Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Ven 13 Déc 2013 - 12:45
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Grabo avait quitté momentanément son poste récepteur pour aller se chercher du café. Lorsqu'il revint, son attention fut immédiatement captée par un petit point rouge sur l'écran. Il reprit vivement place sur sa chaise et appela immédiatement Kim:

-Kim, viens ici, Timarrow nous a envoyé un signal!

-J'arrive!

Quelques instants après, le chef pirate faisait irruption dans la pièce, toute son attitude trahissant son impatience d'en savoir plus. Les deux hommes prirent rapidement note de la provenance du message et localisèrent rapidement l'endroit: leur complice se trouvait dans une bâtisse située dans un quartier chic et isolé en banlieue de New York, dans le New Jersey. Ainsi, c'est là qu'il se trouvait depuis que Valérie avait été retrouvée...

-Qu'est-ce qu'il fait là? Ou plutôt, qu'est-ce que cette bande de crapules peut bien faire là? gronda Kim. C'est certain qu'ils doivent être sur un nouveau coup, j'espère que Timarrow a pu élaborer un peu...

-Je crains que non, Kim, rétorqua Grabo en décodant la courte série de chiffres, de lettres et de symboles manifestement communiquée en toute hâte. Voici son message, dit-il en se tassant légèrement pour que Kim puisse bien voir:

danger-Flam prisonnier-contacter Gurney-rush

Le Martien et le Jovien se regardèrent, abasourdis:

-Quoi! Ils ont réussi à capturer le capitaine? Ils ont encore plus d'ambition que je pensais, s'insurgea Grabo.

-Ouais... ça ne nous laisse pas le choix: il faut contacter Ezra Gurney! Mais j'aurais mieux aimé régler cette affaire seul et laisser la Police Interplanétaire en-dehors de ça...

Grabo composa alors le code personnel d'Ezra, et les deux hommes attendirent avec impatience que la communication soit établie...

***

Frégolo et Limaille virent apparaître devant eux la silhouette caractéristique du Comète, posé un peu à l'écart dans le spatioport. Frégolo se posa, reprit sa forme naturelle et gravit la passerelle d'accès avec Limaille, pour se heurter à une porte fermée. Ils se regardèrent, consternés, puis Limaille tenta d'entrer en contact avec Simon par télépathie. Selon les dernières nouvelles, le professeur devait s'y trouver, mais comme il devait être absorbé dans sa collecte de données, il serait plus difficile d'attirer son attention.

Le chien lunaire tenta longtemps d'établir un contact avec le cerveau volant pendant que Frégolo tournait autour de lui, inquiet et impatient. Après plus d'une heure, il se remit à japper tout en sautant frénétiquement: il avait apparemment réussi! Effectivement, quelques secondes après, la porte s'ouvrit, laissant passer les petits animaux qui se dirigèrent au pas de course vers le poste de pilotage. Leur excitation et le fait qu'ils étaient revenus seuls fit immédiatement comprendre à Simon que quelque chose de grave était arrivé. Il eut besoin de toute son attention pour capter le message désespéré du chien lunaire et il réussit à comprendre par télépathie, à travers le tapage de Frégolo et les gesticulations de Limaille, que le capitaine et Mala avaient été enlevés, et que Crag avait été abandonné sur place après avoir été désactivé.

Simon réfléchit rapidement: seul, il ne pourrait pas faire grand-chose. Le plus urgent était de récupérer Crag et de le remettre en état de marche. Il contacta aussitôt Ezra, le pressant de le rejoindre au plus vite à bord du Comète. L'attente parut longue au cerveau volant ainsi qu'aux petits animaux, mais à peine 30 minutes plus tard, le marshall gravissait la passerelle d'accès et faisait irruption dans le poste de pilotage. Le Cyberlabe décolla, et se dirigea vers le quarter où se trouvait l'Alcôve Rouge. Ezra et Simon eurent tôt fait de localiser Crag, qui gisait sur le toit de l'immeuble, tel qu'il avait été abandonné. Après avoir mis en place le système de brouillage radar, ils actionnèrent le rayon tracteur et le robot put ainsi être ramené à bord. Le Comète reprit la direction du spatioport et s'y posa à nouveau.

Simon s'enferma avec lui dans le laboratoire. Avant de réparer les circuits, il entreprit de vérifier si la mémoire de Crag n'avait pas été touchée: peut-être permettrait-elle de découvrir ce qui s'était passé? Il venait tout juste de constater avec soulagement que la mémoire était intacte, lorsqu'Ezra entra dans le laboratoire, offrant son aide à Simon:

-C'est sérieux? Si je peux donner un coup de main, quel qu'il soit...

-Merci, Ezra, je pense réussir à le remettre en marche sans trop de difficulté. Mais puisque vous êtes ici, je vous invite à prendre connaissance des dernières données que j'ai recueillies plus tôt aujourd'hui. De mon côté, je vais voir si Crag a pu enregistrer quoi que ce soit qui pourrait nous permettre de découvrir ce qui s'est passé...

Ezra s'exécuta et regarda attentivement les photos d'Aled'ja Korn, de Markus Saunders, d'Annabelle Black et de Mariam Khalil. Il tiqua sur le nom de famille de la scientifique martienne; quant aux autres, ils lui étaient totalement inconnus. En voyant sur quels sujets se concentraient les recherches d'Aled'ja, il cilla. Il allait demander une précision à Simon quand son communicateur personnel bipa; lorsqu'il se rendit compte de l'identité de son interlocuteur, il ouvrit grand les yeux:

-Ça alors, Kim! Quel plaisir de vous parler, ça faisait une éternité qu'on n'avait pas de vos nouvelles! Quelle est la raison de votre appel?

Kim coupa court à l'échange d'amabilités et, de sa voix bourrue, alla droit au but:

-Une sale histoire, malheureusement! Écoutez-moi bien, marshall Gurney, il n'y a pas de temps à perdre: êtes-vous bien assis?

Ezra en demeura bouche bée:

-Non, je suis debout! Mais allez-y, je crois être capable d'encaisser...


Flamme
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 12:45
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 12:45
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Laissant ses complices s’occuper du Capitaine, Markus était entré dans la chambre de Joan. Enfin, il allait pouvoir s’en occuper. Et Mariam n’était pas là pour lui donner des ordres. Et Olga avait trop à faire… Il resta à la regarder quelques secondes. Elle dormait. Mais il savait qu’ils avaient réussi. Quand elle se réveillerait, elle ne se souviendrait plus du tout de qui elle était. Le transfert de pensées avait fonctionné. Elle serait à lui. Totalement. Elle ne pourrait plus résister. Elle ne pourrait plus prier, supplier. Au contraire, elle serait totalement obéissante et soumise. C’était son rêve absolu. La maîtriser. Aledj’a et les autres pourraient bien s’occuper du Capitaine, maintenant que leur appareil et leur procédure étaient parfaitement au point. Non que cela le laissait indifférent, de tels projets étaient tentants, mais Joan…

Il s’avança dans la pièce, vit que l’infirmier l’avait bien soignée. Dans quelques jours, il n’y paraîtrait plus. Il se fit la remarque que Tim Harrow était un bon professionnel. Il serait utile aussi pour le Capitaine, mais ensuite, il faudrait le liquider. Il en savait déjà trop. Il pourrait parler.

Du bout du doigt, il repoussa doucement une mèche du front de Joan, puis le laissa descendre le long de son nez, fit le tour de ses lèvres, s’arrêta sur son menton. Son joli petit menton. Comme elle le relevait fièrement… il revoyait toutes ces images d’elle qu’ils avaient pu saisir à son insu, tous ces merveilleux moments où il l’avait observée sans qu’elle s’en rende compte. Il avait le sentiment d’avoir été totalement avec elle.

Maintenant, ce serait elle qui serait totalement avec lui.

Un vilain sourire s’afficha sur son visage. Il commença à dégrafer le chemisier de la jeune femme, découvrant sa gorge, la naissance de sa poitrine. Comme elle était belle ! Comme sa peau était douce… tout cela serait à lui. Enfin.


**

Timarrow et Otho étaient restés discrets, quittant sans bruit la pièce où ils avaient enfermés Olga et les deux slaves. Mala se retransforma rapidement en Boris. Il entra sans frapper dans la chambre de Joan, ce qui surprit Markus. Néanmoins, le sang de Mala ne fit qu’un tour, quand il devina ce que le "bon" docteur s’apprêtait à faire. Joan était couchée sur son lit, il avait commencé à défaire son chemisier. Fort heureusement, il n’était pas allé plus loin.

- Et bien, Boris ? Qu’y a-t-il ?
- Un petit souci avec le Capitaine. Olga a besoin de vous.

Saunders poussa un soupir agacé. Il sortit d’un pas vif… pour s’effondrer sur le seuil de la chambre, assommé violemment par Timarrow.

- Ce coup-là, ce salopard l’a pas volé…, maugréa-t-il. Bon, on fait quoi maintenant ? Comment on sort d’ici ?
- La voiture qui nous a amenés possède des vitres teintées. On ne peut pas voir à travers, elle est dans le garage…, commença Mala.
- Compris, dit Timarrow.

Ils descendirent Joan et le Capitaine, les couchèrent à l’arrière de la voiture. Puis ils remontèrent, enfermant séparément les quatre sbires dans les chambres, les entravant solidement et les bâillonnant.

- Ca nous laisse quelques heures de tranquillité, dit Mala. Mais dès qu’on peut, on va faire rappliquer la police par ici. Y’a quoi à l’étage ?
- Des bureaux, nos chambres, grimaça Timarrow. Et au deuxième, je ne sais pas, c’est fermé. Je n’ai jamais vu quiconque y aller.
- Bon, je fais un tour rapide dans le bureau, voir si je trouve quelque chose d’intéressant, et je reviens.

Timarrow descendit au garage pendant que Mala faisait un tour à l’étage. L’androïde revint rapidement, Timarrow avait pris la télécommande avec lui, il ouvrit aisément la porte, puis ils prirent l’allée qui traversait le terrain. Mala conduisait, toujours maquillé en Boris. En arrivant devant le malabar qui gardait l’entrée, Timarrow baissa sa vitre et dit :

- Olga nous envoie chercher du matériel. On sera absent une heure environ.

Le grand costaud le regarda d’un air un peu soupçonneux, tenta de jeter un œil dans la voiture.

- Mouais. Je vais vérifier. Normalement, elle me prévient.

Mala pesta intérieurement. Lorsqu’il eut une idée. Il sortit prestement de la voiture, en fit le tour et commença à regarder bizarrement vers la haie. Le gardien arrêta de composer le code d’Olga et fixa le faux Boris.

- Qu’est-ce qui te prend ?
- J’ai cru voir une ombre, là-bas. Attends, je vais voir !
- Non, j’y vais ! C’est mon job !
- Ok…

Le grand gardien se dirigea vers la direction indiquée par Mala, qui remonta tranquillement dans le véhicule. Lorsque le gardien fut assez éloigné, il débloqua le frein à main, et laissa glisser lentement la voiture dans l’allée. Puis il remit le moteur, fit un signe de la main amical et tourna dans la rue. Ils étaient sortis. Le Capitaine et Joan aussi.


Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 12:46
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Aled’ja Korn devrait se réjouir. Ses hauts adeptes avaient des postes prépondérants sur Mars, Vénus et Uranus. Il était trop tôt pour afficher publiquement la société d’Alvéola mais les membres se reconnaissaient entre eux et savaient où se retrouver. Ils avaient leurs lieux de rencontres. L’alcôve rouge en était un. En dessous de la boutique se cachait un de leurs temples.

À l’origine, la société d’Alvéola voulait réinstaurer la grandeur et la suprématie passée de Mars mais Aled’ja avait jugé opportun d’adapter les ambitions de cette société pour pouvoir attirer dans ses rangs des membres talentueux des autres planètes. Elle se distinguait de son neveu Khalone par une vision collectiviste au lieu d’individualiste. Son esprit n’était pas obscurci par des désirs de vengeance. Elle arrivait encore à se faire croire qu’elle servait des intérêts supérieurs.

La société recrutait ses membres parmi la communauté scientifique, cultivée et aisée des divers planètes mais aussi parmi des jeunes sans le sou mais prometteurs. Elle avait mis en place un système efficace de recrutement : bourses d’études universitaires, lycées, collèges et instituts de recherche scientifiques financés par la société etc. Ce dernier mode de recrutement permettait aussi d’avoir des gens dont l’esprit est plus aisément malléable.

Aled’ja a même trouvé des adeptes de choix au centre Hope de New York il y a 7 ans : Annabelle Black et Mariam Khalil. Elles étaient maintenant ses 2 adjointes. Elles lui obéissent aveuglément grâce à l’altérateur de pensée. Avec elles, ça avait été facile, il y avait beaucoup de souvenirs qu’elles auraient choisis d’oublier de toute façon. Elles étaient aussi déjà des converties sans le savoir. Aled’ja avait donc pu permettre qu’elles conservent un degré de libre arbitre. Leur obéissance était militante au lieu de servile.

L’altérateur de pensée coupait des connections synaptiques du cerveau responsables de la mémoire historique et affective et morale des sujets qui étaient si étroitement liés au sentiment de libre arbitre. Les capacités intellectuelles et les compétences personnelles et professionnelles demeuraient intactes mais les sujets étaient sans volonté propre, soumis à la première personne présente pour leur donner des instructions ou un code de conduite.

Elle avait jubilé en apprenant que la lieutenant Joan Randall travaillait récemment au centre Hope quelques heures comme bénévole. Mariam et Annabelle avaient pu travailler à gagner sa confiance avec l’aide de Markus Saunders qui posait comme médecin travaillant au centre un jour par semaine. Elle était sa carte maîtresse pour capturer le Capitaine Flam. Si elle pouvait le convertir à sa cause à l’aide de l’altérateur de pensées, il serait un allié de choix et le gouvernement intersidéral tomberait.

Aled’ja savait que Joan Randall serait coriace face à l’alternateur à cause de la force de ses sentiments, de ses principes et ses liens d’affection et qu’il faudrait peut-être avoir recours à des sosies pour pouvoir lui imputer des opérations d’assassinat. C’est pour cela qu’on avait prit plusieurs clichés d’elle. On avait mis son vidéophone sous écoute surtout pour épier ses possibles entretiens avec le capitaine Flam et enregistrer ses timbres de voix.

Saunders, initialement sous les ordres de Swan, ne s’était pas fait prié pour faire cette besogne. Ils avaient aussi appâté Swan avec ces clichés en lui promettant de lui donner Joan Randall s’il leurs donnait satisfaction en matière de renseignements. Menacer sa nièce, Valérie, avait été une précaution de plus pour qu’il s’active.

Tout était en place pour que la Terre tombe sous leur influence. Grâce à cet idiot de Swan, elle avait les noms, les profils, les lieux de résidence et tous les renseignements concernant les habitudes et les agendas des membres clés de la police et du gouvernement terrestre et intersidéral.

Oui, Aled’ja devrait se réjouir. Joan Randall et le Capitaine Flam étaient entre ses mains. Sauf que les choses ne se sont pas passées comme prévu. L’enlèvement de Valérie Swan a eu lieu. Ses complices l’ignorent mais, elle, elle sait que la jeune fille n’est jamais parvenue à la destination prévue. Quelqu’un est intervenu pour la soustraire à leur emprise. Il y a un traître parmi les hommes de main et quelqu’un qui travaille dans l’ombre pour contrecarrer ses plans! Déjà qu’elle rebutait à utiliser des outsiders pour ses entreprises. Swan s’était montré beaucoup trop stupide et imprudent avec sa correspondance et les fichiers qu’ils lui avaient confiés. Il a fallu l’éliminer.

Il a fallu utiliser un sosie de Joan Randall pour ce meurtre, parmi 5 jeunes filles qu’ils ont kidnappées et passé à l’altérateur à sa place. Joan Randall s’était vraiment montrée têtue et coriace face à ce procédé. Elle a même failli échapper à Saunders, Annabelle et Mariam lors de son enlèvement. Saunders lui a assuré que la procédure avait finalement réussi mais elle savait que son sadisme, son avidité et ceux d’Olga pouvaient vraiment les rendre contre-productifs et incontrôlables.

Pourtant, Saunders a lui-même été soumis partiellement à l’altérateur pour obéir aux ordres de Mariam, Annabelle et elle-même. Ses compétences et son intéllect étaient trop gouvernés par ses instincts et appétits extrêmes. Une altération complète de la pensée l'aurait plongé dans un état végétatif et elle avait encore besoin de lui. Aled’ja devra constater elle même l’état de Miss Randall. Elle ne sera peut-être bonne que pour faire souffrir et soumettre Curtis Newton quand il verra l’état dans lequel on l’a réduite. Un vrai gaspillage de potentiel.

Finalement, le capitaine Flam a mis vraiment du temps pour mordre à l’hameçon du message suggestif laissé par Saunders et le message automatisé du fleuriste sur la boîte vocale de Joan Randall. Quelque chose a du alerter sa méfiance. Toutes ces petites anicroches ont surement alerté la vigilance du Professeur Simon… et celle d’Ezra Gurney (On le voit, mais en même temps on ne le voit pas celui là!) et du président Carthew. Elle sait que tous les agents en fonction ont reçu un ordre de retrait préventif.

Mais Aled’ja ne peut plus reculer maintenant, il est trop tard pour cela. Ça passe ou ça casse. Elle peut quand-même prendre une précaution pour assurer ses arrières.

- Annabelle? Mariam?

- Oui maîtresse? Dirent-elles ensemble.

- Retournez sur Mars pour assurer l’intérim de la société si quelque-chose m’arrive. Vous connaissez bien ma volonté. Continuez d’agir en tant que tel.

- Ce sera fait selon vos désirs. Dit Annabelle.

Aled’ja prit un spaciocar avec 4 disciples gardes du corps en direction du New Jersey. Dix minutes plus tard, Annabelle et Mariam partaient discrètement en direction de l’Astroport intersidéral de New York pour rejoindre un vaisseau privé en partance pour Mars.

Un des contrôleurs aériens au sol du nom de Vadek reconnut les deux jeunes femmes. Quel pot! Le premier jour de service auquel Kim l’avait assigné! Il envoya un texto à son chef : « Black et Khalil ont décollé pour Mars. Voici le numéro de l’appareil. »

****

Dans le spaciocar conduit par Mala, Joan était dans un état agité de semi-conscience, des images fugitives assaillaient son esprit elle se sentait sur le point de perdre un combat oublié. Elle tentait désespérément de retenir ces images. Elle avait le vague sentiment que si le noir absolu venait, elle perdrait tout; elle ne voudrait plus quoi que ce soit par et pour elle-même. Elle devait retenir quelque chose. N’importe quoi!

Une image finit par se fixer dans sa tête : celle de deux petites créatures, une créature verte avec une carapace et une espèce de petit chien rose avec une crinière bouffante, ensuite, elle vit une paire d’yeux gris qui la considérait gravement. Ces images provoquèrent un mélange intense d’affection, d’amour et de tristesse. Soudain, elle avait les yeux grands ouverts. Les larmes coulèrent de ses yeux. Au moins, elle se souvenait de quelque chose. Tout n’était pas vain.


Frégo80
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 12:46
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Ezra écouta avec attention les propos de Kim. Au fur et à mesure que le chef pirate lui faisait ses révélations, les yeux du Marshall s'ouvraient de plus en plus grands, au point que Simon se demanda bien vite ce qu'il en était. Le professeur avait cessé les réparations de Grag et attendait le récit d'Ezra.

- Qu'est-ce que vous dites, Kim ? Vous savez où se trouve le Capitaine ?
- Oui, Marshall, voici les coordonnées. Dépêchez-vous d'envoyer vos hommes là-bas, mais soyez prudents. Aled'ja Korn n'est pas une débutante, elle est l'une des chefs de la société secrète d'Alvéola, ces espèces de fous qui veulent faire la loi sur Mars... et avec lesquels nous nous fritons depuis un bon moment. Je vous raconterai les détails plus tard, mais nous sommes parvenus à découvrir qu'ils envisageaient une opération d'envergure contre le gouvernement des Neuf Mondes. C'est pourquoi j'ai placé un de mes hommes en infiltration parmi eux. Mais je crains aussi maintenant pour sa vie. Faites vite, Colonel !
- Je m'en occupe tout de suite, Kim, ne vous inquiétez pas. Je vous tiens au courant !

Et Ezra raccrocha puis rapporta les propos de Kim à Simon.

- Appelez vos hommes et le Président, Ezra, je vais finir les réparations sur Grag et nous allons nous rendre à cette villa. Il ne faut pas perdre de temps.

Pendant ce temps, Mala et Timarrow se dirigeaient vers la ville. Mala surveillait avec soin son rétroviseur, de crainte d'être suivis. Il se doutait que le malabar de l'entrée découvrirait bien vite leur fuite et trouverait le moyen de réveiller ses complices.

- Où va-t-on ?, demanda Timarrow.
- Au siège de la police interplanétaire, c'est le plus proche et le plus sûr.

Tim tiqua, ce que Mala remarqua aussitôt.

- Ouais, je sais, Tim, les flics et toi, ça fait deux, mais...
- Où sont le professeur Simon et Grag ?
- Grag s'est fait amoché lui aussi sur le toit de l'immeuble, en face de l'Alcôve rouge. Quant à Simon, il était resté au Comète.
- Ne vaudrait-il pas mieux rejoindre le professeur ? Le Capitaine et Miss Randall ont été drogués... il pourra peut-être faire quelque chose pour eux ! Et je crains vraiment pour Miss Randall, je n'ai pas pu empêcher qu'elle soit maltraitée, sans compter qu'ils ont dû salement la droguer ou peut-être pire, car à aucun moment, les rares fois où elle était consciente et que je me suis occupé d'elle, elle ne m'a reconnu.
- Bonne idée, on va filer à l'astroport.

Et Mala appuya sur le champignon, faisant pester quelques autres conducteurs par sa façon de passer en force sans se soucier des priorités et de la signalisation.


Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 12:47
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Grag était réparé et sa mémoire venait de livrer à Simon et Ezra son enregistrement de leur attaque, il s'apprêtait à faire décoller le Comète avec le colonel, lorsqu'ils virent soudain arriver un petit véhicule en trombe, traverser les pistes malgré les signaux des agents, et s'arrêter à deux pas du grand vaisseau.

Mala en surgit d'un côté, Timarrow de l'autre, au grand étonnement de Grag.

- Voilà la boule de gomme ! Professeur, il est parvenu à leur fausser compagnie ! Je savais bien qu'il serait plus malin que ces affreux Alvéoliens...
- Timarrow est avec lui, ouf ! Mais… que font-ils ?

Ils virent en effet Mala leur faire signe, puis ouvrir le coffre du véhicule aux vitres teintées. Grag quitta son poste rapidement, déverrouilla la porte du vaisseau et descendit pour les rejoindre. Ezra attendit en haut de l'escalier, Simon suivit Grag.

- On a pu sortir le chef et Joan !, s'exclama Mala. Mais ils sont drogués... et Joan est sérieusement amochée...
- Les ordures !, rugit Grag. Ils vont le payer cher ! J'en ferai de la bouillie pour chat !
- Aide-nous donc à les sortir de là, tas de ferraille !
- Amenez-les vite à l'infirmerie, dit Simon posément.

Rapidement, Joan, puis Curtis, furent installés à l’infirmerie. Sans tarder, Simon commença à les examiner. Ezra attendait, inquiet. Il avait prévenu la Présidence, juste au moment où ils comptaient décoller. Il retourna dans le cockpit et rappela ses supérieurs pour leur faire savoir qu’ils avaient retrouvé le Capitaine et la lieutenant Randall, mais que les ravisseurs n’avaient pas été neutralisés. Il fallait à tout prix envoyer une équipe spécialisée là-bas.

Il retourna auprès de Simon, qui était en mesure de livrer un premier diagnostic.

- Curtis a seulement été drogué. Il devrait pouvoir se réveiller d’ici peu, indemne. Par contre, je suis très inquiet pour Joan. Elle a subi de nombreuses blessures… peut-être pire. Et de ce que vous m’en dîtes, Timarrow, elle n’était pas en mesure de reconnaître quiconque ?
- Elle ne m’a en effet pas reconnu, professeur, répondit-il avec inquiétude, quand je l’ai soignée. J’ai fait de mon mieux…
- Si vous aviez tenté quoique ce soit, vous auriez été tué, Tim, et nous ne vous aurions pas retrouvé, ni vous, ni eux. Que savez-vous de ce qui se passait au sous-sol ?

Timarrow raconta le peu qu’il savait, tenta de répondre le plus précisément aux questions de Simon concernant les produits qu’ils injectaient à Joan.

- On avisera à son réveil, conclut Simon. Commençons par soigner ses blessures. Mais pour l’heure, Ezra, pouvez-vous vous rendre sur place ? Il faudrait vraiment inspecter cette cave. Grag va vous accompagner. Mala restera ici, avec moi et Tim, pour nous occuper de nos deux amis.
- Bien, professeur.

En sortant de l’infirmerie, Grag jeta un dernier regard en arrière, faisant un petit signe à Mala.

- Prends bien soin d’eux, gomme balloune !
- Fais gaffe à toi, vieux seau rouillé…

Puis Grag hocha pensivement la tête : "Pourvu que Joan s’en sorte… ils sont tellement mignons allongés côte à côte…"


Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 12:47
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Aled'ja sentait l'impatience la gagner au fur et à mesure qu'ils approchaient de la villa. Elle, habituellement si impassible, ne pouvait s'empêcher de jubiler à l'idée qu'elle était si proche du but, maintenant que l'altérateur de pensée était au point et surtout, que le capitaine Flam se trouvait à sa merci! C'est qu'il était difficile de lui mettre la main dessus, celui-là... et plus encore de réussir à le garder prisonnier! Elle avait demandé au chauffeur d'accélérer, impatiente de mettre la touche finale à son plan elle-même...

Lorsqu'ils arrivèrent à la villa, le gros et grand gardien à la mine patibulaire vint aussitôt à leur rencontre:

-Bonjour, Madame! Il se passe des choses bizarres, ici... Boris est parti tout à l'heure chercher du matériel, il a dit qu'il serait absent pour environ une heure, mais il n'est pas encore revenu... Olga ne m'avait pas prévenu de cette sortie, et j'ai beau tenter de la rejoindre par son communicateur, elle ne répond pas... Je ne peux pas quitter mon poste, je suis tout seul ici pour surveiller...

À ces mots, Aled'ja sentit un affreux et intense soupçon l'envahir... Se pourrait-il? Non, c'était impossible... Toutes les précautions avaient été prises... Mais Flam et son équipe n'étaient-ils pas des maîtres de l'évasion? Il fallait qu'elle en ait le coeur net! Elle garda la maîtrise d'elle-même et donna rapidement ses ordres:

-Igor, tu restes à ton poste! Nous allons aller voir par nous-mêmes ce qui se passe...

Accompagnée du chauffeur et de ses quatre disciples, elle entra rapidement dans la villa, et se dirigea vers les quatre "chambres d'invités". Le silence qui régnait à l'intérieur du repaire n'était pas de bon augure... De plus, personne n'était venu à leur rencontre, ce qui fit craindre le pire à Aled'ja... Elle ouvrit la porte de la première chambre à droite, celle qui avait été celle de Joan: elle constata avec colère que Markus Saunders, solidement attaché et baîllonné, s'y trouvait, mais pas la jeune femme. Aled'ja, furieuse, ressortit immédiatement et ouvrit rapidement les trois autres chambres, pour y trouver Olga, Boris et Andreï dans le même état que Saunders, mais aucune trace de l'androïde non plus. Quant à Timarrow, il était introuvable. Elle ordonna à ses disciples de la suivre, les empêchant de libérer leurs comparses.

La Martienne retourna vers Saunders, qui reprenait peu à peu connaissance. Sur l'ordre de sa patronne, l'un des disciples défit son baîllon afin qu'il puisse parler, mais le laissa attaché.

Aled'ja prit la parole d'un ton mauvais, où perçait tout son ressentiment:

-Eh bien, Markus? Qu'as-tu à dire pour ta défense? Nos prisonniers se sont envolés... Ils ont des diffuseurs d'atomes en leur possession, et peut-être bien d'autres choses! J'étais sur le point de réussir, et vous avez laissé les prisonniers nous échapper! Nous devrons recommencer!

-Je.. je ne sais pas ce qui est arrivé.. j'ai reçu un coup derrière la tête... Boris était venu m'avertir qu'il y avait un souci avec le Capitaine... et je ne me souviens plus de rien, après...

-Le Capitaine et Joan Randall ont disparu, ainsi que Timarrow... Boris, Andreï et Olga sont baîllonnés et ficelés comme des saucissons dans les autres chambres!

À cette nouvelle, Markus serra les dents... Joan lui échappait... alors qu'il était si proche de son but... pouvoir enfin l'avoir à sa merci... C'était sûrement Timarrow, le responsable! Il aurait dû s'en débarrasser avant...

Aled'ja ne se préoccupait pas des pensées de Saunders, elle réfléchissait rapidement. Elle regarda ses quatre disciples et son chauffeur, et leur donna ses ordres:

-Vite! Youri, Vasil, vous allez rapporter les coffrets scellés qui se trouvent dans la cave! Il y en quatre, n'en laissez aucun derrière vous! Sergeï, Oleg, filez à l'étage et détruisez les ordinateurs! Ensuite, revenez immédiatement au spatiocar!

Puis, elle fit signe au chauffeur:

-Retourne au spatiocar et attends-nous, Alexeï! Nous devons disparaître rapidement, la police va sûrement rappliquer par ici! Mais j'ai une petite surprise pour eux...

Elle allait sortir de la pièce, lorsque Saunders l'interpella, effrayé:

Eh! Aled'ja! Ne me laissez pas ici!

Elle se retourna et le fixa d'un regard désapprobateur. Puis elle esquissa un sourire méchant avant de déclarer :

-Je ne m'entoure que de gens efficaces et fiables! Les autres, je n'en ai que faire... Vous, Olga, Boris et Andreï, partagerez la petite surprise que je prépare à tous ceux qui auront la mauvaise idée de s'introduire ici! Adieu, Saunders...

Sur ce, elle tourna les talons sans écouter les supplications de son ancien associé. Elle se dirigea lentement vers le salon, actionna ce qui ressemblait à un thermostat électronique, et quitta la pièce en murmurant méchamment:

-Je vous souhaite bien du plaisir, bande d'incapables, et à vous aussi, chers policiers! Si vous entrez dans cette maison, vous n'en sortirez pas vivants!


Flamme
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 12:48
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Ezra avait rejoint la troupe de policiers, prêts à intervenir dans la villa dont Mala et Timarrow leur avaient communiqué les coordonnées. Tout autour, le calme régnait. Mais Ezra n'était pas tranquille. Son instinct de flic aguerri lui disait d'être prudent. Et c'était sans compter les avertissements de Kim Ivan. Il pouvait faire confiance au chef pirate. Il décida d'organiser d'abord une ronde et de boucler le quartier tout autour de la villa, autant pour empêcher ceux qui se trouvaient à l'intérieur de s'échapper, que pour assurer diverses vérifications avant l'intervention. Plusieurs agents se trouvaient également dans deux hélicoptères de la police, pour surveiller les lieux. Il était en liaison constante avec les hommes à bord. Ce fut l'un d'entre eux qui l'alerta, avant qu'ils ne donnent l'assaut.

- Colonel, d'après mes capteurs, il se passe quelque chose à l'intérieur du bâtiment que vous voulez investir. La température est en train de monter dangereusement.
- Bon sang ! Merci, Jason !

Ezra fit aussitôt donner des ordres pour suspendre l'intervention. Il envoya simplement une troupe équipée de vêtements spéciaux, du type de ceux utilisés par les pompiers luttant contre des incendies causés par des gaz ou des produits toxiques. Le commando entra dans le bâtiment les armes à la main, détecta rapidement les présences humaines. Chaque seconde comptait pour sortir les hommes du piège dans lequel Aled'ja avait voulu les enfermer. Mais pour Olga et Andreï, c'était déjà trop tard. Ils ne purent sortir vivants et inanimés que Markus Saunders et le dénommé Boris. A peine étaient-ils tous en sécurité, que la villa explosa. Les débris retombèrent sur plusieurs centaines de mètres à la ronde, principalement dans le parc qui l'entourait, mais aussi dans la rue, et dans des jardins avoisinants.

Ezra fit aussitôt évacuer Markus et Boris vers l'hôpital militaire, ordonnant qu'ils soient soignés et surtout, bien gardés. "Quand je vois dans quel état ils ont mis Joan, ces salopards, il ne faut pas qu'ils nous échappent. Et on aura peut-être besoin d'eux pour la soigner..."

Une fois les risques d'incendie écartés, car l'explosion avait provoqué des départs de feu, Ezra ordonna à d'autres équipes spécialisées de fouiller les décombres. Puis il s'autorisa à prévenir le professeur Simon, et son propre supérieur hiérarchique du déroulement des opérations.

- D'après Timarrow, lui rappela Simon, ils menaient des expériences à la cave. C'est en remontant Joan de là-bas qu'il a pu constater à intervalles réguliers que non seulement, elle revenait blessée, mais comme droguée. La cave a-t-elle été détruite, colonel ?
- La villa a été détruite, professeur. Pour l'heure, il est impossible d'évaluer les dégâts dans le sous-sol. J'ai des hommes qui fouillent les décombres. Je vais rester sur place et je vous tiens au courant. Comment vont Joan et le Capitaine ?
- Le Capitaine ne devrait pas tarder à se réveiller. Joan est complètement endormie. J'ai commencé à la soigner.

Ezra poussa un long soupir. Maintenant, il fallait espérer que tous les deux s'en sortent...


Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 12:48
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Lentement, Curtis émergeait du profond sommeil dans lequel il avait été plongé. Il se demanda ce qui se passait; sa mémoire lui fit d'abord défaut, mais peu à peu, ses souvenirs lui revinrent... Il entendit le bip des appareils destinés à mesurer ses signes vitaux, et tenta d'ouvrir les yeux. Il réussit avec peine à le faire, le moindre muscle de son corps semblait lui refuser tout service. Il voulut articuler une parole, mais il ne put émettre qu'un grognement indistinct.

Le professeur Simon et Ezra s'étaient approchés de lui dès qu'ils avaient vu le capitaine ouvrir les yeux. Le cerveau volant répondit à la question muette de Curtis:

-Tu as été drogué, mon garçon... Un barbiturique extrêmement puissant, dont la durée d'action est très longue... Tu en as encore pour quelques heures avant de pouvoir retrouver toutes tes capacités...

Curtis referma les yeux. Il se souvenait, maintenant... Il faisait le guet avec Mala et Crag, il avait reconnu Markus Saunders lorsqu'il avait disparu à l'intérieur de l'Alcôve Rouge... Puis, il avait ressenti un choc à la tête, et il n'avait aucune idée de ce qui s'était passé depuis...

Simon et Ezra lui racontèrent comment Mala et Timarrow avaient réussi à les sortir de la villa, Joan et lui. Ils le mirent au courant des informations dévoilées par Kim, de l'explosion de la villa et l'évacuation de Saunders et de Boris vers l'hôpital militaire. Mais aucun des deux ne lui avait dit ce qu'il voulait savoir par-dessus tout: comment allait Joan? Un doute affreux le saisit, et un mauvais pressentiment s'empara de lui...

Il réussit finalement à se redresser lentement et à s'asseoir, non sans éprouver un bon étourdissement. Puis il réussit à demander:

-Professeur, Ezra... Où est Joan? Comment va-t-elle? Est-elle blessée?

Le marshall et le cerveau volant se regardèrent... ils savaient bien que tôt ou tard, il faudrait apprendre la vérité à Curtis...

-Mon garçon... les nouvelles ne sont pas très bonnes, l'état de Joan m'inquiète beaucoup...

Curtis sentit son coeur se serrer, mais il se garda d'interrompre le professeur. Une inquiétude encore jamais ressentie le submergea, alors qu'il fixait son regard rempli d'appréhension sur Simon. Celui-ci reprit:

-Joan a subi de nombreuses blessures physiques, elle a été battue à plusieurs reprises. Elle a aussi été droguée, comme toi... Mais elle devrait se rétablir rapidement de ce type de blessures, elle est jeune et en bonne forme physique, cela va l'aider beaucoup.

Curtis ferma les yeux et serra les poings en grinçant des dents. Comment ces mécréants avaient-ils osé la maltraiter... elle avait dû leur résister, la connaissant... Il reporta son attention vers Simon, car il sentait qu'il n'avait pas tout dit.

-Ce qui m'inquiète, c'est l'état de son cerveau... Je ne sais pas au juste ce qu'ils lui ont fait, mais d'après ce que j'ai pu constater avec les appareils dont je dispose ici, certaines liaisons synaptiques ne se font plus dans certaines régions, notamment au niveau de sa mémoire et de sa volonté. Je ne peux encore déterminer s'ils sont parvenus à ces résultats avec des médicaments ou par un autre moyen. Nous en saurons plus lorsqu'elle se réveillera: son comportement et ses réactions nous permettront peut-être d'en apprendre plus, mais je crains qu'il ne soit difficile de découvrir ce qui s'est passé.

Curtis ferma les yeux, et un intense désespoir, un découragement sans précédent, l'envahirent. Non, ce n'était pas possible...pas elle! Pas sa Joan! Il devait la voir, il devait se rendre compte lui-même de son état!

Il se leva lentement, comme si chaque geste lui coûtait, et se dirigea vers le lit médical voisin du sien, où reposait la jeune femme. Plusieurs électrodes la reliaient à divers moniteurs de surveillance, un cathéter placé dans l'une de ses veines permettait la perfusion lente d'un soluté. Sa respiration lente et régulière le rassura quelque peu, mais cette impression fut de courte durée: elle était pâle et on pouvait voir plusieurs ecchymoses sur son corps. Mais ce n'était pas le pire: dans quel état se réveillerait-elle? Si sa mémoire et sa volonté étaient affectées, comme le disait Simon, comment se comporterait-elle?

Le cerveau volant plana auprès de Curtis, et murmura doucement:

-Je vais tout tenter pour l'aider, mon garçon! Mais je vais avoir besoin de certaines informations...

La porte de l'infirmerie s'ouvrit, livrant passage à Mala. L'androïde avait entendu les dernières paroles de Simon, et ajouta à l'intention de son chef:

-Je suis sûr que ce Markus Saunders pourrait nous en apprendre plus, capitaine! Timarrow m'a raconté qu'il avait passé beaucoup de temps avec Joan dans la cave, il est certainement au courant de ce qui l'a rendue ainsi!

L'androïde jeta un bref coup d'oeil à Simon et Ezra, et voyant à quel point Curtis était perturbé par tout ce qu'il avait appris depuis son réveil, se garda bien de leur faire part de ce que Saunders faisait avec Joan, lorsqu'il avait fait irruption dans la cellule. Son chef lui paraissait assez abattu sans qu'il ait besoin d'en rajouter...

Curtis gardait le silence, mais son cerveau travaillait. Il allait se rendre sans tarder au chevet de cet homme, et lui ferait avouer la nature et le motif de ses crimes! Il se fit la réflexion qu'il aurait à faire appel à toute la maîtrise de soi dont il serait capable, car une envie folle le prenait de lui faire regretter ses actes!

Un faible gémissement le tira de ses sombres pensées, lui faisant tourner la tête vers Joan: elle était en train d'ouvrir péniblement les yeux...


Flamme
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 12:49
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Péniblement, Joan ouvrit les yeux. Il fallut quelques secondes avant qu’elle puisse nettement distinguer ce qui se trouvait autour d’elle. Elle entendit une voix d’homme appeler doucement quelqu’un.

- Joan?...

Elle tourna lentement la tête en direction de la voix. Elle vit un jeune homme roux avec ces graves yeux gris comme ceux dont elle avait le fugitif souvenir. Il avait une ecchymose à la tempe et semblait avoir été malmené lui aussi.

- Cette Joan…, Est-ce… moi? interrogea-t-elle faiblement avec une voix rauque. Elle arrivait difficilement à rassembler une pensée pour s’exprimer.

Curtis lui prit doucement la main et prit une longue respiration pour maitriser ses émotions. Répondre à ses questions était peut-être la seule chose qui aiderait Joan pour le moment.

- Oui. Dit-il doucement. Ton nom est Joan Randall. Je suis Curtis newton. Est-ce tu te souviens de quelque chose?

- Vos…yeux…, chien…rose, petite…bête…verte. Je suis…peut-être…folle. Dit-elle.

- Non Joan, tu n’es pas folle. Dit Curtis. Je t’amène Eek et Oog, ne t’inquiètes pas.
Après quelques secondes, Curtis revint avec les deux petites bêtes dans les bras et les déposa doucement sur le lit.

En les voyant, Joan approcha lentement sa main disponible pour les caresser. Elle tremblait de tout son corps et des larmes roulèrent sur ses joues. Eek et Oog vinrent se blottir contre elle avec une partie de leur exubérance habituelle.

Où elle avait de nouveau atterrie, si le jeune roux avait été lui aussi attaqué près du Centre Hope, où était passé le Docteur…Saunders, ce qu’était cette chose qui flottait près du jeune homme roux, les flashs encore dans sa tête; tout cela paraissait momentanément sans importance pour Joan.

- Dieu…merci. Dit-elle. Mon esprit…n’est pas…totalement …vide…Elle se tourna vers Curtis. Merci…de répondre… à mes questions.

-Je veux t’aider, Joan. Dit posément Curtis. Est-ce que tu te souviens de quoi que ce soit d’autre?

- Des flashs…dans ma tête…qui se contredisent…parfois. Docteur Saunders…a dit que…mes souvenirs…reviendraient. Ça me…fait…peur. Dit Joan. Ses paupières battaient de fatigue.

- Tu as encore besoin de récupérer Joan. Dit Curtis. Tu pourras poser plus de questions quand tu seras reposée.

- Je veux juste…ne pas me réveiller…ailleurs qu’ici. Murmura-t-elle.
Il lui caressa les cheveux.

- C’est promis, Joan. Lui dit-il. Joan se rendormit immédiatement. Curtis l’embrassa doucement sur le front.

Le professeur Simon s’adressa à Curtis.

- L’état de Joan semble moins pire que je ne le craignais mon garçon. Les liaisons synaptiques des centre de la mémoire et de la volonté de son cerveau étaient très faibles mais présentes pendant que vous parliez.

- Elle a vraiment dû résister à ses bourreaux pour conserver ces maigres souvenirs, Simon. Dit Curtis,avec une voix qui laissait paraître de la colère. C’est une chance que Eek et Oog, et moi aient été là pour les valider. Je peux dire merci à Otho et Timarrow de nous avoir tirés de cette maudite clinique.
Timarrow resté en retrait intervint.

- J’ai vérifié dans le répertoire des drogues et médicaments pour ce que Saunders injectait à Miss Randall. Dit Timarrow. Ce sont tous des bloqueurs synaptiques de longue durée qu’on utilise ou plutôt utilisait en psychiatrie.

- Lorsque les effets de ces injections auront cessé, Joan devrait donc retrouver la mémoire. Dit Curtis.

- À moins qu’ils n’aient altérés ses souvenirs par un procédé quelconque. Dit Simon de sa voix neutre.

- Joan parlait de flashs contradictoires dans sa tête, cela lui faisait peur. Dit Curtis sombrement.

- Qu’elle se soit souvenu des bestioles et de vos beaux yeux, capitaine, dans mon livre à moi, c’est que Saunders n’a sûrement pas réussi à tout altérer. Intervint Timarrow un tantinet caustique.

- Je ferais bien le pari que vous ayez raison Tim. Dit Curtis.

- Nous allons quand-même la maintenir endormie durant sa désintoxication des bloqueurs synaptiques. Nous aviserons après avoir reçu un rapport sur les fouilles à la clinique et après avoir interroger Saunders. Je pense beaucoup à notre lecteur de pensées que nous avions utilisé avec Valdine sur Bama. Dit Simon
Ezra entra dans l’infirmerie.

- En parlant de cette maudite clinique, le Chef de l’escouade technique d’intervention, le major Jason Humphreys vient de m’appeler. Ils ont fouillé les décombres. Ils ont retrouvé des débris d’une table en métal avec des fers et un casque avec des électrodes et, cachée dans un coin, une boîte noire scellée et des corps calcinés dans ce qui ressemblait à des cellules avec des lits. Humphreys dit qu’il n’avait jamais rien vu d’aussi sordide.

Le chef de la police de New York vient aussi de me faire un rapport de disparition de 4 femmes près du Centre Hope. C’est un centre pour sans domiciles fixes où Joan travaillait quelques heures. La Directrice, Mme Smith a aussi signalé que le médecin bénévole ses 2 assistantes manquaient à l’appel pour leur journée de bénévolat cette semaine. Une Annabelle Black, une Mariam Khalil et, tenez-vous bien, Notre Bon Dr. Saunders!

Le lieutenant Baker a compilé une liste des commanditaires du Centre. Une certaine Alicia Corn en faisait parti. Je pense qu’on peut conclure de qui il s’agit.

- Je vais analyser le contenu de cette boîte, quand vous me l’aurez apportée Ezra. Curtis vous accompagnera avec le lecteur de pensées pour interroger Saunders Dit Simon.
***
Dans une chambre d’hôpital à New York, sous bonne garde, Markus Saunders faisait semblant de dormir. Il riait intérieurement en se disant qu’il se sera finalement bien vengé du Capitaine Flam ET d’Aled’ja Korn en dissimulant une 5e boîte scellée contenant les pensées et souvenirs de Joan Randall. Celle que croit détenir Aled’ja est vide!

Avec ses souvenirs altérés, Joan Randall sera la pire ennemie du Capitaine Flam! Si elle n’était pas à lui, Markus Saunders, elle ne serait à personne!


Frégo80
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Mer 18 Déc 2013 - 17:33
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 051
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
A partir de désormais maintenant ici présentement, vous avez pouvoir découvrir la suite de cette histoire ! Flamme ayant des idées concernant Saunders, nous le lui laissons bien volontiers Very Happy et je suis restée à décrire ce qui se passe dans le Comète.

Bonne lecture !

bizz vizz

Limeye


Curtis et Mala étaient partis pour l’hôpital où se trouvait Saunders, dans le but de l’interroger. Ils avaient emporté avec eux le lecteur de pensées. Ezra avait prévenu ses hommes que le Capitaine allait mener un interrogatoire et qu’il fallait lui apporter toute l’aide dont il aurait besoin.

Pendant ce temps, Simon, Grag et Timarrow continuaient à veiller sur Joan. La jeune femme s'était rendormie profondément, les capteurs qui suivaient les phases de son sommeil comme les différents éléments de suivi de sa santé indiquaient pour l’heure des données plutôt rassurantes compte tenu de son état. Mais Simon s’inquiétait de son prochain réveil. Il avait demandé à Oog et Eek de rester présents, car il n’était pas certain qu’elle manifesterait les mêmes souvenirs que la première fois. Et en l’absence de Curtis, il ne voulait négliger aucune de leurs maigres chances. Alors qu’il réfléchissait toujours au meilleur moyen d’aider la jeune femme, Grag le tira de ses pensées.

- Professeur, nous n’avons pas eu le temps d’étudier les données que Mala a récupérées dans la villa. Il y a peut-être des choses intéressantes dessus.
- Très certainement, Grag ! Commence tout de suite leur lecture ! Timarrow, pouvez-vous l’aider ? Vous étiez en infiltration auprès de cette bande depuis plusieurs mois, vous pourriez nous faire gagner du temps.
- Pas de souci, professeur, allons-y !, répondit l’homme de main de Kim Ivan.

Grag et Timarrow gagnèrent alors le cockpit et s’installèrent devant un puissant ordinateur. Très vite, ils comprirent que ce que Mala avait rapidement récupéré allait s’avérer de la plus haute importance. Y étaient dévoilés les noms de plusieurs dignitaires d’Alvéola, comment fonctionnait l’organisation. Certaines données étaient précautionneusement cryptées et ils eurent un peu plus de mal à les lire.

Ils furent effrayés par ce qu'ils découvrirent : une partie des plans d'Aléd'ja pour convertir des personnalités, dont le Capitaine, et tout le plan concernant l'enlèvement de Joan, la façon dont ils avaient gagné sa confiance, comment ils l'avaient attirée dans un piège, et ce qu'ils comptaient faire d'elle. Néanmoins, ils n'avaient pas trouvé d'informations sur la façon dont ils avaient effacé ses souvenirs.

- Il n'y a rien d'autre, dit Grag en soupirant. Pas de descriptifs de l'appareil, ni d'autres informations que celles que vous aviez, Tim, sur les drogues qu'ils lui ont injectées. On ne sait pas non plus pourquoi ils l'ont battue comme ça... c'est certain qu'elle s'est défendue, mais quand même, ajouta-t-il avec de la tristesse dans la voix.
- Si je peux me permettre, dit Tim, je crois vraiment que Saunders avait des vues sur elle.
- Oh, vous croyez vraiment ?, dit Grag avec effarement. Ca va rendre fou le Capitaine quand il va le comprendre. Et je ne donne pas cher de la peau de Saunders après être passé au lecteur de pensées ! Je peux vous assurer que si ce n'est pas le Capitaine qui lui balance son poing dans la figure, alors je me ferai un plaisir d'assommer le bonhomme !
- Il va falloir aussi contrer Aled'ja et ses sbires. Ils ont une puissante base sur Mars, d'après ce que nous avons découvert. Il faudrait prévenir Kim et Grabo, poursuivit Timarrow.
- Vous avez raison. Joan n'est que la partie immergée de l'iceberg et Saunders un des pions. Nous avons toute une organisation criminelle à combattre, et pas des moindres, car ses ramifications sont nombreuses ! On va en parler avec Simon et Ezra, en attendant le retour du chef, conclut Grag.
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Dernière édition par limeye le Sam 8 Fév 2014 - 14:23; édité 1 fois
Back to top
Mer 18 Déc 2013 - 20:01
Auteur Message
Frégo 80
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2013
Messages: 511
Localisation: Toronto, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Coucou Limeye!

Comme tu le dis, tu es vraiment déchaînée aujourd'hui! Mr. Green Good On n'en a vraiment pas fini avec ce récit! Kim Ivan et ses hommes ne sont vraiment pas de trop dans cette histoire! Shocked

J'ai vraiment hâte de voir comment les choses vont évoluer!


jump jump jump jump jump

A+

Frégo Cool
_________________
La Liberté est celle de dire deux plus deux égale quatre. Si cela est acquis, tout le reste suit. (George Orwell dans 1984).

Back to top
Mer 18 Déc 2013 - 23:39
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Coucou Limeye, Good Good

Mala et Timarrow? Ils sont faits pour s'entendre ces 2 larrons! Very Happy

Poov' Joan, vivement qu'ils deballent cette boite scellee avec ses souvenirs..peuvent-ils les lire? Ca pourrait etre..interessant.... Mr. Green Naughty

O-tho

Back to top
Jeu 19 Déc 2013 - 02:34
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Coucou les filles!

Merci Limeye pour cette suite!

Je cogite, mais ça se complique aussi Mad Mad Mad

O-tho, j'aime bien tes insinuations, je reconnais bien là ton humour! Mr. Green

Je vais voir ce que je peux faire... bientôt, j'espère... Question Question Question

Bizz
Flamme
Bye
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Lun 6 Jan 2014 - 22:51
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 789
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Coucou tout le monde!

Je reprends la suite de ce récit, interrompu depuis un certain temps... Ashamed Bonne lecture! Commentaires constructifs bienvenus!

Bizz Vizz
Flamme
Wink


Durant tout le trajet qui séparait le spatioport de l'hôpital militaire où avaient été conduits Boris et Saunders, Curtis, assis sur la banquette arrière du cybervéhicule de la Police Interplanétaire, ne souffla mot. Le professeur Simon s'était déjà retiré dans le laboratoire lorsqu'ils étaient partis, afin d'analyser au plus vite le contenu de la boîte scellée qui avait été retrouvée dans les décombres de la villa. Crag veillait sur Joan à l'infirmerie, et Curtis lui avait rendu visite juste avant de partir. Elle dormait toujours, et son visage semblait un peu plus apaisé qu'avant son réveil. Curtis l'avait regardée longuement, puis avait levé les yeux avec confiance vers Crag. Le capitaine savait qu'elle serait en sécurité avec le robot, Eek et Oog.

Il gardait les yeux fermés et se préparait mentalement à rencontrer et interroger un homme qui lui donnait des idées de meurtre. Il devait absolument garder un contrôle absolu sur ses émotions, car l'envie ne lui manquait pas de faire payer à cet homme les mauvais traitements qu'il avait fait subir à Joan... Il avait rarement été hors de lui à ce point, et la dernière fois que c'était arrivé, sur le planétoïde, il s'en était fallu de peu qu'il ne tue Molemos...

Il s'employa à chasser ces pensées et se concentra sur l'approche à adopter envers Saunders: il avait bien l'intention de compléter un interrogatoire qu'il comptait mener de façon très serrée par un passage au lecteur de pensées, qu'il avait pris soin d'emporter avec lui... Il avait besoin de tous les éléments du casse-tête pour déjouer la machination qu'il devinait, et pour tenter de ramener Joan à son état normal.

En face de lui, Ezra et Mala gardaient également un silence absolu. De temps à autre, ils se jetaient un regard en coin où on pouvait lire parfois la détermination, parfois l'interrogation. Ezra avait immédiatement approuvé la proposition de Mala de les accompagner, tout comme Curtis d'ailleurs. L'androïde avait également annoncé qu'il modifierait son apparence pour les fins de cette visite, afin que Saunders ne puisse le reconnaître. Cela augmenterait les chances de découvrir si ce que le malfrat leur raconterait était réalité ou pure invention... Déguisé et maquillé en un policier entre deux âges qui assisterait Ezra, Mala était méconnaissable.

Le cybervéhicule s'arrêta devant l'entrée de l'hôpital militaire. Les trois hommes en descendirent rapidement et se rendirent à la réception pour les formalités d'identification d'usage, puis furent escortés jusqu'à la chambre de Saunders, déjà gardée par deux militaires en faction de chaque côté de la porte. On pouvait en voir d'autres à intervalles réguliers, tout le long du corridor.

A la vue d'Ezra, de son assistant et de Curtis, l'un des gardes ouvrit la porte sans frapper. Tous trois entrèrent, et dévisagèrent un instant avec réserve l'homme qui leur faisait face. Saunders semblait en possession de tous ses moyens, était lavé et rasé de frais, et affichait une sérénité apparemment à toute épreuve. Curtis reconnut l'homme dont il avait vu la photo et qu'il avait pu voir entrer dans l'Alcôve Rouge juste avant d'être assommé.

Sans montrer tout le dégoût qu'il lui inspirait, Curtis prit la parole:

-Dr Markus Saunders, je suis le capitaine Flam. Et voici le marshall Ezra Gurney, de la police interplanétaire, ainsi que son assistant, le major Anthony Dewitt.

Saunders regarda tour à tour les trois hommes: il s'était parfaitement préparé à les aiguiller dans la direction qu'il jugerait la meilleure pour parvenir à ses fins: se venger d'Aled'ja et retrouver Joan. Son regard prit une apparence sereine et ouverte, qui surprit les trois hommes qui le dévisageaient.

-J'ai entendu parler de vous, Capitaine, répondit Saunders d'une voix grave.

-J'attends de vous une entière collaboration avec mon équipe ainsi que celle de la Police interplanétaire, Dr Saunders.

L'interpellé regarda Curtis sans répondre, se contentant de le fixer de ses yeux noirs. Le jeune capitaine ne se laissa émouvoir d'aucune façon par ce regard, qui pouvait s'avérer, il le constata par la suite, très déconcertant. Il était impossible de deviner ce que Saunders pensait, comme si ses yeux formaient un écran empêchant de lire quoi que ce soit dans ses pensées ou son âme.

-Je suppose que je n'ai pas le choix, lâcha finalement Saunders. Très bien, allons-y alors, je suis prêt à répondre à vos questions...

-Que savez-vous d'une certaine Aled'ja Korn? Vous travaillez pour elle, n'est-ce pas?

Saunders serra les dents. Le souvenir cuisant des dernières paroles d'Aled'ja à son endroit était gravé dans sa mémoire. Avec amertume, il commença ses révélations:

-Elle est à la tête d'une société, d'une secte.. enfin, je crois qu'on peut appeler ça comme ça... qu'elle appelle Alveola et qui vise à rendre les Martiens qui en sont membres maîtres de l'univers, en leur donnant le pouvoir d'influencer en leur faveur les divers paliers du gouvernement intersidéral... Elle a réussi à enrôler plusieurs centaines de membres, si ce n'est des milliers... Elle veut que les membres influents du gouvernement soient sous son emprise. Certains lui obéissent spontanément, d'autres sont plus coriaces... Si elle a absolument besoin de quelqu'un qui lui résiste, elle s'arrange pour lui imposer sa volonté...

-Comment? coupa Curtis d'un ton plus sec qu'il aurait voulu...

-Elle a fait plusieurs travaux sur la modification de la conscience et l'altération de la pensée, tout comme moi. Ses connaissances sont évidemment beaucoup plus poussées que les miennes sur le sujet, mais elle était satisfaite de mon travail, du moins je le croyais... jusqu'à ce qu'elle décide de se débarrasser de moi!

Curtis sentait que Saunders tentait de faire dévier le sujet, mais il ne se laissa pas faire et reprit:

-Comment s'y prend-elle pour altérer la pensée et modifier la conscience? Lorsqu'elle réussit à le faire, la personne devient soumise à sa volonté, c'est bien cela?

-Oui, répondit prudemment Saunders. Enfin, pas toujours de la même façon: elle peut choisir de laisser quelqu'un maître de ses actes jusqu'à un certain degré, quand elle sait qu'il est d'accord avec les principes de la secte et qu'il les suivra, qu'il les défendra... C'est ce qu'elle a fait avec moi, avoua-t-il. Elle pouvait ainsi contrôler certaines de mes pensées, tout en préservant mes connaissances et capacités intellectuelles... Elle voulait être certaine que je placerais Alveola au sommet de mes priorités. Mais pour moi, la société d'Alveola n'était pas ce qu'il y avait de plus important, j'avais d'autres projets...

A ces paroles, Mala serra imperceptiblement les poings. Il avait pu se douter de la nature de certains des projets de Saunders quand il l'avait interrompu en entrant inopinément dans la chambre de Joan... Il songea qu'il lui faudrait en parler avec le capitaine, et regrettait à présent de ne pas l'avoir fait.

Saunders s'était interrompu: il réalisait qu'il ne sentait plus l'influence d'Aled'ja sur lui depuis qu'elle l'avait abandonné à son triste sort. Etait-ce parce qu'elle le croyait mort? De toute façon, pour la réussite de sa vengeance, elle devait continuer à le croire mort. Il poursuivit son explication:

-Si la personne qui peut lui être utile ne veut pas adhérer aux principe de la société, elle ne lui laisse pas le moindre degré de liberté: quand c'est le cas, la personne est totalement soumise aux dirigeants de la secte, elle n'a plus de volonté propre, même si elle conserve ses capacités intellectuelles. Elle devient une marionnette agissant pour les intérêts d'Alveola, donc d'Aled'ja...

Curtis ne se laissa pas éloigner de son but, il savait que la partie serait difficile: Saunders ne répondait qu'en partie à ses questions, un peu comme certains politiciens le font vis-à-vis des journalistes. Il répéta alors:

-Comment s'y prend-elle pour altérer la volonté?

Saunders lui jeta un regard noir: il savait qu'il ne devait pas sous-estimer cet homme. Il devrait manoeuvrer habilement pour pouvoir se servir de lui, mais il pensait réussir: après tout, il savait très bien maintenant que le capitaine avait lui aussi des points faibles, et quels étaient ces points faibles... Finalement, il lâcha à contrecoeur:

-Il faut d'abord plonger la personne dans un coma artificiel. Vous savez certainement que la pensée humaine est un courant électrique de faible intensité, alors il suffit de ralentir ou de bloquer ce courant en certains endroits bien précis au niveau des synapses du centre de la mémoire et de la volonté. Il est ainsi possible de choisir les souvenirs et les pensées qu'on veut éliminer, tout comme ceux qu'on veut conserver ou accentuer. Il est essentiel que la personne soit anesthésiée durant le processus, pour éviter les erreurs de "connexion" qui pourraient résulter d'un état d'éveil, surtout si le sujet résiste au traitement.

A ces mots, la mâchoire de Curtis se contracta imperceptiblement. S'il connaissait quelqu'un capable de vouloir résister à un tel traitement, c'était bien Joan...Mais il fut interrompu dans ses pensées par ce que Saunders ajouta ensuite:

-Il est même possible de transférer certains souvenirs et certaines pensées dans des boîtes électroniques spécialement conçues pour cela. Aled'ja les conservait dans des boîtes scellées, au cas où cela lui aurait été utile...

Curtis songea immédiatement à la boîte scellée que Simon était en train d'analyser dans le laboratoire du Comète. S'agirait-il de l'une de ces mêmes boîtes auxquelles Saunders faisait allusion?

-Vous ralentissez ou coupez les connexions synaptiques à l'aide d'un appareil, si je comprends bien? Les psychotropes seuls ne suffisent pas?

-C'est bien cela... Les psychotropes et bloqueurs synaptiques injectés au sujet ne font que préparer le terrain, car leur action est réversible.

Curtis retint sa respiration. Il demanda avec angoisse:

-Voulez-vous dire que l'action de l'appareil est irréversible??

Saunders évita de regarder le capitaine en répondant:

-C'est bien ce que je veux dire... Du moins, tant qu'on désire maintenir les choses en l'état... Il est possible de renverser le processus en soumettant à nouveau le sujet à l'appareil.

Il releva la tête et ajouta durement:

-Mais seule Aled'ja sait comment renverser le processus! Elle est intelligente, elle n'a pas commis la bêtise de confier ce secret à quelqu'un... Pas plus que la façon de retransférer les pensées d'origine dans le cerveau. Ce peut être très dangereux de réinsérer ces pensées naturelles alors que les pensées imposées sont toujours là...

Curtis, qui n'avait pas perdu un mot, laissa échapper un soupir qui pouvait trahir autant son soulagement que son inquiétude: cet homme disait-il la vérité?

Comme s'il lisait dans ses pensées, Saunders regarda Curtis bien en face, cette fois, et lui déclara sincèrement:

-Capitaine, Aled'ja a voulu se débarrasser de moi de façon tout à fait volontaire! Je suis prêt à tout pour lui faire regretter ce geste, y compris à collaborer avec vous!

Curtis posa sur lui un regard indéchiffrable.

-J'ai encore quelques questions à vous poser, Saunders, concernant les diffuseurs d'atomes. J'ai aussi l'intention de vous demander de vous soumettre au lecteur de pensées!

Saunders retourna à Curtis son regard indéchiffrable, jouant le tout pour le tout:

-Je crains que le lecteur de pensées soit inutile, capitaine: je vous rappelle que plusieurs des pensées que vous lirez ne sont pas les miennes, mais celles inspirées par Aled'ja!

***
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Mar 7 Jan 2014 - 18:11
Auteur Message
O-tho
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2013
Messages: 313
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Coucou Flamme,

Alors la chapeau! Master Good
L'interrogatoire est tres bien mene, tres serre! Saunders est vraiment redoutable et le capitaine est dans une impasse! Il a besoin de retrouver la machine pour renverser le processus (a moins que Simon et lui n'arrivent a en creer une similaire...)
Tu relances l'action aussi!

et la fin:
"Je crains que le lecteur de pensées soit inutile, capitaine: je vous rappelle que plusieurs des pensées que vous lirez ne sont pas les miennes, mais celles inspirées par Aled'ja!"

excellent!

O-tho jump jump jump

Back to top
Aujourd’hui à 14:51
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Back to top
Page 2 sur 12
Aller à la page: <  1, 2, 3, … 10, 11, 12  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure