J'aime la façon dont tu as fait le ménage, une fois de plus... avec ton efficacité légendaire! Good Best

Heureusement que Popovic est du côté allié... Il a parfois des réflexions sinistres! horified

Bravo Frégo pour ce combat! Je suis prête pour la flotte présidentielle... J'ai vraiment "enjoyé" ce tiboutte rempli d'action! J'aime bien quand tu nous lances ce "Enjoy" à chaque fois, c'est véritablement ce qui se passe!

Ton allusion à la société d'Alveola m'a fait penser à l'autre cadavre exquis... Wall Il faudrait que je m'y remette sérieusement... Ashamed

Bizz Vizz et encore une fois: Master
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 27 Mar 2015 - 12:42
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Frégo !

j'avais lu, mais pas pris le temps de commenter ton dernier opus ! (je sais, c'est pas bien Embarrassed )

je suis soulagée en tout cas que le ménage ait été fait du côté du ciel martien ! Bork et Klovis vont se retrouver... autour d'un verre de tonique de cactus zébré (peut-être ?). Voilà en tout cas, une affaire rondement menée, digne des meilleurs combats spatiaux... Lukas peut aller se rhabiller, j'ai parfaitement suivi l'action ! Je me suis sentie revenir au temps de Meuterei et du fameux combat qu'Alex nous avait livré...

je partage l'avis de Flamme concernant Popovic : ce personnage m'est très sympathique ! Il me fait penser à Jennings par moment...

je te laisse donc rédiger la suite, avec l'arrivée de l'armée Grant / Flam. Je commence à rédiger de mon côté l'atterrissage de Joan et de Kaspar, ainsi, nous pourrons livrer bientôt Wink

bonne fin de semaine !

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mar 5 Mai 2015 - 15:28
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou!

Voici une autre suite. Ashamed Ça prend un peu plus de temps que prévu à boucler la boucle dans le temps. Ze veux que les retrouvailles sur le Red Hopes zoient réussies pour le proçain envoi! Mr. Green

La flotte présidentielle avec le Général Grant à sa tête et , à l’intérieur de laquelle voyageaient le Comet, le Phoénix, le Bluewave et le détachement Saturnien, faisaient route vers Mars, étape cruciale avant de se diriger vers la terre. Des promotions ont été décernées avant le départ pour s’assurer un alignement équilibré d’officiers compétents pour encadrer une force de coalition. Dans cet ordre d’idée, les Capitaines D’Issa et Buckley furent promus Major et le lieutenant Majorek fût promu Capitaine. Après une demie journée de vol, la flotte pouvait déjà observer au loin un série d’éclairs sur une région de l’espace marsien.

À bord du Comet, Jennings était au poste des communications et exercait une écoute attentive.

- Messieurs-dame, annonça-t-il, Nelson, l’officier des communication du Général Grant sur le T.D. Roosevelt (Président Théodore Roosevelt dont la devise était : « Speak softly but carry a big stick! »), viens de transmettre un message crypté de la part de l’Amiral Taggart. Le Red Hope est aux prises avec 2 croiseurs de la flotte Marsienne. Le flotte Marchande du Général Brubaker est en route pour leur prêter main forte. Ils ont pris des dispositions pour faire exploser leur cargaison de Daminthor. Taggart et sa flotte s’apprêtent à faire face à 4 autres croiseurs de la flotte marsienne sur un autre point de l’espace marsien. Je vous passe le Général Grant. Fit Jennings

Le Général Grant apparût sur l’écran de tous les vaisseaux de la flotte sur un canal ultra sécurisé.

- Messieurs-dames, il est temps de répartir nos vaiseaux selon nos missions respectives. Fit Grant. Le Comet, le Bluewave, le Phénix et le détachement de chasseurs saturnien se dirigeront vers le Red hope en neutralisant au passage les débris de la cargaison de Daminthor. Le gros de nos forces se mettra en route pour rejoindre la flotte de l’Amiral Taggard et prendre le 2e détachement de la flotte marsienne en souricière. Bonne chance à tous. Et s’il ya un Dieu, qu’il nous garde tous ou s’écarte de notre chemin! Terminé.

- Cette bataille d’enragés est belle et bien commencée. Fit calmement Simon. Elle aura peut-être des survivants mais pas de gagnants.

- Et n’y pouvons rien. Fit Ezra.
Curtis et Isabella tenaient leurs yeux fermés serrés. Joan et son enfant, les êtres les plus précieux au monde, se sont peut-être retrouvés au milieu de cet enfer! Ou l’ont peut-être évité pour aller vers un enfer encore plus cruel à New York!

Curtis ouvrit soudain les yeux, ils n’avaient jamais été aussi sombres.

- Nous allons néanmoins la mener à son tèrme cette bataille. Fit-il. Une nouvelle résolution dans sa voix. « Joan, mon amour...si je fais ce que j’ai à faire, je suis sûr que tu le feras aussi; tiens bon! » Pensa-t-il.

- Faisons face à ce qui est devant nous pour commencer. Tout viendra en son temps. Fit Isabella, tout aussi résolue. « Tenir bon, nous ne devons penser qu’à cela, Joan , ma fille et vous, Jasper, Janek, Han, tous ceux qui résistent... » Pensa-t-elle.

Un violent éclair rouge vint appuyer les paroles d’Isabella.

- Bon sang! Fit Kim. Si les débris s’éparpillent trop, ça va prendre du temps pour tout nettoyer!

- Tous les appareils équipés de diffuseurs dé-irradiants devront se partager le travail Fit Curtis. Nous allons accelérer et calculer notre trajectoire pour encercler les débris .

Ils atteignirent les débris au bout de 3 heures. Tous les vaisseaux, incluant le Bluewave de la colonel Watson,suivirent les instructions de Curtis à la lettre. Les chasseurs du détachement saturnien se faufilaient entre les débrits pour achever le néttoyage. Ils continuèrent leur chemin en direction du Red Hope. Les éclairs de canons à protons se rapprochaient petit à petit. Lorsqu’ils observèrent au loin deux grosses déflagrations, chacun retenut son souffle.

À bord du bluewave. Emma Watson ferma les yeux un instant. « Yanek, t’ai-je perdu pour de bon cette fois-ci? Dans ce cas, je te donne ma parole d’empêcher le vieux d’emmener tout le monde en enfer avec lui! »

- Majorek, essayez d’intercepter des communications sur ce qui se passe là-bas. Fit elle. Si le Red Hope et la flotte marchande sont détruits... Il faudra décider si nous devons affronter la flotte Marsienne ou... éviter le combat et calculer une autre route pour nous rendre directement sur la Terre. Fit-elle.

- Ne faites pas encore de réservations pour des funérailles spaciales, des pierres tombales ou la fosse commune, mon colonel. Fit Majorek. J’ai intercepté des communications ennemies. Jenning a fait la même chose de son côté. C’est la flotte marsienne qui est en déroute, grâce à l’intervention de la flotte marchande et aux efforts du Red Hope. Ces explosions étaient celles de deux croiseurs de la flotte marsienne. Toutefois, je ne reçois pas d’échos de le flotte marchande.

- Hum, ça c’est Popovic qui fait encore des siennes. Je suis sûre qu’il a changé tous les codes de sécurité et les système de cryptage des vaisseaux de la flotte marchande.Les forces de Guggenheim croieront pour un temps que cette flotte, sensée leur apporter du Daminthor frais, a été détruite. C’est à la fois une bonne et une mauvaise chose. Fit Emma.

- C’est une pression supplémentaire qui poussera le vieux et ses laquais à exercer une vengeance décuplée sur la population qu’ils ont sous la main. Fit le Major Buckley.

À ces mots, Emma Watson ferma les yeux. Elle craignait le pire pour Joan Randall, la fille de sa meilleure amie, pour Jasper Randall, pour le Colonel Nukibé et pour Hannibal O’Brien. Tous étaient pris dans cette danse mortelle contre Guggenheim et ses semblables. Elle songeait aux populations Marsiennes, Terriennes, Vénusiennes et Mercuriennes maintenant menacées d’extinction. Puis, elle se reprit. « Agir, agir, mettre un pied devant l’autre, faire ce qui est à ma portée, ne pas penser. » Pensea-t-elle.

- Cap vers le Red Hope, Messieurs. Il y a des personnes qui ont toujours besoin d’être ravitaillés en antidote. Notre code de reconnaissance sera : « Et pourtant, elles tournent. » Fit la Colonel Watson.

- Je fais passer le message à tous les vaisseaux. Fit Majorek.

Pendant ce temps la Major D’Issa , la Major Illan et le Major Barrett passaient les troupes en revue dans différentes sections des ponts inférieurs du Bluewave. Tout le monde était sur le qui vive et tentait de refouler les anguoisses concernant ce qu’ils trouveraient sur les planètes dominées par Guggenheim. Les 3 hauts gradés donnaient des consignes simples : se protéger, veiller les uns sur les autres et sur leurs prochains. Andrew avait réalisé depuis un bon moment que beaucoup ne retrouveraient pas leurs familles ou leurs amis, lorsque tout serait dit et fait. Il ferait par conséquent de son mieux pour garder les esprits dans l’ ici et maintenant.

C’était dans le même état d’esprit que la Major D’Issa arriva à l’infirmerie où se trouvaient la Dr. Sanchez et Miriam, la toute jeune nièce de Kim Ivan. Elle savait que les deux avaient été très choquées par l’enlèvement de la lieutenant Joan Randall. Elle sentait que Miriam, en particulier était dépassée par cette transition brutale entre une vie paisible sur un monde isolé vers un monde plongé dans une guerre fratricide sans merci.

- Il y a-t-il du nouveau sur ce qui se passe du côté du vaisseau que nous devons ravitailler en antidote, Major? Demanda Maëva.

- De ce côté là, les nouvelles sont bonnes, Docteur. Fit la Major d’Issa. Avec de l’aide extérieur, il a remporté une bataille contre les forces de Guggenheim. Nous allons pouvoir remplir notre mission de le ravitailler et de sauver des vies.

- Aucune nouvelles de Joan? Demanda Miriam.

La Major ferma les yeux. Elle aussi avait été morte d’inquiétude quand un de ses frères, sa belle soeur et son neveu avaient été fais prisoniers par les hommes de Guldhur. Elle se souvenait des horribles cris qu’elle avait entendus dans la vallée des voix d’Uranus.

- Malheureusement non, Miriam. Fit elle. Mais la lieutenant Randall est une femme courageuse, avec de la ressource et des raisons de vivre et résister. Je suis sûre qu’elle voudrait que tous nous nous continuyons de veiller les uns sur les autres et aider ceux qui sont à notre portée d’aider. Si nous tenons bon, elle le fera aussi.

- Il y a-t-il quelque chose ou quelqu’un qui vous attend sur Terre Major? Demanda Maëva.
- À New York, j’habitait dans un quartier de Brooklyn où il y a peut-être encore un petit garçon d’environ 7 ans qui m’appellait la princesse du Sabbah. Les membres de sa communauté étaient bien les seuls à me qualifier de « gentille ». Je le dois à ce petit garçon de faire de mon mieux, qu’il soit vivant ou mort. C’est ce qui rendra le mieux service à la lieutenant Randall également.

- C’est vrai que nous ne pourrons pas aider Joan si nous nous laissons abattre. Fit Miriam.

- Vous vous êtes vraiment passé le mot, vous et le Major Barrett. Fit Maëva.

- « Keep calm and carry on », exactement, Docteur. C’est ce qui m’aide personnellement quand je ne réalise pas tout à fait dans quel merdier je m’embarque. Fit la Major D’Issa. Êtes-vous armées toutes deux?

- La major Nemours, qui commande l’untité médicale nous a remis à toutes deux une arme de poing avant le départ. Il nous faudrait le temps et l’endroit pour nous exercer, car personnellement je suis rouillée. Fit Maëva.

- Moi ça va de ce coté là. Fit Miriam. À la maison, il y avait les exercices de tir obligatoires. Jade, notre chef, était intraitable là dessus.

- Bien, ces armes sont une précaution. vous ne vous en servirez qu’en tout dernier recours. Vous laisserez les jobs de bras à ceux qui n’ont pas votre expertise. Fit la Major D’Issa.

Maëva et Miriam hochèrent la tête.

En sortant de l’infirmerie, la Major croisa Jefferson et Vadek qui la saluèrent respectueusement et s’empressèrent de lui dire qu’ils veilleraient sur Miriam et la Dr. Sanchez et que s’ils pouvaient LUI être utiles, elle n’avait qu’à demander.

Elle resta un peu interdite.

- Jefferson et Vadek, c’est bien ça? Ils acquiéscèrent avec un grand sourire. Merci, Messieurs ...je m’en souviendrai, Continuez votre veille. Fit-elle.

« La grande et belle alien avec ses deux hommes de mains. Hum...concept un peu démodé mais qui a quand-même ses charmes. » Pensa-t-elle mi-ironique mi-sérieuse.

À Bord du Comet, tous étaient également rivés sur leur siège à la vue de ces deux énormes explosions à l’horizon.

- Si ce sont ceux du Red Hope et de la flotte marchande, ils seront vengés, même si c’est la dernière chose que je fais! Fit Kim Ivan, sinistrement.

- L’heure de la vengeance, des courronnes de fleurs ou des oraisons funèbres n’a pas encore sonné, Monsieur Ivan. Fit Jennings. Ce sont sont 2 croiseurs de la flotte marsienne de Guggenheim qui viennent de voler en éclats! J’ai perdu l’écho du Red Hope. J’ai crû un moment avoir perdu les échos de la flotte marchande, mais non, elle a tout simplement changé ses codes pour se faire passer pour des membres de la flotte jovienne de Taggard. Son spécialiste des communications est un malin. Ça devrait berner le vieux et ses hommes pendant un moment.

- Le Red Hope est, de toute évidence, retourné sur sa base secrète. Fit Curtis. Nous allons procéder de la même façon pour les débris de ces deux croiseurs que précédement pour s’assurer qu’il ne reste plus de Daminthor qui pourrait être récupéré. Ensuite nous tenterons de localiser et contacter le Red Hope.

- Je sais que c’est un espèce d’astéroïde-refuge creux et j’ai une idée générale de son emplacement. Fit Kim.

- Il nous reconnaîtront comme alliés avec le code suivant : « Et pourtant, elles tournent. » Fit Jennings.

- Gallilée a certainement remporté une grosse manche contre l’inquisition aujourd’hui. Il faut juste continuer. Fit Isabella.

Bizz! Frégo. Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mar 5 Mai 2015 - 17:18
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Frégo !

Oh quelle belle surprise d'avoir de la lecture de ton côté ! Tu n'as pas la partie simple...

J'adore la conclusion d'Isabella !!! Elle est tout simplement géniale !

Pour le reste, tu mets en route les troupes de Grant, et si les retrouvailles ne sont pas pour aujourd'hui, elles le seront certainement pour demain !

On a envie de leur dire de foncer vers la Terre, mais il est important qu'ils fassent le ménage autour de Mars pour grignoter petit à petit du terrain à Guggenheim et ses troupes. Et il était important de récupérer ou du moins, neutraliser, le daminthor détruit lors de l'attaque du Red Hope et du convoi marchand.

Je t'encourage à poursuivre en cette voie !!!

Bizz Vizz

Limeye jump jump jump
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mer 6 Mai 2015 - 01:15
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Frégo! Coucou Limeye!

Youpi Clap Best

Oui, quelle belle surprise d'avoir une suite... qui nous rapproche du moment crucial! jump jump jump

Tu as bien raison, Frégo, de faire le ménage Wink aux alentours de Mars, et de faire neutraliser tout débris contenant du Daminthor... Il ne faut laisser aucune chance à l'ennemi de reprendre des forces!

La devise du président Roosevelt m'a bien fait rire... Mr. Green Mais plusieurs réflexions envers des être chers m'ont émue! Celle de Curtis, Wow d'Isabella, Hug d'Emma, Kiss de la Major d'Issa, de Kim...

L'astéroïde-refuge creux m'a rappelé de bons souvenirs... Wink

Lâchez pas les filles! Master Master Je tiens absolument à lire la fin, avec plein de retrouvailles, quel plaisir et quelle émotion en perspective... Youpi jump flower

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 4 Juil 2015 - 04:42
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou! Désolée pour l’absence prolongée. Voici un looooong boutte pour me faire pardonner! Ashamed Enjoy! Cool

En quatre heures, le Comet, le Phénix, le Bluewave et les chasseurs saturniens atteignirent le lieu de la bataille du Red hope et neutralisèrent les résidus de Daminthor tel que convenu. Il y avait aussi quelques corps plus ou moins intactes qui dérivaient, la plupart vêtus de l’uniforme noir avec l’insigne en forme de chimère. Ils avaient tous les yeux ouverts, rouges et exorbités. Parmi les cadavres, il y avait aussi les corps décharnés de leurs pâtures.

-Seigneur, ayez pitié! Mûrmura Jennings.

- Bon sang, le vieux peut vraiment me faire éprouver de la pitié pour n’importe qui; même ceux là, qui l’ont suivi avec des ambitions qui étaient entièrement les leurs! Fit Ezra.

- Ils sont vraiment affreux. Fit Kim. Mais il faut vraiment réserver notre compassion pour ceux qui leur servent de pâture, colonel.

Curtis, Isabella, Crag, Mala et Simon se taisaient et vivaient en silence leur angoisse grandissante pour Joan. Désormais, aucune compassion ou haine n’existaient dans leur esprit pour Richard Guggenheim et ses sbires. Ils étaient déjà mort. Seul restait le sentiment d’urgence d’arrêter le flot de victimes dans leur sillon.

Ils voyaient au loin des éclairs de combat acharnés sur un autre point de l’espace Marsien. Mais il savaient qu’ils devaient désormais se concentrer sur leur propre mission et éviter de se faire repérer en réduisant les communications radio au minimum. Jennings continuait néanmoins une écoute discrète.

Tous les appareils suivaient le comet vers l’emplacement approximatif de l’astéroïde refuge du Red Hope, à l’aide des indications de Kim Ivan. À toutes les quinze minutes, Jennings envoyait le code : « Et pourtant, elles tournent. » Au bout d’une heure, ils reçurent la réplique suivante : « Libérées du noir, elles tourneront encore mieux. Dirigez vous vers un point de conjonction entre la Rouge et la Bleue.»

Tous suivirent les instructions, comprenant qu’ils devaient atteindre un point se trouvant directement entre Mars et la terre. Bientôt, ils apperçurent un énorme astéroïde de forme plus ou moins ovale.
- Équipage allié, ici Bork King qui vous parle, nous vous avons maintenant en visuel. Dirigez-vous vers le pôle sud de l’astéroïde. Le hangard pourra tous vous accueillir. Une fois atterris, je vous demande de tous sortir de vos vaisseaux afin que je puisse guarantir votre immunité. Je vous souhaite la bienvenue sur l’Astéroïde Athéna...à tous.

Hum... une main de fer dans un gant de velour. Fit Curtis.

- Tout comme la déesse du même nom. Un nom bien choisi pour son astéroïde-refuge. C’était aussi une déesse de la guerre. Mars n’avait pas l’exclusivité dans ce domaine . Fit Isabella.

- Je crois me rappeller qu’Athéna est le nom de scène de sa copine, Madame Randall. Fit Kim. En tout cas, pour le côté main de fer dans un gant de velour, Bork est très fort. Continua-t-il. Avec les drôles de zigotos avec qui il a traité, depuis le temps, c’était son intérêt. Athéna le seconde bien dans sa tâche.Le retour de son frère Klovis est arrivé à point nommé également. Je connais un peu l’histoire de Bork. Son truc ça a toujours plutôt été la désobeïssance civile que d’amasser des richesses à proprement parler. Cet astéroïde sert aussi de havre et de refuge pour des gens qui ont été exilés juste pour avoir pris son parti ou pour quelqu’autre raison obscure. Cet astéroïde est à toute fin pratique une seconde Mars pour tous ces gens.

- Les évènements des derniers mois lui auront donné raison à Bork. Fit Ezra. Je dirais même qu’il avait raison depuis le début, concernant la désobeïssance.

- Une chose est sûre, ce coup d’état a élargi la diversité de ses alliés. Fit Simon.

- Cela dit, il faudra quand-même faire attention tant que nous serons ses « hôtes ». Intervint Mala.

- On saura bien assez tôt à quoi nous en tenir, boule de gomme. Fit Grag. Préparez-vous à atterrir.

Curtis et Isabella se taisaient. Ils espéraient sans trop y croire avoir des nouvelles du vaisseau transportant Joan et son ravisseur.

De son côté, Emma Watson contemplait l’astéroïde et son coeur commençait à lui débattre légèrement. Elle allait revoir son compagnon, qui contre toute attente, avait survécu à cette sortie suicidaire contre les forces de Guggenheim, en plein New York, quelques semaines plus tôt pour devenir lui aussi un grain de sable dans les rouages des machinations diaboliques de celui-ci. « Un grain de sable qui a fini par se transformer en éboulis! » Se dit-elle.

- Colonel, nous allons bientôt atterrir. Fit le Major Buckley.

Emma Watson donna l’ordre à tous de se préparer à l’attérissage.

À bord du Phoénix, on se préparait également à l’atterrissage. Il y avait un mélange de curiosité, d’anticipation et d’appréhention. À la vue de l’astéroïde. Ils pourraient y retrouver des amis, des parents, des connaissances... et peut-être aussi des adversaires.

Grabo, Arko et Nekiri restaient stoïques.Ils n’avaient pas eu une seule pensée pour les misérables damnés qui flottaient maintenant dans l’espace. Pour Grabo et Nekiri, la présente situation ne serait pas tellement différente de ce qu’ils ont vécu sur le planétoïde. Arko avait, quant à lui, été à bonne école sur Tyrial. Il se souvenait de la dernière fois qu’il avait dû rappeler vigoureusement à l’ordre des costaux comme Molémos ou Travis dans le temps.

-Il y aura plus de monde mais Bork sait tenir ses hommes. Fit Nekiri.

- Avec sa copine, c’est peut-être autre chose. Plaisanta Arko.

- Il faudra plus de remède de lendemain de veille, c’est tout. Fit Nékiri avec un sourire en coin tout en sirotant de la tisane qu’ils avaient rapporté du planétoïde.

- J’ai toujours apprécié ton souci de notre dignité, Neki. Fit Grabo.

- Fiez-vous à un Jovien pour ça. Rétorqua Nékiri. Mais là j’avoue que je vais peut-être avoir du pain sur la planche, avec un tas de Marsiens à la gueule de bois. Grabo et Arko eurent un rire étouffé.

- C’est pour te preparer que tu en prends toi-même à l’avance de ce remède de lendemain de veille? Demanda Arko.

- Ah non, ça c’est de la bonne tisane qu’on a ramené du planétoïde. Elle a été assez éfficace pour raplomber ce pauvre MacClinton contre les effets d’une de ces foutues épinglettes qui appartenait à ce vautour de Norton. Il en reste encore un peu.

- Hé, c’est pas loyal ça! Plaisanta Arko. Tout le monde doit prendre un de ces trucs dégeulasses et faire la grimace. Pas de désertion!

Grabo était redevenu serieux et pensif.

- Ces feuilles ont été une des quelques trouvailles de Miss Randall. Elles ont fait parti de toutes ces petites choses qui ont fait la différence entre notre survie et la mort sur ce foutu planétoïde. Fit sombrement Grabo. Si on avait été juste entre hommes, on se serait contenté de jouer les kamicazes, dans le cas de Flam et son équipe, ou s’entretuer allégrement dans notre cas à nous. Alors s’il n’y avait qu’une seule chose que je pouvais faire durant cette bataille de damnés...

- Permettre à Flam de retrouver notre frère et Miss Randall en priorité. Termina Arko.

- Crois-moi que ça va être infernal pour plusieurs si le vieux met la main sur Miss Randall, à commencer par Flam. Et il y a déjà trop de morts. Kaspar est mort dès l’instant où ils nous a quitté pour exécuter des contrats pour lui. Fit Grabo .
- Chaque chose en son temps, les gars. Fit posément Nékiri. Preparez-vous à attérir. « On n’est peut-être pas au bout de nos surprises avec votre frère. Cette histoire de clones ne me plaît pas. » Pensa-t-il.

Quelques minutes plus tard. Tous virent le sas de l’immense hangar d’Athéna s’ouvrir pour laisser leur flotte s’y poser. Tous sortirent de leur vaisseaux lorsqu’ils eurent le okay radio de le faire. Ils regardèrent autour d’eux. Plusieurs vaisseaux, dont le Red Hope,avaient sérieusement besoin de réparation après cette terrible bataille contre les forces de Guggenheim. Ils reconnurent cependant 17 vaisseaux terriens à moitié peints en rouge et 18 vaisseaux cargo maintenant bien armés, incluant celui de Klovis King.

- Ce filou de Klo! S’esclaffa Kim. Ces vampires sur terre doivent s’en mordre les doigts de l’avoir déclaré trop dangereux pour faire parti du même convoi que nous.

- Monsieur Ivan, c’est moi le responsable de cette déclaration. Vous mettre ensemble sur ce fameux convoit AURAIT été suicidaire et homicidaire. Interrompit la voix familière de quelqu’un dont il n’avait jamais su quoi penser. Celle du Général Brubaker.

- Tu as eu raison pour un tas de raisons que tu ignorais sur ce coup là. Il reste que, finalement, ça a rendu service à beaucoup de monde que je sois resté sur Terre et que ça n’a pas rendu service à ces morts vivants hideux, Janek. Rétorque la voix de Klovis King.

Tous se retournèrent et virent Janek Brubaker, Klovis King et Sakeri s’avancer vers eux. Une équipe pour s’occuper des remèdes, ou tout autre équipement à décharger, était derrière eux. Un médecin et l’Astrophysicien Siko Kren accompagné de 3 de ses collaborateurs étaient également présents. Le Capitaine Flam et son équipe les connaissaient bien et étaient vraiment heureux de les voir en vie et relativement en sécurité.

Le coeur du Capitaine et celui d’Isabelle sa serrèrent. « Joan n’est pas ici. Elle pourrait faire face à Guggenheim en ce moment même! »

- Capitaine Flam, Colonel Gurney, Colonel Watson et vous aussi, Kim, Nekiri et Grabo, mes merveilleux escrocs, je n’aurai jamais pensé me rejouïr de votre retour du royaume des morts. Fit Klovis King.

Klovis tendit sa main que Flam, Gurney et Watson serrèrent stoïquement. Klovis et Kim se firent l’accolade avec de bonnes bourrades dans le dos. Sakeri fit de même avec son cousin Nékiri, Grabo et Arko.

Flam serra la main du général Brubaker avec respect, le salua pour son opiniatreté et son sang froid. Gurney et Brubaker se saluèrent amicalement, se disant mi-plaisantant mi-sérieux que finalement, aucun des deux n’était trop vieux pour ces conneries. « Nous sommes tous des jeunots à côté de la créature qu’est devenu mon oncle.» Fit Isabella en faisant l’accolade au Général BruBaker.

Celui-ci se tourna lentement vers Emma Watson, sa compagne à qui il avait pourtant fait des adieux déchirants il y a quelques semaines, croyant fonçer tout droit vers la mort. Ces retrouvailes étaient un miracle, un vrai.

Emma Watson s’avanca vers son compagnon telle une somnambule. Janek était dans le même était d’esprit. Ils s’éffleurèrent le visage du bout des doigts, ayant peine à croire qu’ils étaient à nouveau réunis. Soudain,ce fût Yanek qui rompit cet état de transe. Il souleva Emma de terre pour l’attirer dans une longue et puissante étreinte.

Emma serra ses bras autour de son cou. Ils restèrent accrochés l’un à l’autre un long moment, hors du temps, comme pour éviter de voir l’autre disparaître d’une seconde à l’autre. Ils s’accordèrent un baiser pationné et allèrent en esprit là où ils ne pouvaient aller physiquement. Le temps se mesurait désormais en vie humaines. Déjà trop de maris, femmes, compagnes, compagnons et enfants ne se retrouveraient jamais; fauchés par cette mort insensée et gratuite.

En arrivant un jour plus tôt sur l’astéroïde, Klovis avait appris que sa compagne Marousie était morte un mois plus tôt, consumée à mort par le Daminthor durant sa dernière tentative de ramener de nouveaux réfugiés au Red Hope. « Au moins pour Yanek et sa comptable aux poings d’acier, tous les espoirs sont permis. » Se dit-t-il en les regardant s’embrasser.
Janek déposa Emma doucement sur le sol. Ils se tournèrent dignement vers les hommes et femmes rassemblés autour d’eux.

- Surtout, ne vous excusez-pas. Fit Klovis King. Ici, il n’y a pas ce décorum débile et c’est vous l’état major parmi vos troupes maintenant. Plaisanta-t-il.

- Il faut tout de même avouer que le temps nous est compté, Monsieur King . Fit Emma. Je vois que vos vaisseaux on été sérieusement endomagés. Comment vont vos troupes et ...les civils?

- Il était temps pour nous d’être ravitaillés en antidote convenable contre le Daminthor. 60% de nos gens sont atteints par ses effets à divers degrés. Une rechute peu aussi vous prendre sans crier gare. L’alcool de cactus zébré donne une gueule de bois et une humeur exécrables et n’est vraiment pas indiqué pour les enfants. Fit le docteur Quinn, le médecin qui accompagnait Klovis King. Nous allons proceder de le même manière qu’avec la version terrienne du remède et ajuster au besoin.

- Le personnel médical parmi vos troupes suivront donc le Dr. Quinn aux Quartiers hospitaliers avec les remèdes. Fit Klovis. Kim, j’aimerais que quelques uns de tes hommes les accompagnent pour persuader certaines de mes fortes têtes. Nous allons commencer par soigner nos effectifs essentiels et les enfants. Nous serons ensuite en état de soigner les autres.

- Ça va de soi Klo. Tu peux compter sur mes gars. Fit Kim.

- Certains d’entre nous avons sur nous des colliers avec une pierre des profondeurs d’Uranus. Certains vous accompagneront pour les plus récalcitrants et les enfants, sous les ordres de la Major Illan. Fit Emma Watson.

- Des échantillons pourraient aussi ultérieurement aider à développer un protocole de radio-thérapie si il y a des spécialistes dans votre équipe, Dr. Quinn. Fit le professeur Simon.

- Nous en avons un qui sera le premier à boire de l’antidote. Fit Quinn.
- Mon équipe, Nos ingénieurs et l’équipe du professeur Kren vont se charger d’installer des dispositifs anti-Daminthor sur le Red Hope et vos vaisseaux. Intervint Le Capitaine Flam.

- Bien. Fit Klovis. Bork se trouve au centre des communications, je vous y conduit avec Kim, le Colonel Gurney, la colonel Watson, le général Brubaker et Mr. Sakeri. Vos hommes de troupes pourront se reposer et se restaurer un peu dans la grande salle de repos adjacente à cette aire d’attérissage.

- Vos as des communications seraient les bienvenus également pour relever Popovic et Salaj pour quelques heures. Ils ont été pas mal été mis à contribution. Fit Brubaker.

- Mme Randall, Mr. Jennings et le Capitaine Majorek se joindront donc à nous. Fit le Capitaine Flam.

- Je comprend, Capitaine, Mme Randall...vraiment. Fit Klovis King avec une compassion certaine dans sa voix. Suivez-moi, Il est temps de faire le point sur qui se passe du côté du Général Grant et de l’Amiral Taggart. Peut-être y aura-t-il des nouvelles, concernant le vaisseau de ce Kaspar et Miss Randall. Popovic avait bien repéré un vaisseau devant nous dans notre corridor de vol mais nous étions trop loin, le Red Hope auvais aussi reçu le signalement de ce vaisseau mais il a été attaqué par la flotte Marsienne avant de pouvoir faire quoi que ce soit.

- Vous et votre frère avez fait ce que vous avez pu, Mr. King. La situation n’est guère mieux pour qui que ce soit concernant nos proches qui sont sur Terre, Mars, Venus et Mercure. Admit sombrement Curtis.

- En effet, Capitaine. Le commandant Marten, par exemple, a fort à faire pour aider les hommes de sa flotte marchande à garder leur sang froid. Il est donc nécessaire de donner l’exemple, de garder le nôtre et maintenir le cap. Les gens prendront exemple sur vous, Capitaine. Fit Brubaker.

- Ça devient quand-même urgent d’intervenir, pour prévenir d’autres pertes humaines et couper toute opportunité de survie pour le vieux. Fit Ezra.
- Il faut organiser cette intervention, en tenant compte des effectifs que nous avons maintenant, Ezra. Fit Brubaker.

Il arrivèrent au centre des communications où les attendaient Bork King, le Commandant Marten, le Caporal Popovic et Salaj, le spécialiste des communication d’Athéna. Ils avaient pris soin d’apporter une provision de la version Saturnienne du remède.

Durant le trajet, ils purent constater l’épuisement des hommes et des femmes qu’ils croisaient. Peu de personnes avaient la force de même se demander ce que le Capitaine Flam faisait parmi eux. Certains lui demandèrent s’il était là pour les aider.

- Je vais continuer le combat que vous avez commencé, je le jure. Avait-il affirmé.

Bork King les accueillit stoïquement. Il serra la main de Kim Ivan.

- Eh bien Kim, je vois que je ne suis pas le seul à me faire de nouvelles relations respectables. Fit-il.

- Je dirais même que ce sont des amis respectables, Bork. Fit Kim.

- Il sort donc quelque chose de bon de tout ce foutu bordel. Il faut dire que j’ai dû définitivement résoudre de serieux ennuis avec mes hôtes plus... infâmes. Fit Bork en serrant la main des ses autres invités. Soyez le bienvenu, Capitaine Flam; Messieurs, Dames.

- Merci à vous, Bork King. Fit le Capitaine Flam. Mr. Jennings et le Capitaine Majorek vont relever le caporal Popovic et Mr. Salaj pendant quelques heures, si vous le permettez. Nous avons des remèdes si vous en avez besoin.

Jennings, Majorek, Popovic et Salaj s’échangèrent des poignées de main et les renseignements pertinents pour continuer le travail d’écoute.
Bork,ses hommes, Popovic et Marten firent la grimace en prenant une rasade du remède.

- Comment allez-vous, Popovic? Demanda la Colonel Watson.

Ça ne s’arrange vraiment pas avec ces foutus remèdes, mon Colonel. Fit Popovic en faisant grimace pendant qu’il buvait son remède. Mais c’est toujours mieux que d’avoir à donner le change au vieux. Il était de plus en plus affreux et il exigeait toujours de plus de cruauté chez ses exécuteurs pour ses filmes macabres. La video post mortem que nous avons réalisée sur Callisto, avec Mornay et ses hommes, me donne encore la nausée. Je ne suis pas fâché d’avoir largué son fichu communicateur avec les mines qui ont détruit ces deux croiseurs Marsiens.

- Les cadavres de ces vampires et leurs victimes ne sont pas beaux à voir; Ils ne sont qu’un apperçu de ce à quoi nous serons confrontés une fois sur terre. Fit sombrement Flam.

- Paradoxalement, ce sont leurs frénésies meutrières qui nous ont aidé à l’emporter sur eux. Fit Bork. Il reste maintenant à déterminer comment procéder pour la suite des évènements.

- Je préconise 2 vagues d’assaults. Fit Brubaker. La première vague sera composée de votre détachement de Phoèbe et Staturn et le Phoénix, avec le Cyberlabe en tête conformément à ce qui a déjà été prévu, Capitaine Flam. Je me joindrai à vous en compagnie de Mr. Sakeri, du Commandant Marten, de nos hommes respectifs et du Caporal Popovic, avec les vaisseaux que nous avons ramenés de Callisto et les navires marchands terriens. Ilsont tous maintenant bien armés. Les Hommes de Sakeri se mélangeront aux hommes du Commandant Marten.

- Je suis officiellement chargée de votre ravitaillement en remèdes et de vous prêter assistance dans leur administration et distribution et il y a des civils à mon bord, Mr. King. Je ferai donc parti de la deuxième vague d’attaque avec certains des effectifs medicaux, pour me donner le temps d’accomplir cette tâche et vous donner du temps pour reparer et équiper vos vaisseaus. Mme Randall et Mr. Jenning pourrons continuer d’assister aux communications durant notre séjour. Sur ce coup là, je laisse vraiment mon égo de côté. Fit Emma Watson. Elle jeta un regard entendu à son compagnon, à Isabella et Jennings.

- J’aimerais vous réquisitionner le Capitaine Majorek, pour le Comet, si vous acceptez Colonel Watson. Fit le capitaine Flam.

- Accordé. Fit Emma Watson.

- Je m’en tient à la résolution que nous avions prise toutes les deux lors de notre mission sur Uranus, mon colonel. Fit stoïquement Isabella. Mais mon ego aussi est tenté par l’idée d’en découdre avec mon oncle.

« Il est encore possible que tu en arrives là, Isa. Pensa Emma Watson. Je serai avec toi quoiqu’il en soit. »

- N’oubliez pas ce que vous m’avez dit concernant les duels sous le soleil de midi, Isabella. Fit Curtis. Je retrouverai votre fille et je tiens mes promesses.

- Nous avons des nouvelles concernant Les flottes de l’Amiral Taggart et du Général Grant. Fit Majorek. La flotte de Mars ils ont détruit la flotte Marsienne engagée contre eux. Taggart va détacher un tiers de sa flotte pour détruire les diffuseurs de Daminthor et prendre le contrôle de la Capitale, Syrtis. Le gros de ses troupes va continuer son chemain ver Venus et Mercure. Grant va continuer son chemin vers la terre..

- Pour Mars, donne leur le code de communication que je vais te donner à l’instant, mon gars. Fit Bork. C’est celui de mes contacts de la résistance sur Mars : « Rouge est la couleur qui me rendra Bleu. » Lui chuchota-t-il.

- C’est fait. Fit Majorek. Il ceda ensuite sa place à Salaj.

Ils continuèrent de discuter certains détails. La distribution sommaire des remèdes et l’instalation des diffuseurs ant-daminthor fut complétée au bout de 4 heures. Ils s’apprêtaient à prendre congé de Bork, mais furent intérrompus par Jennings qui était toujours aux communications, maintenant en compagnie de Salaj.

- Messieurs-dames, je viens de retrouver la trace du vaisseau de ce Kaspar. J’ai aussi craqué son canal de communication, grâce à une légère faiblesse dans son système de cryptage. Une communication est en cours...avec Guggenheim lui-même.

- Salaj, met cette communication sur speaker, s’il te plaît. Demanda Bork.

« ...( Léger souffle de sursaut) »

« ...Pourquoi me contacter encore...mon très cher ami, si près de l’heure de votre attérissage? Fit la voix doucereuse de Guggenheim avec une fureur contenue. Vous savez pourtant ce que vous avez à faire... au moindre problème... »

« Monsieur...l’atterissage aura lieu à l’heure et le lieu convenus mais...par précaution, je veux larguer les capsules de secours du vaisseau au cas où ces laquais sur Phoèbe y aient dissimulés des bombes. Fit la voix de Kaspar.»

« Si je ne vous connaissait pas mieux que vous ne vous connaissez vous-même, j’en conclurait que vous voulez me trahir...mon ami. » Sussura Guggenheim. Rassurez-moi donc en me montrant où notre charmante petite-nièce est toujours détenue...pour commencer. »

« ...(Grognement intérompu) (Léger couinement)...Sssh! (voix féminine). »

« Voyez, Monsieur. Toujours solidement enchaînée. Elle ne s’échappera pas. Je garde en mémoire que vous préféreriez que je vous l’amène ... vivante. Fit Kaspar. »

« Compte-tenu de la situation présente, je me contenterai d’un prélèvement de son ADN...et celui du précieux embryon. Je vais aussi me contenter...de vous voir...l’exécuter sur le champ...comme preuve finale de votre loyauté! Fit Guggenheim avec une respiration saccadée. »
« J’y vais à l’instant...Monsieur. Fit Kaspar. »

« ( Autre bref grognement et couinement ) Sssh! (voix féminine).

« (Long tapement de doigts) . » « (Du morse! Pensèrent Curtis, Ezra et Isabella.) »

« SERONS DANS CAPSULE SAUVETAGE-LIEU DE NOTRE ATÉRRISSAGE-ÉDIFICE GOUVERNEMENTAL-EXECUTION-MONTAGE-A.J.R. »

« Miss...je suis profondément désolé...Fit Kaspar au bout de quelques instants. »

« Ne faites pas ça...Commença Joan. »

« (2 Bruits de tir accompagné d’un cri strident). »

« Superbe, mon ami. Fit Guggenheim. Envoyez moi une sauvegarde de cette scène...elle va me servir...Ronronna Guggeheim. Voilà ce qui anéantira ma très chère nièce et ce cher Capitaine Flam. Et, en prime, j’aurai encore une arme de chantage. Je vous attend donc à l’endroit prévu...Fit calmement Guggenheim. »

« Bien, Monsieur, terminé. Fit Kaspar d’une voix neutre. »

La communication fut coupée. Tout le monde au poste des communications était tétanisé.

- Que quelqu’un me confirme que cette exécution est bien ce que je pense que c’est : un canular. Demanda Jennings avec angoisse.

- C’est bien un canular, fit Ezra. Les tappements, c’était du morse . Le A.R.J. à la fin de ce message est la signature de Joan et elle nous avertit que c’est un canular. Elle semblait vraiment être dans a salle de pilotage et avoir de la difficulté à contenir nos deux petits amis. « A pour abominable. Chuchota-t-il à Curtis. »

- La faiblesse du système de cryptage de ce vaisseau, c’est aussi signé Joan. Fit Isabella.

- Je prierais quand-même quand-même que le vieux ne connaisse pas le morse, n’ait pas entendu vos « petits amis » et qu’il a avalé la couleuvre que votre zigoto lui a présenté, si j’était vous. Fit sombrement Bork.

- Il est aussi à espérer que ce Kaspar, ne s’est pas apperçu que Joan a trafiqué son système de communication. Il reste un danger pour elle. Fit la Colonel Watson. Je me demande comment elle a fait pour le convaincre de trahit son maître.

- J’ai mon idée sur ce qui a pu se passer. Fit Curtis. Et Joan court encore un terrible danger. « Cette histoire de clones ne me plaît pas! Songea-t-il.» Il faut gagner New York au plus vite.

- Vous pouvez partir tranquille, Capitaine. Fit Bork. Je vous garantis la sécurité de ceux qui resteront derrière. Je n’ai rien à refuser à Kim et j’ai une dette...envers Jasper Randall.

Janek Brubaker embrassa une dernière fois Emma Watson. Ezra, Curtis, Popovic et Majorek et Kim prirent aussi congé d’Isabella, Emma et Jennings avant d’être reconduits à l’aire de décollage. Klovis King serra la main de Brubaker. « À très bientôt, Janek. » Kim pris le temps de serrer Myriam dans ses bras avant de partir. « Tu sais oncle Kim, après m’être litéralement battue avec Athéna pour lui donner son remède, je me demande vraiment s’il existe quelqu’un de plus terrible qu’elle. Avait-elle dit. » « Hélas oui, petite...hélas oui. Avait-il dit sombrement. Fais attention à toi et veille bien sur la Dr. Sanchez, Mr. MacClinton et le Major Barrett.» Kim fit un clin d’oeil au Major et au capitaine Flam qui montait discrètement à bord du Phoénix. Otho prendrait l’apparence du Capitaine Flam sur le Comet pendant que Majorek prendrait celle d’Otho.

Ils faisaient enfin route vers la terre. Dans 12 heures, ils seraient à New-York. Ils envoyèrent le message suivant : « Bientôt sécheront les sanglots longs de l'automne. »

Limeye, c’est à toi! Mr. Green

Frégo. Smoke
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Dernière édition par Frégo 80 le Sam 4 Juil 2015 - 18:01; édité 3 fois
Back to top
Sam 4 Juil 2015 - 08:31
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Frégo !

Merci pour cette longue suite qui a comblé une de mes insomnies (pas trop longue, elle, heureusement). Elle était bienvenue ! Good

Quel atterrissage et quelles retrouvailles entre tous ! J'ai beaucoup aimé les retrouvailles sobres, mais si affectueuses entre Emma et son homme ! Mais aussi les nombreux traits d'humour distillés ça et là et concernant le remède contre le Daminthor, mais surtout, ses effets secondaires ! Tu amènes un nouveau personnage, avec Athéna, la compagne de Bork, qui m'a l'air d'avoir autant de caractère que celle d'Arko Mr. Green . J'ai aimé aussi le calme apparent de Nekiri.

Et tu me renvoies une sacrée balle avec cette mise en scène de la mort de Joan ! Voilà une transition toute trouvée pour poursuivre. Je m'y mets dès que j'ai un moment : ça tombe bien, je suis en vacances depuis hier soir Youpi C'est ce qu'on appelle un hasard qui fait bien les choses Clap

Belle journée !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 4 Juil 2015 - 11:49
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye!

Contente que cette suite te plaise! Wink Et je te souhaites vraiment de belles vacances! Very Happy. Il ya l'autre cadavre exquis qui commence à me trotter de nouveau dans la tête. Je vais cogiter tout ça.

Bizz!

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Sam 4 Juil 2015 - 11:53
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Frégo!

Unbelievable Youpi jump Clap

Quel plaisir j'ai eu ce matin en constatant que tu avais envoyé un tiboutte, extraordinairement long pour un tiboutte... Wink Good

Quel travail de faire progresser tous ces personnages vers la fin de cette aventure... Master

Tu as préparé des retrouvailles sobres mais émouvantes entre Emma et Brubaker... C'était tellement beau à imaginer... Wow Hug Kiss

Comme Limeye, je me suis beaucoup amusée à constater ton humour particulier disséminé ça et là, surtout au sujet de l'alcool de cactus zébré et de toutes les allusions à quelque version de l'antidote que ce soit... Il semble n'en exister aucune qui ait bon goût! Laughing Mort de Rire

J'ai retrouvé avec plaisir l'utilisation des messages morses... et je suis très heureuse d'apprendre que Guggenheim n'a vu que du feu à cette mise en scène! Best

Je suis impatiente et curieuse de découvrir la suite de Limeye!

jump jump jump Youpi Youpi Youpi

Bizz Vizz et bonnes vacances!
Flamme
flower en vacances aussi
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 4 Juil 2015 - 12:31
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Flamme!

Le tragi-comique commence en effet à devenir ma spécialité ! Mr. Green . Ce cadavre exquis représente aussi pour moi l'ultime tous azimuts d'idées concernant le D.A. Capitaine Flam. Idea J'adore ce que nous en avons fait, Limeye et moi! Good Passe d'excellentes vacances! Wink

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Sam 4 Juil 2015 - 17:05
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hé hé Naughty

*****************

- Vous pensez qu'il va croire à notre petite mise en scène ?

Kaspar était revenu dans le poste de pilotage où se trouvait toujours Joan.

- Il faut l'espérer. Nous ne le saurons vraiment qu'une fois à New-York. Nous verrons alors si un comité d'accueil nous attend ou pas...
- Votre oncle va certainement envoyer ses meilleurs hommes pour nous récupérer. Enfin, pour me récupérer et récupérer votre cadavre. Je préconise de vous ôter la bombe que vous portez à la ceinture juste avant que nous ne montions dans une des capsules de secours et de la laisser à bord du vaisseau. Ainsi, nous réserverions une petite surprise au vieux...
- Il chercherait alors en vain mon cadavre... Cela augmentera sa fureur.
- Plus un ennemi perd le contrôle de lui-même et plus il est vulnérable, dit Kaspar avec philosophie.

Joan ne répondit rien, mais songea au self-control de Curtis. "Garde toutes tes facultés, mon amour ! Ne faiblis pas parce que je suis en danger !"

Mais déjà la planète bleue grandissait à vue d'oeil devant leurs yeux. Vue d'ici, elle était si belle. "Dire que mon grand-oncle en a fait un cimetière", songea Joan. "Mais que mon oncle s'active à y maintenir la vie !" Puis la jeune femme reprit sa concentration : dans quelques instants, ils allaient entrer dans l'atmosphère. Le vaisseau perdit de la vitesse, puis le robot en modifia légèrement la direction pour les placer juste au-dessus du continent nord-américain. Bientôt se dessinèrent les hautes tours de la ville-monde. A ce moment, Kaspar reprit les commandes du vaisseau et coupa les commandes du robot. Joan gagna l'arrière et s'approcha d'une des capsules de secours. Le vaisseau en comptait 3. Kaspar la rejoignit quelques instants plus tard.

- Voilà, j'ai programmé l'atterrissage à l'astroport. Nous n'avons plus que deux minutes pour larguer les capsules. Je vais enlever votre bombe comme prévu.
- Faites-le au tout dernier moment. Embarquons d'abord, dit Joan.

Limaille et Frégolo se précipitèrent dans une des capsules, Joan demanda à Frégolo de se transformer afin de caler son petit ami au mieux. Puis Kaspar lui retira la bombe, la plaça près de la porte d'accès du vaisseau, revint sur ses pas et s'installa à son tour dans la capsule. Joan y était déjà assise et s'accrochait avec sa ceinture de sécurité. Elle était en position semi-allongée, avec les commandes devant elle. Kaspar s'assit derrière, sans faire de remarque : il allait devoir faire confiance à Joan, c'était elle, désormais, qui avait les commandes en main.

Et elle n'avait plus de bombe sur elle. Mais pas d'armes. Simplement, deux petits animaux extra-terrestres étranges, fidèles au point d'avoir faussé compagnie à leurs maîtres pour la protéger. Limaille se cala sous les commandes, entre les jambes de la jeune femme et Frégolo s'enroula autour de son petit compagnon et des chevilles de Joan. Ils étaient ainsi calés le mieux possible.

Joan voyait défiler devant elle le compte à rebours du largage des capsules. Dans dix secondes, ils auraient quitté le vaisseau.

Une brève secousse, l'ouverture du sas et ils furent projetés au-dessus de la ville. Joan comprit en un éclair que New-York ne ressemblait plus en rien à la ville grouillante d'activités et de vie qu'elle avait quitté quelques mois plus tôt - une éternité plus tôt. Plus de néons des magasins, pas de lumières aux fenêtres des immeubles, et pourtant, c'était le matin et surtout, il régnait une obscurité quasi-continuelle. La seule source de rayonnement perceptible était celle de l'antenne au-dessus de l'Empire State Building, dont ils se rapprochaient de seconde en seconde.

La jeune femme ne put s'empêcher de frissonner : "Reste-t-il quelqu'un de vivant, ici, à part mon grand-oncle ?" Puis elle chassa cette pensée : oui, il devait rester quelqu'un. Quelqu'un qui s'appelait Hannibal O'Brien.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 4 Juil 2015 - 17:31
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Unbelievable Unbelievable Unbelievable Unbelievable

et autant de smileys à la bouche grande ouverte jusqu'à terre... Shocked Mr. Green

Je suis à la fois surprise et pas surprise... Limeye, tu es incroyable! Tu as quelque chose de surhumain... Ça me frappe encore, malgré le temps qui passe... Quelle réponse rapide à ce post-surprise de Frégo ce matin!
Master

Tu peux bien sourire de ton effet... Laughing

J'adore Limaille et Frégolo, dans ce passage... Good

Je n'avais pas oublié Hannibal... et j'ai bien hâte de le retrouver!

C'était reparti depuis ce matin avec Frégo pour le trampogril-grilpoline, et tu as fait grimper la chaleur et tendu la toile d'un cran... Youpi

Clap et jump

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Aujourd’hui à 23:43
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Back to top
Page 27 sur 36
Aller à la page: <  1, 2, 326, 27, 2834, 35, 36  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure