Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Sam 20 Sep 2014 - 02:20
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye !

Merci pour cette suite! Good Master Curtis est un éternel sceptique. Avec Guggenheim et ses sbires, il y a de quoi. Shocked J'ai hâte de lire le tête à tête avec Isabella. Je la vois lui faire un topo sur son oncle. horified . Et je sens qu'Isabella va avoir droit au "C'est trop dangereux pour vous." Mort de Rire

Bizz!

Frégo Smoke
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Sam 20 Sep 2014 - 02:20
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Sam 20 Sep 2014 - 02:49
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles!

Je suis toujours là... malgré tout! Ashamed

J'ai été soufflée de voir le lien de parenté entre Kaspar, Grabo et Arko... Shocked et de voir que Grabo a failli y passer! horified horified horified Que d'émotions.... Master Clap Frégo, c'est bien de toi de me faire passer du trampogril au grilpoline surchauffés... avec des sueurs froides! Mr. Green Laughing Mort de Rire

Limeye, tu as bien rendu le naturel de Flam , cette habitude de ne jamais relâcher son alerte, sa vigilance... On sent que tu nous mijotes un nouveau rebondissement, avec cette tension que tu laisses planer... Que vas-tu encore inventer? jump jump jump

Il manque vraiment le Smiley à la bouche qui s'ouvrait sur deux mètres de hauteur... Sad

Quant au "C'est trop dangereux pour vous" Confused , je suis vraiment trop curieuse de voir comment Isabella va lui répondre... Telle mère, telle fille, la pomme ne tombe jamais loin de l'arbre, je m'attends à quelque chose de savoureux! Laughing Wink jump jump jump

Faudrait pas oublier de remettre des moments romantiques de temps à autre, est-ce prévu au programme?
Kiss Hug Wow flower

Bizz Vizz, continuez votre super travail d'équipe! Good Best Clap
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 20 Sep 2014 - 09:11
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles !

Très bonne l'idée, Frégo, du "trop dangereux pour vous"... j'hésite à le placer dès maintenant. Je pense (dans ce que j'imagine comme rebondissements - mais qui peut évoluer bien entendu en fonction de ce que tu ajouteras) qu'il peut se garder pour un peu plus tard ! Mais la réaction d'Isabella pourrait en effet être plaisante à écrire (et lire aussi !).

Mais Curtis reste sceptique et il a sans doute raison d'être prudent...

Flamme : oui Frégo a vraiment l'art de manier les rebondissements ! Celui-là, perso, j'étais à mille lieues de l'imaginer Shocked Quant au rebondissement que j'imagine, vous verrez bien... peut-être qu'il tombera au fin fond d'un trou noir de mon espace imaginaire, ça dépendra. Mais tu as bien raison sur un point : il est temps de ramener un peu de romantisme et de guimauve fondue dans cette histoire, et je vais m'y employer.

Bon début de week-end !

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 20 Sep 2014 - 09:17
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Je vous ajoute dès maintenant une petite suite, et j'attaque la rédaction du passage suivant.

bizz vizz !

Limeye


Isabella avait en effet rejoint Jennings et s’était inquiétée de son état. Il l’avait rassurée : la pierre des profondeurs avait agi et il allait bien. Il lui promit cependant de passer avant la fin de la journée auprès d’un médecin, mais argua qu’il y avait certainement plus mal en point que lui. Quand Curtis entra, il vit un certain soulagement se dessiner sur les deux visages.

- Isabella, je suis bien content de vous trouver ici. J’ai à vous parler sérieusement. Je vous remercie tout d’abord encore une fois de votre présence d’esprit et de votre intervention. Mais nous devons déjà, désormais, envisager demain. Je vous avais promis d’aller chercher Joan, mais je m’interroge désormais sur l’opportunité de le faire.

Et il exposa rapidement ce qu’il avait appris depuis le matin et les conclusions qui s’imposaient. Il n’omit pas de dire, non plus, que Simon préconisait quand même ce voyage sur Tyrial pour aller rechercher la jeune femme.

- Bien entendu, conclut Curtis, ce voyage pourra être reporté en fonction de développements futurs.
- Bien entendu, répondit Isabella. Curtis, poursuivit-elle avec sérieux, même si la situation est difficile, qu’il nous faut aller vite désormais, je crois que vous devez aller chercher Joan. Je la connais : même si vous lui expliquez la situation avec autant de précisions que ce que vous venez de nous rapporter, y compris concernant le massacre des familles des agents, et malgré tous les arguments que vous pourrez développer, elle voudra revenir ici. Et elle est capable de trouver le moyen de venir, même si vous n'allez pas la chercher...
- Je m’attends à cette réaction, dit le jeune homme avec un mince sourire. Il y a une autre raison qui me pousse à retourner rapidement sur Tyrial : je voudrais récupérer Otho avant que nous ne lancions notre attaque contre Guggenheim.
- Qu’envisagez-vous exactement ?, demanda encore Isabella.
- Une attaque d’envergure : de façon à bloquer les armées de Guggenheim là où elles se trouvent, puis de mener une opération commando pour l’affronter directement et mettre fin à son gouvernement. Il faudra aussi préparer une équipe à faire cesser les émissions de Daminthor. En résumé, nous aurons besoin de toutes les compétences et de toutes les connaissances.
- Je vois…, dit Isabella, songeuse.
- Pour l’heure, nous commençons tout juste à envisager ce plan, poursuivit Curtis, c’est pourquoi je venais aussi vous voir pour préparer au plus vite notre voyage jusqu’à Tyrial. Le Comète devrait être prêt dans les prochaines heures. Nous partirons dès que possible, sans doute avant la fin de la journée.
- Je serai prête, répondit Isabella.

Puis elle ajouta :

- Il faudra que je vous parle sérieusement de mon oncle, Curtis, avant que vous ne l'affrontiez.
- J'aurai en effet besoin de tous les renseignements possibles, et les vôtres me seront précieux, répondit le Capitaine d'un air grave.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 20 Sep 2014 - 12:16
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou!

Ça alors, R.G. vu par et raconté par Isabella, ça promet... jump jump jump

Tout comme les retrouvailles entre Grag et Mala , qui seront sûrement différentes à écrire et à lire Mr. Green Laughing Mort de Rire de celles entre Flam et Joan ... Kiss Hug Wow


jump jump jump jump jump

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 20 Sep 2014 - 12:20
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hello les filles !

matinée brumeuse et tranquille, j'avance à fond... et ce sont des passages faciles à rédiger pour moi. Préparez vos kits, ils vont bientôt servir... Je suis déjà en train d'imaginer les retrouvailles entre Grag et Mala ! Et ça promet d'être mémorable Wink !

mais avant, il y a quelques petits développements que je vous propose dès maintenant : un dernier petit chapitre avec Curtis et cie, avant de revenir sur Tyrial.

*****

Kim Ivan avait désigné trois hommes pour accompagner le Capitaine sur Tyrial, parmi lesquels Arko. Après avoir participé à une première réunion avec le Président, Grant, Taggart et Nukibé, Curtis, Simon, Grag et Isabella avaient décollé.

Ezra, Andrew, Emma et Kim étaient restés sur Phoebe et devaient participer aux prochaines réunions prévues désormais quotidiennement avec le Président et Grant, pour préparer l’attaque contre la Terre et les forces de Guggenheim. Curtis espérait être de retour dans trois jours, quatre au plus. Jennings avait envoyé un message à Otho pour le prévenir du départ du Capitaine et de se tenir prêt à partir. L’étape sur Tyrial serait courte.

Le voyage se déroula sans encombre. Curtis eut cependant l’occasion d’être en contact brièvement avec le Capitaine Shane, qui avait mené l’une des attaques au sol contre Akenov. Ce dernier était prêt à participer à une opération commando sur Terre, avec son complice Kev. Ils allaient aussitôt préparer leurs appareils pour un vol et rallier Phoebe au plus vite. Ils y seraient pour le retour du Comète.

- Tu as déjà une petite idée plus précise de ce que tu feras, n’est-ce pas, Curt ?, dit Simon alors que le jeune homme s’octroyait une petite pause.
- Oui, Simon. Je pense qu’on pourrait mener une attaque d’envergure avec une partie de l’armée de Taggart contre l’armée terrienne de Guggenheim. Pendant ce temps, on pourrait organiser une opération commando avec les hommes de Nukibé à New York. Quant à nous, avec Shane, Kev et quelques autres appareils, mais sans pour autant être une troupe trop nombreuses, nous attaquerions New York en aérien. Le but serait de parvenir à poser le Comète sur l’Empire State Bulding et à attaquer Guggenheim et ses hommes directement. Une fois la tête de commandement coupée, et compte tenu de la désorganisation des forces adverses, nous pouvons espérer reprendre le contrôle sur Terre et faire cesser les émissions de Daminthor, tout en organisant la protection de la population. C’est ce que Ezra va tenter de faire accepter par Carthew pendant notre absence.
- Dans les grandes lignes, cela semble possible. Mais il faudrait avoir plus de renseignements sur la situation à New York, et notamment, trouver le moyen de prévenir la population de se mettre à l’abri avant notre attaque.
- C’est aussi pour cela que je vais avoir besoin d’entrer en contact avec l’informateur de Nukibé. Même s’il n’est plus à New York, il pourra me fournir des renseignements précieux. J'espère qu'il est maintenant à l'abri.

Simon n’ajouta rien, mais de son côté, le professeur terminait l’étude des différents antidotes, de manière à pouvoir en fournir le plus rapidement possible aux autres planètes occupées. Déjà, sur Neptune, Pluton et Saturne, les laboratoires tournaient à plein régime pour fournir l’antidote aux forces armées, mais aussi prévoir des stocks pour les hôpitaux, et pour approvisionner les autres planètes, une fois que Guggenheim serait tombé. Simon s’était entretenu avec la Major Flore Nemours. Elle était comme la ministre de la Santé de la résistance : elle avait les contacts de tous les chercheurs, responsables d’hôpitaux des planètes restées fidèles au Président. Elle supervisait aussi les approvisionnements en matériel et allait préparer les troupes médicales, chargées d’épauler l’armée, troupes qui seraient envoyées sur les planètes occupées dès qu'elles seraient libérées pour assurer les premiers soins à la population. C’était aussi une brillante biologiste et elle avait appris avec joie et soulagement l’existence des antidotes, faciles à fabriquer sur chaque planète.

Sur Uranus, pendant ce temps, s'organisait aussi l'extraction de pierres des profondeurs, afin de fournir les troupes qui attaqueraient la Terre pour les protéger.

Mais bientôt, pour l'équipage du Comète, se dessina le petit astéroïde de Tyrial. Isabella se trouvait dans le cockpit quand ils en approchèrent. Son coeur battait fort et elle ne doutait pas que celui du jeune Capitaine battait tout autant à l'idée de revoir lui aussi Joan.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 20 Sep 2014 - 12:21
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Flamme !

tu as posté pendant que j'envoyais la suite... je sens que le trampogrill va chauffer Wink !

je te souhaite un bon début de journée !

bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 20 Sep 2014 - 14:06
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Il chauffe! Il chauffe! Ne t'inquiètes pas! Mr. Green Mort de Rire jump jump jump

A+

Frégo Cool

P.S. J'ai peut-être un remplaçant pour Oliver pour la situation à New York. Wink
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Sam 20 Sep 2014 - 14:52
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Concours de trampogrill au programme, je crois Wink !

Nous voilà sur Tyrial !

bonne lecture !

bizz vizz

Limeye

*********

Depuis qu'Otho leur avait fait savoir que Curtis venait les chercher, l'impatience gagnait Joan et Maëva, mais aussi Myriam. Eek et Oog avaient tout de suite compris eux aussi ce qu'il en était et ils devenaient souvent pénibles, au point que Joan devait se fâcher régulièrement pour qu'ils restent calmes. Eek surtout s'agitait beaucoup : il avait hâte de revoir son maître pour lui dire qu'il avait bien veillé sur Joan.

Jade avait été en contact avec Kim, peu après le départ du Comète et ce dernier l'avait mise au courant des derniers événements survenus sur Phoebe, ne lui parlant cependant pas de Kaspar : il ignorait si Jade connaissait l'existence de ce frère et préférait laisser ce genre de révélations à Arko. C'était aussi pour cette raison qu'il avait renvoyé son lieutenant sur Tyrial. Il avait compris qu'Arko avait été marqué par ce retour inattendu de son frère sur la scène du combat, et que revoir sa femme et ses enfants ne pouvaient que lui faire du bien. Si Grabo avait senti passer la mort tout prêt de lui, Arko avait été beaucoup plus secoué que son jeune frère. En tant qu'aîné de la fratrie, il avait peut-être aussi un vécu différent avec Kaspar.

Autant dire que sur Tyrial, on attendait le Comète avec impatience. Maëva savait qu'Andrew ne faisait pas partie du voyage, mais qu'ils allaient se revoir très vite. Joan s'était inquiétée de sa réaction quand elle avait appris que le Major demeurerait sur Phoebe pour préparer l'attaque, mais la jeune médecin avait fait contre mauvaise fortune, bon coeur, si tant est qu'on puisse dire cela d'elle.

- Ne te fais pas de soucis pour moi, Joan. Andrew et moi allons nous revoir très vite, maintenant. Et s'il est resté auprès du Président, je pense que ce n'est pas un hasard. Il a à faire sur Phoebe et ils ont dû juger qu'il serait plus utile là-bas que pour le voyage.
- Je me demande bien ce qui se passe autour de nous, dit Joan. Curtis ne m'en a rien dit, mais je crois que nous ne sommes pas prêtes de voir la fin de ce combat.
- Nous en saurons plus bientôt, dit Maëva avec philosophie.

La jeune médecin tentait aussi de cacher son inquiétude : durant ces dernières semaines, sur Tyrial, elles avaient été à l'abri. Elle se doutait - et Joan aussi, bien entendu - que le combat se poursuivait contre les forces de Guggenheim, mais quelle en était la teneur, l'étendue, la violence ? Elles allaient quitter un asile, pour se retrouver au coeur de la résistance. Mais elle comprenait l'impatience de Joan à retrouver Curtis, sa mère, leurs amis. Et pour rien au monde, elle n'aurait voulu l'abandonner maintenant. Qui sait combien de temps elle et Andrew auraient à passer ensemble ? Le Major ne devrait-il pas partir pour une mission ? Elles seraient à nouveau sans leurs compagnons.

Sauf qu'elles ne seraient plus avec les familles de pirates qu'elles côtoyaient tous les jours, avec lesquelles elles avaient noué des liens forts et amicaux. Mais dans une base qui ne vivait que pour la lutte, au milieu des soldats, dans la tête bouillonnante de l'opposition. Pas au coeur du combat, mais non loin de celui-ci.

Les trois jeunes femmes avaient décidé de s'offrir un petit repas un peu spécial pour leur dernière soirée sur Tyrial. Joan ne doutait pas de parvenir à décider Curtis d'emmener Myriam avec elles. Kim ne pourrait pas non plus refuser que la jeune fille les suive. Elles avaient tant partagé déjà ! Elles formaient maintenant un petit groupe soudé.

Elles s'activaient dans la cuisine, Joan préparait de jolies assiettes pendant que Maëva dressait la table et que Myriam cuisinait, lorsqu'Otho entra.

- Hum ! Ca sent rudement bon ! Vous préparez quoi ?, demanda-t-il d'un air gourmand.
- C'est notre dernier repas ici, toutes les trois, dit Joan, alors, on a décidé de se faire plaisir. Mais tu peux dîner avec nous bien entendu, Otho ! Nous en serions ravies !
- Bah... vous allez parler chiffons, ça va être ennuyeux !, grogna-t-il, mais son regard malicieux démentait ses propos.

Joan ne s'y trompa pas.

- J'insiste, Otho ! Cela nous ferait vraiment plaisir !

Myriam leva la tête de ses casseroles et regarda l'androïde avec un petit sourire. Et Otho craqua.

- D'accord, d'accord. Mais je ne resterai pas trop longtemps. Je veux passer le plus de temps possible au centre de communication, des fois que le chef appellerait dans la nuit.
- Bien entendu, répondit Joan.

Ils passèrent tous les quatre à table peu après et la soirée fut très joyeuse. Otho s'en donnait à coeur joie pour raconter des histoires drôles, la plupart du temps, des blagues qu'il avait faites à Grag, et Joan se douta que le grand robot lui manquait vraiment. Alors qu'il les quittait, à la nuit tombante, pour rejoindre son poste, elle se dit que les retrouvailles entre les deux amis seraient certainement des plus mémorables.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 20 Sep 2014 - 20:47
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou les filles!

Ça saute et ça chauffe fort ici aussi... Unbelievable

Je pense bien que certaines retrouvailles vont être mémorables... Mais chacune va avoir son importance, il y a tellement de personnes concernées, tellement d'émotions qui s'en viennent! Wow

Frégo, tu m'intrigues avec ce remplaçant d'Oliver à New York... Est-ce quelqu'un qu'on connaît déjà, ou un(e) parfait(e) inconnu(e)? Je suis curieuse de voir ce que tu as imaginé... Idea

jump jump jump jump

Bizz Vizz
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Sam 20 Sep 2014 - 20:57
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
zut, flûte ! J'ai été déconnectée alors que je vous envoyais la suite...

je disais que j'étais intriguée moi aussi concernant le remplaçant d'Oliver... mais Frégo a tant d'idées aussi pour rebondir !

voici un nouveau longboutte ! Je vous en promets certainement de même pour demain...

bonne lecture et bonne fin de journée !

bizz vizz

Limeye

************

Les trois jeunes femmes passèrent encore un petit moment ensemble, après le départ de l'androïde. Maëva prépara une tisane à Joan, mais quand celle-ci l'eut terminée, elle déclara aller se coucher. Elle ignorait encore s'ils repartiraient dans la journée du lendemain ou si Curtis jugerait plus sérieux de passer une nuit sur l'astéroïde, toujours est-il qu'elle voulait être en forme pour le lendemain. Myriam et Maëva parlèrent encore un peu, avant de se décider elles aussi à rejoindre leurs chambres. Leurs affaires étaient prêtes, Myriam avait préparé un sac, surtout des vêtements et quelques affaires personnelles, sachant qu'elle aurait toujours la possibilité de revenir sur Tyrial, plus tard.

Joan se doucha, passa de l'eau fraîche sur ses jambes avant la nuit. Son ventre montrait maintenant une jolie rondeur et comme chaque soir, elle le contempla avec amour. Elle s'était montrée raisonnable, elle avait sauvé son bébé, le bébé de Curtis, de son amour, et cela l'emplissait d'une joie et d'une fierté rarement ressentie. Elle avait réussi bien des missions, au cours de sa jeune carrière, elle pouvait être fière aussi de l'aide qu'elle avait apportée à Curtis, à Ezra, et même de ce qu'elle avait fait pour les mutins sur le planétoïde, mais ce qu'elle ressentait en pensant à son bébé était de toute autre nature.

Elle se coucha, Eek et Oog prirent place sur le fauteuil, plutôt sagement. Elle les félicita :

- Bien, soyez sages cette nuit, sinon, je vous mets dehors. Je veux dormir. Etre bien reposée pour l'arrivée de Curt et de Grag demain. Je vais revoir ma maman aussi, alors ne faites pas les fripouilles !

Eek la regarda d'un air un peu contrit, et Oog leva sa petite patte comme s'il lui faisait une promesse. Elle leur sourit, puis s'allongea complètement. Son regard fit le tour de la pièce, c'était la dernière fois qu'elle dormait dans cette chambre qui avait été son abri pendant plusieurs semaines. Même s'ils ne repartaient pas dès le lendemain pour Phoebe, demain soir, Curtis serait avec elle. Elle murmura, en caressant doucement son ventre :

- Demain, mon tout petit, demain, ton père sera là.

**


Le jour se leva une fois de plus sur la petite cité de Tyrial. Myriam était la première levée, comme souvent. Joan la rejoignit pour le petit déjeuner, avant Maëva. Otho arriva peu après, un grand sourire aux lèvres :

- Ils seront là d'ici deux heures ! A condition que le meilleur pilote de la galaxie ne fasse pas d'erreurs...
- Il doit être trop content d'avoir retrouvé son vaisseau, sourit Joan qui imaginait combien le grand robot avait dû être soulagé de reprendre les commandes du Comète.

Otho accepta volontiers une tasse de café, puis regarda Joan :

- Ca va, Joan ? Tu te sens bien ?
- Oui, oui, Otho, je te rassure, je vais bien, ne t'inquiète pas.
- Hum, j'espère que le chef sera content de mon boulot ! Mais il me tarde d'en découdre...
- Je mesure bien ton impatience, Otho ! Et même en ignorant à peu près tout de la situation dans le système solaire, je peux déjà dire sans me tromper que tu ne vas pas manquer d'action prochainement...

Joan ne pensait pas si bien dire. Mais pour l'heure, elle ne pensait qu'à ces retrouvailles tant attendues avec Curtis, et pour tout dire, inespérées avec sa mère. Après le déjeuner, et pendant que Myriam et Maëva faisaient un peu de rangement avec l'aide d'Otho, elle remonta s'allonger pour une petite heure, puis tous partirent pour l'astroport.

La nouvelle du retour du Comète avait couru dans la petite cité depuis deux jours et une certaine animation régnait sur les lieux. Jade fut une des premières à venir les saluer. Otho était passé la voir avant de rejoindre Joan et les deux jeunes femmes chez Kim, pour l'informer des dernières nouvelles du vaisseau. Elle savait Arko à son bord et se demandait un peu pourquoi Kim l'avait renvoyé. Contrairement à Joan et Maëva, elle en savait plus sur la situation dans le système solaire et même si Kim était resté évasif, elle se doutait qu'une attaque d'envergure allait certainement se préparer et s'interrogeait sur le fait qu'Arko n'y participe peut-être pas. Peut-être que Kim l'avait renvoyé sur Tyrial pour qu'il reste en-dehors de ce combat, sans doute décisif. Peut-être voulait-il qu'il reste avec elle et les enfants.

Quelques autres familles s'étaient rassemblées là, sachant bien que les hommes ne revenaient pas avec le Capitaine, mais pour avoir de leurs nouvelles. A chaque fois que Kim avait pu s'entretenir avec Jade, il en avait transmis. Mais là, quelques-uns de leurs compagnons voyageaient à bord du Comète et ils auraient à répondre à bien des questions concernant ceux qui se trouvaient sur Phoebe.

Un éclat dans le ciel au-dessus d'eux et Joan devina que Grag et Curtis avaient réduit la vitesse du Comète : ils ne pouvaient de toute façon pas utiliser le vol oscillatoire dans cette zone dangereuse des anneaux de Saturne. Puis la forme bien caractéristique du vaisseau apparut. Joan souriait, mais percevait aussi l'émotion autour d'elle. Pour la première fois, ce vaisseau tant redouté autrefois allait se poser sur l'astroport de Tyrial, et c'était au moins aussi marquant pour la petite communauté rassemblée que lorsqu'ils étaient tous revenus à bord du Phénix et que leurs hôtes avaient découvert que le Capitaine Flam figurait parmi les rescapés que Kim avait menés jusqu'ici. Elle entendit une voix féminine murmurer à ses côtés, c'était la mère de Timarrow :

- Jamais je n'aurais pensé voir un jour ce vaisseau de mes propres yeux, et si j'avais pensé le voir, c'était avec crainte. Mais il est aujourd'hui symbole d'espérance.

Joan la regarda et dit :

- Ce vaisseau est pour beaucoup de peuples symbole d'espérance. Il n'était que justice qu'il le soit aussi, un jour, pour vous.

La vieille dame sourit, simplement. Puis elles reportèrent leurs regards vers le vaisseau qui terminait la manoeuvre d'atterrissage. Joan put distinguer la silhouette de Curtis, Eek, qu'elle tenait dans ses bras s'agitait car il avait vu son maître. Elle ne pouvait le blâmer : elle ressentait au moins autant d'impatience que le petit chien lunaire. Oog, quant à lui, sautillait sur l'épaule de son maître, heureux aussi de revoir leurs amis.

Le vaisseau se posa en douceur, les grands bras s'écartèrent pour en assurer la stabilité, puis les moteurs se coupèrent et un étrange silence retomba sur la piste. Joan sentit la foule rassemblée autour d'elle s'écarter, comme pour lui permettre d'approcher la première. Jade n'était pas loin, Otho et Maëva, de même. Myriam restait un peu en arrière. La porte s'ouvrit et la première silhouette à apparaître en haut des marches fut celle d'Isabella Randall.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 21 Sep 2014 - 08:35
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Hello !

bon, on va faire cesser le suspens, hein Wink ! Début des retrouvailles (ça prend un peu de temps, tout ça ! Et encore, celles d'Andrew et de Maëva seront pour un peu plus tard).

bonne lecture et très bon dimanche à toutes (je m'excuse pour les lecteurs anonymes masculins, mais bon, je veux bien m'adresser à vous, mais pour l'heure, mes interlocuteurs sont des interlocutrices, donc...)

bizz vizz ! Et... n'oubliez pas votre kit spécial flower Wink

Limeye

*****

Joan avait beau s'être préparée à ces retrouvailles, elle avait beau s'être dit qu'elle devrait se maîtriser, être discrète... il lui fut impossible de résister à l'envie de courir vers l'escalier du Comète alors que sa mère descendait les marches d'un pas sûr, régulier.

- Maman !

Et un instant, ce fut pour Joan comme pour Isabella comme si les années s'effaçaient. Comme si la maman retrouvait sa petite fille, courant vers elle alors qu'elle et William allaient la chercher chez ses beaux-parents, à la fin des vacances.

- Ma chérie !

Et les bras d'Isabella se refermèrent autour des épaules de sa fille, elle la serra fort contre elle. Les larmes perlaient à ses yeux de mère. Elle avait cru ne pas la revoir, après avoir appris la disparition du Balkan, et après tout ce qu'elles avaient traversé et vécu au cours des derniers mois, la tenir contre elle, la sentir vivante, la savoir en bonne santé, était tout ce qu'elle pouvait demander. Son espérance la plus chère était exaucée : elle retrouvait sa fille, sa petite fille, la fille de l'homme qu'elle avait tant aimé, la fille de son William. Sa fille, leur fille, brillante, courageuse, volontaire, forte, vivante.

Joan avait jeté ses bras autour du cou de sa mère et la serrait tout aussi fort. Elle ne parvenait pas à dire autre chose que : "maman, maman". Enfin, elles parvinrent à s'écarter l'une de l'autre, les bras tendus, les mains toujours posées sur leurs épaules, pour se regarder. Leurs yeux brillaient, de joie, d'un peu d'eau aussi. Puis le regard d'Isabella se porta vers le ventre légèrement arrondi de Joan et elle sourit, d'un grand et beau sourire. Joan sentit son coeur se serrer encore plus fort, car elle n'avait pas revu ce sourire sur le visage de sa mère depuis des années. C'était le vrai sourire du bonheur, un souvenir de sa propre enfance, quand son père était encore vivant, qu'ils formaient tous les trois une petite famille unie et proche. William n'était plus, mais à coup sûr, pensa Joan à cet instant, son père était avec elles et heureux pour elles.

Derrière Isabella était descendu Arko, suivi des quelques autres hommes qui revenaient aussi sur Tyrial. Kim les avait désignés, certains parce qu'ils avaient été blessés sérieusement lors de l'attaque contre Titan et les forces d'Akenov et qu'ils ne pourraient de toute façon plus combattre : le chef pirate préférait qu'ils retournent auprès de leurs familles. Certains avaient eu beau arguer qu'ils pouvaient encore se rendre utiles, ne serait-ce que pour l'entretien des vaisseaux ou ce genre de choses, Kim avait été inflexible. Et après tout, il était le chef, alors ils avaient fini par obéir.

Jade retrouva son compagnon avec bonheur, mais elle lut tout de suite dans ces yeux une douleur qui n'y était pas auparavant. Il lui faudrait attendre quelques heures, qu'ils soient seuls, pour qu'il lui en expliquât la raison.

Enfin, Isabella lâcha sa fille. Joan tourna à nouveau son visage vers le vaisseau. A son tour, Curtis approchait. Il avait laissé Isabella et sa fille se retrouver, et avait assisté avec joie et émotion à leur embrassade. Un profond soulagement l'avait envahi quand il avait vu que la jeune femme était en pleine forme, qu'elle n'avait plus les traits un peu tirés. Les semaines difficiles de son début de grossesse étaient maintenant derrière elle, derrière eux. Quand il était parti, c'était à peine si on pouvait deviner le léger renflement de son ventre, maintenant, cela était plus marqué et il se sentit troublé. Son enfant était là, bien à l'abri, au creux du ventre de sa mère, au creux du ventre de Joan, de sa compagne, de la femme qu'il aimait plus que tout et pour laquelle il allait encore combattre.

Mais pour l'heure, il chassa l'idée de ce combat, ne voulant profiter que de la joie de la retrouver, que de la joie que lui apportait son sourire radieux, que lui procurait les étoiles brillantes dans ses yeux d'un bleu profond. Sans s'en avoir conscience, il marcha rapidement vers elles. Isabella s'écarta, lisant sur le visage de sa fille la même joie que celle qui l'étreignait, quand, toute jeune femme, elle retrouvait William. "Pourvu qu'un autre destin les attende...", ne put-elle s'empêcher de songer alors qu'elle voyait Curtis ouvrir ses bras et Joan s'y jeter.

Il ferma les yeux, la serra fort contre lui, oublieux soudain de ces regards portés sur eux, des cris de joie de ceux qui se retrouvaient. Une mèche des cheveux de Joan vint frôler sa joue et il se dit que le bonheur tenait à peu de choses. Puis ce fut sa voix, à son oreille :

- Curt ! Curt ! Enfin !

Et les bras de Joan qui se refermaient autour de son cou. Il laissa enfin ses mains descendre sur ses reins, puis alors qu'elle s'écartait un peu, le regard brillant, le souffle un peu court, il put poser enfin sa main sur son ventre, l'effleurer légèrement, presque discrètement, même si le geste n'avait échappé ni à Isabella, ni à Otho, ni à Maëva.

- Il va bien, lui dit Joan dans un sourire.
- Alors, tout va bien, répondit-il en la reprenant encore un instant contre lui, avant de l'embrasser.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 21 Sep 2014 - 12:10
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Coucou Limeye!

Ooooohhhhhh, quelle belle façon de commencer ma journée avec cette lecture, mon côté fleur bleue est comblé! Master Wow

Mon kit de nettoyage était prêt et a bien servi, tu penses bien... Wink Mr. Green

C'était si facile et merveilleux d'imaginer Joan dans les bras de sa mère d'abord, et dans ceux de Flam ensuite... J'ai beaucoup aimé les pensées d'Isabella envers William, en tant que père et en tant que compagnon... C'était si bien écrit... soupirrrrr! Hug Kiss

Je suis bien contente de penser qu'il y a encore d'autres retrouvailles à venir... jump Game Mort de Rire Ça fait durer le plaisir! Youpi

Bizz Vizz et bon dimanche!
Flamme
flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 21 Sep 2014 - 17:56
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Et voici d'autres retrouvailles...

Limeye

******

De toutes ces retrouvailles riches en émotion, il est bon quand même de s'arrêter sur d'autres en détails : celles de Grag avec son chien, de Grag avec Otho. Dès que la porte du Comète s'était entrouverte, et bien avant que Joan ne courre vers sa mère, Eek lui avait échappé et avait couru vers l'escalier. Puis, une fois Isabella descendue, il l'avait grimpé à toute vitesse et s'était précipité vers le cockpit, menaçant de faire trébucher Arko qui approchait sans se méfier. Le chien ignora Curtis qui s'avançait également, pour se précipiter vers son maître.

- Eek ! Ah ! Ma petite fripouille !

Grag était au moins aussi heureux de retrouver son chien que d'avoir retrouvé le Comète, quelques jours plus tôt. Le petit chien passait sa langue râpeuse sur le visage du robot, puis commença à lui mordiller les doigts.

- Hé, doucement, Eek ! Bon, dis-moi tout de suite comment vont Joan et le bébé ? Tu as bien veillé sur elle ? Est-ce qu'Otho t'a bien nourri ? Oog n'a pas fait sa crapule ? Vous avez été sages ?

Eek était content de retrouver son maître et pouvait, pour quelques instants au moins, lui passer ses sempiternelles questions. Le grand robot effectua les dernières vérifications qui suivaient toujours l'atterrissage, puis quitta son siège et se dirigea à son tour vers la porte du vaisseau. Simon était déjà sorti, il était le dernier à quitter le bord. Il vit tout d'abord le Capitaine et Joan enlacés et son tendre coeur de robot se mit à fondre. Il prit Eek à bout de bras et lui dit :

- C'est bien, Joan a l'air en pleine forme.

Puis une voix lui fit tourner la tête, avant même qu'il n'entamât la descente de l'escalier. Otho l'interpellait :

- Dis-donc, mon vieux tas de ferraille ! T'as failli rater la piste d'atterrissage !
- Espèce d'élastique dégénéré ! Je remarque que mon chien a maigri ! Tu l'as mal nourri !

S'en suivit une série d'amabilités dont ils avaient le secret, et qui fut d'autant plus pimentée qu'ils ne s'étaient pas vus depuis longtemps et avaient rarement eu l'occasion de parler ensemble.

- Est-ce que le Comète est en bon état, au moins ?
- J'ai pas passé mon temps à flemmarder, moi ! Ca fait des nuits que je ne dors pas pour tout vérifier à bord !
- De toute façon, tu n'as pas besoin de dormir. Un non-humain n'a pas besoin de dormir.

Mais là, Grag devint soudain très grave et dit :

- Je préfèrerais qu'on ne parle pas de non-humains pour le moment.

Et Otho comprit qu'il était temps de faire cesser le jeu. Et de ne pas oublier que l'heure était grave.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 21 Sep 2014 - 20:30
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Et un dernier tiboutte pour ce dimanche... bonne lecture à toutes !

bizz vizz

Liimeye

********

Après les retrouvailles et les premières embrassades, Curtis se rendit chez Jade avec Arko. Il ne dit rien concernant Kaspar, mais ils discutèrent un bon moment de la situation. Pour l'heure, les deux hommes estimaient que la petite communauté était à l'abri sur Tyrial, néanmoins, ils avaient apporté avec eux des doses d'antidotes, pour le cas où la situation se détériorerait et que les familles en auraient besoin. Sans entrer dans les détails, Curtis révéla aussi à Jade qu'une attaque de grande ampleur se préparait pour attaquer la Terre et viser directement Guggenheim, et que lui-même y participerait sous la forme d'une opération commando. Il n'avait pas encore pris de décisions avec Kim et ses lieutenants concernant les hommes qui les accompagneraient, ni quel serait le rôle que les ex-pirates allaient jouer. Jade déclara qu'elle ne dirait rien aux familles pour l'instant, Curtis promit de l'informer du début de l'attaque, voire de quelques autres éléments. Mais elle déclara :

- Vous me direz seulement ce que vous pouvez, Capitaine. Ne prenez pas de risques à m'en dire trop. Non pas que je parlerai, mais il ne sert à rien d'alerter nos ennemis par des communications trop nombreuses, même si elles sont cryptées.
- Bien, Jade, c'est la sagesse qui parle par votre bouche. Arko, reprit-il ensuite en se tournant vers lui, nous repartirons demain très tôt.
- Aucun souci, Capitaine. Je vais faire le tour des familles ce soir. Mais vous pouvez compter sur ma discrétion... autant que j'ai pu compter sur la vôtre.

Et les deux hommes se serrèrent la main, s'étant parfaitement compris, alors que Curtis quittait leur maison pour retourner chez Kim où toute l'équipe - hormis Simon qui l'avait accompagné - l'attendait avec Joan, Maëva et Myriam.

En entrant, il ne put s'empêcher de sourire et d'échanger un regard avec Simon. De grands éclats de voix joyeux retentissaient. Grag et Otho étaient déchaînés. De temps en temps, la voix de Joan émergeait pour tenter de ramener le calme, mais elle avait plus de mal à se faire obéir des maîtres que des deux petits animaux.

Ils se calmèrent cependant durant le repas, puis Curtis les renvoya au vaisseau avec pour mission de rester en veille et de préparer le vol du lendemain.

- Nous partirons assez tôt, dit-il pour conclure.
- Bien chef ! Je suis bien content de retrouver le Comète, moi aussi !, dit Otho en s'éloignant.

Joan les regarda partir, un peu songeuse, puis dit :

- Curt, nous avons une demande à te faire, toutes les trois, dit-elle en le fixant.
- Laquelle ?
- Myriam aimerait venir avec nous. Elle ne veut pas rester seule ici.
- Hum, je ne sais ce qu'en penserait Kim... La base militaire de Phoebe n'est pas un endroit aussi agréable qu'ici.
- Capitaine !, dit Myriam en prenant la parole courageusement. Je me doute que la vie y est bien différente d'ici. Mais à part oncle Kim, je n'ai plus personne. Toute ma famille a été décimée. Demain, peut-être, Kim partira en mission avec vous ou avec d'autres. Peut-être qu'il ne reviendra pas. J'ai partagé beaucoup avec Joan et Maëva au cours des dernières semaines, durant votre absence. Nous sommes liées, maintenant, je crois, ajouta-t-elle en regardant les deux jeunes femmes qui acquiescèrent.
- Bien..., commença-t-il.
- Curt !, l'interrompit Joan, qui savait pertinemment qu'il allait tenter de tenir un petit discours un peu moralisateur. Elle dit vrai. Ca me fend le coeur de la laisser derrière nous. J'ignore encore ce qui se passe dans le monde autour de nous, mais je me doute bien que ce que tu as fait contre Titan n'est qu'un avant-goût d'un combat pour difficile. Tu vas nous ramener sur Phoebe pour peut-être en repartir très vite. Peut-être que maman partira aussi, si la lutte l'exige. Peut-être que Maëva aussi partira en tant que médecin, pour soigner ceux qui auraient été atteints par le Daminthor. Myriam, au moins, resterait avec moi.

Joan vit que Curtis réfléchissait. Ces derniers arguments touchaient juste, plus que Joan ne l'avait imaginé en les formulant. Il vit Isabella hocher la tête avec gravité.

- Très bien, dit-il. Je préfère éviter de contacter Kim, surtout pour une raison privée, pour maintenir Tyrial à l'abri le plus possible. J'accepte de vous emmener avec nous, Myriam. Mais je vous charge, toutes les trois, d'expliquer cela à Kim.
- Nous le ferons, dit Maëva.

Ils ne s'attardèrent pas plus, la nuit serait courte, puisque le Capitaine avait prévu un départ très matinal. Myriam avait eu le temps de préparer une chambre pour Isabella, et elle en remercia la jeune fille. Elle avait vite compris l'attachement de Joan pour elle, se disant que si un fort sentiment amical liait Joan et Maëva, étant sensiblement du même âge, sans doute était-ce plus une relation fraternelle qui existait avec la nièce de Kim Ivan.

Curtis et Joan se retrouvèrent seuls, enfin, après cette longue séparation. Il put, enfin, loin des regards de leur entourage, prendre la mesure de l'avancement de sa grossesse, s'inquiéter d'elle et du bébé. Joan put lui raconter des anecdotes plus personnelles de son séjour, de sa "convalescence".

- J'ai revu Louise Darmont hier, Curt. Tout va bien. Je veux dire, d'après elle, je vais pouvoir supporter le vol jusqu'à Phoebe. Elle ne m'a pas refait d'échographie, elle n'a pas jugé cela nécessaire, car elle en avait faite une il y a environ dix jours. Elle préconisait plutôt d'en faire une autre à notre arrivée sur Phoebe.
- Simon s'occupera de cela. Il m'a dit qu'il passerait la voir avant notre départ demain matin. Pour avoir toutes les données vous concernant.

Joan sourit. Elle appréciait la sollicitude discrète du professeur. Puis elle fit sa curieuse :

- Curt, dis m'en plus sur ce qui se passe. Ce que tu vas faire.
- Je préfèrerais t'en parler demain, durant le vol. Je voudrais profiter d'une soirée tranquille avec toi, d'une nuit tranquille aussi. Ne pas y songer.

Elle le regarda avec gravité.

- Est-ce si dur que cela ?
- Dur et terrible, mon amour. Et le combat à venir le sera aussi. Mais j'ai bon espoir que nous réussissions. Nous devons réussir. Accorde-moi de n'avoir à penser qu'à toi, pour ces quelques heures à venir. A toi et à notre enfant.

Elle comprit et, ne posant plus aucune autre question à ce sujet, elle vint se blottir entre ses bras.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Aujourd’hui à 01:14
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (troisième partie)
Back to top
Page 20 sur 36
Aller à la page: <  1, 2, 319, 20, 2134, 35, 36  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure