Captain Future    Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum
The definitive Captain Future forum for the fans community all over the world !
FAQ Rechercher Membres Groupes S’enregistrer Connexion
Captain Future Fans Forum Index du Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum Captain Future Fans Forum
Captain Future Fans Forum Index du Forum FAN CLUB
Captain Future Fans Forum Index du Forum Fan fictions [fan fiction] Le journal intime de Johann
Sujet précédent :: Sujet suivant
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Mer 4 Mai 2011 - 20:41
Auteur Message
Stjust
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2009
Messages: 348
Localisation: Planckée dans un mur
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Bon vlà pour commencer!.... La suite j'hésite encore....




[/img]
_________________
La tête dans les étoiles

Back to top
Mer 4 Mai 2011 - 20:41
Auteur Message
Publicité

Sujet du message: Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Jeu 5 Mai 2011 - 20:07
Auteur Message
Pascal
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2007
Messages: 829
Localisation: Cratère de Tycho (Lune)
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Pas mal ton dessin l'artiste ! Mais niveau paroles c'est violent dis donc !
_________________


Visiter le site web du posteur
Back to top
Jeu 5 Mai 2011 - 21:16
Auteur Message
Stjust
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2009
Messages: 348
Localisation: Planckée dans un mur
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Pascal a écrit:
Pas mal ton dessin l'artiste ! Mais niveau paroles c'est violent dis donc !



Et encore j'ai fait soft!.... Devil Devil Devil
Je fais toujours dans les excès désolée Rolling Eyes
_________________
La tête dans les étoiles

Dernière édition par Stjust le Dim 22 Mai 2011 - 21:19; édité 2 fois
Back to top
Jeu 5 Mai 2011 - 21:22
Auteur Message
Stjust
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2009
Messages: 348
Localisation: Planckée dans un mur
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Bon je commencerai peut-être ma série Angel ce week-end.... J'sais pas je médite encore... Rolling Eyes
_________________
La tête dans les étoiles

Back to top
Ven 6 Mai 2011 - 18:11
Auteur Message
Pascal
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2007
Messages: 829
Localisation: Cratère de Tycho (Lune)
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Ta série Angel ou Devil (pour l'instant on ne connait de toi que ton côté Devil ... )
_________________


Visiter le site web du posteur
Back to top
Dim 8 Mai 2011 - 11:40
Auteur Message
Stjust
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2009
Messages: 348
Localisation: Planckée dans un mur
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Pascal a écrit:
Ta série Angel ou Devil (pour l'instant on ne connait de toi que ton côté Devil ... )



La faute à qui? Neutral

Si tu ne m'avais pas balancé ton histoire d'Harlequin aussi Mr. Green , je ne me serais pas laissée corrompre par un esprit Devil


Pour en revenir à nos moutons justement (le sujet de ce topic):
Bon ok je vais me lancer dans le journal de Joan , mais tant pis pour vous, je vous aurais prévenus ! Neutral Et tant pis pour moi aussi s'ils se barrent tous de ce forum Rolling Eyes , après tout je n'obéis qu'à mon bon plaisir d'écrire Clap
_________________
La tête dans les étoiles

Dernière édition par Stjust le Dim 22 Mai 2011 - 21:22; édité 1 fois
Back to top
Lun 9 Mai 2011 - 18:34
Auteur Message
Pascal
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2007
Messages: 829
Localisation: Cratère de Tycho (Lune)
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Le Mont St Michel est en effet historiquement breton mais administrativement rattaché à la Normandie.
Mais dans le genre il y a plus grave : la Loire Atlantique historiquement bretonne (Nantes capitale du Duché de Bretagne) rattachée officiellement à cette région pré-fabriquée des Pays de la Loire en 1955. Quelle infamie !! Angry
De toute façon, nous les bretons on est brimés depuis la fin de l'indépendance de la Bretagne en 1532 et son rattachement à la France, et tout ça à cause d'une bonne femme, pffff

_________________


Visiter le site web du posteur
Back to top
Lun 9 Mai 2011 - 20:40
Auteur Message
Yamcha
Lieutenant Randall
Lieutenant Randall

Hors ligne

Inscrit le: 11 Oct 2009
Messages: 123
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Rhooo Pascal l'ultranationaliste. Ca existe Captain Future en Bretion? lol

Back to top
Lun 9 Mai 2011 - 20:40
Auteur Message
Stjust
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2009
Messages: 348
Localisation: Planckée dans un mur
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Pascal a écrit:
et tout ça à cause d'une bonne femme, pffff



La bonne femme en question c'est Claude de France?
_________________
La tête dans les étoiles

Dernière édition par Stjust le Dim 22 Mai 2011 - 21:23; édité 2 fois
Back to top
Lun 9 Mai 2011 - 20:49
Auteur Message
Stjust
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2009
Messages: 348
Localisation: Planckée dans un mur
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Yamcha a écrit:
Rhooo Pascal l'ultranationaliste. Ca existe Captain Future en Bretion? lol



Si tu l'encourages à communiquer dans son dialecte d'E.T. on est foutus!!!! Shocked Après il ne restera plus que toi et personnellement-moi-je pour faire la cosette Francophone sur ce forum Mr. Green
_________________
La tête dans les étoiles

Back to top
Mer 11 Mai 2011 - 21:47
Auteur Message
Johann Landore
Space Soldier
Space Soldier

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2011
Messages: 10
Localisation: washington
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Calendrier terrestre Grégorien - Heure locale de l’état de Washington : le Mercredi 1er septembre 2106 19H00– Planète Mégara

Très tôt ce matin, je suis partie pour la planète Mégara où j’ai été mandatée par les plus hautes instances du gouvernement intersidéral de notre système solaire, afin d’enquêter sur un mal étrange qui sévit l’espèce humaine depuis peu. Ce mal aussi terrifiant que virulent, a été baptisé «rétrogradation de l’espèce» et il sème la terreur sur la planète Mégara d’où il semble originaire.
D’après le rapport du service sanitaire intersidéral, les caractéristiques, de ce virus très contagieux, se manifestent de la façon suivante : l’individu contaminé subit en quelques heures à peine, une rétrogradation physique et mentale qui lui confèrent un état similaire à l’un de nos lointains ancêtres. D’après les prélèvements effectués sur des sujets contaminés, les scientifiques rattachés au département de la physique bio moléculaire sont formels : le sujet s’apparente en tous points à l’homme de Néandertal et il devient extrêmement agressif et dangereux, mais dans certains cas, l’évolution de cette maladie peut se poursuivre jusqu’à une dégénérescence totale, et la mort devenant de fait inéluctable. L’appariation récente de ce fléau ne nous a pas encore permis d’en connaître toutes les propriétés et il n’existe pas encore d’antidote, mais les équipes de scientifiques affectés à cette mission, travaillent sans relâche jusqu’à pouvoir élucider ce sombre phénomène. Pour l’heure, nous menons donc une course contre la montre, d’autant plus que le virus a déjà fait également des victimes parmi certains de nos agents fédéraux.
La mise en quarantaine de cette planète a été officiellement décrétée depuis 48 heures et plus aucun de ses sujets d’origines terrestres, qui y séjournaient à long ou moyens termes, n’est autorisé à quitter Mégara, du moins pas tant que nous ne serons pas parvenus à neutraliser ce mystérieux fléau. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’origine de ce virus serait très certainement le fruit d’une conspiration criminelle, il s’agirait donc d’une expérience menée sur un échantillon viral qui aurait mal tournée de manière accidentelle ou intentionnelle, là aussi demeure la question que je vais devoir élucider. En effet, des suspicions se portent sur un sombre individu qui se fait appeler « l’empereur de l’espace », mais s’il se trouve bien à l’origine de ce fléau, nous ignorons encore exactement son identité et le but obscur qu’il poursuit à travers cette abomination.
Dernier point observé et pour le moins rassurant pour mon compte, ce qui tenterait à prouver que les origines de ce virus proviennent bien d’une manipulation contrôlée et non d’un fait naturel. Le virus ne touche que des sujets mâles d’origine terrestre et ayant atteint la puberté, aucun cas n’a été identifié chez les femmes comme les enfants humains jusqu’a ce jour. Le personnel médical autorisé à s’occuper des malades actuellement soignés dans un hôpital militaire de Mégara, est donc composé essentiellement de sujets féminins d’origines terrestres, d’androïdes et de quelques individus issus de planètes voisines à notre système solaire. En principe je n’ai donc pas à redouter les effets nocifs de ce virus et combien même cette mission comporterait-elle un risque mortelle, je m’emploierai à l’accomplir du mieux possible, comme le fit mon père jadis jusqu’au péril de sa vie.

Ce soir, je dois m’entretenir avec le gouverneur général de Mégara et demain je démarrerai très certainement mon enquête et ma mission de surveillance aux alentours de Jovopolis la capitale de cette planète.
Même si ma condition féminine me permet pour l’heure de ne pas être contaminée par le virus, ma mission n’est pas sans danger pour moi car cette ville n’a rien de rassurant. C’est un lieu de non droit où la population évolue dans un climat de conflit et de banditisme permanents. Selon sa description, c’est une ville comparable à ce que l’on qualifiait autrefois de ville du « Far West » sur la planète terre avec en prime des dangers mille fois supérieurs, je vais donc devoir rester sur mes gardes et je saurai contenir mes craintes devant le gouverneur, j’ai été paramétrée comme un soldat pour faire face à ce genre de situations.
_________________
Je suis devenue un soldat au service de la paix et de la justice, mais à ses côtés, je n'ai plus peur de rien, si ce n'est de le perdre.

Back to top
Mer 11 Mai 2011 - 22:01
Auteur Message
Johann Landore
Space Soldier
Space Soldier

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2011
Messages: 10
Localisation: washington
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Calendrier terrestre Grégorien - Heure locale de l’état de Washington : le jeudi 2 septembre 2106 7h45– Planète Mégara

Mon entretien avec le gouverneur s’est révélé très intéressant hier soir, il m’a rapporté que j’allais sans doute bénéficier d’un atout majeur pour pouvoir mener au mieux mon enquête : en effet, j’ai été informée de la venue imminente d’un personnage important devenu emblématique à travers toute la galaxie, tant il a su se distinguer par ses nombreuses prouesses dans des missions capitales et hautement périlleuses dans les domaines militaires, scientifiques et criminelles.
Ce personnage que l’opinion public qualifie de héros des temps modernes, se nomme Curtis Newton mais il est plus universellement connu sous le pseudonyme de « Capitaine Flam ». J’avoue que je suis à la fois très impatiente et impressionnée de rencontrer celui pour lequel l’univers entier porte une admiration sans bornes. Ce n’est pourtant qu’un être humain, mais il semble doté de facultés physiques et intellectuelles hors du commun. Je ne l’ai vu qu’en photos ou en projection 3D et il parait effectivement se dégager de sa personnalité un charisme exceptionnel, de plus il possède une physionomie très agréable ce qui ne gâche rien au tableau. Mais je dois m’en tenir qu’à la mission que l’on m’a confiée et à mon éventuelle collaboration avec ce chevalier des temps modernes. Je sais que notre président lui est très attaché, c’est donc un honneur que de pouvoir m’associer avec ce personnage atypique le temps d’une mission.
_________________
Je suis devenue un soldat au service de la paix et de la justice, mais à ses côtés, je n'ai plus peur de rien, si ce n'est de le perdre.

Back to top
Jeu 12 Mai 2011 - 10:45
Auteur Message
Pascal
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 25 Aoû 2007
Messages: 829
Localisation: Cratère de Tycho (Lune)
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Très bonne idée de reprendre l'histoire de l'Empereur de l'Espace sous le regard de Johanne Landor Clap
_________________


Visiter le site web du posteur
Back to top
Jeu 12 Mai 2011 - 21:01
Auteur Message
Stjust
Captain Future
Captain Future

Hors ligne

Inscrit le: 13 Oct 2009
Messages: 348
Localisation: Planckée dans un mur
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Hello,

Merci beaucoup pour tes encouragements, cependant voici quelques mises en garde Wink :
Je n'ai pas un oeil aussi exhaustif que le tien pour retracer avec précision les aventures de notre super héros Flam (Alors ne t’attends pas à un exploit de ma part Rolling Eyes ), la réalisation de cette lubie est plus longue que prévu dans la mesure où je passe du temps à revoir les épisodes, à parcourir ton site, ce forum et même d'autres sources, à la recherche d'informations complémentaires... Tout cela pour tenter de donner un peu de crédibilité à cette fantaisie. Et encore je ne connais pas le contenu des pulps, lesquels doivent être certainement une mine d'or.... Et puis pour combler les "trous" je dois bien aussi faire appel à mon imagination, (ce qui est le plus amusant Wink ).

Alors désolée par avance pour les imperfections, les erreurs ou les écarts, mais ce qui me divertit, c'est d'explorer la psychologie du personnage Joan dans son environnement, du coup je visualise et me projette déjà dans des situations que je ne voyais pas en regardant sagement les épisodes.
_________________
La tête dans les étoiles

Back to top
Dim 15 Mai 2011 - 20:04
Auteur Message
Johann Landore
Space Soldier
Space Soldier

Hors ligne

Inscrit le: 11 Mai 2011
Messages: 10
Localisation: washington
Répondre en citant
Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Calendrier terrestre Grégorien - Heure locale de l’état de Washington : le jeudi 2 septembre 2106 21H00– Planète Mégara à bord du Cyberlab

Je suis encore sous le choc tant la rencontre insolite de cette journée riche en rebondissements, restera à jamais gravée dans ma mémoire, et je dois bien l’avouer, dans mon cœur également.

Ce matin, je suis donc partie mener mes observations aux alentours de Jovopolis, mais mise à part une bagarre entre les autochtones de cette planète appelés les Mégariens (ce sont d’étranges créatures vertes à tête de grenouille, mais à taille presqu’humaine) et à part une malheureuse rencontre avec un monstre de cette planète appelé araignée méduse que j’ai du abattre, je n’ai rien noté d’anormal.

En revanche lorsque je suis retournée en ville, j’ai assistée en directe à ce phénomène impressionnant de « rétrogradation de l’espèce ». L’individu affecté par la maladie s’est métamorphosé en un temps record et j’ai du intervenir pour le neutraliser car il allait s’en prendre de peu à un enfant terrien et sa mère, qui se trouvaient sur son chemin. Je l’ai simplement assommé et j’ai sitôt prévenu les secours pour qu’il soit immédiatement évacué vers l’hôpital dirigé par un certain docteur Brigth. Malheureusement cet hôpital de fortune qui était anciennement une prison, commence à être saturé par le nombre de cas atteints par ce virus, d’ici peu le docteur Bright qui dirige cet hôpital et sont équipe, ne pourront plus faire face à cet afflux permanant de malades dont les conditions même de détention commencent à devenir déplorables. Je suis donc retournée chez le gouverneur général pour établir un premier rapport mais également pour discuter des inquiétudes du docteur Bright dont je me fais la porte parole. Nous étions installés sur la terrasse à l’arrière d’un somptueux bâtiment aussi sécurisé qu’une forteresse et je faisais donc part de mes doléances au général de Mégara. Alors que je venais de lui dire « il faut faire quelque chose pour secourir ces pauvres gens, la situation devient critique », Une voix masculine avait anticipé la réponse du général. Un homme surgit de nulle part est arrivé inopinément et a pris part à notre discussion en disant :
-Ne vous inquiétez pas je vais m’en occuper.
-Mais qui êtes-vous et comment avez-vous pu entrer ici, a si tôt interrogé le général aussi stupéfait que moi?
En, effet lé général semblait très étonné par cette intervention pour le moins ésotérique. Nous avons dévisagé cet homme aux cheveux roux sombres, vêtu d’une combinaison spatiale qui soulignait parfaitement sa haute silhouette athlétique, comme s’il portait une armure qui épousait parfaitement les courbes de son corps. Il avait fière allure et il s’est avancé vers nous avec outrecuidance en brandissant son bras où il portait une montre pas comme les autres, ce symbole même qui le distingue des autres hommes à travers l’univers : c’était le capitaine Flam…

Une heure plus tard nous avons conversé dans un salon confortable avec le général et ses proches collaborateurs : Mr Kells son adjoint, Mr Belwar et Kening respectivement le directeur et sous directeur de la Belwar compagnie. Le général nous a expliqué que la première victime de la rétrogradation de l’espèce a été identifiée dans l’enceinte de production de la Belwar compagnie. De son côté, le capitaine Flam nous a fait savoir qu’il fera également appel à son équipe pour mener ses investigations.
En effet, le capitaine dispose d’atouts majeurs pour l’aider dans toutes ses missions, il travaille toujours en collaboration avec une équipe composée d’individus aux facultés hors pairs.
Il y a quelques temps de cela, je m’étais justement documentée un peu sur cet être extraordinaire pour tenter de comprendre un peu les origines de sa nature. Toute son existence est elle-même étonnante : William et Hélène Newton, ses parents, étaient des scientifiques qui s’étaient établis dans une base spatiale en orbite autour du satellite naturel de notre planète. Ils y ont mené des expériences stupéfiantes en créant des êtres dotés de pouvoirs et d’intelligences fantastiques : il y a eu tout d’abord Crag un robot à la force Herculéenne, ensuite Mala un Androïde qui parait-il, possède la faculté de modifier son apparence physique en remodelant à volonté sa composition moléculaire et enfin celui que l’on appelle le professeur Simon Wright est de loin le personnage le plus étonnant de l’équipe. C’était à l’origine un être humain tout à fait comme les autres mais doté d’un savoir prodigieux tant il fut reconnu comme l’un des plus éminents scientifiques sur terre, mais il était atteint d’un mal incurable et afin de lui sauver la vie, il mit au point avec le professeur Newton et son épouse la plus extraordinaire des transplantations humaines : son corps et les autres organes étant contaminés, seul son cerveau fut transféré dans une sorte de coque métallique contenant un sérum auto régénéré par une pompe intégrée à ce système. La nouvelle enveloppe « synthétique » du professeur Simon est donc extrêmement complexe et se situe à la pointe de la technologie. Transmuté dans ce nouvel environnement totalement robotisé, le professeur Simon était lui-même devenu une créature sophistiquée et même si sa constitution physique ne se résume plus qu’à un « cerveau », celui-ci semble mener une existence parfaitement viable et autonome. Ce robot métallique dans laquelle est désormais abrité son cerveau, est pourvu de deux antennes aux bouts desquelles des lentilles font offices d’yeux et le professeur peut s’exprimer grâce à un émetteur placé à la base de son cerveau. Enfin, il peut se déplacer à travers l’espace à sa guise et plus aisément qu’un humain puisqu’il possède des micros propulseurs qui lui permettent de s’élever et de se diriger dans les airs. J’ai vraiment hâte de rencontrer également cet être atypique, d’ailleurs lors de notre discussion de ce jour, le capitaine nous a confié faire appel aux services du professeur afin de participer également à la recherche d’un antidote.
En ce qui concerne Curtis Newton, ses prodigieuses performances lui proviennent justement de l’enseignement de son équipe depuis son enfance. En effet, ses parents sont morts dans un tragique attentat spatial où seul le petit Curtis a survécu. Il a donc été recueilli par Crag, Mala et le professeur Simon qui lui ont enseigné tout leurs savoirs et c’est depuis ce temps là qu’ils se sont établis définitivement sur la lune, dans une base secrète où nul n’accède jamais.
Ainsi, plutôt que de mener une existence tout à fait ordinaire, Curtis Newton a fait le choix de devenir un justicier de l’espace et il poursuit toujours l’œuvre de ses parents. Quelle curieuse vie et quel étonnant cheminemant psychologique pour parvenir à un tel sacerdoce, c’est subjuguant ! Maintenant que je me retrouve face à cette destinée hors du commun, je suis encore plus impressionnée que dans mes rêves et je suis béa d’admiration pour celui que la providence a forgé une si fabuleuse personnalité.

Pour en revenir à notre conversation de ce jour avec le général et son entourage, il m’a semblé que le capitaine Flam a démarré son enquête sans ménagement, il m’a parut d’or et déjà suspicieux lors de son interrogatoire, aurait-il déjà décelé quelque chose ? En tout cas j’ai le sentiment qu’il fera tout pour parvenir à démasquer cet « Empereur de l’espace », et j’ai eu la confirmation de mon impression, lorsqu’en quittant l’enceinte du gouverneur général, le capitaine m’a mis dans la confidence de ses soupçons. Selon lui, le suspect pourrait bien se trouver parmi les 4 individus que nous venons de rencontrer, quelle opiniâtreté ! Je crois bien que le capitaine n’aura pas fini de nous étonner.
A l’issu de cette conversation, le capitaine Flam m’a demandé de l’accompagner à l’hôpital central, quelle joie pour moi ! J’étais très flattée qu’il puisse ainsi solliciter mes services dès le début de notre rencontre. Je me souviens de chaque mot de la discussion que nous avons eu en chemin, et à vrai dire c’est à ce moment là que j’ai pris conscience du trouble qu’il provoque désormais en moi et je n’oublierai jamais cet instant :
-Tout est possible même l’incroyable, m’a-t-il dit au sujet du résultat de cette enquête.
Je lui ai sitôt répondu spontanément :
-Oui je sais, « tout est possible », la preuve, c’est que vous existez, vous êtes notre modèle, notre espoir. Pour nous les descendants des terriens, vous êtes le courage, la sagesse, la puissance.
-Oh ! Je n’ai pas mérité une telle cascade de compliments, disons seulement que j’ai été investi d’un certain nombre de pouvoirs pour faire régner l’ordre et la justice dans l’univers.
-Vous représentez bien plus que cela, vous êtes un exemple pour tous les descendants des terriens.
-C’est gentil mais je crois que vous exagérez Mademoiselle.
Il se dégageait de lui à la fois tant d’humilité et de supériorité que cela le rendait encore plus séduisant et inaccessible et je ne sais pas ce qui m’a pris, mais j’ai tenté maladroitement de briser la glace en lui disant :
-Je crois que je préférerai que vous m’appeliez Johann.
Mon mal-être devait être contagieux car l’inébranlable capitaine s’est mis aussitôt à bafouiller à son tour. Ses yeux sombres se sont posés sur moi avec une étrange intensité :
-« Johann » ?... Hummm ! Avec plaisir mam… avec plaisir Johann.
J’ai du rougir comme un débutante, comme je m’en veux ! Qu’a-t-il bien pu penser de moi ? Mais qu’il était doux de partager cette conversation rassurante à ses côtés, je me suis sitôt sentie apaisée et sécurisée près de lui, la légende est conforme à ce que j’avais aujourd’hui devant moi.

Dans cet univers devenant chaque jour plus hostile et agressif, j’avais choisi moi aussi tout comme mon père, de servir la paix et la justice. Mais aujourd’hui, ce n’est pas sans difficultés et sans craintes que je poursuis également la route que je me suis tracée, et me voilà expédiée sur cette planète où des dangers titanesques peuvent surgir de toutes parts. Mais aux côtés du capitaine Flam, je n’ai plus peur de rien, je me sens si bien près de lui que je garderai toujours cette sensation en mémoire partout où l’univers me propulsera. Je ne redoute que l’instant où je devrai me séparer du Capitaine, comme si je souhaitais au fond de moi que cette mission ne s’arrête jamais.

Alors que nous déambulions à pied dans la ville en direction de la base spatiale, nous avons retrouvé un de mes supérieurs hiérarchique en pleines exécutions de ses fonctions : il s’agit du colonel Ezla Garnie un quinquagénaire pour lequel je porte le plus grand respect tant il s’est toujours montré d’une grande intégrité. C’est d’ailleurs lui qui m’a révélé en grande partie ce que je sais sur le Capitaine Flam, car les deux hommes se connaissent déjà, ils se sont déjà côtoyés lors de précédentes missions.
D’ailleurs le capitaine Flam n’a pas eu le temps de saluer le colonel qu’il a aussitôt uni ses forces avec ce dernier pour faire déguerpir un des nombreux indigènes de cette planète qui semait à son tour la terreur en ville, dans une sorte de lieu de détente où tous les habitants de cette planète se retrouvent pour se désaltérer, l’équivalent de nos nigths clubs sur terre. J’ignore ce qu’ils ingurgitent ici, l’équivalent sans doute de boissons ou de narcotiques aux effets nuisibles, mais cela les rends particulièrement virulents. Le capitaine Flam n’a eu aucun mal à user de son autorité, il sait se montrer particulièrement convainquant.

L’incident terminé, quelques minutes tard, nous avons pris place à bord du « Cyberlab » le vaisseau spatial du Capitaine et de son équipe. Ce vaisseau est vraiment très impressionnant, il n’a rien à envier aux vaisseaux les plus sophistiqués de la flotte spatiale terrestre. Il se situe à la pointe de la technologie et je me demande quelles puissance et surprises il recèle, c’est une arme de guerre sans précédents. Il est immense: il mesure plus de 27 pieds de longueur 10 pieds de hauteur et plus de 16 pieds d’envergue avec ses 4 canons à protons, sa masse doit certainement avoisiner les 400 tonnes. Sa forme même lui confère une allure de monstre spatial avec 2 immenses sphères disposées à chaque extrémité d’un long tube et pour finir ses canons à proton érigés en croix et perpendiculaires à la base même de la tête sphérique du Cyberlab. La cabine de pilotage située à l’avant du vaisseau est elle-même d’une complexité inégalée : il y a de nombreux appareils de mesure et 2 postes de pilotage où ont pris place le capitaine Flam et Crag. Mon brevet de pilotage me permet de piloter les vaisseaux et modules spatiaux les plus complexes mais j’avoue n’avoir jamais pris place à bord d’un appareil tel que celui là, ce titanesque vaisseau a du impressionner et terrasser plus d’un ennemi, il ne fait pas bon combattre contre lui !
J’ai donc fait également la connaissance de l’équipage et ils sont tous à l’image du capitaine : force physique, charisme et intelligence se conjuguent et se dégagent de chacun d’entre eux. Le capitaine m’a donc présentée au fameux professeur Simon et Crag. Ce dernier, bien qu’intimident s’est montré d’une grande amabilité à mon égard et il m’a sitôt mise à l’aise, comme si je faisais partie moi même depuis toujours de l’équipage. Mala, était quant à lui absent, le capitaine m’a expliqué l’avoir placé pour l’heure, sur une mission secrète aux abords de Jovopolis.
Crag et Mala, disposent même de petites créatures de compagnie qui possèdent elles aussi des facultés extraordinaires et qui répondent au nom de Limaye, sorte de petit chien adorable qui communique par télépathie et qui se nourrit exclusivement de métal, et Frégolo, lui aussi très étrange dont la physionomie serait proche d’une tortue (sauf qu’il se déplace aussi bien sur ses 2 pattes arrières que sur ses 4 pattes) et il possède le même don que son maître Mala : il peut se métamorphoser en ce qu’il souhaite à l’infini.

Le Cyberlab a mis le cap au vers le nord ouest de la zone où nous nous situions. Mégara est une planète gigantesque dont le diamètre est onze fois supérieur à celui de la terre. Elle se compose de 50 continents et de 30 océans. Mais elle est particulièrement hostile à de nombreux niveaux, les créatures qui la peuplent ne sont pas les seuls dangers, son climat est sans cesse changeant, il y a de nombreux cyclones dont un gigantesque et permanant dans l’hémisphère sud qui rend cette partie de la planète désertique, inhabitable. Les créatures de Mégara résident donc principalement dans l’hémisphère nord de la planète. Pourtant, il parait qu’on trouve également une forme de vie bien étrange au milieu de la tempête permanente qui balaye le sud de la planète : il y a des Organtas, sortes de raies géantes dont la morphologie leur permet de se déplacer sans aucune difficulté à travers les hautes turbulences atmosphériques qui balayent en permanence l’hémisphère sud, comme si elles évoluaient à travers des eaux profondes et paisibles. Elles se nourrissent essentiellement de roches et de minerais. Elles sont extrêmement puissantes et dangereuses car leurs mâchoires peuvent déchiqueter un vaisseau spatial si celui-ci vient par malheur à croiser leurs chemins. Fort heureusement, elles ne quittent jamais cet environnement instable où elles se sont parfaitement adaptées.
En dehors des continents, les océans quant à eux, ne sont pas tous pourvus d’eau, certains d’entre eux sont composés de lave en fusion : de véritables mers de feux aux abords desquels les conditions de vie sont particulièrement impossibles.
Tout est donc extrême et disproportionné sur cette planète, la terre, en comparaison, est un havre de paix.

Nous avons survolé justement une de ces mers de feux, car c’est au milieu de l’une d’elles, précisément au sommet d’une montage, que se situe l’hôpital où nous sommes allés aujourd’hui. C’est en fait une ancienne prison, d’ou la raison pour laquelle il a été choisi de la construire sur ce lieu inhospitalier, rendant toutes tentatives d’évasions impossibles. Faire de cette prison un hôpital pour centraliser nos malades, était la seule solution trouvée afin de conserver ceux-ci loin de la civilisation et d’éviter qu’ils ne contaminent d’avantage d’autres sujets.
Bien que nous ayons survolé la mer de feu à 8000 mètres d’altitude, d’après les appareils de mesure sur Cyberlab, la température extérieure avoisinait les 150 degrés, mais à l’intérieur du vaisseau nous n’en ressentions nullement les effets de même que les turbulences engendrées par une pression atmosphérique rendues instables par ces températures excessives. Cette fameuse prison possède quant à elle des conditions de vie fiables grâce à un bouclier thermique invisible qui la protège intégralement de la chaleur dégagée par la mer de feu. Celui-ci est en partie désactivé à son sommet durant quelques secondes à peine pour permettre aux modules spatiaux d’atterrir sur sa plate forme, il faut être un pilote aguerri pour parvenir à réaliser une telle manœuvre.
Le capitaine m’a invité à prendre place à bord du Cosmolem, un module spatial sphérique de petite taille et qui est situé à l’arrière du Cyberlab. Sa faible envergure, lui permet en effet de se faufiler là où le titanesque Cyberlab ne peut aller.

Quelques minutes plus tard et après avoir esquivé des éruptions hautes de plus 80 pieds, nous sommes donc arrivés sur les lieux et alors que nous langions le couloir principal des cellules ou raisonnaient les plaintes atroces de ces êtres agonisants, il s’est produit un fait étrange : toutes les portes des cellules ont été déverrouillées simultanément, libérant ces êtres primitifs et déchainés. C’était sans nul doute un acte intentionnel, notre arrivée a du certainement alerter le ou les instigateurs de cette sombre affaire.
Tout est allé ensuite très vite, le capitaine et moi-même, nous nous sommes retrouvés rapidement encerclés. Mais le capitaine n’est pas homme à perdre son sang froid, il m’a aussitôt saisi la main et profitant de la nonchalance de certains de ces primates, il nous a frayé un chemin et m’a entrainée au pas de course vers une sortie. Le comble de la situation était que bien que les portes des cellules étaient déverrouillées, le portes de sorties vers l’extérieur étaient en revanche bloquées. Le capitaine m’a demandée de percer un passage dans la paroi de la porte avec mon pistolet à protons :
-ça va être trop long, ils auront le temps de nous rejoindre, lui ai-je rétorqué.
-Je vais m’en occuper, m’a-t-il répondu avec assurance.
Je me suis donc exécutée, mais une minute venait à peine de s’écouler, que les hommes singes nous avaient rejoins et le capitaine a du regler l’énergie de son pistolet au minimum afin d’assommer nos assaillants sans les tuer. J’ai même du assommer également un primate avec mon pistolet, car l’énergumène enragé allait de peu s’en prendre au capitaine. Ce dernier m’a vivement remerciée pour mon intervention héroïque, j’étais très contente de moi !
-Je vous signale que je suis un agent du gouvernement, lui ai-je fait remarquer.
-Oh mais je le savais ! Je vous ai vu à l’œuvre dans la rue ce matin lorsque vous avez maitrisé un de ces hommes contaminés.
Je me suis bien entendue rappelée de cet incident et de ce Néandertalien prêt à se jeter sur cette femme et son enfant. Ainsi le capitaine avait assisté à la scène, encore un point pour moi, décidément je me distinguais à ses yeux.
Ma manœuvre pour nous frayer un passage à travers cette porte a du bien prendre 5 longues minutes, mais comme pour surenchérir à cette situation déjà critique, un autre événement encore plus fâcheux venait de se produire. La température environnante s’est mise à augmenter considérablement, rendant l’atmosphère irrespirable comme si nous traversions un four : quelque chose ou quelqu’un venait de couper l’écran thermique de la prison. Il n’y avait plus aucun doute, on cherchait bel et bien à nous éliminer.
Tandis que la lave commençait à lécher les façades de la prison, nous ne pouvions nous enfuir en abandonnant les malades et le personnel médical à leurs tristes sorts. Nous nous sommes précipités vers la salle de contrôle de l’établissement. Mais l’anarchie la plus complète s’est emparée des lieux et bientôt des incendies ont commencé à se déclarer un peu partout.
Quelqu’un avait bien saboté l’écran de contrôle de la prison et le personnel rattaché à ce poste avait été froidement abattu. Notre mission de sauvetage semblait désespérée dans ces conditions et nous commencions nous même a suffoquer, ce n’était plus qu’une question de minutes avant que la prison ne s’embrasa toute entière. Mais même si je pouvais lire les inquiétudes sur le visage du capitaine, celui-ci n’a nullement cédé à la panique, il est resté stoïque et concentré sur son intervention, et il m’a même prié de m’enfuir, mais je ne pouvais me résoudre à l’abandonner, je suis restée pour l’aider. Mais quelques secondes plus tard, le Cyberlab avait certainement du parvenir à atterrir ou du moins s’approcher d’une zone proche de la prison, car Crag nous avait rejoins et grâce aux précieux outils que comporte sa structure métallique, il a réussi à réparer le circuit l’alimentation de l’écran thermique. L’écran réactivé, nous avons ensuite enclenché le système de refroidissement et de lance à incendie.
Avec l’aide du personnel qui n’était pas blessé, nous avons tenté de remettre un peu d’ordre là où nous le pouvions et les secours sont très vite arrivés pour prendre le relai.

Ouf ! Quelle aventure, je n’étais pas mécontente de retourner dans le Cyberlab qui nous a emmenés loin de cet enfer. Après avoir pansé nos brûlures et nous être rafraichis, le capitaine a fait le point sur cette journée et les premiers éléments de l’enquête. Dans le même temps, nous avons été contactés par Mala dont le capitaine était jusque là sans nouvelles. Son enquête a avancé considérablement, car Mala a réussi à identifier le « QG du fameux empereur de l’espace ».
_________________
Je suis devenue un soldat au service de la paix et de la justice, mais à ses côtés, je n'ai plus peur de rien, si ce n'est de le perdre.

Dernière édition par Johann Landore le Lun 16 Mai 2011 - 21:24; édité 1 fois
Back to top
Aujourd’hui à 14:57
Auteur Message
Contenu Sponsorisé

Sujet du message: [fan fiction] Le journal intime de Johann
Back to top
Page 1 sur 3
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Sauter vers:  
Montrer les messages depuis:
Back to top
Poster un nouveau sujet     Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure