Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] ELENA
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Jeu 19 Déc 2013 - 03:40
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Il était resté plus d’un mois avec elles. Ils avaient dit la vérité à la fillette, qui l'avait acceptée avec un naturel qui avait étonné même Joan. Ils avaient pris le temps de se retrouver, sans heurts, avec curiosité, intérêt, tendresse aussi. Mais il devait repartir. Il avait un dernier voyage à faire jusqu’à Némès. Il voulait faire toute la clarté sur ce qui était arrivé, et quelque part… peut-être pardonner. Ce soir-là, il avait pris la décision de l’annoncer à Joan. Il ne voulait rien lui cacher, ni lui faire croire qu’il irait simplement sur la Lune.

C’était lui qui avait couché Elena, lui racontant une histoire dans laquelle un chien lunaire et une tortue faisaient les pitres. Elle avait beaucoup ri. Il aimait ce rire d’enfant, et son sourire. Il ne pourrait pas vivre sans la petite fille, cela il en était certain. Il avait partagé beaucoup de choses avec elle, au cours de ces semaines, appris à la connaître, à découvrir aussi avec plaisir ce qu’elle tenait de Joan, ce qu’elle tenait de lui et ce qui lui était propre.

Il rejoignit Joan au-dehors. C’était le plein été. Le soir trainait un peu en longueur, et l’un et l’autre appréciaient ces heures avant la nuit. Elle était toujours assise, à table, et jouait machinalement avec sa petite cuillère. Il posa ses mains sur ses épaules, puis se pencha pour respirer l’odeur de ses cheveux.

Rien de plus doux… sauf peut-être la petite main d’Elena. Non, rien ne m’est plus doux…

- Joan, j’ai quelque chose d’important à te dire.
- Je t’écoute.
- Je dois repartir, dans quelques jours. Je reviendrai dès que possible.
- Tu vas sur Tycho ?
- Oui.

Puis il laissa passer un moment de silence.

- Mais pas seulement.

Il la sentit se raidir légèrement. Il puisa la force de continuer en respirant une autre bouffée de son parfum léger.

- Je vais aussi aller sur Némès. Tout n’est pas réglé. Je le dois au moins… à Tamir. A la mémoire de Tamir. Connaître la vérité.

Elle allait dire quelque chose, mais il l’en empêcha :

- Laisse-moi finir, je t’écouterai après. Je dois aussi rendre quelque chose à Meelin. Même si je ne le porte plus depuis que j’ai quitté Némès cet hiver. Je dois lui rendre l’anneau que je portais. Les anneaux d’union sont sacrés aux yeux des Néméens. Je ne dois ni le garder, ni… enfin, surtout ne pas le garder.

Elle hocha la tête. Elle comprenait, mais… elle avait peur soudain. Peur de le perdre à nouveau. Peur que Meelin le retienne, trouve le moyen de le retenir. Devrait-elle renoncer à lui ? Pourrait-elle, cette fois, y survivre ? Elle sentit sa gorge se nouer. Elle ne voulait pas qu’il la voit pleurer.

- Laisse-moi seule, un moment.

Il rentra alors dans la maison, se sentit terriblement inutile. Perdu un peu aussi. Allait-elle le comprendre ? Lui faire confiance ? Pouvait-elle lui faire confiance ? Ne sachant comment attendre, il finit dans la cuisine et s’activa à faire un peu de vaisselle, à ranger quelques affaires. S’occuper les mains quand on ne sait que faire de ses pensées, de son trouble.

Elle le rejoignit, l’entoura de ses bras, appuyant sa tête sur son dos.

- Curtis, je te fais confiance. A toi. En toi, j’ai confiance. Mais…

Il se retourna lentement et plongea son regard dans le sien.

- Mais ?
- Mais ne me demande pas d’avoir confiance en Meelin. De ne pas craindre la réaction de Meelin.
- Je reviendrai. Pour toi et pour Elena.
- Je vais te dire autre chose aussi.
- Je t’écoute.
- Ne reviens pas vers moi juste parce qu’il y a Elena. Reviens pour Elena, oui, jamais je ne t’empêcherai de la revoir, de passer du temps avec elle et même… de l’emmener avec toi quand elle sera plus grande. Mais si tu reviens vers moi… c’est pour moi. Pas juste parce qu’elle est là. Tu comprends ?
- Oui.

Ils n’avaient rien ajouté de plus, mais il l’avait tout doucement conduite vers la chambre et il lui avait fait l’amour très fort, car il voulait lui faire comprendre, ainsi, qu’il reviendrait vers elle, aussi.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 03:40
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 04:29
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou Limeye!

Contrairement à ce que Pascal a dit, je ne sais pas si moi je vais bien dormir après ce passage... horified Je suis inquiète, moi aussi, de la même manière que Joan, dont j'admire la conduite et la confiance...

Je vais plutôt passer la nuit sur le gril et la trampoline... pas fameux pour le sommeil...
jump jump jump jump jump jump jump

Bizz
Flamme
flower malgré tout...
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 07:07
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou les filles !

je n'avais pas répondu à vos questions dans la nuit.

les liens entre Curtis et Elena sont indéniables, vous allez le voir dans le passage suivant encore, du côté de la petite cette fois. Je me demande cependant si je ne vais pas rallonger un peu l'histoire. Je vous livre cependant une suite, mais après, je vais cogiter à nouveau.

n'est-ce pas que Jelle est craquante ? L'avalanche de questions ici, rappelle celle du début (mais qu'elle avait gardé pour elle...). Vous la reverrez avant la fin de l'histoire.

la question de la confiance de Joan est primordiale. Vous allez le voir.

bizz et belle journée !

Limeye


Joan et sa fille se tenaient bien droites, les yeux tournés vers le ciel. Le Comète venait de décoller, emportant Curtis pour un voyage qui durerait de longues semaines. Il avait promis, tout bas, à l’oreille de Joan, d’être là pour l’anniversaire d’Elena, au plus tard.

Les premiers jours sans lui furent difficiles, autant pour la fillette que pour sa mère. Elena faisait des caprices, ce qui lui était inhabituel. Lisbeth avait un peu de mal à la contrôler, et il fallut que Joan se fâche sérieusement certains soirs pour que la petite fille redevienne plus calme.

Joan se replongea dans son travail, pour ne pas laisser le doute et la peur l’envahir, pour garder confiance en lui.

Tu lui as toujours fait confiance. Pourquoi ne le ferais-tu pas cette fois ? Il a besoin de ta confiance aussi !

Et quand elle flanchait, elle appelait Jelle.

Et un jour, la veille de leur départ de Ganymède pour la Terre, où elles allaient passer un mois de vacances, ce fut Mary qui lui redonna de l’air. De l’espoir aussi.

- Moi aussi, j’ai flanché, Joan. Et je ne dis pas que tout est facile aujourd’hui pour autant. Parfois, rarement, Philip se retranche dans le silence. Je sais qu’il lui arrive encore de penser, douloureusement, à Suzann.
- Et comment le vis-tu ?
- Au début, j’étais un peu perdue… comme toi aujourd’hui. Je ne savais pas exactement comment faire. Puis, j’ai compris que je devais me faire confiance pour pouvoir lui faire confiance et pour pouvoir l’aider à passer ces moments douloureux. Aujourd’hui, quand cela arrive, je le laisse un peu seul. Il en a besoin. Et je reste "en veille". C’est ainsi que j’appelle la façon dont je me comporte. Et dès que je sens qu’il a besoin de ma présence, je suis là. Parfois, il me parle, parfois non. Parfois, juste de me sentir vivante, présente, lui suffit à revenir parmi nous, au présent.
- Je comprends. Je le comprends d’autant mieux que je connais aussi bien ton mari, et j’imagine tout à fait comment cela peut se passer.
- Curtis reviendra. J’en suis certaine.
- Moi aussi. Mais je ne suis certaine que d’une chose, c’est qu’il reviendra pour Elena. Pour moi… je n’en suis pas aussi sûre.

Elles avaient encore parlé un peu, puis Joan avait emporté Elena, endormie, jusque chez elles. Elle avait couché la petite fille qui ne s’était pas le moins du monde réveillée, et avait gagné la terrasse. Elle avait levé les yeux vers Jupiter. Demain, en fin de matinée, elles quitteraient Ganymède, feraient escale sur la grande planète pour rejoindre la Terre. Leurs affaires étaient presque prêtes. Soudain, il lui tarda de retrouver Jelle, Davies et leurs filles. De revoir aussi Ken et Ezra. Ken était en pleine session d’examens, mais il viendrait dès qu’il aurait ses résultats. Ezra, quant à lui, les attendrait à l’aéroport, déjà impatient de revoir celle qu’il considérait comme sa fille et celle qu’il considérait comme sa petite-fille. Et il les accompagnerait au Canada.

Elle se retourna vers la maison, à travers la vitre, jeta un regard vers le vidéo-transmetteur qui n’affichait aucun message entrant. Elle soupira. Elle résistait à l’envie de joindre Curtis, elle savait qu’elle pouvait laisser un message dans le vaisseau. Mais elle préférait ne pas le faire. Jusqu’à présent, elle avait réussi à tenir. Elle devait le faire encore ce soir. Il les avait appelées, quand il était arrivé sur Tycho, puis deux fois ensuite, au cours du voyage vers Némès. Il devait y être désormais. Mais cela faisait deux semaines qu’il n’avait pas donné signe de vie. Elle avait prévu de lui adresser juste un petit message écrit, avant leur départ pour la Terre, qu’il sache où il pourrait les joindre s’il le souhaitait.

Elle aperçut Steve qui faisait sa ronde, lui souhaita une bonne nuit et rentra dans la maison. Elle gagna sa chambre, après un rapide passage dans la salle de bain et après avoir jeté un dernier coup d’œil dans la chambre d’Elena. Elle baissa les volets, depuis qu’elles avaient été enlevées, Elena et elle, elle les fermait tous. Cela lui pesait, car elle sentait alors monter en elle des poussées de claustrophobie. Mais elle n’avait pas le choix. Même si les risques étaient minimes, c‘était les consignes et elle avait promis de s‘y tenir.

Debout, au milieu de la vaste pièce, elle ferma un instant les yeux. Curtis lui manquait terriblement. Elle aurait voulu sentir sa présence, entendre sa voix. Elle aurait voulu qu’il se tienne, là, tout près d’elle, pouvoir s’appuyer contre lui et sentir ses lèvres glisser dans son cou, ses mains remonter sur son corps. Plus de six semaines qu’il était reparti.

Elle comprit qu’elle aurait beaucoup de mal à s’endormir, ce soir-là. Malgré les paroles réconfortantes de Mary et la perspective de revoir Jelle, dans quelques jours. Elle rouvrit les yeux, chercha un livre sur une étagère, mais aucun ne la tenta. Autant qu’elle s’occupe alors à finir son sac pour les vacances. Elle avait déjà préparé ses vêtements, comme ceux d’Elena, mais, comme à son habitude, elle voulait aussi ne laisser aucun objet précieux, même si les alarmes seraient branchées et que les "malabars" continueraient leur surveillance pendant son absence. Elle ouvrit alors les tiroirs de sa coiffeuse, d’où elle sortit les quelques bijoux qu’elle possédait. Au quotidien, elle portait toujours les mêmes. Un collier avec une pierre en forme de larme, en lapis lazuli que Jelle lui avait offert pour ses quinze ans, et qu’elle avait toujours beaucoup de mal à échanger pour un autre, ce qu’elle faisait cependant parfois pour une soirée. Et une bague ancienne, avec un petit diamant rond, qui avait appartenu à sa grand-mère maternelle.

Elle sortit alors deux étuis plats, dans lesquels elle possédait une parure complète en ambre, et deux autres colliers fantaisie, avec les boucles d’oreilles et les bracelets associés. Mais en ouvrant l’un de ses tiroirs, elle trouva une petite enveloppe, un peu épaisse. Etonnée, elle fronça les sourcils. Certes, cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas ouvert son tiroir, mais elle n’avait aucun souvenir de cette enveloppe. Elle l’ouvrit aussitôt et en sortit un petit message :

Je reviendrai, Joan. Tu n’es pas un fantôme pour moi. Je t’aime. Curtis

Et avec le message, dans un petit morceau de coton, elle trouva un magnifique saphir, poli, monté sur une bague, entouré de petites étoiles d‘argent.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 07:53
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou Limeye,

Wow..Il a reflechi vite le Curtis!
J'aime beaucoup comment Joan, lucide et honnete, lui rappelle qu'elle le veut lui a part entiere et pas a cause de sa fille...Amour certes, mais ou cela mene-t-il sans confiance et respect?

Master Good

O-tho

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 12:18
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou les filles!

Maintenant, elles sont deux à souffrir de l'absence de Curtis... Sad

Ton "la question de la confiance de Joan est primordiale. Vous allez le voir." confirme ce que je pensais: Curtis n'aurait pas dû repartir! Même si j'admets qu'il y était obligé... Je sens qu'on va passer par toutes sortes d'émotions...

Pov' Joan comme dit O-tho, elle doit non seulement garder courage pour elle-même, mais aussi pour sa fille!
Elle tient bien la tête hors de l'eau pour l'instant! Good Mais tu nous fais présager que ça va être difficile pour elle de garder sa confiance envers Flam Confused

Soupir... c'était si romantique, le message et la bague... Mais tout aurait tellement été plus simple si Curtis avait fait le bon choix dès le début! Angry Mais on n'aurait pas eu d'histoire!

Je trouve tout de même déroutant que Flam ait pu croire aimer Meelin au point de l'épouser, alors qu'il est manifeste qu'au plus profond de lui-même, il a toujours éprouvé de l'amour pour Joan ! Elle me semble redoutable, cette Meelin, et la colère qu'elle avait couvé avant que Curtis parte n'a pas dû se calmer durant son absence... horified Mais je pense qu'elle va s'y prendre de façon plutôt perfide que déchaînée pour tenter de parvenir à ses fins... Question


Je ne peux décoller du gril... que pour passer sur la trampoline! Ert je ne peux descendre de la trampoline que pour retourner sur le gril! jump jump jump jump jump jump jump jump

Je fais tout de même confiance au destin (i.e. toi) pour les ramener ensemble, nos tourtereaux, avec Elena!

Bizz (Vizz)
Flamme
Wow flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 09:05
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Hello !

c'était une petite histoire menée un peu "tambour battant", pas de temps à pardre, on passe rapidos sur le combat, zou, à l'essentiel. Mais du coup, vos réflexions m'ont fait doutée de passer directement au passage suivant que j'ai déjà écrit, le face à face entre Curtis et Meelin. Je me demande vraiment si je ne vais pas écrire un autre passage avant, sur les réflexions de Curtis, même si j'apporte des réponses au fur et à mesure... bon, je vois si je suis un peu peinarde pour faire ça ou pas...

bizz et vizz et trampogrille bien Very Happy jump

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 12:54
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou Limeye!

J'ai bien aimé lire que nos réflexions te mènent à élaborer (et rallonger, pour notre plus grand plaisir) ton histoire!

C'est presque comme avoir une histoire sur demande! Et moi, je ne demande pas mieux, parce que ce que je préfère lire de tes créations, en-dehors des scènes intimes entre Joan et Flam (torrides ou moins torrides Wink ) et des chamailleries entre Grag et Mala , ce sont les conversations et les cheminements intérieurs!

Ça prolonge l'attente, mais je sais que ça vaut la peine! jump jump jump jump jump
Mais tu parles de combat, ça va être sérieux, c'est inquiétant... horified

Bizz-Vizz
Flamme
flower

P.S. EX-CEL-LENT, le trampogril! Best Clap Youpi Gril et trampoline combinés, je vais l'adopter, c'est sûr... j'ai bien ri de voir ce mot ce matin!

Game
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 14:00
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou Flamme !

pour le combat, c'était passé : c'était contre les hommes de Dak'harri... que j'ai passé en deux lignes (un record Very Happy ). Il n'y aura pas de combat à venir, juste une joute verbale... avant d'autres discussions. Ca pour causer, dans cette histoire, ça cause Mr. Green

je me doutais que tu aurais aimé le trampogrill... jump , en attendant d'avoir le smiley qui se liquéfie (promis, je me remets dans les smileys d'ici la semaine prochaine).

Bizz vizz

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 14:32
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Hello !

voici donc le passage que j'ai ajouté au texte initial. Les réflexions de Curtis. Je ne sais pas si cela ajoutera vraiment quelque chose à l'ensemble du récit, ça permet peut-être de clarifier certains points, je ne sais trop... en prime, je vous livre aussi son face à face avec Meelin.

bizz vizz

Limeye


Après une rapide escale sur Tycho pour récupérer toute l’équipe, ils étaient aussitôt repartis pour Némès. Curtis avait bien l’intention de faire toute la lumière sur ce qui était arrivé. Il voulait aussi comprendre pourquoi Meelin avait agi ainsi. L’amour pouvait-il pousser à tels agissements ?

Au cours du voyage, il prit aussi le temps de réfléchir à ces dernières années, à ce à quoi la vie le confrontait. Lui qui avait toujours su faire des choix rapides, prendre des décisions importantes, parfois risquées pour lui-même ou son équipe - voire pour ceux qui l’accompagnaient, Joan ou Ezra notamment -, s’interrogeait sérieusement sur les choix personnels qu’il avait faits. N’avait-il pas agi impulsivement ? Il était tombé amoureux fou de Meelin, quand il l’avait rencontrée. Elle était aussi la première jeune femme qu’il côtoyait vraiment, qu’il avait eu le temps de connaître. A peine plus âgée que lui, elle lui avait paru aussi terriblement vivante. Elle avait un caractère fort, elle croquait la vie à pleines dents. Elle avait su le charmer, avec elle aussi, plus qu’avec Joan, il avait pu mener de grandes réflexions. Meelin avait une grande connaissance du monde de Deneb. C’était aussi une chercheuse. Il avait trouvé en elle un double féminin, au moins sur ce point. Mais elle avait aussi une certaine forme d’ambition. Elle avait compris très vite qui il était, qui il pouvait être. Un homme comme lui serait un atout important pour Némès. Quand elle l’avait retrouvé, elle avait compris que le destin leur offrait une chance unique de pouvoir vivre ensemble, ce qui était un de ses rêves, elle le lui avait dit. Un rêve dont elle n’avait pu se défaire, malgré le temps et l’éloignement.

Mais contrairement à Joan, il n’avait pas eu le temps de la voir vivre, de mesurer vraiment toutes les facettes de son caractère, s’arrêtant à ce qui l’avait attiré. "La jeunesse pousse à des folies", songea-t-il. Il s’était senti trop heureux aussi de la retrouver, sans compter qu’elle et les siens leur avaient sauvé la vie.

Et s’il avait ressenti un vrai choc et une joie folle à la revoir, le choc n’en avait pas été moindre avec Joan. Mais très différent. Le choc avait plutôt été la révélation de sa paternité, de l’existence d’Elena. Mais il voulait aussi bien faire la différence entre Elena et Joan. Elle le lui avait demandé. Et cela faisait partie des nombreuses questions qu’il s’était posées. Il ne voulait pas faire les mauvais choix pour elles deux, il savait déjà qu’il ne le supporterait pas. Il ressentait une exigence de vérité pour elles trois, comme pour lui-même.

Il tentait de démêler ainsi les choses, ses sentiments passés - pour Meelin comme pour Joan -, ses aspirations, ses envies… Sur Némès, il se sentait prisonnier. En quelques semaines, sur Ganymède, Joan lui avait aussi montré qu’on pouvait vivre en couple bien différemment de ce qu’il avait vécu avec Meelin. Et s’il avait ressenti l’impression d’un double au féminin avec Meelin - au moins pour son côté scientifique -, il avait avec Joan un sentiment de complémentarité que la belle Néméenne ne lui avait jamais apporté. Et désormais, c’était cela qui comptait pour lui. Il en mesurait maintenant la valeur, le besoin aussi. Avec Joan, il savait qu’il pourrait reprendre des recherches, des explorations, qu’il ne serait pas cantonné au rôle de sauveur que les Néméens lui avait attribué et dans lequel il étouffait. Mais il avait aussi mesuré combien Joan avait changé, avec ce nouveau poste dans lequel elle se réalisait pleinement et il avait alors compris qu’il pourrait être à ses côtés, l’épauler, et pas uniquement l’inverse.

Joan l’avait laissé très libre vis-à-vis d’Elena, lui permettant de faire vraiment connaissance avec la fillette, elle avait agi avec tact, tendresse et attention. Il retrouvait bien là sa générosité, son attention pour les autres, qui se manifestait bien entendu d’une manière toute particulière avec leur fille.

Au fil du voyage, s’il avait pris des nouvelles de Joan et Elena, il avait caché ses interrogations à la jeune femme. A aucun moment, Joan ne lui avait parlé de la bague, et elle était restée plutôt en retrait, presque sur la défensive. Plus observatrice qu’actrice, laissant à chaque fois Elena parler avec son père plutôt qu’avec elle-même. Avait-elle seulement trouvé la bague ? Acceptait-elle le cadeau ? N’avait-il pas été trop rapide, encore ? Mais il était certain de l’aimer. Et non d’aimer un fantôme. Et pas seulement parce qu’il y avait Elena.

**


Il était arrivé sur Némès et avait senti la surprise de ceux qui avaient été ses proches durant plusieurs années, leur surprise et aussi une certaine réserve. Que venait-il faire ici ? Il voyait cette interrogation dans leurs yeux. Il allait lui arriver de se poser aussi la question. La confrontation avec Meelin fut difficile. La jeune femme était très froide. Au début, elle refusa de répondre à ses interrogations. Puis après plusieurs jours, elle accepta finalement. Mais ce fut une vraie bataille.

- Pourquoi es-tu revenu ?
- Pour connaître la vérité. Pour la mémoire de Tamir. Et pour te rendre ceci, dit-il en tendant l’anneau d’union.
- Pourquoi me le rendre ? Tu aurais dû le garder !
- Non. Car je sais combien ils sont sacrés aux yeux de ton peuple. Et il ne signifie plus rien pour moi, alors, je savais que je ne pouvais le garder.
- Plus rien… vraiment…
- Non. Mais tu resteras un souvenir. Un beau souvenir, Meelin.
- Je te hais.
- Tu es libre de tes sentiments. Moi, des miens. Ta haine ne détruira pas le souvenir que je porte en moi. Mais je veux la vérité, reprit-il, bien décidé à ne pas lâcher.
- Pourquoi ? Qu’est-ce que ça change ?
- Je veux savoir pourquoi tu as éloigné Joan de moi.
- Pourquoi ? Tu me demandes pourquoi ? Tu es idiot !
- Peut-être. Mais je veux le savoir.
- Parce qu’elle ne cessait de te demander ! Parce qu’elle t’aimait ! Et je ne pouvais supporter cela… Et quand Barek l’a soignée, et qu’il m’a dit qu’elle était enceinte… j’ai compris que cela pouvait t’éloigner encore plus de moi. Nous nous étions retrouvés, Curtis ! Personne ne devait se mettre sur notre chemin, personne ! J’avais trop souffert de devoir m’éloigner de toi, de vivre sans toi… j’espérais tant et tant te retrouver un jour, qu’il serait possible de vivre ensemble, toi et moi… Je ne voulais ni du devoir, ni d’une femme, ni… d’un enfant entre nous, qui nous aurait encore séparés, éloignés… Je te voulais pour moi ! Rien qu'à moi ! Et moi, je voulais être là pour toi, que pour toi…

Un sanglot ponctua ses derniers mots.

- Qui a effacé les messages du Comète ? Qui ? Tamir ? Quelqu’un d’autre ?
- C’est moi qui les ai effacés.

Il poussa un soupir de soulagement. Il avait espéré cette réponse, pour garder intact en lui le souvenir de Tamir. Et pour respecter sa mémoire.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 19:11
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 458
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Salut les filles! Wink

En vacances au Québec pour les fêtes après un trajet épuisant en voiture avec la neige, le vent et la poudrerie et tout et tout! Confused

Meelin n'est effectivement pas une méchante femme. Juste jalouse et désespérée. Elle a seulement commis l'erreur de croire qu'elle et Curtis pouvaient reprendre leur relation là où ils l'avaient laissée lorsqu'ils s'étaient retrouvés Sad Elle était prête à tout pour cela. Curtis aussi s'était attendu à retrouver la même Meelin. On voit dans ce passage que dans l'esprit de tout le monde, Curtis n'a plus rien à faire sur Némée. Ce passage était très bien écrit! Good Master


De retour sur le grilpoline! Mr. Green jump jump jump jump jump

Vizzz!

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 20:13
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou les filles!

Alors, Frégo? On a perdu l'habitude du climat hivernal québécois? Mad Je te taquine, bien sûr... Et encore, si tu viens d'arriver au Québec, tu as manqué la vague de froid... et la tempête de neige du 15 décembre! horified

Tu me plonges dans un grand dilemme: quelle expression vais-je préférer entre le trampogril et le grilpoline? Laughing Laughing Laughing Mr. Green Mr. Green Mr. Green Je suis VRAIMENT embêtée, car je les aime beaucoup tous les deux... heureusment, y'a assez de place pour les deux... jump jump jump jump jump jump

Limeye.... soupir.... C'était ma-gis-tral, ce cheminement intérieur de Curtis... Master Master Master Je suis très heureuse que tu l'aies ajouté! Il a clarifié certains éléments, et permis d'enchaîner avec le retour sur Némès... Et la remarque de Frégo est très pertinente, Curtis et Meelin ont tous deux voulu croire qu'ils pourraient reprendre leur relation, pour constater qu'elle était loin d'être aussi épanouissante que ce qu'ils espéraient...

Vite la suite, maintenant, j'ai hâte aux retrouvailles! J'apprécie beaucoup que Joan laisse Curtis se poser des questions, il ne s'en était pas posé assez avant d'épouser Meelin... Good Good Good

jump jump jump jump jump jump jump jump

Je suis vraiment heureuse que mon petit smiley préféré soit revenu! Je ne peux m'en passer, pas plus que de ma fleur bleue flower

Bizz
Flamme
Very Happy
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 21:53
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou les filles !

alors tant mieux si pour vous ce passage de réflexion a clarifié des choses. J'ai en effet aussi essayé de rappeler quelques éléments présents dans la fanfic allemande (la rencontre entre Meelin et Curtis).

je vous livre désormais la suite, la fin n'est pas loin, mais évidemment, Jelle revient glisser son petit museau dans cette histoire !

bizz et bonne lecture !

Limeye qui rit encore du défi de Flamme, celui-là, je ne suis pas prête de l'oublier, c'est certain Laughing

ps : moi, c'est ce petit smiley Laughing que j'aime bien !


- Joan, qu’est-ce qui te soucie ?
- Que veux-tu qui me soucie ? Tu poses une question idiote, Jelle, pour une fois.
- Ah, pff… moque-toi, tiens !

Les deux jeunes femmes étaient assises près des rochers, au bord du grand lac non loin de la maison de Jelle et Davies. Les trois filles jouaient dans l’eau. Cela faisait quelques jours que Joan et Elena, accompagnées d’Ezra, étaient arrivées au Canada. Ken les rejoindrait tous à la fin de la semaine.

- J’ai peur, Jelle. De le perdre à nouveau.
- Tu n’avais pas le choix. Il devait retourner là-bas. Et il ne t’a pas menti.
- Non. Il ne m’a rien caché. Il aurait pu…
-… Mais il ne l’a pas fait. Ai confiance. Fais-lui confiance. Tu l’as toujours fait !
- Je sais bien. Mais ce n’est pas seulement lui… c’est elle que je crains.
- Tu lui as donné de vos nouvelles ?
- Oui. Juste un petit message écrit pour lui dire qu’on était bien arrivé ici, qu’on avait fait bon voyage jusque sur Terre.
- Il t’a répondu ?
- Non.

Jelle n’avait rien ajouté. Elles s’étaient baignées, avaient joué avec les filles, puis étaient remontées toutes ensemble jusqu’à la maison. Le soir, elles avaient repris leur échange. Davies et Ezra se faisaient discrets pour les laisser parler. Ils devinaient qu’elles avaient beaucoup à se dire, et l’air inquiet de Joan souciait Ezra. Il espérait que Jelle, une fois encore, trouverait le moyen d’aider et de soutenir la jeune femme.

- J’ai quelque chose à te montrer, Jelle.

Et Joan se leva, rentra dans la maison. Elle en ressortit une minute plus tard, un petit paquet dans les mains. Quand elle s’approcha, Jelle se rendit compte que c’était une enveloppe.

- J’ai trouvé cela quelques heures avant de quitter Ganymède. Dans un des tiroirs de ma coiffeuse.

Jelle prit l’enveloppe que Joan lui tendait, lança un regard interrogateur à son amie, qui lui fit signe qu’elle pouvait ouvrir. Jelle prit connaissance du message et regarda la pierre. Puis elle dit :

- D’abord, tu vas me faire le plaisir de porter cette pierre. Et quand tu douteras, tu la regarderas. Ensuite, tu vas lui envoyer un message. Et tu ne vas pas seulement lui dire qu’Elena va bien !
- Je veux le laisser libre, Jelle ! Ne pas m’imposer !
- Il y a une différence entre s’imposer et dire ses sentiments. A l’heure qu’il est, il est sur Némès. Et il peut avoir besoin de toi, aussi.
- Besoin de moi ? Je ne comprends pas…
- Oui. Besoin de savoir que tu l’aimes. C’est tout. Tu n’as rien d’autre à lui dire. Est-ce si difficile ?

Joan ne répondit pas. Pour une fois, Jelle n’ajouta rien, ne rompit pas le silence. Elle regarda son jardin, la ligne bleutée de la nuit, les premières étoiles qui s’allumaient. Puis elle entendit un léger bruissement à côté d’elle. Elle attendit quelques secondes, et tourna son visage vers sa maison. Son amie entrait dans la salle. Quelques instants plus tard, elle vit la lumière s’allumer à la fenêtre de son petit bureau. Alors elle sourit.

Joan s’installa devant le petit transmetteur de Jelle. Elle composa le code du Comète. Elle avait fait le choix d’envoyer un message écrit. Elle préférait… elle ignorait quelle heure il était sur Némès et cela n’avait de toute façon aucune importance.

Une pierre bleue comme la nuit veille sur moi, elle est comme une étoile qui me rassure et me protège. Je ne peux te donner en cet instant que mes mots pour t’assurer de mon amour et de ma confiance. Je t’aime. Joan

_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 22:19
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou Limeye!

Soupir... fondue!

Et Jelle, elle est tout simplement... magistrale, merveilleuse, extraordinaire!

Grilpoline et trampogril, j'en ai deux maintenant pour me faire tenir jusqu'au prochain tiboutte!

Flamme
flower flower flower
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 20 Déc 2013 - 22:26
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
n'est-ce pas ?

s'il n'y avait pas eu cette envie d'écrire une autre fin à la fanfic d'Avatax, je pourrais presque dire que j'ai écrit cette histoire pour Jelle Very Happy !

elle a un côté "bon sens terrien", genre je te remets les idées en place là où il faut et comme il faut...

bon, comme tu m'as (nous as) gâté ce soir, je te remets un tiboutte avant l'extinction des feux, et avec tout ça, j'ai rien avancé pour demain pour JiYD... vous pouvez faire la grasse matinée, je ne livrerai pas de bonne heure Very Happy

Otho a été absent de cette histoire jusqu'à présent, mais j'ai quand même voulu lui donner un petit rôle... à sa mesure. Vous me direz aussi, mais j'ai aimé écrire le petit paragraphe consacré à Simon...

bizz et tranpogril bien jump

Limeye

Il était retourné à bord du vaisseau. Simon attendait en silence, un peu inquiet. Qu’allait faire son garçon ? Depuis de longues semaines, lui, le cerveau pourtant sans âge, se sentait vieillir. Comme si les errances de son presque fils, ses doutes et les décisions qu’il avait à prendre lui pesaient. Lui seul pouvait faire son choix. Simon, pour une fois, ne pouvait lui être d’aucune utilité. Même si ce choix allait bouleverser la vie de plusieurs personnes. En ouvrant des sillons de douleur ou en apportant de la joie. Jamais facile de choisir.

- Bonsoir mon garçon, ça va ?, demanda-t-il d’un ton neutre.
- Bonsoir Simon.

Curtis ne répondit pas à la question. Il ne savait que dire à Simon. Il avait besoin d’un peu de silence. Il pensait à Elena. Mais il se souvenait aussi des mots de Joan "ne reviens pas vers moi juste parce qu’elle est là… Reviens vers moi, pour moi."

Il entra dans le poste de pilotage. Seul Otho s’y trouvait, installé à la cool, sur son fauteuil de pilotage.

- Salut chef !
- Bonsoir, Otho. Rien à signaler ?
- Wah non ! J’ai juste mis KO le tas de ferraille. Il est en rechargement de batterie.
- C’était un joli match ?
- Forcément, puisque j’ai gagné.
- Forcément…, reprit-il avec un léger soupir.
- Ah si, y’a eu un message… j’ai pas regardé. C’était pour toi. Tu veux boire quelque chose ? Je vais me faire une eau piquante avec un jus de baies vertes, j‘adore…
- Merci, Otho. Rien.

En disant cela, Otho se leva et quitta le poste de pilotage.

Curtis s’installa alors à sa place, tournant légèrement le fauteuil pour faire face au vidéo-transmetteur. Le code qui s’afficha était celui de la maison de Jelle et Davies. Il ouvrit le message, les doigts tremblants. Pourquoi tremblait-il ? Que craignait-il ?

Il lut les mots de Joan et soudain, ce fut comme un poids terrible en moins sur son cœur. Elle avait trouvé la pierre, et surtout, son message. Dans les rares échanges qu’ils avaient eus depuis qu’il avait quitté Ganymède, à aucun moment elle n’y avait fait allusion, et il s’était demandé s’il ne l’avait pas trop bien caché ou si… elle l’avait accepté. Il ne suffisait pas de faire l’amour passionnément, il le savait. Les mots aussi étaient importants, surtout dans leur situation. Surtout dans ces heures si difficiles pour lui. Deux passés qui s’entrechoquent, un futur qui se dessine, et une enfant, bien présente, bien vivante.

Il resta quelques secondes, les yeux fermés, puis redressa la tête, passa sa main dans ses cheveux et se leva. Un peu vite, il sortit du poste de pilotage, faillit heurter Otho qui arrivait, un grand verre à la main et l’air béat.

- Otho, rebranche Grag ! Simon !
- Heu… oui… Capitaine…, bafouilla l’androïde.
- On décolle !

Otho resta surpris une seconde, puis grogna. Même pas le temps de savourer sa victoire sur Grag.

- Et on va où ?
- Sur Terre.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 21 Déc 2013 - 05:44
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou Limeye!


Jelle a vraiment bien conseillé Joan! Et Joan a bien fait de l'écouter! C'est vrai que Jelle a toujours raison... Angel

Ce message a atteint son but, avec un merveilleux timing... Good

C'est fondu partout, ici... Wow flower Le temps de nettoyer tout ça, et je retourne trampogriller... ou grilpoliner... Mort de Rire

jump jump jump jump jump

Bizz!
Flamme
Clap
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Aujourd’hui à 23:38
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Back to top
Page 5 sur 6
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure