Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Dim 8 Fév 2015 - 21:49
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye!

Tout est parfait! Good Quant à moi, j'ai encore un ti-boutte à écrire pour l'autre cadavre exquis! Wink

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 8 Fév 2015 - 21:49
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Dim 8 Fév 2015 - 21:56
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Frégo !

ok, merci de ta lecture attentive ! Je craignais un peu de m'emmêler les pinceaux avec les missions de chacun des protagonistes !

voici un dernier tiboutte pour ce soir, concernant ce qui se passe en Amazonie. Ensuite, je reviendrai à New York. Mais peut-être voudras-tu aussi écrire sur le déroulement du voyage de l'armée alliée, notamment par rapport au Red Hope et à Brubaker. Je te laisse gérer cette partie du récit que tu maîtrises mieux que moi Wink

bizz vizz

Limeye

**************

Suzann leva les yeux vers la canopée. La forêt bruissait de mille et un bruits, animaux, vent, gouttes d'eau tombant des branches, ruisseaux cachés entre les énormes racines des arbres gigantesques. Quelques insectes voletaient autour de son visage, mais elle n'y prêtait plus attention depuis longtemps.

Dans le petit campement de fortune qu'ils avaient établi au camp de la pluie, ils attendaient. Suzann faisait confiance aux Indiens et à Jasper pour leur sécurité. Ils lui avaient dit qu'ici, ils ne craindraient personne. C'était là, qu'autrefois, leurs ancêtres se réfugiaient lorsque les chasseurs d'or approchaient de leurs territoires. C'était, aussi, de la même manière qu'ils venaient de se débarrasser du commando envoyé par O'Brien que leurs ancêtres faisaient fuir ces mêmes chasseurs d'or.

"La forêt est sacrée", avait dit Arouk. "Notre devoir est de veiller sur elle car elle veille sur nous. Ils ne doivent plus la souiller."

Parmi tous ces petits bruits de la forêt, Arouk avait perçu celui qu'il attendait, au cours d'une longue veille. Assis au pied d'un des grands arbres, un des plus vieux du camp de la pluie, il était resté ainsi, les yeux fermés, durant de longues heures. Suzann, qui, parfois, lui jetait un regard, se demandait si le vieil homme ne s'était pas endormi.

Arouk se redressa lentement, et sans qu'il ait eu besoin de dire le moindre mot, chacun cessa ce qu'il était en train de faire et se tourna vers le vieux chef. Jasper lui-même était attentif. Debout près de Suzann qui s'était assise sur une grosse racine, il plissa les yeux comme pour mieux recueillir les paroles d'Arouk.

- Ils ne sont plus. Nous allons pouvoir retourner au village.

Un temps de silence, durant lequel même la forêt sembla se taire, marqua ses paroles.

Puis chacun se tourna vers son voisin ou sa voisine, se tapant simplement sur l'épaule, puis commença à rassembler ses affaires. Suzann leva les yeux vers Jasper : il souriait doucement.

- Allons, Suzann, nous repartons. Ca va ?
- Oui, oui. Je me suis reposée de notre précédente marche. Mais je t'avoue que je suis contente de retourner au campement. Je préfère dormir là-bas.

Jasper opina. Le confort du camp de la pluie était des plus spartiates, et même lui, habitué pourtant à la forêt, n'était pas non plus mécontent de retrouver un vrai hamac.

Ils marchèrent alors à nouveau jusqu'au village, durant plusieurs heures. Une des premières choses que fit Jasper fut de regagner l'usine. Il comprit que les militaires y étaient passés, sans s'y attarder. Il sourit d'un air triomphal : leurs petites ruses avaient parfaitement fonctionné et même s'ils se trouvaient désormais hors de danger, il pouvait être certain que Guggenheim ignorait toujours le lieu de fabrication de l'antidote terrestre. Il rebrancha son communicateur, mais pâlit en voyant le message qui s'affichait et clignotait depuis plusieurs heures. Il pâlit, mais son coeur fit un bond de joie : l'attaque alliée était en cours.

Il contacta aussitôt Nukibé pour l'informer que tout danger était désormais écarté de leur côté et qu'il allait remettre en route ses installations. Il fallait cependant s'attendre à ce que la production d'antidote ne puisse pas reprendre avant au mieux trois jours, le temps de tout remettre en place et de reprendre la récolte des plantes. Nukibé l'encouragea à faire au plus vite : tout apport d'antidote serait des plus utiles dans les jours à venir.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Lun 9 Fév 2015 - 00:41
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Okay, Limeye! Je m'attele pour l'avance des forces alliées, Brubaker et le Red Hope dès que je peux. Wink

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mar 10 Fév 2015 - 12:59
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hello !

et voilà un dernier passage avec la résistance. Je crois que j'aurais ainsi fait le tour des intervenants et des forces sur Terre. Bon courage Frégo pour écrire ce qui se passe dans les airs. Après, j'ai une idée pour Joan et Kaspar, pour leur arrivée sur Terre, mais cela fait peut-être trop avancer dans le temps par rapport à l'attaque de Flam et Grant. Tu me diras.

bonne lecture et bonne journée !

bizz vizz

Limeye

*******

Toujours soigneusement dissimulés, Oliver et Eduardo attendaient. C'était le plus dur : attendre, ne pas se faire repérer. Attendre le signal. Oliver n'avait cessé de se repasser dans l'esprit ce qu'ils devaient faire : gagner l'immeuble gouvernemental pour en pirater le système informatique. De là, il espérait aussi pouvoir saborder le système de l'Empire State Building, le siège de Guggenheim. Il savait comment entrer dans l'ordinateur central et bloquer les données. Mais il aurait peu de temps : à condition de ne pas être repérés physiquement, il aurait moins de cinq minutes pour hacker le système avant que l'alerte ne soit donnée. Moins de cinq minutes. Cela leur donnerait cependant la possibilité de quitter les lieux et de se mettre à l'abri. Ils ne pouvaient pas intervenir trop vite avant l'attaque alliée, sinon, ses collègues parviendraient à remettre le système en route et ce serait l'échec. Mais ils ne devaient pas agir trop tard non plus après le déclenchement des hostilités pour mettre le maximum de pagaille dans les rangs des "vampires".

Le rôle d'Oliver était bien de s'attaquer au système, celui d'Eduardo de lui assurer une couverture et de veiller à sa sécurité. Les deux hommes étaient cependant soigneusement armés. Oliver espérait pouvoir faire entrer Eduardo avec lui dans l'immeuble gouvernemental comme il l'avait fait avec Suzann quand il s'était rendu à l'hôpital des enfants. Mais la sécurité des installations du gouvernement était d'une toute autre nature. Et il ne doutait pas qu'elle avait été renforcée ces derniers temps.

Alors que des heures mornes passaient, Oliver, comme Eduardo, imaginait sans peine ce que devaient ressentir et vivre tous ceux qui, comme eux, attendaient l'arrivée de l'armée de Grant, leurs espérances, leur peur aussi.

Le jeune homme levait fréquemment les yeux vers le ciel, espérant y percevoir un signal qui pourrait être un avertissement, pour eux, pour quitter leur abri. Même s'il avait été convenu avec Hannibal qu'ils n'entreraient dans le quartier gouvernemental que lorsque celui-ci les en aurait informés. Ils ne devaient pas bouger avant.

Eduardo s'était endormi pour une courte sieste, Oliver assurait donc la veille. En tout et pour tout, depuis le matin, ils n'avaient vu passer qu'une seule patrouille, se dirigeant vers le quartier gouvernemental et escortant quelques pauvres êtres décharnés. L'un comme l'autre avaient dû résister à l'envie de leur porter secours : ces hommes et ces femmes étaient condamnés. Agir ne les sauverait sans doute pas. Mais agir les condamnerait tous.

Une chose les avait frappés : personne n'avait quitté le quartier gouvernemental, du moins de leur côté. Ce quartier avait plus ou moins une forme triangulaire. Eux se trouvaient proches de sa base. Le côté sur leur gauche était fermé par l'aéroport interplanétaire et toutes ses installations, une vaste zone dont le contrôle serait essentiel. Mais cela, Eduardo se doutait qu'Hannibal allait s'en occuper. L'autre côté, sur leur droite, faisait face à la mer : peu d'échappatoire possible par ici.

Eduardo remua, s'étira. Sans un mot, il sortit de son sac à dos une de ses bouteilles d'antidote et en avala une longue rasade. Oliver se dit qu'il devait faire de même. Ils avaient convenu d'en boire toutes les heures, et de veiller à ce que l'autre le fasse. Oliver prit la bouteille que lui tendait Eduardo.

- Combien de temps, encore, à ton avis ?, demanda Oliver.

Machinalement, Eduardo jeta un oeil à sa montre :

- Moins d'une journée. Au petit matin, sans doute.
- La nuit sera longue.
- Peut-être notre dernière nuit, soupira Eduardo.

Ils restèrent un moment silencieux. Oliver songeait à Suzann : certainement sa dernière nuit. Jasper prendrait soin d'elle et les Indiens aussi. Il eut un regret : il n'avait pas eu le temps d'écrire ses dernières volontés, mais à quoi bon... Il espéra simplement qu'un jour, elle aurait l'occasion de rencontrer Joan et qu'elles sympathiseraient. Il était certain que Joan aiderait Suzann et leur enfant. Mais est-ce que Joan survivrait elle aussi ? Il fronça les sourcils, se dit qu'elle se trouvait peut-être déjà entre les mains de Guggenheim. Parviendraient-ils à la sauver ?

La voix d'Eduardo le tira de ses pensées :

- Ol, c'est toujours dans ces moments terribles que les hommes se disent l'essentiel. Je suis ici pour des tas de raisons. Je veux que tu saches que seuls le colonel et Julia, ma nièce, me pleureront. La fille du colonel, ma femme, est morte. Je n'ai personne. Ma vie, c'est ce combat. Si un seul d'entre nous deux doit en réchapper, s'il faut un sacrifié, ce sera moi. Non, ne proteste pas. Je suis là pour que tu réussisses. Et je suis là aussi pour que tu restes en vie, car tu as Suzann.
- Et même plus...

Eduardo le fixa un long moment avant de dire :

- Alors, raison de plus pour qu'on n'ait pas à discuter de savoir lequel des deux restera sur le carreau si on se retrouve dans la merde la plus totale.

Oliver ne répondit rien, mais son regard se porta à nouveau vers le ciel : une fine traînée venait d'illuminer le ciel new yorkais, malgré la brume qui enveloppait la ville. Une fine traînée alors que depuis des semaines plus aucun vaisseau ne sillonnait le ciel de la ville-monde : la base aérienne de Guggenheim étant située en plein désert d'Arizona. Puis, très vite, plusieurs petites traînées s'égaillèrent autour de la première : Oliver avait saisi le bras d'Eduardo pour le forcer à regarder lui aussi. Ils comprirent qu'il s'agissait d'un vaisseau et que celui-ci avait vraisemblablement largué ses capsules de secours. A moins qu'il ne s'agisse d'autre chose... d'un signal.

Ils suivirent des yeux la traînée principale, qui alla se poser directement sur la plate-forme aménagée pour cela sur l'un des côtés de l'Empire State Building, juste au-dessous de l'antenne qui rayonnait encore, lançant ses fluides mortels au-dessus de la ville et du monde.

Oliver frissonna : il se dit qu'il avait là, peut-être, réponse à ses interrogations concernant Joan.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mar 10 Fév 2015 - 13:17
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye!

Super cette suite! Good Master Tout le monde retient son souffle avant de faire le grand plongeon! Impossible à ce moment là de retourner en arrière. J'ai hâte de voir comment Joan et Kaspar s'en sortent!

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Ven 13 Fév 2015 - 02:23
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles!

Ça s'en vient, ça s'en vient... jump jump jump jump

Il va s'en passer des choses, et je pense bien que vous nous réservez encore des rebondissements... Clap

Moi aussi j'ai hâte de voir ce qu'il va advenir de Kaspar et Joan... jump jump jump

Eduardo était si touchant, malgré son air détaché... J'espère qu'il n'aura pas à se sacrifier, il y en aura bien assez d'autres, je pense,.. notamment Hannibal... Crying A moins que je me trompe? Question

Il y aura bien des retrouvailles en perspective, aussi... Good Best C'est palpitant de voir que le moment de l'attaque alliée approche! jump jump jump

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Fév 2015 - 03:21
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles,

Vous etes vraiment incroyables! On se croirait dans un film de guerre, un petit tour sur tous les protagonistes qui se preparent a l'assaut final! Master Good

J'ai l'impression que ca ne va pas se finir bien pour tout le monde...gloups... Shocked

O-tho jump jump jump

Back to top
Dim 15 Fév 2015 - 18:17
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Tu as raison, O-tho, c'est un peu ça : faire le tour des différents protagonistes avant l'assaut final. Et il est bien possible que ça ne se termine pas très bien pour tous...

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Lun 23 Fév 2015 - 01:43
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou!

Voici une suite avec Brubaker et Cie. J'espère que ça tient toujours la route. Wink

La flotte marchande avait décollé de Callisto avec son chargement de Daminthor un jour avant le déploiement de la flotte alliée de l’Amiral Taggart et du Général Grant. Brubaker er Klovis King auraient préféré disposer du Daminthor en le dé-irradiant mais la base ne disposait d’aucun moyen en ce sens. Faire exploser l’entrepôt n’avait pu se faire sans possiblement causer une catastrophe.

La cargaison de Daminthor était répartie dans 18 des 35 paquebots marchands. Ils prirent 17 autres mieux armés des hangars de la base du Commandant Mornay. Des membres du Commando Jovien furent répartis dans ces vaisseau pour y opérer les canons à protons en cas très probable de combat.

Une fois dans l’espace, chacun des transporteurs de Daminthor, qui avaient décollé avec un équipage réduit, s’était arrimé à un de ces nouveaux paquebots et celui de Klovis King. Les membres d’équipage des paquebots transportant la cargaison coupèrent les moteurs pour se laisser remorquer. Ils installèrent des bombes à retardement dans les calles avant d’être récupérés par le vaisseau avec lequel le leur était jumelé.

Brubaker et ses officiers volaient à bord d’un des vaisseaux militaires qu’ils avaient réparés durant leur séjour sur Callisto, toujours en gardant l’apparence du Général Ramirez, du Major Koenig et de leurs officiers. Sakeri, ses hommes et les hommes du commando Jovien avaient pris le commandement des 16 autres vaisseaux militaires, ils avaient aussi endossé l’uniforme des hommes de Guggenheim avec les insignes en forme de chimère, qu’ils prirent soin de ne jamais activer.

Ces vaisseaux formaient un cercle autour des vaisseaux marchands. Chaque vaisseau militaire avait été peint en blanc sur la moitié doite pour que le Red Hope et éventuellement la flotte allié puisse les reconnaître. Lorsqu’ils arriveraient dans l’espace de Mars, il était convenu qu’ ils émettraient le message suivant : « Le rouge et le noir ne s’épousent plus. » Ce serait le signal pour le Red hope de venir les intercepter.
Ils suivaient un intinéraire dicté par Guggenheim lui même, maintenant une vitesse de croisière. Cela donnerait une chance à la flotte alliée de les rattrapper. Popovic restait à l’écoute du moindre echo de la présence de patrouilles à proximité, afin de faire de leur mieux pour les éviter. Ils réduisaient à un minimum, leurs conversations radio.

Pendant le voyage, tous savaient qu’ il y aurait le danger d’être attaqués. D’autres commandants de flottes voudront certainement s’emparer du Daminthor pour leurs propres besoins et ceux de leurs membres d’équipage. En tout dernier recours en cas d’attaque, le plan serait alors de décrocher et d’activer les bombes pour qu’elles explosent au bout de 15 minutes, détruisant ainsi la cargaison. La commande à distance pour enclencher le compte à rebours des bombes avait été confiée au Commandant Marten avant le départ.

- Tu es de loin le plus pragmatique et le plus sensé d’entre nous, Hank. Avait dit Brubaker avant le départ. Tous ces damnés doivent être en manque de substance et de victimes fraîches à l’heure qu’il est. Ils doivent avoir commencé à se manger entre eux.

- Je n’enclencherai ce compte à rebours qu’en dernier recours à moins que nous trouvions un endroit propice pour disposer de notre cargaison, Janek. Fit Marten. Je veux éviter la catastrophe que cela pourrait causer si cela devait se produire trop près de Mars ou de tout autre endroit habité! Il n’y aura plus beaucoup d’entre nous, humains, quand tout sera terminé.

- C’est bien ce qui me fait peur. Avait dit Klovis King.

On les avait secrètement ravitaillés avec la version jovienne du remède contre le Daminthor : Le lait de noix de cocotier rouge. Popovic avait eu des hauts de coeur en y goûtant, étant encore secoué de la mise en scène poste mortem qu’il avait due monter avec les cadavres du Général Mornay et ses officiers pour la collection personnelle de Guggenheim.

- Ce n’est pas avec ce truc que je me ferais un pina colada! Fit-il en grimaçant.

- Sakeri dit qu’ils s’en servaient déjà comme boisson de lendemain de veille. Fit Brubaker.
- C’est tout un lendemain de veille qui nous attend quand tout sera terminé et si nous sommes encore en vie. Fit sombrement Popovic.

- Faisons de notre mieux dans le moment présent pour nous protéger les uns les autres et survivre. Fit Brubaker. Pour la plupart d’entre nous, notre prochain est tout ce qu’il nous reste.

Le convoi poursuivait sa route. Ce fut le calme complet pendant près de 12 heures. Brubaker se surprît à presqu’être reconnaissant à Guggenheim pour ses capacités à garder ses corridors spaciaux secrets...secrets. Popovic avait bien perçu le faible écho d’un petit vaisseau qui se trouvait devant eux dans le corridor mais 6 heures de vol les séparaient et ils ne pouvaient se permettre de se déconcentrer de leur objectif et courir le risque de se faire repérer.

Ce petit vaisseau qui transportait Joan et Kaspar vers la terre ne serait donc inquiété par personne. Le Red Hope avait bien reçu le signalement de ce vaisseau mais ne pût rien faire pour l’intercepter, car le croiseur pirate était engagé ailleurs dans une bataille contre les forces marsiennes fidèles à Guggenheim dont les officiers étaient pris de cette folie meurtrière due au manque de Daminthor.

Deux heures plus tard. Popovic envoya au Red Hope le message crypté convenu : « Le rouge et le noir ne s’épousent plus. » Il écarquilla les yeux en recevant la réplique : « Amenez-vous! C’est un énorme torchon qui brûle entre le rouge et le noir! »

- Mon général, le Red Hope est attaqué. Il demande notre aide. Fit Popovic.

- Eh bien. Les évènement viennent de nous dicter ce qu’il faut faire de notre cargaison. Fit Brubaker. Attention à tous les vaisseaux, le Red Hope est attaqué; King, Marten, Sakeri. Nous devons aller les aider et l’ennemi de doit pas s’emparer de notre cargaison!

- Nous sommes à un endroi propice pour la détruire. C’est le moment ou jamais. Fit Marten. J’enclenche immédiatement le compte à rebours.

- Pour des retrouvailles avec mon frangin, ça va être chaotique. Fit King.

- Le jeux de cache-cache est bel et bien terminé, Messieurs. J’aime autant finalement. En avant Messieurs! Fit Sakéri.

Popovic envoya un message crypté à l’Amiral Taggart pour indiquer l’endroi où aura lieu la destruction du Daminthor. Celui-ci acheminera ce message au Capitaine Flam, à Emma Watson et leurs équipes pour dé-irradier les débris de cette explosion.

La flotte de Brubaker accéléra pour rejoindre le Red Hope. Laissant derrière la Cargaison de Daminthor qui explosa au bout de 15 minutes. Ils évitèrent de justesse les débris de la déflagration.

A+
Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Dernière édition par Frégo 80 le Jeu 26 Fév 2015 - 01:58; édité 2 fois
Back to top
Mer 25 Fév 2015 - 12:43
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Bonjour Frégo!

Super, ta suite... Good Clap

C,est une sacrée bonne chose de faite, que ce chargement de Daminthor détruit... Best

On sent que ça va débouler, c'est imminent! Cette attaque contre le Red Hope m'a consternée, mais il fallait bien s'attendre à se ronger les sangs et à enclencher la vitesse supérieure du trampogril-grilpoline! jump jump jump Et à ce que les retrouvailles entre Klovis et Bork ne soient pas du genre discret... Shocked

Tu as bien fait le lien avec le vaisseau de Kaspar et Joan, on sent que l'action va converger vers New York ... horified

J'aime beaucoup ton humour frégolien, avec le pina colada au lait de cocotier rouge pour les lendemains de veille... Beer Mr. Green Laughing Mort de Rire

La suiiiite!
jump jump jump

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 28 Fév 2015 - 09:59
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Frégo !

j'ai du retard dans mes commentaires et mes passages sur le forum ces temps-ci. Je réfléchis aussi de mon côté à la suite... En tout cas, j'ai vraiment aimé ce nouveau passage, et comment tu clos l'épisode d'escorte de la provision de Daminthor. Comme Flamme, je me dis que les retrouvailles entre les deux frères ne pouvaient se faire discrètement ! Ils ont eux aussi une telle personnalité !

J'ose imaginer une scène où on les verrait avec Kim, Grabo et toute la clique... Wink

Est-ce que tu as une suite en réserve ou est-ce que je reviens sur Terre ? Je me disais que ce serait le bon endroit pour faire le point sur l'armée de Grant et Flam.

Bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 28 Fév 2015 - 13:31
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye!

La ou les suites que je préconise ne sont pas encore écrites. Il me reste à écrire l'issu de la bataille du Red Hope, l'équipe de Watson et Flam qui viennent le rejoindre pour les approvisionner en remède, les retrouvailles entre Emma Watson et Janek Brubaker et une brève rencontre entre Ivan, Bork King et Flam concernant le fait que le Red Hope n'a pu intercepter le vaisseau de Kaspar. Je pourrais faire le point avec l'Armée de Grant également. Si as une suite sur ce qui se passe sur Terre, tu peux y aller jump jump jump jump jump

A+

Cool Frégo
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Sam 28 Fév 2015 - 15:57
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Frégo !

je vais attendre cependant pour poursuivre : ce qui s'en vient sur Terre doit désormais attendre l'arrivée de la flottille alliée. Ou quasiment. J'envisage juste un chapitre avec Guggenheim et consorts, pour faire le point aussi de leur côté, sur les forces en présence. Mais si j'ai commencé, je suis loin d'avoir fini, et j'attends aussi de voir ce que tu vas apporter : je pourrais avoir besoin d'y faire allusion côté RG.

bon week-end !

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mer 18 Mar 2015 - 11:23
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hello à toutes et tous Very Happy !

Et bon anniversaire à cette histoire ! Et oui, cela fait déjà DEUX ANS !!! Sacré challenge, n'est-ce pas, Frégo ?

Bon, certes, il y eut des pauses et c'est le cas en ce moment, mais... je tiens aussi à remercier nos fidèles lectrices pour leurs encouragements et leur patience quant à la suite des rebondissements à venir... nous tenons bon la barre pour mener le navire de ce récit à bon port jump Ce n'est pas toujours évident, mais on fait de notre mieux...

Alors, un petit voeu pour cet anniversaire ? Réussir à finir l'histoire avant qu'elle n'ait trois ans, non Mort de Rire ?

bizz à toutes et bravo à Frégo Best !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mer 18 Mar 2015 - 11:58
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye!

Eh oui, déjà deux ans! Beer je suis en train d'écrire une suite. Je veux vraiment m'assurer qu'elle tienne la route! Question Je veux vraiment te remercier pour ton apport! Master Cela m'a aussi aidé à apporter de la profondeur à ce récit. Je remercie également nos lecteurs...et leur patience. Wink

Bizz!

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Aujourd’hui à 01:46
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Back to top
Page 26 sur 36
Aller à la page: <  1, 2, 325, 26, 2734, 35, 36  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure