Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] ELENA
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Dim 15 Déc 2013 - 10:17
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Hello Flamme,

le miracle ? J'appelle ça le destin... Wink

et justement, le voilà qui va s'en mêler. D'abord du côté de Curtis...

Bizz et belle journée

Limeye

Un long vaisseau blanc et gris s’était posé dans la plaine de Tryx, sur la planète Orpha. Deux jeunes hommes, l’un roux, l’autre brun, en sortirent, suivis par un grand robot et un autre être à l’apparence humaine. A leurs côtés planait un cerveau volant. Deux petits animaux étranges s’étaient précipités dans l’herbe et commençaient à batifoler.

Ils observèrent un instant le paysage qui s’étalait devant leurs yeux. Au-delà de la plaine sur laquelle ils s’étaient posés, miroitait un lac aux eaux profondes. Des arbres essaimaient par-ci, par-là. Mais face à eux s’élevaient de vastes ruines. C’était pour elles qu’ils avaient quitté Némès une dizaine de jours plus tôt.

- Ces vestiges sont impressionnants, dit le grand jeune homme roux à ses compagnons. Je n’imaginais pas que le site était aussi étendu. Nous allons avoir plusieurs jours de travail devant nous.
- Gallion avait raison quand il nous en a parlé. Il y est venu il y a très longtemps. C’est une bonne idée de poursuivre les recherches par ici, continua Tamir, le jeune homme brun.

Il devait avoir quelques années de moins que celui qui commandait l’expédition. Son visage était très beau. Il avait aussi un regard très doux, de beaux yeux sombres.

- Bien, on va commencer tout de suite. Pas la peine d’établir un campement, on dormira dans le Comète, décida Curtis.

Et la petite équipe commença ses recherches.

Au bout de trois jours, ils avaient déjà mis au jour des éléments intéressants. Plusieurs fresques, des gravures, des objets de la vie quotidienne. L’accident survint alors que l’après-midi était déjà bien avancé. Alors qu’il effectuait des relevés près des ruines d’une tour, Tamir entendit soudain un bruit étrange derrière lui. Une sorte d’énorme chenille sortit de derrière un muret et s’avança vers lui. Il recula contre le mur qu’il regardait l’instant d’avant, sortit son arme et tira vers l’animal. La chenille poussa un cri, mais eut le temps de lui projeter au visage un liquide visqueux. En écho au cri d’agonie de l’animal, on entendit alors un hurlement de douleur terrifiant. Curtis et Otho furent les premiers auprès de Tamir. Son visage et son torse avaient été touchés par le liquide, un puissant venin qui était en train de creuser de profonds sillons dans sa peau, comme des traces de brûlures. L’instant d’après, Simon était à leurs côtés et il identifia sans peine l’animal que Tamir avait pu tuer.

- Une chenille nolienne… je ne pensais pas qu’il y en avait dans ce monde ! Vite ! Au vaisseau, il y a un antidote…

Grag porta alors le jeune homme le plus rapidement possible à l’infirmerie du Comète. Curtis et Simon préparèrent la potion qu’ils posèrent délicatement sur les blessures, mais elles étaient déjà trop profondes. Le beau visage du jeune homme était maintenant complètement déformé par les brûlures et par la douleur. Il accrocha le bras de Curtis.

- Mon frère…

Curtis plongea son regard dans celui de Tamir, le frère de Meelin, devenu le sien depuis qu’il l’avait épousée. Il y vit la mort qui s’avançait. Il serra les poings. Malgré leur rapidité, Tamir allait périr dans d’atroces souffrances. Il se pencha plus près. La voix de Tamir n’était déjà plus qu’un murmure.

- Pardonne… Meelin… Elle savait… pour Joan… pour le…

Et la tête de Tamir retomba sur le côté sans qu’il ait pu achever sa confession.

Curtis resta un moment sans bouger. Ses bras appuyés de chaque côté des épaules du jeune homme.

Puis il se redressa. Il était bouleversé. Par la mort soudaine de Tamir. Tout allait si bien… et qu’avait dit Tamir ? Pourquoi avait-il parlé de Joan ? De pardonner à Meelin ? Qu’aurait-il dû pardonner ? Que devait-il pardonner ?
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Jeu 3 Sep 2015 - 20:32; édité 1 fois
Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 10:17
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 11:25
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou Limeye!

Eh bien, quand le destin frappe, il frappe for!! Pauvre Tamir! Sad Ses dernières paroles font l'effet d'une bombe, l'incident avec la chenille aussi. Elle est superbe cette histoire! Good Master

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 13:54
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou les filles!

Oui, ça frappe fort, c'est peu dire... Unbelievable

Et il y a des rebondissements à chaque fois! J'étais déjà bien accrochée, et ça continue!

Il y a beaucoup de monde qui savait beaucoup de choses, décidément... Mais comment savaient-ils? Rolling Eyes

Le petit Smiley bondissant me manque... J'en aurais mis facilement une dizaine... Mr. Green

La suiiiiiiiiite!
Vizz
Flamme
Bye
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 14:49
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou les filles !

dans cette histoire, je passe assez vite sur certains éléments. Je ne fais pas les digressions habituelles Very Happy . Pas de temps à pardre Wink

donc oui, quand ça frappe, ça frappe fort. Vous allez découvrir petit à petit comment se lèvent les voiles du secret... (hum, elle est jolie mon expression là, un vrai titre d'histoire !)

le smiley bondissant arrivera... je me consacre pour l'heure au transfert du cadavre exquis quand j'ai un peu de temps. Les smileys viendront après.

une suite ? (question stupide) : retour du côté de Joan

Limeye

ps : Flamme, j'ai beaucoup aimé ton "vzzz" !


Sur Ganymède, Elena grandissait. Joan s’y plaisait de plus en plus, même si parfois, en regardant Jupiter, elle sentait son cœur se serrer. Son travail, bien que différent de celui qu’elle exerçait auparavant, la passionnait. Elle en acceptait les responsabilités, les difficultés, mais elle appréciait aussi ses avantages. Diriger une équipe, faire confiance, savoir déléguer. Prendre des décisions. Elle et Aden formaient un bon duo. Joan appréciait de travailler avec le général. Ce n’était au fond, pas si différent de ce qu’elle avait connu avec Ezra, car elle retrouvait le même partenariat, la même confiance réciproque, la même estime. Très vite, tout ce que la petite planète comptait de personnalités importantes voulut faire connaissance avec la nouvelle adjointe de l’administrateur.

Un jour qu’il parlait avec sa femme, Aden lui avoua être très heureux de son choix. Mary acquiesça. Elle aussi appréciait de plus en plus la jeune femme, mais elle aurait aussi aimé l’aider. Car elle devinait que Joan portait en elle un très lourd secret, une profonde blessure.

Deux ans après son arrivée sur Ganymède, Joan eut pour mission d’organiser la grande réception qui devait marquer l’anniversaire du ralliement de Jupiter au gouvernement des Neuf Mondes. En tant qu’habitants du satellite de la grande planète, la population de Ganymède marquait aussi l’événement à sa façon. Pour cela, Joan fut aidée par Mary. Durant des jours, elle oublia la lutte contre les trafiquants, les questions de sécurité, la gestion quotidienne de l’administration, pour se consacrer à cette réception. C’était une première pour elle, car jusqu’à présent, elle n’avait eu à se charger que de festivités mineures, pour recevoir un ambassadeur ou une délégation. L’an passé, les festivités avaient été plus réduites, car au même moment, se déroulaient les élections du nouveau président de la fédération des Neuf Mondes, président qui allait se révéler être une femme, Amelia Sanchez.

Ce fut au cours de cette soirée, qu’elle rencontra Vincent Jackson. Il était professeur de sport et était très investi auprès des enfants des bas quartiers de Gany-city. Et elle se dit alors que, peut-être, elle allait enfin pouvoir rêver d’un autre homme que de Curtis Newton.

Elle se montra pourtant réticente à engager une relation avec Vincent. Elle se laissa gentiment courtiser, elle appréciait de passer quelques moments avec lui, il avait du charme, elle aimait son rire, la façon dont il la regardait, elle aimait aussi sentir que tout doucement, une nouvelle chaleur entrait dans sa vie. Elle appréciait aussi sa gentillesse, sa délicatesse.

Quelques semaines après cette rencontre, alors que leur relation était toujours très platonique, Joan reçut la visite de toute la famille Ashton au grand complet. Jelle apportait aussi une excellente nouvelle : Ezra venait d’être promu général, et le soir-même de leur arrivée, pour fêter les vacances de la petite famille et le titre d‘Ezra, les deux jeunes femmes burent un peu plus que de coutume et Joan commença à parler de Vincent à Jelle.

Jelle écouta son amie, espérant que cette rencontre allait en effet apporter à Joan d’autres perspectives.

- Tu lui as dit que tu avais une fille ?
- Oui. Il le sait. Il ne l’a pas encore vue, mais il le sait.
- Et alors ?
- Ben… rien de spécial. Par rapport au fait que j’ai une enfant que j’élève seule, je veux dire.
- Hum. J’espère qu’on aura l’occasion de le rencontrer dans les prochains jours. Je te dirai ce que j’en pense… même si tu n’as pas besoin de mon avis pour te lancer dans une aventure, n’est-ce pas ?
- Non, en effet…

Et en effet, Joan n’allait pas tenir compte de l’avis de Jelle, et de toute façon, cet avis allait dans le bon sens concernant Vincent Jackson. Jelle se doutait qu’il ne serait pas le compagnon des vieux jours de son amie, mais en attendant, si Vincent pouvait aider Joan à refermer ses blessures et à retrouver le goût de vivre… et de se laisser aimer, alors c’était l’essentiel aux yeux de la jeune femme.

Mais Vincent allait trouver la mort deux mois plus tard, alors que les services de police de Io et de Ganymède mettaient fin à un important trafic d’opium. Un des repaires des trafiquants se trouvait dans le quartier où il intervenait auprès des jeunes. Une balle perdue le faucha alors qu’il tentait de protéger deux enfants dans la rue. Joan se referma alors à nouveau complètement sur elle-même, et Curtis revint peupler ses rêves.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 15:08
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou Limeye!

Drama Baby! Un n"attend pas l'autre! Shocked Pas de temps à Parde! comme tu dis Mr. Green Good Master . J'ai hâte de voir la suite! Kiss


A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 15:20
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
la voici, j'avais pas mis un "longboutte" Wink

bizz

Limeye


Ils étaient rentrés aussitôt sur Némès. La mort de Tamir avait profondément affecté Meelin, et toute sa famille. Curtis se sentait terriblement responsable. Meelin allait mettre beaucoup de temps à surmonter ce deuil. Il allait l’aider le mieux possible, mais la distance allait se creuser entre eux. Une distance qui était déjà présente, depuis quelques temps, depuis que Curtis lui avait refusé de procéder à des manipulations génétiques qui leur auraient permis d’avoir des enfants. Il n’y avait en effet pas de compatibilité entre les Néméens et les Terriens, mais cela, l’un comme l’autre l’ignoraient quand ils s’étaient mariés. Meelin voulait un enfant, c’était important pour elle. Et Curtis comprenait tout à fait ce désir. Face à l’apparente stérilité de leur couple, il avait demandé à Simon de se pencher sur la question. Très vite, le professeur avait trouvé l‘explication : cette incompatibilité génétique, propre aux différences entre les deux peuples. Le seul moyen était la manipulation du génome, et cela, Curtis le refusait. Meelin n’en comprenait pas les raisons, car cette manipulation n’engendrerait pas un monstre, mais un enfant le plus normal possible, presque… parfait. Malgré tout, il s’obstina, et cela fut la première cause de leur éloignement.

Il ignorait alors aussi que si Meelin voulait absolument un enfant, ce n’était pas seulement par un désir profond d’être mère, un désir d’amour, mais aussi parce qu’elle savait que Joan avait porté l’enfant de celui qui était son mari, et qu’elle ne pouvait supporter cette idée. Ce n’était pas par méchanceté, mais par une certaine forme de jalousie. Meelin avait très vite compris, alors qu’elle retrouvait Curtis, que Joan représentait un danger pour elle-même, pour l’amour qu’elle ressentait pour le beau Capitaine, pour celui qu’elle aimait depuis bien plus longtemps que la courageuse lieutenant de la police interplanétaire des Neuf Mondes. Si elle voulait vivre avec lui, et c’était ce qu’elle voulait le plus au monde maintenant qu’elle l’avait retrouvé, alors, il fallait éloigner la jeune femme blonde. Surtout… surtout qu’elle attendait un enfant, et que sa conception était toute récente.

Pour Meelin, ne pas pouvoir porter l’enfant de Curtis était une déchirure, une douloureuse et profonde blessure. Parce qu’elle l’aimait beaucoup et qu’un enfant était pour elle la preuve de leur amour. C’était une souffrance quotidienne qui tournait à l’obsession.

La mort de Tamir allait donc aggraver cette situation au sein du couple. Face à la peine de sa femme, Curtis avait d’abord tout fait pour la réconforter, la soutenir. Mais les mois passaient et il se sentait devenir de plus en plus impuissant. Et coupable, de la mort de Tamir, sans deviner que Meelin lui reprochait surtout de refuser la solution qui lui aurait permis d‘enfanter. Il se renferma alors dans une réserve que la jeune femme allait avoir beaucoup de mal à supporter. Elle allait tout tenter pour briser les murs derrière lesquels il s’était réfugié, mais c’était peine perdue. Près de quatre ans après son arrivée sur Némès, le Capitaine allait commencer à sérieusement penser à retourner sur Tycho.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 15:46
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou!

Limeye, j'ai bien ri aussi en voyant le Vizz! Petit lapsus de clavier, ce devait être Bizz! J'étais peut-être pas assez réveillée... Mr. Green

Mais je n'ai rien manqué de la suite, tu peux être sûre! Shocked Le destin prend un malin plaisir à torturer nos tourtereaux dans ton récit! Mais il est allé bien loin, cette fois... Mad

La jalousie de Meelin (je la comprends, quand même...) s'est retournée contre elle, par les caprices du destin... Et Curtis subit aussi les contrecoups de ce même destin: a vie qu'ils imaginaient vivre ensemble est bien différente de ce qu'ils connaissent maintenant... Ils déchantent cruellement!

Je demeure toujours aussi curieuse de savoir comment Meelin avait su pour Joan... J'aime aussi beaucoup l'expression "lever les voiles du secret"! Mais ça ne change rien au fait que je ne peux décoller du gril, ni descendre de la trampoline...

Bizz (avec un B, cette fois!) Mr. Green Kiss
Flamme
Clap
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 18:46
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Surtout, Flamme, ne quitte pas ton trampoline !

Par contre, le grill, je crains de te retrouver calcinée Shocked

Bonne lecture !

Limeye


Le soir était tombé sur Ganymède, après une très chaude journée. La nuit s’annonçait presque aussi chaude que le jour, et Joan avait beaucoup de mal à trouver le sommeil. Elena aussi était un peu agitée, et par deux fois, elle s’était déjà relevée pour voir sa fille. Elle finit par s’assoupir, deux heures avant l’aube. Elle fut réveillée par un léger bruit dans sa chambre, mais avant qu’elle ait pu réagir, deux mains puissantes s’étaient refermées sur ses poignets et elle avait respiré une odeur des plus désagréables. C’était du chloroforme.

Elle se réveilla plusieurs heures plus tard. La tête un peu lourde. Elle ouvrit les yeux, elle était dans un vaisseau spatial. Allongée sur une couchette, dans une petite cabine sobre, sans fenêtre. Il y avait juste un lit sur lequel elle avait été couchée, une table, et un petit lavabo, une serviette de toilette. Elle n’était pas attachée. Elle s’approcha de la porte, mais avant même de toucher la poignée, elle devina qu’elle était verrouillée.

Où était-elle ? Où était Elena ?

Un long moment après son réveil, elle n’aurait pas su dire si cela faisait deux ou trois heures, ou plus, la porte s’ouvrit et une femme assez âgée, aux traits sévères, lui déposa sans un mot un plateau avec un repas léger. La femme ressortit en prenant soin de bien verrouiller la porte derrière elle. Un moment, Joan se demanda si elle n’avait pas rêvé cette apparition, mais le bol de soupe fumant, et les deux fruits sur le plateau lui prouvèrent que non. Elle mangea. Puis très vite, elle sentit que la tête lui tournait à nouveau. Elle eut juste le temps de se demander si sa geôlière avait ajouté du somnifère à son repas, avant de s’écrouler sur son lit.

Elle ne se réveilla que lorsque le vaisseau prépara sa phase d’atterrissage. Quelques minutes après s’être posé, sa porte s’ouvrit à nouveau et cette fois, elle se retrouva face à trois hommes armés.

- Suivez-nous.
- Où suis-je ? Qui êtes-vous ?
- Suivez-nous. Ce sont les ordres.

Elle n’ajouta rien, se leva et sortit, encadrée par les trois hommes. Ils quittèrent rapidement le vaisseau, et elle se retrouva dans un vaste hangar, où d’autres vaisseaux identiques étaient stationnés. Ses réflexes d’agent lui revinrent aussitôt, et elle observa avec soin tout ce qui se trouvait autour d’elle.

Elle fut conduite dans une sorte de bâtiment qui communiquait au hangar par un long couloir sans fenêtres. Elle avait un peu l’impression d’avancer dans un des couloirs du cyber-métro de New York. Le couloir débouchait sur une sorte d’espace de forme ronde où s’ouvraient trois portes. L’homme qui la précédait frappa à celle qui se trouvait juste en face du couloir par lequel ils étaient arrivés.

- Entrez !

L’homme ouvrit la porte, et s’effaça pour la laisser passer. Elle entra alors dans un salon, meublé avec beaucoup de goût, très confortable. Assis au milieu d’un grand canapé clair, un homme obèse la regarda s’avancer.

- Bonjour Major Randall. Bienvenue parmi nous.
- Qui êtes-vous ? Pourquoi suis-je ici ?

L’homme leva la main doucement.

- Ne soyez pas si impatiente. Asseyez-vous et prenez un verre. Que désirez-vous boire ?
- Quelque chose sans narcotique, répondit-elle assez froidement.

L’homme sourit.

- J’aime l’humour, Major. Soyez rassurée, vous ne serez pas rendormie. Alors ? Whisky ? Porto ? Jus de fruit ?
- Vous avez du jus de pamplemousse ?
- Oui. Ben ?

Un serveur ouvrit un petit meuble bar, puis revint, apportant un grand verre de pamplemousse à Joan. Elle s’était assise face à son ravisseur. Elle but quelques gorgées, heureuse de se désaltérer et d’effacer le goût désagréable qui lui restait dans la bouche. Puis elle attendit.

- Major, je suis Dak’ Harri. Nous avons été contraints de vous faire venir ici, parce que votre présence sur Ganymède est pour moi des plus embarrassantes. Je n’apprécie guère que vous ayez fait arrêter plusieurs de mes hommes et que vous soyez intervenue dans l’affaire de Io, l’an passé.

Joan fronça les sourcils. Elle ignorait à quels hommes il faisait allusion, car depuis trois ans qu’elle était sur Ganymède, elle avait en effet fait arrêter plusieurs mafieux, bandits et trafiquants de tout poil, mais l’affaire de Io, par contre, elle savait parfaitement de quoi il s’agissait. Son visage devint très dur. Elle pensa à Vincent.

L’homme poursuivit :

- C’est donc en quelque sorte pour vous empêcher de me nuire à nouveau que j’ai procédé à votre enlèvement. Et pour vous couper toute envie de nous fausser compagnie, car je connais votre réputation, j’ai également fait procéder à l’enlèvement de votre fille.

Joan ouvrit grand ses yeux, mais ne dit rien.

- Elle n’est pas ici, je ne suis pas assez fou pour la retenir dans le même endroit que vous. Une fois que j’aurai réussi à mener à bien mon projet, elle vous sera rendue. Mais pas avant.
- Et quel est votre projet ?, demanda Joan qui voulait montrer le moins possible son inquiétude pour Elena.
- J’admire votre courage, Major. Et votre professionnalisme. Qui vous fait passer votre devoir avant votre fille. Mais je ne vous dirai rien de plus. Je ne suis pas assez fou pour parler devant vous. Mais pour vous prouver que je ne raconte pas d’histoires, je vais vous la montrer et vous prouver que, pour l’instant, tout va bien pour elle.

Et il se saisit avec une rapidité surprenante pour un homme de sa corpulence d’un petit boîtier qui se trouvait sur la table basse entre eux. Il appuya sur un des boutons et une image apparut sur le mur sur la gauche de Joan. Elle vit alors une jolie chambre d’enfant, décorée de fleurs et d’oiseaux, avec un lit, des jouets, une petite commode. Assise par terre, devant une maison de poupée, se tenait Elena.

Puis il s’adressa aux hommes qui l’avaient escortée :

- Amenez-la dans sa cellule, veillez à ce qu’elle ne manque de rien, mais qu’elle se tienne tranquille.

Puis il parla une dernière fois à Joan :

- Il va sans dire que vous avez intérêt à vous tenir tranquille, sinon…
-… sinon vous vous en prendrez à Elena, je l’ai compris.
- Alors, c’est parfait.

Joan fut conduite non dans une cellule, mais dans une chambre. Joliment décorée et confortable. Mais elle y était tout autant enfermée que dans une cellule. Elle se demanda combien de temps elle y resterait. Elle savait qu’Aden serait alerté de sa disparition très rapidement, même s’il se trouvait avec Mary et leurs enfants sur Mercure. Mais elle manquait de repères temporaires. Elle avait été endormie, mais durant combien de temps ?

Elle s’installa sur son lit, les bras repliés autour de ses genoux. Ses ravisseurs avaient bien préparé leur coup. Ils avaient attendu qu’Aden soit parti en congés, qu’elle soit seule sur Ganymède. On ne lui ferait aucun mal, et à Elena non plus si elle se tenait à carreau. Mais qu’est-ce que cet homme préparait ? Il avait monté un trafic d’opium, certes. Mais pour faire quoi ? Sûrement quelque chose de beaucoup plus dangereux et peut-être lucratif qu’un simple trafic de stupéfiants. Il avait de l’argent, cela se voyait. D’où provenait-il ?

Elle essaya de ne pas penser à Curtis. La dernière fois qu’elle s’était retrouvée dans une situation similaire, il était venu la secourir. Mais là… il n’avait aucune raison de venir.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Jeu 3 Sep 2015 - 20:40; édité 1 fois
Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 20:05
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou Limeye!

On va toutes se retrouver calcinees sur ce fameux gril! Shocked Mr. Green C'est vraiment l'application a la lettre de la loi de Murphy! Shocked Et je ne crois pas que la remontee se fera aussi rapidement que la descente! Shocked

Vite la suite! Good Master Clap

Vzzzz! Mr. Green

Frego Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 20:31
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Je sens que le "vizzz" va faire des adeptes Very Happy

Autre adage (que je pourrais mettre en signature) : ma bonté ne me perdra pas, alors, voici la suite des aventures de Joan face à ce trafiquant... Accrochez-vous !!!!!!!!

bizz

Limeye


Plusieurs journées passèrent. Elle était retenue depuis plus d’une semaine, quand l’un de ses gardes entra, en pleine nuit, dans sa chambre.

- Major, dit-il dans un souffle.

Elle se redressa, surprise, dans son lit.

- Je suis Billy Jeffrey, du service du général Gurney. Je suis en mission d’infiltration ici. Quand je vous ai vue… j’ai compris qu’ils allaient passer à la phase active de leur projet… Il faut les en empêcher à tout prix !

Joan ne s’attendait pas à de tels propos. Un instant, elle resta méfiante. Qu’est-ce qui lui prouvait que Jeffrey était bien un agent de la police interplanétaire ? Elle ne le connaissait pas. Mais cela faisait déjà un moment qu’elle avait quitté la Terre aussi… et Ezra ne lui parlait pas forcément de tous ses agents.

Billy devina sa prudence. Il lui dit alors :

- Je comprends que vous soyez réticente à m’écouter, mais nous avons peu de temps. J’aimerais vous prouver ma sincérité. Je dois rester ici, pour poursuivre ma mission, mais je peux vous aider à quitter cet endroit. Il faut que vous donniez l’alerte et surtout, surtout… que vous apportiez ceci à Gurney, à la Présidente Sanchez, enfin… aux plus hautes autorités.

Et il lui tendit une petite boîte.

- Qu’y a-t-il dedans ?
- Je ne sais pas exactement ce que c’est. Je sais juste qu’ils ont l’intention de déverser ce produit dans plusieurs sources, sur Terre notamment. Et que cela empoisonnerait tout…
- C’est terrifiant !, s’exclama Joan, les yeux agrandis d’horreur.
- Oui… c’est pour cela qu’il faut que quelqu’un alerte la Présidente. Je ne peux le faire sans risquer d’être découvert, je dois rester ici, car je pourrais être utile en cas d’intervention des forces de la police interplanétaire, vous comprenez ?

Joan comprenait très bien : elle savait ce qu’il en était dans ce genre de mission.

- Mais si je sors d’ici… ils s’en prendront à ma fille…

L’homme baissa la tête, confus.

- Je sais. Mais si nous ne faisons rien… ce seront d’autres enfants qu’ils empoisonneront, qu’ils tueront…

La gorge de Joan se serra. Mais elle ne mit pas longtemps à prendre sa décision : s’il fallait sacrifier Elena pour que d’autres enfants vivent… que les enfants de Jelle vivent… Elle ferma les yeux très fort. Quand elle les rouvrit, Billy Jeffrey y lut une telle détermination qu’il ne put s’empêcher d’admirer la jeune femme qui se tenait assise devant lui. Et il se dit qu’il irait jusqu’en enfer si elle le lui ordonnait. Qu’il la suivrait comme il était capable de suivre des hommes comme Gurney.

- Bien, Billy, expliquez-moi votre plan pour sortir d’ici.
- Vous allez prendre mon arme. Nous allons sortir le plus discrètement possible d’ici. Le couloir est désert à cette heure. Jusqu’au hangar, nous ne devrions rencontrer personne. Ce sera là-bas que ça se corsera. Vous vous servirez de moi comme d’un bouclier, pour approcher un des vaisseaux. Quand vous serez prête à monter à bord, vous m’assommerez. A charge à vous ensuite d’aller assez vite pour décoller… et pour vous échapper. Je sais où se trouvent les alarmes, j’ai pu désactiver celles qui contrôlent l’ouverture de la porte du hangar. Je n’ai pas fait plus pour ne pas donner l’alerte. Pour ouvrir la porte, il vous suffira d’appuyer sur le bouton vert, rond, à votre droite dans le poste de pilotage.
- Bien, c’est déjà ça. Et il faut que vous assuriez la suite de votre mission. C’est important. Comment justifierez-vous que je me suis emparée de votre arme ?

Il cligna de l’œil.

- Par le fait que ça fait des semaines que je n’ai pas touché une jolie femme et qu’en tant que prisonnière dont j’avais la garde cette nuit, j’espérais passer du bon temps avec vous… Vous aurez réussi à me maîtriser… je peux faire l’idiot, s’il le faut.
- Ok.
- Mais n’oubliez pas, Major, que le plus important, c’est que vous parveniez à donner l’alerte et faire identifier ce produit.
- Je ne l’oublie pas. Allons, ne perdons pas de temps.

Le plan de Billy se déroula comme prévu. Ils purent progresser dans le couloir sans rencontrer personne. Le hangar était plongé dans une semi-pénombre. Un homme gardait l’accès au couloir, elle le mit hors de combat très vite et entraîna Billy vers l’appareil le plus proche. Ce fut au moment de monter à bord qu’un autre garde les aperçut et cria :

- La prisonnière ! Elle s’enfuit ! Attention !

Joan se débarrassa alors de Billy comme convenu, grimpa à bord du vaisseau, referma rapidement la porte et se précipita au poste de pilotage. Des hommes s’approchaient déjà, répondant à l’alerte qui avait été donnée. Elle mit en route les moteurs du vaisseau sans se soucier d’eux. Elle trouva sans peine le bouton dont Billy lui avait parlé. Elle pria très fort pour que ce ne soit pas un leurre. La porte du hangar s’ouvrit, elle lança alors les gaz à plein régime et décolla.

Mais elle n’était pas tirée d’affaire pour autant. Elle calcula rapidement sa position, elle se trouvait dans la ceinture de Kuiper… loin, très loin de la Terre. Mais elle pourrait gagner Pluton, ou Neptune. Aurait-elle assez d’énergie pour le faire ? Elle jeta un œil aux niveaux, a priori oui. Le plus inquiétant était plutôt que deux appareils avaient décollé derrière elle et la prenaient en chasse.

Elle ferma alors son esprit à tout autre chose qui n’était pas la navigation, le pilotage. Un instant, elle repensa à Grag et à son habileté à piloter. Mais le vaisseau qu’elle avait entre les mains était beaucoup moins réactif, rapide et puissant que le Comète. Néanmoins elle devait leur échapper. Elle n’avait pas le choix. Pour les enfants de Jelle. Pour tous les enfants de la Terre et des Neuf Mondes. Pour qu’ils ne soient pas empoisonnés. Et peut-être… pour Elena.

Ce sera ma dernière mission… s’ils tuent Elena… je ne survivrai pas. Pas à la mort de ma fille.

Durant des heures, elle évita les tirs, cherchant aussi à contrer ses adversaires. La fatigue se faisait sentir, ses muscles devenaient durs comme de la pierre. Pourtant, elle ne céda pas un pouce. Elle avait réussi à abattre l’un des appareils. L’autre ne la lâchait pas. Enfin, Pluton se dessina dans le lointain. Alors qu’elle allait entrer dans son atmosphère, elle ne put éviter le tir de son adversaire. L’un des moteurs était touché, ainsi qu’une aile, son vaisseau devenait difficilement contrôlable. Elle tenta de conserver au mieux sa trajectoire en direction de Tartarus, la capitale de Pluton. Alors que le sol se rapprochait dangereusement, elle quitta précipitamment le poste de pilotage, enfila un casque et se glissa dans une des capsules de secours. Elle put s’éjecter avant le choc mortel, la capsule fut projetée en l’air, puis retomba durement sur le sol. La vitre se brisa, les éclats traversèrent sa combinaison, la coupèrent profondément en plusieurs endroits. Le froid pénétra vite par les ouvertures, la glaçant. Elle parvint à se relever, encore sous le choc. Le vaisseau ennemi approchait. Fort heureusement, elle vit des tirs le toucher et l’abattre avant qu’il n’ait pu l’atteindre à nouveau. Elle se releva et se dirigea difficilement vers les murs de Tartarus qu’elle devinait dans le lointain. Elle progressait dans un vent violent, la neige l’aveuglait, et par moment, elle doutait d’être dans la bonne direction.

Elena… Curtis…

Elle s’écroula sur le sol, avant d’avoir pu atteindre la ville.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Jeu 3 Sep 2015 - 20:46; édité 1 fois
Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 21:31
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou!

Pas de danger pour la calcination, c'est à l'intérieur que ça se passe... Ashamed

Je suis sur gril et trampoline depuis presque un an et je me porte encore très bien! Good

Bon, ma curiosité reprend le dessus:

Qui était dans le vaisseau qui a abattu le poursuivant de Joan? En tout cas, j'espère qu'il n'est pas loin, parce que sur Pluton, avec une combinaison à trous, je ne lui donne pas longtemps comme espérance de vie à Joan, surtout si elle est blessée...

Viiiiiiiiiiiiiiiiiiiiite, quelqu'un! Allez l'aider! horified
Et toi, Limeye, viiiiiiiiiiiiiiiiiiite, la suite! Master

Bizz (et vizz aussi, pourquoi pas...) Mr. Green Mr. Green

Flamme
Very Happy
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 21:59
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Ca arrive... J'avais promis, et je tiens toujours mes promesses Wink

et je vais même en livrer deux, car le suivant n'est pas très long. Veinard(e)s !

vizzz...

Limeye


- Gurney !
- Oui ?

C’était Anders qui passait la tête par la porte de son bureau.

- On est attendu en urgence chez la Présidente. Elle vient de recevoir un appel de Pluton.
- Oh, oh ! J’arrive.

Et les deux hommes gagnèrent rapidement le bureau d’Amelia Sanchez.

Elle prit tout juste le temps de les saluer.

- L’heure est grave, messieurs. Je viens d’être alertée par Terence Mallick, le gouverneur de Pluton. Ils ont découvert la Major Randall, dont nous étions sans nouvelles depuis plus de deux semaines, à quelques kilomètres de la ville. Gravement blessée, gelée, mais vivante.

Ezra Gurney se laissa tomber sur le siège le plus proche de lui. Joan était vivante ! Sa pensée suivante fut pour Elena…

- Général ?
- Pardonnez-moi, madame… Cette nouvelle est un vrai soulagement.

Ezra se reprit, et se remit debout pour écouter la suite.

- Pour l’instant, elle n’est pas en état de raconter ce qui lui est arrivé. Elle a simplement mentionné le nom de Billy Jeffrey, que vous aviez envoyé en mission spéciale, n’est-ce pas, Général Gurney ?
- Oui, madame.
- Qu’en pensez-vous ?
- Elle a dû le croiser… ce qui signifie que les hommes qui l’ont enlevée font aussi partie du gang que Jeffrey a infiltré et que nous soupçonnons de préparer des attentats.
- C’est ce que je pense aussi. Il faut absolument en savoir plus sur tout cela ! Général, compte tenu de la situation, de vos liens avec la Major Randall et parce que vous êtes le supérieur hiérarchique de Jeffrey, vous allez immédiatement partir pour Pluton.
- A vos ordres.

Moins d’une heure plus tard, Ezra, qui avait réussi à embarquer Ken avec lui, décollait de New York. Ils mirent plus d’une trentaine d’heures à rejoindre Pluton, ils avaient embarqué à bord d’un des appareils les plus rapides de la police interplanétaire, équipé du vol oscillatoire. Ken était désormais capable de piloter, et Ezra en était content. Ils purent ainsi se relayer sans perdre de temps.

Ils arrivèrent à Tartarus à la tombée du jour. Ils furent aussitôt conduits auprès de Terence Mallick, qui leur rapporta le sauvetage de Joan.

- Elle a eu beaucoup de chance.
- Pouvez-vous nous conduire jusqu’à elle ?
- Oui, venez.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Lun 26 Mai 2014 - 20:38; édité 1 fois
Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 22:01
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Ezra et Ken entrèrent dans la chambre de Joan. Son visage était pâle, mais elle sourit en les voyant entrer.

- Ezra, Ken… si je m’attendais à vous voir…, dit-elle d’une voix faible.
- Joan, dit Ken, en s’approchant du lit et en lui prenant doucement la main, celle qui n‘était pas bandée. Comment te sens-tu ?
- Faible.

Elle soupira.

- Ezra, dans ma combinaison… dans la ceinture… fouille… C’est urgent.

Un peu étonné, Ezra s’approcha de la chaise sur laquelle reposaient les vêtements de Joan. Il vit la combinaison en lambeaux, et prit la ceinture. Il y trouva sans peine la petite boîte hermétique.

- Qu’est-ce ?
- Quelque chose que Billy Jeffrey a réussi à dérober à nos adversaires. Un produit qu’ils veulent déverser dans les sources, sur Terre, pour empoisonner l’eau. Jeffrey, et moi encore plus, ignorons la composition exacte de ce produit. Il faut le faire analyser tout de suite.
- Je vais le ramener immédiatement sur Terre.

Joan avait fermé les yeux.

- Ezra… ces hommes… ils ont enlevé Elena. J’ignore où elle se trouve. J’ai été détenue dans la ceinture de Kuiper, à plus de 6 heures de vol de Pluton. Grâce à Jeffrey, j’ai pu m’évader… j’espère qu’il est encore en vie. Mais Elena… ils ont peut-être déjà tué Elena.
- Nous la retrouverons Joan.
- Il faut les empêcher… les sources…
- Nous allons agir, vite. Nous le ferons.
- Pour tous les enfants du monde…
- Pour tous les enfants du monde et pour Elena.

Et Ezra ajouta :

- Ken va rester avec toi. Je repars sur Terre immédiatement. Je vais demander à Terence Mallick de me trouver un bon pilote pour m’accompagner.

Et il la quitta après avoir déposé un baiser sur son front.

Avant de décoller de Pluton, il eut un échange avec la Présidente Sanchez :

- Présidente, je rentre sur Terre. Joan a ramené avec elle un échantillon d’un produit très dangereux que nos adversaires veulent déverser dans les principales sources de la Terre pour empoisonner l’eau. Jeffrey a réussi à dérober cet échantillon. La fille de Joan est toujours aux mains des ravisseurs et elle est menacée. Je vais ramener l’échantillon sur Terre pour le faire analyser et pour que l’on tente de trouver une parade, mais…
- Mais, Général ?
- Si je peux vous le suggérer… il y a un homme que vous devriez prévenir. Nous allons avoir besoin de lui et du professeur Simon Wright.
- Vous voulez parler du Capitaine Flam ?
- Oui.

Et en lui-même, Ezra se dit qu’il n’y avait vraiment pas d’autres solutions. Pourtant, il aurait aimé qu’il y en ait une autre, mais peut-être le destin faisait-il ainsi en sorte que la vérité éclate. Qu’était peut-être venu le moment pour Curtis de découvrir la vérité. Celle que Joan n’avait pas voulu lui révéler, malgré leurs avis contraires à Ken, Davies et lui-même. Mais que pouvaient-ils face à la détermination de Joan et au soutien qu’elle recevait de Jelle ? Face aux deux jeunes femmes, ils étaient impuissants. Et Curtis n’avait jamais rien su d’Elena.

- Je vais en parler avec le Général Anders. Faites bonne route, Général.
- Merci Présidente, je vais rentrer aussi vite que possible.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Dim 15 Déc 2013 - 22:53
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou Limeye,

Wow...Les mots me manquent! Shocked Shocked ..Est-ce bien notre Limeye qui nous concocte cette histoire a grills superposes!! Tu as change de forum et mue entre temps? Mr. Green

Je me demandais bien comment Curtis et Joan allaient se retrouver ( si j'ai bien compris cela finira bien...pour eux...) et a part peut-etre Curtis devenu veuf, ou alors trahi par Meelin....Neanmoins, il faudrait qu'il aille vers Joan pour de bonnes raisons (car somme toute la balle est dans son camp), c'est a dire pour ses vrais sentiments, et non pas par defaut, depit ou devoir etc...(par example vis a vis d'Elena).
Rien n'est vraiment blanc ou noir dans cette histoire, on peut comprendre le desespoir de Meelin, neanmoins si elle ne dit pas a Curtis ce qui compte vraiment pour elle...Faut dire que cote communication il n'est pas champion non plus...Et puis il y a d'autres solutions peut-etre (adoption? Fecondation par autre donneur?...).
Comment Meelin a-t-elle su que Joan etait enceinte des le debut? Elle a des espions? Meme si elle le savait, ce n'etait pas a elle de le dire, donc je ne vois pas pourquoi elle aurait des remords, et puis Curtis est alle vers elle de son plein gres, elle ne l ' a pas force, non?

Que de questions!! Wink

Et puis, ne dirait on pas que voici l'excuse que Curtis recherchait pour fuir- pardon Mr. Green - retourner sur Terre..Envoyez le generique, il va aller sauver..Elena? Wink

Au fait, quelle est l'histoire entre Limeye et le jus de Pamplemousse...Il est dans toutes tes histoires ou presque! Laughing

O-tho (bouncing smiley x3...)

PS: je me rappelle de cette histoire a laquelle tu fais reference. L'auteur avait clairement dit qu'elle n'aimait pas vraiment le personnage de Joan d'ou sa decision de ne pas lui donner une fin heureuse...Je respecte son droit d'auteur, meme si a moi aussi la lecture m'avait apporte un certain malaise...Merci de nous offrir une alternative a la Limeye!

Back to top
Lun 16 Déc 2013 - 03:35
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Coucou les filles !

non, O-ttho je n'ai pas mué Very Happy ! Tu te souviens de cette histoire allemande, toi aussi, et je vois que tu comprends les raisons qui m'ont poussée à écrire une autre fin, une autre vision... par contre, je ne suis pas certaine que le récit soit très équilibré. Il y aura peut-être des manques, vous me direz à la fin.

Comme vous allez le voir dans le passage suivant, Curtis va fuir... sans avoir la moindre idée de ce qui l'attend en revenant dans le système solaire...

pour le jus de pamplemousse, O-tho, j'adore ça ! alors, j'ai prêté un de mes goûts à Joan (comme la musique dans JiYD !).

Par contre, j'ai beaucoup hésité pour le passage entre Curtis et Meelin, à le placer à cet endroit du récit, car chronologiquement, il serait mieux avant l'enlèvement de Joan, ou simultané, mais je ne me voyais pas couper dans le récit la concernant, et je voulais aussi alterner entre les deux principaux protagonistes !

Bonne lecture !

Limeye



- Curtis !
- Oui ?
- A quoi penses-tu ?

Il ne répondit pas tout de suite. Par la fenêtre du salon, il regardait le grand parc qui entourait les petites habitations où toute la famille de Meelin vivait. Ce paysage devenait ennuyeux à ses yeux. Une fausse impression de liberté, de beauté. Tycho lui manquait. Vraiment.

- Pourquoi tu ne dis rien ? Ca fait des jours que tu ne m’as presque pas parlé.
- Vraiment ?
- Oui.
- Je ne m’en étais pas rendu compte, excuse-moi.

La jeune femme aux très longs cheveux noirs quitta alors le fauteuil dans lequel elle s’était assise, une heure plus tôt, pour s’avancer vers lui. Elle passa sa main sous son bras. Ce contact le dérangea. Il aurait aimé qu’elle reste plus loin de lui.

- Non seulement, tu ne me parles plus, mais tu ne me regardes plus et je n’ose même plus compter depuis combien de nuits tu ne m’as pas fait l’amour.

Il leva un sourcil, étonné. Mais ne dit rien. Il sentait la colère qui montait en elle. Il la connaissait suffisamment bien pour savoir qu’elle bouillonnait, même si elle n’en laissait rien paraître extérieurement. Cette colère serait alors d’autant plus terrible quand elle éclaterait.

- Ca te laisse de glace.

Il se tourna vers elle et dit simplement :

- Je vais rentrer sur Tycho. J’ai à y faire.

Il n’ajouta pas un mot. Elle lâcha son bras, s’écarta un peu et le regarda de ses grands et beaux yeux clairs. Elle ne s’attendait pas à ça. Il soutint son regard sans ciller, sans ajouter un mot. Puis il se détourna et sortit de la pièce.

Elle pensa alors qu’elle l’avait définitivement perdu.

**


Quelques jours plus tard, dans le bureau d’Amelia Sanchez.

- Voici les derniers résultats des analyses que nous avons effectuées, présenta le Général Anders. Pour l’heure, aucun cours d’eau n’a été empoisonné. Mais ce produit est terrifiant. Il détruit toute forme de vie, animale et végétale…
- Oui. Restons vigilants. Multipliez les contrôles et les protections. Discrètement bien entendu. Il faut éviter l’affolement des populations. Général Gurney, j’ai reçu une communication de Terence Mallick il y a une heure. Le vaisseau sanitaire qui ramène Joan Randall et Ken Scott a quitté Pluton ce matin-même. Ils seront demain soir sur Terre.
- Bien, répondit simplement Ezra.
- Avez-vous des nouvelles du Capitaine Flam, Présidente ?, demanda Anders.
- Il ne devrait pas tarder. Nous avons pu le joindre alors qu'il regagnait Tycho.

Un bref éclat de surprise passa dans les yeux d'Ezra, qui ignorait tout de ce que les Futurmen étaient devenus. Il les croyait encore sur Némès et pensait qu'ils mettraient du temps à revenir. Il se sentit aussitôt soulagé. Très vite, ils allaient pouvoir organiser une contre-attaque, contre les ravisseurs de Joan et Elena, mais aussi contre la menace d'empoisonnement.

Quelques minutes plus tard, sa secrétaire faisait en effet entrer Curtis et tout son équipage. Il sourit en voyant Ezra, et serra chaleureusement la main de son vieil ami, après avoir salué la Présidente et Anders.

- Capitaine, je suis heureuse de faire votre connaissance. J’ai fait appel à vous sur les conseils de ces messieurs, car nous sommes face à une situation terriblement difficile et délicate. Deux de nos agents ont risqué leur vie pour nous ramener un échantillon d’un produit hautement toxique. Nos laboratoires l’ont analysé. Quelques grammes de ce produit déposés dans une source empoisonne une rivière entière… et peut tuer tous ceux qui boiraient de son eau.

Le visage de Curtis était devenu grave. Il existait donc encore en ce monde des hommes assez pervers, assez retors pour imaginer de telles horreurs ?

- Comment et où ont-ils trouvé ce produit ?
- Ils se sont infiltrés parmi nos adversaires, dirigés par un certain Dak’ Harri, et se trouvent cachés quelque part dans la ceinture de Kuiper. Malheureusement, nous ignorons où exactement. Si tout va bien, l’un de ces agents est toujours parmi eux, l’autre ayant réussi à quitter leur base pour nous apporter ce produit. Son appareil a atterri en catastrophe sur Pluton et il a été entièrement détruit. L’agent a réussi à s’éjecter avant le crash, mais toutes les données de sa navigation ont été perdues, nous n’avons donc pas de moyens de situer précisément leur base. L’état de santé de notre agent ne nous permet pas pour l’instant de l’interroger plus en détails, mais elle nous a révélé, je pense, n’est-ce pas Général Gurney ?, tout ce qu’elle savait.
- Je pense en effet qu’elle ne peut pas nous en dire beaucoup plus.
- Reste-il un peu du produit disponible pour que nous puissions l’analyser de notre côté ?
- Oui. Nous y avons veillé. Le Général Gurney m’a bien précisé que vous-mêmes et le professeur Simon Wright souhaiteriez le faire.
- En effet, intervint Simon. Je commencerai les analyses dès que nous serons de retour au vaisseau. Capitaine ?
- Nous allons partir pour Kuiper. Avec les données que votre agent a pu vous remettre, nous tenterons de localiser plus précisément leur base et d’intervenir.
- Une escadrille de la police interplanétaire est en alerte sur Pluton. Elle vous épaulera si vous le jugez nécessaire.

Curtis hocha simplement la tête. Il devinait qu’Ezra avait dû parler de lui et de sa façon d’agir à la Présidente pour qu’elle lui laisse ainsi le champ libre. Ils convinrent tous ensemble de la façon de contrer les empoisonneurs, puis le Capitaine et toute son équipe, accompagnés d’Ezra, quittèrent le bureau de la Présidente.

- Viens-tu avec nous, Ezra ?

Il secoua la tête.

- Non. J’ai à faire ici. Mais j’ai quelque chose à te dire, Curtis. A te demander.
- Je t’écoute, répondit-il en fronçant les sourcils, intrigué.
- Ces hommes détiennent une petite fille en otage. Nous espérons qu’elle est encore en vie. Ramène-la. Surtout, ramène-la.

Il hocha la tête, un peu perplexe. Il allait poser une question, mais Ezra fit un léger signe de la tête, et il comprit que son vieil ami ne lui en dirait pas plus.

- Allons-y, dit-il simplement. Ne perdons pas de temps.

Et Ezra les regarda s’éloigner, le cœur serré. Réussiraient-ils à ramener Elena à Joan ?
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Aujourd’hui à 09:48
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] ELENA
Back to top
Page 2 sur 6
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure