Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Sam 14 Déc 2013 - 06:27
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Bonsoir Limeye, Elaine!

Attention, chaud devant! J'espère que ce qui suit ne sera pas trop arrangé avec le gars ou la fille du cinéma. Si ça l'est, je demande votre indulgence et si vous avez des versions alternatives, surtout ne vous gênez pas!

Maintenant, comment arrêter cette spirale mortelle du désespoir et de la violence.

Kim alla cogner à la porte de la cabane du Capitaine Flam et des agents.

-Oui, qu'y a-t-il Kim?

-Je ne vous ai pas averti plutôt, capitaine mais ça fait 6 de nos gars qui disparaissent sans laisser de traces depuis quelques jours. Au début, je croyais que ces idiots s'étaient tout simplement perdus dans la nature mais cette nuit, ce sont les deux jeunots, Thomas et Mickey qui ont disparus. Ils étaient pourtant rentrés à leur dortoir quand je les ai vus la dernière fois. Je dois dire que ce sont deux de ma bande que ça m'amuse pas d'avoir entraînés dans mes affaires. Déjà que mes gars sont d'humeur massacrante, ces disparitions vont en rajouter.

- Ça risque fort en effet Kim. Fit sombrement Curtis. Les progrès pour le construction du vaisseau sont lents, les hommes sont déjà épuisés et la menace pour la sécurité des femmes est toujours présente. Ces disparitions vont être un nouveau problème à résoudre. Miss Randall m'a parlé du jeune Thomas et de l'aide qu'il apporte aux cuisines; ce n'est pas une bonne nouvelle qu'il soit disparu.

- J'ai demandé à votre robot s'il avait remarqué quelque chose et il m'a confirmé qu'il avait vu Thomas et Mickey sortir et diriger vers le nord ouest du camp. Je veux faire un effort pour les rechercher même si je ne me fais pas d'illusions.

- Bien Kim, faisons 3 équipes de cinq hommes chacune. Je vais emmener le Colonel Gurney et 3 autres gardiens avec moi et nous viendrons vous rejoindre au Nord ouest du camp. Mala montrera la garde au dispensaire et Crag partira avec une de vos équipes.

- Entendu.

Et une battue s'organisa. Nekitiri et son équipe partirent plus à l'ouest, Kim Ivan et ses hommes partirent vers le Nord ouest avec Crag en tête et Flam et son équipe allèrent plus à l'est; Simon était avec eux. Tous avaient bien remarqué le grand cactus luxuriant qui se trouvait à leur point de rencontre et certains, y comprit Crag, Curtis, Simon et Kim Ivan avaient éprouvé une sensation étrange en le voyant. «Ce cactus me donnerait la chair de poule si j'avais une peau.» Avait dit Crag. «Les végétaux ici semblent dégager une présence en effet.» Avait admis Simon.

Molémos, Bora Boru et Stone marchaient avec Grabo et Nekitiri. Stone chuchota quelques mots à Bora et Molémos.

Molémos ricanna tout bas. -Ça, on pouvait se douter qu'elle se trouvait trop bien pour se donner à n'importe qui la petite tigresse!

-Si on calcule bien notre coup, on pourrait aussi régler son compte à Flam. Ça ça va vraiment faire de la peine à ma frangine. Renchérit Bora.

Ces murmures n'échappèrent pas aux oreilles fines de Nekitiri le Jovien. « Pas encore assez fatigués pour vos petits complots, hein vous trois!» Se disait-il. «Je vous ai aussi entendu embêter ce pauvre simplet de Thomas! Pour une fois qu'on lui donnait sa chance, qu'on était gentil avec lui.Et Molémos, je t'ai vu à l' œuvre dans le vaisseau avec la gardienne, Evans, qui était pourtant 3 fois plus costaud que Randall. Je suis pas du genre à m'attendrir, mais là, j'en ai assez de vous trois! On va tous crever avec vos petits à côtés à droite et à gauche.»

Et Bora, tu me la scie avec tes petites cachotteries concernant les ripoux et...ta frangine??? Qui? Jenkins? Elle aussi, ça commence à bien faire! Quoi que... son idée de passer des gars un par un a du bon...mais j'suis sûrement pas sur la liste. Ça m'étonnerais qu'elle fasse cela seulement pour la bagatelle. Les filles, surveillez vos petits copains!»

Après deux heures de recherche, la battue fût abandonnée. La peur et le désespoir vinrent s'ajouter à la haine pour mettre les nerfs à vif.

La journée qui suivit fut la pire de toutes jusque là. Kim Ivan, Nekitiri, Grabo, Barrett, Gurney et Curtis en avaient vus d'autres. Mais ils avaient de plus en plus de difficulté à contenir les esprits en ébullition.
Au déjeuner, Maëva, Joan et même Anastasia ont du esquiver des coups ou des avances de la part de certains mutins. Contre Molémos, Joan avait songé à sa pierre à tanner mais se retint de faire un geste qui aurait pu tout faire embraser.

Ezra et Curtis vinrent à ses côtés. Curtis dévisagea Molémos avec une lueur rouge au fond de ses yeux gris. Curtis regarda Joan, elle avait de nouveau le regard qu'elle avait durant ses mauvais jours sur le Balkan. Elle avait accusé le coup de la nouvelle de la disparition de Thomas. Mais aucun des deux n'avait eu le temps de se parler. Ce temps aurait été salutaire.

Le planétoïde se liguait contre eux .Un nouveau tremblement de terre avait rendu la carrière impraticable parce qu'elle était devenue trop profonde. L'équipe technique et les mineurs ont perdus du temps en exploration pour trouver un autre lieu de prospection. Ils ont bien trouvé un endroit mais il était bien gardé par des êtres étranges en forme de cube qui s'étaient assemblés en monstres géants à leur vue.

Certains mutins se tirèrent d'un début d’escarmouche avec des ecchymoses. Certains mutins qui étaient armés, y compris Kim et Nekitiri se brûlèrent assez sérieusement avec leurs armes en les utilisant contre ces monstres. De façon inexpliquée, les rayons de protons de ces armes étaient aussi devenus graduellement inoffensifs sur leur cible. Les brûlures ressemblaient beaucoup à des brûlures électriques . Tout ceci n'échappait pas à Curtis qui eut un soupir de soulagement temporaire. Grabo et Timarrow prirent le relais de Kim pour diriger le travail des mutins.

Certains autres mutins, y compris Molémos et Stone, et Crag on vécus l'expérience désagréable de se faire avaler par des arbres à lianes, pour être immédiatement recrachés, entièrement recouverts de glu verdâtre et nauséabonde.

En voyant tout ce beau monde retourner au camp, Curtis demanda à Mala et Ezra de les accompagner.
Au camp, Joan et Maëva s'occupèrent de traiter les brûlures tandis que deux des gardiens restés au camp, sous la supervision de Barrett lancèrent des saponaires aux englués.«Exquis le parfum que vous nous offrez chers amis!» Avait lancé Barrett à Stone et Molémos. Les deux lancèrent des regards furieux à Joan et Maëva mais pas assez fous pour les harceler avec leurs chefs, Crag, Mala, Barrett et Ezra présents. Mala amena Crag à l'écart pour le débarrasser de sa glu.

-Te revoilà remis à neuf, tas de férraille. Avait dit Mala.

Joan s'occupait de soigner la brûlure de Kim Ivan. Les regards de Molémos et des Stone ne lui avaient pas échappé. Elle appliqua un onguent efficace du crû de Simon et Maëva. Elle lui fît ensuite un bandage.

- Il faudra le changer une ou 2 fois avant que ça guérisse complètement. Comment est-ce arrivé?

- Les armes. En tous cas, j'ai bien peur que votre choix de vous défendre jusqu'à la mort ne devienne intenable Miss Randall.

-Peut-être mais c'est le seul choix que je me voyait en mesure d'assumer jusqu'ici. Je crois qu'un de mes exercices de pragmatisme est en parti responsable des rebondissements de ce voyage, Kim Ivan.

-Comment cela?

- En aidant à préparer un plan pour éviter une mutinerie, je m'était demandée ce que je ferais si j'étais à votre place.

Kim Ivan répondit en pouffant de rire.

- Ne répétez ça à personne Miss Randall, j'ai une réputation à préserver. Pour moi, le plus clair du temps fois être pragmatique, c'est simplement tenir le cap jusqu'au bout en acceptant qu'il y aura un temps où ça ne marchera pas, qu'on va y rester.

- La situation où nous nous trouvons actuellement en est un fameux exemple. Après la journée que nous avons aujourd'hui et ce climat insoutenable, la plupart de vos hommes pourraient vouloir enfoncer la clou dans le cercueil ce soir. Si c'est le cas je serai personnellement tentée de laisser aller les choses. On ne peut pas continuer ainsi indéfiniment.

- Vous pourriez avoir raison, mais un conseil Miss Randall, parlez de cela discrètement à vos amis. Ne soyez pas seule à décider cela.

Kim dit en lui-même:« Je vais observer attentivement ce qui arrivera ce soir et j'agirai en conséquence. En tout cas, a du cran miss Randall.»

A+

Frégo (Qui marque une petite pause avant la scène du souper)

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:27
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:27
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Voilà un petit passage, qui, je pense, n'interfère pas avec ce que tu écris, Frégo. Je ne fais pas vraiment avancer l'intrigue, mais je laisse réfléchir les personnages...


Simon avait été intrigué par la description que Kim Ivan lui avait rapportée des étranges monstres qui deviaient les tirs de pistolets à protons. Tandis qu'il aidait Joan et Maëva à soigner les blessés, il avait écouté le récit du chef pirate. Kim n'était pas homme à en rajouter.

Simon se posait de plus en plus de questions sur ce monde étrange sur lequel ils avaient atterri. Le grand cactus l'intriguait. Les arbres lianes l'avaient surpris. La faune et la flore provoquaient chez lui plus un intérêt purement scientifique, et si le temps ne leur avait pas été si précieux, si leur situation n'avait pas été si précaire pour ne pas dire dangereuse, il aurait aimé y prêter plus d'attention.

Après les recherches infructueuses pour tenter de retrouver Mickey et Thomas, puis l'aide qu'il avait apportée aux deux jeunes femmes pour soigner les blessés, Simon était reparti à la recherche d'autres filons de minerais. Il avait trouvé tous ceux qui étaient nécessaires à la construction du vaisseau, ne manquait que le calcium, sans lequel ils ne pourraient pas utiliser les cyclotrons. Quand Curtis n'avait pas besoin de lui, quand ses connaissances n'étaient d'aucun secours aux jeunes femmes, il poursuivait ses explorations, de plus en plus loin, dans des failles de plus en plus profondes. Comme Mala, il pouvait rester longtemps sans dormir, et il n'avait même pas besoin de longues plages de repos. Une simple opération de réoxygénation pouvait le remettre sur pied.

La tension qui montait, les regards de haine, l'épuisement et la colère, les doutes, la peur aussi qui se développait après ces étranges disparitions faisaient craindre le pire à Simon.

En fin de journée, il revint avant les équipes au campement et parla un petit moment avec Andrew Barrett pour savoir comment s'était passé l'après-midi. Puis il rejoignit Maëva et Joan au dispensaire, jeta un oeil aux blessures des hommes qui étaient restés là. Kim n'était pas parmi eux, le chef pirate avait déclaré qu'il en avait vu d'autres et qu'il pouvait être plus utile sur le chantier ou à prospecter qu'à rester au campement.

Simon comprit aux visages fermés des deux jeunes femmes qu'elles accusaient le coup de la disparition de Thomas. Il surprit même Joan essuyant discrètement une larme en allant chercher quelques affaires dans le coin où Thomas rangeait les ustensiles qu'ils avaient fabriqués. Il la sentit sur le point de craquer nerveusement.

De leur côté, Grag et Mala échangeaient souvent des regards lourds de sens. Dès qu'ils en avaient l'occasion, ils faisaient bien la leçon à Frégolo et Limaille de ne pas s'éloigner de Joan et de Maëva, et qu'au moindre accroc, Limaille devait prévenir son maître par télépathie. Néanmoins, Mala doutait que cela suffise. D'autant que le dernier tremblement de terre les avaient contraint à s'éloigner encore plus du campement et du chantier, et qu'en cas de souci, ils mettraient encore plus de temps à y revenir. Mala aurait volontiers proposé à son chef de rester lui aussi au campement, mais il savait qu'il avait besoin de lui dans la nouvelle mine. Quant à Grag, c'était une évidence qu'il ne pouvait pas rester au campement. Sa force herculéenne soulageait bien souvent les mineurs, et Mala savait que sans l'aide de son ami, des mouvements de révolte se seraient déjà certainement déclenchés sur le chantier. Grag ne pouvait veiller sur Joan et Maëva, et accessoirement sur Anastasia, que la nuit. Mais c'était déjà beaucoup.

- Dis-moi, ma vieille boule de gomme, je crois qu'on n'a jamais été dans une situation aussi difficile et aussi désespérée, dit Grag à son ami, sur le chemin du retour.
- Tu as raison, Grag, la preuve, c'est qu'on ne se chamaille plus. On est trop sérieux. Mais on n'a pas vraiment envie de rire, non plus.
- Non, pas vraiment. Je suis très inquiet pour Joan et Maëva. J'ai peur que ça tourne mal, tout ça. Et je n'ose pas imaginer ce que fera le chef si l'un des mutins ose s'en prendre à elles.
- Moi non plus. Si hélas cela arrivait, on aura intérêt à ne pas être loin si on ne veut pas qu'il y ait mort d'homme.
- Oui, il faut qu'on soit encore plus vigilant que d'habitude pour aider le chef.
- Tu l'as dit, mon vieux, conclut Mala.

Limeye

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:28
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Joyeuse pâques, Élaine, Limeye, à toutes et à tous, [flower]

J'ai la suite bien en tête. Je dois refaire un déplacement en voiture, donc je prévoit vous livrer cette suite demain. J'espère pouvoir apporter un dénouement plausible à cette tension, tout en gardant en tête qu'ils en sont encore au tout début de leurs péripéties. Peut-être faudra-t-il déroger encore à Hamilton parce que je me demande si c'est viable de leur faire passer 7 autres semaines sur ce planétoïde. [wallbash]

Bizz ;D

Frégo

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:28
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Coucou Frégo,

je pense qu'on peut leur faire passer aisément les 6-7 semaines comme imaginées par Hamilton. Il faut leur laisser le temps de construire le vaisseau. Ils ne trouvent l'explication aux disparitions qu'assez tardivement.

on a bien planté le décor, et fait monter la pression. Puisque tu as une "explosion" en tête, vas-y ! Je pense que c'est le bon moment. Ensuite, on avisera, mais on peut la faire remonter par moments, par petites touches. Il y a de nombreuses raisons à cette tension, indépendamment de leur survie liée au défi du temps qui passe et à la construction du vaisseau (là, de toute façon, on ira assez vite car les explications techniques, heu, bon... Wink ).

par contre, ils ont plusieurs problèmes à résoudre : quid des armes ? Pour l'instant, elles sont entre de "bonnes" mains, mais ça peut changer. Ensuite, les disparitions. L'épisode des cuboïdes qu'on peut raconter un peu différemment d'Hamilton ou y rester fidèles selon l'inspiration du moment, enfin, le coeur du récit, c'est le complot. Et ça, je pense qu'il faut retarder le plus possible sa découverte. C'est le coeur du suspens !

J'imagine plusieurs petits rebondissements, qui permettraient d'alimenter le récit au fil des journées. On n'est pas obligé par contre de faire du "au jour le jour", loin de là. D'autant que le quotidien peut être assez monotone. Il peut se passer aussi des journées sans accrocs, sans découverte, sans avancée majeure.

Tu vois ?

Bon courage pour ta longue route (on the road again !) et pour la rédaction de la suite !

bizz

Limeye Smile

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:29
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Bon matin, toutes et tous!

Voici l'orage en espérant que c'est plausible. :o

Plus Tard dans la même journée.

Peu après que sa brûlure fut traitée, Nekitiri quitta aussi le camp pour aller au nouveau lieu de prospection. À voir Maëva, Joan et les hommes restés au camp s'activer pour les soins au blessés, la préparation des repas, fabriquer les outils, chasser, cueillir, veiller à l'hygiène et tanner des peaux, il mesurait les conséquences si leurs activités venaient à être perturbées.

«On pourrait vraiment dire adieu à nos chances de sortir de ce pétrin. Avec tout le monde sur les dents, il va falloir jouer serré pour pas que ça dégénère, ce serais les filles qui en feraient les frais. Et elles ont vraiment accusés le coup de la disparition de Thomas. Quant à nous, on en a vus d'autres avec les situations désespérées, mais celle-ci, elle nous fait perdre tous nos moyens. Je comprends un peu pourquoi : on s'est tous sans exception échappés de la marmite pour se retrouver dans un autre marmite avec la perspective de tomber dans le feu.»

Joan s’affairait machinalement à tanner des peaux pour faire d’autres bandages. Elle ne remarqua pas tout de suite qu’elle s’était coupée la main jusqu’à ce que le sang commence à couler. Ceci n’échappa pas à Maeva et au Professeur Simon. Ezra et Barrett s’approchèrent également. Joan semblait être dans le même état que lorsqu’ils avaient fui le Balkan.

-Joan, regarde ce que tu t’es faite. Dit Maeva. Arrête-toi un instant et laisse-moi regarder ça. Maéva s’occupa de désinfecter la coupure et d’appliquer un bandage.

-Pardon de t’imposer cela en plus du reste Maéva. Dit Joan d’une voix rauque et au bord des larmes. Je suis vraiment au bout du rouleau.

-On voit que quelque chose vous tourmente, Joan. Dit Simon. Et ce n’est pas seulement la disparition de Thomas et la tension générale. Ne gardez pas cela pour vous. Dites-nous ce qui ne va pas.

-J’espère je ne suis pas en train de devenir folle mais cette nuit j’ai été tourmentée par une pensée glaciale qui n’était pas la mienne. Elle me commandait de sortir et d’aller à elle. Je me sentais mis à nue de l’intérieur. Je me suis réveillée juste pour entendre tout le monde s’affairer à chercher Thomas. Je n’ai vraiment plus confiance en mon jugement. Je vois tout en noir!

-J’ai aussi eu une sensation étrange, glaciale, d’être scrutée professeur. Dit Maéva. Mais ce n’était pas aussi intense que Joan.

-C’est la même chose pour moi, dit Ezra.

-Et moi aussi. Dit Barrett. Je me demande s’il y a un lien entre ce phénomène et les disparitions.

- Ce serait très possible. Dit Simon. Nous avons vu des créatures en forme de cube qui semblent utiliser la télépathie pour se matérialiser en monstre. Mais elles ne semblent pas assez évoluées pour avoir une pensée complexe tel que décrite par Joan. Je ne crois donc que ce soit ces cubes qui soient responsables des disparitions. Il faudra certainement enquêter.

- Il se pourrait que nous n’ayons jamais de temps pour cela professeur, Dit Joan, d’une voix angoissée. Ça fait des jours que nous vivons sous cette tension, cette angoisse et cette colère constantes. Nous ne pouvons pas continuer comme ça indéfiniment. Après la nuit et journée que nous avons eues aujourd’hui, je sens que la plupart vont être tentés de planter le clou final dans le cercueil. À moins que quelqu’un ait une idée brillante, il n’y aura rien d’autre à faire que de se tenir debout et faire face dignement, pendant que nous avons encore une dignité.

- Si vraiment ça dégénère ce soir, je propose qu’on se regroupe loin des tables et qu’on fasse silence. Proposa Ezra. Je vais prévenir le capitaine Flam et le reste de votre équipe, Simon, ainsi que les autres officiers, gardiens et ingénieurs. Prévenez ceux des nôtres qui sont à l’infirmerie, Maéva.

- Comprit. Dit Maéva. En espérant que tous les nôtres emboitent le pas. Si certains des mutins pouvaient décider de faire de même ce ne serait pas de trop.

- Le fait que nous n’ajouteront pas d’huile sur le feu aidera peut être tout le monde à se calmer. Dit Bennett. Mais nous ne pourront probablement pas nous empêcher de nous défendre si on est attaqué. Je suis néanmoins partisan de tenter ce que préconise Ezra.

- Je suis d’accord. Dit Joan

- Moi de même. Dit Simon. Je vais vous aider avec le capitaine Ezra. C’est la première fois dans sa vie que la résignation délibérée pourrait être à l’ordre du jour.

Tous furent prévenus. Certains gardiens et Anastasia se montrèrent plutôt tièdes, Mac Clinton et le reste de ingénieurs, y compris Bérenson, se montraient d’accord, les officiers également.
Durant sa conversation avec Simon et Ezra, Curtis exprima un profond sentiment d’impuissance.

-Être personnellement résigné face à la mort, j’y suis préparé depuis longtemps, Simon, Ezra; mais me résigner à ce que Joan et les autres m’accompagnent vers cette fin, je ne sais vraiment pas si je vais pouvoir.

-Aucun d’entre nous ne souhaite être seul lorsque le moment ultime approche, Curtis. Dit Simon. Joan ne fait vraiment pas exception à la règle. Elle aura vraiment besoin que tu sois à ses côtés.
Je peux au moins faire cela Simon. Dit Curtis.

Le soir, tous les hommes se rassemblèrent en face du dispensaire-cuisine pour le repas du soir. Joan et Maéva avaient déjà disposé les repas sur la table pour éviter un va et vient qui mettrait le feu aux poudres inutilement. (« Un peu plus et on nous prendrait pour les femmes des Pierrafeu. » Dit Joan, qui avait retrouvé son sens du sarcasme. Maéva imita Fred Pierrafeu : (« Délima, où est mon repas!!! Sur la table mon Fred!!!)

Ça se bagarrait déjà à droite et à gauche jusqu’à ce que Travis, un colosse de 2 mètres 10, reçoive un coup de poing perdu au visage, encore tuméfié par l’escarmouche avec cuboïdes- géants.

-Non mais j’en ai marre de cette foutue planète. On ne s’en échappera pas de toute façon ou bien tout ça s’est des histoires pour nous empêcher de prendre nos aises et nous payer du bon temps avec les filles!!! Moi je dis, finissons ça en beauté, si on doit finir et éliminons ce joli petit monde, à commencer par Flam et son équipe. On fera exception pour les filles, pas vrai Tolek, Sinqué.

- Ouais, finissons-en! Dirent les 2 autres, Beaucoup d’autres étaient d’accord et devenaient vraiment menaçants.

Devant cela, Simon, Mala, Crag, Curtis, Joan, Maéva, Barrett et Ezra s’alignèrent côte à côte, et firent silence, gardant leurs mains de chaque côté de leurs corps. Les autres officiers, gardiens et ingénieurs vinrent se ranger derrière eux; y compris Anastasia Lou Jenkins, son amant du jour et Berenson. Anastasia avait décidé que survivre pour se retrouver seule face aux mutins ne fait pas parti de ses plans.

-Pardonne-moi Joan. Dit Curtis.

-Tu n’y peux rien Curtis…Je t’aime… Dit Joan

Curtis prit sa main. – Je t’aime, Joan…

Devant ce rassemblement et ce silence, les mutins s’interrompirent un moment.
Joan prit la parole.

-Alors, c’est décidé, vous en finissez ce soir? Dans ce cas, je vous souhaite vraiment d’en profiter parce qu’après, la seule chose qui vous restera à faire est de rester assis en entendant la mort. À moins qu’il y en ait encore parmi vous qui croient que ce planétoïde existera encore dans 2 mois après ce qu’on a vu aujourd’hui.

Un murmure traversa la foule des mutins.

-Il va falloir faire la queue après nous, Travis, espèce de monstre taré! Dit Molémos. Allez venez vous autres! Dit-il à Stone et Bora Boru.

Bora resta en arrière. Lui n’était pas suicidaire. Molémos, Stone, Travis, Tolek et Sinqué s’élancèrent sur Flam et son équipe en première ligne. Flam voulu s’en prendre à Molémos mais Ezra fut plus rapide que lui et l’assomma d’un coup de poing (« L’enfer c’est rien à côté de moi ordure! »). Flam dû se contenter de stone. À la surprise Générale, Travis, Tolek et Sinqué furent assommés par Kim Ivan, Nekitiri et Grabo. Les trois firent écran devant Flam et son équipe.

-En tout cas, nous on n’est pas prête à aller à la mort sans rien faire! Ce vaisseau est notre seule chance de faire quoi que ce soit, Il faudra me passer sur le corps avant de la bousiller, tas de braillards!Vociféra Kim.

À ce moment là, Une pensée glaciale se manifesta chez plusieurs d’entre eux. Pour certains, y compris Kim, Ezra, Maëva , Barrett et Simon , l’impact fût très léger. Curtis, Molémos, Bora Boru, Stone, Bérenson et Anastasia Lou Jenkins accusèrent le choc et grimacèrent, se tâtant la tête avec une main. Joan accusa le choc violemment, se prit la tête à deux et s’écroula sur le sol.

Vos avis sont les bienvenus. Wink

Frégo

"Every man dies, not every man really lives." (William Wallace, dans Brave Heart)

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:31
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Bonsoir à toutes !

Voici une suite. J'ai encore un petit passage en réserve que je n'ai pas eu le temps d'écrire, peut-être après le repas, sinon, demain. Merci Otho pour tes idées, la maladie, je ne sais pas, mais j'avais pensé un moment à des moustiques... je retiens toutes tes idées, à voir si on les exploitera ou pas, j'avoue que celle du mutin devenu fou me plaît bien. C'est vrai que pour l'instant, on n'a pas cité Rollinger... par contre, j'avoue que la destruction du cyclotron, je ne sais pas... je garderai bien Molémos et quelques autres méchants jusqu'à la fin... mais bon, on n'est pas encore là et des tas de rebondissements sont toujours possibles Wink

bonne lecture pour cette suite !

Limeye Smile


Joan, au sol, Kim, Nekiri et Grabo faisant barrière entre eux et les mutins, cette étrange sensation glacée qui en avait saisi plus d'un, tout cela fit planer un lourd silence. Bien des hommes qui l'instant d'avant auraient suivi Molémos, Stone ou Travis avaient reculé, hésitants. Certains portèrent aussi leurs mains à leur tête. Le regard de Kim fit lentement le tour de toute la troupe, cherchant les yeux de chacun. Beaucoup baissèrent la tête en croisant son regard. Tous connaissaient sa réputation, même s'ils n'avaient pas tous "travaillé" pour lui. Ils n'étaient pas heureux d'obéir à Flam dans la mine ou sur le chantier, non, vraiment pas heureux. Mais devoir affronter la colère de Kim... aucun ne le voulait. Pas même Molémos.

Les hommes à terre se relevèrent, grimaçant, mais aucun ne tenta de porter un autre coup. Ils s'éloignèrent, la foule des mutins rassemblés s'ouvrant devant eux pour les laisser passer.

Curtis s'agenouilla auprès de Joan, tentant de la relever. Elle s'était évanouie. Il la porta jusqu'au dispensaire, Maëva sur ses talons. Simon les suivit. Grag se planta devant la porte, tout aussi impressionnant que Kim qui ordonnait déjà la dispersion des hommes.

- Finissez donc de manger, imbéciles ! Si vous croyez pouvoir vous passer d'un repas... et allez dormir ! On va assurer des quarts de veille cette nuit. Neki ?
- Oui, Kim ?
- Tu prendras le premier quart, deux heures chacun, pas plus. Tu prends deux ou trois hommes avec toi, parmi les moins fatigués et les plus sûrs. Grag va veiller de son côté, mais nous, on fera le tour du campement et des cabanes. Il faut que les hommes dorment. Et que les femmes soient tranquilles cette nuit.
- Je ferai une veille avec vous, dit Ezra. N'importe laquelle.
- Moi aussi, dit Andrew. Laissez-moi la plus dure, en fin de nuit.
- Merci, Major. Vous serez avec moi, alors.

Andrew acquiesça et jeta un regard vers le dispensaire. Il s'en était fallu de peu.

A l'intérieur, Maëva et Curtis tentaient de sortir Joan de sa léthargie. Simon donnait quelques indications à Maëva qui s'empressait de les suivre et de préparer une sorte de pâte à l'odeur forte, mentholée, qui pourrait la faire revenir à elle. C'est alors que Curtis remarqua le bandage qui entourait l'une des mains de Joan.

- Qu'est-ce que c'est que ça, Maëva ?
- Elle s'est coupée cet après-midi, en tannant des peaux...
- Nous l'avons soignée, intervint Simon. On va en profiter pour vérifier sa blessure.
- Il ne faut surtout pas que ça s'infecte, Simon !, dit Curtis avec une sorte de rage froide dans la voix.
- Je sais, mon garçon, ne t'inquiète pas, on va surveiller sa blessure.

Curtis reporta son attention vers Joan, lui prit le pouls, il était faible, mais régulier. Il lui tapota la joue, puis Maëva lui fit respirer sa préparation. Lentement, elle ouvrit les yeux. Elle tenta de porter sa main à sa tête, mais elle était trop faible et la main retomba sur le côté. La douleur et le froid étaient encore présents dans son esprit. Curtis l'aida à se redresser, doucement, elle retomba contre son torse. Il la serra contre lui, sachant que cela pouvait la calmer et lui redonner de la force. Il la devinait dans un état d'épuisement tel qu'il savait que l'inquiétude le rongerait à petit feu.

Ezra entra à ce moment-là.

- Comment va Joan ?
- Elle s'est réveillée.

Ezra poussa un soupir de soulagement. Lui aussi était terriblement inquiet. Il raconta brièvement ce qui s'était passé dehors. Et Curtis prit conscience que pour une fois, le repas du soir se terminait quasiment en silence. Il laissa Joan aux bons soins de Maëva et de Simon, promettant de revenir un peu plus tard, et sortit. Kim Ivan, une large tranche de pain avec un morceau de viande posée dessus, l'attendait.

- Capitaine, comment va Miss Randall ?
- Elle a repris ses esprits. Vous avez senti l'onde froide ?
- Oui. Et plusieurs hommes aussi. Elle a atteint Miss Randall plus violemment, n'est-ce pas ?
- Exactement.
- Venez manger, Capitaine, j'ai à vous parler.

Curtis se força à prendre quelque chose et alla s'installer avec Kim, un peu à l'écart des mutins. Il regarda ces hommes, compagnons d'infortune, épuisés, emplis de doute et d'amertume, inquiets. Sur certains visages, il put cependant lire une sorte de honte, comme un regret. Kim prit la parole et Curtis se tourna vers lui.

- On va organiser un tour de veille, Capitaine. On s'est déjà réparti les équipes, ça pourra éviter d'autres disparitions, ou peut-être pourra-t-on repérer ce qui les cause.
- Bonne idée, Kim. Mais les hommes sont épuisés, si je pouvais, je décrèterai une journée de repos pour tous. Mais le temps nous est trop précieux.
- Capitaine, demain matin, il faudra que vous leur parliez. Je sais que vous faites des plans, le soir, nous discutons des choses à faire le lendemain. Mais ça redonnerait du courage aux hommes de savoir qu'ils ne creusent pas la terre pour rien. Quand pensez-vous commencez à couler le premier acier ?
- Après-demain. Nous pourrons alors fabriquer des outils plus solides que ceux que nous utilisons actuellement. Et ce, rapidement et en grande quantité, du moins, si le haut-fourneau que nous avons imaginé tient le coup. Grag pourra forger, il ira vite et sera précis. Je pensais aussi fabriquer des moules, dans une sorte d'argile, et couler directement de la lave dedans, mais cela ne sera possible que lorsque nous aurons réalisé des contenants suffisamment résistants à la chaleur.
- Dès que les hommes verront avancer le chantier, ils se calmeront, même si ça reste dur.
- Je sais, Kim. J'aimerais leur donner plus d'espoir. Et rendre moins dures leurs conditions de travail. Je vous laisse juge d'organiser une rotation des équipes pour demain, les plus épuisés resteront au campement.
- Certains imaginent qu'au campement, ils mèneraient la belle vie. Ils vont comprendre que ce n'est pas de tout repos que d'y passer la journée ! Je laisserai les plus fatigués, oui, mais pas les têtes brûlées, ne vous inquiétez pas.
- Merci, Kim. Vous avez toute ma confiance.

Le chef pirate n'ajouta rien, mais ces quelques mots allaient le marquer durablement.

Très vite, les hommes rangèrent les restes du repas, une petite équipe évacua les déchets du soir, et tous gagnèrent les cabanes, à l'exception de l'équipe qui allait assurer le premier tour de veille, et de ceux qui participaient au briefing quotidien. Celui-ci fut expédié en une dizaine de minutes, puis Kim regagna sa cabane. Il échangea quelques mots avec Nekiri et ses trois hommes, qui s'éloignèrent rapidement pour faire un premier tour du campement. Déjà, des ronflements sonores se faisaient entendre depuis les différentes cabanes. Kim jeta un long regard sur tout le campement, ne remarqua rien de particulier, vit seulement Curtis Newton entrer dans le dispensaire. "Merci de votre confiance, Capitaine. Merci.", pensa-t-il simplement avant de gagner lui aussi son lit.

Curtis croisa Bérenson, qui semblait attendre devant le dispensaire. Il lui ordonna avec fermeté d'aller se coucher. Il le vit s'éloigner en traînant un peu des pieds, et se dit que Miss Jenkins ne les aidait pas vraiment sur ce coup-là. "Si seulement elle pouvait se faire discrète, cette idiote ! Comme si les hommes n'étaient pas déjà suffisamment énervés comme cela... Berenson n'est ni plus mauvais, ni meilleur qu'un autre, mais ce qui lui arrive pourrait le transformer en fauve." L'instant d'après cependant, il se demanda s'il n'allait pas devoir appliquer à lui-même cette propre pensée. Une voix douce et gentille se faisait entendre à l'intérieur, et il resta un instant hésitant à la porte du dispensaire, l'étrange sensation ressentie lors de leur première nuit ici se réveillant dans son coeur.

- Tenez, Miss Randall, prenez cette tisane, elle vous fera du bien, disait simplement Mac Clinton.
- Merci, George, c'est très aimable à vous.
- Oh ! De rien, vous nous avez fait très peur, vous savez. Il faut que vous récupériez.

Joan n'ajouta rien, lui sourit simplement, et prit le bol qu'il lui tendait, le porta à ses lèvres.

Curtis entra à ce moment-là. Elle le regarda, et il fut soulagé. Ses joues étaient encore pâles, mais son regard avait retrouvé un peu d'assurance. "Il faut qu'elle tienne le coup, j'ai besoin qu'elle tienne le coup !", pensa-t-il.

George Mac Clinton s'éclipsa discrètement en toussant légèrement.

- Comment te sens-tu ?, lui demanda Curtis.
- Et toi ?
- Toi, d'abord.
- Je récupère. Je ne sens plus cette force glacée, mais rien que d'y repenser, cela m'oppresse et m'effraye.
- D'autres l'ont ressentie ce soir aussi, moins violemment que toi, mais plusieurs ont été atteints.

Elle hocha simplement la tête.

- Et toi ?, reprit-elle, bien décidée à ne pas être la seule à devoir faire des confidences.
- Les esprits se sont calmés, l'intervention de Kim et de ses lieutenants a remis les choses au clair. Kim a organisé des tours de garde pour la nuit, Ezra et Andrew vont y participer aussi. J'irai en fin de nuit avec eux.
- C'est l'heure la plus dure. Tu as déjà beaucoup à faire et je suis certaine que tu ne vas pas te coucher tout de suite, que tu vas travailler sur tes plans !
- Je n'ai pas d'autre choix, Joan. Mais tu te trompes, je vais veiller un peu ici, avant.
- Tu vas aller te coucher tout de suite, mon garçon, intervint Simon. Sinon, c'est toi qu'on va récupérer en morceaux d'ici peu. Si tu ne vas pas dormir, c'est moi qui vais t'y forcer et tu n'auras pas le choix.

Curtis regarda Simon, il comprit que le professeur lui ferait avaler un sédatif de la pharmacie s'il n'obéissait pas.

- D'accord, Simon, si Joan et toi vous liguez contre moi, je m'incline. Mais laisse-moi encore quelques minutes avec Joan, s'il te plaît, je te promets d'aller au lit directement ensuite.
- C'est moi qui veillerai cette nuit ici, avec Grag, ajouta Simon. Tu pourras dormir tranquille.

Et le professeur leur laissa quelques minutes d'intimité, rejoignant Maëva et Anastasia qui rangeaient quelques affaires en attendant de pouvoir à leur tour aller se coucher. Pour une fois, l'ingénieure en chef préférait passer la nuit au dispensaire.

Limeye

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:32
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Je vous avais promis une petite suite, la voici. Je peux garder la main ou la repasser, selon l'inspiration, Frégo, qu'en dis-tu ?

Bizz

Limeye [crazy]


Le maître avait faim.

Le maître ne comprenait pas. Il sentait pourtant les esprits autour de lui très agités et vulnérables. Il avait voulu se saisir de l'un d'entre eux, si fragile, si merveilleusement fragile. Quelque chose d'inconnu pour lui avait retenu cet esprit, l'avait empêché de venir jusqu'à lui. Il lui avait échappé.

La nuit était tombée, mais des esprits restaient éveillés et sur leurs gardes. Il tenta d'atteindre l'un d'entre eux, mais fut rejeté. Il allait encore devoir attendre. Pourtant, il avait faim. Très faim, de plus en plus faim.

**

Curtis avait gardé Joan dans ses bras, l'entourant de toute sa tendresse, elle était blottie contre lui, cherchant réconfort et sécurité. Au creux de ses bras, elle avait toujours eu le sentiment qu'il ne pouvait rien lui arriver, aussi quand elle sentit l'onde glacée s'approcher à nouveau, trouva-t-elle la force de la repousser.

Elle s'inquiéta encore cependant qu'il veuille lui aussi prendre son tour de garde.

- Comme si tu n'avais déjà pas assez à faire ! Curt, sois raisonnable, même si c'est difficile de l'être dans notre situation ! Si tu t'effondres, nous ne tiendrons pas... seuls toi et Kim êtes capables d'empêcher les mutins de se révolter ! Tu dois te reposer aussi. N'abuse pas de tes forces...
- Je croirais entendre Simon, grogna-t-il.
- Simon a raison, répondit-elle en s'écartant un peu de lui.

Elle chercha son regard, espérant par la seule force du sien lui faire admettre cette vérité : lui aussi devait dormir.

A ce moment-là, Simon fit légèrement bouger le rideau de lianes.

- Curtis ? Mon garçon, laissons ces jeunes femmes se reposer.
- J'arrive, Simon.

Et il se pencha vers Joan, l'embrassa longuement. Quand il s'écarta, il vit qu'elle avait repris courage. Et cela le réconforta infiniment plus que de longs discours.

- Repose-toi, Simon veillera aussi sur vous. A demain.
- A demain, mais promets-moi...
- Promis.

Et il quitta la petite pièce, sans un regard pour Anastasia qui le dévorait des yeux, mais salua simplement Maëva qui lui rendit son léger sourire.

- Bonne nuit, Capitaine.
- Bonne nuit à vous. A demain.

Il sortit du dispensaire, suivi par Simon, bien décidé à ne pas lâcher son "garçon". Grag rappela à son chef qu'il veillerait, yeux et oreilles en alerte, mais que pour l'instant, tout était calme et qu'aucun mutin ne s'était relevé.

Limeye

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:32
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Coucou Limeye, toutes et tous!

Limeye, je vais te laisser la main pour ecrire une suite de plus si tu veux. Je me disais que le cactus pouvait avoir une conscience du complot qui aurait pu etre exploitee mais il a trop faim, il est trop desespere et il est trop fort. Il doit mourrir bientot. Et tout le monde va vouloir resoudre le probleme des disparitions et enlever cette menace. >Sad

Cote plus leger. Pour le probleme du calcium, je voyais Maeva aller fouiller dans la pharmacie qu'elle a pu emporter en se sauvant du Balkan et sortir un flacon de calcium en comprimes. Mais ca tuerait le drame! ;D

A+

Frego
A+

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:32
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Bonjour lectrices (et lecteurs discrets...),

je suis en train de faire avancer le récit. Je vais régler son compte au cactus, mais avant cela, voici déjà une petite suite. Pour le calcium, j'ai plusieurs idées aussi, celles des comprimés est pas mal du tout, je n'y avais pas pensé ! Je livre d'ailleurs plus tard une autre piste pour le calcium, à voir si ce sera exploitable ou pas. Sinon, j'ai aussi imaginé une scène d'arrachage de dents par Maëva, chaque homme donnant l'une de ses molaires la moins pourrie... Wink. Mais pas sûr qu'il y en ait assez malgré tout et le sacrifice sera peut-être nécessaire ! Enfin, nous n'en sommes pas là...

Bonne lecture donc déjà pour ce passage, j'écris la suite que je vous livre d'ici peu.

Limeye Smile



La nuit fut calme, les tours de garde ne révélèrent rien de suspect, mais les hommes qui avaient fait le tour du camp se couchèrent plus sereins. Au matin, après le déjeuner, Curtis prit la parole et expliqua brièvement, mais clairement, ce qui allait se passer au cours des deux prochaines journées.

- Aujourd'hui, les hommes les plus fatigués resteront au camp, ils aideront selon leurs possibilités. Il y a de quoi vous occuper de toute façon, le travail n'y manque pas non plus. L'équipe des mineurs sera divisée en deux, l'une partira avec Kim à la mine, avec Miss Jenkins, l'autre restera avec Ezra et Mac Clinton à la fonderie. Il faut terminer les préparatifs, car demain, nous coulerons notre premier acier. Je pense que nous aurons d'ici ce soir les quantités suffisantes pour le faire.
- Pourquoi ne pas commencez dès aujourd'hui ?
- Parce que je ne sais pas si le haut-fourneau tiendra, et autant le faire fonctionner pour une grande quantité d'acier. Je ferai la liaison entre les équipes. Simon continuera à chercher le calcium qui nous manque toujours. Grag ira là où aura le plus besoin de lui, sans doute à la fonderie. D'autres questions ?

Les hommes se regardèrent entre eux, mais aucun ne broncha. Kim désigna ceux qui allaient rester au camp, mais il prit bien soin de séparer en deux groupes ses "têtes brûlées". Travis, Molémos et Stone firent partie de l'équipe des mineurs, Bora Boru et Sinqué entre autres allèrent à la fonderie. Ceux qui restaient au camp poussèrent un soupir de soulagement.

Le travail s'organisa très vite et la journée se passa plutôt sans souci, au regard des précédentes. Joan et Maëva avaient plutôt bien dormi, la présence d'Anastasia ne les avait pas dérangées. Le soldat blessé était toujours entre la vie et la mort et Maëva s'inquiétait de plus en plus pour lui. Un des hommes de Barrett resta à la cuisine avec Joan et avec un autre mutin, pendant que la jeune médecin sortait. Elle chercha des yeux le Major, ne le vit pas. "Il va falloir prendre une décision pour cet homme", pensa-t-elle. "Je ne peux rien de plus pour lui. Il faut que j'en parle avec Simon ce soir, s'il n'est pas mort d'ici là."

Au campement, chacun s'activait. Le premier groupe chargé de ramener de la nourriture revenait déjà, un autre était parti chercher du bois. Okapaï, un des mutins qui s'occupait de la nourriture, informa Maëva que le major avait accompagné le groupe chargé du bois.

- Il a voulu partir avec eux, c'était les moins fatigués, Miss, dit-il simplement.
- Je comprends. Ca va de votre côté ?
- Oui. On a retrouvé des fruits pas trop loin, qui mûrissent vite.
- La chaleur qui se dégage des volcans y est peut-être pour quelque chose.
- C'est possible.
- D'autres sont partis relever les pièges.
- Venez, ramassons les fruits, nous avons encore assez de viande pour ce midi pour nous tous. Nous nous occuperons cet après-midi de ce que les chasseurs auront rapporté. Mais il faudra retourner chercher des fruits et des grains.
- Ramasser les céréales prend beaucoup de temps.
- Oui, mais c'est essentiel d'avoir du pain à manger, même si je reconnais que nous en avons tous mangé de meilleur !

Okapaï sourit.

- Thomas le faisait bien.

Maëva hocha simplement la tête, une ride s'était creusée à son front. Ils virent alors revenir Andrew Barrett qui se tenait la main, une légère grimace sur le visage.

- Qu'est-ce qui vous arrive, Major ?, demanda Maëva, soudain inquiète.
- Me suis fichu une saleté d'écharde dans la main, je vais avoir besoin de vous.

Elle regarda sa main et ses yeux s'agrandirent. L'écharde était grosse et lui traversait toute la paume.

- Comment vous avez fait ça ?
- En ramassant du bois, dit-il avec un peu d'humour.

Elle le regarda alors en fronçant les sourcils.

- Il va falloir arrêter de faire le galopin, Major !

Il rit et la suivit jusqu'au dispensaire. Joan aida Maëva et quelques minutes plus tard, le Major se retrouva avec une belle peau de lapin autour de la main.

- Finie la corvée de bois pour vous, aujourd'hui, Major, dit Maëva d'un ton sans réplique. Je vous mets à la corvée d'eau ou à nous aider à ranger les provisions.

Ce fut le seul véritable petit incident de cette journée.

Limeye

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:33
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Voilà la suite promise. Je fais peut-être long, mais vous savez que j'aime bien installer les ambiances. Je repasse la main pour la suite, sauf... !

Je poste en deux fois, ça fait un peu comme deux parties.

Limeye Smile


Les deux nuits suivantes furent calmes. Aucune disparition ne fut à signaler, mais les tours de veille épuisaient aussi les hommes. Néanmoins, certains commençaient à reprendre espoir. Le haut-fourneau tenait bon, le premier acier avait été coulé et Grag avait forgé sans s'arrêter de nouveaux outils. Ceux-ci soulagèrent considérablement le travail des mineurs qui retrouvèrent un certain entrain à creuser. Cependant, le travail n'avançait pas très vite et Curtis comprit qu'ils allaient devoir trouver rapidement une autre mine en inspectant dans l'après-midi celle qu'ils creusaient actuellement.

Cet après-midi là, Joan s'inquiéta un peu du comportement de Limaille. Elle avait entrepris de ramasser les larges feuilles que Curtis utilisait pour les copies des plans pour les ingénieurs, et à chaque fois qu'ils passaient non loin du cactus, elle remarquait que le chien lunaire grognait. Limaille jappait une ou deux fois, et semblait faire un détour. Joan se dit que Limaille sentait peut-être un animal, elle prit même peur pour elle-même. Et si un mutin la guettait pour s'en prendre à elle ? Inquiète, elle fit demi-tour et abandonna l'idée d'une dernière collecte de feuilles pour cette journée.

Le soir, Curtis regagna le campement, soucieux et silencieux. Andrew Barrett s'avança vers lui et il comprit alors que quelque chose était survenu durant la journée. Aussitôt, il s'inquiéta de Joan, mais il la vit près du feu et se sentit soulagé.

- Capitaine, le sergent Hudson est décédé il y a une heure. Il faut l'enterrer.

Curtis soupira. Il se tourna vers Grag.

- Grag, tu vas creuser une tombe pour Hudson et fabriquer un cercueil. Fait-le assez loin du campement, cependant, pour éviter tout risque de contamination avec l'eau.
- On pourrait jeter son corps dans la lave, suggéra Barrett. Ca ne me plaît pas comme idée, mais...
- Non. Restons dignes, Andrew, vous savez comme moi combien c'est important. Et nous ferons une courte cérémonie, cela rappellera à tous la précarité de notre condition. Savez-vous s'il était croyant ?
- Aucune idée.
- Alors nous ferons simple. On l'enterra dès que Grag aura fini.

L'annonce du décès du dernier blessé grave de la mutinerie fit murmurer tous les hommes. Ils mangèrent en silence. Le sergent était jeune, il avait une famille, une fiancée. Mais cette mort était une mort "normale", explicable. Il était mort en mission. Il n'avait pas disparu comme leurs camarades. Tous défilèrent devant sa tombe, sous les étoiles, avant de gagner les cabanes. Le briefing du soir eut lieu après la courte cérémonie. Curtis et Simon travaillèrent encore un peu sur les plans, puis le Capitaine alla parler un moment avec Grag.

- Miss Jenkins n'est pas là, dit le robot.
- Tu l'as vue partir ?
- Oui, comme les autres fois, avec un homme. Mais un différent. C'est au moins le troisième chef.
- Je sais, Grag, soupira-t-il. Joan et Maëva sont couchées ?
- Non, elles rangent encore des affaires. Je les ai aidées à débarrasser le lit d'Hudson, j'ai tout mis de côté, j'irai jeter cela demain matin dans la lave, Maëva m'a dit que c'était plus sûr.
- Oui.

Il n'ajouta rien et entra dans le dispensaire. Le voyant, Maëva sourit et sortit simplement. Joan vint se blottir contre lui. Ils avaient autant besoin l'un que l'autre de ce petit moment.

- Ca va ?, lui demanda-t-il au bout d'une longue minute.
- Oui, j'ai récupéré. Surtout... surtout que ces dernières nuits, je n'ai pas ressenti cette terrible onde froide. Je m'endors plus tranquille.
- Je crois que tout le monde dort plus tranquille. Si nous avions su, nous aurions organisé ces tours de garde dès le début, mais je n'imaginais pas que nous aurions eu quelque chose à craindre ici. Il n'y a même pas de bêtes féroces, ou alors, elles vivent plus au coeur de la jungle.
- Ca avance sur le chantier ?
- Pas aussi vite que je le voudrais. On perd beaucoup de temps à chercher le minerai. Mais on peut forger tous les jours désormais, et les outils soulagent les hommes, c'est beaucoup. Demain, nous entamerons la construction du premier cyclotron.

Elle soupira de soulagement, savoir que le chantier avançait vraiment était un réconfort pour elle aussi. Elle s'écarta un peu et le regarda. Il plongea son regard dans les beaux yeux bleus, y puisa une nouvelle énergie. Celle de se battre pour elle, pour qu'elle vive. Quoiqu'il arrive.

- Je t'aime, lui dit-il doucement.

Elle leva la main, caressa tendrement sa joue.

- Il va falloir que tu te rases demain, tu piques !

Il l'embrassa une dernière fois et ressortit, adressa un simple signe de tête à Maëva pour la remercier de leur avoir offert ces quelques minutes d'intimité. Il fit un tour du campement, croisa l'équipe des veilleurs puis gagna leur propre cabane. Simon était encore installé autour des plans, mais il n'eut pas besoin de dire le moindre mot, Curtis rejoignit directement son lit.

Limeye

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:33
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Le maître était désespéré. Un autre esprit faible lui avait échappé. Pourtant, il était très très faible... Qu'est-ce que cela signifiait ? Si même les esprits très faibles ne pouvaient plus parvenir jusqu'à lui ?

La faim le tenaillait. Aucun oiseau ne s'approchait plus de lui. Il avait beau les appeler, ils étaient trop loin, dans la forêt.

Il puisa dans ses forces pour lancer à nouveau son appel. Il trouva un esprit qui ne lui plaisait guère, mais qui était suffisamment vulnérable pour pouvoir être malléable. Un esprit pétrit de culpabilité et de remords.

Grag était assis devant la porte du dispensaire. De temps en temps, il se levait et marchait un peu devant, jetait parfois un coup d'oeil à l'intérieur. Il entendait la respiration calme et régulière des deux jeunes femmes dont il avait la garde. Il avait toujours veillé sur Joan comme si elle avait été un vrai trésor, il faisait de même pour Maëva. Il aurait aimé que, parfois, Mala vienne un peu avec lui, pour assurer la veille, et discuter avec son ami, mais Mala aussi, ici, avait besoin de repos. L'androïde ne se ménageait pas, fouillant les crevasses avec Simon, aidant sur les chantiers, portant les blocs de minerais, apportant du bois pour le haut-fourneau. Il était parmi les premiers levers et les derniers couchers. Seul lui-même, Grag, n'avait pas besoin de sommeil. Et pour rien au monde Grag n'aurait voulu être débranché en pleine nuit.

Limaille et Frégolo cependant lui tenaient compagnie et il devait parfois les calmer dans leurs jeux. Ils semblaient inépuisables. Alors que l'heure la plus profonde de la nuit s'avançait et que l'équipe d'Ezra avait déjà entamé son tour de veille depuis une bonne demi-heure, Limaille s'agita bizarrement, commença à grogner, à japper.

- Qu'est-ce que tu as, Limaille ? Tais-toi, tu vas réveiller Joan !

Mais Limaille grognait toujours. L'équipe d'Ezra était à l'autre bout du campement, quand Grag distingua soudain une ombre qui sortait d'une des cabanes. Il reconnut sans peine Berenson. Limaille continuait à grogner en direction du technicien, qui semblait marcher comme un somnambule. Intrigué, Grag hésitait cependant. Devait-il abandonner son poste pour le suivre ? Il envoya aussitôt Frégolo prévenir son maître et le capitaine.

Limaille emboîta le pas à Berenson et quelques instants plus tard, Curtis et Mala sortirent de leur abri. Grag leur expliqua rapidement ce qui se passait. Ils virent en effet la silhouette de Berenson s'éloigner, et coururent aussitôt derrière lui. Frégolo fila chercher Ezra qui revint rapidement avec ses trois veilleurs.

Curtis avait rattrapé Berenson et tentait de le réveiller. Il sentit à ce moment-là l'onde froide l'entourer, cherchant à envahir son propre esprit. Il lâcha Berenson, porta les mains à sa tête.

- Capitaine ! Berenson !

La voix d'Ezra se fit entendre, réveillant au passage quelques hommes dans les cabanes. Kim fut un des premiers à sortir, alerté par le bruit et les cris. Il gagna rapidement l'endroit d'où provenaient les voix, Simon était avec lui, Barrett, Mac Clinton, plusieurs mutins et les autres ingénieurs arrivaient ensuite. Ils se figèrent devant le spectacle incroyable qui s'offraient à leurs yeux.

Joan s'était réveillée d'un bond, le coeur serré, une angoisse terrible l'avait saisie. Elle sortit aussitôt du dispensaire, sans répondre à la question inquiète de Maëva. "Curtis ! Il arrive quelque chose à Curtis !" Ces mots lui tournaient dans la tête.

Le Capitaine était à terre, se tenant la tête de douleur. Berenson était debout à quelques pas de lui, devant l'immense cactus qui se trouvait à la pointe de leur campement et qu'ils évitaient tous soigneusement dans la journée à cause de ses longues piques, pointues et coupantes comme des rasoirs. Une des branches du cactus s'ouvrit alors et Berenson s'avança un peu plus comme attiré par un aimant. L'onde froide frappa tous les assistants. Kim et Andrew Barrett furent les plus rapides à réagir et se précipitèrent vers Berenson pour le retenir. Ils parvinrent à le faire reculer, mais ce fut alors Curtis qui se releva et qui se sentit lui-même attiré vers l'étrange végétal. Il lutta, malgré la douleur et le froid qui envahissaient son esprit.

- Curtis ! Non !

Le cri de Joan fit sortir Ezra et Mala de leur torpeur, ainsi que Nekiri et Sabaru, l'un des ingénieurs. Ils se précipitèrent vers le Capitaine, le tirèrent en arrière. Le cactus s'ouvrit alors plus encore et émit comme un terrible grognement, avant de se refermer sur du vide.

L'onde froide plana encore un moment, puis disparut. Joan s'était précipité vers Curtis, le serrant fort contre elle. Il reprenait difficilement ses esprits, mais Berenson semblait encore plus mal en point que lui.

- C'était donc cela, dit Simon. Un cactus doué de télépathie qui a besoin de chair fraîche pour survivre.

Tous frissonnèrent à ses mots. Ils venaient de comprendre ce qui était arrivé à leurs compagnons disparus. Maëva qui avait suivi Joan porta les mains à ses yeux, Thomas était mort, avalé par le cactus.

- Il faut l'abattre, dit Kim, nous ne pouvons pas rester avec ce danger à côté de nous. Allez chercher les haches, les armes aussi !

Nekiri et quelques hommes obéirent aussitôt, et revinrent rapidement. Mais alors que tout un petit groupe s'avançait pour s'attaquer au cactus, l'onde les saisit à nouveau, et ils s'arrêtèrent inquiets.

- Il faut s'attaquer à lui en groupe, dit Curtis qui avait retrouvé ses moyens et qui écartait doucement Joan de lui pour se saisir à son tour d'une arme. Il ordonna que tous ceux qui portaient une arme ou une hache s'avancent ensemble vers le cactus, les autres veilleraient et interviendraient en cas de besoin. Il activa le premier tir pour être certain que celui-ci ne serait pas dévié, comme ça avait été le cas avec les étranges cuboïdes. Le tir entama à peine l'écorce épaisse et rugueuse du cactus.

- Les tireurs par ici, on concentre les tirs sur une zone, indiqua-t-il alors.

En quelques instants, l'une des branches du cactus tomba. Ils parvinrent ensuite à dégager le tronc et une étrange forme apparut à leurs yeux à l'intérieur. C'était le cerveau du cactus.

- Vous m'avez vaincu, étrangers. Pourquoi m'avez-vous fait mourir de faim ?
- Nous ne le voulions pas, nous nous sommes installés ici pour peu de temps, nous allons bientôt repartir, répondit Curtis à l'onde mentale.
- Tu me caches quelque chose, étranger, je le vois dans ton esprit.

Curtis hésita un instant.

- Cette planète est condamnée. Dans quelques semaines, elle explosera. Nous voulons simplement la quitter avant ce désastre. Mais puisque vous en étiez l'un des maîtres, dîtes-nous où trouver du calcium ?
- Il n'y en a pas sur cette planète, répondit le cerveau en soupirant. Mais si ma planète doit disparaître, achevez-moi avant.

Curtis leva alors le pistolet qu'il avait toujours dans les mains et tira au coeur du cerveau. L'onde se dispersa et ce qui restait du cactus changea de couleur, de vert clair, il devint sombre, presque gris. Le lendemain matin, il n'en resterait plus que de la poussière.

Limeye

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:34
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Bonsoir O-Tho,

hé oui, désolée d'avoir achevé le cactus... mais il était temps de faire avancer le récit aussi, certes dans un ordre différent d'Hamilton, mais nous ne sommes pas là pour suivre forcément l'ordre des péripéties qu'il a imposé. Tout le mérite de l'avoir "amené" ainsi en revient à Frégo, je n'ai fait que suivre son idée, que j'aimais beaucoup aussi !

le prochain fléau, je ne sais pas encore, mais perso, je pense que dans les passages que j'écrirais (si ça colle avec le récit général, bien entendu), j'insisterai un peu plus sur la "désagrégation" de la planète, en effet, les éruptions volcaniques, les tremblements de terre... mais n'oublions pas le complot qui plane, mais là, j'avoue que je laisse à Frégo le soin de faire avancer les choses à ce sujet à son rythme !

moi, j'ai des petites idées pour des "petites" scènes (je sais, rigolez pas quand je dis petites quand je vois les tartines que je vous envoie ;D) un peu en marge du récit principal, un peu comme celle d'Andrew revenant avec son écharde, ou des petits échanges amoureux entre Curtis et Joan. Il y a le fil principal et tous ces petits a-côtés sur lesquels, perso, j'aime beaucoup écrire.

bizz et bon début de week-end.

Limeye Smile

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:34
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Bonsoir à toutes!

Je trouve que le passage où il est mentionné qu'Anastasia dévore Curtis des yeux ouvre la porte à quelque chose qui pourrait être exploité, peut-être un autre complot de la part d'Anastasia pour se débarrasser de Joan, où elle ferait faire le sale boulot par son frère,Molemos, Stone, etc qui eux, feraient échouer le tout parce qu'ils veulent faire autre chose avec elle que de l'éliminer, et qui eux se font mettre des bâtons dans les roues par Mac Clinton (que je m'imagine quand même un peu plus viril que dans le DA et le roman d'Hamilton), assisté par Barrett, Nekiri et Kim Ivan (pourquoi pas, pourvu que l'initiative revienne à Mac Linton, histoire de justifier que Curtis ressente "l'instinct du mâle" comme il a été mentionné plus tôt, lors de leur première nuit sur le planétoîde..) Mais s'il vous plaît, le tout avant qu'il ne soit trop tard pour Joan, parce que j'ai eu peur lors de la scène des bains dans "Le secret de Beloga" et celle de la cellule sur Cruithne, avec Stone... (mon coeur sensible) . Mais pour voir Curtis jaloux, ça vaut la peine?

Quant aux Cuboïdes, ils pourraient entrer en scène alors que l'équipe des mineurs cherche une autre carrière. J'y pense, il serait bien que Simon ou Otho trouve la pierre expliquant l'histoire des Antales, ça faciliterait leur introduction.

Quant à la maladie infectieuse ou au tremblement de terre ou aux gaz toxiques, c«'est sûr que ça pimenterait l'histoire...

Bonne nuit pour celles de l'ouest, bon sommeil pour celles de l'est! (de l'Atlantique)

Flamme

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:35
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Bonjour Flamme,

merci de ton avis et de tes suggestions concernant cette relecture !

c'est Frégo qui va continuer pour l'heure, j'avoue que, comme toi, j'aimerais donner plus de consistance à Mac Clinton, mais pour l'instant, je ne sais pas comment :Smile ! Ce que tu suggères concernant un mini-complot visant Joan est une bonne idée, qui permettrait de réécrire la fameuse scène où Molemos s'empare d'elle et se fait taper dessus par Curtis (j'adore cette scène !). Elle lui tombe dans les bras après, trop [eyeheart]. Mais j'ai peut-être en tête un truc encore plus vicieux [badhairday] [confusion3]

je pense (mais j'attends l'avis de Frégo à ce sujet aussi), que maintenant que nous avons réglé son compte au cactus, il va falloir aussi amener les cuboïdes, et pas trop tard car ils vont quand même avoir besoin de beaucoup plus de minerai. Mine de rien, ça fait une bonne dizaine de jours, voire deux semaines environ qu'ils sont déjà sur le Météore. Faut qu'on arrive à les faire partir avant l'explosion ! Ou alors, ils ne partent pas et meurent de manière hyper-romantique dans l'explosion de la planète, mais, [nono] pas possible. Donc nous sommes obligées de les faire décoller ;D

bizz

Limeye Smile

Back to top
Sam 14 Déc 2013 - 06:35
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Bonjour à toutes et tous!
Voici une suite pour mettre mes idées en place.

Ils demeurèrent tous hébétés pendant un moment devant le cactus abattu qui se désagrégeait peu à peu sous leurs yeux. Curtis serra brièvement Joan dans ses bras. Il était soulagé. Elle ne serait plus torturée par ces pensées glaciales. L’auteur de leurs pires angoisses des derniers jours était anéanti, mais ils étaient loin d’être au bout de leurs peines.

Une nouvelle inquiétude vint ronger l’esprit de Curtis. Il n’y avait pas de calcium sur cette planète, l’élément essentiel au fonctionnement des cyclotrons. 1 kg pour faire marcher un cyclotron, 1 kg pour faire marcher un deuxième, 500g pour avoir l’énergie suffisante pour faire fonctionner un émetteur. Sans compter qu’avec l’absence de calcium, leur corps pouvaient entrer en carence. Les femmes en souffriraient en premier. Ça restait une priorité de les protéger.

Mais il y avait maintenant un problème potentiellement explosif. Certains pistolets à protons avaient maintenant changé de mains. Un mot de travers pourrait mettre de nouveau le feu aux poudres. Curtis se retrouva avec un pistolet ainsi qu’Ezra. Kim, Nekiri et Grabo avaient conservées les leurs. Ogarev, Féofar et Mérich se retrouvaient avec des armes pour la première fois. C’était des gars que Kim connaissait un peu moins que leurs prédécesseurs qui étaient encore secoués par l’onde froide ressentie durant le combat. Mais Kim ne pouvait pas se permettre de se les mettre à dos.
Pour éviter que cela dégénère, Ezra et Curtis s’empressèrent de remettre leurs pistolets à Kim Ivan.

-Tenez Kim, comme je vous l’ai dit, je vous fais confiance et je ne veux pas utiliser l’intimidation pour me faire respecter, dit Curtis.

- C’est la même chose pour moi, dit Ezra.

- Ce ne serait pas une mauvaise chose du tout que vous gardiez ce pistolet Colonel Gurney, je sais que n’êtes pas homme à vous emporter pour un oui ou un nom. Dit Kim Ivan. Je vais vous remettre l’autre, Major Barrett comme vous êtes responsable de la sécurité du campement. Kim jeta un regard autoritaire à ses hommes pour couper court à toute protestation.

Barrett accepta l’arme silencieusement et la rengaina dans son étui. Sa main droite blessée continuait de l’élancer mais il était gaucher. Quelques jours plus tard Maëva s’apercevra que la plaie ne se referme pas et cela finira par avoir des répercussions.

-Retournons au campement. Nous continuerons les tours de garde au cas où quelque chose d’autre nous pende au bout du nez, dit Kim.

-Kim, lorsque nous serons au camp, je vais avoir à vous parler discrètement avec Nekiri et Grabo, dit Curtis

-Je vous suis Capitaine, fit Kim.

Joan marchait à côté de Curtis. Elle voyait qu’il restait inquiet et savait que c’était à cause du manque de calcium. Elle était sûre que le cactus avait dit la vérité qu’il ne n’avait pu cacher ses propres pensés plus que Curtis avait pu cacher les siennes.
-Curtis…combien faut-il de calcium pour nous faire décoller d’ici? Demanda Joan.

- Il nous faut un minimum d’1kg pour faire marcher un cyclotron mais nous n’irions pas loin, dit Curtis. Il nous faudrait un autre kg et demi pour faire marcher le deuxième et faire marcher un émetteur. Il savait qu’il était inutile de cacher la vérité à Joan.

- Maëva a peut-être des comprimés de calcium dans sa pharmacie. Comme autres sources, il faudra peut-être que nous faisions don de certaines de nos dents. Ça ne plaira pas ni à Maëva de jouer les dentistes, ni aux autres de se faire arracher une dent. Les restes du cactus pourraient en contenir avec ceux d’entre nous qu’il a consommés. Et… je déteste même d’y penser… il faudra peut-être exhumer et incinérer Hudson pour utiliser le calcium contenu dans ses os. Rétorqua Joan.

Curtis grimaça à la pensée de devoir exhumer un cadavre, mais il ne va probablement pas avoir le choix. Quant à l’arrachage de dents, il faudra le faire graduellement pour préserver les forces. Il faudra peut-être un ultime sacrifice…

-Et il faut aussi faire face à l’éventualité que nous entrions en carence. Il faudra peut-être réserver une part des comprimés pour notre consommation. Et c’est à toi et Maëva que je pense. Dit Curtis inquiet pour elle.

Joan resta silencieuse. Elle avait constaté qu’il n’avait pas inclus Anastasia dans ses inquiétudes. « En tout cas, se dit-elle, si Anastasia veut passer pour un idiote, sa comédie est très réussie. Mais moi je ne me méprends pas. Ce ne sont pas les hommes qu’elle a recrachés qui vont se transformer en fauve. Non, car le fauve, c’est elle! Elle a eu 2-3 amants après Bérenson. Eux ne semblent pas bouleversés d’avoir été recrachés. Bizzard. Et ses nouveaux ont tous été des gardiens. Fait-elle une sorte de recrutement? Ça ne me dit rien qui vaille! »

Le cactus avait émis une pensée qu'elle seule avait pu capter, elle en était sûre:"Il ne faut pas m'en vouloir. Je ne voulait pas te faire souffrir inutilement. Il me fallait manger. Je sens des mauvais esprits autour de toi: Violence et cupidité, Ambitions déçues, tromperie et cupidité, tromperie et cupidité. Le cactus n'avait pu continuer.

-Curtis…Anastasia…ne la sous-estimes jamais. Crois-en mon intuition. Lui dit-elle gravement.

Curtis serra sa main dans la sienne pour la rassurer. De son côté, il pensa soudainement à Mac Clinton. À sa simple gentillesse d’avoir préparé du thé à Joan pour la réconforter. Ses sentiments étaient conflictuels. Il ressentait un pincement de jalousie et entrait dans un esprit de compétition lorsqu’il était présent. Mais d’un autre côté, les gens qui voulaient du bien à Joan n’étaient pas de trop. Elle mérite qu’on lui veuille du bien. Elle mériterait …de toujours passer en premier…

Bérenson avait récupéré un peu. Il pouvait marcher seul. Ce que le cactus avait dit à propos du calcium ne lui avait pas échappé. Il en était presqu’heureux, ça lui offrait une chance de racheter ce qui était arrivé par sa faute. En tous cas, il ne raterait pas sa sortie. Anastasia allait en baver! Il ferait échouer ses plans.

Molémos avait observé du campement le combat contre le cactus. Il avait ressenti cette onde froide, il avait accusé le coup violemment; mais rien de tout cela n’allait l’attendrir. Au contraire, la haine, l’avidité et la violence s’étaient décuplées. Il avait vu Joan Randall, comment elle avait protégé son capitaine Flam. Comment avec de simples gestes, elle donnait plus à Flam que ce que, lui Molémos, obtiendrait jamais en employant la force sur une dizaine de femmes. Mais il se contenterait de profiter d’elle longuement…et Flam la regarderait souffrir. Après, il lui réglerait son compte. Un moment viendra où la compassion pousserait Joan à commettre une imprudence. Il savait ou elle allait pour aller chercher des feuilles, relever ses collets à Lapin ou ces fichues herbes médicinales. Il profitera d’un moment d’inattention pour l’attendre avec 5 de ses comparses


Frego

Back to top
Aujourd’hui à 09:53
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [cadavre exquis] Les visages de mon ennemie (1ère partie)
Back to top
Page 2 sur 5
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure