Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Sam 14 Déc 2013 - 06:44
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Coucou Frégo et O-Tho !

Frégo : ok pour la modification, c'est une bonne idée... qui va parfaitement coller avec la suite que j'imagine ! Quant à Berenson, moi aussi, je veux qu'il joue un rôle et c'est prévu également. J'ai bien avancé dans la rédaction, je vous en livre la suite et je m'y remets, j'ai tout en tête, maintenant, faut que j'écrive ! Mais je viens d'expédier mon fils à l'école, je vais avoir plusieurs heures tranquilles devant moi pour le faire Smile

O-Tho : en ce qui concerne Anastasia, je t'avoue que ce qui lui arrive éventuellement... bah... elle l'a bien cherché ;D Je vais encore développer la rouerie de ce personnage, vous allez voir...

bizz et bon début de journée !

Limeye Smile


Quand elles arrivèrent au campement, elles furent surprises de constater que le briefing n’était pas terminé. Andrew, Kim, Ezra, Nekiri, Simon et Curtis étaient toujours en discussion. Ils avaient laissé repartir Grabo, que Kim mettrait discrètement au courant de leurs dernières décisions, pour faire croire à Miss Jenkins que leur réunion était terminée. Celle-ci avait semblé de toute façon bien contente de pouvoir les quitter, ce qui n’avait pas manqué d’éveiller les soupçons d’Andrew. Les questions soulevées par Nekiri et Curtis posaient problèmes et aucun ne voyait vraiment comment les résoudre.

- Combien de jours faut-il encore pour achever le vaisseau, Capitaine ?
- 4 à 5, grand maximum. Il reste quelques menus travaux à réaliser à l’intérieur, et d’ici deux jours, nous pourrons commencer le chargement des provisions. Il va falloir que votre équipe soit sérieusement renforcée à partir de demain, Nekiri. Nous pouvons envisager un léger rationnement, en ne consommant désormais que ce qui ne sera pas transportable. Tous les fruits, les légumes qui ne sont pas fragiles, la viande séchée devront être laissés de côté pour être rangés à bord du vaisseau. Il faudra aussi organiser le chargement en eau, mais nous utiliserons la petite pompe que Grag a fabriquée pour aller plus vite.
- Capitaine, puisque nous parlons des approvisionnements, nous manquerons de pain à partir de demain. Aujourd’hui, nous n’avons trouvé aucune réserve de céréales.
- C’est ennuyeux, car je pensais vous demander d’en fabriquer dans les prochains jours, que nous n’aurions pas consommé. Tant pis, nous ferons sans, mais si jamais, au cours de vos pérégrinations, vous trouviez des céréales, prenez-les, même si la quantité est réduite, car le pain est un aliment qui se conservera bien et que nous pourrons garder à bord. Nous devons tous avoir à l’esprit qu’il va nous falloir 8 à 10 jours pour rejoindre le système solaire, dès que nous en serons assez proches, nous pourrons tenter d’envoyer un message de secours, mais je ne veux pas épuiser nos réserves de calcium en utilisant trop tôt l’émetteur. Je veux être certain que notre message sera reçu, quitte à rallonger le voyage d’une journée pour cela.

Il marqua une courte pause, Nekiri avait compris.

- Vous allez donc avoir des renforts, Nekiri. Au moindre souci cependant…
- Je sais ce que j’ai à faire, Capitaine.
- Bien, maintenant, j’ai un autre souci à aborder avec vous tous. Si tout va bien, nous devrions donc pouvoir partir d’ici 4 à 5 jours. Mais plus nous approchons du départ, plus les hommes redeviennent aussi nerveux. Je sais que chacun craint que la planète ne se désintègre avant notre départ, hors d’après les derniers calculs de Simon, cela ne devrait pas survenir avant deux semaines. Nous avons donc un peu de marge, mais pas question de la gaspiller. Sans compter que son explosion créera des distorsions et rendra la navigation très dangereuse dans les alentours avec les débris. Plus vite nous serons partis, et mieux ce sera.
- Quel est donc le problème, Capitaine ?, demanda Kim.
- Kim, Nekiri, j’ai confiance en vous, totalement, vous le savez. Et sachez que ma confiance n’en est pas le moins du monde altérée par ce que je vais vous dire. Mais je crains que certains ne veuillent s’emparer du vaisseau et partir seuls. Cela n’arrivera pas tant que les appareils de navigation ne seront pas en place, ainsi que la nourriture et les réserves d’eau. Mais il nous faut veiller maintenant à la sécurité du vaisseau, comme nous avions veillé à la sécurité du camp.
- A quoi pensez-vous, Capitaine ?, demanda Nekiri.
- Le plus simple serait que Grag reste auprès du vaisseau continuellement. On pourrait même prétexter qu'il y travaille, éventuellement avec Mala une nuit sur deux, ce qui serait suffisant pour Mala pour se reposer. Cela nous ferait en plus gagner un peu de temps. Le souci, dans ce cas, c'est que Joan et Maëva ne seront plus protégées la nuit. Simon peut veiller, mais il travaille lui aussi sur les appareils de navigation, et ce, jour et nuit. Je ne sais pas comment faire.
- Nous pourrions organiser des tours de garde, comme nous l'avions fait pour le campement, dit Andrew. Avec des hommes sûrs. Ce ne sera que pour quelques nuits, de toute façon...
- Et si elles dormaient avec vous, Capitaine ? Dans votre abri ?, dit Nekiri. Cela éviterait des tours de garde.
- C'est l'autre possibilité, mais...
- Vous craignez que cela passe pour une sorte de favoritisme ?, dit Kim avec un léger sourire.
- En effet. Sans compter que Miss Jenkins est quand même censée dormir avec elles, même si ce n'est pas arrivé bien souvent, et que je ne sais pas ce qu'elle dira de ce changement.
- Vous craignez vraiment ces derniers jours, Capitaine, dit alors Ezra qui le connaissant bien, se doutait qu'il cherchait avant tout à préserver leur fonctionnement, à terminer le vaisseau dans une ambiance aussi sereine que possible et à anticiper sur le déroulement du voyage.
- Oui, et je veux éviter tout débordement.
- Alors, adoptons la solution du Major. Vous laissez Grag au chantier, avec Simon et Mala. La nuit où Mala se reposera, il pourra le faire au dispensaire, je pense que ça ne soulèvera aucune objection, dit Kim, pour résumer la situation. Et les nuits où il faudra veiller, et bien, nous nous relayerons. Pas besoin d'être nombreux, deux, cela suffira, et en trois équipes. Grabo, Nekiri, et moi-même côté prisonniers, le Major, le colonel et vous-même ou Mac Clinton en qui on peut largement avoir confiance aussi. Qu'en pensez-vous ? Et il y aura toujours quelqu'un d'armé dans le binome.
- Ca me paraît la meilleure solution, Kim, dit Curtis. Mais juste une remarque, cela fait longtemps que vous n'êtes plus prisonniers...
- Mais nous allons le redevenir. Cela vous le savez autant que moi, sinon, vous ne seriez pas aussi inquiet pour les jours à venir.

Curtis ne répondit rien, mais hocha simplement la tête. Kim avait parfaitement raison.

A ce moment-là, ils entendirent un peu de bruit à l'extérieur de la cabane, c'était Joan et Maëva qui s'approchaient. Intrigués, les hommes les firent entrer. Ce qu'elles avaient à leur dire ne calma pas les inquiétudes de Curtis, et renforça la détermination des autres. La protection du vaisseau s'avérait désormais plus que nécessaire. Le Capitaine décida d'envoyer aussitôt Grag sur le chantier, avec Simon. Mala passerait la nuit avec les femmes. Frégolo resterait avec lui, Limaille accompagnerait Grag.

Kim et Nékiri ressortirent, cherchèrent Mala et Grag pour les informer que leur chef souhaitait leur parler, puis ils rejoignirent Grabo pour le mettre au courant des nouvelles dispositions. Joan resta un peu avec Curtis, il la devinait inquiète et tendue. Ezra et Andrew les laissèrent un moment seuls.

- Curt, soit vraiment prudent. Ne reste pas seul, ni sur le chantier, ni ailleurs...
- Ne crains rien, personne n'a intérêt à me faire disparaître avant la fin du chantier, ni même le décollage. Nous avons pris des mesures pour renforcer la surveillance du chantier pour les dernières nuits. Je vais aussi avoir besoin de Maëva et toi là-bas pour finir les assemblages des appareils de navigation. Vos mains plus fines nous seront utiles. La majorité des hommes sera désormais affectée à la nourriture, et notamment pour faire des provisions.

Elle secoua doucement la tête, il déployait vraiment toutes ses facultés d'organisation dans ce défi. Mais elle avait peur. Il la prit contre lui, pour la rassurer. Puis il s'écarta légèrement, la força à le regarder :

- Sois sans crainte, mon amour, d'ici 5 jours au maximum, nous serons partis.
- J'ai peur pour toi, Curt.
- Je sais, et moi, pour toi. Sois forte et courageuse, comme tu l'as été depuis le début de cette étrange aventure. Je te fais confiance pour cela.

Elle se blottit tout contre lui, le serrant fort contre elle.

- Va dormir, mon amour. Ce que vous aurez à faire à partir de demain sera fatiguant.

Il l'embrassa longuement, puis la laissa aller. Mais en voyant sa fine silhouette s'éloigner, il eut un pressentiment. "Elle me cache quelque chose...".

Limeye

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:44
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:44
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
J'avais prévenu, difficile de faire court pour ce passage, ces derniers jours sur le Météore, avec tout ce que cela implique. Et encore, j'aimerai caser un petit tête à tête entre Andrew et Maëva, mais je me demande s'il ne faut pas laisser cela pour plus tard Wink

suite promise !

Limeye Smile


Pendant ce temps, près de la rivière, une réunion tout aussi sérieuse que celle qui s'était déroulée au campement était organisée. Anastasia, son frère, Féofar, Sabaru l'ingénieur, et deux gardiens discutaient avec animation.

- Combien d'armes aurons-nous ?, demanda Anastasia à son frère.
- Trois, celles d'Ogarev, Mérich et Féofar. Difficile d'en prendre d'autres, sans se faire remarquer.
- Bien. Pour l'instant, qu'Ogarev et Mérich continuent à se faire oublier, de même que Sinqué et Tolek. Et surtout, qu'on ne vous voit pas ensemble, et débrouille-toi pour leur faire parvenir les dernières décisions discrètement !
- Aucun souci. Mérich et Féofar font partie des cueilleurs, ils peuvent aisément s'isoler. Mérich, Ogarev et Sinqué dorment dans la même cabane, quant à Tolek, je peux le croiser facilement.
- Parfait. D'ici trois jours, grand maximum, deux plus certainement, car à partir de demain Joan et Maëva aideront à l'assemblage des appareils de navigation, le vaisseau sera prêt à décoller. Mais il faut qu'ils aient eu le temps de charger suffisamment de nourriture pour plusieurs jours de voyage pour nous tous. Je ne pense pas que nous pourrons partir avant trois jours. Lorsque nous utiliserons le signal convenu, il faudra alors être prêts ! Sabaru, tu auras la charge de récupérer le calcium. Ce sera la partie la plus délicate de notre plan. Tu dors dans l'abri de Flam, tu sais donc où il l'a entreposé. Johnson et Smith seront à proximité pour t'aider à le transporter.

Sabaru acquiesça. Elle lui faisait sacrément confiance pour lui demander ce travail. Il voulait absolument le réussir, ne pas la décevoir. Elle était si belle, si chaude... Jamais aucune femme ne l'avait aimé comme elle. Il ferait tout pour elle, même la partager avec les autres, car une fois de retour sur Terre, elle lui avait promis de n'être qu'à lui, que c'était de lui qu'elle rêvait, à qui elle pensait quand elle était avec les autres. Mais qu'il fallait en passer par là pour réussir leur plan.

- Bora, il faudra que Mérich laisse son arme à Sabaru, c’est plus sûr, le temps qu’il récupère le calcium.
- Ce ne sera pas simple de lui faire lâcher son arme.
- Peut-être, mais fais lui comprendre qu’il n’a pas le choix s’il veut partir avec nous.
- Bien.

- Avez-vous d'autres questions ?, demanda Anastasia. Sachez que nous n'aurons sans doute pas la possibilité de nous réunir à nouveau comme ce soir, c'est donc maintenant qu'il faut envisager toutes les possibilités. Nous risquerions d'éveiller des soupçons, et il ne faut prendre aucun risque. La discrétion, l'obéissance servile, même si c'est difficile à supporter, sont le gage de notre réussite.
- Le plus dur sera de résister à tuer Flam et sa cocotte, dit Bora Boru.
- Je sais, mais ce serait trop difficile et nous nous consolerons en imaginant leur mort lors de l'explosion de la planète. Une fois que nous serons partis, ils n'auront plus aucun moyen d'échapper à leur destin, répondit sa sœur avec un sourire cruel.

Les comploteurs se séparèrent alors, regagnant le campement les uns après les autres. Sabaru resta avec Anastasia pour la nuit.

Limeye

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:45
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Les changements dans l'organisation irritèrent Anastasia, mais plus encore, le fait de ne pas en avoir été informée. Elle en était restée au fait que Joan et Maëva viendraient les aider sur le chantier, ce qu'elle pensait être un avantage : ses complices, et notamment les ex-détenus, pourraient se parler plus aisément dans la journée. Et Andrew n'ayant plus les femmes à protéger au campement s'en absenterait peut-être pour aider au chargement du vaisseau ou à la collecte de nourriture, ce qui permettrait à Sabaru de voler le calcium. Il lui serait facile de trouver un prétexte pour rester au camp, il était même prêt à se blesser pour cela, cet imbécile.

Anastasia soupira. Vivement que tout cela se termine, elle en avait assez de jouer avec des seconds couteaux. Son seul regret serait de ne pas avoir pu attirer Flam dans son lit, c'est sur qu'elle se le serait bien fait. Cette petite dinde de Joan avait vraiment trop de chance. Qu'il aurait été bon de la voir mourir...

Le fait que le chantier soit désormais surveillé par Grag la nuit ne l'arrangeait pas. Il allait falloir trouver le moyen d'éloigner le robot. Il faudrait peut-être sacrifier un ou deux hommes, pour l'occuper le temps de monter à bord. Sinqué et Tolek seraient les seuls dont elle pourrait se passer. Dommage, car Tolek était un sacré bon amant, peut-être un des meilleurs de son séjour ici. Mais elle n'allait pas s'apitoyer pour si peu. Aucun des deux n'avaient de compétences particulières, ils ne savaient pas piloter, ils n'avaient pas d'armes en leur possession. Mais ils pouvaient être des hommes de main utiles, car dépourvus de la moindre capacité à prendre des initiatives et obéissants. Elle avait hésité quand son frère avait insisté pour les embarquer dans l'aventure, finalement, ils allaient peut-être bien lui servir...


Limeye

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 09:37
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Merci O-tho d'avoir si bien avancé ! La première partie est presqu'entièrement retranscrite. Frégo avait préconisé qu'on en fasse trois. Il faut que je revois précisément où peut se faire la coupe. Je m'en occupe dans les prochaines heures...

encore merci de ton aide !

bizz

Limeye

ps : j'ai accès aux smileys. Dès que je peux, je rajoute le bondissant ! Et quelques autres qui devraient vous plaire. Mais je n'ai pas encore trouvé de smiley qui se liquéfie... il y en a 250 pages Shocked
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 12:51
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Durant deux jours, Joan et Maëva aidèrent à l'assemblage des pièces, et le soir du deuxième jour, le vaisseau était définitivement prêt. Curtis, Simon, Mac Clinton et Grag travaillèrent jusque très tard dans la nuit pour terminer la pose des appareils et les tester. Ils ne dormirent que quatre heures cette nuit-là. Au matin, avant l'aube, un violent séisme les réveilla tous, et ce furent très inquiets que les hommes se rassemblèrent pour déjeuner, plus tôt que d'habitude.

Curtis prit une nouvelle fois la parole, devant tous, pour leur expliquer que c'était peut-être leur dernier jour sur l'astéroïde.

- Aujourd'hui, nous effectuerons les derniers réglages à bord du vaisseau. Et nous finirons l'approvisionnement. Hier, Nekiri a rapporté des céréales, un petit groupe restera pour faire du pain, un autre séchera la viande qui a été rapportée hier. Le groupe des cueilleurs fera un dernier tour ce matin, et nous chargerons les dernières provisions et rempliront les cuves d'eau. Dès que nous serons prêts nous partirons, ce soir, si c'est possible ou dans la nuit. Un dernier bain est prévu pour tous avant l'embarquement. Le Docteur Sanchez passera également en revue toutes vos blessures, même celles qui vous semblent superficielles. Elle restera au campement toute la journée et vous pourrez aller la voir, les uns après les autres. Surtout n'hésitez pas, nous allons voyager dans des conditions spartiates et ce, durant plusieurs jours. La moindre blessure sera plus difficile à soigner dans le vaisseau qu'ici. Même si elle a prévu une bonne réserve d'onguents et de pansements, il vaut mieux prévenir que guérir. Si vous avez la moindre question, Kim Ivan, le Major Andrew et moi-même sommes là pour y répondre. Bonne journée et bon courage à tous.

Les hommes se levèrent alors en silence et chacun gagna le groupe auquel il avait été assigné pour la journée.

La présence de Maëva au campement n'arrangeait pas Anastasia, non pas que la jeune femme lui causerait de souci, elle serait trop occupée par son travail, mais cela signifierait qu'Andrew y resterait. Dommage de ne pas avoir pu le mettre de son côté ! Pourquoi cet idiot lui avait-il résisté ? Il n'était pas homosexuel, elle en était certaine. Alors, avait-il une femme ? Ou... la lumière se fit dans l'esprit d'Anastasia. Bien sûr, c'était la Docteur Sanchez. Dire qu'elle se rendait compte de cela seulement maintenant ! Néanmoins, elle ne voyait pas comment exploiter cette faille.


Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 12:52
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Au chantier, Ezra et Kim surveillaient le chargement de la nourriture. Joan était restée avec eux, Curtis le lui avait demandé. Il savait qu’elle aurait été utile à Maëva et s’en voulait un peu de priver la jeune médecin de cette aide pour la vérification et les soins des blessures, mais il ne pouvait supporter l’idée qu’il lui arrive quelque chose à quelques heures du départ. Même s’il n’en laissait rien paraître, et que seuls ses amis proches et Joan pouvaient deviner la tension qui l’habitait, il était inquiet. Anastasia était sur le chantier également, faisant sérieusement ce qu’elle avait à faire. Il chercha des yeux "ses" complices, ne vit pas Sabaru, mais se souvint qu’il boitait depuis trois jours. "Il doit être au dispensaire", songea-t-il. Il soupira. Il ne pouvait pas démultiplier Mala ou Grag pour surveiller tous fauteurs de trouble potentiels… Sinqué et Tolek étaient là, Grabo ne les lâchaient pas. D’autres complices d’Anastasia manquaient également à l’appel, mais ils faisaient partie des équipes de cueilleurs, il les avaient vus partir après le déjeuner avec Nekiri.

L’après-midi touchait à sa fin, le chargement des provisions était terminé, de même pour l’eau. Tous les appareils étaient en place. Kim ordonna alors aux hommes de rentrer au campement et d’aller prendre un dernier bain.

- Et frotter bien partout ! Lavez vos vêtements aussi ! Le moindre idiot qui revient avec des puces entendra parler de moi !

La remarque fit légèrement sourire Joan. Le chef pirate poursuivait cependant :

- Et quand vous serez propres, allez manger ! Un dernier repas nous attend, puis nous embarquerons.

Les hommes ne se le firent pas dire deux fois, tous gagnèrent la rivière.

Mac Clinton s’approcha alors de Curtis :

- Capitaine, quand voulez-vous installer l'émetteur ?
- Au dernier moment. Nous le brancherons durant le vol. Pas la peine de s’en inquiéter pour l’instant. Tout comme le calcium que nous irons récupérer juste avant d’embarquer.
- Vous n’avez laissé personne au campement pour les surveiller…

Curtis regarda le jeune ingénieur avec inquiétude.

- J’ai pensé au vaisseau, George… vous avez raison. Allez au campement, et dites à Andrew de mettre un homme sûr dans notre abri, ou d’y faire de fréquents passages. Puis revenez ici, immédiatement.
- Bien, Capitaine. A tout de suite.

Il se dit qu’il avait peut-être fait une erreur fatale, ferma les yeux un instant. Quand il les rouvrit, il croisa le regard de Joan, qui, aux côtés de Mala et de Simon, terminaient quelques menus ajustements sur un des écrans radars qu’ils avaient encore à embarquer.

"Non, ça va aller", se dit-il. "Ca va aller. Le mal ne peut être partout… Encore quelques heures à tenir."


Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 12:52
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Sabaru s’était éclipsé sans difficulté du chantier et avait rejoint le campement en faisant un large détour. Non loin de l’abri dans lequel il dormait, et qui était aussi celui du Capitaine, d’Andrew et d’Ezra, il avait retrouvé Merich qui lui avait remis son arme, ainsi que Johnson et Smith, deux gardiens qu’Anastasia avait embrigandés. Il se glissa en silence dans la cabane pendant que ses trois complices restaient à couvert. Il jeta un œil au dehors, il ne restait qu’un petit groupe s’activant autour du feu, pour préparer le repas du soir, leur dernier repas. Et quelques hommes qui faisaient la queue devant le dispensaire pour se faire soigner par Maëva. Le Major Barrett surveillait tout ce petit monde, mais il ne pouvait pas avoir les yeux partout. Et il jetait de fréquents regards vers le dispensaire, un peu inquiet d’y savoir Maëva seule avec Okapaï pour faire face à tous. Aucun homme ne semblait animé de mauvaises intentions, mais comme le Capitaine, Andrew craignait un incident de dernière minute.

Sabaru eut un sourire narquois. Barrett allait y rester lui aussi. Il n’avait pas supporté son humour anglais incompréhensible. Il revint dans la cabane, entra dans la pièce qui leur servait de chambre. L'émetteur était encore là, ainsi que la réserve de calcium. Il trouva sans difficulté les comprimés, qu’il glissa dans ses poches, mais ne put trouver qu’un seul sac de cendres, un petit. Il fronça les sourcils, se demandant où se trouvaient les autres. "Ce sont celles d’Hudson, je m’en souviens très bien. Où sont celles de Molemos, Travis et Stone ?" Un peu inquiet, il commença à fouiller la pièce, à regarder sous les lits. Aucune trace. Il n’avait pas beaucoup de temps, n’importe qui pouvait entrer dans la cabane, ou s’inquiéter de son absence. "Tant pis, on essayera de faire avec cela… deux kilos, c’est suffisant pour partir…". Il prit le sac, l’attacha solidement à son ceinturon, sur sa hanche, puis se saisit de l'émetteur. Le plus dur était maintenant de ressortir discrètement, par la fenêtre sur le côté de la cabane. Il jeta à nouveau un œil vers le campement. Barrett n’était plus là. Les hommes étaient toujours occupés. Personne ne regardait vers les cabanes. Il se dirigea vers la fenêtre du côté, l’enjamba et dans quelques secondes, il regagnerait l’abri des arbres et retrouverait ses complices.

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 12:54
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Un tir de pistolet résonna comme un terrible signal dans la fin de cet après-midi rougeoyant. Une éruption s’était déclenchée alors que les hommes quittaient le chantier pour se rendre à la rivière. Des nuées de lave et de poussières se répandirent dans le ciel, lui donnant une couleur de fin du monde. Kim Ivan était sur le chemin de la rivière quand il entendit l’éclat du tir. Curtis encore sur le chantier. Tous deux se précipitèrent vers le campement, suivi l’un par quelques hommes, l’autre par son équipe, hormis Grag et Joan que le robot retint. Le vaisseau resta alors pratiquement sans surveillance, ce dont Anastasia et ses complices allaient profiter pour monter à bord.

L’apparition de Tolek allait suffisamment détourner l’attention de Grag qui se précipita vers lui. Joan sentit alors un pistolet se poser sur sa tempe, c’était Féofar. Anastasia s’avança vers elle.

- Maintenant, ma jolie, si tu veux rester en vie, tu embarques sans faire de zèle. Vite !

Et elle poussa Joan vers le pont d’embarquement. A cet instant, ils virent arriver Sabaru, Mérich, Johnson et Smith en courant, portant l’émetteur et le précieux calcium.

- Vite ! On décolle !
- Et Tolek ?, demanda Féofar.
- On ne peut pas l’attendre. Et je crains que le robot ne lui règle son sort de toute façon. C’était quoi ce coup de pistolet ?, demanda Anastasia avec colère.
- Berenson m’est tombé dessus quand je sortais de la cabane, répondit Sabaru. Je n’ai pas eu le choix.
- Bon, tu as de la chance, ça les a tous attirés vers le campement, on va pouvoir partir. File à la salle des machines et occupe-toi du calcium.

Sabaru disparut dans la salle des machines avec le calcium, le plaça dans les cyclotrons et Anastasia s’installa aux commandes. Joan était toujours sous la menace du pistolet de Féofar et Bora Boru lui entravait les mains. Elle se laissa faire sans broncher, elle savait que c’était inutile.

Curtis arriva au camp en même temps que Kim. Les hommes qui, quelques minutes auparavant étaient encore en train de préparer le repas du soir ou se faire soigner, étaient tous rassemblés devant la cabane des Futurmens et des ingénieurs. George Mac Clinton, l’air catastrophé, était avec eux. Il était certainement arrivé trop tard.

Andrew en sortit précipitamment :

- Maëva ! Vite ! Un blessé grave !
- Andrew, qu’est-ce qui se passe ?, cria Curtis.
- C’est Berenson, il a pris un coup de pistolet. Il est gravement blessé à l’épaule.

Ils installèrent prestement Berenson sur un des lits, réalisant les premiers gestes de secours. Maëva entra avec sa trousse de pharmacie. Berenson, sonné par le coup et par sa blessure, s’agitait pourtant.

- Restez calme, mon vieux !, lui ordonna le Major.
- Capitaine… le calcium… Sabaru… il l’a volé… j’ai… pas réussi… à…
- Taisez-vous, Berenson. Vous êtes blessé, Maëva va s’occuper de vous.
- Le vaisseau… Capitaine…

Andrew s’écarta alors du blessé pour laisser Maëva s’en approcher, et son regard croisa celui de Curtis.

- Capitaine !

C’était Mala.

- Il dit vrai ! L'émetteur a disparu, ainsi que les comprimés et les cendres !
- Bon Dieu ! Tous les hommes valides au vaisseau, avec moi !

En sortant, il faillit heurter Grag qui arrivait en tenant Tolek prisonnier entre ses mains puissantes.

- Grag ! Tu devais rester sur le chantier !
- Ce bonhomme a des choses à raconter, Capitaine !
- Plus tard ! Assomme-le et on s’en occupera après. Il faut retourner au vaisseau, vite !

Et tous se précipitèrent vers le chantier.

Simon resta avec Maëva, pour s’occuper du blessé. Andrew, après avoir ligoté Tolek, revint les aider. Il s’étonna du calme du professeur et malgré tout le sang-froid qu’il pouvait posséder, il finit par oser lui poser la question :

- Professeur ? Ils vont voler le vaisseau…
- Aucun risque. Nous avons pris certaines précautions, Joan et moi. Même Curtis n’est pas au courant. Et même en volant le calcium, ils ne pourront pas décoller.

Maëva qui avait terminé de nettoyer la plaie et avait évalué rapidement la gravité de la blessure, releva la tête :

- Comment cela ?
- Il faut une sorte de code, pour faire démarrer le vaisseau. Allons, Maëva, occupons-nous de cet homme. Il mérite qu’on lui sauve la vie.

Rapidement, Maëva et Simon opérèrent Berenson. Andrew les aidait au mieux. Puis quand ce fut terminé, que Maëva fut certaine d’avoir fait tout son possible, ils ressortirent de la cabane. Le campement était désert, et on n’entendait que le grondement sourd des volcans. C’était effroyable et Maëva frissonna. Que se passait-il là-bas ?

Elle voulut faire quelques pas, aller chercher un peu d’eau au puits pour se laver sommairement, mais en fut incapable. Andrew la retint et sans hésiter, la prit dans ses bras.

- Allons, docteur, restez avec nous.
- Oh, Andrew… Qu’est-ce qui nous attend maintenant ?
- Le pire et peut-être le meilleur, lui répondit-il avec son flegme habituel et un sourire qui se voulait réconfortant.

Elle le fixa intensément, puis se laissa aller contre son épaule. Il la serra contre lui, encore heureux une fois de plus d’avoir échappé au piège d’Anastasia et se dit que si le pire devait arriver dans les prochaines heures, dans les prochains jours… alors il affronterait ce pire avec encore plus de courage et de force que tout ce qu’il avait déjà eu à affronter dans sa vie et surtout au cours des dernières semaines. Il murmura doucement à l’oreille de Maëva :

- Que ce soit le pire ou le meilleur, Maëva, que m’importe si vous êtes à mes côtés.
- Que ce soit le pire ou le meilleur, Andrew, si c’est la mort qui nous attend… je serai heureuse de mourir avec vous.
- Mais je vous jure que je vais faire tout mon possible pour que ce soit la vie qui nous attende. Ce serait trop bête de devoir tout arrêter maintenant.

Et il l'embrassa.


Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 12:56
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Andrew et Maëva restèrent enlacés un bon moment, s’abandonnant finalement à la présence de l’autre. Tout à coup, Maëva sursauta.

-Joan! Elle n’était pas avec Crag lorsqu’il est revenu ici avec Tolek! Je suis sure qu’elle est dans le vaisseau avec cette diablesse et ces brutes. Ils seront assez désespérés pour la tuer quand ils se rendront compte qu’ils ne peuvent pas faire décoller le vaisseau! Andrew, il faut faire quelque chose!

-Tout ce qui arrive est de ma faute, murmura Bérenson. La mutinerie sur le Balkan…c’est moi qui ai ouvert les cellules à distance. J’ai voulu faire plaisir à Anastasia. Elle parlait dans son sommeil. Elle disait toujours qu’elle voulait que Swan meurt que personne ne devait se rendre compte de leur association passée. Bora Boru… c’est son frère, ils complotent pour violer et tuer Joan depuis le début…elle en savait trop qu’elle disait, Anastasia. Je me suis laissé entraîner comme un petit chien dans les combines de cette salope, de cette trainée! Et Sabaru est en train de faire la même connerie. Et armé, Dieu sait de quoi il est capable.

- Bora Boru est le frère d’Anastasia en effet. Avec tous nos efforts, juste pour survivre ici et construire le vaisseau, il nous était impossible de faire le post mortem de la mutinerie. Dit Simon. Après la mutinerie j’ai pu m’enfuir et me cacher. Je me suis rendu jusqu’au cockpit juste à temps pour entendre une conversation entre eux et les entendre tourmenter Joan. Lorsque j’ai su qu’ils allaient l’enfermer avec Swan et ses officiers, je suis retourné aux cellules, me tenant prêt à l’aider. Andrew, Maëva, restez avec Bérenson. Je vais aller rejoindre les autres pour secourir Joan. Andrew, allez récupérer les cendres de Molémos, Travis et Stone. Ils sont dans les affaires de Kim Ivan. Nous en aurons peut-être besoin. Ne venez nous rejoindre qu’en cas de catastrophe imminente.

-Bien professeur, dit Andrew.

-Sauvez Joan! Dit Maëva. Elle n’a rien mérité de tout cela! Sa mort serait trop injuste!

-Je voudrais aussi éviter un lynchage. Mais le priorité sera de protéger Joan. Dit Simon de sa voix neutre.

Au même moment, Flam et son équipe avec Ezra et Kim à la tête de mutins, des policiers et gardiens couraient vers le vaisseau pour le rattraper avant qu’il soit trop tard. Il faisait machinalement l’inventaire des personnes qui étaient avec lui. Smith et Johnson n’étaient pas là. Ils faisaient parti des amants d’Anastasia. Les mutins Féofar, Mérich et Sinqué manquaient aussi à l’appel. De toute évidence, ils ont participé à la prise du vaisseau. « L’équipage d’Anastasia et Bora est vraiment composée de menu frottin. Où compte-t-elle aller avec ça? »

À part Sabaru, tous les ingénieurs étaient présent, y comprit ceux qui avaient été les amants d’Anastasia. Ogarev, le comparse de Féofar et Merich était présent. Les 5 gardes amants d’Anastasia étaient là aussi. Il les entendait tous traiter Anastasia de salope et leurs anciens comparses de traîtres et de faux jetons. Leur clameur était de plus en plus forte.

« En voilà qui veulent la peau de Bora, Anastasia et leurs comparses pour les avoir laissés derrière! Et les autres mutins sont pires. » Pensa-t-il.

Tout à coup. Il fut saisi d’une terreur sans nom.

-Crag! Où est Joan?! Demanda-t-il la terreur et la mort dans l’âme.

-Je l’ai laissée derrière au chantier pour poursuivre Tolek, capitaine. Grag était mortifié. J’ai vraiment failli envers tout le monde!

-Tas de ferraille rouillé, tu étais sensé la protéger! Vilipenda Mala.

-Dites Capitaine, ce n’est vraiment pas le moment pour les reproches! Interrompit Kim Ivan. Allons au vaisseau chercher Miss Randall avant qu’il soit trop tard. On pensera à faire un grand ménage plus tard, acheva Kim entre ses dents en jetant un coup d’œil noir à Ogarev.

« Comptez sur moi pour faire le grand ménage du côté des gardiens et policiers qui auront coopérés avec cette vipère de Jenkins, Kim Ivan! Et je songe aussi à cet imbécile de Sadaku. » Pensa Ezra.
Ils atteignirent le vaisseau en moins de 5 minutes. Ils constatèrent avec étonnement les vaines tentatives de faire démarrer et décoller le vaisseau. Il y eu 6 tentatives. À la 6e, ils entendirent le bref cri de mort de Sadaku. Puis, plus rien sauf la réouverture du sas et de la rampe de lancement.

Personne ne se posa la question d’où leur venait cette chance de cocu. Curtis essayait juste de rester en avant et de contenir cette horde en furie. « Plus tard je t’expliquerai, Curtis. » Lui dit le professeur Simon qui venait de les rejoindre.

Quelques instants avant, dans le vaisseau. Joan s’exhortait intérieurement à garder son calme, à faire semblant d’être docile, à se faire oublier quelques instants pour gagner du temps et rassembler ses pensées pour ne dire et faire que le stricte nécessaire pour tourner la situation à son avantage… et se sortir du fichu merdier dans lequel elle s’est encore fourrée!

Quatre fois promise à la mort depuis le début de ce voyage. Il y a de quoi donner des idées noires à n’importe qui. Mais Joan ne pouvait plus se permettre de laisser ces idées prendre le dessus sur elle à nouveau; maintenant qu’elle a l’intuition de cette nouvelle vie qui est en elle.

« Surtout, il faut qu’Anastasia et ses comparses restent en mode panique. Ils ne doivent pas avoir le temps de réfléchir sur la raison pour laquelle le vaisseau ne démarre pas. » Se disait-elle.

Elle écoutait Bora et Anastasia commencer à paniquer et à se disputer. Elle guettait le moindre relâchement de la prise de Bora. Elle guettait un moment d’inattention de la part de Féofar qui a encore son pistolet braqué sur elle.

-Alors Lou, est-ce qu’il démarre ce vaisseau oui ou non? Les autres vont rappliquer d’un instant à l’autre! Si tu n’étais pas capable de piloter, il fallait le dire avant! Je commence à croire que tu l’as fait exprès pour qu’on s’écrase sur cette foutue planète finalement! Pressa Bora Boru

-Ta frangine en a mené plus d’un en bateau Bora. Je commence à croire qu’elle a fait la même chose avec nous. Jeta Féofar.

-Mais taisez-vous donc tous les deux, pourquoi ne pas révéler à cette poupée toutes nos combines pendant que vous y êtes! Vociféra Anastasia.

Joan décida finalement de les interrompre.

- Tout ceci est bien croustillant en effet mais j’entends déjà les autres arriver. Et j’ai bien l’impression que ce sont vos complices qui sont en tête du peloton. Dit-elle. Ils ne sont vraiment pas contents que vous essayiez de partir sans eux. Féofar, Mérich, Sinqué, qu’est-ce que des pirates endurcis comme vous fabriquez avec des ripoux? Où sont vos copains Tolek et Ogarev?

Joan se tourna aussi vers Johnson et Smith.

-Et vous lieutenant Johnson, Sergent Smith, où sont les cinq gardiens qui étaient avec vous? Ils vont vouloir votre peau eux aussi. «Sans compter qu’Ezra va vouloir vous passer par les armes, mais ça, je ne le dirai pas. »Pensa-t-elle.

- Tu t’attends vraiment à ce que ceux-ci soient capables de penser en haut de leurs ceintures Joan? Railla Anastasia

-Mais c’est vraiment irrespectueux ce que tu dis là Anastasia. Contra Joan.

La 6e Tentative de démarrage et le cri de mort de Sabaru les interrompit. Joan eut un bref frisson. Ils entendirent tous le bruit du sas qui s’ouvre et la clameur qui se fit de plus en plus bruyante.

- Il va falloir être très convainquant pour sauver votre peau les gars. Dit Joan. Et vous servir de moi comme bouclier ne va pas faire un pli pour vos anciens comparses, ça je vous le garantis. Par contre, me laisser tranquille pourrait vous éviter de vous faire zigouiller par vos chefs.

- Tu sais quoi la Randall, je pense que t’es dans le vrai. Lui dit Féofar. Sans un mot, il tourna son arme vers Bora Boru et le tua à bout portant. Mérich fit de même avec Smith et Johnson. Joan essayait de contenir son tremblement.

Anastasia cria de frayeur.

-Ta gueule la cocotte! Cria Féofar. Allez, dehors! Toi la première Miss Jenkins de mon c… cœur!

-Joan, vas rejoindre ton père en enfer! Lui lança rageusement Anastasia.

-Oh non, espèce de gorgone, c’est toi qui va y aller en enfer. Répondit Joan.


Frégo80
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 12:57
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Tous les hommes, mêmes ceux qui étaient à la rivière avaient été alertés par le tir et tous s’étaient précipités vers le chantier. Curtis était parvenu à rester à l’avant du groupe, qui grossissait au fil de l’arrivée des uns et des autres. Kim Ivan était à ses côtés, et très rapidement, Grag, Mala, Nekiri et Grabo se portèrent en avant. Tous avaient conscience de la colère et de la furie qui s’étaient emparés du groupe. Face à la foule grondante, Curtis n’avait en tête qu’un objectif quand il comprit que les comploteurs n’étaient pas parvenus à faire démarrer le vaisseau - un vrai miracle !, mais Simon lui avait dit quelque chose à ce sujet -, un seul objectif donc : sauver Joan. Il avait deviné qu’Anastasia l’avait embarquée et s’était senti un instant soulagé. Il avait craint de retrouver son cadavre devant le vaisseau. Mais pour sauver Joan, il fallait empêcher les débordements et empêcher que les hommes en colère ne se ruent dans le vaisseau, dont la rampe d’embarquement s’était ouverte, sans qu’il puisse vraiment expliquer pourquoi ni comment.

Grag et Mala avaient immédiatement compris ce qu’ils avaient à faire, avant même que leur chef ne leur fasse le moindre signe ou ne leur donne le moindre ordre. Ils s’étaient précipités vers l’ouverture et en barraient l’entrée. Simon s’était porté à leurs côtés et surveillait l’intérieur du vaisseau. Il ne s’agissait pas d’être pris en tenaille et de prendre un tir de la part des comploteurs, qui, il le devinait, vendraient chèrement leur peau et n’hésiteraient pas une seule seconde à abattre Joan.

Simon fut le premier à voir apparaître Anastasia et Mérich, suivie de Joan que Féofar tenait toujours soigneusement en joue. Mérich pointait durement son arme vers celle qui avait été leur chef jusqu’à il y a quelques minutes encore.

Il fit un simple signe à Mala qui fit comprendre de même à Grag ce qui se passait dans leur dos. Mala se mit alors dos à la foule, faisant face à ceux qui descendaient du vaisseau, Grag, toujours impressionnant et d’autant plus quand il était en colère car toucher à Joan le mettait toujours en grande fureur, restait face aux hommes.

Kim tenta de retenir ses troupes, lui, Grabo et Ezra avaient sorti leurs pistolets, mais cela ne sembla pas vraiment impressionner les hommes, et encore moins ceux qui avaient été "oubliés" par Anastasia.

- Laisse-nous cette putain, Kim ! Qu’on lui règle son compte d’abord !
- Bande de crétins ! Vous ne mettrez pas les pieds dans le vaisseau ! Si vous saccagez tout dedans, ce sera encore pire !

Mais les hommes continuaient à avancer. Curtis, qui n’était pas armé, savait qu’il n’avait aucune chance de les retenir, mais il n’était plus certain que Kim, Grabo, Ezra et Grag y parviennent pour autant. Nekiri se trouvait aux côtés du Capitaine et jetait fréquemment des coups d’œil en arrière. Ce fut lui qui prévint Curtis que quelque chose se passait dans le vaisseau.

- On va lui faire la peau !
- Laisse-la nous, Kim !
- Qui c’est parmi nous qui ne lui ai pas passé dessus, hein, les gars ?
- Nous d’abord !

Kim tira un premier coup en l’air, pour tenter de faire retomber la pression. Mais ce fut finalement l’apparition d’Anastasia elle-même qui fit revenir un semblant de calme. Les yeux des hommes étaient rouges de colère, on pouvait deviner leur haine, leur soif de vengeance, leur violence. Aucun des hommes qui défendait l’entrée du vaisseau ne portait Miss Jenkins dans son cœur, et aucun n’était certain que, sans la foule, il ne l’aurait pas tuée directement, mais d’imaginer une seule seconde ce qui risquait de lui arriver… Kim et Curtis échangèrent un rapide regard. Kim se sentait prêt à tirer dans la foule si nécessaire, en visant les jambes du premier qui oserait s’avancer un peu trop. Il s’était octroyé une distance de sécurité de quelques mètres.


Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 12:58
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Ezra regardait Nékiri, Kim et Grabo qui étaient prêt à tirer dans la foule en furie pour éviter à Anastasia de subir un lynchage (viol) collectif. Curtis et Ezra se rendaient compte que ceux qui criaient le plus fort pour se faire Anastasia et qui soulevaient les autres étaient ses ex-acolytes : Mérich, Sinqué, Ogarev…et cinq gardiens. Et Mérich et Ogarev étaient armés.

Curtis se retourna face à Joan, que Féofar tenait toujours en joue. Crag et Mala gardaient leur distance pour ne pas inciter le mutin à commettre l’irréparable, mais se tenaient aussi prêts à lui bondir dessus si l’occasion se présentait. Le regard de Joan était sombre, concentré. Elle faisait des mouvements imperceptibles guettant une occasion de s’enlever de la ligne de tir de Féofar.

Curtis remarqua aussi que MacClinton, Okapaï et Vadek se tenaient d’un côté de la rampe tandis que ses deux ingénieurs adjoints Maynard et Scott se tenaient de l'autre côté de la rampe avec Wilson, un autre mutin qui faisait parti des chasseurs. Ils faisaient face aux côtés de la rampe et étaient directement en dessous de Joan. Féofar était trop occupé par Crag et Mala pour les avoir remarqués. Curtis admira MacClinton d’avoir réussi à mettre du plomb dans la tête de ces mutins et de ses collègues.

Tout se bousculait dans la tête d’Ezra. Donner Anastasia en pâture était inhumain mais tirer sur des gars qui ont trimé dur sans tricher pour construire l'appareil était injuste. Une mort rapide et propre pour Anastasia et ceux qui ont conspiré et triché était finalement pour lui la moins pire des solutions.

-Kim, dit Ezra, on n'a pas le droit de tirer sur ceux qui ont travaillé ensembles sans tricher pour construire le vaisseau. Il ne doit pas y avoir d'acharnement mais il doit y avoir une justice, sinon ce sera l'enfer lorsque nous serons dans l'espace. Donnons une mort propre à Miss Jenkins et à ses accolytes. C'est plus que ce qu'ils méritent. Miss Jenkins, elle, ne se s'est pas gêné d'offrir Joan en pâture à ses complices. Je me charge de Miss Jenkins, et des cinq guardiens. Je suis leur supérieur depuis la mort de Théron.

-Vous avez raison Colonel, dit Kim tout bas. Je me charge de Mérich. Grabo, tu te charges d'Ogarev et Neki, tu te charge de Sinqué. Kim savait que le capitaine regardait où en étaient Crag et Mala avec Féofar.


Frégo80
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 12:59
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Un tremblement de terre et une éruption volcanique d’une force inégalée jusqu’à maintenant poussa les choses hors de leur contrôle. L’attention des mutins fut momentanément détournée. Anastasia en profita pour s’enfuir, s’éloignant de Mérich qui était pourtant armé et poussant des mutins hors de son chemin. Mérich, Ogarev, Tolek, Sinqué et les cinq gardiens se précipitèrent à sa poursuite suivis d’une dizaine d’autres mutins.

Kim, Grabo et Nekiri ne prirent pas le risque de tirer sur Mérich, Tolek et Sinqué de peur d’atteindre d’autres cibles que celles qu’ils avaient convenues. Ils entreprirent plutôt de restreindre les autres mutins en appelant à leurs instincts de conservation. Avec les exhortations de leurs chefs et camarades plus calmes, leur esprit de survie prit le dessus sur leurs désirs de vengeance. Ils laissèrent les conspirateurs aller régler leur compte entre eux. Ezra tourna son attention vers Joan et Féofar.

Anastasia n’a jamais couru aussi vite. C’était la course aveugle et absurde de quelqu’un qui est en train de perdre plus que la vie. Elle était tenaillée par une terreur primale, abjecte, infernale. Une terreur qu’elle avait tout fait pour réserver à Joan Randall. Elle n’avait pas appâté des complices seulement avec l’offrande de ses propres faveurs, elle leur avait aussi promis de pouvoir profiter du corps d’une autre.


Elle courut près d’un Kilomètre avant d’être rattrapée par ses poursuivants à 50 mètres d’une nouvelle rivière de lave. Elle dévisagea ses bourreaux avec un regard démoniaque. Mais le regard de la Gorgone avait perdu tous ses pouvoirs C’était elle qui se retrouvait maintenant prise dans sa propre toile. Ses bourreaux lui arrachèrent ses vêtements en se la pro jetant les uns vers les autres et s’apprêtèrent à tous se jeter sur elle pour la curée lors que la terre se déroba sous leurs pieds à tous et les précipita dans la rivière de lave. Des cris horribles et un rire de damnée se firent entendre avant le silence éternel.

Quelques instants plus tôt, Féofar tenait toujours Joan en joue. Il pesta intérieurement de ne pas être assez prêt d’elle pour restreindre ses mouvements. Mais au moindre geste pour s’approcher d’elle, il savait que le robot, l’androïde et Flam bondiraient sur lui. Féofar avait bien en tête se qui était arrivé à Molémos. Il ne voulait pas mourir mais surtout, il ne voulait pas mourir salement. Il ne savait pas non plus quel sort les futurmen, le colonel Gurney ses anciens comparses lui réservaient s’il se rendait. L’indécision et la panique s’emparaient de lui.

Un tremblement de terre et une éruption volcanique d’une force inégalée fut l’occasion pour Joan de profiter d’un moment d’inattention de Féofar pour s’enlever de sa ligne de tir et sauter de la rampe. MacClinton, Okapaï et Vadek la rattrapèrent et la déposèrent sur le sol, indemme. Pendant ce temps, Crag avait bondi sur la rampe pour protéger Joan d’un tir. Ezra fit feu avec son arme, atteignant mortellement Féofar. Féofar avait tué Bora Boru, Smith et Johnson pour négocier sa survie; le sort en a décidé autrement.


Frégo80
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 12:59
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
MacClinton, Okapaï et Vadek rattrapèrent Joan qui avait sauté de la rampe pour échapper à Féofar. Ils la déposèrent sur le sol, indemne.

- Merci George, Okapaï, Vadek. Murmura Joan, bouleversée par tout ce qui vient de se passer.

-Nous sommes seulement soulagés que vous soyez saine et sauve, Miss Randall. Lui dit MacClinton.

Curtis, Crag et Mala vinrent la rejoindre. Joan et Curtis se prirent dans les bras l’un de l’autre. Les éléments commençaient à se déchaîner autour d’eux.

-Vite, il faut aller aider Maëva, Andrew et Bérenson au campement! S’écria Joan.
Curtis savait qu’il était inutile de tenter de la retenir. Il l’accompagna donc avec Crag, Mala et Simon. MacClinton, Okapaï et Vadek les suivaient. Ils retrouvèrent Maëva et Andrew et Bérenson au campement. Ils récupérèrent les cendres de Molémos, Travis et Stone, emportèrent le plus de matériel médical possible et repartirent vers le vaisseau au pas de course. MacClinton et Okapaï portaient Bérenson.

Curtis portait Tolek, toujours inconscient et attaché. Il ne pouvait se résoudre à le tuer froidement ou le laisser derrière. La justice était une chose. La vengeance était une autre. Plus tard, Kim dira à Tolek : « T’es la crapule la plus chanceuse au monde, j’espère que tu le sais! »

Rendus au vaisseau, Curtis cria à tout le monde de se réfugier dans le vaisseau. Kim, ses lieutenants et Ezra s’assuraient que tout se fasse dans l’ordre. Tous frémirent en entendant au loin les cris d’horreur des ex-conspirateurs et le rire démoniaque d’Anastasia. Joan ferma les yeux un court moment. Elle ne se réjouissait pas du sort d’Anastasia. Elle était seulement soulagée que Curtis et ses amis soient toujours en vie. Maëva l'entourait de son bras.

-Entrons dans le vaisseau, Joan. Dit Maëva.

Frégo80
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 13:00
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Tous avaient intégré le vaisseau. À l’extérieur, les éléments se déchaînaient. C’était vraiment le jour J. Avant d’atteindre le cockpit, Joan avait prévenu Curtis, Simon, Crag et Mala que Bora Boru, Johnson et Smith y avaient été tués par Féofar. Kim, Grabo et Nekiri ainsi que 3 de leurs hommes enlevèrent les corps pour les emmener à la salle des cyclotrons.

-Eh bien Neki, si jamais on se refait, je pense qu’on aura de l’avenir comme fossoyeurs! Envoya ironiquement Kim Ivan.

Joan les informa ainsi qu’Ezra, Andrew et MacClinton qu’à la salle des cyclotrons, ils trouveraient surement le corps calciné de Sabaru. MacClinton ferma les yeux.

-Il aura pensé qu’en sacrifiant le calcium de ses os, Anastasia pourrait faire décoller le vaisseau. Pauvre fou! Je vais avoir à ramasser mes collègues à la petite cuillère! Dit-il

- Ezra, revenez me prévenir quand tout sera prêt à la salle des machines. Dit Curtis, Andrew, dites à tout le monde de se préparer pour le décollage.
-Compris. Dirent-ils

-Je me demande encore à quoi est due notre chance qu’Anastasia n’ait pas pu faire décoller le vaisseau. Dit Curtis.

-Joan et moi avons doté le vaisseau d’un code de sécurité. Il faut composer ce code pour pouvoir le faire décoller. Dit Simon. Nous nous doutions qu’Anastasia préparait quelque chose.

-Et j’ai vraiment mis le paquet pour qu’ils restent occupés à paniquer et régler leurs comptes entre eux au lieu de réfléchir et soupçonner l’existence d’un code et surtout que c’est moi qui le détenais. Je regrette vraiment que ça ait dégénéré en une telle boucherie! Dit Joan, sombrement.

-Ça faisait plusieurs fois que c’était eux ou toi, mon amour. Tu as vraiment eu beaucoup de chance. Lui dit doucement Curtis. Et pour qu’ils ne se doutent de rien, il fallait que moi-même j’ignore l’existence de ce code.

Ezra revint.

Tout est paré pour le décollage. Dit il.

-Joan, vous pouvez composer le code maintenant. Dit Simon.

Joan composa le code sur le tableau de bord devant Curtis : G-O-R-G-0-N-3

Curtis actionna le bouton de démarrage et la manette de décollage. Ils s’envolèrent sous une pluie de pierres volcaniques. Ils s’éloignèrent du planétoïde.

Ils ont survécu au planétoïde parcequ'ils ont travaillé ensemble. Cette cohésion survivra-t-elle au désoeuvrement et à un environnement clos. C'est un nouveau défi qui se présente à eux.


Frégo80


FIN DE LA PREMIERE PARTIE

_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mar 18 Aoû 2015 - 15:10
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Coucou Élaine! Meme principe! Mr. Green Wink

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Aujourd’hui à 14:53
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Back to top
Page 4 sur 5
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure