Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Ven 13 Déc 2013 - 05:16
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Par quelle galipette du destin Joan en était-elle venue là? Tous, dans cette pièce, savaient à quel point elle pouvait détester le général Swan, mais de là à le tuer... Curtis, absorbé par ses pensées, regardait sans le voir le soleil dans son déclin, le front appuyé sur la vitre. Il se retourna, lança un regard désemparé à Ezra, appuyé contre son bureau, le front barré d'un pli soucieux. Grag, Otho et Simon semblaient tout aussi abasourdis. Tout le monde était plongé dans un profond mutisme.

Il ne comprenait rien à ce qui arrivait: qu'est-ce qui avait pu pousser Joan à renoncer à tous ses idéaux, à trahir tous ses amis et collègues de travail, y compris lui-même, et à commettre cette folie? À cause de cela, le président Carthew l'avait chargé, lui et son équipe, de retrouver Joan et de la ramener afin qu'elle soit inculpée du meurtre de cet incompétent et jugée! Il n'aurait pas voulu de cette mission pour un empire, mais il n'avait pas le choix... À cause de sa relation privilégiée avec Joan et de toutes ces missions partagées ensemble, le président lui avait laissé entendre qu'il pourrait bien être considéré comme le second suspect s'il se refusait à l'arrêter et à la ramener...

Pour la énième fois, le capitaine reprit le visionnement enregistré par la caméra de surveillance: il revit le général Swan, mortellement atteint par un tir de pistolet à protons, tituber avant de s'écrouler face contre terre, devant Joan qui le regardait fixement, le pistolet à la main: un intense sentiment de satisfaction pouvait se lire sur son exquis visage. Impossible de se méprendre, c'était bel et bien elle!

Comme dans un cauchemar, il suivait chacun de ses mouvements, la regardant pousser du pied le corps pour s'assurer qu'il était bel et bien mort, puis contourner le bureau et s'installer au clavier de l'ordinateur. L'hésitation dont elle avait fait preuve n'avait pas échappé au capitaine. Elle avait transféré des données sur une clé et avait quitté la pièce d'un pas tranquille, sans jeter un regard au cadavre. Et depuis, elle avait disparu...

Curtis devait maintenant retrouver la jeune femme, découvrir les données contenues sur la clé et surtout, le motif réel de ce meurtre. Les difficultés qu'il entrevoyait face à cette mission, de loin la plus pénible qu'il avait eu à accomplir, le remplissaient d'appréhension. Ses sentiments pour Joan et son idéal de justice se confrontaient, et le laissaient dans un état d'agitation qui le faisait transpirer abondamment. Qu'allait-il advenir de leur relation? Il ne pouvait pas croire qu'elle avait agi de son plein gré, et se jura d'en avoir le coeur net. Il la tirerait de ce guêpier, quoi qu'il lui en coûte!

Flamme
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:16
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:19
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Coucou! J'ajoute une autre partie, tout en mentionnant son auteur à la fin de chacune!


- Ezra, sur quoi Joan et toi travailliez-vous ces derniers temps ? Est-ce que cela avait à voir avec Swan ?
- Je vais te préparer tout cela, Capitaine. Je vais aussi essayer de récupérer les données sur lesquelles travaillait Swan, en demandant une copie des données sur le serveur central. Sauf si Joan est parvenue à les effacer en les copiant, nous devrions pouvoir y accéder nous aussi. Ca va juste prendre du temps d'y fouiller.
- C'est un détail. On prendra le temps qu'il faudra pour trouver des pistes. Grag va rester ici pour t'aider. As-tu un double des clés de chez Joan ? Je vais y faire un tour avec Otho et Simon, je pense qu'elle n'y sera pas, mais...

Ezra le regarda d'un air un peu désespéré. Il ne parvenait pas lui non plus à comprendre ce qui avait pu pousser Joan à une telle extrémité. Tuer ainsi un homme, de sang froid... non, ce n'était pas possible. Pour Ezra, il n'y avait que deux explications : soit la Joan qui avait tiré était un clone ou un parfait sosie, soit elle avait été droguée et n'avait pas agi de son plein gré. On pouvait reprocher beaucoup de choses à Swan, son incompétence, son autoritarisme, ses négligences, mais de là à le tuer...

Le soupir d'Ezra n'échappa pas à Curtis.

- Et si Joan était en danger, Capitaine ?
- C'est pourquoi nous devons trouver une piste, et vite. Allons, Grag, tu restes ici, Otho et Simon, avec moi. On se tiendra mutuellement au courant.

Limeye
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:20
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Nouvel ajout, nouvelle auteure!

“Un instant Curt!” interrompit le Professeur “ Ezra, pourriez-vous me faire une copie du film enregistre par la camera de surveillance? J’aimerais l’etudier plus a fond”

“Bien sur Professeur. Vous avez remarque quelque chose de particulier?”

“Je dois avouer que non pour le moment. Mais je ne voudrais pas passer a cote d’une autre piste, a savoir que ce film pourrait etre un savant montage.”

“Hmm..J’avoue que je n’avais pas pense a ca…Alors il est d’autant plus crucial que je retrace les faits et gestes de Joan dans les dernieres semaines. Je vais aussi etudier ses dossiers personnels et ses notes. Meme si nous enquetons sur les memes affaires, nous nous partageons le travail et je lui laisse toujours un certain degre de liberte” ajouta Ezra, un petit sourire triste aux levres.

O-tho
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:22
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Le vieux Marshall tira de sa poche son porte-clés personnel, en retira une clé électronique et la remit à Curtis. Le jeune homme referma lentement sa main dessus, se retourna et quitta la pièce sans ajouter un mot, suivi d'Otho. Ezra soupira et murmura pour lui-même:

-Bonne chance, capitaine... Trouvez-la avant que les forces de la Police Interplanétaire ne le fassent! Elle ne peut avoir commis ce crime, vous le savez aussi bien que moi!


Curtis et Otho faisaient route vers l'appartement de Joan. Ils n'échangèrent pas un seul mot de tout le trajet, Otho respectant le silence troublé de son chef. L'androïde devinait fort bien à quel point le capitaine pouvait se sentir dépassé par la situation, puisqu'il en était de même pour lui. Il ignorait, toutefois, que Curtis regrettait d'avoir refusé les rares invitations de Joan à entrer chez elle. Le jeune homme songeait que cela lui aurait été utile aujourd'hui de connaître un peu mieux le cadre de vie dans lequel elle évoluait, ses habitudes, ses allées et venues. Il pouvait compter sur les doigts d'une main le nombre de fois où il s'était rendu chez elle depuis toutes ces années qu'il la connaissait, et il l'avait toujours fait pour un motif professionnel. La dernière fois qu'il était entré dans son appartement, c'était pour l'emmener à une soirée mondaine, au siège de la Police Interplanétaire. Comme les autres fois, il n'en avait vu que le hall d'entrée et le salon. Et comme les autres fois, il avait négligé de porter attention au décor dès qu'elle était apparue, troublé qu'il avait été par la vision charmante qu'offrait la jeune femme, qu'il avait vue pour la première fois en robe de soirée. Il avait oublié tout ce qui n'était pas elle, ce soir-là. Mais il s'était bien gardé d'entrer, lorsqu'il l'avait ramenée... il savait qu'il ne pourrait lui résister s'ils se retrouvaient seuls, et il ne se sentait pas encore prêt à lui avouer ses sentiments pour elle. Il revoyait encore son expression déçue mais résignée lorsqu'il lui avait dit au revoir, avant de tourner les talons. C'était il y a trois semaines... Rien ne laissait présager alors, le bouleversement qu'avait déclenché cette affaire.

Otho toussota légèrement, interrompant momentanément ses pensées: ils étaient arrivés devant l'immeuble où habitait la jeune femme. Ils s'engouffrèrent dans l'ascenseur, et ce n'est qu'une fois arrivés devant la porte de la jeune femme que Curtis sortit de sa torpeur. Il examina précautionneusement la serrure, la porte, ainsi que le cadre et le seuil, sans rien remarquer d'anormal. Prenant alors la clé, il l'inséra dans la serrure électronique et la porte s'ouvrit sans difficulté. Curtis prit une grande inspiration et entra à pas lents, regardant tout autour de lui. De toute évidence, la jeune femme n'était pas chez elle. Il trouvait le silence oppressant, mais il domina cette impression pour se concentrer sur ce qu'il voyait. Tout était en ordre, tout semblait normal, à première vue.

Le jeune homme réfléchissait en rassemblant les détails qu'il savait: le meurtre remontait à la veille, en fin de journée. Le corps n'avait été découvert que tard dans la soirée, par le personnel chargé de l'entretien ménager. Les autorités avaient été averties, le corps emmené à la morgue, l'enregistrement de la caméra de surveillance visionné. L'aube pointait quand on l'avait appelé pour lui demander de venir sur place. Comme son équipe et lui se trouvaient alors sur Tycho, il ne s'était même pas écoulé 24 heures depuis la mort de Swan. Joan était en congé hier, mais elle avait travaillé l'avant-veille.

Il entreprit de visiter chaque pièce de l'appartement: d'abord la cuisine, où il ne remarqua rien de particulier. Ensuite, le salon, où il put remarquer que le vidéotransmetteur clignotait, signalant qu'elle avait reçu un ou des messages dont elle n'avait pas encore pris connaissance. Curtis fit signe à Otho qu'il s'en occuperait plus tard. Puis, la petite buanderie qui faisait également office de pièce de rangement, ensuite la salle de bains, sans découverte suspecte. Il ne restait plus que sa chambre à perquisitionner, et il hésita à en franchir le seuil. Il avait l'impression d'être indiscret, un malaise le saisit à l'idée de s'introduire dans sa chambre alors qu'elle n'y était pas. Il se décida à entrer, et son regard fit le tour de la chambre. Comme toutes les autres pièces, tout était en ordre. Son parfum flottait encore dans l'air, et son coeur se serra. Où était-elle? Était-elle en danger, comme l'avait suggéré Ezra? Son instinct lui disait que oui, et il n'aurait de repos que lorsqu'il l'aurait retrouvée...

Pour l'instant, il ne lui était même pas possible de déterminer avec exactitude si des effets personnels ou des vêtements manquaient. Il savait qu'elle avait toujours un sac d'effets personnels et de toilette prêt, en cas de départ inopiné en mission, et qu'elle avait l'habitude de voyager avec peu. Il fouilla dans le garde-robe, et trouva effectivement un sac de voyage contenant des vêtements et des effets de toilette. Il devrait vérifier avec Ezra si celui qu'elle gardait au bureau s'y trouvait.

Il revint alors dans le salon, et actionna le vidéotransmetteur. Une série de numéros s'affichèrent sur l'écran, révélant qu'elle avait reçu plusieurs appels dans la dernière semaine, mais elle n'avait répondu à aucun depuis hier midi. Il fit une copie des numéros des appels entrants, des appels sortants et de ceux du carnet personnel. Il aurait besoin de l'aide d'Ezra et des gens qui l'avaient appelée ces derniers jours, pour retracer ses allées et venues ainsi que son emploi du temps. L'état de son appartement ainsi que les numéros affichés par le vidéotransmetteur laissaient penser qu'elle ne l'avait pas quitté depuis longtemps, qu'elle y était encore vraisemblablement jusqu'à hier midi.

Il s'enquit auprès d'Otho:

-As-tu remarqué quoi que ce soit d'anormal?

-A part le vidéotransmetteur, rien, chef...

-C'est bon... Retournons au bureau d'Ezra rejoindre Grag et Simon.

Le soir tombait quand ils sortirent de l'appartement et Curtis en verrouilla soigneusement la porte. Ils regagnèrent leur cybervéhicule et prirent la direction du siège de la Police Interplanétaire.

Ni l'androïde, ni le jeune homme, n'avaient remarqué une silhouette dissimulée près de la porte du hall d'entrée. Lorsque leur cybervéhicule eut disparu, la silhouette sortit un communicateur de sa poche, l'actionna et attendit un court moment. Une voix féminine se fit entendre:

-Alors, ils sont venus?

-Oui, le capitaine était accompagné de l'androïde, je n'ai pas vu le robot ni le cerveau volant...

-C'est bon, on va pouvoir passer à la prochaine étape! Reviens ici, je vais avoir besoin de toi!

-Quelle est cette prochaine étape?

-Tu le sauras en temps voulu! Reviens vite, je t'attends!

-Bon, bon, j'arrive...

La silhouette remit son communicateur en poche, héla un cyber taxi et sauta dans le premier qui se présenta.

Flamme
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:23
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Curtis et Otho avaient rapidement rejoint Ezra, Simon et Grag. Simon aidait le colonel à pointer les différents éléments sur lesquels Joan travaillait ces dernières semaines, Grag enregistrait tout dans sa mémoire électronique. Simon se disait qu’ils seraient certainement amenés à partir d’ici peu, et plutôt que de s’encombrer de dossiers, il préférait compter sur le cerveau de Grag.

- Avez-vous trouvé quelque chose ?, demanda Curtis en entrant dans le bureau d’Ezra.
- Rien pour l’instant, dit ce dernier en relevant la tête. Et vous ?
- A priori, rien d’anormal. Est-ce que le sac de voyage de Joan, celui qu’elle garde toujours au bureau est encore là ou pas ?
- Oui, dit le colonel, c’est une des premières choses que j’ai vérifiée.
- Celui qu’elle garde chez elle y est également. On a pris les enregistrements de son transmetteur, mais on ne les a pas encore écoutés. Il y a une dizaine de messages, sans compter des numéros enregistrés.
- Alors, écoutons cela tout de suite, dit le colonel. On trouvera peut-être plus vite une piste !

Il prit la clé de données que lui tendit le Capitaine, l’inséra dans un petit boîtier et en lança l’écoute.

Curtis fut surpris d’entendre sa propre voix sur le premier message, c’était un message qui datait de plusieurs mois, dans lequel il s’excusait, en son nom et au nom de toute l’équipe, de ne pas avoir pu être présents pour la fête d’anniversaire de la jeune femme. Ils étaient alors en mission à l’autre bout du système solaire. Il se demandait bien pourquoi elle n’avait pas effacé ce message, si ce n’est peut-être parce qu’avant de le terminer, ils avaient tous lancé un "joyeux anniversaire, Joan !" ponctué des petits cris de Oog et Eek.

Grag et Otho échangèrent un regard complice, mais un rapide vol de Simon passant devant leurs yeux les empêcha d’oser la moindre plaisanterie. L’heure était trop grave pour songer à rire aux dépends du Capitaine, ou pour sous-entendre que peut-être Joan se repassait le message en boucle tous les soirs avant de s’endormir.

Les deux messages suivants avaient été laissés par des amies de Joan, que Curtis et Ezra connaissaient plus ou moins. Le suivant par contre, les surprit tous. C’était une voix grave, masculine, chaude. Une voix qui disait : "Encore très heureux, Joan, de la merveilleuse soirée que nous avons passée tous les deux hier. Je n’oublierai jamais ces heures si intenses en ta compagnie. Pouvons-nous déjà prévoir de nous revoir dimanche ? Je t’embrasse fort."

Curtis sentit les poils se hérisser sur son bras. Qui était ce type ? Grag et Otho échangèrent un nouveau regard, mais là, l’un comme l’autre n’avaient plus du tout envie de rire. Joan avait une aventure, aie aie aie !!! Un gars lui filait un rencard, et qu’est-ce que ça signifiait "les heures intenses"… Otho, machinalement, passa la main sous sa casquette. Simon n’avait pas bronché. Ezra ne levait pas les yeux de son bureau, il était attentif à la suite.

Limeye
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:24
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
L'appel suivant était muet, puis il y eut un message d'une voix automatique signalant qu'un bouquet de fleurs attendait Joan chez le fleuriste du coin, avec l'adresse et un numéro de téléphone...

Avant de poursuivre l'écoute, Simon intervint :

- Colonel, vous pouvez nous repasser tous les messages, s'il vous plait, je voudrais vérifier quelque chose...
- Avant que nous ayons fini ?
- Oui.

Ils réécoutèrent avec attention l'ensemble des messages, Curtis eut l'impression de se recroqueviller sur son siège en entendant la voix masculine, mais il ne décela rien d'anormal. Pourtant Simon dit :

- Grag ? As-tu remarqué ?
- Il me semble que oui...
- Remarqué quoi, Simon ?, demanda Curtis, suspicieux.

Ezra fixait le robot et le cerveau volant d'un air vivement intéressé.

- Peut-on écouter cela plus lentement, Ezra ?
- Bien sûr.

Sur le premier message, le leur, Simon ne dit rien, Grag non plus. Mais sur celui de la première amie de Joan, le cerveau bougea ses tentacules oculaires et Grag secoua la tête. Curtis se concentra et ce fut sur le quatrième message, celui de l'homme, qu'il remarqua un léger déclic. A vitesse normale et pour des oreilles humaines, il était impossible à déceler. Mais pour l'ouïe hyper-développée de Grag et Simon, il ne pouvait passer inaperçu.

- Elle a été mise sur écoute, dit Simon. Et bien avant le meurtre de Swan, puisque les messages de ses amies datent d'il y a une dizaine de jours, du moins pour le premier.
- Sur écoute ?

Ezra ouvrait des yeux ronds.

Limeye
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:25
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Dans une chambre d’un institut privé du New Jersey, une jeune fille reprenait lentement conscience. Son corps était endolori de partout. Une épouvantable migraine martelait sa tête. Elle tâta sa figure, elle avait des enflures et des cicatrices. Qui était-elle, où était-elle, d’où venait-elle, comment s’était-elle retrouvée dans cette chambre? Elle n’avait plus de souvenirs. Elle tenta de se redresser mais son corps protesta. Elle retomba sur le lit en échappant un gémissement.


Alerté par le bruit. Un homme à blouse blanche d’une trentaine d’années aux cheveux et yeux noirs entra dans la chambre. Il redressa un peu le lit.


- Bonjour Mademoiselle, je suis le Dr. Markus Saunders. Lui dit-il d’une voix chaude et onctueuse. Je suis soulagé que vous ayez repris conscience. On vous a trouvée dans cet état dans une ruelle près du centre Hope, et l’hôpital général de New York offre des soins exécrables à ceux qui sont sans le sou, alors j’ai pris sur moi de vous amener en lieu sûr. Vous serez bien traitée ici, Mademoiselle. Dit-il d’un ton rassurant.


- Où suis-je ?… Qui suis-je?...J’ai mal…Murmura-t-elle d’une voix faible et enrouée.


- Pour l’instant vous ne devez penser qu’à vous rétablir. Votre mémoire reviendra en temps et lieu. J’ai bien peur que ces souvenirs seront pénibles. Prenez ceci contre la douleur et reposez vous pour reprendre des forces. Il lui mit un comprimé dans la bouche et lui donna à boire. Elle se rendormit avec des flash chaotiques dans sa tête.


Il sorti de la chambre. Son portable sonna.


- Dr. Saunders. Comment puis-je vous aider?


- Vraiment très drôle espèce de joli cœur à la manque! Répondit ironiquement une voix féminine. Mariam et moi on t’attend chez le fleuriste pour la suite des évènements. N’oublie pas que c’est pour ELLE que tu travailles maintenant. Et on doit se taper tout le travaille parce que ta petite chérie s’est mise en tête de résister au contrôleur de pensées. J’espère que son cerveau sera maintenant un vrai cerveau de blonde!

- Elle n’aime jamais cela lorsqu’on abîme la marchandise alors gardes des réflexions pour toi Annabelle. Rétorqua Saunders furieux. Je vous rejoins chez le fleuriste. Terminé.


Il prit son spaciocar et partit en trombe.


Timarrow l’infirmier se dit en lui-même : « C’est ça, espèce de visage à deux faces, va te pendre! Maintenant, comment tirer Miss Randall des griffes de ce petit merdeux et des 2 cocottes? Et le capitaine de mon cœur, qu’est-ce qu’il fabrique? Est-il vraiment encore aussi coincé?

Frégo
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:26
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Dans le bureau d'Ezra, Curtis et les Futuremen procédaient depuis plusieurs heures à l'examen des données de l'ordinateur de Swan sous l'oeil attentif d'un jeune lieutenant, répondant au nom de Scott Baker. Ce dernier demeurait discrètement à l'écart, comme il en avait reçu l'ordre. Malgré tout, sa présence exaspérait Curtis, puisqu'il avait été décidé que l'examen de l'ordinateur de Swan se ferait sur place, et toujours en présence d'un témoin. Ezra lui avait expliqué, avec un certain malaise, qu'aucune donnée ne devait être copiée, et que les hautes instances avaient exigé que toutes les précautions soient prises pour que l'affaire ne s'ébruite pas. Il était facile d'imaginer le scandale que causerait la nouvelle qu'une jeune agent des services secrets de la Police Interplanétaire avait assassiné un supérieur haut gradé , au siège même du gouvernement intersidéral...

Ezra était retourné chez lui pour prendre un repos bien mérité, à la demande du capitaine. Les deux hommes s'étaient serré la main sans un mot avant de partir, tout en se lançant un regard appuyé: ils finiraient bien par découvrir quelque chose, tôt ou tard. Puis toute l'équipe s'était divisé la tâche et s'était mise au travail.

Otho poursuivait l'analyse de la bande vidéo de la scène du crime, Grag s'attardait encore sur les données du vidéotransmetteur, tandis que le professeur et Curtis prenaient connaissance des données contenues dans l'ordinateur de Swan. Ils travaillaient en silence, ouvrant chaque fichier l'un après l'autre. Ils avaient terminé de survoler le contenu des fichiers officiels, ce qui leur avait permis de conclure avec surprise que Swan ne prenait pas la peine de compliquer l'accès à certaines informations pourtant importantes, qui auraient pu nuire si elles étaient tombées en de mauvaises mains... Certes, la capacité d'ouvrir ces fichiers n'était pas à la portée du premier venu, mais Curtis s'était attendu à plus de difficulté...

Ils entreprirent ensuite d'ouvrir une série de fichiers qui semblaient contenir des données personnelles et dont l'accès était beaucoup plus difficile, comparativement aux fichiers officiels. Curtis se fit la réflexion qu'ils découvriraient probablement des choses intéressantes, tout en se demandant pourquoi ces fichiers étaient mieux protégés que les dossiers concernant la Police Interplanétaire.

Un premier fichier de photos, qui fut très difficile à craquer, suscita une profonde surprise chez Curtis. Plusieurs d'entre elles le représentaient, soit seul, soit en compagnie du Président ou des Futuremen. Il y en avait même quelques-unes où il figurait en compagnie de Joan. Ces photos avaient toutes été prises à son insu. D'autres photos de la jeune femme, seule, terminaient la série: certaines étaient prises en gros plan, d'autres alors qu'elle vaquait à ses occupations professionnelles et même, ce qui provoqua un profond malaise chez le jeune homme, en-dehors de ses heures de travail. Elle avait manifestement été suivie partout où elle allait: au parc, pendant qu'elle faisait ses courses, dans l'ascenseur menant à son appartement, et même... dans son appartement! On la voyait sortant de sa baignoire, dans le plus simple appareil. À aucun moment, elle ne semblait consciente d'avoir été photographiée...

Le capitaine regarda le professeur; tous deux pensaient à la même chose: depuis combien de temps ces photos se trouvaient -elles dans l'ordinateur de Swan? Qui les avait prises? Celles qui le représentaient avec la jeune femme dataient de plusieurs mois, selon ses souvenirs, mais impossible de savoir si les autres étaient plus récentes. Comment quelqu'un avait-il pu s'introduire dans l'appartement de Joan et la photographier en costume d'Eve sans qu'elle s'en aperçoive? Comment et pourquoi Swan était-il en possession de ces photos?

Curtis, troublé, n'avait pas remarqué que Simon s'employait à craquer un autre fichier... Le cerveau volant le tira de ses pensées en lui disant:

-Regarde, mon garçon! Qu'en penses-tu?

Le jeune homme découvrit alors un document décrivant sommairement un complot visant à se débarrasser de lui et de son équipe. Il était sur le point de poser une question au professeur, lorsqu'Otho héla Grag:

-Tas de ferraille, viens un peu ici!

Le robot se leva en grommelant à Otho qu'il n'était qu'une stupide balle de caoutchouc, et alla le rejoindre. L'androïde lui demanda alors:

-Jette donc un coup d'oeil sur ça... Vois-tu ce que je vois?

Grag fixa ses yeux sur l'écran, et parut estomaqué. Il bafouilla:

-Ben, ça alors! Capitaine, Professeur, venez vite voir!

Tous d'eux s'approchèrent, et regardèrent l'écran où était projetée l'image de Joan, au moment où celle-ci regardait Swan s'effondrer, le pistolet à la main... Otho arrêta la bande et se retourna vers son chef.

-Qu'y a-t-il, Otho?

-J'ai remarqué quelque chose d'intéressant, capitaine... Vois-tu cette ombre, à côté de Joan?

Curtis et le professeur se penchèrent. Curtis ne vit rien de particulier au premier abord, mais le professeur remarqua effectivement une ombre sur le tapis, tout en bas de l'image, et la montra au jeune homme. Elle était pratiquement imperceptible, mais la vision perçante d'Otho avait fini par la détecter, et Grag lui avait confirmé qu'il avait vu juste.

L'androïde dit alors:

-Capitaine, Joan n'était pas seule avec Swan dans la pièce lorsqu'il a été tué!

Flamme
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:27
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Timarrow savait que le moindre faux pas pouvait le faire repérer. Pour l'heure, il ne pouvait rien faire d'autre que rester en surveillance, et continuer à se fondre dans le décor de cette maison de repos bien particulière. Une maison de repos dans laquelle ne se trouvait qu'une seule pensionnaire, Joan Randall. Joan qui ne l'avait pas reconnu, mais il s'en doutait un peu : vu ce que Saunders et la grosse Olga lui faisaient avaler... Cette bêcheuse d'infirmière slave lui tapait sur les nerfs, mais il avait eu le nez fin. Quand Kim lui avait demandé de veiller sur la petite Valérie Swan, il ne pensait pas que cela l'aurait mené jusqu'ici. La petite jeune fille, 15 ans à peine, était lycéenne, pensionnée d'une école pour jeunes filles de familles sans le sou, mais de bonne éducation, établissement du New Jersey. Pourquoi Kim s'intéressait-il à cette gamine, ça, Timarrow n'en savait fichtre rien, mais tout ce qu'il savait, c'était que Kim lui avait confié cette mission en lui disant : "Tu es l'un des plus sûrs de mes gars, Tim. Tu as des compétences. Tu vas te faire embaucher dans l'école comme infirmier scolaire. C'est quasiment le même rôle que celui que tu remplis avec nous. Ne lâche pas la gamine. Elle est en danger. Tu dois veiller sur elle avant que je ne puisse agir de mon côté. C'est grave. Je ne peux pas t'en dire plus, aussi pour te protéger : moins tu en sauras, et plus tu passeras inaperçu."

Depuis la rentrée scolaire, il avait donc rempli avec sérieux son rôle. Il avait vite repéré la jeune Valérie, qui ne paraissait pas bien différente de ses autres compagnes d'études. Elle avait un petit visage un peu allongé, des cheveux châtains foncés qu'elle portait le plus souvent en queue de cheval ou en une longue tresse dans le dos. Pas très grande, assez fine, il avait cependant pu constater qu'elle était assez sportive, se débrouillant bien notamment en endurance et en sports collectifs. Elle était une des meilleures joueuses de l'équipe de handball de l'école. Pendant trois mois, il ne s'était rien passé de spécial, et Timarrow commençait à s'ennuyer. Enfin, si on pouvait s'ennuyer en compagnie de jeunes filles toutes plus charmantes les unes que les autres. Mais pas question de commettre d'écarts ! Kim comptait sur lui et Timarrow préférait ne pas imaginer ce que son chef ferait de lui s'il manquait à sa mission.

C'était vers la fin du mois de novembre qu'Olga avait fait son apparition. L'infirmière en chef avec laquelle Timarrow travaillait jusqu'à présent était tombée malade et avait été remplacée par Olga. Il avait très vite remarqué qu'elle s'intéressait de très près elle aussi à Valérie Swan. Il était alors parvenu à entrer dans ses bonnes grâces. Il avait trouvé sans difficulté le point faible d'Olga, et celle-ci l'avait embauché comme homme de main. Quand il avait fallu enlever la petite Valérie, il avait été aux premières loges. C'est même lui qui avait porté la petite jeune endormie par ses soins grâce à un narcotique dans le véhicule qui l'avait emportée. Véhicule dans lequel il avait pris soin très discrètement de placer une puce électronique. De même, il en avait inséré une derrière l'oreille de la jeune fille, sous la peau, dès qu'elle avait été endormie. Cette puce était directement reliée à l'ordinateur personnel de Kim.

Timarrow avait pu prévenir son chef, et d'autres gars avaient pris le relais. Le véhicule transportant la jeune fille n'était jamais arrivé à destination : quatre hommes de main, menés par Grabo, l'avaient intercepté et avaient récupéré Valérie. Ce qu'elle était devenue... Timarrow pensait simplement qu'elle était désormais en sécurité, quelque part. Mais son rôle ne s'était pas arrêté là. Car une fois Valérie enlevée - du moins, c'était ce qu'Olga pensait -, l'infirmière en chef avait dit à Timarrow :

- Mon petit chéri, tu as bien travaillé. Veux-tu continuer à oeuvrer pour nous ? Moi, j'aimerais bien continuer à faire équipe avec toi...

Tout cela en lui lançant un regard qu'elle voulait langoureux. Timarrow avait retenu une grimace et avait répondu :

- Bien sûr, ma belle ! Je ne peux plus me passer de toi et de tes caresses ! Que faut-il faire maintenant ?
- On a un gros poisson à attraper. Un sacré gros poisson, je peux te l'assurer. Et pour le ferrer, rien ne vaut une jolie petite anguille frétillante.
- Oh, oh !
- Oui, mais ça, c'est une autre équipe qui s'en charge. Nous, on va avoir besoin de nos compétences quand ils l'auront récupérée.
- On ? Nos compétences ?
- Le "on", moins tu poses de questions dessus et mieux ce sera.
- Ok, Olga, pas de soucis ! Mais... nos compétences ? Tu peux me répondre à ce sujet ?
- Oui, grand fou ! Nos compétences médicales. La jolie anguille, va falloir la transformer...

Ils avaient alors quitté le pensionnat pour faire route jusqu'à cette villa, joli pavillon de la banlieue chic de la ville, entourée d'un grand parc. Timarrow avait aussitôt compris que c'était un repère pour crapules. Une seule entrée, des caméras de surveillance un peu partout, un gardien patibulaire qui lui rappelait Molemos en plus costaud et plus méchant encore.

Qu'elle n'avait pas été la surprise de Timarrow de voir arriver deux jours plus tard, Miss Randall en personne ! Droguée. Aucun doute ! Il avait repris rapidement ses esprits, soulagé qu'au moment où Saunders l'avait amenée, personne n'avait prêté attention à lui. Car son étonnement aurait pu le trahir.
"Ok, je vois à quoi ressemble le gros poisson qu'ils veulent attraper. Ben, je leur souhaite bien du courage, car le Capitaine Flam, c'est pas la petite Valérie Swan... Bon, après tout, j'ai veillé sur une gamine de 15 ans sans trop comprendre pourquoi, je peux bien veiller sur la petite fiancée du Capitaine... si tant est qu'ils soient fiancés, après tout ce temps, il s'est peut-être décidé ?"

Mais autant Timarrow avait pu contrer Olga et ses sbires et détourner l'enlèvement de la petite Valérie Swan, autant il était pour l'heure impuissant à aider Joan Randall. Elle était enfermée dans une chambre, il n'y entrait jamais seul. Olga ou Markus étaient toujours avec lui. Elle était toujours plus ou moins inconsciente. Timarrow soupçonnait qu'ils la droguaient. Elle ne le reconnaissait pas, ce qui n'était pas étonnant vu son état. Les rares fois où il avait cherché à fixer son regard, elle avait les pupilles dilatées, la respiration un peu hachée. Chaque jour, Olga et Markus l'emmenaient au sous-sol, là où lui-même n'était pas autorisé à descendre. Il aurait bien tenté une petite expédition la nuit, mais il devinait qu'ici, le danger était partout. S'il voulait faire quelque chose pour Joan, il devait continuer à obéir sans faille à Olga et Markus.

Mais ce jour-là, alors que Markus filait rejoindre celles qu'il soupçonnait être les deux cocottes avec lesquelles le "bon" docteur Saunders s'était longuement entretenu peu après qu'Olga et lui-même soient arrivés à la villa, Timarrow avait bien cru la dernière heure de Joan venue. Olga et Markus avaient passé encore plusieurs heures avec Joan au sous-sol, et quand ils l'avaient ramenée, son sang s'était glacé dans ses veines. Son visage était tuméfié, ses poignets portaient des marques violacées.

- Tim ?
- Oui, Olga ?
- Soigne-la. Rends-la un peu présentable. Pauvre petite chérie...

Son regard pervers avait fait frissonner Timarrow. Il s'était retrouvé seul avec Joan, quelques minutes. Il avait soigné le mieux possible ses blessures, mais elle restait toujours inconsciente. Quand elle s'était réveillée, peu après, et que Saunders lui avait servi sa petite soupe bien huilée de pauvre jeune femme retrouvée dans la rue, il avait compris qu'ils avaient dû plus ou moins parvenir à leur fin : elle ne savait plus qui elle était.

Limeye
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:29
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
De retour dans le bureau d’Ezra…


Les futuremen conversaient en chuchotant pour rester discrets face au lieutenant Scott.


- Une personne invisible dans le bureau de Swan avec Joan lors de l’assassinat, les photos de Joan sous toutes ses coutures partout où elle est, où elle va, apparemment prises à son insu, ce n’est pas une coïncidence. Murmura le professeur Simon.


- On ne peut que conclure que la personne qui a pris les photos de Joan était également invisible. Ajouta Curtis. Et ça m’étonnerait que tout cela n’ait été fait que pour distraire Swan. Ajouta-il avec un mélange de gêne et de colère


- N’empêche que ce Swan était un pervers et qu’il aura mérité ce qui lui est arrivé! Dit Mala avec colère. Peut-être que Joan a fini par découvrir ces photos d’elle et le complot de Swan et qu’elle a finalement pété les plombs. Il y a quand-même une limite à ce qu’on peut tolérer.


- Oui mais dans ce cas, gomme balloune, pourquoi ne s’est-elle pas confiée à son parrain Ezra ou à nous? On est quand-même ses amis. Dit Crag. Limaille et Frégo semblaient signifier leur accord aux dires de Grag.


À ces mots, Curtis ferma les yeux. Pensant avec culpabilité que ça faisait un bon moment qu’ils devraient, surtout lui, être plus que cela pour elle et que s’il avait eu le courage de lui avouer ses sentiments, elle serait à ses côtés en ce moment, en sécurité. L’argument de la tenir à distance pour la protéger ne tient plus. Au contraire, cela l’isole. Ce n’est pourtant pas faux, qu’elle se serait confiée à Ezra si elle avait découvert un complot et se savait victime de harcèlement.


- J’ai l’intuition que toutes ces photos ont servi à trouver un ou des sosies pour prendre la place Joan. Dit Curtis. Les auteurs du complot devaient se douter que Joan résisterait aux menaces, au chantage, la torture ou autres manipulations. Cela me fait vraiment craindre le pire pour elle. L’angoisse grandissait en lui.


- Il faudra demander à Ezra de réunir des informations concernant la disparition récente de jeunes femmes à New York. Dit Simon.


- Je me demande encore ce que le meurtre de Swan vient faire dans tout cela. Dit Mala.


- Récupérer et Crypter les données que nous avons trouvées sur son ordinateur et se débarrasser d’un complice inutile et dangereux par son incompétence est le mobile du meurtre, Mala. Ajouta Curtis. C’est la seule explication à la différence d’accessibilités entre les fichiers du service et les fichiers reliés aux photos de Joan et au complot. En observant de plus près la meurtrière, on soupçonne qu’elle n’est pas dans son état normal et lorsqu’elle se branche sur l’ordinateur de Swan, on voit qu’elle a moins d’assurance. Elle agit comme si elle suivait des instructions qui sont surement donnée par la personne invisible.


- Mon garçon, je viens de décrypter un autre fichier hautement verrouillé. Dit Simon. Il porte le nom de Valérie. Viens voire.


Ils virent une série de photos d’une jeune fille d’environ 15 ans en uniforme de lycéenne. Dans le bas des photos, une note disait : « Mr. Swan, vous savez ce qui est important pour nous et nous savons ce qui est important pour vous.»


Ezra fut immédiatement averti de ce qu’ils ont découvert. Il leur envoya un message sur leur fréquence sécurisée confirmant que Valérie, la nièce de Swan, avait disparu il y a une semaine mais qu’elle avait été retrouvée vivante il y a 4 jours dans la soute d’un cargo de l’astroport de New York suite à un appel anonyme.


La jeune fille avait été incapable de dire se qui lui était arrivé, son dernier souvenir était sa visite au bureau de l’infirmière de son école, une certaine Olga Olnikova. La jeune fille avait fait la remarque que son assistant, Tim Harrow était beaucoup plus sympatique. Lorsqu'on lui a dit que son oncle était mort, elle avait dit aux policiers que son oncle était un pervers. Ses parents sont décédés lorsqu'elle était en bas âge.

Ezra avait découvert le casier judiciaire de la dite Olga Olnikova et soupçonnait que Tim Harrow (Timarrow!) s’était débrouillé en douce pour faire rater l’enlèvement de Valérie. Pourquoi, Ezra n’en savait rien. Valérie était maintenant dans un endroit sécurisé sous la protection de la police interplanétaire. Il leur dit qu’il consulterait un de ses contacts dans la police de New York concernant des disparitions de d’autres jeunes filles.


Ils savaient maintenant que Swan avait été tué parce qu’il en savait trop sur ses complices, que ceux ci n'avaient plus de moyens de le faire chanter et qu'à cause de sa stupidité, les renseignements qu’il détenait pouvaient être découverts à tout moment. Ils pourraient découvrir à tout moment que Timarrow est celui qui a fait rater l'enlèvement, ce qui le mettrait en danger. Ils étaient maintenant tous certains que Joan était détenue par ces mêmes comploteurs et qu’elle était en grand danger.



- Que comptes-tu faire maintenant Capitaine? Demanda Crag.



- Il faut maintenant se concentrer en toute urgence à retrouver Joan. Notre seul indice est l’endroit où elle a peut-être été vue pour la dernière fois : le fleuriste dont l’adresse est mentionné dans sa boîte vocale. Il faut néanmoins se douter que notre visite chez Joan puisse avoir été épiée comme Joan l’a été. Il faut procéder prudemment, faire une surveillance de l’endroit d’abord. Après je propose que Mala prenne mon apparence et que je sois aussi sur place en me rendant invisible. Professeur, il faudra aussi faire une liste des scientifiques qui connaissent le procédé de diffusion des atomes et, ou qui ont aussi trempé dans les procédés de contrôle de la pensée. Dit Curtis.



- Comptes sur nous Capitaine! Dirent-ils tous.

Frégo
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:31
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Petite note explicative de Limeye au début de ce nouveau passage:

je suis partie du postulat que Curtis découvre par hasard que Timarrow a fait évacuer la petite Valérie, qu'il n'est aucunement au courant que Timarrow est "envoyé" par Kim pour mener une mission secrète. Et que de son côté, Kim n'est pas au courant de ce qui se passe à New York, au siège de la police interplanétaire...

bizz

Limeye :


Sur un astéroïde isolé, dans un petit bureau meublé simplement, mais confortablement, avec du matériel de haute technologie, deux hommes conversent. L'un deux, bien bâti, plus grand que celui qui est installé derrière le bureau, un peu plus jeune aussi, les yeux d'un bleu clair perçant, les cheveux bruns coupés courts, interpelle son vis à vis :

- Dis donc, Kim, tu ne trouves pas que ça devient inquiétant ? Timarrow ne nous a pas envoyé son signal habituel depuis qu'on a récupéré la petite Valérie.
- C'est vrai que ça fait plusieurs jours de cela, répondit le dénommé Kim, un homme assez grand, trapu, tout en muscle, au visage marqué par différentes épreuves, mais au regard toujours affûté, intelligent.
- J'espère qu'il ne lui est rien arrivé... la bande que tu l'as chargé de surveiller est d'une sacrée engeance ! Ce ne sont pas des tendres !
- C'est un malin. Il ne se fera pas avoir comme un bleu. Et il a une bonne couverture. Néanmoins, maintenant qu'on a récupéré la petite Valérie, je me demande bien ce que ces criminels vont encore tenter.
- Tu ne crois pas qu'il serait temps d'alerter Flam et son équipe ?
- Pour des raisons de sécurité, il aurait mieux valu qu'on puisse continuer à assurer encore une veille discrète. Mais tu n'as pas tort, Grabo : si Timarrow ne nous envoie aucun signal, on avertira le Capitaine Flam. Le risque, c'est qu'il demande au colonel Gurney et à Joan Randall de l'aider. Or, il vaudrait mieux que la police interplanétaire reste en dehors de tout ça, surtout eux... pour leur propre sécurité.

Limeye
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:32
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Curtis, Grag et Mala avaient repéré la boutique du fleuriste qui était à un pâté de maisons de chez Joan. Cette boutique portait le nom d’Alcôve Rouge. Ce nom était étrangement évocateur pour Curtis. Limaille et Frégo les accompagnaient. Ils faisaient confiance à Limaille pour détecter ceux qui avaient de mauvaises pensées et peut-être distinguer la vraie Joan d’un sosie. Ils étaient montés sur le toit d’un immeuble pour observer ceux qui y entraient. Le professeur Simon était retourné au Comet pour consulter sa banque d’information sur certains scientifiques et leurs travaux.



Ce fût le calme plat pendant plusieurs heures. Les clients qui entraient chez le fleuriste ressortaient tous avec leurs achats en main. Curtis repensait à une autre implication non-négligeable du fait que les dossiers de Swan concernant la police étaient si facilement accessibles. Tous les agents de la police interplanétaires qui étaient sous la supervision de Swan pourraient être compromis ou en danger. Ezra avait assuré à Curtis que le président avait approuvé la suspension des enquêtes et avait ordonné le retrait préventif de tous les agents en opération jusqu’ à nouvel ordre.



La montre de Curtis bipa.



- Oui Professeur. Dit Curtis



- J’ai réuni une galerie de scientifiques qui ont travaillé sur les procédés de diffusion des atomes et de modifications de conscience. Cette liste est très courte concernant la modification de conscience, car le gouvernement intersidéral et le conseil de l’Éthique scientifique ont interdit tous travaux dans ce secteur, pour des raisons évidentes concernant les droits et libertés de la personne. Certains d’entre eux comme Kahlon purgent une peine sur Cerberus. Deux d’entre eux sont actifs dans la communauté scientifique et n’ont apparemment pas donné suite à leurs travaux, mais pourraient très bien avoir continué de le faire dans la clandestinité. Je t’envoie ces renseignements avec des photos. Tu les sauvegarderas dans la mémoire de Crag.



- Bien Professeur. Dit Curtis.



Il consulta les renseignements et les photos des deux scientifiques en question. La première personne était une femme de 55 ans une martienne du nom d’ Aled’ja Korn (Quorn?!), une scientifique de renom sur sa planète, et membre de son élite sociale. Elle est docteur en neuro-physique. Curtis fronça les sourcils. Elle lui rappelait effectivement Khalon. Était-elle membre de la société d’Alvéola? Cette société qui voulait restaurer la gloire et la suprématie ancienne de Mars? Il pensa aussi à Swan. Pendant de longues années, il avait été le chef de la police interplanétaire sur Mars avait d’avoir été muté sur Terre comme remplaçant du Général Halk Anders.



L’autre personne était le Dr. Markus Saunders, un neuro-physicien d’une trentaine d’années aux cheveux et yeux noirs. Encore là, Curtis tiqua. Il avait vu cet homme au paravent, mais où ? Il y avait aussi Annabelle Black et Mariam Khalil, qui étaient chercheuses en biologie moléculaire.



Tout à coup ils aperçurent un spaciocar s’arrêter devant la boutique et un homme en sortir. Curtis reconnut Markus Saunders. Celui-ci entra dans la boutique.



- Mala, je crois qu’il est temps de te transformer. N’oublie pas la copie de ma montre. Lui dit Curtis en se rendant lui-même invisible.



Ils n’eurent pas le temps de s’exécuter. Limaille se mit à grogner férocement. Curtis et Mala se retournèrent juste à temps pour se faire assommer par des formes invisibles. Une troisième forme désactiva Crag. Limaille et Frégo eurent le bon sens d’aller se cacher.



Mariam Khalil et deux sbires de la société d’Alvéola se mirent à rire en reprenant leur aspect visible.



- C’est vraiment trop facile! Ricana Mariam. Elle détruit les circuits de Crag. Allez Boris, Andreï, occupez vous du capitaine, de ses joujoux et de l’androïde, on les emmène voir Aled’ja.



- C’est ennuyeux que le cerveau n’ait pas été avec eux. Dit Boris



- Bah, tout seul, il ne peut pas faire grand-chose et c’est sûrement pas ces deux bestioles ridicules qui le préviendront. Allez, ramenons quand-même nos deux belles prises à Aled’ja.

Frégo
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 05:34
Auteur Message
flamme
Marshall Gurney
Marshall Gurney

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2013
Messages: 775
Localisation: Lévis, Canada
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Mariam n'avait pas réalisé sa grossière erreur de sous-estimer "les deux bestioles ridicules", pas plus que celle de demeurer visible. Limaille et Frégolo s'étaient dissimulés près de la porte vitrée donnant accès au petit local où se trouvait l'ascenseur qui menait au toit. Frégolo s'était transformé en poubelle trouée et cabossée, dans laquelle Limaille s'était dissimulé, tremblant. Tous deux avaient observé la scène, terrorisés, n'osant bouger de peur de se faire repérer. Pendant que ses deux complices s'assuraient que leurs victimes demeuraient inconscientes, Mariam avait contacté une navette un peu plus grosse que le Cosmolem, qui s'était posée rapidement sur le toit et dont étaient sortis quatre autres malfrats qui s'étaient rapidement saisis du capitaine et de Mala, les entraînant à l'intérieur de l'appareil. Tous étaient repartis, sauf Mariam, qui avait gagné l'ascenseur sans porter attention à la fausse poubelle, trop absorbée qu'elle était à jubiler sur le succès de cet enlèvement.

Dès que les portes de l'ascenseur se refermèrent, Frégolo reprit sa forme naturelle, observa avec Limaille que l'ascenseur se rendait directement au rez-de-chaussée. Les deux petits animaux se regardèrent, puis gagnèrent alors l'endroit où Curtis, Mala et Crag se tenaient quelques instants plus tôt, Frégolo tirant et entraînant Limaille qui n'avait qu'une idée en tête: réveiller son maître. Frégolo tint bon, cependant, et Limaille put voir, tout comme Frégolo, Mariam sortir de l'immeuble sur le toit duquel ils se trouvaient, traverser la rue et entrer chez le fleuriste.

Alors seulement, retournèrent-ils vers le robot mis hors circuit. Limaille jappa tristement en voyant que son maître ne bougeait plus, et consentit finalement à suivre Frégolo qui lui fit comprendre qu'il fallait prévenir le professeur Simon: lui seul pourrait remettre Grag en état. Les deux bestioles se rapprochèrent du bord du toit, Frégolo se transforma en mini-hélicoptère dans lequel embarqua Limaille, et tous deux s'envolèrent en direction du spatioport où était posé le Comet.

******

-Timarrow! Viens, je vais avoir besoin de toi!

Celui-ci retint un sursaut: tout en remettant son transmetteur dans sa poche, Olga entra dans la chambre, l'interrompant pendant qu'il refaisait un pansement à Joan, toujours inconsciente. L'expression qu'affichait le visage d'Olga lui parut de mauvais augure: elle avait pris une expression de joie machiavélique et perverse, et jubilait littéralement. Timarrow réussit à grand peine à garder un visage impassible, attendant qu'elle le mette dans la confidence:

-Nous allons avoir deux nouveaux pensionnaires, mon cher! Alors dépêche-toi d'en finir avec la mignonne, parce que nous devons être prêts pour accueillir nos nouveaux invités!

Timarrow ouvrit grand les yeux, puis se retourna sans rien dire vers Joan pour terminer le pansement, pensant qu'Olga ne lui dirait que ce qu'il aurait besoin de savoir, et qu'il ne servait à rien de poser des questions, d'autant qu'elle l'avait déjà mis en garde. Aussi, à sa grande surprise, l'entendit-il lui annoncer triomphalement la nouvelle:

-La jolie petite anguille nous a permis de ferrer le gros poisson! Pas tout à fait comme prévu, mais enfin... Nous avons réussi, c'est le principal!

Timarrow se retourna, jugeant que son immobilité paraîtrait suspecte. Il reprit un air surpris, et avant qu'il ait pu ouvrir la bouche, Olga le prévint d'une voix doucereuse:

-C'est maintenant que ça va devenir intéressant, mon joli! Mais il faudra obéir aux ordres et rester discret, surtout, je peux compter sur toi, n'est-ce pas? Tu ne nous as pas fait faux bond jusqu'à présent, il faut continuer! La récompense qui nous attend en vaut la peine!

Le ton de voix bienveillant contrastait totalement avec l'expression dure de ses yeux. Timarrow se leva, se dirigea vers Olga et la regarda droit dans les yeux tout en prenant un ton apaisant:

-Bien sûr que tu peux compter sur moi, Olga! Je ferais tout pour toi, tu sais!

Olga parut satisfaite de la réponse de Timarrow; souriante, elle sembla vouloir lui dire quelques chose, mais se rappelant tout à coup qu'il leur restait peu de temps avant l'arrivée des nouveaux pensionnaires, elle prit sur elle-même et répondit simplement:

-Dans dix minutes, ils seront là! Nous devons être à leur chambre dès qu'ils arriveront! Ils seront logés de l'autre côté du corridor.

Timarrow retourna rapidement vers le lit où reposait Joan, cachant ainsi à la perfide Slave le dégoût et l'inquiétude que son visage aurait pu exprimer. Il lui lança, sans se retourner:

-J'ai presque fini le pansement, je te rejoins dès que j'ai terminé!

Il entendit alors avec soulagement la porte se refermer et les pas lourds d'Olga décroître dans le corridor. Il jura tout bas:

-Merde alors! Quelle bande de tordus! Comment ont-ils réussi à s'emparer du Capitaine? Que vont-ils lui faire? Il va avoir droit à la visite du sous-sol lui aussi, c'est certain... Si au moins je pouvais contacter Kim... mais pour cela, il faudrait que je puisse sortir de cette villa maudite, sinon ils intercepteront la communication! Ça fait des jours que je suis cloîtré ici, il faudra bien que je trouve le moyen de leur fausser compagnie le temps d'expédier un message!

Flamme
_________________
Life begins at the end of your comfort zone
(Neale Donald Walsch)

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 12:43
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Timarrow devinait le danger. Alors qu’Olga sortait de la résidence et que le véhicule s'avançait dans l'allée, conduit par un type qu’il n’avait jamais vu, avec à ses côtés un autre inconnu, il resta à l’intérieur, sur le perron, et observa ce qui se passait.

Le véhicule était discret, les vitres arrières étaient opaques, on ne voyait rien au travers. Il vit Olga activer la télécommande du garage souterrain, et le véhicule roula lentement dans la légère descente. En passant devant elle, le chauffeur fit un petit signe à Olga. La grosse infirmière slave les suivit, puis actionna la fermeture de la porte du sous-sol.

Timarrow n’avait pas attendu que celle-ci soit totalement abaissée pour se précipiter au-dehors. Il sortit en sifflotant, la main dans la poche, il appuya discrètement sur son communicateur et envoya juste le signal d’urgence convenu avec Kim. Il fit simplement quelques pas dans l’allée, comme s’il avait voulu se détendre les jambes et retourna dans la résidence. Il longea le corridor, attendant près de la porte qui menait au garage. Plus loin, tout au bout du couloir, se trouvait une autre descente, vers la cave, mais celle-ci lui était interdite. En dehors de cette cave, il connaissait assez bien la résidence :

Le grand garage, donc, avec une cloison parfaitement insonorisée (de l’autre côté se trouvait la fameuse "cave"), au rez-de-chaussée, une petite entrée qui donnait directement sur un grand couloir. Là se trouvait les "chambres", sans autre fenêtre que de minuscules ouvertures en haut d’un mur, un peu comme des petites meurtrières, en verre poli. Il y en avait quatre, deux de chaque côté du couloir. Elles possédaient toutes un savant système de verrouillage. C’était de vraies cellules, Timarrow savait de quoi il en retournait. La première fois qu’Olga avait déverrouillée la porte de la "chambre" de Joan devant lui, il s’était cru revenir en arrière lors de son séjour sur Cerbérus. Un salon qui donnait sur le jardin et sur l’entrée du grand parc entourant la résidence complétait cet étage, ainsi que "l’infirmerie", la réserve des médicaments et du matériel de soin.

A l’étage, c’était la partie "habitation". Olga et lui y avaient leur chambre (puisqu’ils dormaient ensemble, à son grand désespoir), de même que Saunders. Il y avait aussi une cuisine, un bureau (où le "bon" docteur se rendait régulièrement). Tim avait pu jeter une fois discrètement un œil par la porte entrebâillée : il y avait là du matériel de communication, du matériel informatique, les commandes électriques de la résidence, deux écrans de surveillance des caméras du parc. De ce qu’il avait pu voir, les caméras surveillaient le parc, non les alentours de la maison, c’était ce qui l’avait incité à envoyer le signal, espérant ne pas avoir été filmé, et qu’en tout cas, son attitude durant la minute où il était resté dehors n’éveillerait pas de soupçons. On y trouvait aussi deux autres pièces, mais il n’y était jamais entré, ne les avait jamais vues ouvertes, ne savait absolument pas ce qui s’y trouvait, ni à quoi elles étaient destinées. Enfin, il y avait également un deuxième étage, mais là non plus, il n’était jamais monté. Mais il n’avait jamais vu non plus Saunders ou Olga s’y rendre. La porte qui y menait était verrouillée.

Timarrow attendait donc dans le couloir. Il s’attendait à voir arriver les deux hommes portant le Capitaine Flam, sans doute inconscient, peut-être déjà drogué, comme l’avait été Joan. Il préparait un visage sans surprise, un peu curieux, et chassa au mieux son inquiétude. Ce n’était vraiment plus le moment de se faire repérer. Il se demandait simplement qui était l’autre prisonnier.

Même s’il s’était préparé, Timarrow ne put cependant se retenir d’ouvrir de grands yeux en voyant d’abord les deux hommes porter l’androïde. Olga affichait un sourire triomphal, et ouvrit bien vite la porte d’une des deux "chambres". Il y fut couché et sanglé sur le lit. Les deux hommes ressortirent aussitôt.

- Allez chercher le Capitaine, maintenant !, dit-elle avec morgue. Saunders le surveille, mais il faut faire gaffe !
- On l’a bien endormi, t’inquiète pas, Olga ! Allez, viens Andreï, qu’on finisse le boulot de porteurs.
- Ouais, Boris, j’espère qu’après, on pourra se reposer un peu… des heures de surveillance, c’est plus crevant qu’un marathon !
- T’as jamais couru de marathon, crétin…
- Bien sûr que si ! J’ai fait celui de New York, il y a cinq ans, et j’avais terminé 12ème à celui de Moscou, lors des jeux interplanétaires, en catégorie...

Timarrow n’entendit pas la suite, mais il nota bien soigneusement ces informations. Le dénommé Andreï avait en effet un physique de coureur de fond : grand, bien musclé, contrairement à son homologue Boris : plus trapu, large d’épaules, des cheveux longs et un regard d’assassin. Andreï avait également le crâne rasé.

Ils revinrent peu après, portant Flam lui aussi inconscient, une marque de coup bleuissait à sa tempe. "Ils l’ont assommé", pensa Timarrow. "Est-ce qu’ils vont me laisser le soigner ? Si seulement…". Derrière les deux porteurs suivait Saunders, qui referma soigneusement la porte derrière lui. Il adressa un sourire de triomphe à Olga.

- "On" n’est pas avec vous ?
- "On" va venir plus tard. "On" veut qu’on prépare le Capitaine avant son arrivée… La blonde est-elle prête ?
- Bien sûr… Tim s’en est chargé.
- Parfait. Je vais aller la voir.

Une lueur sadique s’était allumée dans son regard, et Timarrow ne put s’empêcher de frissonner en voyant disparaître Saunders dans la "chambre" de Joan. Mais déjà, Olga l’entraînait et ils gagnèrent celle où le Capitaine venait d’être emmené. Le dénommé Andreï resta avec eux, mais Boris sortit et se campa devant la porte de la "chambre" de Mala.

Limeye
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Ven 13 Déc 2013 - 12:44
Auteur Message
limeye
General Anders
General Anders

Hors ligne

Inscrit le: 05 Déc 2012
Messages: 1 050
Localisation: Ixio
Répondre en citant
Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Mala avait repris conscience bien avant qu'on ne le mette dans la voiture et avait vu qui était à la tête de leur ennemis. C'était bien une martienne de 55 ans appelée Aled'ja. Il avait joué les inconscients durant tout le trajet, notant du mieux qu'il pût tous les détails de celui-ci jusqu'à destination. Les drogues qu'on lui avait adminisrées n'avaient eu aucun effet sur lui. À son arrivée au repaire, il s'était laissé attacher à son lit comme si de rien n'était et attendait le bon moment pour se libérer.

Il savait que Andrei, Olga et Timarow étaient dans la chambre à côté de la sienne avec le capitaine Flam et que son Gardien à lui, Boris était campé devant la porte de sa chambre et lui faisait dos. " Voilà ma chance. Se dit-il. Si je fais gaffe au bruit, je peut me libérer, neutraliser Boris et prendre sa place."

Il se libéra silencieusement en amincissant son corps et ses membres. Il s'attaqua à la serrure de sa porte en étirant son index pour l' y introduire. Il saisit silencieusement Boris par derrière et appliqua sa fameuse prise de cou pour paralyser ses nerfs. Il prit les armes et la place de Boris et attacha et baillona celui-ci sur le lit. Il ferma la porte de la chambre derrière lui. "Occupons-nous des trois crapules dans l'autre chambre maintenant." Sans faire de bruit, il dévérouilla la chambre de Curtis. Il ouvrit la porte rapidement et se dirigea tout bonnement vers Andrei.

- Qu'est-ce que t'as gros lourdeau , tu ne te rappelle plus de ton boulot de surveiller l'androïde? Railla Andrei.

- Avant j'avait un truc à te dire. Dit Mala. Il passa sa main derrière son cou avant de paralyser Andrei à son tour.

Olga se rua vers celui qu'elle croyait être Boris.

-Mais t'es malade toi! Qu'est-ce qui te prends? Cria-t-elle.

Ce fût Timarrow qui assomma Olga par derrière.

Mala découvrit son visage un instant et regarda Timarrow dans les yeux.

- Je suis de ton côté je te le jure! Dit Timarrow. J'ai envoyé un signal d'urgence à Kim! Il faut maintenant s'occuper de Saunders. Il est dans la chambre avec Miss Randall!

- Je veux bien te croire. Il faut d'abord enfermer ces deux là dit Mala. Ils les enfermèrent rapidement avec Boris. Ils récupérèrent leurs armes, les diffuseurs d'atome et les clés d'Olga. Ils tentèrent en vain de réveiller Curtis.

- Il faut se dépêcher en faisant gaffe au troll qui sert de garde à l'entrée principale. Dit Timarrow.

Ils se dirigèrent silencieusement vers la chambre de Joan.

Frégo80
_________________
L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile (A. Camus)
Tout ce que nous avons à décider, c'est ce que nous devons faire du temps qui nous est imparti. (Gandalf le gris).

Back to top
Aujourd’hui à 23:41
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [cadavre exquis] D'un mystère à l'autre
Back to top
Page 1 sur 12
Aller à la page: 1, 2, 310, 11, 12  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure